(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Publikationen aus den Preussischen Staatsarchiven"

HANDBOUND 
AT THE 



UNIVERSrTY OF 
TORONTO PRESS 



/</^<J 



.^ 



3 



'^siiMicationen 



au^ ben 



fi. flrni^ifdjeu SlaatBflrdjineti. 



3tDCtunbpcB5i9ftcr 23anb, 

9?. Äoi'ev, ^vte[t»c^[et i^riebiic^e be8 @ro§en mit ©rumbfom unb 2)'?aupertut« 

(1731—1759)." 




Peranla^t iHp^bWS hutd} bte 

unb unterftüt5t \^aB^a *ä. ^* ^Irdjto^DcrtDaltung. 



23erlag öcn <S. ^irjet 
1898. 






mit 



toiiitüiü iinli Pttniiertiiii 

(1731—1759) 



herausgegeben 



»ort 



Reml)olb fiofet. 



Veranlagt 


^Ht« ^«'^'^ ^'^ 


unb unterftü^t 


^^■^^ K. 2Ird?tD«'Denr»aItun9 




Seipsig 




5iJertag toon @. C>i^ä^^ 




1898. 



9 2 0171 



Xae 9iecf)t ber Ueberfe^un(^ i[t öorSefjatten. 



\J 



t) r mo r t. 



-üon bem Srieftoec^jel griebric^S be§ ®ro§en mit bem @taat§miniftcr, 
©enerat unb fpäteren ^yelbmarfdiatl ^^riebric^ SSilljelm oou ©rumbfom unb 
bem ^väfibenten ber S3erliner 5lfabemie ber SBi[fenjd)aften , ^ierre £oui§ 
SO^oreau be 3JJaupertui§, finb bi§f)er nur S3riic^[tücfe oeröffentlic^t roorbeu, 
unb bieje n^ieberum nur jum Xt)etl in genügenbem Slbbrude. 

2)ie HuSgobe be§ Sriefnjec^fe(§ gtoifc^en bem Sltonprinjen ^riebric^ 
unb ®rumb!on) in ber (Sammlung ber CEuvres de Fred^ric le Grand be« 
fd)rän!t fic^ auf bie Sof)rgänge 1732 unb 1733; e§ feljtt bort ber Slnfang 
ou§ bem Saf)re 1731 unb bie gon^e, auf ben ßeitraum üon 1735 bi§ 1738 
fid^ erftrecfenbe jn^eite ^ölfte, bie unentbet)rliii)e ©inteitung jn ber feit 1878 
im (Srfc^einen begriffenen „^olitifdfien Sorrefponbens ^bnig griebrid^S be§ 
©ro^en". 

SSertf)t)oüe ^^övberung ift ber tiorliegenben @efammtau§gabe burd^ bie 
SSerujaltung be§ k. unb ^. §ou§<, §of« unb @toat§ard)io§ in Söien ju 
Xtjeil geworben, ber l)ier ber t)erbinbtid)fte ®an! au§gefprod^en fei. 

SSon ber 1856 ju ^ari§ öeröffentlic^ten Sammlung be§ 33riefme^fet§ 
mit S01aupertui§ au§ bem Sfladjlaffe üon £a Seaumeüe urtl)eilte al§balb 
nad^ iljrem ®rfd^einen ©ainte^^ßenoe: »La correspondance reelle de Fr6- 
döric et de Maupertuis reste tout entiere ä publier.« ^d) biete biefen 
lange öermi^ten eckten S3rieftt)ec^fel Ijeute al§ ein @eben!blatt jum jmei^ 
^unbertften ®eburt§toge 9Kaupertui§' unb jugleic^ bereite aB eine ©penbe 
p ber beüorfte^enben jmeiteu ©äcularfeier ber burd^ ^önig ^riebrid) unb 
9)iaupertut§ p neuem 2eben erhjedten Slfabemie ber äBiffenfc^aften. 

S3erlin, om 28. September 1898. 



^11 



3nl)cU. 



Siitkitung IX 

I. Srtejtüed^fel beS Äron^jrhtjen grtebrid^ mit ^^ilf^ii'^ Sßit^elm bon ©rumbtotü 

(1731—1738) 1 

II. 53riettt)ed^[el beS ^ron^rinjen mtb tönig« grtebrid^ mit gierte ?out8 aJioreau be 

aJiau^jertuiS (1738—1759) 183 

5lnl^ang A: Epitre ä Grumbkow 327 

„ B: Le Renouvellement de l'Academie des Sciences 331 

„ C: Ueberftc^tgtafel yax tontrote bet gälfd^ungen toon ?a Seaumeüe .... 336 

^erfonen'SSerjeic^niB ^^^ 



u 



Einleitung. 



t. @rumbfott). 

3n feinem Srtefe öom 22. Dctober 1735 mad)t ber ©eneral ©rumBfotü 
bem Slronprinäen g^riebrid) eine üertvaulidie SJütt^eiluug über fein littera* 
rifd)e§ 3Sermäd)tni^ an bie 9fJad)n3cIt '). ^id)t in 93erlin, tt)o beim 2^obe 
eine§ Beamten feine Rapiere al^balb üon 5lmt§ lüegen üerfiegelt n^ürben, 
aber ouf feinem ®ute Ütutjftäbt l)obe er in einer Xrut)e eine ©ammlung 
benfwiirbiger (Sdjriftftücfe niebergelegt: eine ^efc^reibnng feiner gelbsüge, 
SlnSfnnft über bie öon il)m gefül)rten biplomatifc^en $ßer{)anblnngen, eine 
Unjalj! öon Briefen unb ge'^eimen Si^ad^ridjten. @in ^nüerläffiger unb t)er= 
ftänbiger Mann werbe an§ biefem ©toff red^t bead;ten§n)ertt)e 9)iemoiren 
Sufammenftetlen fönnen. 

2Bie e§ fc^eint, ^at @rumbfoni einen großen %\)t\l ber bejeidineten 
Rapiere tior feinem Xobe nerniditet. ?(ntobiograp^ifcl^e ^lufjeic^nungen 
über midjtige Stbfc^nitte m§> feinem öffentlichen Seben, mie fie nac^ jenem 
SSriefe üort)onben maren, finb nid)t auf un§ gefommen. 'äU @rnmb!om 
am 18. ajJörj 1739 ftarb unb ber ^ronprin^ burc^ ben ^ab inetSminifter 
§einricl) ö. ^obemilg, bc§ 35erftorbcnen @d)n)iegerfo^n, in ^J?uf)ftäbt nad^^ 
forfc^en lie^ fanb fic^ pnac^ft übcrijaupt nichts üor. ©rft nac^ ^mei 
So^ren !am einiget gum 33orfdjein. Slm 2. S)ecember 1741 berichtete 
^obett)it§ bem nunmet)rigen Könige g-riebric^ IL, ta^ iljm öon bem 
.^riegSratt) §oItorf, ber e^ebem unter ©rumbfom gearbeitet ^ai)^, geftern 
ber Snf)alt eine§ bi§f)er in ©rumbfom'S Sibliot^ef aufbemal)rten, moljroer^ 
fc^toffenen ^offer§ äugefteüt morben fei: 42 ^äd^en, barunter in 29 offenen 
Umjc^Iägen eine gro^e 5lu§at)I fron^rinslic^er Briefe. 



1) Unten ©. 115. IIG. 



X ©inlcitimfl 511 ^cm !öriejn)cd)iel mit (yvumbfiMO. 

S?öniii is-rii-brid) iHTJüfltc, oljiic ftdj bcu ^uiib uorlcgcu 511 laffen: 
„ci* faiui 'JllU\^ nur alit eine Curiosite im l^etjcimcii ^^Ircljiue rcpouiret 
lucrbcii" ' . 

6* ift bcr 5yricftucd)fel, ber im ^^i'olgcnbeu, um einige an anberer 
Stelle crljaltcno ^Stüdc ucrmcljrt, jum Slbbruc! gelangt. 



^ricbrid) 2lUlljcIm ü. ©rumbfon) [taub, al§ fein Öriefwedjfel mit bem 
Vvioiipvinjfn -[vJ^iebrid) im 5iugn[t 1731 begann, im brciunbjünfjigften 
Ücbensialjrc"-'), 34 3at)re älter al§ bcr ^rinj, K) ^aljxc älter al§ tonig 
J^-ricbvid) aiUtljetm I. (Sr gcl)Drtc ju bem .s^ofc ber ^oljensoüern öon 
Üinbci'bcincn an. ©ein il5atcr Soad^im ®ruft ü. ©rnmbfoiu Ijatte nad) 
feinen afabemijc^en ßcljrjaljren unb feinen franäöfifdjen unb italienifc^en 
SBanberjaljren branbenburgifdje ilrieg§bienfte genommen unb tuar unter 
bem grof^en iiurfiirften jum Cberftcn ber £eibgarbe unb (3d)Io^I)anptmann 
üon iöerlin, jum Dberjd)cnf unb Cberljofmarfdjall erl)oben luorben; er l)ai 
alö Xiiptomat in §annooer für ben Ävurpriuäen ^-riebric^ um bie §anb 
bcr "il^rinjeifin 8Dpl)ie Sljarlotte gcmorben unb in Söicn 1686 bie StuS- 
följuung mit bem ilaiferijofe Ijcrbeifütjren tjclfcn; er l)at fid) öur allem aU 
iUhnifter on ber ©pi^e ber oberften ©teuerbet)ürbe, be§ ®eneraI!ommiffariat§, 
l)ertiorragcnbe SJerbienfte ermorben ^). 3n aüen 33ereic^en biefer oielfeitigen 
Xl)ätigfcit ift ber (Soljn fdjueU in bie (Srbfd^aft be§ !öater§ Ijineingeioadjfen, 
al5 5olbat unb al§ §ofmann, alg ©iptomat unb al§ i^crWaltungSbeomter. 
^^at^cnfinb be3 großen ilurfürften, im fed^ften iieben§iat)re Älammerjunfer, 
im achten gät)nrid), im neunjct)nten Hauptmann, n^ar er, ingtuifdien ') mit 



1) „^JlmbMjC QÜergnäbigfte 9{ciolutton", öon ber $onb be§ Jtabinet§jecretär§, ®e* 
Ijcimen ftnegsratt)e5 (Sichel, am Staube be^ 'öcric^tesi oufgcjeic^net. (ÖJel). ©taatöar^io.) 

"i, 9?ac^ bem 9iecrolog in ben (iJenealogijd) l)i[tDrijcl)en i}lad)xidjtcn beö 3Jiogifter 
aKic^acl 3tanft 1, Gü (Üeipjig 17:59', geboren am H. Dctobcr (0. Qt.j lii78; nad) bem 
^anb|cl)riftlid)en „^iftoriid)en S3eric^t üon bem ®eid)Ied)t ber |)erren ü. &xumbdoro" bei 
Sfettiner 9iectorö Tliifacl Jyriebric^ Cuabt in ber CoUectio Genealogic;i be^ Drben^= 
rat^ä Äönig, ftönigl. 58ibIiott}ef ju Serlinj am 4. Dctobcr 1678; baffelbe ®atum giebt 
ber Crbcnerat^ Äönig in bem anonym crfd)ienenen „93iograp^. ücjiton oller gelben unb 
äRilitärperionen, meiere fid) in ^^ireuijijdjcn Sienften berüt)mt gemadjt Ijabcn", löerlin 
178'J, II, 82, jottjie (losmar unb itlaprotl), ber ftönigl. ^reujjijdje u. j. lu. 6taat2iratl), 
Serlin 1805, S. 398 unb bie Slllgcmcine Teutjdie 33iograp()ie X, 22. 

3j Sgl. Slügemeine Siograpljic X, 25. Sreqfig, 2)ie Drganii'ation bc^ branbenbur^ 
güC^cn ftommiijariatg öon 1060—97, J^orfc^ungen jur branbenburg. unb preu^ifdien 
Qit\i)\iitt V, 142. Urfunbcn unb Stctenftücte jur ©efc^ic^te ber inneren ^^^oütit beä Äur< 
fürften griebric^ SBil^elm, X^eil I, 58anb I @ejd)ic^te ber branbenburg. J^inanjen öon 
Src^ftfl, S. 35. 177. 3. ®. Xio^jcn, &e\i)\i)tt ber preujjijdjcn ^solitit III, 3, 533 
12. 2luft., i^eip^ig 1872 . (Soömar unb Stiaprotl), S. 369. 

4, ^gl. unten 3. 21 3lnm. 2. 



®rumbfon)§ SSorgejc^ic^te. XI 

einer §ofbame ber Königin oermätjlt, mit 31 Sauren j^iim ©encral unb 
mit 35 Saljren ^um @taat§miniiter oufgeftiegen. Ta\d) ü^ccnbicjiing jeiiier 
Uniüerfität^ftubien §u §aüe unb ßeiben') Ijatte il)m wüljrenb bcs iponifc^en 
®rbfoIge!riege§ ein metjrjäljriger Sdifcntljalt im ^auptiiiiartier i)iarlborüugl)g 
@elegen{)eit geboten, eine g-üUe pcrfönlidjer ^^erbinbungen ansufnüpfen 
unb ha§> betriebe ber europäijc^en ^Diplomatie qu» Icbenbiger Vlnjdjauung 
!ennen ju lernen, unb bie meltjc^merstic^e Setrad)tung, bie er oielc Sa^re 
fpäter in einem nnferer Briefe-) a(§ (äingctueiljter über bie Ijcrfömmlic^e, 
aüjeit fic^ glcidje Unlauterfeit aller ^oütit aufteilt, tiiüpftc mol)l fdjon an 
biefe Sugenberfaljrnngen an. ßr felbft wuf^te fic^ burdj bie oerberbte 
SSelt unter ber ä)ia§te pommerfdjer Cffenl)eit unb 2)crbl)eit mit ®lüd l)in= 
burc^äufinben. iföenn er in einem 93erid)te an iiönig ^^'i^ifbridj I.-', für 
einen preu^ifdjen ©efanbteu im ^aag bie ^-^erbiubung oou iörutulitat unb 
©fprit als (Srforberni^ begeidjnete, fo moüte er bamit ol)ne ^i^age auf fid) 
felbft al§ ben Sefi^er fo wertljooller ©igcufdjaften Ijinmeifen. on ber 
(^rembe unb baf)eim, mo er nur erfd)ien, trat er atsbalb in bcii !!i>orber= 
grunb al§ glän§enber ©efellfc^after, mit feiner guten Saune unb Ücbcuslufi, 
feinem 931uttermi^, feiner fdjarfen B^W' feinem ®r§üf)lcrtalent, feinen 
hoffen, unb nidit gum minbeften mit feiner pl)t)fifc^en iieiftnngSfäljigteit, 
— nod) als ©ed)§iger t)at er mit Äönig ^^luguft bem vgtarfen um bie 
^atme be§ ©iegeS gerungen, bei einem ©elage, i)a^ er uidjt minber moljl- 
gefättig unb braftifd) gefc^ilbert Ijot^), als üorbem'') feine jugenblic^en 
§elbentl)aten on l)oüänbifd)en Xafeln. 

2ln S^leibern unb SSiberfac^ern Ijat eS biefem (5d)oBfinb beS ©lücfS 
äu feiner ßeit gefel)lt, ober olle i^re S3ermünfd)ungeu unb ^^orauSfagungen 
würben an if)m gu ©c^anben. 5llS er 1711 auf SSerlangen beS iiouboucr 



1) SSgl. bie tf)m Don feinem Stieföater, bem etot^miniftet t. 9JJeinber^, im 55e» 
cember 1693 ertt)eilte „©tubien Snftruction" bei %. ©tredcr, ^ranj D. aJkiuberei, 
©. 145 ff. (Stootg= unb focioln)i)fenfd)aftlicf)e Stubien, tierausgegeb. Don &. ©c^moUer, 
aSonb XI, |)eft 4.) 

2) Unten ©. 162. 

3) 20. Dctober 1709, bei ©. ü. Sioorben, Sie preufe. ^olitif im fpanifd)en Gib- 
folgefriege, §iftorifcf)e 3eitf^nft XVIII, 333. 

4) SBerlin, 14. Januar 1733, bei 2)roijfen, ®efc^. ber preuB- ^olitif IV, 4, 40b ff. 
$öUni| (Memoires pour servir ä Tliistoire des quatre derniers souverains de la 
maison de Brandebourg, Berlin 1791, II, 283; erjä!)tt öon biefer »Dcbauclu-«: »Le 
roi de Pologne en tomba malade et n'en revint pas, et la sante de M. de Grumbkow 
en fut toiijours alteree depuis.< SSießeicfit f)at ber 9kme Biberius, ben «rumbfonj 
bei §ofe führte (ügl. unten ©. 86 , auf berartige Seiftungen Sejug. »gl. auc^ unten 
©. 138. 140. mä ©rumbfott) bie Uniöerfität ijeiben bejog, mx er „Debauchen tm 
Xrinfen", mie fein ©tiefüoter i^m beseugte, „üon fic^ felbften nid)t geneigt", «gl. 
©treder a. o. D. ©. 146. 

5) SSgl. ü. 9Joorben a. a. D. 



Xll Sinlcitung ju bem ^Sriefwec^icl mit ©rumbTow. 

^ofc§ Qu5 bem In-abautijdjen ^elblagcr abberufen tuurbe, fd)ieu er ber 
i5-c[tung nic^t entrinnen ^u fönnen; ba tl)at it)m ber englifdje ©efanbte 
in SBcrIin bcn ^Kiadcn, fid) \o anfprudjSnolI ju bcnel)men, bof? ben 93riten 
jum Irofi bcr iljuen t}erl)aJ3te ©rumbtoiu und) ben 9lieberlanben inxiid' 
goianbt njurbc'). iluin S}U\mn galt feine ©teüung al§ erfd)üttert bei bem 
Xliromücdjfel oon 1713. ©djabenfrol) erjütjlte man fid), brei S^age öor 
feinem Xobc \)(i{k bcr alte Äünig (SJrumbtLnu an fein ^ranfenbctt '^eran- 
gcrointt unb ben (£rmartung§iioUen mit ber „©egnnng" ^leinlid^ übcrrafd)t: 
„©ie finb ein großer ^^ripon, beffern ©ie fic^, ober ©ie m erben nie jn 
bcr (ScligTeit gelangen, gu bcr id^ balb eingeljen merbe"-). $lber er be-- 
Ijanptete fid) gegen alle Eingriffe unb Slntlagen unb bcfcftigte fid^ immer 
mel)r in ber ©unft be§ neuen ©ebieter^, bem er ^iicrft mäljrcnb ber gelb* 
jüge^) nii^er getreten mar. 

9cod) tröftcten fid) feine ©egner: ber ^önig fenne i^n unb merbe il)n 
nur fo lange brandneu, bi» er fein ^cermefen auf ben neuen gu^ gebrad)t 
Ijabe. 3n ber %\)ai ift ^^riebric^ 333ilf)elm I. nid[)t o()ne SO^ifetrauen gegen 
biefen DJiann gemefen; aber er bilbcte fid) bie 5(nfid)t, ba^ !ein 5lnberer 
il)m in ber '^inanjöermattung bic gleid)en 2)ienfte §u teiften öermögc. !3m 
3al)re 171ömurbe er, mie einft fein Spater, ßl)ef bc§ ©cuerolfommiffariats. 
Sil» im SIpril 1722 bie SSertreter ber SSerroaItung§bcl)lirben gufammentraten, 
um über i{}re §au§l)attung 9ied)enfd)aft abgutegcn, mar ©rnmbfom ber 
einzige, ber in ber ftrengen Prüfung beftanb: „St)r allein", foH griebrid) 
SBilt)elm if)m gcfagt t)aben, „t)abt ©ure ©ac^e gut gemac£)t; (Suer GoIIe' 
gium bient mir gut, unb bie 5(nbern, bie e§ nocJ) gut machen, befcl^rön!en 
fic^ barauf, Sud) nac^jua^men." S)em Xf)roncrbcn empfat)t er bomall in 
feinem poütifc^eu Xeftament ©rumbfom mit ben SBorten: „@r ift fet)r 
gcfcfjidt, benn er bie 5tccife = ©ad)en mot)l oerftet)et: er ift aber fe^r in* 
tereffirt unb auf feine 5(bfid)ten; get)et mit i()m I)öftid^ um, aber machet 
il]m nichts meif^, alSbann Sl)r oon it)m mot)I gebleut merbet, unb bezeugt 
il)ni CSonfibenj" ^). 



1) ®tot)jen IV, 1, 230. 

2 Sendet bes iät^fiic^en ©ejattbten ö. gjJanteuffel öom 2.5. ^cbrimr 1713. Acta 
liorusHica 5)enfmä(cr bcr prcu^iid)cn Staatltiermoüung im 18. 3ot)rt)unbert), ' Joe- 
^örben-iDrganiiation, 33b. I bearbeitet tion &. Sc^moUer unb D. Ä'rauöfe), ©. 309. 310. 
SD^anteuffel war bamolä Orumbfotr'g entfc^iebener ®egncr. 91m 17. gebruar 1712 be» 
rirf)tete er: »En effet, 11 me aemble que tout ce qu'il y a d'honnCtes gens au 
monde, devrait a'unir pour traverser un homme de la trempe de notre Cassubien 
(tgl. unten <B. loi,. Tout son mcrite con.siste ä Gtre bon harlequin et, selon l'humeur 
de certaine.s gens, agreable d(';b;iuche.* ßbcnb. S. 179. 

3j «ßbUnig II, 11. S8gt. Acta Borussica a. a. D. I, 177. 178. 17!) 2tnm. 1. 286. 

4, Xroqjen IV, 2, 350. Acta Borussica Q. a. D. I, 357. 440. 



QJrumbfort)^ SBorflejc^tc^te. XIII 

2)ie folgenben ^al]xt tuurben für @rumbfotu'§ ©tcnung entfdjclbnil). 
©ein ©influ^ erreichte bcn §5{)epunft. Sr tuiirbc be§ ßijnigg redete ^nnb 
Qud) in ber augroärtigen ^olitü. @raf ©ecfenborff erfdjien am Scriiucr 
§ofe unb eröffnete ben bi)3lomatifc^en i^dbjug, burc^ ttn er ben Ä'önig 
üon ^renfeen an§> ber ju *perrenf)Qufen 1725 mit (Snglanb unb ^ranfreid) 
eingegangenen SSerbinbnng lo§Uifte unb in bcn 25erträgen üon 5ßsnfterl)aufen 
(1726) unb Berlin (1728) auf bie ©eite be§ Äaifer§ tjerüberjog. ©rumbfom 
^atte frütier al§ 5lnt)Qnger ^ronfreid)§ gegolten i) unb mar nod) jüngft aU 
ein SBerfjeug (Snglanbg oerbäc^tigt morben^). 3e|t fd)Io§ er fid) eng bem 
faiferlic^en ©efanbten an, feinem alten äöaffengefiiljrten au§ bem fpanifd^en 
(Srbfolgefriege 3). Unb ©edenborff mnfste bie 93nnbe§gcnoffenfd)aft biefeg 
SJianneS gu mitrbigeu''), ber bei bem Könige 3"tritt unb ®el)ör mel)r aU 
ein anberer f)atte; ber mit ben 5lnf gaben ber au§märtigen ^^^olitif amtlich 
nid^t befaßt mar, mit bem aber fein ©ebieter „im @et)eimen", mie ©cden= 
borff fic^ au§brüdt, b. t). oljue ^injusieljung ber guftänbigen Äabinetä« 
minifter, faft alte fragen öon Sebeutnng überlegte; ber im töniglidjen 
5(uftrage einen perf5nlid)en ^riefmedjfel mit ben preu^ifcf)en SSertretern im 
Sluglanbe nntertiielt^) unb ber gar üortrefftic^ tierftanb, ben SliJnig „bur^ 
feine S)i§curfe bei lafet", mo man oft bi§ in bie fpäte 9^ad)t „nid)t ot)ue 
©jceB" beifammen fa^, „in guten Humeur gu fe|en." 30{it ©rumbfon) 
beriet!) fic^ ©edenborff über bie Xa!ti!, bie man bem Könige gegenüber 
ein§nt)alten l^atte, um it)m eine Ba6)t „f(^madf)aftig ju machen" unb eine 
Slbfidjt au§ if)m „^eraugjuloden". ®abei aber mürbe öor ber Seit öon 
ben S3eiben ber ©cl)ein ber SSertrauIid)!eit gefd)idt oermieben, benn ©edcn« 
borff fagte fic^^j^ ^(^ @rnmb!om megen feiner freien ^nn^t faft bei allen 
9)?iniftern öer^a^t fei, fo mürben biefe leicht SSeranlaffung ne!)men, „bem 
Könige gegen i^n Soupgons ju ermeden", unb mürben folgtid) il)n au^cr 
©taub fe^en, „nü|Iid)e ^Dienfte ju tt)nn". ®ie Xäufc^ung gelang. 2Bäl)renb 
©edenborff 1726 !ur§ üor Unterzeichnung be§ Vertrages öon 2Suftert)aufen 
feinem SSertrauten ba§ ^eugnife auSftettte, ha^ ©rumbfom it)m feit jmei 
Sal)ren „alle Sntriguen, ^rojecte unb ©eiitimeutg be§ tönigS unb feinet 
Ministem" entbedt '^obe'), burfte jener e§ magen — e§ mar in bcn 
2BeiIjnad)t§tagen beffetben Sat)re§ — feinem §errn mit ber treutier^igften 
SJJiene lang unb breit au§einanberänfe|en, \)a^ an feinem §ofe jmei cj« 
treme Parteien, S[Bf)ig§ unb %ox^^, fic^ gegenüber ftünben, bie einen für 

1) Acta Borussica a. a. D. I, 177. 178; bgl. ebenb. 447. 

2) pani^ II, 143. 

3) görfter, Urfunbeitbud) ju ber Seben^geic^icf)te grtebric^ Sffiil^elmä L, ^potsbam 
18.i5, II, 86. 

4) 58gl. görfter II, 11. «1. 93. 121. 157. 207; III, 327. 328. 

5) ebenb. II, 86. 87. ©roijjen IV, 3, 376. 

6) göi-fter II, 11. 7) (Jbenb. II, 66. 



XIV G?infoitunq ,su bcm 53neftt>ed)iel mit ©rumbforo. 

bic '-iscrbüiibctcn non .'pevrcnlinufcn, bic aiibcrn für ben ^aijer oorcinge* 
ncimmcii: „cv, bcv noit (^''h-umbfotu, tonne bcm Ä^öniiic iier[idjern, ba^ er 
nicbcr biv? eine, nod) ba^ anborc, Jonbern gnt prcnf3ijd) umre"'). 

Tnrd)fd)ant lunrbc ©rnnibfow oon bcr Ävönicjin ©opt)ie ®orott)ee, 
bcr nielfifd)en 'i|?rtnje)fin, ber oorneljmften (^3egnerin ber ^lolitijd^en ©nt» 
lüürfe bcü faifcvlid)en ©efanbten. SDer Königin fo t)crt]aftt, baj^ man !aum 
jcinen 9iamen in il)rer ©egcnumrt nennen bnrfte, tonr @rnmb!on) in crnfter 
i£orgc für jeine ^"fuiift unb für feine ^aljlreidje ^•amilie''^). @r f tagte 
©edcnborff, baf^ @opt)ie ®orotl)ee tt)m l)abe fagen laffen, fie nnb it)r 
.•oanÄ mürben jmar bem '^-ürften tion ?tn(ia(t, nimmerme()r aber il)m üer« 
5eil)en, fonbcrn il)n mit allen ben ©einigen emig Verfölgen. Siu §inbti(f 
anf bie 9J?ögIidifcit eine§ plö^Iidjen Xt)roniued)fet§ f)ätte ©edenborff ge- 
tt)ünfd)t, feinem ^elferSl^elfer in§gel)eim entmeber einen !aiferlid)en ©d)u^' 
brief ober ein patent al§ faifertidjer ^eIbmarfd)aIl=Sientenant ju oerfdjoffen, 
jn feiner ©id^erljeit für bie ©tnnbe ber 9?ott); fonft fdjien feine 3Sert)aftung 
in jenem ^^oüe unöermeiblid), grom mie bie 5lönigin nnb mit i^r ber 
ßronprinj i'^m njar^). ©o erfdjeint ©rnmbfon) and) in ben ®en!mürbig= 
feiten ber älteften ^rin^;^effin ^) al§ ber öoüenbete 93öfen)ic£)t, ber bei allen 
©d^tinblidjtciten feine fdjtnarje §anb im ©piete !f)at: „einer ber gefdjidtcften 
SOJinifter feit langer ^ni, ein SKann oon großer ^öflidjfeit, leidjt nnb 
geiftreid^ in ber Untcrljaltnng; mit feiner geiftigen S3itbnng nnb feinem 
glatten nnb einfdjmeidjelnben SBefen gefällt er jnmal bnrd) feine l)eute ju 
läge fo t)od)gefd)ä^te &abt unbarmherziger ©att)re nnb njei^ bod^ mit 
bem Gefälligen ben ©rnft },n paaren; aber tjinter ber glän^enben 3Iu^en^ 
feite oerbirgt fiel) ein fd)urfifc^e§, eigennü^igcS ^^errätl)erl)erj ; feine ^üt)rnng 
tft fo jügelloS wie möglid) unb fein ganzer 6()aratter nur eine 58er= 
fd)lingung oon ^aftern, bie iljn jum ?lbfd)eu aller anftänbigen ßeute 
gemalt t)aben". 



1) gbenb. III, 341. 

2; ©rumbforo f)at 17 ftinber gc{)abt. 9(ll er am 7. ^ebruor 1730, fürs öor jeinem 
Xobf, jetn 3:cftamcnt 'iir)rf)rift(ic^ im ©c^eimcn ©taat^Qrd)io, 5Rcp. 3üj macf)tc, lebten 10, 
unb ,^tt)av aufscr ben unten S. 130, besm. S. 24. 104. 145. l(i!» genannten 3 ©ö^nen 
unb 4 löc^tem bie noc^ furj üor bem SSater gestorbene sl^cite %od)icv (Sopt)ie 5(ugu[te 
ticre^elic^te ö. 93ütom (ügl. Q5encafogiid)=t)ij'tDriid)e 9iad)ricf)ten I, 67. [93endenborf| Äa* 
rafterjüge auä bem iieben griebrid) SBilfjedus I., Berlin 1787 ff., VI, 77) unb smei 
bamal^ untennäf)Ite Zöd)tcr, ®orotf)ee (Slifabetf), jpötere ©räfin (Bpan, unb Suftinc. 
^ie äftefte Xoc^ter, Gf)arIotte ^^rieberife, erfte ®emat)tin be§ ©et), ^inan^ratt)^ unb jpä= 
tcren Gtat^minifterö .'oeinric^ 0. ^obemil^, mar 1724 geftorben; ^mei 6öf)ne unb bier 
Xöc^ter ftarben im Ikinbe^alter. Xie eingaben in ber Collectio Genealogica btä Dtbenä* 
rat^s ftönig Bg(. oben S. X 5(nm. 2) finb unöoüftänbig. 

3; SBgl. görftcr II, 157; III, 328. 337. 340. 346. 375. «pöüni^ II, 180. S)rot)fen 
IV, 4, 435. 

4; M6moire8 de la inargrave de Baireith, Brunswick 1845, I, 5. 



©rumbfotüg SSorflefcf)icf)te. XV 

®ie tata[tropI)e be§ ^ronprhtjen im Satire \i:\0, bie (Siitbecfunfl 
feiner ^lucl^tpläne, jeine SSeri)aftimg uub fein ^rosefe, alle bie ^cmiitlii= 
gnngen unb Unbilben, benen nun and) bie Königin unb bie ^rinjeffin 
SBilljelmine fid) au§gefe^t fafjen, ttjoten ebenfo oicte Xrinmp^e ®rnmtifon)'§. 
@r gel)örte ju ben llnterjud)ung§rid)tern, bie am 2. (September ,yi 9JJitten= 
ttjalbe ben Ä^ronprinjen einem langen peinlid)en SSerIjör unterioarfeni). 
^riebrid^S SSer^olten an biefem läge mar t)erau§fDrbernb, ja, mie be^ 
{)auptet nmrbe, für ©rumblotu beleibigenb. Sll§ fie am 1 8. 9concmber ,^u 
^üftrin fic^ wieber gegenüber [tauben, war ber SBiberftanb gebrod)cn. 
Sn längerer ßwiefpradie gewann fid) ber finge, Welt« unb tjerj^en^hmbige 
§ofmann feine ©teünng. Dl)ne ©rnmbfow, fo glaubte ©edenborff nac^ljer 
oerfidjern ju bürfen, wäre ber ^rinj t}artnädig geblieben. 3n bie ,'pänbe 
be§ bi§f)er fo bitter @ef)a^ten legte er \)a^ fdjriftlic^e 58ermäd)tniB feinet 
ungtüdlidjen ^reunbe§, hk 5lbf(^ieb§grü^e unb 9Jiaf)nungen be§ um feinet» 
wiüen auf ha^, 33(utgerüft gefanbten §an§ ^ermann ö. Ä'atte; öor ©d^tuc^jen 
foft erftidenb, ne|te er ba§ 93Iatt mit feinen ^^ränen^). 

Sm folgenben «Sommer war ®rumb!ow in bemfelben 5?üftrin 3^wge 
be§ erften SBieberfe^en§ jwifdjen SSater unb ©of)n, be§ S3erfö!)nung§acte§, 
für ben fid^ ber ^önig feinen ®eburt§tag, ben 15. ?(uguft, an§gewät)lt t)atte''). 
Unmittelbar barauf, am 2r>. 5(uguft 1731, entwarf ©rnmbfow in ber Iänb= 
liefen ©tifle feinet ®ute§ 9f?uf)ftäbt bie eingef)enbe ^nftrnction für ba§ 
fünftige SSerljalten be§ ^onprinjen gegen feinen fönigüd^en SSater, bie in 
unferer Sammlung öoranfte^t. Ü^eic^ an S^tüdbliden unb an 9(u§btidcn, 
bilbet fie bie treffüc^fte ej:pofition für ba§ 58erftänbnt^ be§ fic^ anfc^tie= 
^enben S3riefwed^fet§. 



©rft einige SJlonate nad) ber (Srtfieilung biefer Suftruction begann 
man fid) ju fd)reiben. ®ie S3af)n war nid^t frei, ber S3riefwed)fel würbe 
oor bem Könige gef)eim gel^alten, unb gwar anbauernb'). 

®ie 93rtefe be§ tronprinjen tragen tion ?(nfang an bie größte S8er= 
trouUd)feit unb ^erjlidifeit gur ©djau. 3f)r @d)reiber überbietet fid) in 
93etf)euerungen feiner ^reunbfd)aft, feiner •Dffenl)eit unb feiner 3)anfbarfeit; 
er nennt ©rumbf ow feine einzige 3uflud)t, feinen einzigen waf)ren f^reunb % 
er t)erfid)ert, ba^ er bem ^^reunbe feine ©ebanfen antiertraut, wie er fie 
üor ©Ott benft^); er mac^t if)n auf ein Söatjrjeidien — einen „Sc^IüffcI" — 



1) aSgt. 5R. Kojer, f^riebrtd) ber ©rofee aU Sron^rtns, ©tuttgort 1886, ©. 52. 53. 
233 (wirb im f^olgenbcn aU „'Stxonpnnh" citirt; bie J^ortfe^ung aU „König ^riebricf) 
ber ©rofee"). 

2) „Kron^3rin§" ©. 71. 242. 3) „KrDTH)rinä" ©. 84—86. 245. 

4) S8qI. 6. 7. 89. 5) ©. 16. 66. 6) ©• 5"?- 



X\l CFinIfitmtii ,^u bcm 'iMicfincdijcI mit ©ntnilifolü. 

aufmcrfjam. bavaii Öh-uiiibfLnu in jcbnn ciHSolncn ^-altc bic 'üliifrid^tiflfcit 
eine* 'Briefe* prüfen nmcv „^iln-nn e^:- uial]v gemeint ift, bann erjrf)cint 
boS, um* id) fai^c, natüvlid) nnb i[t ol)ne ^roang gefd^rtcben; aber wenn 
e^ ^^''■f'"'-'*"''^ 'f*' ^'1"" nuidie id) einen grofien ©aninuitliiiv? non (Sc^umtfi 
nnb .NUMn^liinenten, nadj gemeinem SÜiuftev" '). !^er (Smpfänger Ijötte nnd) 
bicfer Cffenbarung uninfd)en muffen, ba§ SDiafe ber itomptimente nod) cin^ 
geidiViinft },n felien, wenn anbev§ er bei ber fel)r einfadjcn ^lahit feiner 
gel}eimen i^erbinbnng mit bem "i|>rin,^en eine§ „©djlüffel§" bcbnrft tjiitte. 

©ic mar eine ^ntereffenallion,^, üon ber jeber öon beibcn ganj be» 
ftimmte i^ortljcile für fid^ erwartete. 

2^ie ii>erföl)nnng jmifdjcn Später nnb ©oI)n luar feine innerlidie ge» 
mefen. Ter iHinig lie^ fid) nidjt meljr jn Öetualtan^brüdjen Ijinrei^en, 
er mi§l)anbeltc ben Äronprinjen je^t ntd)t tute frütjer, aber im ^erjen 
blieb er bem ©o^ne gram, ftet§ mifjtranifd), ftetg barauf gefafit, ba^ er 
it)m toieber „einen Streid) madjen" trerbe"'^). !3t)n nod) feinem eignen Silbe 
umjnformen, biefe .^goffnnng f)attc er, fo fci^mer e§ feinem beSpotifdjen ©inn 
faden mod)te, enblid) anfgegeben nnb ergab fid^ barein, ba^ iiad) feinem 
lobe bic Tper nnb bie .^tomöbien it)rc '^dt t)aben unirben. 25?'0'f)t bemüf)te 
er fid) nun, ben guten 6igenfd)aften biefer it)n abftofjenben ^nbiüibualität 
gered)t ju werben unb fanb unter bem tnedjfelnben (Sinbrud feiner ©tirn' 
mungen ah unb an tT)of)t au^ SBorte, bie ^um .^crjen fprad)en unb ben 
^ironprinjen auf bie wef)mittf)ige S3etrad)tung füt)rten^'): „Sr fennt ba§ 
9}?ittcl, fid) bie .^erjen ju gewinnen, aber fürwat)r aud^ ba§ SQJittel, fie 
fic^ ju cntfremben." Slber ben gelegentlid)en Minderungen ber 5lnerfennung 
unb beÄ 58crtrauen§ folgten nur ju fd)nen wieber bie übellaunigen, gereij« 
ten, bijfigen ©d)eltreben, bie frönfenben !^orwürfe. 

Xer Äronprinjj täufd)te fid) über bie ©ad^lage nid)t; er llagte, ta^ 
bic freunblic^c 9}?ienc, bie man it)m ju geigen fid) jwinge, iiid^t öon .^erjen 
fomme, unb ba^ in be§ .^erj^en» ©runbe immer nod) ®ärftoff Oerborgen 
liege. Unb wenn ber 5li3nig in einem gniibigen Mlugeublide ber .^offnung 
3lu§brucf gab, fein ©o^n „werbe einmal gut werben", feuf^te ber in biefer 
bcbingten 2Beife (Gelobte rcfignirt: „3d) miid)te wot)l wiffen, wann biefer 
,^eitpunft eintreten wirb"'. Gr wufjte, baf? er übcrwad)t, ba^ feiner Um* 
gebung nid)t getraut würbe; einen militärifd)en SJJentor, ber il)m uner» 
wartet on bie ©eite geftellt würbe, betrad^tete er nid)t mit Unred)t al§ eine 
l'lrt Cberauffc^er für fid) felbft unb für feinen .$)ofmarfc^all, al§ einen 
„Mlrgus"'-;. ^ort unb fort fat) er fic^ oeranla^t, fid) ^^u t)ertl)eibigen, ju 
entfc^ulbigen, bie ©cfc^ic^ten unb 0efc^id)td)en in 5lbrebe ju fteUen, bie 



1) 6. 67, 2) ©. 96. 3) ©. 21. 

4) ©. 79. 103. .5) 6. 104. 106. 107. 



SntereffenaQians jtptfdjen beni Shron»nnsen unb ©rumbfoto. XVII 

Über i^n im Umlauf waren'), ot)ne baft er [ic^ bciifen fonntc, wer itim 
ben ^reunbfc^aftsbtenft fie ju verbreiten geleiftet l^abcn modjle. '^a?> ^elb 
war weit, ©oü er auf beftimmte '!|?erfönlic^feiten rattien, fo fann er bie ganje 
Stufenleiter burrfigetjen, tiom ^clbmarfd)aa biÄ jum .^^ammerbiener, bem „wiir^ 
bigen ©öergmann" -). SJJit ber §i)bra üergtcidjt er bie Sd^aar feiner Öegner, 
ober oieImef)r, — eine fleine mt)tt)olLigifdje ßicenj — mit bem „I)unbert. 
föpfigen (5erberu§"; er tnirfd)t über bicfe .f offlcfeUfc^aft, bie „berliner 
Sßelt", über „biefe ganje Clique, bereu 9Jhitter bie galfd)licit, unb boren 
pl)rer bie ©iferfnc^t ift"3). D^^iemanb aber Ijätte il)m als ?luf läger gefät)r' 
Iid)er werben !önnen, 9liemanb fonnte i^m al§ 3?ertt)eibiger nü^lic^er fein 
aU ®rumb!ow. Unb barin lag bie näc^fte unb bringenbfte ißerantaffung 
für i^riebric^, fid) mit biefem 9Jianne gut ju ftellen. 

Slbcr ®rumb!ow t)atte noc^ met)r ju bieten. ®r fd)affte bie ®elb« 
fummen f)erbei-»), o!)ne bie ber auf ba§ ^Üufeerfte tnapp get)altene ^rinj 
Weber ben 5lufwanb feines immert)in ein wenig anfprucf)§üoUen ^)Juppiner 
§au§^olte§ nod) bie Unfoften ber SBerbung für bag i^m auöertraute 5Regi. 
ment ju beftreiten tiermo^t I)ätte. ©rumbfow wu^te auf be§ S3rubcrg 
bewegtid^e ^ßorftellungen auci) 9^atf) für bie ©d^Wefter, bie einft fo ftolje 
^ringefftn SBil^elmine, bie je^t, oon SSater unb ©c^wiegeroater gteic^er^ 
ma^en oernad^Iäffigt, mit if)rem jungen ©atten, bem ©rbprinjen oon Sai^ 
reutf), am §ungerturf)e nagte, ©rumbfow war in biefen finanziellen S[)ingen 
erfahren, nad§ jeber Üiic^tung t)in. 5lu§ eignen SOiitteln t)ätte er, fetbft 
ftet§ in @etböerlegen!^eit, ni(f)t t)elfen !önnen. 5lber er fdjijpfte für bie 
Ied)§enben ^önig§finber au§ berfetben trüben Queue, an ber er ben eignen 
^ug §u füllen pflegte, ^ein SInbrer al§ ber !aifertid)e ©efanbte war fein 
^Irjt unb SSunbermann. ®er ^ronprinj i)at ba§ öfterreic^ifdie @oIb in 
ber S^^otf) unb nid^t o{)ne Sefc^ämung genommen; er gewonn e§ nidjt über 
fid§, bem ©rafen ©ecfenborff bei beffen öefud) in 9iuppin münblic^ feinen 
®an! ab§uftatten ^). ©edenborff fanb ba§ auffällig, ungehörig; bei etwas 
mefir ^artgefü^I würbe er ba§ befangene ©c^weigen beS jungen |)errn 
oerftanben t)aben. 

^eubigeren ®an! i)ätten fic^ bie ®rumb!oW unb ©edenborff burc^ 
einen anberen 2)ienft gewinnen fönnen. (Sine ßeit lang f)at ^riebric^ ge^ 
{)offt, in ber §aupt^ unb ©taatlaction, al§ bie feine fünftige 58ermät)Iung 
beljanbelt würbe, mit ©rumbfow'S ^ülfe feine perfönlic^en SBünfc^e wenig= 
ften§ bis ju einem gewiffen ©rabe ^ur ©eltung bringen ju fönnen. §ier 
aber fanb ©rumbfow'S ©efäüigfeit unb (5rgebenf)eit it)re ©renken. 

©ewi^ f)atte ©rumbfow ein ftarfeS Sntereffe baran, fic^ ben Xfiron« 



1) (B. 46. 50. 63. 71. 73. 87. 100. 2^ @. 47. 103. 

3) ©. 73. 96. 107. 4) ©. 45. 90 ff. 5) Sgl. 6. 60. 

Äofet, S3rief»e(^fel ^iebiic^ä be« Otogen. b 



XVI n Sinteihing ju bem 93neftt)ed)ict mit ©rumMow. 

erben ju ücrpflirf)ten. Sene Sorgen nm bie eigne ©td^ert)ett unb bte 3«* 
fünft ber Seinen lunrbcn jcr[treut burd) bie immer wiebcrIjoUen ^^^^eunb» 
fd)aft§t)cr[irf)ernni3cn be» itronprinjcn, burd) bie Sett)enerung, bo^ er bie 
eruiiefcncn il^oljltljaten, unb mijge er jo alt werben wie SJiettjufatcm, nid)t 
öergefjen luolle, ba^ er ©rumbtow'S ®ienfte üergelten werbe an ber ^amilie, 
nn Äinb unb ^Tinbe^tinb, t)i§ in ba§ inerte ©lieb^). Unb wirfte bieje 
5IuÄföt)nung nidjt auc^ auf ©rumbtou)'» ißerljältni^ ju bem 25.Uener .^of 
jurüd? i^riebrid)» 33riefe t^citte ©rumbtow getreulid) an ©edenborff mit, 
unb ber laiferlic^e ©efanbte maljute immer oon neuem 2), bie foftbaren 
^fänber forgfältig aufjubewafireu. 5ßertrauen§mann ni(^t met)r blo| be§ 
^önigg, fonbern je^t auc^ be» Ä^onprinjen, jugleic^ ber Tlmn be§ 3tugen* 
blicfä unb ber äJJann ber ^w^unft, burfte ©rumbfüU) feine Slnfprüdje füg= 
li^ fteigern; fein SSertf), fein ^rei§ mu^te fid) in ber <Sd§ä^ung feiner 
£)fterreid)ifd)en ^reunbe öerboppeln. 

25orerft rechnete ©rumbfow oielmefir mit ber ©egenmart aU mit ber 
ßufunft. S^lod) fa^ bod^ er am längeren Hebelarme; nur er war ber 
©ebenbe, ber ilronprinj oortänfig nur ber ©mpfangenbe. SSa§ galt ein 
SBec^felbrief auf weite @id)t gegen ben greifbaren, unmittelbaren ©ewinn, 
ben ber gefd)winbe pün!tlid)e ®et)orfam gegen bie 93efet)le @ec!enborff§ 
i^m eintrug? «Sein alter ©önner war ma^gebenber für ilju al§ fein neuer 
Sd)ü^ling; fobalb bie SSünfc^e be§ Äronprinsen bie ßirfet ber Dfterreid)i= 
fd^en ^olitif ju ftoren broljten, war ©rumblow feine 3®al)l gegeben. 

!Der ^tan, ben Kronprinzen ^riebridj mit ber ^rinjeffin ©lifabet^ 
(5l)riftine, S^ic^te ber regiercnben Kaiferin, §u t)ermäl)len, öon bem ^rin* 
§en ©ugen fd^on im 2)ecember 1730 empfo!^leu, würbe üon bem SBiener 
§ofe in ber S3ered)nung betrieben, burc!^ biefe SSerbinbung ben ^röutigam 
bauernb für ta^ bi»f)er it)m f leibige ©rj^auS ^u gewinnen '^). SDer Sfteij 
be§ (Molbeä*) unb ^^amilieneinflu^ foUten bie beiben ftarfen 23änber Werben, 
an benen man ben preu^ifd)en Xl)ronerben gu gängeln gebad)te. Ä^önig 
griebric^ 2[ßill)elm, burd) ©rumbfow bearbeitet, l)ielt ben SSorfd^lag genet)m. 
öegen bie ba§ 3al)r juoor bem Kronprinzen ertljeitte ßufage, ba^ er ^wi* 
fc^en brei ^rin^effinnen foUte wät)len biirfen, warb il)m je^t bie ©ine burd^ 
ein 9Jiac^twort al§ feine ^ufünftige ©ematjlin angefünbigt. Sott er ben 



1) ©. 67. 68 unb befonberg ©. 91. 2) ©. 78. 

3) „Slufter ber SSeöernfc^en ^dxati)", jcf)reibt Sugen om 12. Wai 1731 an ©erfen== 
borff, jiei bieg „fc^ttjet ober gar nic^t gu l^offcn". %bt\ttt III, 28; ügl. ebcnb. 16. 

4) „Sein Bi^eifcl ift jonften, ba^ biejeg Ibie ©elbjpenben] \>a^ !räftigfte SJiittel, tooburd^ 
Sie be§ Sltonprinjen SBettrauen ficf) ju^ieljen, auc^ eine mehrere 'D'Jeigung gegen Äaijer* 
licfie 3[Rajeftät felbigem beibringen fönnen, §umal bei ber(ei flüd)tigen ®emütf)ern notl^* 
roenbig in if)re Passiones eingegangen ttjerben mu§, um fic^ angenehm bei it)nen ju 
machen unb mit 9cugen alsbonn operiren ^u fönnen." ^rinj Sugen an ©ecfenborff, 
16. 2tpril 1732; ebenb. ©. 99. 



SSerloBung unb SSermäl^Iunß beg Sronprtnaen. XTX 

oätertic^en ßorn oon Sfleuem entfeffeln? (Sr getoinnt ntrf)t ben SUiutl) ba^u. 
©emüt^ig erüört er bem SSater feine einunaigung, tüä^renb er ©nimbforo 
befc^iüört, if)n ntc^t gu öerraffen, einen STuänjeg ju fd^affen, i^n üor allen 
fingen ^tit gen^innen p laffen. 

9^ie öerlegen gieBt ber jur |)ülte 5(ufgerufene bem unbequemen 
3tt)ifc^enfaa fofort eine feinen geheimen ßroecfen entfprcd^enbe SBenbung. 
®er alten SBal)rl)eit eingeben!, ba^ bie befte 5tbmef)r aUemal ber STngriff 
ift, erl)ebt er gegen ben Äronprinjen ben S3ottDurf ber ©oppcisüngigteit 
unb erflärt, ha^ er fic^ öon bem neuen S)on ßartoS nic^t mivb mit in 
ba§ SSerberben reiben taffen. aJJit biabotifc^er ^erec^nung jielt er auf be§ 
^rinjen meidjfte ©teile, mit einem ^lusblicf auf bie neuen 2^rangfale unb 
^rän!ungen, bie ber äRutter au§ einer neuen ^rrung ^mifc^en 33ater unb 
@ot)n erttjac^fen toerben: „^ä) beflage öon ganjem ^erjen bie Königin" i). 

Stuf bie im Xone fittlic^er ©ntrüftung oorgebratfiten 5lntlagen l)at ber 
^onprinj erregt unb ftolg, fein ttjo^lmeinenber ^ofmarfc^aE 2Bolben ruljig 
unb befcIiTOici^tigenb geantwortet 2), beibe o^ne bie Sntriguen ber ©rumbfom 
unb ©edenborff §u burcfifdiauen '^). Dl)ne ^^i^age n^ürbe e§ bem ajJann be§ 
föniglic^en 33ertrauen§, wenn anberg e§ feinem eigennü^igen ^lane ent= 
fproc^en l)ätte, ein 2eic§te§ gettjefen fein, bem Ätonprin§en §u mittfa^ren, 
bie ©ntfdjeibung l^inauSgugiel^en, ^dt unb bamit Sltte§ gu gettjinnen. 9^ur ju 
balb Ratten @rumbfott)'§ Sluftraggeber ©runb, bie Überf)aftung biefer 2ln= 
getegen'^eit ju bereuen. 3Son oorn^erein I^atte ber Söiener ^of, fo eifrig 
er aud^ für bie braunfc^weigifdje ^ringeffin wirfte, ben ©c^ein ^u retten 
gefud^t; (SedEenborff ujurbe belobt, feinen S3ett)ei§ au§ ben Rauben gegeben 
§u t)aben, ber il)n al§ ben „©tifter ber 23eoernfd^en §eiratl)" l)ätte über^ 
füljren !önnen^); benn ©nglanb follte nid^t oerle^t merben, ha§i ja bi§ ^lu 
Ie|t für eine feiner ^rinjeffinnen auf ben preu^ifd^en Äronprinjen gel)offt 
t)atte. Sll§ bann bie 93e5iel)ungen gmifd^en ben §i)fen öon SBien unb 
Bonbon fic^ immer freunblic^er geftalteten, ha ift e§ ber Ä'aifer Äarl felber 
gemefen, ber ©ngtanb ju Siebe bie 35erlobung §mif(^en ^^riebric^ unb 
ßlifabet^ Sf)riftine rüdgängig ju machen münfc^te; ma» (Secfenborff, bie§'= 
mal erft ^u aEerle|t in bo§ @e£)eimni^ geäogen, anfänglich aßen ®rnfte§ 
al§ eine britifc^e Sntrigue, al§ unben!bar betrachtete &), nal)m eine immer 
beftimmtere ©eftalt an, bi§ enblid^ am 11. Suni 1733 §u ©atäbal)lum ber 
unerprte SSorgang fic^ abfpielte: am äRorgen üor bem für bie 2:rauung 



1) ©. 37 ff. 2) 3lt. 27. 28. 

3) Smmert)in )djxtiU ber ^ron^nnj an ©rumbfottj: >Dieu le pardonne ä ceux 
qui m'ont embrouille cette affaire, car tout le mal qui en pourra parvenir, re- 
tombera sur leurs conscieiices.< ©• 42. 

4) ^rins Sugen an ©ecfenborff, 16. ?rprit 1732, bd görfter III, 102. 

5) S8gt. fjorfter III, 114. 138 unb unten ©. 77. 

b* 



XX (?inIoituiif| ,su bcm Sricfwec^jel niif (Siiumbfow. 

bc8 93rautpaare§ angcfe^tcn 'läge, als bie gefornrntc ^oc^jeitSgejetljc^Qft 
fid) bereits eiugefunben t)atte, mu^tc ©ecfenborff auf ®el)et| be§ Ä^aijerS 
bei bem .Könige auf bie Üöfung beS !i>erUibuiffcS uub auf bie ^sermä^Iung 
be§ ilronprinjeu mit ber ""l^riujeffiu 5lmaUe nou Suglaub autragcu '). 

TamalS war eS ju fpiit. Sni S^^^uar 1732 aber, at§ ber Äronprinj 
feiue .N^ülfe auricf, umr (S^rumbfoui'S Äur§ gar auberS geridjtet. SRad^bem 
er )d)DU feit 1727 üom SiJieucr .^ofe ^a{)x für ^a^r eiue „^enfiou" tion 
1000 jDufaten belogen I)atte, toarb if)m je^t für feine SSerbienfte um baS 
^uftaubcfommen ber Verlobung uub iu 3Iuer!euuuug be§ UmftanbeS, ba^ 
„biefcr Wann eiu großes oor '^{jxo Äaiferl äliajeftdt ©ieuft getoagt" uub 
„ftopf, ^^reifjeit uub (S^re" babei ouf baS ©piet gefegt ^ahz"^), eine „oIler= 
t)öc^fte öegnabiguug" üon 40 000 Bulben ju X^eiP). 

6ef)r freubig um baS ^crj war eS bem ©rafen ©edeuborff bei bem 
|)anbel uic^t; er meinte: „Cbirot)! ber Ärouprins fid) mit @ruub nie 
befc^njeren !aun, bafs Äaiferüc^e SJiajeftät ju biefer Slttians unmittelbar 
geratt)eu noc^ get)oIfen, fo ift boc^ §u fürcf)ten, ba^, wo nic^t @ott beS 
^onprinjen §erj fonberlic^ önbert, man met)r 58bfe§ alS @uteS fic^ oon 
biefer !öermät)lung ju tierfpred^eu t)at"4). 

jDer ^onprins beugte \\6) unter ben SBillen beS SSaterS, ben Söitten 
©rumbfow'l. (Sr fonnte nad) Sage ber ®iuge nid)t mot)I baran beulen, 
feinen Sunb mit bem Tlawm, ber fid§ im entfc^eibenben '^ugenblide if)m 
entjogen ^atte, ju löfen uub auf ein (5^u|0er^ältni^ ju öerjidjten, baS 
boc^, wie fid^ eben gezeigt t)atte, eine @^u|l)errfc^aft ju fein beanfprud)te. 
^tx 93riefwe(^fet würbe fortgefe|t, au§ 9?uppin nad) ber 33erIobung wie au§ 
Äüftrin DDrt)er. „©edenborff uub ©rumbfow fteljen t)5d^ft gut mit mir" 
f einreibt ^riebrid^ am 5. ©eptember 1732 an bie ^rin^effin 2Bilt)eImine*), 
„uub hi^ auf tk §eirat^ ti)un fie mir @ute§ an". 

2:;iefe 5(uSnat)me einmal jugeftauben, fu^r er nun aud) feinerfeitS fort, 
bem unentbef)rli(^eu, unoermeiblid^en ©rumbfow leiblidieS SSertrauen ju 
jeigen: er wagte in feinen Briefen 5iu|erungen uub ÜJiittI)eiIungen, bie, 



Ij ©. 76 ff. 81—83. 85. 112 3(nm. 5. 

2) ©ecfenborff'ä 93eric^te tont 23. Februar unb 5. ©eplember 1732, bei prfter III, 
83. 109. «gl. noc^ 2(. 0. 9Irnet^, ^ritts (Sugen, III, 334 ff. 

3; 9Sgl. ebenb. 110. 132. ©rumbfow l)at na6)mal§ bel)auptet, ber König fei bon 
ben „glänjenben (VJeic^enfen" bes SQSienet .^ofeig getreulich unterrid)tet nporben (bgl. ben 
S3rief an Sedenborff oom 3. geptember 173.5, bei ^roi^fen IV, 4, 435); aber au^ 
©edenborff'g ©c^riftmec^fel mit bem ^ringen (£ugen erficht man, unter raie großen S3or= 
fic^t^moBregetn bie i^m beftimmten Summen an ©rumbfottj übermittelt würben. SSgl. 
?^örfter, Urtunbenbud) II, 175. 190. 197. 2((0; III, 325. 351. 352. 355. 375. 383. ©afe 
©rumbfoh) fc^on 1714 im $Rufe ber 33efterf)üc^teit ftanb, geigen bie in ben Acta Bo- 
russica a. a. D. U, 19 — 21. 155. 157 erreä^nten SSorgänge. 

4) görfter III, 82. 5) (Euvres de Fr6deric le Grand XXVII, a, 8. 



3ur S^arafteriftil bet Sriefc bis 1733. XXI 

öor ben S^öntg gebrad)t, tt)m fd)tüer[te Ungnobe eingetragen f)aben tt)ürbcn. 
®r wu^te, ba^ ©rumbfow, nic^tg lueniget al§ ein griesgrämiger ©plitter- 
rid^ter, fic^ an boS leben unb teben taffen f)iclt. 2)aB fein ajientor nie in 
einen jc^nlmeifterlid^en Xon oertiel unb felbft ben unangencl}men 2)in9en 
eine gefällige ©infleibung ju geben oerftanb'), rect^nete i[)m ^riebrid) Ijod) 
an. Unbefangen legt er ein @elbftbe!enntni^ ab unb oertritt bie 5tnfidjt, 
ta^ ßato nic^t Sato war al§ er jung njar-'); er mac^t fein §el)I an^ 
feinen £eibenfc^aftcn, au§ getegentlidjen 2lu§fc^reitungen, au§ feinem $)ang 
jur Sequemlid^feit, feiner 5lbneigung gegen cameraliftifc^c Ätubien unb 
gegen ben Kleinbetrieb ber ©taat^oerraaltung unb ^^inauäroirtljfc^aft-'); er 
gefielt, ba^ er bem al§ Prüfungsarbeit oom 5?önige it)m ertt)eilten ?(uftrag, 
einen ^ad)tanfd)Iag aufgufteüen, o^ne fremben ^öeiftanb nid}t würbe auS= 
führen !5nnen, nennt feinen Reifer unb ^eifdjt obcnbrein oon ©rumbfoiu 
jelbft |)ütfe^). (5r c^arafterifirt unb fritifirt feine Umgebung, bie äBolben, 
§ille, ^a^ma^)\ er fpric^t auc^ über fein 23erl)ältni^ §um ^atcr mit 
öiel Dffent)eit, ftic^elt auf bie Äärglid)feit ber ^ofljaltung",, auf bas 
XabadScoüegium, ben bi§ jur Kneipe gefundenen ©enot^), auf ba§ mili' 
törifd)e ©riHf^ftem, in beffen 2)ienft auc^ er fid) je|t gefteüt fieljt^). Unb 
bei oüer 3urüdf)altung, bie er fic^ in ber Erörterung religibfer ^^ragen 
auferlegt 'J), !ann er bod) lofe Söemerfungen über bie ©eiftlidjfeit, bie „t)eilige 
fRoce", nid^t unterbrüden. 

Slud^ ta§> ©ebiet, auf bem bie beiben fo ^ort aufeinanber gefto^en 
Waren, bleibt in bem S3riefwed^fel nid)t unberüt)rt. ^^riebrid^ madjt aud) t)ier 
au§ feinem §er§en feine äJiörbergrube unb entleert \>a^ güU^orn feines 
SJJutwiEenS über ben ©egenftanb nid^t ber eignen, fonbern ber t)äterlid}en 
SBaljno); ja beim |)eranna()en ber „fatalen (£pDd)e" tt)eit)t er ©rumbfow un= 
6ebenflid^ in feinen t^^tbäugSpIan für ben @{)eftanb ein ^i). 

2Kit bem 5tugenblid ber SSermäf)Iung (12. Suni 1733) bricht ber S3rief= 
toe^fel plb|lid^ ob. 3luS bem §erbft 1733 ift nod) ein oereinjelter Srief 
er!^alteni2), au§ bem Sa|re 1734 liegt nidjt einer öor, unb ©edenborff, ber 
immer mi^trauifc^ gegen ben „l)5d)ft referoirten .^errn" geblieben war»») 
unb feinen ©rumbfow t)or ju großer Dffenf)eit gewarnt l)atte»S', fragte 
jc^t, ber Kronprinz f)abe fic^ feit einiger ^di „in feiner SScife fo auf» 
gefül)rt, ba^ er ber Kaiferlid;en @nabe würbig wäre"^^). 



1) SBgl. ©. 9. 2) S. 65. 75. 3) ©. 105. 112. 

4) ©. 67, 71. 86. 5) ©. 46. 66. 69. 87. 94. 6) ©. 22. 

7) ©. 79. 8) ©. 15. 47. 105. 9) ©. 46. 70. 80. 92. 

10) 6.52.56.57.66. 92-94. 11) ©. 101. 104. 107. 108. 12) 9?r. 89. 

13) SSgl. <B. 60 unb prfter III, 148. 

14) ©. 77. SBgl. ouc^ 6. 38 5lnm. 1. 15) görftec III, 231, 



XXII Sinlcituncj 511 bcm 'iörtefrocdiid mit ©nimbfoni. 

5ll§ bcr 'i-^ricfiiicdijcl mit bcm $)crb[t 1735 tüicbcv ciiifcl3t, trägt er 
einen felir iHniinbcrtcn ßtjaracter. 2)ic ßeitcn unb bic 9)tcufd)cn t)aben 
fic^ gcroanbelt. 

^a§ ^l^cvl)ättnif^ bc§ So(inc§ ju bcm S5ntcr i[t nod) fein tcfricbigen« 
bc§, gefd^iucigc benn ein t)crstid)c§ gcuiorbcu; nodj immer uiirb bcr ^ron-- 
Vrinj mif^trauifd) beobadjtct ') : nod^ ftagt er, nie werbe ber 5^önig feinen 
(ginn önbcrn: „'9(ic I)atte ein Äünftler eine fo jd)Ied)te SDZeinung öon bem 
eignen 2ikrfc, mie ber iiönig üon bem feinigen" 2). 2lber ®rnmb!otD'§ 
*i8er^äItniB ju fyricbrid) 3i^i^)cIm 1. tjat fid) iicrfd)oben; feine SSertranen^' 
fteUnng ift erfd)üttert, njenn aud) nicf)t befeitigt. @d)on ift er ber ©orgen= 
noUc nnb Unfidjcve, ber be§ 'jRatt)e§ bcbarf, ber be§ Kronprinzen 9ktl^ 
erljält nnb befolgt''). 

i^tiebrid) I)at fid) gefeftet, in feiner äufjeren ©teüung nnb innertid^. 
<Sein Seben Ijot 3nt)alt genjonnen, t)Qt je^t eigentlid) er[t für i^n begon« 
nen. „^ier rnt)t, ber ein ^a\)v gelebt IjaV, foü man anf feinen ©rabftein 
fd)reiben, tnenn er je|t [tcrben foUte — fo öerlangt er e§ 1737 *), ein 3at)r 
na^ feinem Singug in 9xl)ein§berg, fein erfte§ (ganSfouci &). @§ finb bie 
Satjre, ba er ben leeren Seclenraum, n^ie eines feiner ©ebid^te fagt, burd^ 
©elbftbelcljrung aufzufüllen bemüt)t ift*''). 9^id)t meljr ha^ SSergnügen') 
gilt at§ 2eben§zroed. ©0 gewinnt ouc^ ber S3rieftt)ed)fet einen reicheren 
3n{)att. ©tatt wie frül)er unbebeutenbe SSorgänge ou§ ber ®inf örmigfeit s) 
feine? täglichen 2eben§ p ergätitcn unb !teine, bisweilen red)t platte ©pä^e 
jum bcften ju geben, ftellt griebrid) faft burd)Wcg ernfte ©egenftänbe jur 
Erörterung, p'^ilofoptiifdie unb religiijfe ^^'^agen, literarifd^e unb fjiftorifd^e, 
unb tior aüem potitifc^e. 

S(t§ ßcugniffe für bie ©ntwidetung ber retigiöfen unb pt)i(ofopt)ifci^en 
5lnfc^auungen beS Äronprinjen ergänzen biefe S3riefe in wiUfommener SBeife 
feinen Sriefwec^fel mit ^riebric^ Ulricf) 0. (Sut)m unb ©raf ©ruft 6l)riftDpl^ 
t). 3JianteuffeI''). 9Benn ©rumbfow bem Äronprinjen im S^^otiember 1735 
auf bie Silage über bie Unficf)ert)eit unb jugteic^ 5InmaBtic^feit aüer üteli* 
gionöft)fteme fein eignet ©laubensbefenntni^ mit SBörme unb StuSfütjrlid^» 
!eit barlegt"'), antwortet griebrid) gauj^ furj, ber fef)r fcf)bne unb fet)r 
c^riftlic^e SBrief, ben ber ^apft mit .^ülfe feiner fiebrig Karbiuäle nic^t 
beffer l)ätte fcfjreiben tonnen, würbe it)n beteljren, faUS anberS er erft be= 
fe^rt ju werben brandete"): wenige SJionate fpöter^^) jp^ic^t er felber öon 
feiner „93efet)rung" — feiner S3efet)rung burcf) bie 2öoIff'fcf)e ^^iIofopt)ie, 



\l S. 167. 176. 2) ©. 169. Sgl. (2. 129. 3) ©. 141. 142. 144. 145. 

4] ©. 164. 5) ©. 154. 6) SBgl. OUC^ ©. 125. 
7) Sgl ©. 89. 8; S3g(. S. 74. 98. 

9; (Euvres XVI. XXV. Sgl. unten S. XXXI. 10) ©. 119;ögl.©.134. 172. 

11) S. 120. 12) ©. 126. 



3ur e^arafteriftif ber 5^ricfc jeit 1735. XX III 

bie tljm ben ©lauben an otele, bi§f)er it)ni strcifel^afte 5)inge tüiebcrgcgcben 
{)abe. Sf)n für ben @otte§* nnb Unftctblidjfeit^glauben jn retten, eben 
gu bem ^mecfe f)atten ©ul)m unb 2lhnteuffe( ityx mit SBoIff befannt ge^ 
mac^ti). ©rnmbfow \)at bann in einem un§ nic^t Dorliegcnbcn iöriefe anf 
eine anbere ©rfenntni^queHe Ijingeiuiefcn: bie $8ibet. 2)a le^nt inbeft ber 
^onprinj bie ^nmntljung, ben Xobia§, bie iDhccabiicr ober bie 2lpo= 
faltipfe lefen ^u foUen, enljc^ieben ah unb mill oon ber (£^ri[tenlet)re nur 
bie Moral gelten laffen^). 

(Sr {)at bann mit ©rumbfom biefe (Erörterungen nid)t fortgelegt. 3^cr 
Slngetpunft ifjreg fc^riftlic^en ß^i^Sefpi^üifj^ iüirb bie ^:]5otitif. §riebrid) 
tjerfotgt bie poIitifcJien 25orgänge mit gefpanntefter 2Iufmerffamfeit nnb 
perfönlic^ftem SInti)eiI; für unfere Äenntni^ feiner ßinbrücfe, feiner 3In= 
fiepten, feiner ßntmürfe finb biefe Briefe meitaul bie ergicbigfte Cuelle. 

®er Äronprinj mei(^t ber politifd)en ®i§cuffion nic^t me^r roie frütjer') 
au§, obgteid^ er auc^ je|t noc^ gelegentlidj erftären muß^, ha'^i nw^w- 
reidjenbe ^unbe ber ^abinet§'®et)eimniffe iljm ein Urttjeit unmbg(id) mac^e. 
®rumb!ott) t^eitt if)m einen Xt)eil ber einlaufenben ®efanbtf(^aftÄberid)te 
mit, gons auf feine SSerantroortung, nid^t auf äBeifung ober unter 3u= 
ftimmung be§ ^onig^'). 2)er (Smpfänger fagt mot)I, ha^ e§ einen eignen 
Üieij l^abe, über bie §anbtnngen ^Inberer fing gu reben unb ^^läne ju 
entwerfen, o|ne für bie 2(u§fülirung oeranttüortlid) ju werben*^); in SBa^r« 
f)eit f)at er bod^ für feine Slntmorten me^r aU eine afabemifd^e Sebeutnng 
in 5tnfprnd^ genommen: gang unmittelbar forbert er ©rumbJoiu einmal 
auf, tjon feinen Ü^eflejionen, feinen S3orfd)Iägen (SJebraud) gu machen'], 
b. }). i^nen beim ^ijnig, ujie fid^ öerfte^t otjue S^iennung bc§ Ur{)eber§, 
©ingang gu oerfdiaffen. ®enn atlsu fe'tir liegt if)m „ba§ §eil ^^reu^ene" 
am ^erjen, al§ ba^ er fic^ über bie SUli^erfoIge ber preu^ifdien ^4>oIitif 
nid^t !ränfen unb lieber gu öiel al§ ju menig fagen foUte«). 9Jiit 5ertif= 
fenem §erjen, fo f)at er fpäter erjätilt";, „empfanben bie guten Patrioten 
bie 9]ic^tad)tung ber Tläd)k gegen ^riebric^ 2Bilt)eIm I. unb ta^ 5.kanb^ 
mal ba§ bie äBelt bem preu^ifd^en ^aimn aufbrücfte". @rumb!oiü fonnte 
bie SUli^erfoIge unb ^etjter nid^t in ^Ibrebe ftellen unb ging in ber Äritif 
be§ 5lönig§ jiemlic^ meiti«), ttjä^renb er bie 9iat^geber entfc^ulbigte: auc^ 



1) Sßgl. „Sronprins" ©. 140 ff. 

2) S. 127; ögl. ouc^ ©. 120 unb (Euvres XVI, 162. 

3) ©. 82. 4) ©. 157. 

5) ®er obhjetc^enben 3Innof)nte üon Srotjfen V, 1, 57 ilxm. 1 fte^t, öon fonftigen 
Umftänben abgeje^en, fcf)on bie 33emerfung im (Eingang Don 3lt. 119, unten ©. 149, 
entgegen. 6) S. 156. '] S. 149. löo. 

8) ©. 144. 147. 9) (Euvres II, 51. 5ßub(icationen IV. 212, 

10) S. 145; Dgl. aü6) ©. 178. 



XXIV Sintettunci ,su bem ^öriefiüec^fel mit ©nmibfon). 

xotmx ba§ SDiintfterium (Eingebungen t)ätte, burc^ bie e§ bie größten «Staats* 
mannet ber 323elt überträfe, \o würbe bod^ jeber oernünftige ÜDZenjd^ fic^ 
bei Seite l)altcn, in Stubctrad^t be§ Um[tonbe§, ha'i^ „man" für ben 5lu§'- 
gang nadjljer bie 3JJenfcI)cn unb nid)t bie ©ottljcit üerantwortlid) madjc. 

ßroci europäifd)c Srcigniffe bilben t)or anberen ba§ Xl^ema be§ öoli« 
tifc^en 9Jceinung§au§taufc^e§: ber t^riebcn§fct)tu^ oon 1735 nnb ber batb 
barauf beginnenbe biplomatifdje ?5ßtbäug ber @ro|mäd)te gegen ^reu^en 
in ©adjen ber iülid)=bergifd)en (Erbfolge. 

S3eibe SSorgänge waren mit i^ren ^flebennuiftänben banoc^ angetf)an, ben 
Slronprinjen in bie eifernbe, oerbammenbe 3oi^i^£§[t^"^"uing ju t}erfe^en, 
bie un§ au§ feinem ^Intimacd^iaöell entgegentritt'). ®ie 9^ad)tt)ir!ung ber 
§enriabe, aU bie Jnebrid) feine Sßibertcgung be§ Principe be^eidinet t)at. 
Dereinigte fid^ mit ber ^ad^n)ir!ung be§ tiefen unb ipeinüd^en (£inbrud§, 
ben bie maci^iaöeUiftifd^e Staat§!unft feiner älteren 3^itgenoffen ouf i^n 
gemadjt. 2öir fef)en ben Stntimacd)iaüeII gleid)fam !eimen: nic^t blo^ bie 
(SJrnnbgebanfen, aud^ einzelne Sftebemenbungen unb gefd^id)tlid^e 33eifpiele 
au§ ber 1739 abgefd)Ioffenen Sd^rift Hingen feit 1735 in biefen SSriefen 
bereits an^). ©rumbtom mag über it)r entrüfteteS ©dielten leife getädieU 
t)aben; er erroibert einmal, ba§ bie mobernen 9}iajimen ben, meld)er bem 
allgemeinen Srauc^e nid^t folge, faft ber £äd^erlic^!eit ausfegen, unb ba^ 
ein t^ürft, ber fid) auf 3fled)tlid^feit oerfteifen motte, inmitten aüer ©d)Iingen 
unb ^attftride ben f^merften ©taub t)aben mürbe; fid^erlid^ mürben mel^r 
dürften oon Streli^ ober äJJiroro il^re ©eele falöiren, als 9)ionard^en 
erften langes •'). 2)er alte SJJinifter, ber tjiele Sal)re an biefer tjarten 
©peife getaut, mu^te S3efc^eib; ber junge ^rinj foUte feine ernüd^ternben 
(Erfahrungen erft mad)en^). ^od) auc^ je^t giebt er fd)on bie Sofung auS, 
ben Sßiberfac^ern ©leid^eS mit ©teid^em gu tiergelten, unb fdjridt oor ber 
(Empfehlung auc^ macc^iaüetliftifc^er ^ampfeSmittel nid^t gurüd^). 

Begen beS ^^riebenSfc^luffeS oon 1735 tabelt ber preu^ifdje Äronprinj 
nidjt ben 5!aifer, mot)l aber ben Seiter ber fran^öfifd^en ^olitif, ben 
Äarbinal i^leur^; ber l)abe burc^ bie SSert)anblung ein ^robeftüd ber 
feinften Betrügerei abgelegt, bie je ein ©taatSmann nod) auSgefponnen^). 
i^teurQ gilt il)m feitbem als ber X^puS beS falfdien ^^reunbeS unb treu* 



1; SSgl. S. 118. 121. 122. 124. 131. 135. 150. 159. 160. 

2j 9SgI. ©. 118 9lnm. 2. 121. 124. 126 9lnm. 1. 178. ^n äfinUc^er SSeije ^at 
W. ^o§ner im 2Intimaccf)iotieü bie SOßiebetfe^r ber Sfianbbemerfungen be§ SJron^jrtngen p 
HJiontelquieug Considerations sur les causea de la grandeur des Romains nac^ge» 
Wiejen öiftorifc^e Beitjc^rift XLVII, 252 ff.). 

3) ©. 162; ög(. and) ©. 122. 

4) SSgl. „Äönig gtiebric^ ber Orofee" I, 181; II, 9. 

5) 6. 169; tjgl. ©. 149. 150. 

6| ^. 121; ögl. 8. US. 124. 150. 174. 180. 181, 



3ur e^araftetiftif ber Söriefe jeit 1735; «ßolitif. XXV 

lofen SSerbünbetett, ber feine 9Jtitftreiter fcrupelloö ^rei§ giebt') unb bie 
öffentlichen S3ett)euerungen feiner Uneigennü^igfeit iiiige werben läfet. 

SSiel näljer, gan§ unmittelbar, njurbe \)a§> preu^ifd^e Sntereffe burc^ 
ben ßollectiüfc^ritt betroffen, bnrd) ben bie ©roBmäc^te, ber Äaifer unb 
^ran!reic^, ©nglanb unb ^ottanb, bie ©ntfc^eibung ber jülic^^bergifcljen 
Erbfolge für fic^ in 5lnfprud) nahmen, §ier mac^t ber Äronprinj bie 
^ransofen erft in ^weiter Sinie üerantwortlid). ®ie 5'Iugfd)rift2) aUerbingS, 
bie er bei biefem Stnla^ aufarbeitete, of)ne fie fdjliefelid) ju veröffentlichen, 
richtete it)re ©pi|e gegen %xanlxdd), um bie ©eemüc^te öor ber 33erbin^ 
bung mit it)rem alten SBiberfac^er ju warnen; öiet peinlicf)er inbef^ al§ 
bie Haltung ber ^ranjofen würbe in ^reufeen bie 93ett)eiligung, bie 3ni= 
tiatiöe be§ ^aifer§ empfunben. 

®er SSiener §of öerfut)r in ber jülic^^bergifc^en ^^roge tote bamaU, 
al§ e§ fid^ um bie 9Sermäf)Iung be§ preu^ifi^en Slronprinäen get)anbelt 
I)atte3); b. f). er änberte feine ^oliti! rücffic^t§Io§ unb unerwartet, fobalb 
er oon anberen äJiäd^ten nocf) größere SSortt)eiIe erwarten ^u fönnen glaubte, 
aU bi§f)er t)on ^reu^en. ^aifer .^arl VI. t)atte in bem berliner ißertrag 
oon 1728, gegen bie 2tner!ennung feiner ^ragmatifc^en ©anction bnrc^ 
ben ^önig oon ^reufeen biefem bie S^^ac^folge im §er§ogtt)um öerg oer-- 
bürgt; je|t, neun ^a^xz fpäter, bot berfelbe Sitaifer bie 9Jiäd)te gegen 
^reu^en ouf, um griebrid^ SSiU^etm ju zwingen, feinen ©rbanfpruc^ it)rem 
(Sdjieböfpruc^ gu unterwerfen, unb fc^Io^ obenbrein bemnäd^ft ben get)eimen 
SSertrog mit ^^ranfreic^^)^ iiact) welchem ber einftweilige Sefi| jene§ ^erjog« 
tt)um§ beim Xobe be§ 5?urfürften t)on ber ^fal§ ^reu§en^ 9^ebenbut)Ier, 
bem ^faljgrafen oon @ul§bad^, guftet)en foüte. ®raf ©ecfenborff, ber bi§ 
ju gewiffem @rabe boc^ aufrict)tig vorgegangen war, t)atte oon oorn^ 
herein gewarnt^): werbe man bem Könige oon ^reu^en wegen S3erg nic^t 
OoIIfommen ©enüge t^un, fo werbe fii^er „au§ ber in 5Ibficf)t get)abten 
gTeuubfc^aftS^erfteüung ein ewiger itnau§töfc^Iic^er §a^ entfte^en". 

Slber @ecfenborff'§ ßeiten waren je^t vorbei; er !lagte, ba^ er in äöien 
met)r aU ein ^reu^e benn al§ ein Öfterreic^er betrachtet werbe <^), unb 



1) griebrtc^ gelber l)atte tuöl^renb bei ^iegeS eine 2trt S8er:^anbrung mit bem fron* 
jöfiji^en ®eianbten angefnü<)ft; ögt. Lavisse, Le Grand Frederic avant Favenement, 
Paris 1893, p. 324 ff. 

2) m. ©uncfer, eine giugfc^rift be^ Sronptin§en griebric^ (5lu§ ber 3eit gfriebric^ä 
be§ ®ro6en unb f^riebricf) SBil^elmS III., 5tb:^onbIungen gut preu^tfc^en ©efc^ic^te, Seipäig 
1876, ©. 1—46). SSgl. unten ©. 175. 

3) Oben ©. XIX. 

4) 13. Sanuor 1739. 35gl. ^reu^ijc^e ©taatSfc^riften ou« ber SiegierungSaeit 
griebric^§ IL, II, 170 ff. 

5) ©edenborff an ben totfer, 14. Dctober 1726, bei prfter 11, I5ü. 

6) ©edenborff an ©rumbfott), 9. SD^ürs 1736, bei ^roQfen IV, 4, 447. 



XXVI ©iutcitunfl ,yi boin '-i^ricfit)ed)jcl mit ®ruinbfon). 

iiad) feiner luuUiirflicljcu 6iriert§fül)riing gcflcii bic lürfen roarb er ®nbe 
1737 >) Quf bic [>-c[tuiu3 (^xa^ gcjdjicft. 5liidj ®rumbtow"§ SO^ittlcrrofle tuar 
jc^t au^gejpielt. ßt\)n ^a\)xc laug tjabe er baran gearbeitet, rüljinte er 
fic^ 1737- gegen Sedenbcrff, bic norljer fo entzweiten ^ofe luieber jn üer= 
einigen, ^^a^i @cljcimnif3 feiner örfolgc uub feinet ®iufluffe§ feittjer war 
gcwefen, ta^ ber Äönig, gegen bie aufiinglidjen löerbünbeten, ©nglanb 
nnb 5^-anfrcid), aufgclirai^t, t)k 5lnnäf)erung an ben SiUener §Df fid^ ge= 
luiinjc^t I)attc. 3)icfe Stimmung l}attc ©rnmbfow ertannt uub genüljrt, 
nid^t l)evtiorgebrad)t; er t)atte il)r feine Xattif angepaßt uub fie auSgenu^t, 
für Öfterreic^ unb für fid^. 'änd) er bi§ §u getoiffem ©robe aufridjtig, !t)atte 
unrflidi geglaubt, baf? ber bcrgifcfie (Srbanfprud) feine§ ®ebieter§ bei engem 
■ülnfdjlufe an ben iiaifer am [idjerften gemaljrt fein werbe. 21I§ fid; bie 
äJorauSfe^ung al§ l^infäüig ernjie§, al§ ber SBtener §of bie Erwartungen 
be§ iUinigc^ oon 'i|3reuf3en unb bie eigenen ^^tfaQen nid^t erfüllte, ba t)iett 
e§ aud^ ©rumbfow an ber ßeit, fid) abjuwenben, nnb ertlürle feinem 
Iangjüt)rigen DJiitoerfd^wornen ©edenborff: „3Jian mü|te ein S^arr fein, 
um fid^ mit feinem ^etrn ju überwerfen unb jum ßo^ne SSorwürfe gu 
empfangen wie ein SSerrätljer, ber bem Reifer ben (Sib geleiftet t)ätte"3). 
5i3on nun an gatt er in 253ien gerabe^u al§> ©egner''). 

äöie Äönig ^-riebrid^ SBilljelm, üon bem ^aifer öertaffen, in bitterfter 
ßnttäufdjnng fein „ba ftet)t ©iner, ber mid) räd^cn foü" fprad)'^), fo erinnerte 
fidj örumbfow be§ üaffifdjen 58erfe§, ber einft bem grofien Äurfürften 
grimmigen Xroft gewäl)rt Ijatte. ®r gab ber Hoffnung SluSbrucE, ba^ 
einft ber Äronpring aU biefer Ütäd^er auffteljen werbe, ber bie Käufer 
Sourbon unb §ab§burg, je nad^ ben Umftönben, letjren werbe, ba^ man 
nic^t ungeftraft eine 9Jiad)t wie ^^reu^en oer(e|e''). 

Xod^ war ©rumbfow ber äJicinung, 'i)a^ ba§ ^au§ Defterreid) fid^ in 
ber glüdlid^en Sage befinbe, fid) !einen S3eforgniffen Eingeben jn muffen, 
ba bie 9Jiel}r,^al)I ber SÜiädjte it)m iljre 33ürgfd^aften für bie ^ragmotifd^e 
©anction ertljeilt I)ätte"). (Sr wiberfpra^ barin bem Äronprinjen, ber 
i^m oorauöfagte, wenn ber Äaifer tjeute ober morgen ftürbe, fo werbe 
ein jeber ein Stüd oon bem S^ac^laf? begefjren. ^^riebrid) lieB fid^ oon 
biefer 5(nfic^t nic^t §urüdbringen^). 



1; Unten S. IM. 173. 174. 

2; 3. September; bei 2;toqjen IV, 4, 435. 

3 gbenb. 6. 436. 

4 gbenb. IV, .3, 382. ^n jeiner SBeife na^m ®rumbfott) jejjt ag)erbft 1735) öott 
granfreic^ ein ©ejc^enf an: biesimol wie e§ jc^eint mit ©enet^migung be§ Stönigi. SSgl. 
JouiTial Beeret du baron de Seckendorff, Tubingue 1811, p. 45. 55—57. 61. 78. 87. 
155. 156. 158, 

5 Journal de Seckendorflf p. 139. 6) Unten ©. 161. 
li <£. 154. 155. 8) 6. 180. 



3ur efjaraftenfttf ber ^Briefe feit 1735; «ßolitif. XX Vif 

(£r hnnte feine 9?oIIe, er emartete fein ©tid^wort '). ^lunr, wenn 
feine ibtjüifc^e Stimmung über iljn fam, mute er fic^ nid)t bcnen jn- 
5ät)ren2), bie \)a berufen feien ju ^anbeln, fonbern benen, bereu 93cftiminuug 
fei gu benfen unb über SInberer ^anbhtngen nac^sufinncn, unb erflärte, 
ben gegenwärtigen STugenblic! genicBen ju inoden, al§ ba§ ©in.vge, roa§ 
un§ öon unferem ßeben eigentlich angeljöre^j: btc ^-i>ergangenl)eit Ijei^t iljm 
ein Xraum unb bie 3u!un-ft eine St)iniäre. Unb bodj erfefint er feit 
longem ungebulbig bcn Xag, ha ^rieg§ruf erfdjaüen foll, unb fürchtet, mit 
brei^ig Sai)ren ju alt geworben ^u fein, um ha^ trieglljonbrnert ju er= 
lernen, ha§> met)r beonfprnd)en bürfe, all bie (Spätlinge be§ ©reifen^ 
flei^eS^). @r fagt fi^^j^ ^(^^ t)ie g^iotur nod^ ntte Xage gro^e 9Jiänncr 
augfät, aber t>a^ allein fie nict)t im ©taube ift, tt)re Saat jur 9icife ju 
bringen, ha^ ©reigniffe öon aui3en Ijer baju beitragen muffen: geeignete 
erjiet)ung, 9KitteI unb ®elegenf)eiten unb öor Slttem ba§ ®Iüd, sur red)ten 
©tunbe sur äßelt gefommen ^u fein, ^r Üagt''), baf? bo§ 3a{)rt)unbert, 
5um Unglüd für ^reu^eu, me^r burd) biptomattfd)e Raubet al§ burc^ 
^rieg§ereigniffe gtönst: „wir finb in guter ^ofitur nad) ber mi(itärifd)en 
@eite, ober unfere $8ert)anblungen ^aben feinen 9^ac^brud ; e§ fc^eint, boji 
eine öerberfclic^e ©rftarrung unfere au§wärtige ^olitif betäubt l)at". 

®er ^ronprinä ^at longe für bie ©urdjfüljrung ber preuf^ifdjcn Sin- 
fprüc^e auf ba§ ^erjogtl^um S3erg ha^ §eil öom Äaifer erwartet',, hi?> fid) 
it)m Stnfang äRär^ 1737 bie Singen öffneten über bie wat)ren ©efinnungen 
be§ SSiener §ofe§, al§ Sari VI. ben ÄTönig öon ^^ranfreid) ju einem gemein^ 
fomen biplomatifc^en ©d^ritte gegen ^reuf^en oufforberte^j. ©as ^ßerljalten 
Defterreid^S in ber bergifc^en ^ta^e ift in ber ^ol%t für ^^iebric^ bie 
3flid)tfd)nur geworben für fein eignet 3Sert)aIten gegen biefe 9JJad)t unb 
gugleid^ eine ^anb^abe für bie 2öaf)rne{}mnng ber preuj^ifdien 5(nfprüd^e 
auf ©djtefienö). SSon nun an freut er fid^ ber militärif(^en ajiijjcrfolge 
unb ber politifdjen S3ertegent)eiten be§ ef)ematigen S8unbe§genoffen >"). Unb 
algbalb nac^ biefem Umfdjwung fagt er bem SSiener §of bie (Sc^idfalsftiinbe 
öoraug 11), ben großen SSenbepunft ber beutfc^en unb europäifc^en ©efc^ic^te. 



1) ®er Äronprms [c^reiBt an ben grinsen Don Dranieit, 7. (September 17a7, aller* 
bingg in etroa^ anberetn 3ufoinment)ange: »Je me trouve dans la Situation de cea 
acteurs qui, attendant leur tour cä la declamation, pretent peu d'attention au rule 
des autrest. Stanfe, ©ömtlic^e SBerfe XXIV, 201; ögl. ebenb. XXVII/XXVIII, 273. 

2) ©. 164. 3) ©. 130. 4) ©. 55. 102. 
5) ®. 164. 

6).©. 147. 7) (g. 149; ögl. auc^ S. 48. 89. 

8) SSgl „S?ronprinä" ©. 189. 190. 

9) SSgl. „tijttig griebric^ ber ®rofee" I, 50. 51. ^reufetfc^e 3taot>3id)riften auö ter 
aUegierung^äeit griebrid^^ IL, S3erltn 1*^77, I, 51. 

10) S. 15Ü. 159. 1G3. 11) ©• 154. 



XX VII l Stnicttunfl ,^u bem Sricfrocc^fel mit ®rumbfott). 

ganj luic luid) incl)v aUi Ijuiibcrt Sflljrcn ein jlüeiteg 9JJaI in unferer ®c* 
jc^id^te ein fommciiber ©taat§manii bie fommciibe @timbc noraug geje'^en 
inib ncrfünbct l)at '). Dl)nc t>a[] fein ^lan im (Sinjcluen il)m bereite fe[t« 
ftclit^l, ift bcv Mvonprinj oon 'ipveuf^en cutjd^Iofjcii, bcii ©taat, beffen 
Srbc er jcin wirb, nad) ben Xagen bc§ 3"frf}iiiini§ unb ber Uneiitjdjieben* 
^cit ju einer ^^^olitif be§ Sntjd^Iuffcc^ nnb ber Xljot I)inüberäufül)ren; ben 
bebenflid)cn ©rumbfoiu bebeutet er'^), baf? bie Älugljeit jwar fei)r geeignet 
i[t, 5u erljalten, iiui^ mau befi^t, aber baf? aüein bie 5l^üt)nt)eit gewinnen 
Iü§t. 2Bie eine ganfare tönt e§ au§ bem Söriefe t)om 1. Sfiooember 1737*): 
wenn bie ©tunbe ber preu^ifcljen 5lnfprüd^e ni(^t me{)r bei Sebjeiten feine§ 
^ater§ fd)Iägt, bann joll, \o gelobt ber Äronprinj, ^Jiiemanb it)n anflagen, 
ha'^ er bie eignen ^ntereffen benen anbcrer 9JMd)te aufopfert; el)er, fürd)tet 
er, wirb man i{)m ein ^uoiel an 3Serwegeut)eit unb Seb^aftigteit üorwerfen; 
er glaubt fid^ fou ber 58Drfet)ung beftimmt unb tiorbeljatten für bie glor* 
reiche 5Inraenbung ber großen ^^orfeljrungen, weld)e 2öei§^eit unb SSorauS» 
fid)t feinet ißorgängerS für ben ^rieg§faU getroffen ^aben^). 

So fünbet fid^ in biefen potitifdjen S3riefen ber fünftige ^^riebrid) an: 
ber ©taatSmann t3on 1740, ber jwifc^en ben beiben SOiädjten ben 5lu§fd)Iag 
giebt, wel^e feinem SSorgänger brei ^ai)xt 3ut)or it)ren SBiüen, „gteic^ einem 
gbttlidien ©ebot''^), l^atten aufzwingen woüen; ber SJiann ber fü^nen Xl^at, 
ber ben öorbergejd^auten Slugenblirf entfd^Ioffen unb mit fefter §aub ergreift, 
unb ber 9Jc'ann ber mi§trauifd)en SSorfic^t, ber ben ^^rausofen, tiorbem an 
i^rer politifd)en 3iiöerläffigfeit irre geworben, bie §anb tangfam reid)t unb 
fc^nett wieber ent§iel)t. Stber aud^ ber §etb be§ fiebenjä^rigen Slriege§ ftetjt 
bereite üor un§, ber ^^ürft, ber im Äampfe gegen eine äBelt in SSaffen ber 
2ofung treu bleibt, weld^e er at§ Äronprinj auggegeben t)at'): „ber Ä^önig 
üon ^reufeen ift bem eblen ^almbaum gleid^: je tiefer S^r i^n beugt, 
befto l^ö§er fd^nettt er feinen ftoljen äBipfel". 



1) SSgl. ^ublicationen XIV, 365. 

2 5BgI. „König griebric^ ber ©rofte" I, 43 unb unten (S. 180. 

3 ©. 177. 4] @. 170. 

5 gc^on am 2. Cctober 1736 tiermerft ber faijcrltdic ®efd)nft§träger ^rei^err 
ö. Sectcnborff DJeffe bes ©rafen 6., in jeinem Xagebud)e nad) einem öiejpröc^ mit 
®rumbfott): > Junior [ber ftronprinj] ne pensera pas si pacitiquement, s'il vient ä la 
regence, mais il commencera par un coup d'eclat, au risquo d'en recevoir enauite 
ä 8on tour: c'est la these qu'il soutient contre Biberius [(Srnmbfotr] et Schulen- 
burg . . . Biberius croit que le Roi pretera volontiers les mains pour un accom- 
uioJemerit touchant Juliera et Bergue; mais aucun des ministres pruaeiens n'osera 
s'en 'sie] de peur du Prince Royal, qui a assez deciare qu'il souhaite que l'Electeur 
palatin vive, afin que du vivant de Bon pere il ne soit paa fait un maigre accom- 
modement. Le Prince Royal sc vengera de tous ceux qui se laisseront employer 
ä un pareil accommodement«. Journal de Seckendorff p. 157. 158; togl. ebenb. 207. 

0, 5SgI. e. 174. 7; (5. 174. 175. 



^olitijc^ei «Programm be§ Kronprinj^en. Orumbfoiüg ^lulganfl. XXIX 

2lu§ bem legten £eben§iai)re ®rumbforo§ liegt in feinem 9?nd)Iaffe 
nur noc^ ein ©rief be§ ^ronprinjen üor. (Sine neue ©ntficmbung griff 
5tt)ifd)en beiben ^Iq^, nacf)bem fie fic^ immer, and) in ben befferen Xagen, 
met)r §i)flic{)feit erliefen al§ 35ertrauen gefc^enft IjQtten'). ©rumbforo 
t^eilte in fpäterer ßeit griebridj§ Briefe jinar nid)t met)r an ©ecfenborff 
unmittelbar mit, woi)! aber an äJJanteuffel 2), ben ©pion SecfenborffS unb 
§ugleic^ be§ ®re§bner ^of§, unb begleitete fie mit nic^t gerabe rüol)U 
ttJOÜenben 9tanbbemer!ungen ^). 2ll§ nun im 2Binter auf 17:?9 ber Üttim-- 
prinj tt)äl)renb bei 5lufentf)alte§ in 93erlin ju feiner aüerfdjmerjlidjftcn 
Überrafc^ung ftd| burd) ben ^bnig üon S^ieuem mit oerle^enber .^ärte be* 
f)anbelt fat) *) , ba ^at er ben pli)|lic^en Umfdjmung ber (Stimmung auf 
Umtriebe be§ falfd)en ^reunbeS jurüdfü^ren jn muffen geglaubt, ber ibm 
e{)ebem all offner Gegner feine ®efät)rlici^feit ben)iefen l)atte. ©rumbforo 
galt nod^ immer tiiel bei ^riebrid^ 2Bill)elm I. : man burfte it)n n)ot)t nid)t 
met)r wk öor fieben Sal)ren al§ ben erflärten ©ünftling be5eid)nen ■'] , bie 
aber irrten, bie ba meinten, ba^ er bal SSertrauen feine! ®ebieter§ öcr» 
loreu Ijabe^); er t)at bem Könige hi^ jule^t für bie ^ol)e ^otitif neben 
unb über ben SKiniftern ber aulroärtigen 3lngelegen^eiten ol§ $8eratl)er j^ur 
©eite geftanben '). @l ftel)t bal)in, wie weit ber 5lrgtt)ot)n be§ Äronprinjeu 
gered)tfertigt gemefen ift; genug, \)a^ er, nac^bem er Slnfang ^ebruar 1739, 
in gebrüdtefter (Stimmung, neue Sitterfeit im ^erjen, aul Berlin nad) 
9fl§ein§berg jurüdgefef)rt war, ben ^ob ®rumb!om§ am 18. SJiärj all ein 
befreienbel ©reigni^ anfal). @egen ferner (5tet)enbe l)ielt er jurüd unb 
begnügte fid) mit ber füllen 93emer!ung: „@r wirb eine ßeit lang all 
®efpräd)lftoff bienen, unb allmäl)lic| werben er unb fein @ebäd)tniB unter 
ber 3)?enge ber 3J?inifter unb ©enerale, bie bem ©taat gebient f)aben, fic^ 
öerlieren»)"; ber äJiarfgröfin öon Soireutl) aber, bereu ©efinnungen gegen 



1) »A Grumbkow il ne montre que de la politesse, mais point de confiance<. 
Journal de Seckendorflf p. H (1. Dctober 1734). 

2) Sn beffen 9Zac^lofe fic^ bann aud) bie SSriefe gefunben ^oben. S89I. unten S. XXXI. 

3) ©rumbfotD an SKonteuffel, 10. Dctober 1*736 ((Euvres XXV, 495;: »Voici la 
suite de ma correspondance avec Junior; malgre que je sois pique de sa basse 
flatterie contre le pere, son dernier billet m'inquiete; s'il ne sent pas Tironie par 
rapport au papa, ce n'est pas ma faute«. SSgl. ben 93rief beg Sronprinjen üom 
7. Dctober 1736, unten 3h. 106, unb ®rumbfott)§ Slntroort üom 9. Dctober, 3lx. 108 
(bie „ironijc^c ©teße" ©. 137 unten). 4) S8gl. „Sronprinj" ®. 2o4. 205. 

5) Sßgl. benSeric^t be^ fron§öfifct)en ©efonbten So (S^etorbie Dom 11. Dctober 1732, 
bei Lavisse, Le Grand Frederic avant l'avenement p. 483. 

6) aSgl. ^oHnit; II, 12. 343. 349. 351. ®er Sron^jrins jc^reibt an ben erbprinjen 
toon ®effau, 10. Sept. 1738: „@S jd^einet, al§ wenn fie fic^ beiberfeitä nic^t trauen unb 
boc^ nii)t don einanber !önnen." gorfc^ungen jur branb. u. preufe. &t\i). VII, 57. 

7) SSgl. ®rol)jen IV, 3, 328. 337. 342—344. 349. 350. 352—355. 360. 376. 

8) 5ln ben grinsen Oon Dranien, 20. 3Kärs 1739, bei gionte XXIV, 210. 



XXX (Jiitfcitmifl ,^11 bfin "•Bnefroed^fel mit (SirutnBfott). 

beit lobten cv fannte, fdjüttetc er fein .'ner.5, cwi^: „l)eut (11. ?IpnI) toirb 
bic S^eifetuuii^ bev> 9)(\iv)cl)an§ (Sh"umtifoin ftattfiuben, befjeu ?Inbenfeu ein 
©eiiciiftaub faft ani^Miieineu 5nifd)cu§ ift. ©ein Xob ift für inidj ber 
benfluir gröfste Öietuinii, uiib idj ^tneifle aiid) iiidjt, bafj tuir je^t aufatl)meu 
lücrbeu und) langem Uniuetter". SSilljelmine öcriangte eine ©rabfdjrift für 
bcn '^erI)Qf?ten, nnb ^-riebricf) fanbte if)r ba§ ©pigranim: 

•Vier liegt ein üüiavjdian inib 5Jiiui[ter, 

f^inaiiäncnie unb i^aicuprieftcr '). 

D Saubrer, fennft ®u feine frummcn ^fabc, 

31'cil)' bcibc!? ber 3.?erneffenl)cit in ®nabe: 

^cr Safter nnb ber ^^ngenbcn Sicgifter"-'). 
ein 95iertcIJQl)r fpiiter fd)ricb er ber ©djtuefter: „(Seit @rumb!on)§ 
Xobe l)Qt fid^ afle§ in Sertin geiranbett; fein Eingang tjat bei nn§ ben 
ijffentlic^en unb bcn f)äu§Iid)en ^^^ieben IjergefteHt. ®anf bem §immel, 
icft ftel}e jet3t mit bcm 5l'önige fo gnt wie nur möglid^"-'). 



ein erfteS @prengftüd ou§ bem 93rieftt)e(^fel be§ Kronprinzen mit 
®vumb!ott) ift 1793 qu§ bem ©räfltd^ ©edenborff'fc^en ^amiliettarcf)it) ^u 
9)ieufclmi^ bei Slltenburg in bem „SSerfud) einer 2eben§befd)reibung be§ 
©rofen ^riebri^ §einrid) öon ©edenborff" {au§ ber ^^eber eine§ 3Ser= 
toanbten, be§ ^^i^eil^errn Xf)erefiu§ o. @.) III, 250 öeröffentlic^t loorben 
unb jroar ein SluSjug au§ bem unbotirten (Schreiben bei 5?ronprinäen, 
boy fid) auf bcn 19. Januar 1732 beftimmcn lä^t*). 

^a6) Stbfdjriften ou§ bemfelben ?lrcJ)tö öeröffentlid)te ^riebric^ ^örfter 
1835 im britten S3anbe feiner Siograpt)ie ^riebric^ 2BiIt)etm§ I. (@. 160 
bi§ 218) at§ „93riefraed)fel be§ Äronprinjen mit bcm ©cneral ©rumbfom" 
49 @tüde-^) unb au^erbem (©. 54 — 58) bie »Instruction de Grumbkow 
ponr le Prince Royal de Prus8e< öom 26. Sluguft 1731 "^j. 



1) 3llg 2)onH3robft öon Sranbenburg. SSgt. unten ©. 131 2tnm. 1. 

2) Ci-git un marechal, un ministre et de plus 
Un grand financier, un chanoine laique; 
Passants, qui connaissez sa fourbe politique, 

Laissez dans l'oubli confondus 

Et ses vices et ses vertus. 
CEuvrcs XIV, 168. 2(n ^orban t^eilt ber Stron^jrins ätrei Xage jpäter fl3. Sl^ril 1739) 
biefelben SSerje mit unb fügt ^inju: >Voici une epitaphe que j'ai falte sur G., ä la 
requisitioD de personnes auxquelles je n'ose ni ne puis rien refuser. J'ai täch6 
d'y mettre le moins de fiel qu'il m'a He possible, afin que la moderation, qui 
doit assaisonner toutes nos actions raisonnables, ne a'^carte pas de la poesie, non 
plus que du reste de ce que je puis faire«. CEuvres XVII, 54. 

3) (Euvres XXVIL a, 62—64. 67. 4) 9Jr. 10 unfrer 3)iu§gabc. 

5' 2)ai .50. Stücf ber Sammlung bilbet ein biefen 93riefmed)fet betreffenber 93ertd^t 
Sedenborffg an ben ^ringen ßugen. 
6) Kr. 1 unfrer Stulgabe. 



StUerc SSeröffentficfiungen. XXXI 

®er §erau§gekr ber CEuvres de Frödöiic le Grand, 3. ®. ($. ^rcnt\ 
übernatjm in ben ferf)§äef)nteu , 1850 erfd)ieuenen Snnb bie iVörfter'jd)e 
©Qmmtung, lie^ inbe^ auffaüenber SBeijc bie »lustructiou^ bei 6eitc; 
neu ^in^u trat nur ein in ^rioatbefi^ befinblidier $8riefi). ©omcit bie 
Urfdiriften ber üon ^örfter mitgett)eilten etüde bamnl§ im @et)eiinen 
@taat§arc^iö fid) ermitteln liefen, würbe bem neuen Herausgeber bie ©iu= 
fiditna^me geftattet. 2)er oerbefferte Xejt, ben ^reuf? für :n ©riefe'-') ^^a- 
Hxä) erhielte, litt freiließ njieber burc^ bie fti(iftifd)eu (£orrectureu, bie für 
erforbertid) get)alten tuurben. %nx 16 ©tüde^') blieb ^reuf? auf bie Xeyte 
t)Dn f^örfter angewiefen, ha entfpred)enbe§ ÜJiaterial im ©e^eimen ©taat$= 
arc^io nid^t aufgefunben tourbe. 

Sn bemfelben S3anbe ber (Euvres de Frederic le Grand (@. 28) t)at 
^reu^ ein tnieberum bem ^örfter'fd)en SBerfe entlehntes (Schreiben beS 
^rouprinsen mitgett)eilt, \)a§, nad) feiner unb ^örfterS 9}?einung an (Bf^dcM'- 
borff gerichtet fein foU, al§ beffen Empfänger aber öielmet)r ©rumbforo ju 
betrad^ten fein wirb^j. 

SO^it öoüer ©ic^er^eit ergiebt fic^ für bie fieben SBriefe au§ bem 
Sa^re 1736, bie ^reu^ im 93anb XXV ber (Euvres (©. 488—501) nad) 
Slbfdjriften au§ bem ©edenborff'fc^en Slrdjiö unter ber ßonefponben§ bcS 
Kronprinzen mit äJianteuffet oeröffentlid^t t)at, ba^ fie öielmet)r mit ©rumbforo 
gewei^felt finb^). 

3ule|t f)ot 3J?. Wunder in feiner 5lbf)anblung über „(Sine glugfc^rift 
be§ Kronprinzen ^riebrid)"^) elf ©riefe be§ Kronprinzen an ©rumbfoio 
aus ben ^a^ren 1737 unb 1738 gang ober t!)eilroeife, unb jttjar nac^ ben 
Urfdjrifteu im @e{)eimen @taat§ard)io, mitget!^eilt '). 

3u inSgefamt 70 bereits be!annten ^flummern treten in unferer 5luS= 
gäbe 69 neue, fämtlic^ bem 9lad)Ioffe ©rumbfoujS im ®el)eimen ©toats* 
ard)io entnommen. 2)a^ bie 70 alten ©riefe f)ier nod)inaIS gu erfc^eincn 
{jatten, barüber fonnte ein ^w^eifel nic^t beftet)en. ®er ßefer mürbe fouft 
bie 139 Stummem biefeS ©riefmed)felS an fieben t)erfd)iebenen ©teilen 
Zufammenzufud^en f)aben unb toürbe nad^ ber eben gegebenen S)arlegung 
oon ben aubernjörtS aufzufd)tagenben ©djreiben bie einen nur im 5(uSzuge, 
bie anbern in einem t^eilS burc^ ga^rläffig!eit, tl)eils burc^ 2BiII!ür teid)ter 

1) 3lx. 27 unfrer Slu^gabe. 

2) 3n untrer STulgabe ^v. 19. 21. 33. 35. 36. 39. 41. 42. 43. 46—48. 52. 54—56. 
58. 60. 66. 68. 69. 72. 73. 75, 76. 78. 80. 81. 83. 84. 86—88. 

3) gn unjrer Stuggabe ?Jr. 18. 23. 24. 26. 40. {%op^d\ind) 49. 53. 61. 67. 70. 77, 
79. 82, 85. 89. 

4) 3lt. 31. .5) 3lx. 1Ü2. 103. 106-110. 

6) Buerft erjdiienen in ber Seitjc^rift für ^reufeifc^e ©ejc^tc^te VIII, 23—54 (1871), 
boroiij! 1876 in ber oben ©. XXV 2(nm. 2 ongefüf)rten Sammlung. 

7) 5«r. 113. 115. 119. 120. 125. 127. 128. 132. 135. 136. 137. 



XXXIl GPinIcitiiiui ^ii boni 'i^iiffnicdijrl mit ®rumbrott). 

o^lT icf)limmcr cntftcütcn lojitc, \m\>a aubcrc mir itiitcv fat|d)cr ?lbreffe 
VLnincfiinbcii liabcn. 

2)er 1ej:t unfcrcr ?liiyiiabc gcl)t ülicraü, wo bie oou (^rumlifoto 
jfUM't (^cjammeltcu 8tüctc, b. l). bic Urjd^riften be§ Äronprin^cn itnb bic tHui 
Sdircibctvlianb ') aitcjcfcrtigten 5(bjd)rifteu ber eignen 33rieje-), erljulten 
finb, auf biefe 'i^orlagen jurürf. ©eänbert ift nur bie 'Drlt)ograpt)ie. ^on 
bcn 5tücfen ber ^lii^gabe t)on 'i|>reu[L beren Originale feiner ^eit im 
(Mebeimen 8taatÄard)iö tiermi|3t nmrben, tjaben fidj injwijd)en fünf^) 
bort in Urjdjrift oorgefunben; öon einem fedöften ') ift nur ba§ le^te SÖIatt 
erhalten ; für bie fet)Ienbe größere ^älfte beffelben ©tücfeS nnb für ad^t 
anborc 93riefe"'l, fomie für bie bem i^ronprinjen üon ©rnmbfom ertf)eilte 
„v^nftruction" '•) bat eine ^ßerglcid^nng ber bei ^örfter gebotenen Xej;te mit 
ben oon (sedenborff feinem ^ofe überfanbten 5lbfd^riften im Ä\ unb Ä. 
,^au§', .^Df= unb 3taat§ard)it) ju SSien eine gange 5lnjat)I befferer Se§arten, 
jum Xf)eil oon ertjeblic^em Selang, ergeben^). 9lur ber eine S3rief oom 
3. Dctobcr 1732 8), t)on bem in Sßien eine Slbfdjrift fe^It, f)at nac^ bem 
5tbbrud bei 'Jp'^fte'^ rotebergegeben werben muffen. 

5(ud) für jene bi^t)er bem S3riefwed)fel mit ©edenborff unb S!}?anteuffel 
jugered)neten Stüde lie^ fid) ein oerbefferter Xe^'t gewinnen, unb gwar 
für bie 93riefe be§ ÄTonprinjen ^) ttJteber au§ ben eigenl)änbigen Urfdjriften, 
für bie brei in Setrac^t fommenben ©riefe @rumb!Dm§ 'f') au§ 5(bfd^riften 
be§ ©ecretär§. 

3m ^n^ange A (@. 327 ff.) wirb eine gereimte ©piftel an ®rumb!om 
mitgett)eilt. «Sie fet)lt in ber 2lu§gabe ber G^uvres de Fröd^iic le Grand 
unb get)brt mit ben an anberer ©teile üeröffentlic^ten ^J^ad^trägen gu ben 
früt)eften bic^terifc^en 3Serfucf)en bes Kronprinzen, ^ür biefe§ @tüd t[t bie 
©c^reibmeife ber Urfc^rift bud)ftäblid) beibef)alten morben, fd^on be§t)alb, 
meit burd) 5tenberungen ha§, 3Ser»ma^, roie e§ ber SSerfaffer t)anbt)abte, 
t^eilmeife in DJiitleibenfd^aft gejogen fein würbe. 2)er ßefer f)at bamit oon 
ber ortf)ograp^ifc^en 33efd)affenf)eit ber eigeni)änbigen 9^ieberfd)riften be§ 
ÄTonprin^^en au§ biefer ^eriobe eine ^robe, nac^ ber e§ üerftänblid^ fein 
roirb, hav> ber .Herausgeber in ben ©riefen auf bud^ftäblic^e Söiebergabe 
beg Xejteö t)er5ic^tet i)at. 



1) @£i begegnen ung stuei öeric^tebene §änbe; fiüden in ben 2tb)c^rtften — QJrumbfott) 
f(^rieb eine überaus unleierli(^e .ftanb — t)at ber ^Ibfenber gelegentlich eigenpnbig ergänzt. 

2> S3on ben Criginolen ber (yrumbforo'jc^en 33riefe ift feinet erhalten, ba ber ftron* 
prinj fie alsbalb öerbrannte. 33gl. j^örfter III, 107. 

'i, 32r. 53. fil . 70. ^h. unb bie Einlage ju 3lt. 40. 

4) 9Jr. IS. 5, 9(ir. 23. 24. 40. 67. 77. 79. 82. 89. 6; 'ülx. 1. 

7) Xer SSergleic^ung ber Xejte ^at ftc^ öerr Dr. Oeorg ftünfeel freunblic^ft unterzogen. 

8) 9?t. 49. 9) 3lt. 31. 102. 106. 107. 109. lOj mt. 103. 108. 110. 



©tnleitung ju bem ?<rtefroed)jel mit ajiaupfrtuil. X X Xl H 



IL 

:53rieftüec^fel beö ^rouvviuscn unb ^cnic^^ griebrid; mit 
SD'^oreau be SD^aiiVevtutg. 

®er 9iame 5IRaiipertut§ betjeguet un§ in ben Srtcfen beö Äronprinjen 
griebric^ ä^^m erften Tlak am 20. Januar 17;^'): ^riebric^ äußert geilen 
ben ©enerat ©rumbfoiu fein ©efaüen an einem i^m, tüo()I abfc^riftlidj, 
mitgctljcilten Üteifebrief be§ bamalä in ben arttifc^cn Steilen lueilcnbcn 
^orjc^erS; er rü{)mt bie (£infarf)t)eit nnb augenjdjeinlidje SQl]r{)attigfeit 
feiner ©djilbernngen SappIanbS, bie neuen ©ebanfen, bie ©eifteäbli^e. 
^m nädjften ^a\)v fanbte iljm 5!}iaupertui§, narf) ^ranfreic^ jurücfgetc{)rt, 
ta^ 5ß>erf, ^a^ bie tt)tffeufdjaftti(^en Srgebniffe ber 9iorblanb»veife jafammcn^ 
fa^te, unb ber ^ronprin^ ban!te it)m in l^ulböoüen SGBorten, nod) e^e bog 
5ßud), mit Ungebulb, wie er artig jc^rieb, ermattet, in feine .*gänbe gc 
longt war-). 

^ierre 2oui§ 9JJoreau be 2Kaupertui§, bamalä 40 Sat)re alt-'), roar 
burrf) biefe ^-orfdjunggreife fd)nell §u eutopäifdjer $ßerül)mtljeit gelangt unb 
galt je^t aU bie etfte ßietbe ber Academie des Sciences, mcld)c ben 
bem SBaffenbienft entfagenben ©ragonct^iopitän 172r{ als Adjoint anf^ 
genommen, 1725 gum Associe befötbett unb 173] für bie gcometrifc^e 
§ad)ftel(e §um orbenttidien 9JtitgIieb (pensionuaire göometre) gemät)It tjattc. 
SSnrbe ba§ ßnftanbefommen ber (gj:pebition nad) Sapplanb, iljte Gntfeiibung 
auf ©taatStoften, mefentlid) feinen Scmüljungen octbantt, fo t)atte ba§ 
@tgebnif5 bie nad)btüdlict)en S5otftetIungen, mit benen 9J?aupettui§ bei ber 
9xegierung für ha§> Untetnct)men eingetreten mar, üoU gcrcdjtfcrtigt : ber 
alte Streit gwifdjen ben 9Jiatl}emati!ern ber atten unb neuen @d)ule, tm 



1) Unten ©. 144. 2) Unten <B. 186 «Wr. l. 

3) SBie ber ©eburt^tag ©rumbfotr^, wirb ber gKoupertuiä' öcrjcf)iebcn angegeben. 
3ta6) bem »Eloge de Maupertnis< oon Samuel gönnet) gelejen in ber berliner 9(fa^ 
bemie am 24. Januar 1760, mit Suiäßen gebriirft in ber Histoire de l'Acad^mie. 
annee 1759, Berlin 1766, p. 464 ff.) ift gKaupertuil am 28. September 1698 geboren: 
baffelbe ®otum geben La Beaumelle, Vie de Maupertuis, Paris 18.56, p. 4 unb »on 
Steueren (5. bu SSoi^^giet^monb, 9!)Jaupertui§ (geftrebe jum 28. Januar 1S92, in ben 
©i^ung^berid^ten ber Slfabemie fowie gefonbert im 33uc^f)anbel erfc^ienen); .^. 2)iel£t, 
ajlaupertui§ unb f^riebric^ ber ©rofee (otabemifc^e geftrebe §um 27. Januar 1898; in ben 
<Si^unggbericI)ten ber Slfabemie fotrie in ber „5)euticf)en 9Runbicf)au" Dorn gebruar 1S9S 
erfc^ienen); Slügemeine ©eutfc^e 33iograpl)ie XX, 691. dagegen mac^t $reuB^((Euvri3 
de Fred6ric le Grand XVII, p. XVI) bie offenbar unjutreffenbe Eingabe: 17. 3ult 1008. 
Äofet, »riefttei^fel Stiebritf)! be« @T06eu. C 



XWIV ©iuicitujifl 511 bem "iBricfwechjcl mit URüUpcrtui'5. 

'^Intiäiiflcrn w\\ jTc^cartc^S unb uon 9ictoton mar eiitjd)iebcn, bie öon 'Dleiüton 
bcl)Quptctc lüUiplattiiiu^ bcr Srbfuflcl biird) 9}iaupcrtui»' ©rabmcffimg bc- 
lüicfcn, bcr '^ciuci^ al^äbalb biivd) bie cut|prerf)cnbcn 3Dicffmu]cn am ^lequatot 
i^liiiv^cnb bc[tätiflt. 

23ci aller 'JJIncrfcnnuncj für 9Jiaupertui§' pcrjbnlic^eS 315erbien[t fdjenfte 
ber i^tonprinj öon 'ij^reufH'u ber raiffenfdjaftlid)en ißebeutung feiner Jiieiftnng 
'^nnädift bodj nnr geringe 33ead)tnug. „^ulj werbe nidjt bie (Si§fd)oIIen oon 
"Jionmja^Semlja nod) bie bürren ÜiJüften 5Iel(jiopienö ftören", fd)reibt er am 
27. September 1737 an "i>oItaire, „um 9^euigfeiten über bie ©eftalt ber 
(Srbe ju erfaljren. "^^iefe ©ntbedungen finb fi^erlid) loblii^, unb, meit 
boDon entfernt fie ju tabeln, finbe id) fie ber Sorgen bcrer, bie fie untere 
nommen [)aben, lüürbig; aber e§ fd^eint mir, baf? Sl)re %xt, unparteiifd) 
unb urtt)eit§fül)ig bie ©ad^en anf^nfaffen, mir unenblid) oiel nü^üc^er ift" ^). 

@erabe 3>oItaire ift e§ bann geiüefen, bem er eine 5lnregung öon 
größter Xragtneite ^n banfen geljabt t)at. iöoltaire jäljtte feit Saf)ren ben 
öielöerfprec^enben 5[)Jatf)ematifer unb 9^aturforfd^er §u feinen ^reunben unb 
mar jefet ftolj auf SO^aupertuis' immer mad)fenben ^ut)m; 1740 I)at er 
einen S3rief an biefcn feinen @ünftling mit bem ®atum auSgeftattet: „Snt 
brittcn 3at)re nadj 5lbplattung ber @rbe", unb unter ben ©auüe'fdjen <Büd) 
nad) Xouruiere§ Silbni^, ba§ aKaupertui§ in tapptänbifdjer Xradjt bar^ 
fteöt, bie §anb auf ben ^ot be§ @(obu§ geftüfet, fe^te er entl)nfiaftifd)e 
^erfe, bie nun bie 9iunbe burd) bie ganje gebilbete ^Ä^elt mad)ten. ©0 em= 
pfat)l er benn aud) gleic^ nad) bem ®rfd)einen be0 grof^en ^eifeberid)te§, nod) 
im 3uni 1738, bem preufiifdjen Kronprinzen ben ißerfaffer mit ben SBorten'^): 
„(5in Waim mie er mürbe in Serlin, bei (Sclegent)eit, eine 5lfabemie ber 
2i3ifienfd)aften grünben, meld)e bie 'i^arifer übertreffen mürbe". 

3Soltaire mu^te, raie fef)r bie ßufunft ber unter bem eifernen 9iegiment 
^riebrid) 2öil{)elm§ I. ööÜig öcrtümmerten berliner ?Ifabemie bem ©rben 
ber preuRifd)en Krone am ^n^tn lag. SOiit leud^tenbcn garben I)atte iljui 
^riebrid) balb nac^ beginn it)re§ S3riefmec^fel§ ba§ üerljeif^ung^öoHe erfte 
2lufblüt)en ber Sd)öpfung Ueibni^ens uiib if)ren fc^nellen SSerfatt nadj bem 
Xobe Sopt]ie (It)ar(ottens, ber pl)iIofop^if(^en Königin, gefdjilbert: „So 
lange bie Königin lebte, t)ielt fid) bie SItabemie red)t gut aufredjt; aber 
nac^ itjrem Xobe blieb e§ nict)t be§ @teid)en. S)er König i'^r ®emat)I 
folgte if)r balb. Slnbere 3^^ten, anbere Sitten. ,3"i^ 3^^^ öerfommen bie 



1; (Euvres XXI, 00. SSgl. and) ben 93rtcf on SSoÜaire »om 11. September n.'js 
ebenb. 2.'U,i; »Si j'avais vu la marquise fde Chätelet; et vous, j'aurais cru avoir 
plus profit6 de ce voyage ä Cirey], que Clairaut et Maupertuis, que La Condaiuine 
et toiiB vos acadfnniciens qui ont parcouru l'univers afin de trouver une ligne«. 
Spätere ertüä^nungcn : ^ublicationen IV, 192. CEuvres II, 35; XI, 4b (unten S. 2:54,. 

■2 (Euvres XXI, 206. 



SRaupertiii^' ^Porßejc^ic^te. XXXV 

fünfte unb ic^ je^e mit 2t)ränen im Hiigi* basü SiMffen oon un§ flielicn 
uub bie Uniüiffent)eit, mit anmaf^enbci- Diiene, jammt bcv iöarbavci ber 
©itten [id^ ben ^Iq| aneignen: 

S'Jiin tüelft bal)tn in imferni bürrcn 3atib 

2)er l'orbeci-bninn, üon öcm 9lppU fid) trcuiitc. 

S^r ©Otter! SBaruiii ift mein aSatevIaiib 

9iicf)t mcf)r baig i3aub bcs* 9x'ul)m^ unb ber Üalente':"' ') 

^emnac^ griff ber ^ronprinj 'Voltaires $ßorfc^Ing fofort auf. „Jdj 
lüünfd)te fel)r", antwortet er am 24. ^uti 1738, „ba^ mir ^^crr o. a)^iu= 
pertui§ biefen ®ienft leiften fbnnte; icf) mürbe i()m mct)r Xanf bafür 
miffen, aU für feine ©ntbecfnngen über bie ©eftalt ber Srbe unb für alle§, 
was it)n bie Sappen geleljrt t)aben". Sm näc^ften Sriefe fommt er nod) 
einmal auf ben ©egenftanb jurücf: „3t)re Sbeen in Sejug auf 3)iaupertuiö 
finb au§ge§eidjnet; id) ^iitte gemünfc^t, @ie f)ätten bem, roa§ Sie mir 
fd)rieben, t)injugefügt : Unb mir roerben biefe 8orge unter uns beibe 
tf)eilen2)". 

®a§ bie 3Sorgefd)id)te be§ unmittelbar nac^ bem 1t)ronmed)fcl fon 
1740 ertaffenen @inlabung§fc^reiben§'^j. SOiaupertuis fam fofort, aber 
noc^ öor Stblouf be§ 3af)re§ !am ami) ber Sxrieg. Stuf bie 5lnfrage ') bes 
in 93erün 3^trü(f gebliebenen, ob er ben feit lange fertigen ^(an für bie neue 
5ltabemie fammt ber SJJitglieberlifte bem Könige je^t im ^-elblager ooricgcn 
foü, ober ob er in^mifc^en, bi§ §u gelegener ^t\t, dm 9ieife fei e§ in bie 
^eimatt), fei e» nod) 3§Ianb, unternetjmen barf, lä^t i^m ^^riebrid) am 
3. SD^ärj 1711 burd) ß^arleS ©tienne Vorbau fagen-^): „ba^ e§ ganj oon 
il)m abt)ängt, §mifd)en S^Icinb unb ©c^Iefien ju mahlen, unb ba^, uac^ 
metdjer Seite er fidj menben mag, meine ^reunbfd^aft unb meine ^od)-- 



Ij CEuvrea XXI, 77. 78. ®te 33erje lauten im Original: 

Du laurier d'ApoUon, dans nos steriles champs, 
La feuille negligee est desoruiais tietrie; 
Dieux! pourquoi mon pays n'est-il plus la patrie 
Et de la gloire et des talents? 
21m 7. Quli 1739 icf)reibt ber tronpriuä an SSoItaire: Berlin >coiitient on soi (si je 
puis m'exprimer ainsi) les etincelles de tous les arts; on voit briller le guuie de 
tous les cotes, et il ue faudrait qu'un souffle heureux pour rendre la vie a ces 
Bciences qui rendirent Athenes et Rome plus fameuses que leurs guerres et leurs 
conquetes«. 2Beiter om 4. Secember 1739, nac^ (£rroäf)nung ber ejperimente unb dnU 
bedungen ätreier ^Berliner ©ele^rter: »Je suis ravi de voir de ces heureuses pru- 
ductions de ma patrie; ce sont comme des roses qni croissent parrni les rouces 
et les orties ; ce sont comme des bluettes de genie qui se fönt jour ä travers des 
cendres oü malheureusement les arts sont ensevelis. Vous vivez en France dans 
l'opulence de ces arts ; nous sommes ici indigents de science, ce qui fait peut-etre 
que nous estimons plus le peu que nous avons«. ©benb. S. 301. 337. 
2) (Euvres XXI, 214. 224. 3J ytt. 2 unjrer 2tu^gobe. 

4) «ßr. 5. 5) (Euvres XVII, 9U. 

c* 



XXX\T (Jintcitunn ,^u beut '^ricfiücdifcl mit Wniipovtiii^. 

adjtuug il^n immer bci^loitcu werben. (Sr l)ot uid)t Uured)t: id) bin mit 
@cf(^nften übcrlaftct, id) Ijabe il)rer öon oller 5lrt unb ©eftalt". 5öalb 
borauf unrb Duiupertui^ in» ^onpiquarticr bernfen'), aber am STage üon 
Üioüuiit'i füllt er in bie .^iinbe öfterreidjifdjer .'pnjaren; er tnirb in SBien 
anf ba§ SbrenuoIIfte empfangen, alybalb anf freien gnfi gefegt, öerweilt 
anf ber Üiüdfeljr in $8re»lan 51nfang Wlai nnr menige Xage'^) nnb in 
iöcrlin md)t nicl länger: am 31. Wlai 1741 tritt er bie 9\eife in bie §ei' 
matl) an. 

3m vetteren 95erlauf be§ erften fdjlefifdjen Krieges f)ot Sorbon tt)ieber= 
l)olt im 5lnftrage be§ Äönig§ an 3}ianpertui§ nad) ^ron!reid) fdjreiben 
unb i^n anf bcn ^^riebengfdjlnf? nertröften muffen''); ^-riebrid) fdjeint al§ 
fid)cr angenommen ju Ijaben, t)a^ fein Sl!abemie=^^Nräfibent in petto gn 
biefem ßeitpunfte n)ieberfel)ren töerbc*). 

SIber ber (Srniartete blieb au§. SJiaupertuiS erl^ielt 1743 einen ©i| 
in ber Academie Fran^aise, S3erlin fdjeint für einige ßdt an§ feinem 



1) 5Rr. 0. 

2) ®er Äönig ic^veibt auä bem Sager bei SD'lolIroig on ^oi'öan in 93re^Iou, o'^ne ®otum : 

»Vous m'apprenez donc la nouvelle 

Qiie Maupertuis l'aplatisseur 

S'en vient en Saxe ä tire-d'aile, 

Tout pale et transi de frayeur? 

A peine rechappe de la griffe ennemie, 

Du sabre meurtrier des barbares hussards, 

11 abjure ä Jamals la vie 

Qu'il vient de mener par tblie 

Avoc les fiers enfants de Mars« etc. 
3orban ontmortet, 12. S[Rai 1741: »J'ai re^u la jolic descriptlon de V. M., touchant 
Maupertuis; son doinestique partit hier, et ne doute point (jue son maitre iie 
revienne ä Breslau sürement«. (Euvres XVII, 107—10(1; bgl. ebenb. 162. 16.3; 
XXII, 68. 73. 

3) (Euvres XVII, 137. 138. 140. (©eptember 1741); 14',). (11. gebruor 1742): 
>Mandez ä Maupertuis qua mon voyage de Moravie lui pröparera celui de Berlin, 
ce qui prouve bien l'axiome de Wolff, quo tout est Iie dans le monde. Cette 
connexion est veritable, mais je ne sais pas si chacun la devinera. En un mot, 
la paix ramenera chez nous tous les arts et toutes les sciences. Ditcs ä Mau- 
pertuis que je me reserve alors ä lui temoigncr ma reconnaissance du passe«. 

4; griebric^ an Voltaire, 12. 2Iprü 1742 ((Euvres XXII, 91): 
D'abord que la paix sera faite, 

Je retrouve dans nia retraite I 

Les Ris, les Plaisirs et les Arts, 
Nos belles aux toucbants regards, 
Maupertuis avec ses lunettes, 
Algarotti le laboureur, 
Nos savants avec lenrs lecteurs: 
Mais que me serviront ces fetes, 
Cher Voltaire, si vous n'en etes? 



S)ie ©ammlung §e6erlc unb bie 2lu§gabe öon ^ßrciife. XXXVII 

@ef{c^t§!reife herausgetreten 511 fein. Ct)ne jeine 9)?ittt)irfung begrünbete 
fid) bort im Saljre 1743, ©ont ben 53eniü()ungen bcö gelbmaridjaü^s 
©c^mettau, be§ SJiarquiS b'5(rgcn§, bc§ au? Petersburg eingetroffenen 
großen 9}latf)emciti!er§ Seontjorb guter unb ?(nberer, eine Society Litteraire, 
bie fic^ ^u ^Beginn be§ neuen SatjreS mit ber alten 5(fabemie bereinigte'). 

©rft im^rüliling üon 1745 entfd)Iüf5 fic^ 5)Jianpcrtni5 jur Ueberfiebe^ 
lung nac^ ^reu^en^); im 5luguft biefeS Sat)re§3) traf er in iöerlin ein. 
SSon biefem i^eitpunÜ an tnirb fein S3riefmecl^fet mit bem Könige ein reger 
unb regelmäßiger. 

S)ie fpäteren ©diidfale biefer Sriefe finb reicf) an SEec^feln gemefen; 
fie mürben jerftreut, ein großer 2^eil, gerabe ber merttjOoUfte, manberte 
öon §anb ju §anb. <Bo fe|t fid) bie öortiegenbe SluSgabe ans ben 'ik-- 
ftanbt^eilen oon oier öerfc^iebenen Sammlungen §ufammen. 



®er §erau§geber ber (Euvres de Frederic le Grand fpric^t in ber 
Einleitung ju bem fiebge^nten Sanbe (Berlin 1851) @. XV feine 58ermun= 
berung barüber au§, t)a'\i ^onig ^riebrid) mit DJJaupertuis feinen im mirf= 
li^en ©intie freunbfdjoftlidien, vertrauten ober (itterarifc^en S3riefmed)fet 
untert)atten t)abe: „®ie S[Ret)r§a'^t ber Briefe, bie mir gelefen t)aben, bejietjen 
fid) auf bie SSermaltung ber Stfabemie ober anbere ©efdjäfte ätjulidjer 5(rt 
unb berüt)ren niemals @egenftänbe, meldte ein aßgemeineS Sntereffe bieten 
fönnten." Slber bie ^enntniß üon ^reuß befc^ranfte fic^ auf eine ©amm^ 
lung, bie im ^ai)Vi 1845 ber Suc^ljänbler §eberle in Äöln für bie Qmdt 



1) a5gl. (Euvres XIX, 10; XX, 202. 203. Kabinet^jd^reiben an edjntettau öom 
29. Dctober 1743 bei JRanfe, 6ömtlicöe SBerfe XXIX, 276 2{nm. 1. Söielfelb, Lettres 
familieres et autres, ä la Haye 1762, II, iMOff. Söerlirnjc^e 9facf)rtd^ten 1744, 9Jr. 11. 

2] ®ie ©eneologifc^^iftoriicfien ^Ja^riiten VII, 607 (1745) bringen bie 2)?itt{)eifung, 
bofi „ber berüf)mte |)err öon ä)?aupertut§" mit iöemitligung be^ Sönigl öon ^rantreid) 
„im 9Iprit" gum „©eneralbirector ber Sönigl Societät bec 2Bii'jcnid)aften ju Scrlin" 
ernannt njotben jei; bod) erfolgte bie grnennung äum „^räfibenten") erft ju beginn beö 
folgenben ^a^reS (ogl. unten ©. 202). 2)ie beüorftef)enbe Stbreije au§ granfreid) erroät)nt 
ein 33eri^t be§ ©efonbten Se S^ambrier üom 23. 5Jfoi 1745 (@e^. Staat^arcf)iö). 

3) SSon einem Sefuc^ 9Kout)ertui^' in «erlin im Sot)re 1 744, beffen gormci) in bem 
Eloge 0. 0. D. ©. 484 gebenft, finben fid) in gleid}äeitigen geugniffen feine Spuren. ®ie 
«ßrotofoUe ber Societe litteraire, bie für bie Seit Dom 1. Stuguft 1743 big 16. ^uni 1744 
üollftänbig Vorliegen, ergeben nad) einer freunbüdien 30iittf)eilung üon %. $amacf, ber 
fie für eine ®e)d)id)te ber 33erliner 2tfabemie bur^gefe^en t)at, jebenfall!? foüiet, bafe 
SRaupertuig mä^renb biefer 3eit feiner ber ©i^ungen beigemotjnt ^t. 2a Söeaumcüe 
a. a. D. ©. 91 unb ^reu^ ((Euvres XXV, 547) ge^en anfc^einenb auf gomtei) 5urüd. 
aSßenn bei 2a 58eoumene ©. 97 für 1744 no^ üon einer smeiten Sdeife nad) Berlin bie 
SRebe ift, fo f)onbeIt e§ fid) um eine ungenoue S5?icbert)Dlung ber Eingabe 3-ormct)'g a.a.O. 
<B. 48.3, ba^ 9!)Jaupertuig bur^ ben ^e^äog ton ©oigni) mit ber 53otid}aft oon ber ©in- 
no'^me ber Seftung ^reiburg an ben König öon granfreic^ (nic^t, wie 2o «eoumeOe meint, 
on ben König öon ^^^reufeen^ gefd)i(ft mürbe. 



XXXVrn ©inleitung ,vi bem 'iöricfttieci^fel mit 9Jlaitpcrtui^. 

bcr :pcraii§öii&*-' i>fi" <-^-uvres de Frederic le Grand jum 93er!auf angeboten 
^atte. (Sie beftanb au» (39 nid^t eigentjiinbigcn Driginatbricfen. 9^Jur oier 
baoon liat '^veufe für feine 5lu§gabe au»(]cn)ät)lt, einen ttieiteren 33rtcf be§ 
i^önig? entlcl]nte er bem Su}>plement III ^Colog-ne 17 SO) ^^u ber 5lu§gabe 
ber (Euvres de Prüderie II Oüu 1 78S. '^u^er biefen fünf 33riefen enttjütt 
bie 5tu'ogabe non ^reufe nur nod) jn^ei 93riefe öon 9Jt'aupertui§, einen ht-- 
reit» frül)er gobvndtcn nnb einen bem ©etjcimen ©taat§ard)iü entnommenen. 
Uebcr bie meiteren Sdjirffale ber oammtnng oon §eberle nnb it)ren 
berjeitigen 2lufbemat)riing§ort I}at fid) nid)t§ feftftellen laffen. 3nbe^ be= 
bentet, mie fic^ weiter unten ergeben ttjirb, ber notf)gebrungene SSerjici^t 
auf biefe Sammlnug für un§ feinen mirflidjen SSerInft. 



Ungleid^ retd)tjaltiger at§ bie S(u§gabc non ^ren^ ift bie ©ammlung 
ber >Lettres et billets inedita du voi de Prusse et de M. de Maupertuis«, 
metdie fünf $50t)re nad^ bem ©rfd^einen be§ bejetdjueten S3anbe§ ber 
»Oeuvres de Fr6deric le Grand« at§ 5In[jang ju ber nac^getaffenen »Vie 
de Maupertuis« oon Slngtioiel be £a SBeaumeüe ^) erfd^ien. 

2)er 2(nt)ang entt)ält 176 ©tüde, barunter 89=^) Briefe öon ^riebrid^, 
87 tion 3}iaupertni§. ®ie (Erben oon 2a S3eaumeIIe wollten miffen, ta'^ 
bie ®efamt§at)t ber ^Briefe be§ Königs 96 betragen Ijobe, nnb glaubten 
be§t)atb, ba^ in bem nad^getaffenen 9Kannfcript nur wenige (Stüde fet)Iten^). 
UebrigenS finben fid) in ben Xejt ber S3iograpt)ie^) brei weitere 93riefe 
eingelegt. 

ßaurent Stngüoiel be 2a Seaumeüe^) au§ SSaüeraugue in ben Se= 
oennen, @ot)n eines Hugenotten'"'), war im ^erbft 1751 §u $8ertin ^uerft 
in perfönlic^e $8e3iet)ungen ju 3)Jaupertui§ getreten, weld)e in ber ^^olge 
bnr(^ ben geuieinfamen ©egenfal^ gegen Voltaire immer mei)r gefeftet 
würben"). 2a Seanmeüe ^atte e§ mit SSoItaire, ber ha§i aufftrebenbe Xa* 
lent anfängtid^ begünftigt t)atte, fd^neü oerborben, t>a er unbebad)t genug 



\) 58gl. oben 6. XXXIII Slnm. .3. 

2) 9Zi(f)t ST, tt)ie ber .Herausgeber fic^ ocrääI)(ettb angiebt. 

3) Vie de Maupertuis p. 453. 

4) Vie de Maupertuis p. 171. 172. 190; »gl. unten ©. 280. 282. 296. 

5) 9SgI. M. Nicolas, Notice sur la vie et les 6crits de L. Angliviel de la Beau- 
nielle, Paris 1852. Achille Thaphanel, La Beaumelle et Saint-Cyr d'apres des 
corre-spondances inedites et des documents nouveaux, Paris 1898. 

6j 9So(taire jc^reibt an ben ©rafen b'SIrgeutal, 22. ^foüember 1752: »Dieu raerci, 
le vaurien est de Gen^ve et calviniste, je serais bien facliö qu'il füt Fran^ais et 
catholique, c'est bion assez que Freron [ber ältere 2Biberjad)er $ßoItaireig] seit Tun 
et l'autre«. 

7) SSgl. i^reu Sricfroec^jel (1752 — 1759) bei A. Le Sueur. Maupertuis et ses 
correspoiidautb, Paris 1897, p. 205 — 271. 



5)te (Sammlung geutüet bc Soticl)e§ imb bic 'JUi^nt'tje bon Sa ^Jcoumcüe. XXXTX 

toar, um in feinem ^um ©cf)tuf5 etne§ fecfi^jäljrigen Stufcntljalt^ in 3)änc= 
mar! üeröffentlidjten, t)eiite faft öergeffcneu ^nc^e: »Mes pens6es ou Qu'en 
dira-t-on« über jenen ju f(f)reiben, e§ (jade größere ^id)tcr al§ ißoltaire 
gegeben, ober feinen, ber je \o gut betoljut tuorben fei: „1)er Äönig non 
^reu^en über'f)äuft bie 3JJäuner non Xatent mit 5ö>Dl)Itl)atcn, genau an^ 
benjelben ©rünben, bie einen beutfrf)en Stleinfürften beftimmen, einen 9iarrcn 
ober einen ^wa^ mit 2SoI)Itljaten gu iiberljiiufen". ®§ mar bcgrciflid), 
ba^ ber neue 5(n!ommting unter biefen Umftiinben — nod) mar 5i^oItairc^ 
(Stellung nid^t erfci^iittert — in 23erlin nidjt fein ©lud' madjni tonnte'). 
®r fud)te fid^ ^u räd^en burd) fortgefe^te teibenfd)aftlid^e Eingriffe ouf ^ol= 
taire, ben SOienfd^en unb ben «Si^riflfteller. 

5ytac^ 2)^au|)ertui§' Slbleben, nod) im XDbe§jat)re 1759"^), fc^idte fid) 
2a S3eaumelle an, eine Siograpl)ie feines ®önner§ ju f (^reiben. 2)a§ 
Sa^r barauf, mä^renb be§ Sefuc^e§ eine§ beiben gemeinfamen i^i-'^unbeS, 
be§ S[Rat|ematifer§ Sa ßonbaminc, im Sangueboc, la§ er biefem bic "iUv 
fange feine§ 9Jianufcript§ öor unb arbeitete gemeinfdjaftlid) mit i()m au 
ber ^ortfe^ung. ®er ^bU Xrublet, ein £onb§mann unb 3ugenbgcfä()rte 
üon 9JJaupertui§, fteuerte au§ feiner vSrinnerung bei, ber 5tftronom be ^a-- 
taube unterftü|tc ben 95erfaffer nad) ber ted)nifd)en (Seite, ©übe 17(30 
nad) ^ari§ §urüdge!el)rt , fe^te Sa ßonbamine oon bort au§ feine 9}üt= 
arbeit fort. %m 16. September 1761 benac^ri^tigt er ben 35erfaffer, bafe 
er einen Xtieit be§ if)m jur ®urd)fic^t ant3ertrauten 2Kanufcript§ jurücf^ 
gefaubt l^aU, unb fä^rt bann fort: 

»J'ai Joint au meme paquet cachete un triage que j'ai fait du recueil de 
lettres de M. de Maupertuis, en 1740 et 1741, pendant son premier voyage 
ä Vezel3) et en Prasse, lorsqu'il fut appele pour fonder l'Acadeiuie . . . 
II ne m'est pas possible de vous envoyer les recueils posterieurs; il y a des 
choses particulieres dont vous n'avez nul besoin, et en göndral, vous en 
tireriez peu de chose ou rien. Si je trouve en les parcourant quelque 
lettre interessante, je la ferai copier . . . [Pour les lettres du roi de Prussel 
tüut ce que je peux faire, c'est d'en extraire quelques traits qu'on peut 
supposer retenus de memoire, en ayant grand soin de dire que feu M. de 
Maupertuis a bien quelquefois laisse preudre lecture ä ses amis des lettres 
qu'il recevait de Sa Majeste Prussienne, mais que jamais il n'en a laisse 
prendre copie«*). 

©entließ täfet ber 93rief bie 3urüdt)altung ber Hinterbliebenen unb 
it)re§ Vertrauensmannes erfet)en. Sn ber ^olge fiat inbe^ Sa ßonbamine 
ftc^ ben SBünfdien Sa S3eaumeIIeS gugängli^er gezeigt unb ben Sruf 



1) Sögt, gorfc^ungen gur 93ranbenbiirgijd)en itnb «ßreufeifcfien @ejd)icf)te VI, 164 ff. 
unb bie neuen 3eugntfje bei STop^anet (5. 71 ff. 

2) Xat)t)anel (5. 306. 

3) $ögl. unten ©. 186 Slnm. 1. 

4) Xapl)anel (S. 307. 308, 



XL (Jintcitutifl 5» bem üöricfmec^jel mit iDJaupertut^. 

lucdjjcl jitüifc^en i5"i''ie^^i<i) ""^ 9)?Qu^ci"tiii§ ü)m jur ®urd)fid)t unb i8e« 
niitumg übcrlaffcn — c§ fteljt bal)in, ob mit ober ol)ne ßuftimmung ber 
ilöitüiic' . 1772 jolltc bie 93io9vavl)ic ciibtid) ber ßeiijur unb bann ber 
Oeffcntlid^feit überi^cbeii lucrben, aber bie liJürbereituugen tuarcu iiod) nid^t 
Qbfd)lic|3ciib getroffen 2), ba§ ÜlJcamifcript luurbe bem SSerleger £e ^ai) trieber 
abgeforbert. Slm 17. D^oücmber 1773 ift £a S3eaumeüe ju ^ari§ im 
.•paujc üon £a Gonbamine') geftorben. 

2)er Herausgeber iiou 1856, ein (Sn!el 2a Seaumeüe§, SJiourice 
Stnglioiel, »bibliothecaire du d6pöt de la marine«, fanb in bem 0?a(^' 
Ia§ feine§ ©ro&üaterS bie Urfc!E)riften be§ 93riefii)ed)fel§ nid^t oor; 2a 
(ionbamine wirb fie nad) bem Xobe 2a 93eaumeüe§ ober bereite üort)er 
tuieber an fid) genommen t)aben. S^orljanben tüar nur eine Stbfd^rift üon 
ber ^an\) 2a SeaumelleS, unb fie liegt ber ?lu§gabe oon 1856 §u ©runbe. 

5lt§balb aber raurbe betannt, ha^ bie Driginole ert)atten luaren, unb 
jroar in ^^ari§ felbft, in ben (2d)reinen be§ befannten ©ammlerS geuittet 
be (Sond^eä. ®er Sefi^er legte feinen <Bd)a^ fowol)! bem Herausgeber 
51nglitiiel wie bem großen Äritifer ©ainte=93euüe öor, unb (5ainte=33euüe 
brad)te in feiner „SD^ontagSptauberei" 00m 26. Dctober 1857 *), nad)bem 
er an bie 53riefe ber SJJabome be SDkintenon unb i()re SSerfäIfd)ung burcl) 
2o 33eaumeUe erinnert f)otte, an einigen S3eifpielen ben fdjlagenben S3ettiei§ 
für bie Untt)at)rt)aftigfeit ber gebrudten STejte, für bie fträflid^e äJ^i^Ijanb- 
lung aud^ biefer Srieffammlung burd) 2a Sßeaumeüe, itm barauf über 
ben i8iograpf)en 9JJaupertui§' baS SSerbammungSurttjeit ^u fällen: »De 
meme qu'on dit un Yarillas, pour exprimer d'un mot l'historien decrie 
ä qui Ton ne peut se fier, de meme on continuera plus que Jamals de 
dire un La Beaumelle pour exprimer Tediteur infidele par excellence«. 

2)er Herausgeber StJiaurice 31ngliöiel feinerfeitS, ben ber SSortourf ber 
Untauterfeit nid)t treffen fann-^), erflärte in einem offenen SSrief an 



1) grau 0. SKaupcrtuig ftarb ju 5öerün am 14. aRärj 1790 im 09. i^eben^jo^re. 
3J9I. 58eranijc^e 3eitung 1790, ißr. 33. 

2j »La luise en oeuvre «ies luateriau.K etait fort peii ;ivancee<. Sluö bem unten 
erroäljnten Srief öom 5. Cctober 1S57. 

3) Jap^anet ©. 396. 

4) Causeries de Luiidi par C.-A. Sainte-Beuve, XIV, 86—106. 

5) ©ointe»93euüe fagt 0. a. D. ©. 104, ben älteren So SSeaumeüe apoftrop^irenb: 
>Et ce piege, voyez combien vous etiez imprudent et coupable de le teudre: 
V0U9 y avez fait tomber tont le premier un horame de votre sang et de votre 
nom, l'historiographe estimable, qui, en publiant votre ouvrage posthume et ce 
que VOU.S y aviez pn'par6 de piecea ä l'appui, a cru voiis rendre service, venger 
votre memoire, rL-liabiliter votre caractere; et il n'aura aid6, bieu involontairement 
et de la meilleure foi du monde, qu'ä confirmer en definitive l'opinion severe 
qu'on avait con^ue de vous, et ä prouver ä tous que vous 6tiez incurable dans 



S)ie Sammluttg geuinet be ©onc^eä unb bie Slu^gobe öon üa Seaumelle. XLI 

feinen SSerleger, bafe bie Stbjc^rifi, nac^ ber er bie 93iiefe ijaht brucfen 
lofjen, ni(i)t in aßen if)ren Xljeilen ben tüieber aufgeiuubencn Crigiualen 
entfprec^ei), unb fprad) gut et)renrettiing feines ©rojioaterg bie 9)ieinung 
ou§, e§ ftclje ni^t fe[t, ba^ So 33eaumc(le bie 53riefe nac^ ber ungenauen 
Slbjd^rift Ijak oeröffentlidjen ftotlen. 

®ie Sammlung üon ^-cuiüet be Gondieg ift in ber ^^olge burd) 5(n. 
!auf in ben $8efi| be§ Äöniglidjen Ö)el)eimen ©toatsarc^iüS ju öerlin ge= 
langt, ©ie entljätt in sraei äJJaroquinbiinben au^er einigen 93rii'fen 
anberer ©orrefponbenteu, 1()3 93riefe ^-riebridiS bc§ ©roBen an 2}(tanpcr' 
tui§, §tt)ei im Sluftrage be§ ÄönigS an ii)n gerid)tete Schreiben 2), unb 
einen feiner Seridjte^) mit einer eigent)änbigen Äöniglid^cn Sianbücrfüguiig. 
®ie ber toirflid^en ßf)ronoIogie nidjt immer entfpredjenbe 5Inorbnung ber 
©ammlung gel)t auf ^^^"^I^et ^e Sondje» jurüd. 

^ie Briefe be§ ^önig§ finb, im ©egenfa^ gu ber au§fc^Iicf5Üd) an^ 
nur untergeid)neten ©djreiben gebitbeten «Sammlung §eberlc, übermiegenb 
eigentjänbig. 9tur 12 oon ben 103 Briefen mad)cn eine 5(u§nat)me, unb 
öon biefen finb 4 offenbar üom Könige bictirt worben''), einer '^j ift eine 
oon 9JJaupertui» angefertigte 5lbfc^rift eine§ nic^t erhaltenen eigent)änbigen 
Stüde§. 

^euilletS ©ommlung unb bem Sa SeaumeIIe'f(^en 2lnt)ang ju ber Vie 
de Maupertuis gemeinfam finb 53 ^Briefe; nur ^ier finben fic^ 50''), nur 
bei Sa SeaumeUe 36. 

(Sine S3ergleid)ung im ©iuj^elnen führte auf t>a^ nad) 2(ttem immert)in 
überrafc^enbe ©rgebni^, ha^ oon ben 53 ben Sammlungen öon Sa 23eau= 
metle unb ^^euiüet be (5onc^e§ gemeinfamen Stüden nur ein einsigcr") 
burc^ Sa S3eaumeIIe nidjt geänbert morben ift; einer mcift nur eine 
^i^ariante auf, 51 finb burc^ 5tenberungen, 3ufä|e, SSeglaffungen me^r 
ober minber ftar! entfteüt. 



votre procede d'homme d'esprit foncierement leger et sans scruptile.< 3)cr §erQU§= 
gcber öon 1856 ^onbelte fo ganj im guten ©louben, ta'^ er bei benjenigen etücfcn in 
bem aJlanuicript fetne§ ®rpfeöater§, bie er in ben (Euvres de Fred6ric le Grand 
»ieberfonb, annat)m, fie jeien, weil fie bie 3utf)aten Sa 33eoumeüe'§ nic^t entfjalten, t)ier 
nid)t boüftänbig miebergegeben. S?gl. Vie de Maupertuis p. 225. 413. 

1) . . . »Qu'en effet la copie des lettres que nous avons fait imprimer, n'est 
pas conforme dans toutes ses parties au texte original.« ®ie >Lettre ä M. Ledoyen 
libraire et ä M. Ch. Meyrueis imprimeur-libraire«, öom 5. Cctober 1857 batirt, mit 
einem ^u\a^ üom 18. Dctober 1857, finbet \iä) einigen ©femplaren ber Vie de Maupertuis, 
wie bem ber lönigl. Sibliot^ef gu ^Berlin, anget)ängt; in anberen fe^lt fie. 

2) 9?r. 152. 153 unjrer Slulgabe. 3) 3lx. 155. 
4) 9Jr. 31. 32. 35. 124. 5) 3lx. 53. 

6) (Sinjc^UeBIic^ ber brei öon Sa SeaumeHe im Sejt ber Vie de Maupertuis ange- 
jogenen ©tücfe; ögl. oben >5. XXXVIII. 

7) Unten ©. 239 Ta. ö4. 



XLU ©iiilcthmg 511 bciii iHncfrocdjfct mit Waiipertut^. 

XHuf fü Ineitcv ©luiitilagc offenbart fid) nun bie iiiiiift bc§ erfiubung§- 
rcic^cu üDuinue» in üielfcitigftcr )iü>eije. Uucubltd^ ift bie ^Jianuigfattigteit 
iinb ^^Ibftufiiiuj feiner S8ergel)en nnb äJcrbrec^en, ber Ieicl)tcn, fd^raeren unb 
fd)Uicrften \s-iiUc. 

)}lod) clje er fid) an bem Sitljolt feiner 35orIagen oergreift, jwingt er 
bcn iöricfcn, luenn fie mit einem 5llteröäeugniB nid)t au^geftottet jinb, 
einen beliebigen (^kbnrtötog anf nnb giebt bem a{)nnng§Iojen fiefer nid)t 
bie gcringfte iHubentnng barüber, ha'^ ha^i mit unbefangener ©id)erf)eit 
aufti'etenbe ®atum nid)t non ^^riebrid), fonberu öou ^a 93eaumeüe ^er- 
riiljrt. (Sin @Iüd nodj, njenn ber (Srfinber annät)ernb t>a§> 9iid^tige traf); 
mitunter aber t)at er um SDionate unb Saljre feljlgegriffeu'^). 

S)ann beginnt bie Zubereitung be§ Xe^te». 2a löeaumeüe teiftet 
ortt)Dgrapi)ifcl^e, grammatifd^e, ftiliftifd^e ^Jiad)L)üIfe. Stuöbrüde, bie it)m 
nidjt gefallen, erfe^t er burd^ anbere, bie ii)m, fe^r oft burd^ou§ mit 9\ec^t, 
paffcnbtr, bejeic^nenber fc^einen. (Sr lä|t fadjlidje 33eric^tigungen ein- 
treten: er mei|, ba^ bie Xodjter (£tcero§ nic^t Xerentia-^) l)ei^en fann unb 
Xerentia mu| beäljalb ftiUfdjraeigenb ber Xuttia "»^la^ machen. @r nimmt 
Umftellungen ber äüorte, ber i5a^tl)eile, ganger (Sä^e ') üor, er fügt SBorte, 
^a^ttjeile, gauje ^a^e unb ^ilbfäge m einer 5(u§bet)nung ein, ba^ baburc^ 
ber Umfang ber eckten ©riefe um reic^lic^ bie §älfte ermeiterl wirb. 

3ft eine beftimmte Xenbenj bei biefen 35erfülfd^ungen unb nor aÜern 
bei biefen ^juterpolationen ertennbar? 

2)a§ gcraat)rt man tei^t, eine ganje ^Ingalj! ber eingefdjobenen Stellen 
bient ber Uierljerrlic^ung be§ ä)ianne§, an beu bie Sriefe be§ 5^önig§ ge* 
richtet finb, ber S3ert)errlic^ung be§ ©önnerS unb greunbe§ üon Sa S3eau= 
melle. 5ln Slrt'.gfeiten, öerbinblic^en ißiorten, (Schmeicheleien für äJiau» 
pertuiö fet)lt es in ben eckten Briefen genji^ nid)t; aber aUe§ ta§> mu^te 



1) 3JgI. 3lx. 39. 43. r,. 81 unfrei- Slu^gabe. 

2) ajgl. üir. 10. 41. 44. 51. 83. 84. 121. Sinber^ liegt ber goU bei ben ©tücfen, 
roeldie ben ^JJr. 4ü. 54. 56. 73. 74 unfrer 9{u^gabe entsprechen: Ijier l)at 2a SeaumeHe 
jeine Satirung jelbft als Söermut^ung, als liatum'Stnja^, gefcmiäeidjnet unb l)at nur 
nic^t richtig gemuttjmaBt. öinfac^e iJeje= ober ®rudfei)ler liegen cor in ben ju 3ir. 12. 
It). 22. 34 Dermerften gaüen. 

3} Unten S. 191. 

4 ein 93eijpiel: öon 9Jr. 15 unjrer 2(uggabe tontet ber brüte 3tbfafe in ber2a33eau' 
mellejc^en Um= unb Gnlftellung : »Je suis tres flatte de la fagon dont vous vous 
exprimez aar mon sujet. Mais je doute qu'aucua roi puLsse tenir devant une 
uiaitre8.ie. Je garde votre lettre. Bayle dit qu'il faut etre sur ses gardes avec 
ces gens dangereux qui conservent toutes les lettres qu'on leur <jcrit. .Souvenez- 
VOU8 donc que je puls produire l'original de la vOtre toutea les fois que vous 
trouverez mauvais que je vous demande la pr6f6rence Bur madeiuoiselle de 
Borck; car j^- pretends, noB paa user de vos oflFre.s, mais en ahuser jusqua l'in- 
diacietiou.« 



2)te ©ommlung geuiüet be ^onijcä unb bie Slu^gabe bon 2a 58eaume(Ie. X LIII 

noc^ Überboten werben. SBenn 1716, iüül)renb ber 2I[)n)eient}eit ajianper« 
tui§' in ber franjöfifc^en §cimatt), ^riebridj it)m jeiu !öcbQucrn über eine 
©rfranfung auSbrücft ^^ , Iä§t ber ^nterpolator it)n fortfatjren: >I1 est peu 
de mluistres eu tout geure, que leurs comraia ou leurs vicaires ue 
puisseut remplacer. Mais qui peut remplacer un pliilosojjhe tel que 
vous?« 5Bei Ueberreidjung ber neuen Sluflagc ber >(Euvres du pliilosopbe 
de Sanssouci« fd)reibt ber ^ßerfafjer an 9J?aupcrtui§2): »je vous envoie 
mou livre, selon lusage des poetes, et vous le donnerez a vos valets 
de chambre pour les amuser, selon l'usage des grauds seigneurs.« 
2)a§ tft fef)r nieblid^ gefc^erjt, in Sa S3eaumeüe'§ klugen aber ift jeinem 
gelben bantit nod) nid)t genug (Si)re erwiejen, unb ber Äi3nig mufe Ijinjii- 
fe|en: »car vous en etes un tres graud dans la republique des lettres.« 
©(^reibt ^-riebric^ ^i : »Vous n'avez k apprehender que la uiauvaise 
sante, la partie du caractere est saine, robuste, ä l'abri des envieux, 
des libelles et du temps« — fo ergänzt 2a Seaumeüe, um allen 3J?iB= 
bentungen öorjubeugen: »la partie du caractere et du cjihiie.i- 3ufQt3e 
biefer Xenben^ f)üufen fic^ in ben Briefen, meiere bie Ueberfiebetung 9J{üu= 
pertuiS' nac^ ^reu^en betreffen: 

>Je me flatte que vous vous deciderez en faveur de Berlin*) par amuur 
pour eile, si ce n'est pas par aniitie pour moi. Vous ne sauriez croire 
combien je desire de vous avoir. Donnez-vous ä. moi, je vous en prie. je 
vous en conjure, je vous en supplie, il est tomps que les princes ratupent 
aupres des philosophes: les philosophes n'ont que trop rampe aupr^s des 
souverains.« 

5) »Le roi de France a tant d'avantages sur moi. Mais j'aurai donc 
sur lui celui de vous posseder.« 

6) »Quand serai-je un pliilosophe comme vous? Je parle de votre loislr; 
car ce vaste genie est une chose que je ne saurais esperer d'atteindre.« 

■?) »Le votre [merite] n'est etranger nulle part, et je voudrais que toute 
la terra süt combien je m'applaudis de i'avoir naturalis« chez moi.« 

8) »Combien n'etes-vous pas superieur ä la plupart des Frangais! je dia 
les plus sensibles.« 

®ie eingefc^wärjten Sobelf)t)ntnen auf 9Jiaupertui§ f)aben if)re ^ef)r= 
feite, er felbft lag feit langem im ®rabe, al§ biefe »riefe t3erfälfd)t mürben. 
9flid)t um i^n jn erfreuen, mürbe bie ^^arbe fo bicf aufgetragen, molil aber 
um einen 5lnbern ju ärgern, ben gemeinfamen geinb oon 9JJaupertui§ unb 
Sa 93eaumetlc, ben t)err)a^ten S^oltaire. Unb 3}oItaire t)ätte fid) geärgert, 
mären biefe 93riefe, ec^t ober gefälfdjt, noc^ bei feinen Seb^eiten, mie eä 
beabfic^tigt mar, erf(i)ienen. 



1) 5ßr. 36. 2) 5Rr. 121. 3) Dir. 135. 

4) Stüeg f^olgenbe (Sinfdiub 5U Ta. 3 itnjrev 9(u^gabe. 

5) einjc^ub SU 3h-. 7, tiinter ä Berlin. G) ©injc^ub ju 9Jr. 22. 

7) pr ben Sc^Iufejae öon 9?r. 38, tior ber Unterfd)rift, eingeic^obcu. 

8) einid)ub ju Hit. 24. 



XLIV (Jintcitinui ^^n bciii ^h-icftucdiid mit iO^ai^JertuiS. 

iln^taivc Ijattc fid) iwx ^Hllcm i^cän^crt, luiivc er in einem Briefe be§ 
ÄöuigS aus bem ^erBft 1745, im 3ii|'i"^nten^aitge eiite§ ^Utftrags jur 
?(iifcl)atfiing jämmtlidjev 9>cltaivc=5(u§gaiieii, auf bie Si^orte gefto^en: »C'est 
un ton, mais un foii qui nie plait toujours et m'iustrnit qnelquefois.« 
?lud) bic fd)uöbc 'iseruuglimpfuug ermeift fid) miebcr al§ eine breifte (Siu« 
idjictniug'). 9cic^t miuber fcl)It iu bcm edjten S3nefe tiom 3. Sauuar 1749 2) 
üu bcn bamal§ iu ^ori? meileubeu ÜJiaupertuiS bie abfd)ät^ige @rtüüt)uuug 
bcr Semirami^' üou ^-i>oItaive. 

ßu Sa SeaumeIIe'§ ©öuuern get)brte aud^ formet), ber beftäubtge 
Secrelär ber 33erliuer ^Itabemie. ilöäl)reub ^-riebrid) feiner and) fonft nid)t 
iicr^el)lteu geringen i)Jceinnng non bem geiftlofen, pcbantifdjen 9Kauu in 
bem 33ricfe üom 22. ^ebrnar 1754^^) offen gegen 3Diaupertui§ SluSbrud giebt, 
erlaubt fid^ Sa ^öeaumeüe-'), it)m eine gerabeju glän§eube Gf)arafteriftif 
5ormel)'§ in bcn SJhinb ju legen: »II est pretre, mais tolerant: thöologieu, 
iiiais philosopbe; 6rudit, niais lionime de goüt. Je Ini domie ma voix.« 

SKeitouS aber bie 9JieIjräal)I ber ^^ätfd^nngen, ber Steuberungen uub 3«' 
fä^e Sa Söeaumeüe'S lä^t fid) auf eine bcrartige perfönlitfie, ber $ßer= 
I)errli(^ung ber grcunbc ober ^crabfe^ung eines ^etnbe§ bienenbe Xeubeng 
ni^t §urücffül)rcn uub bebarf atfo einer anberen ©rflärung. 

f^riebric^ tljat fic^ etmag barauf ju @ute, pt)i(ofopt)ifd), ffeptifc^ gu 
beuten uub leidet, jugefpit^t, epigrammatifc^ §u fd)reiben ^). ^su beiben 93e* 
jicljungen Ijielt fid) Sa Seaumeüe für berufen, iljm Ijülfreid) beisufpringen. 

9J?an njei^, ba^ biefer (5ci)riftfteIIer ein SSirtuol ber S(ntitt)efe tuar. 
©r f)at in feinen auf ben Spornen ber ^rau tion SJJaintenon gefälfd)ten 
Sricfcn Äunftftüde biefer SIrt angebradjt, bie alle SBelt geblenbet t)abeu*''). 
griebric^ ber ©ro^e burfte gegen bie berütjmte ^rau nidjt ju !ur§ !ommen. 
5lm ©d)Iac^ttage bei Soor Ijaben if)m bie ^auburen burc^ einen Ueberfatt 
be§ leer ftc()enben Sagerg fammt ber übrigen fal)renben ^ahi and) feinen in§ 
gelb mitgenommenen S3üdjerüorratI) geraubt, griebrid) beriditet an Wlaiu 
pertuiS bie einfache Xljatfadje'). Sa 93eaumelle lä^t tf)u Ijinäufe^en: »Je 
supportais la faim, mais je ue sui)portais pas rennui.« Stnläfilid) eineS 
@ntlaffung§gefud)e§ oou Sllgarotti, auf ha^ 9[J?aupertui§ bie 5lntmort oer» 

1) SSgl. ben ed)ten lejt 9?r. 14. 2] ^t. G3. 

3) 9Zr. 162, nic^t in ber (Sammlung üon 2a 95eaumelle. 

4) Vie de Maupertuis, p. :J87, in bem unten ©. 228 <JInm. 3 erttiät)ntcn ^Briefe. 

5) Sn bcr alteren 9tiebericf)ritt ber Histoire de mon temps \pxid)t er Don ber 
style decousu et epigrammatique que la mode a si fort rais en voj^ue ä prcsentJ 
«ßublicationen IV, 2U1. 

(,) 3n un^ä^lige ©efc^ic^töwerfc übergegangen ift al§ SCeufjerung bcr grou öon 
Süaintenon über £ubtt)ig XIV: >Je le renvoie toujours afflige, Jamals deseapfirö.« 
lag il't nic^t ganj frei erfunben, ober ber c^te 93rief fXop^nel S. 228) bejagt toielme^r: 
II »b'en retoume dosenperc, saua etre rebute«. 7) !Jir. lö. 



3)ie ©ammfung geutüet bc ßonc^eg unb bie 9Iuggabc öon i?o SBeoumeüe. XLV 

mittetn foH, t{)eiU it)m ^riebricf) mit'): »II m'a ecrit depuis ponr la 
seconde fois.« — 2a ^öeaumeüe fe^t tiinju: »mais ime de ces lettres 
que ni les philosophes ni les rois ne sont accoutumös de recevoir.« 
SBä^reub be§ Sl'iiraufent{)alt§ ^u ^^rmont im Max 1746 an bcr ©icfjt cr= 
!ran!t !ünbigt ^riebric^ feine 9lücf!el)r auf ben 1 0. Suni an 2) — Üa Jöeaumeric 
lä^t i{)n fortfahren: »Car j'ai signitie ä mes nicdeeius qii'ils n'avaieiit 
qu'ä me guerir promptement. Un roi a-t-il Ic temps d'etre malade?« 
@enug ber S3eifpiele nac^ biefer Sftic^tung. SBic ßa SeaumcUc ben %[)\{o= 
fopljen, ben greigeift in griebric^ noc^ ju übertrumpfen bemüljt ift, bafür 
ift oor allem ber fotgenbe gaU !ennseid)nenb. Ser ftönig fdjreibt-'): 
»Oü je crois un physicien avee un Maupertuis, j'ose douter dans la 
metaphysique avec un Locke.« — 2a Söeaumelle fätfdjt tjin^^u: >Cc 
Locke n'est pourtant pas encore assez sceptique pour nioi.« ©djon 
@ainte=$8euöe f)at unter §inmei§ auf biefeg Seifpiel bemerft, baf^, er überall 
^riebrid) 9JJajimen, Xiraben, Slugfäüe, 5Rec^enfd)aft§berid)te leitjt^). Su 
ben 33rief, ber bem eben angeführten unmittelbar folgt, t)at ber ^ätfdjcr 
fic^ nid)t gef(^eut eine lange @elbftd)ara!terifti! Ijineinsufdjmuggeln , öou 
ber im Original s) ouc^ nic^t ein SBort ftetjt: 

»Ce qu'il y a de singulier, c'est que mon penchant ä Tinddcision n'influe 
ni sur ma conduite soit militaire, soit politique, ni sur mon caractcre. Je 
suis aussi hasardeux qu'un autre dans un projet de campagne. Je vois 
les difficultes, mais je prends mon parti. Je devrais ctre lent dans mos 
Operations, et je suis actif. Je devrais etre mefiant, et neanmoins je sup- 
pose aux autres la meme sinc^ritc, la raeme franchise dout j'use avec eux; 
je crois qu'il y a d'autres motifs que Tinterct personnel qui fönt agir cer- 
tains hommes. Je ne me defie que des conseils et des ambassadeurs des 
rois, nies confreres.« 

Sn einem anberen Briefe ber 2a S3eaumeüe'fd)en Sammlung lefen mir: 

»J'ai un royaume dans la tete, des ennt^uiis sur les bras; je suis roi 
et general ; et, qui pis est, le ministre et l'aide de camp de cos deux per- 
sonnages-lä. Les embarras et les affaires se succedent si rapidement, j'ai 
des choses si difficiles ä manier qu'il n'est pas possible que diverses parties 
de cette immense administration ne souffrent de la preference et de Tattcntion 
que je suis oblige de donner aux plus importantes ou aux plus pressces.* 

5lud)"biefe fd)öne unb motjlgefäUige 6elbftbctrad)tung mirb in bcm 
e^ten ^ßrief^) ganj öermi^t. 

äßie griebrid) felbft, fo merben Slnbere, ^erfonen, bie in ben eckten 
^Briefen einfad^ ermäf)nt werben, oon 2a 23eaumetle burc^ fürjere ober 
längere ©c^itberungen kglüdt, ßengniffe im ©Uten ober im Söfen. 2a 
SJiettrie ift angefommen, ber ^önig „begmdmünfdjt fid) ju biefer erroer= 

1) 3it. 53. 2) 9lr. 31. 3) 'Jlt. 19. 

4) 21. a. D. ©. 99: »Partout il lui prgte des maximes, des bouts de tirade et 
des sorties, des explications de sa conduite. < 5) 3ir. 20. 

6) 3lx. 16. ®urc^ anbere ginjc^teBunficn berjelben 9(rt finb u.a. bie »riefe bom 
'24. mai 1746 unb 13. gebruar 1747 (Sir. 31. 42) »erunftoltet. 



XLVl Cinleihinn 511 bcni 'ij^ricfn'edijd mit WaupertuiS. 

buiiiV' ') - tii^J öcnücjt nid)t, 2a Söcaumcllc cvtljcilt iljm ba^ SBort 511 
ciiicv einnel)cnt)cu, an ?lntitt)cjeu vcidjeii Sljaraftenftif 2a 9J?ettne^: 

»II a toute lii giiiete et tout l'csprit qu'on pout avoir. 11 est euueaii 
des mödecius et bon inedecin. 11 est inatcrialiste, mais point du tout 
niiiteriel. II s'echappe quelquefois en saillies scaiidaleuses; mais nous 
lucttions ici de Teau de Pytliagore daus son vin d'Epicure.« 

"i^kd) ber ©d)Iadjt tun ileffdSborf cruiät)ut ^riebridj, er tjabe jeit brei 
laijcii iiid^t in feinem lieben Sicero getefen^) — £a 93eaumeIIe tonn nid)t 
uniliin, il)n fortfaliren ju laffen: 

>C est une privation ponr moi de ne pouvoir consulter cette raisou 
qui lue cluirme toujours dans ce grand homme.« 

»Pure invention!« rnft ©ointe = 93entie immer öon 5?enem unferm 
lQufenbfün[tIer ^u. ©leid^moJ)!: reine ©rfinbnng tiegt nidjt überall nor. 
2Bir fönnen ein paar Mai ba§ gan§ eigentfjümlid^e 33crt)ältnife fe[t[teflen, 
ba^ 2a ^eaumcKe für bie 3)arte^en, bie er freigebig, nnaufgeforbert an 
^riebrid) an§t(ieilt, bei ^^riebrid) felber eine S(nkit)e gemadjt ^at. ©ainte^ 
93euüe gemalert, ha'^ in ha^ Srieflein, mit bem ^riebridj bem 9(fabemie= 
•»l^räfibenten feine Dbe auf bie 2Bieberf)erftelInng ber 5lfabemie übcrfenbet, 
eine lange Sctrad)tung eingcfd)oben ift über bie anberen Könige, bie ii)re 
3eit auf taufeub anbre Wirten tobtfdjtagen, it)äl]reub ^^riebrid) bie feine mit 
53erfemad)en f)inbringt. Slber f)ier i)at ber ^älfdjer nid)t frei erfuubeu: 
bie lange ^Betrachtung fenngeidjuet fidj m\§> at§ eine profaifc^e ^arap^rafc 
einer iTteilje üon 58erfeu au§ ^ciebridjS »Epitre ä mon esprit«, meldje 
2a 33eaumeüe in ben -> Oeuvres du philosophe de Sanssouci« gebrudt 
taub 3). ©r ift alfo mit ben Briefen be§ Königs in öt)nlic^er Sßeife um» 
gefprungen, wie §curi be (Satt mit ben Xagebud)=@intragungen über bie 
@efpräd)e, bie er ttjäljrenb bes fiebenjäljrigen Äriege§ mit ^riebric^ geljabt 
^at; benu Gatt l)at feine gleid)§eitigeu 2luf,^eid)nungeu fpäter bei ber ^luS» 
arbeituug feiner SÜicmoireu uid)t blo^ burdjeinanbergemorfen, nmgeftettt, 
c^ronologifc^ neu grnppirt, burd) jaljlreidje B^fö^e erweitert, nein aud^ 
er Ijat für bie bem Äouig nadjträglid) in ben ÜJiunb gelegten 5leu^erungen 
2(nleif)en bei ^riebri^ felbft gemad)t, bie Briefe ou b'2lrgen§ unb ^ouque 
für feine 3uterpolationen reid)lid) ausgefdjtac^tet-'). 

S3efonber§ be,^eid)nenb für biefe§ datt unb 2a SBeaumeKe gemeinfame 
5reibeutertl)um, roobei ^riebrid^ nac^ bem alten ®prid)tt3ort mit feinem 
eignen ^ett beträufelt wirb, ift bo§ folgeube S3eifpiel. Unter bem t)om 
Äönige nur unter§eid)neten ÄobinetSf^reiben öom 22. Wäx^ 1 746 ^) üermerft 



1, 'üh. 51. 2) ?Jr. 22. 

3) (Euvres de Fr6d6ric le Grand X, 213ff. Ste^nüc^ Der^ält es ftc^ mit ber oben 
S. XLIV erwähnten Gini'c^iebung über bie ©emiromig, wo ein S3rief griebric^S an Voltaire 
einen 2(n^altspunft gab. 

4; aSgl. bie ßinleitung ju <ßubIicationen XXII, S. XXIII. XXIV. 5) 'Jlt. 27. 



2)ie Sommlung f^eiiillct bc Goncf)c§ unb bie 3Iu^gabe ton So 93caunielle. XLVII 

2a S?eanmeflc in feiner 9lu§ gäbe: »Ce qui siiit est de la niain du Uoi.« 
2Bag folgt, ift inbe§ tnieberum non ber <panb 2a 93eaumette'§ unb lautet: 

>Les souverains ne doiveut pas seulement des rcgards aux scienccs: 
ils leur doivent du respect et de l'amour. Quand un prince traiterait avec 
indolence tontes les affaires de son empire, il devrait toujours traiter avec 
soin Celles qui ont rapport ä l'^ducation publique. Un peuple bien ^lev6 
est facile ä gouverner.« 

9lf)er ttjieberum ift bie 3utt)at nic^t reine (Srfinbung. „(Sin n)oIj^ 
unterricl^tete§ ^^olt ift k\6)t ^n regieren" — e§ ift ber ©ebanfe, bcn 
^riebrid) ou§gefprod)en unb näf)er entluicfelt f)at in feinem »Dincours sur 
l'utilite des sciences et des arts dans un Etat«'). 3)ie Slbljonblung ift 
in ber ?t!abemie ber SBiffenfd^often bnrd^ Satt öertefen ujorben, in ®egcn= 
wart ber ©d)tt)efter be§ ^önig§, S^önigin Ulrüe öon ©d^njcben, am 
27. Januar 1772, unb gelangte nnoerj^üglid), ot}ne ^f^ennung be§ $8er= 
faffer§ al§ SBrofc^üre gebrucft, in ben S3uct)^anbel. 5^un Ujiffen tnir, baf^ 
2a Seanmelle in biefem 3af)re 1772 mit einem SSerleger n^egen ber 2)rucE= 
legung feiner Siograp^ie 9}?aupertui§' unb be§ it)r anju^ängenben Srief- 
n)ecf)fel§ in SSerbinbung getreten njar^). 9^od) toax er mit bem SJionnfcript 
nid^t fertig: faum erfc^eint fene afabemifcEie 9(bl)anbtung^ fo fällt biefer 
litterarifdje ^oc^ftapler barüber I}er, entreißt i^v einen n)ir!ung§ooII 3,u 
tiermerf^enben ®ebon!en unb lä^t ben Slönig ha^, n^aS er am 27. Januar 
1772 gefagt ^at, fd)Dn 26 ^a^vt t3ort)er an 9J?aupertui§ fd^reiben. 

2öir fe^en ben ^ätfi^er unmittelbar bei ber 5Irbeit. S)lod) nnmittet= 
barer aber lä^t un§ ein onberer %aU ben (Sinblid in feine SSertftälte 
gewinnen; wir !önnen if)n, obgteid) mefjr aU l^unbert ^a\)xt »ergangen 
finb, in flagranti abfaffen. 

Sn nnferm (Sammelbanb folgt auf ba§ Original öom 25. 3uti 
17463) eine überarbeitete, interpolirte 5Ibfd)rift oon ber $anb 2a S3eau^ 
melle'§ — nic^t ber Xejt ber un§ in bem 1856 gebrudten Recueil begeg^ 
net, fonbern ein anberer, ber fid^ non bem cd)ten SBorttaut nod) nid)t fo 
weit entfernt. Um bie «panbgriffe be§ ^älfc^erg bem 5(uge ^u Deranfd)au= 
lic&en, feien Urtejt unb ^älfc^ung t)ier nc''ren einanber gefteüt, wobei in 



1) (Euvres IX, 168ff. ®ie in 93etrocf)t fommenbe ©teüe loutet ©. 173;: >I1 s'cst 
trouve de faux politiques, resserr^s dans leurs petites idees, qui, sans approfondir 
la matiere, ont cru qu'il etait plus facile de gouverner un peuple Ignorant et 
stupide qu'une nation eclairee. C'est vraiment puissamment raisonner, tandis que 
l'experience prouve que plus le peuple est abruti, plus il est capricieux et obstin^, 
et la difficult6 est bien plus grande de vaincre son opiniätrete que de persuader 
des choses justes ä un peuple assez police pour entendre raison. Le beau pays 
que celui oü les talents demeureraient eternellement etouflF(5s, et oii il n'y aurait 
qu'un seul homme moins born6 que les autres. Un tel Etat, peuple d'ignorants, 
ressemblevait an paradis perdu de la Genese, qni u'f^tait habite que par des bete8.< 

2) SBgt. oben ©. XL. 3) Unten 3lx. 34. 



XL VIII 



C^iiilciiiniii sn ^CIlt "J^iicfiücdijel mit 2J{aupertui!§. 



bcr vccf)tcn epaltc bic ciiuKnamiiuTtc «Stelle bnö bejcirfjnct, tüa§ im 
(3Hil)i.i)iin9*i'iitunuf nod) [teljcn lilicb, in bcr gcbnicftcn ^•älfcf)ung aber 
ijc[trid)en i[t, uniljvcnb bie gcjpciTtcn Änn-te bie im gälfdjuntj^eutumrf nod^ 
folUcnbeu ßittliaten bei" «Sc^IuBrebaction l)erüort}ebcn: 



Urjdjrift 
A Berlin, ce 25 de juillet 1746. 
Je crains que cette lettre ne vous 
trouve daus le grand accableiucnt de 
la diMilcur; je vous prie de vous 
Souvenir de ce que je vous ai dit k 
Putsdaui, et sonjsjez que votre pere, 
qui est mort ä Tage de 84 ans, n'a 
Jamals cru etre inimortel. Je vous 
prie d'arranger bien vite vos affaires, 
car VO.U3 rae luanquez beaucoup ici; 
de plus, l'endroit qui vous rappelle 
Sans cesse Tobjet de votre tristease, 
l'augmenterait, et le sejour de Berlin 
l'effacera. N'oubliez point, si vous 
le pouvez, d'ameuer quelque d'aimable 
avec vous; si vous pouvicz trouvcr 
quatre bons actours, deux honuues 
et deux femnics, ce serait une ac- 
quisition fort utile pournotre theätre, 
qui est en verite dans la misere de 
bons Sujets: j'ai mis les fers au fcu 
pour placcr Perard ici ä Berlin. Je 
pars demain pour la Silösie, d'oü je 
serai de retour le 10 du moia pro- 
chain. Adieu. Je souliaite de tout 
mon coeur que votre chagrin n'altere 
point votre santö et que vous nous 
rejoignez bientöt. 

Federic. 



gäljc^ung. 
A Berlin, ce 28 juillet 1746. 
Je crains que cette lettre ne vous trouve 
dans le grand accableniont de la douleur. 
Je sais qu'on ce luonient-lä le plus 61oquent 
consolateur n'est qu'nn iniportun. Cepen- 
dant je vous prie de songer ä ce que je 
vous ai dit ä Potsdam. Votre pere est 
mort ä Tage de quatre-vingt-quatre ans. 
[Ni lui ni vous u'aviez Jamals compt6 
qu'il füt immortel.] Vous l'avez vu ras- 
sasiö de jours, il vous a vu couvert de 
gloire. II me seuible qu'il doit avoir 
quitt6 ce monde avec moins de regrets, 
et que cette Idee doit entrer pour beau- 
coup dans ce corps de raisons consola- 
toires que votre i)liilo80pbie doit vous 
fournir. Je vous prie de mettre prompte- 
mcnt ordre ;i vos affaires, car vous me 
manquez beaucoup ici. Do plus, le Heu 
qui vous rappelle sans cesse l'objet de 
votre affliction n'est pas propre ä l'affai- 
blir, et le sejour de Berlin l'effacera. 
II faut opposer ä la douleur l'oc- 
cupation et le plaisir. Vous trou- 
vcr ez ici l'uu et l'autre. N'oubliez 
pas, si vous le pouvez, d'amencr quelqu'un 
d'aimable avec vous. Si vous pouviez 
trouver quatre bons acteurs, deux hommes 
et deux femmes, ce serait uüg acquisition 
fort utile pour notre theatre, qui est en 
veritö dans une grande indigence de bons 
Sujets. J'ai mis les fers au feu pour 
placer Perard ä Berlin. Je connaissais 
son m^rite, mais votre suffrage a 
bien augmentö monestime. Je pars 
demain pour aller faire ma cour k 
ma charmante maitresse, la Sil^sie. 
Adieu, je souhaite de tout mon coeur que 
votre chagrin n'altere point votre santS 
et que vous nous rejoigniez bientot. Vous 
avez eu un bon pere, c'est un bonheur 
que n'ont pas eu tous vos amis. C'est 
une raison pour pleurer, mais rien ne vous 
justifierait, si vous vous laissiez abattre. 

Frederic. 



®te ©ommlung geutHet be Eoni^cg unb bie 9tu^gabe öon S!o SeaumcÜe. XLIX 

Man fief)t, im erften SIntauf ^at ber ^^älfd^er \i6) norf) nic^t genug 
getlfian, fein Ä^un[tttierl fc^eint ifjm norf) nirf)t brucfreif: in ber ^weiten 9ie^ 
boction werben neue ßierraten eingeflicft, ber f)öd)fte Strumpf »nui char- 
mante maitresse, la Silesie« wirb er[t jeijt au§gefpiclt; jur Ausgleichung 
i[t ein ed^ter ©at^, ber bei ber er[ten noc^ gnäbig[t gcfdjont luor, jc^t 
rettung§to§ öertoren. 

Slber 2a SSeaumeHe f)at fi^ nicf)t borauf bejc^ränft, öorijanbene SSriefe 
5U tieränbern, er ^at, tuo er !eine ed)ten ^Borlogen ^attc, ganje Söriefe 
frei erfunben. ®er in ber (Sammlung öon ^euiUet be 6oncI)e§ für ta?> 
®ef). ©taatSardjiö ernjorbene S3rief öom 16. ^^ebruar 1750 fdjeint, oI§ 
Sa Scaumette biefe ©ammtung in ben §änben f)atte, ibr nodj nidjt an- 
gehört jn t)abeni); bogegen lag il)m ein @d)reiben öon SOiaupertuiS^) oom 
15. ^ebruar 1750 öor, ouf ba§ ficf) eine ?tntraort geprte: flug§ würbe 
fte fabrijirt^). 

®iefe eine üorweg feftgefteHte X^atfac^e einer öollftänbigen ^älfc^ung, 
einer 'freien Srfinbnng eröffnet nun eine trübe ^erfpectitie auf aüe bie 
^äUe, in benen Originale, Soncepte ober out^entifc^e Stbfd)riften ber öon 
2a S3eaumetle pm SSorfd)ein gebradjten ©tüde nict)t öorliegen. S)iefer 
9Äann '^atte in feiner »Vie de Madame de Maintenon« 1752 298 S3riefe 
mitgetfieilt, für bie fic^ fpäter t)erau§geftetlt ^at, ha^ 163 interpolirt, 135 
gänslic^ gefalfd)t waren. ®rei ^a^n fpäter in bem »Memoires pour servir 
ä l'histoire de Madame de Maintenon« Waren aul ben anfänglidjen 
298 93riefen bereits mel^r at§ 2500 geworben — ein gute§ ^tjcil aüerbingl 
beigefteuert burd) bie SSertrauen§fetig!eit ber ©amen öon 6t. St)r, bie 
9JJaffe aber frei erfunben, unb auc^ ber ed^te $8eftanb wieberum burc^= 
gängig überorbeitet^). Sllfo ber ?Ippetit war bem gälfc^er gewottig gc 



1) 55er aSrief ift öont Könige nur untersci^net, Sa SeaumeHc luirb in erftet Sinte 
nur bie etgen'fiänbigen (Stücfc fi(^ öon 2a ©onbamine auggebeten f)aben. 

2) ^n bem Recueil üon Sa Seauniene unter 9lr. 1 5S ; onjc^einenb ec^t. SSgl. unten ©.249. 

3) §ier ber SBortlout (9Zr. 159 beg Recueil öon So SSeoumeae): >Soit fait qu'il 
est requis. Donnez ä Meckel ce que le roi d'Angleterre lui oflfre, et davantage, 
si vouB le jugez ä propos. Je vous laisse le maitre, ainsi que de ce qui con- 
ceme Merlan. Mais si l'on ne vous repond pas toujours, c'est qu'on ne peut etre 
ä tout. Revenez ä la Charge; vous ne m'importunerez point; et quand vous 
mMmportxineriez, ne suis-je pas fait pour etre importune? Comptez que j'ai pris 
le b^nefice avec toutes ses charges.c ©eljr ^ü.h\i) gejagt, aber ber Sefer möge nun 
ben eckten SBrief in unjrer SluSgabe unten ©. 250 3lv. 79 öerglelc^en. ^ättt Sa Seau- 
meQe benfelben überl)aupt gefannt, fo würbe er, jelbft ttjenn er jebe^ S33ort öeränberte, 
iDcnigj'tenä ba§ ®atum 16. gebruar entlel)nt ^aben; \o ober giebt er nur ben 5Infafe 
>f6vrier 1750«. 

4) SSgl. Correspondance generale de Madame de Maintenon, p. p. La Vallee, 
Paris 1865 ff. A. Gefifroy, Madame de Maintenon d'apres sa correspondance authen- 
tiqne, Paris 1887. ®ie Ä'unftgriffe beä 50iaffenfälfc]^er§ gegenüber ben ^Briefen ber grau 

fiofer, SBnefwei^fel griebri(^9 bee ©xogett. d 



L Einleitung jii bcm 58riefn)cd)jel mit SJiaupcrtui^. 

wadjjcn; jo gctaiig e§ i^m, bic siüci Sänbe Don 1752 binnen brei Scit)ten 
in adjt Quidjtucncu jit laffcn. Sn unjerem ^qÜc Ijatte er bcm iöuc^'^änbler! 
2c 3qI} für bic >Vic de Älaiipertuis« in bcm 95ertag§ocrtrage öier S3änbc 
in 2)nobc5 jn je 1^60 ©eitcn in 3lu§fid)t gcftcHt — ba mufstc a\\o ^üh 
lung gcjdjafit werben i). 

prüfen wir bie 36 ^Briefe be§ Königs, bie bem 5Int)Qng ber »Vie de 
IVIaupcrtuis« mit bcr öon g'^ii^Hct be ßondjcS angelegten ©ammtung nid^t 
gcmciujam finb, im ©inäclnen nad), fo bitben eine erfte ©ruppe brei ©tüde, 
bie \id) and) in ber ^luggoBe öon ^reu^^j finben. SSon biefen ift einS^) 
er[t burd) bcn Herausgeber SJiaurice Stnglitiiel bem Kecueil angefügt: nad) 
bem Xe^-t non ^reufj, unberanbert. Sie beiben anberu'^) fanb ber Heraus- 
geber fdpn in bem SDianuffript jeine§ @ro§öater§, natürlid) ücränbert, er» 
njeitert, joba| er nun argtoS auf bie SJieinung fam, ^reu^ Ijobe eine 
uuüotiftänbige ßopic benu^t. ^mi meitere ©lüde !önnen au ber §anb 
ber im @el)eimen ©taüt§ard)io befinblidien autijentifdjen 2lbfd)rifteu^) !on* 
trolirt werben: ta^ eine*^) ift auf ber ©runblage bei Originals sured^t» 
geftu^t, t)a^ anbre fcnugeii^uet fid) at§ freie (Srfiubung ^). ©leid^fattS ot§ 



öon 9Kointenon f Gilbert Ca SSallee (I, p. XXXVIII), gans entj))rcc^enb bem, toa§ 
fi^ in unserem j^aUc tt)at)rnef)men ließ: »La Beaumelle voulant ä tout prix faire de 
l'effet et eflfacer Voltaire, ne trouve pas que Madame de Maintenon ait assez 
d'esprit et que ses lettres soient assez interessantes; donc il ajoute, 11 abrege, 
il change, 11 mutile, il mölange, 11 amplifie, il supprlme. Un tres petit nombre 
6chappe a sa fabrication; dans quelques-unes, il n'ajoute ou ne change que des 
mots, une ligne, une phrase, et il serait possible, que ces modifications lui eus- 
sent ete demandees par les dames de Saint-Cyr; mais dans les autres, tantOt avec 
quatre ou cinq lettres qu'il abrege il en compose une, en y ajoutant des soudures, 
tantOt il les transforme tellement qu'elles deviennent meconnaissables et qu'on 
y trouve ä peine le sens original.« 

1) Um £a 93eaumelle etnigermofien gu entlüften, t)ot fein 93iogra|3l) %ap^and a.a.Q. 
©. 308 mit Berufung auf ben oben ©. XXXIX angefüfjrten 58rief bon 2a ©onbamine öom 
16. September 1761 geltenb gemad}t, baß biefcr bamal§ nur bie SSeröffentlic^ung einiger 
Stusjüge aug ben 93riefen {^riebrid)§ an 9!J?aupertui§ l^abe geftatten moUen, ia'Q ai\o bic 
„Untreue" beg §erau§geber^ £a 33eaumeIIc üon 2a Sonbamine getannt unb gebilligt fei. 
yiai) bem oben borgelegten muß bicfer 58erjuc^, üa ^öcountelle burd) 2a Sonbamine äU 
beden, al^ mißglüdt betrad)tet werben. 

2) Dben S. XXXVIII. 3) 9Jr. 2 unfrer Stuggabe. 
4) 3lx. 1. 63. 5) %I. unten ©. LIII. 

6) 9ir. 61 unfrer 3tu§gobe. 

7) ®ie plfdiung, aiä 9(ntmort auf ben 93erid)t SDloupertmg' bom 22. ^uü 1748 
(unten S. 231 3lt. 59) gebockt, ift p c^arafterifttfd) für bie ,^inbig!eit So 58eaumeIIe'!§, 
al§ boß bcr furje Xejt f)ier nic^t ^(a|3 finben foUte: »J'approuve, mon eher Mauper- 
tuis, ce que vous me proposez, tant par mon penchant ä approuver tout ce qui 
vient de vous, que par mon goüt pour la langue fran^aise. Vous vous rappelez 
quel vacarme il y eut sur notre Parnasse germanique, lorsqu'il fut dccid6 que le 
fran^ais serait la langue de nos recueils acadöraiques. Cette Innovation parut ä 
nos p6dantö un crime contre la majeste romaine. Les bona patriotes dirent que 



®ie ©ammlung f^eutHet be Kond^eS unb bie 5lu§goBe bon £a SSeaumelle. LI 

jold^e t[t, itnd) einem SSergleid; mit bem im 5Ircf)iö befinblici^en Soncept 
be§ ©ci^reibenS öom 12. SDJai 1746i), ber angeblidie Srief oom 11. Wlai"^) 
ju betradjten. (Sine Slummer mef)r t)at Sa SBeaumeüe baburc^ für feine 
(Sammlung getüonnen, ba^ er ein DriginaP) au§einanberjd^nitt nnb bie 
X{)eile, beibe burd) ©injd^iebungen geljorig au§geftopft, al§ jelbftiinbigc 
8tücfe an§ Sic^t treten lie^. 5Iu§ inneren ©rünben werben fid) fünf 
weitere Slummern") ben t5ö^<^ii"9ßi^ Suroeifen laffen. ®ie übrigen «Stüde 
finb un!ontroIirbar. 

2Bo§ bie 87 ^Briefe öon 3Jiaupertui§ anbetrifft, bie ber Recueil üon Sa 
33eaumeße enf^ält, fo lä^t fid) leiber nur bei 6 @tüden eine unmittelbare 
^ontrole üorneljmen. Qxüd '">] finb burd) ben §eran§geber 9J^aurice 5IngIioieI, 
alfo unoeränbert, au§ ber 5lu§gabe öon ^reu^ übernommen. S3on ben oier 
anbern*^) finb bie Originale erl)alten, nad^meiätid^ f)at Sa Seaumeüe bie 
Soncepte öor fic^ ge'^abt^). SSenn nun fein Xej:t öon bem ber Originale ah-- 
weicht, fo ift e§ aUerbingg nid)t au§gefd)Ioffen, ba^ SfJiaupertuiS im Son* 
cept anber§ gefc^rieben I)atte, al§ nadjljer in ber ^einfc^rift; bie gröfjere 
9Baf)rf(^einIid)!eit aber fprid^t bafür, ha^ bie Slbmeic^ungen mieber auf 
bie f(^on fo ftar! belaftete 9ted)nung be§betriebfomen Sa Seaumelle fommen. 

SSon ber großen 93^affe ber burd; Xej:tüergteid)ung nid)t fontrolirbaren 
9D'Jaupertui§=93riefe mirb junäd)ft gWeifelloS angenommen werben muffen, 
ba^ fie, wenn auc^ an fic^ e^t, in ät)nlid)er SSeife bur^ Stenberuugen, Bitfä^e, 
5(u§Iaffungen entfteHt finb, wie bie Briefe bc§ i^önigS. @§ ergiebt fid; ba§ in 
einer gangen Slnjal)! üon fällen barau§, ha^ bie 5lntworten 9Jhupcrtui§' 
i8e§ug ne:^men unb eingetien auf fold^e ©teüen, bie in bie 93riefe be§ Äönig§ 
erwiefener Tia^tn öon Sa S3eaumeüe tjineingefälfd^t finb^.) 



rallemand devait regner dans une Academie d'Allemagne. Nous nous mimes au 
dessus de ces vains murmures; et nous nous sommes bien trouv6s. Faites donc 
votre histoire frangaise; on ne saurait trop depouiller les sciences de leurs epines; 
et la methode et la langue qui les mettent ä la portee d'un plus grand nombre 
de lecteurs doivent sans contredit etre preferees.« Tlan bergteidic bamit ben e^ten 
%tlt bom 24. Suti 1748 unten ©. 232 9k. 60. ®aB 2a 93eaumeüe jetnec gäljc^ung fein 
®atum giebt, bettjetft triebet feine Unbefanntfieit mit bem Driginal. 

1) 9Zr. 30. 

2) 9Jr. 55 beg Recueil öon So Seaumelle, unten (2. 205 Sinnt. 1 no^ aU unfon= 
trolirbar ongefetjen, ober nod) Obigem mol}! fidjer unter bie freien ©rfinbungen eingurcitjen. 

3) 3lx. 38 unfrer 3lu^gobe. 

4) 3lx. 10. 120. 122. 169. 174 ; ögf. unten S. 19ü 2(nm. 2; 228 Sinnt. 3; 271 2tnm. 2; 
253 2Inm. 1. 

5) 9^r. 25. 59 unfrer Slu^gabe. 

6) 3lt. 21. 160. 173 unb unten <B. 254 9lnm. 3. 

7) yix. 80 unfrer Sluggabe giebt et ot)ne bie natürlii) nur im Driginal befinblid)e 
9tanbbemerfung be§ Äönigg, u. \. U). 

8) (Sin bejonberS fennäeid)nenber gaü liegt in ben Dir. 138. 139 bei Recueil öon 
2a SSeoumelle üor, wo in ber Stntroort ber ©a^: »Votre Majeste n'aurait rien perdu 

d* 



IJI ©inlfitunfl ,yi beut ^^ncfiiicd)fd mit 9.T?Qiipcrhii8. 

Uiiö aiidj an totalen '(Väljd)uni]cn, freien ©rfinbuniv'n fet)lt e§ nid^t. 
3JianpiTtniÄ liattc in ber ^Ifabcmie ei^ung noni 3. ^\\\'\ 17-10, uad^bcm 
Target beS iUinig§ 'iHbljanblnng ilbcr bie gortjd)rittc ber itnltnr in ber 
lliarf JPranbenbnrg ucrlejen, bcm 'S^anf ber ^erfannnUnig ?tu§brncE ge» 
lielu'u unb beab[idjtigte, bicfc »Keponsc« in ben 2)cnfici^riftcn ber 9(tabemie 
mit abbrucfcn ju laffen, ber itönig aber bejcid)nete in einem Briefe an 
S-lianpertuiS bie »Repousc« oI§ jn jdjmeidjelljaft. 2a Söcaumeüe öerftanb 
ben ßiifiiinnicntiang "id)t, er nal)ni an, ba|3 älJanpcrtnig in einem feiner 
iöriefc fid) über jene 5tbl)anblung geänJ5ert Ijaben müfje, nnb "Oa er foId)en 
Jörief natürlich nidjt üorfanb, fälfc^te er fid) it)n hirjer §anb ') nnb reil)te 
in feiner Uniuiffenljeit ba§ 5[Radjiüer! bann jum Wäx^ 1717 ein. Ueber» 
t)aupt lüirb ein unnuiglid)e§ !Datnm, nidjt grabe unbcbingt, aber mit 
großer 2[öal)rfc^cinlid)feit anf eine i5^^c^""9 f<i)Iief5en laffen ^j. 

Dbgtcic^ @eniol)nl)cit§fäIfd)er unb ^yirtuofe ber ^^älfc^ertunft, t)at alfo 
2a Scaumeüe bisweilen bod) grünblid^ fid^ üerfeljen^). ^^ügen rt)ir Ijinju, 
raa§ bereit» 8ainte=5öeut)e^) treffenb bemerft I)at, bafj ju ben Unad^tfam« 
feit»= unb Unn)iffen'^eit§=i5e^'^c^tt öiii) %^W^ ^^^ ©efd^mad» Ijinjutreten. 

©0 rabifal ba§ 33erfa[)ren erfdjeinen mag, nad^ aüen mit £a$8eaumelle 
gemachten 5rfat)rungcn blieb bod) nidjt§ anbere§ übrig, al§ bie ganje 
SDiaffe ber nur burc^ biefen taufenbmal rüdfälligen falfd^cn Beugen be* 
glaubigten Sriefe oon unfrer 5(u§gabe aU öerbäd)tig auSjufc^Iie^en •'"'). 2)urd^ 
biefe unerläßliche 93orfic^t§ma§regel ift aUerbingä bie ^ier gebotene ßaljl 



au march6 qu'elle proposait et Madame du Chätelet aurait gagne« utiätueifel^aft 
gefali(^t i[t, tt)et( ber in Siebe ftefjenbe SSoric^fag, 58oItaire gegen einen ©eometet tei^iuetje 
ju taujc^en, in ben 33ricf bcä ftönigs burd) bie bctannten 3;ojd}enfpieIer!ün[te Ijinein» 
gefommen ift. 2lm 20. 9!Jiai 1740 (Recueil 3Jr. 59; bantt SOiaupertuiä für beg Stönig§ 
©ruße on 5^1" fon 2)i., aber bie ©rüfee flammen üon 2a 93eaume(Ie unb nid)t öom 
Sönige, unb fomit ift auc^ ber ®anf apotx\)p^. S3on weiteren 93eifpielen barf fügli^ 
abgeje^en tuerben. 

1, 5ßgl. ©. 220 Stnm. 1; 226 <Mnm. 5; 271 ?(nm. 2. 

2) 3Jr. S2 beä Recueil; egl. unten S. 240 Stnm. 7. Uebet anbre pUc bgl. ©. 190 
«nm. 2; 192 SInm. 1; 247 Slnm. 1; 2.53 §(nm. 1. 2; 271 Slnm. 2. 

3) SBgl. aud^ ben ©. 247 2lnm. 1 angeführten giß- 

4) 21. a. D. S. 101: »Le style de Fr6d6ric, avec sea incorrections et ses lon- 
gueurs, est plu.s simple, plus digne et d'une langue plus saine.« (3aintcs93eubc 
tteift auf ben St^Iufe ber oben 6. XLVIII mitget^eUten Jälfc^ung oom 28. ^uli 1746 :^in 
{>vou3 avez eu un boo pere, c'est un bonheur que n'ont pas eu tous vos amisc) 
unb bemerft baju: »Ce retour, ä poine indiqu6, de Frederic sur son p6re, si cruel 
pour lui, cette allusion, b'ü Tavait faite r^ellement, serait touchante; mais, dans 
le vrai, Frederic c-tait trop roi pour laisser voir ä personne qu'il se plaignait de 
son pere, et surtout pour Tecrire.c ^affelbe gilt bon ber gleich in bem crften 93rief 
eingcfc^wärjten Stelle: >Le Roi mon pere m'a 61ev6 dana Tignorance.« 

5) Sgl. bie Uebcrfid^tstafel im 2{n^ong G, ©. 336. 



®te ©ammlimfl bcr Slönigl. Sabinet^regi^trahir. LIH 

ber ^Briefe be§ Stfabcmie^^räfibenteu im ii^ergteic^ 511 bem Iiccueil üon 
2a SöeaumeHe [tarf §ufammengcjdjriimpft'j. 

ßum ©lücf fanb ftd) auberroärtS einiger ßrja^; in tierI)ä(tniBnuii3ig 
geringem 3)ia§e bnrc^ bi§f)er nnbe!anntc 3J?anpertui§'33riefe, oiel reidj« 
lieber für bie anbere ©eite be§ S3riejwed)iel§. 



(S§ i[t äunäc^ft eine niieber im S3cfi^ be§ ®ef)eimen StaatSarc^ioeS 
befinblid^e (Sammlung, bie t)ier ergänjenb eintritt: bie ©ammlung ber 
königlichen Äabinetgregiftratur. 

2)ie 5(cten bc§ ÄabinetS befanben fid^ jur ßeit i^nebrid^S be§ ÖJroBen 
in einem ^uftanbe arger SSertt)at)rtofung. ©ine gang aümä^tig entftanbene 
unb ju 93ebeutung gelangte Se^örbe^j, für bie erft fefjr fpät, nad) bem 
Xobe beg faft öierjig Saf)re t)inburd) mit ber ©efd^äftsleitnng befaßten 
5tabinet§fefretär§ ©id^el, eine erfte ©ienftanweifung erlafjen njurbe, ent= 
beirrte ba§ Äabinet eine§ georbneten 9?egiftraturmefcn§: fto^weife, nur fet^r 
nottjbürftig fortirt, otjue StblieferungS'S^erjeidiniffe, öcrfiegclt, njurbcn bie 
Slcten oon ßeit p ß^it je nad^bem fie politifdje ober S8erwaltung§''5(n« 
gelegenl^eiten betrafen, an ha^ Strd^it) be§ ®et)eimcn (Stat§ratt)§ ober ba§ 
Slrd)iD be§ ©eneratbirectoriumS jur Stufbematjrung gefanbt. %i§> in un- 
ferm Satirtjunbert bie fo äufammengeljäuftc wüfte 9Jiaffe georbnet luurbe, 
ergab fid|, ta^ üon ben im S^abinet eingelaufenen ©(^riftftüden unpoliti* 
fd^er 2lrt nur ein üerljättnif^mö^ig fteiuer Xt)eil ertjalteu mar. ©o fiub 
auc^ tion ben 23erid)ten unb Sricfen 9)Joupertui§' an ben Äönig in ber 
je^t neu georbneten ^abinetSregiftratur im ©onjen nur 24 oor^anben»), 
ju benen nod) je ein (Sd^reiben be§ 5lfabcmiepräfibenten an ben Äabiuet§= 
fecretör unb an ben 35orIefer be§ 5lönig§ ^), f on)ie ein ©djreiben ber SSittme 
on ben ^önig^'*) tritt. 

Sorgfältiger mürbe im ^abinet ouf bie Sammlung ber Slu^gänge, 
ber Smmebiat=9]erfügungen be§ S^önigS, Sebad)t genommen, inbem bcr 
Ütegel nacö oon jebem ^abinet§fd)reiben, fomeit nid)t ba§ Gonccpt aU 58e= 
leg biente, eine 5tbfd)rift gurüdbeljatten mürbe. SDie ^auptmaffe ber 5Ib= 
fc^riften liegt in c^ronologifc^er 9ieil)enfotge, Xog für ^ag eingetragen, in 
großen Folianten oor, ben fogen. SfJlinutenbüc^eru. liefen Sammelbiinben 
fonnten al§ „5tbfd)riften ber ÄabinetSfanstei" für unfere 5luggabe nic^t 



1) 9Jur ein Srief ift oii§ Bejotiberen ®rünben ou§ bem Recüeil üon So Scaumeöe 
übernommen rcorben: bgl. unten 6. 245. 24G ['Hlx. 72). 

2) 58gl. §. §üffer, bie ^Beamten beä älteren ^3reuBiid)en Kabinett üon 1713—1808, 
gorj^ungen für branbenb. unb preufe. ©ejc^ic^te V, 163—170. 

3) Sn untrer 2luggabe 9^r. 5. 21. 2.5. 66. 91. 104. 117. 166. 168. 180. 182. 184. 
187. 189. 192. 194. 201—204. 207. 209. 210. 212. 

4) 3lx, 92. 156* 5) SRr. 213. 



\A\ C?inleitimci ,ui ^l'n^ 33ncfn)cd)jcl mit ?!J?njH)crhii^. 

lücniiV'i' al^ 50 ^Jhtmnieru cntnomnieu werben; ein iucitcrc§ ^iM ift in bor 
Siabiiict^rcivftratiir aU Coiicept ert)aUcn^); in fünf ^Äßen''^) liegt nid)t 
bcr Üfijortlant Dov, iuol)l aber bie Sinifung beg ÄiönigS, nad) ber bie5lnt= 
roort in entiucrfen mar. 

"i^ei biefem Ü^cfuiib ift bie 5tnnal)me gcredjtfertigt, bo| üou bem ^n-- 
\)M ber oben') eruuitjnten (Sammtung üon §eberle nid)t§ tt)efentlid)c§ 
unferer 5(u^^niabc fefilcu luirb. ®ie ©nmmlung beftanb auSjdfilicfjIid) an§ 
bicfen üom ilönige nur nnterjeidjneteu ilabinet^fdjreibcn, wie fie in jenen 
SOJinutenbäuben rtbfdjriftlid) surüdbeljalten mürben, unb fie jäl)lte69 Stummem: 
nun ergiebt fid) genan biejelbe Ziffer, wenn wir ju ben 59 in Slbfdjriften 
unb bem einen im Sonccpt ertjaltenen, fowie ben 5 burd) Slnweifungen für bie 
5Intwort erjetüen ©tüden bie nier in ben SJJinutenbänben fcl)Ienben 33riefe 
jät)ten, bk ^rcu^ für feine Sluggabe ber §eberte'fcf)en ©ammlung entnat)m *). 



©in '3^^eit ber Gingaben 9(J?aupertui§' ift im Jlabinet nid)t ju ben 
bieten genommen worben, fonbern furjer §anb mit eigen^änbigen 9xanb= 
oerfügungen be§ Königs an ben 2(bfeuber äurüdgelangt. 

5(ul (Stüden bicfer Strt beftefjt, unb jwor au§fdjliepd^, bie fleine 
Sammlung, bie ber ^hbe £e ©ueur, Eure ju ©ronbeUe, 1897 in feinem 
SSerfe »Maupertuis et ses correspoudants« tieröffentlid)t l^at. SJianpertuiS 
!§atte einen großen XI)eit feinel 93riefwecl^fet§ feinem ^^i^eunbe Sa ©onba^ 
mine iiermodjt; eine Stu§waf)I au§ biefen papieren gelaugte burdj 2a (5on= 
bamine in bie Sibliotfjef be§ ©djtoffeä ©ftouillt), ber 33efi|juug feines 
@cf)wager§, ben er oft ju längerem §lufentt)alt befudjte; bort ift biefer 
Xt)eil be§ 3J?aupcrtuil'fdjen S^ad^Iaffcg^) nad) met)r at§ t)uubert 3cit)ren 
öööiger Sicrborgentjeit je^t glüdtid^ entbedt worben. 

Uujere 5Iu5gabe üerbauft ber ©ammlung be§ 5{bbc £e @ueur bie 
93ereicf)erung burcf) 9 ©tüde^), bie jum Xt)eü nodj ber d^ronologifd^en 
93eftimmung beburften. 

2)er 93riefwed)fel jwifc^en ^^i^iebrid) unb SKaupertuiS, wie er in mel^r 
qI§ 200 S'iummern je|t öor un§ liegt, ift eine unfd)äpare Queue für W 

1) 3lx. 211. %aä (Soncept cinc§ anbeten S^reiben^ (3Jr. 30) ftammt nic^t ouä bem 
Stah'mei, ionbern befinbct fic^ bei ben 3(cten bei 0el)eimen Statlratp betr. bie ?(fabcmtc 
ber SSiffenJc^aften 1Rep. 9 . 

2) SSgl. 3Jr. 201— 20.'J. 209. 212. 3) ©. XXXVIT. 

4) SBon bem fünften Stücfc biejcr Äotegorie (9?r. 190) fel^lt bie Wbfdjrift nic^t. 

5) Slußer ben S3eric^ten an .Slönig ^riebrid) fanb fi^ öor ein 93rieftt)ecf)jel mit bem 
^ßrinjcn ^einric^ eon $reußen, mit Üo 83eaumeüe (bgl. oben S. XXX VIII V(nm. 7], bem 
^röfibenten .Renault, bem örofen S^teifan, bem SlJJarjcfiaU öou Sc^otttanb ©eorge Steit^, ben 
Gelehrten guler, Rätter, Ääftner, Slönig, SBalä, e^riftian Sffiolff, GonbiCac, b'DIiOet u. 5t. 

6; 9lr. 46. 6S. 75. 76, SO. 82. 83. 89. 93. 



S)te ©ammlung bon £e ©ueur. ®er 93rtefnjec^jel aU ®ejd)id)tlqucae. LV 

@efrf)id^te ber preu^ifc^en 2l!abemie ber 2Biffcnfd)Qften im crften Sat)rjcl)nt 
nad) i^rer SSicber^erfteflung uiib sugleid) ein Senfmal ber perjönlicljen 
greunbl'djaft, bie beii Äöntg unb feineu 5(tabenüeprä[ibenten oerbaub. 

9}iaupertui§' S3erufung nad) ^Berlin, bie erüävtc 2lb[td)t be§ Äonigä, 
Sieorganijation unb ßeitung ber Stfabemie in feine §anb ju legen, 
faub bei un§ in ber gelehrten 2BeIt !cincöweg§ allgemeine 93iUignng. 
6t)riftian SBoIff, ber au§ ber SSerbannnng Ijeimbernfene 'il5t)iIofopl), ben 
ber ^önig gern oud) für SSerlin unb bie 3üabemie gciuonncn Ijiitte, ber aber 
lieber nad^ §alle in feinen alten 2ßir!nng§h-ei§ gurüdfeljrte — Sinilff äufjerte 
auf bie 9^adjrid)t, ha^ SJiaupertuiä bie 5l!abemie „nadj bem ^arifer ^ufs" 
umäugeftalten beabfid;tige, feljr njegmerfenb*): „(gr fann freilid) nidjtä al§ 
nad^affen; e§ wirb aber folc^crgeftatt eine 5lfabemie t)erau§!ommen, bie 
Mo^ gur ^arabe ift unb baburd) \)a^ £anb n^enig SSortljeile erljaltcn n^irb." 

S)er Erfolg i)at bie übellaunige SSorausfagung ßügen geftraft. 9Jie= 
manb ttJtrb Ijente in 5lbrebe fteHen, ba^ 9Jknpertui§ bie fdjwierige ^luf-- 
gobe, SU ber if)n bo§ SSertrauen be§ ÄönigS berief, glüdlidj, ja glänjenb 
gelüft ^ot. @§ war öon großer prattifdjer 93ebeutnng, ta'^i ber ^räfibcnt 
au§ feinem früljeren 3Btr!ung§!reife mit ben formen unb bem ^Betrieb 
otobemifc^er 5lrbeit§gemeiufc^aft genau öertraut war; aud) !am allein fdjon 
ber Älang feine§ 9^amen§ ber öon tt)m geleiteten ^örperfd^aft ju ®ute, 
unb e§ ift nic^t gu üerfenneu, ba^ feine ©djöpfung, aU 9Jiaupertui§ i(jr 
entriffen mürbe, üon iljrem frifd;en ©lanje unb it)rem erften Sd^munge 
nid^t unert)eblid^ öertor. 

S)ie ^fabemie mar unter griebrid^ SBiltjelm I. §u einer SSerforgung§= 
anftatt für bie Hofnarren f)erabgefunfen, bereu einer jeitmeife it)r S5ice= 
^räfibent gemefen ift 2). 2)iefem fdjmadjoollen ßuftanbe f)atte ber neue 
§errfd)er al^balb nad^ feinem 9iegierung§ontritt ein @nbe gemadjt, inbcm 
er „bie obiofe 5In§gabe oor bie fämtlid)eu Äbnigüd)en 9fiarren" au§ bem 
Staffen^Stat ber 2l!abemie ftrid^^). ^^d) itjrer SSerfd^melgung mit jener 
fretett litterarifc^eu ©efeüfc^aft üon 1743^) befanb fid) bie Stfabemie in ber 
entgegengefe^ten ®efat)r, ein Senat öon (Stoat^töürbenträgern, eine SSer= 



1) 23. 5Robentber 1740 (bei 33üfd)ing, SJe^trägc 5U ber £eben§gei(f|itf)te bcnfmürbtger 
^erjonen, ^aüe 17S3, I, 113; »gl. ebenb. HS), offenbar mit Stnfpieluitg auf ben cigen= 
pnbigen 3ufat; p ber föegen ^urüdberufung bon 2BoIff ertaifcnen ^abinetl='Drbre an 
ben ^robft Ükinbec! öom Suni 1740 ((Euvres XXVII, c, 186): „Unfere Stfaberaie nuiB 
nicf)t 5ur ^arabe, fonbern gur ^nftruction fein." 

2) SSgl. <B. 109 'Jtnm. 3. eine üoCftänbige £ifte biefer Hofnarren entl^ält ber S3rief 
öon ^oHnig an SJMnteuffel üom 7. Dctober 1736, in bem „SBerfuc^ einer öeben§gefd)ic^te 
be§ ©rafen Secfenborff" IV, 356. 

3) ^abinetl^Drbre an ben etot^minifter bon SBierecf üom 12. ^uni 1740, GEuvres 
XXVII, c, 189. 

4) SSgl. oben ©. XXXVII. 



LVI Sinleihini] 511 bcm ^rieftüc^jd mit ^Öiaupcrtut^. 

ciiiiijung iHirucljmcr 5)ikttantcn ^^u luerbcn. Um bcn iionuicgcnbcn (Sinflu^ 
bcv crlaiid^tcii iiuratorcn jii brcd)cn, erbat fid) 2J?Qiipertui§ üon bcm itönige 
^itcl xm"!) ilHiÜmarfjtcn ; bcnu iiod) fct)Ie Ijier 511 iianbe ben SSiffcnjd)aften 
qI§ foldjcu bay l]oI)c ?(iifcljcn, auf ba§ geftü^U er baljcim in ber Academie 
des JScieuces ^crjogcu luib SÖiinifteni priifibirt Ijaht. 'Dluu luurbc er ^um 
"ipräfibcnten ernannt unb mit meitgeljcnben ©eredjtfamen au^geftattet; er 
ert)ielt üor 5lüem bie alleinige !i5erfügung über frei getuorbene ®et)älter, 
b. l). über bie ©tcüen ber orbenttidjcn 9J2itglieber ^), unb in bem neuen 
Üiegtement 00m 10. ÜJiai 1746 Ijie^ e§: „(Sr foE ol^ne 9iüdfid)t auf ben 
9iang oüen Sl^ren-- unb orbcntlid^en SOiitgliebern öorge{)en, alle§ foQ burd^ 
il)n gcfd)ei)en, fo tüie ein ©encrot abelidjen @tanbc§ igerjoge unb ^rinjen 
bei einer %ximt commanbiret, oI)ne iial^ fid) jemanb baburd) beleibiget finbef^)." 
Sm Söefi^ einer 9)?ad^tüonfommenf)eit, bie 9'leib unb @iferfud)t t)erau§* 
forberte, (Smpfinblid^feiten nid^t fc^onen fonnte, mandjc (Erwartungen ent* 
täufd^en unb mandjcn Stolj fränfen mu|te unb 5lt(e§ in ^2lttem gro^e 
^öcrantiüorttidjfeit in fid^ fdjIoB, ift ber neue ^räfibent fing genug ge= 
ttjefen, für oüe tt)id)tigcn @ntfd)eibungen unmittelbar bie ßuftimmung be§ 
f)o{)en ^rotector§ ber 5(fabemie einsutjolen. Unb ber ^lönig ben)ie§ burc^ 
bie 5Irt, roie er bie S3erid)te unb Sluträge aufnaf)m unb beantwortete, immer 
oon neuem fein perfönUd^eö Sntcreffe, fein SSerftänbni^ für bie 5Iuf gaben 
unb feine Itiolje 9Jieinung üon ber SBürbe einer Slfabemie, feine ^^ürforgc 
für ta^ ©ebei^en unb \)a§> ?Infef)en biefer feiner eigenen 5lfabemie. ©eine 
ßuftimmung ju ben Einträgen war meljr al§ eine leere, autljeillofe Untcr= 
fc^rift ot)ne Prüfung unb eigenes Urtfjeit; bie 3Sorf erläge für bie Stufnaljme 
neuer SOiitglieber t)at er jwar in ben meiften fällen gutget)eif3en, ba aber, 
wo er ßinwänbe ertjebt, finb feine @rünbe ebenfo d^ara!teriftifd) wie triftig. 
SII§ 9Jiaupertui§ ftatt be§ großen 5tlbrec^t ^aüer, ber if)m unerreid^bar 
fd)eint, beffen (Sct)üler 9J?edeI au§ ©öttingen fjoranjuäietjen beabfid^tigt, 
beftetjt ber ^önig barauf-^, , ba^ nic^t§ unoerfudjt bleibt, §aüer fclbft §u 
gewinnen, unb giebt al§ bie ©runbregel für eine Sl!abemie bie £üfung au§: 
„2)er SJieifter gilt meljr al§ ber ©c^üIer." @in auber Wal fann er fid) 
mit 9}laupertui5' Ö5ebaufen nidjt befreunben, al§ biefer in übet angebradE)ter 
©efäüigfeit einem potnifdien SJiagnaten bie Pforten ber 5(fabemie öffnen 
will; mit feinem 8pott ftetlt er bie Xt)atfad)e feft, ha'\i bie gemeinen 9Sor* 
urtf)ei[e oon ^ang unb @eburt auf ba§ pt)itofop()ifdf)e ."^aupt be§ ^räft^ 
beuten Sinbrud gemad^t Ijaben, unb fnüpft bie S(ufuat)me an jwei 93e= 
bingungen: ba^ juoor bei ben Slfabemien gu ^ariä unb Bonbon itjr 



1) S. 201. 202. 201. 205. 222. 228. 

2) ^ai) ber officicllen Ueberfe^ung teä franjönf^en Criginalä. 

3) ©. 242. 249. 



S8ert)äItniB be§ töniflS ^n ber 9lfabeinie. LVII 

^rojentfa^ an Sflarren ermittelt werbe, um Serlin nidjt in ba§ S3orber' 
treffen ^u Bringen, unb ba^ tior aüem jener polnifdje ^ürft i()n, ben 
Äönig, mit feiner Ueberfe^ung be§ äliitton in polnifcfien SBcrfcn oerfdjonen 
foU*). 9J?anpertui§ lie^ fid) bie in fo fdjer^tjafteni Öcmanbe oerliüEte 5(b« 
Iet)nnng gefagt fein, ber poInifd)e ^^ürft blieb ber 5(fabemie erfpart. 

©elbft in üeinen unb üeinften 5lngelegenl}eiten Ijot ber 'iprafibent ben 
^rotector bemühen ju follen geglaubt. Sll§ it)m ein 5lntuärter für bie er» 
lebigte (S)ärtnerfteüe ber 5lfabemie in3}orfd)lag gebradjt wirb, tueift berili3nig 
bie ®ntfd)eibung begreiflid^er Sßeife jurüd, unb al§ itjm gar ha^: '»^.UototüU 
über bie Prüfung eine§ S3emerbcr§ um bie Slffiftentenftelle am djcmifdjen 
Snftitut öorgelegt wirb, !ann er bie ungebulbige Sitte nid)t unterbrüden, 
il^n mit fo großen ^leinigfeiten nic^t §u beläftigen — eine Erinnerung, 
bie 9J^aupertui§ nic^t ol)ne (Smpfinblid)!eit tierwanb'-;. ©in anber 3}ial 
nimmt -^^riebrid^ in einer biefer l)ocl^mid)tigen fragen mieber feine B^f^iic^jt 
§ur Ironie: at§ ber eifrige ^rafibent ein äRitglieb, ^a§> fid) ju bem 
^flebenamt eine§ ^riöatle^rerS erniebrigt t)at unb nod) baju in ber ^(fabeuüe 
fid) fäumig geigt, au§ftoBen will, wirb il)m bie 5lntWort ju X^eil: „Um 
nid^t gleidje Sel)onblung tion S^rer Seite gu oerbienen, tierfpredje id), für 
Sl)re SKaifi^ung gu arbeiten unb niemals Set)rer eine§ jungen SD^ieufdien, 
e§ fei wer e§ woüe, gu werben 3)." 

©0 fpa^aft ta^ jweite ©elübbe war, fo ernft würbe bie anbere ^lu 
fage gegeben. ^\6)i umfonft nannte fid) ^riebricli feine§ ^riifibeuten gc» 
treuen Slfobemifer. ©ein Sntereffe für bie Slfabemie Ijat er nic^t sum 
wenigften be!unbet burd) eifrige, anfänglid) fogor regelmäßige SJiitarbeit. 
!J)ie SU neuem £eben erwedte gelet)rte ^örperfdjaft öerfügte für bie natup 
wiffenfd)aftlic^en unb matljematifdien gädjer in 9Jiarggraf, @uter, ©rifc^ow, 
©lebitfd) über au§geseid)nete Äräfte^); ber einfeitige (Stiarafter einer SSer^ 
einigung öon nod) bagu mittelmäßigen ßljirurgen, ben fie eine Stii. lang 
getragen Ijatte^^), war glüdlid) abgeftreift; anc^ bie ^^ilofop^ie fd)ien nad) 
ber Söerufung oon äJierian^) Ijinreic^cnb würbig oertreten. 2)ie ©c^wädje 



1) ©. 314-316. 2) ©. 269. 313. 

3) ©. 252. m§ 'SRauptttniS auf bie 9tngelcgent)ett äuvücEäufornmen waflt, fd)neibet 
ber König bie (Srörterung fd^arf ob : ©. 253. 

4) <B. 241. 292. 293. 

5) 2Bie einseitig griebrid) SBtl^elm I. bie «ßflege ber mebicinifcfien 5IBiffenfd)aften be= 
gün[tigte, läfet bie ajiorginatöerfügung tiom 27. 5Roöember 1714 erjetjen, burc^ bie er ju 
©unften feiner ©ocietät, b. I). be§ öon il)m begrünbeten Theatrum anatomicmu, bie ein== 
fünfte ber (Societät ber SSiffenfc^aften befd)nitt: „®iefe 1000 [2;i)aterj foIIen . . . ge^a^Ict 
trerben öor meine angerid)tete Sossiaetaet bie bar biell nüt^I[id)er] ift cl§ biefe 
9larren=$offen. SOleine Sofftätet ift üor ber Söetbt unb 2Kenfd)en 93efte, bie anbe^re 
nid)tg aB ber boüen 2Kenfc^en i^re eurieufitet" (®e^. ©taat^ardiiü). 

6) ©. 241. 242. 245. 248. 



lAIII (Jinlcihmfl ju beut ^ricftrccfijcl mit ajlnupcrhtt^. 

bcr neuen 'i^flan^iiUng blieb bie pl)iIoloi]ifd)=l)iftorijd)c CSIaffe — h\ classe 
des bellcs-lcttrcs, wie ä)?anpcrtui§ fic and) nennt: ol)ne bic bviuijlidjft 
notlitticnbii^c unb jugicid) fräftiqfte §luÄijüIfc, bie fie bei bem Äönige fclb[t 
gefunben l)abc, lüürbe fie, fo cvfliirt yjtaupcrtui§ '), nid)t Ijaben bcftetjen 
fonncn. ^n ber lliat, ^y^^icbrid) mar gern Ijülf^^bcrcit, ein fleißiger unb 
ein pünftlid)cr aJZitorbeitcr; njcnn allerbingS 9)Jaupcrtui§ einmal il)n brci 
läge mir ber Si^ung um eine ?Uil)anbInng ju bitten magt, \o fann bcr 
in fo norgeriidter (Btunbe ^htfgeforbertc nic^t nmt)in ^^^u entgegnen'^), ba§ 
^cifee il)m eine ^^rift geben, bie nur für eine fdjlcc^tc Strbeit an^reid^e, unb 
ba gelte feine Strbeit eben fo öiel. 2ll§ mit ber ßeit bie 93änbe ber ah- 
bemiid)cn Sd)riften boc^ ol)ne 33eiträge an§ feiner ^eber erfd)ienen, bc 
glüdiüiinjdjtc er fie fc^erjenb ju biefer ii>erbefferung;'i. Sn 2öir!lid)feit 
aber waren feine l)iftorifc^en 5trbeiten, bie einer neuen 93el)anblung ge= 
fd)ic^tlid)er Stoffe in Tentfdjlanb 93ol3n brad)en, bei aQen 9}Jänge(n ein 
reicher ©eiüinn, eine ^kv\>t für bie neu eröffnete (Serie ber atabcmifdjcn 
2)cnffdjriften, unb fanben ba^eim unb im 2(u§lanbe, unb jwar nid)t blo^ 
um be§ erleuchten 93erfaffer§ willen, öcrbiente Sead^tung *]. 

5^er Slonig ^at feinem Slfabemiepriifibenten gefagt, ha^ er allein eine 
Slfabemie aufwiege ; er bat il)n fort unb fort, fic^ ju fd^onen, ber Slfabemie 
ju Siebe, bie ol)ne if)n öerloren fein würbe •'^j. ^er Slfabemie ju Siebe — 
aber er fefet bann wo^t t)in5u^^): bor allem i^m felbft, bem Könige perfön« 
lic^ ju Siebe. 

3}iaupertui§ fiebelte nac^ ^reu^en über eben gu bem ßeitpunft, ha 
bcr Äönig turj nac^ einanber bie beiben Sugenbgefä^rten t)erloren l)atte, 
bie auB ber ganzen ßa^t feiner ^i^eunbe feinem $^erjen am nädjften ge» 
ftanben Ijaben. 2J?anpertui§ l)ätte \\)m bie Äet)ferlingt unb Vorbau ") nie 
erfe^en fönnen; aber ber ^erjlid)e Xon, ben ^riebric^ in ber Xrouer jener 
läge alsbalb gegen ben neuen Slntömmling anfc^lug, unb bie gro^e ßaijt 
cigen^änbiger Söriefe, bie er noc^ in biefem §erbft il)m au§ bem ^elblager 



1) S. 241. SBgl. S. 21i;. 22ü. 

2) g. 314. 3) <B. 30;J. 

4) gür ba§ einjelne biefer fc^riftftenerifc^en 'Hxbtiten »gl. £. 210. 21S. 220. 224, 
226. 229. 230. 238. 240. 247. 251. 2.54. 206. 271. pr bic c^ronologijdje Ginorbnung 
biei'cr 9trbcitcn iit ber Sriefraec^jel mit 'SJlaupcüniä t)on Ijereorragenber SBic^tigfcit. 'Die 
tüiHfürlic^en unb irrigen 5:;atirungcn in ber 2(u5gQbe Don i'a Scaumetle ^oben in biefer 
33f5ie^ung üicl Unheil angerid^tct. ^reufe ift für bie tjon it)m entroorfene Table cliruno- 
lo^que ?fU ben fEtivres de Fröileric le Grand baburd^ nic^t minber irre gefüf)rt ttjorben, 
wie fcurc^ bie p^anlafieDoUc CS^ronologie ber CSatffc^en 3!)iemoiren Dgl. ^^ublicationen XXII, 
S. XXVII 2lnm. 1;, unb anif bie einbringenben Unterfuc^ungen üon 9JJ. ^jSoSner jur 
„©eneüs ber Hiat^dre de mon teiups unb ber branbenburgifc^en ^enfwürbigteiten" finb 
bur£^ bie JÄIfi^ungen biäipeilcn beeinträchtigt worbcn. 

5, 6. 227. 0; S. 299. 7) 58gl. ©. 188 ff. 



I 



5ßerjönlid)eg 58erf)älhiift be§ Äönig« ju 9Koupcrtui^. IJX 

füiibte, legen 3^"9i^iB baooii ah, luieoiel ec nid)t blof? für feine 5(fabeniic, 
fonbern and) für feine Xafeirnnbc üon äliaupertniä erwartete. (Ein retjer 
perfönlic^er SSerfe^r brodjte ifjm in ber ^^olge feine ßnttdnfdjuntj, bem 
bei öorüberge^enber Xrcnnnng fortgefeljiten Sriefiuerf)ftt blieb bie alte $i>er« 
traulidjfeit nnb Se^aglic^feit erljatten, nnb jene ftetc, rüljrcnbe gürforge 
für bie ©efunbljeit be§ ^^i^eii^ix^^ bringt gcrabe in biefen Sriefen, met)r alg 
in oielen anberen ben Slönig un§ menfdjtic^ naf)e. 

®ie ttiie bargclegt leiber nic^t ja^Ireid) erf)altenen 93ricfe üon 2JZanpertnig 
laffen, meift gefd)äft§mä^ig gefaxt, biejenigen ßigenfdjaftcn tuenig Ijcrüor^ 
treten, bie im perfönlid)en S3er!ef)r auf ben 5li3nig iljren Üteij ausübten: 
2Bi|, (Sc^Iagfertig!eit, SonfenS. ^riebridj ()at, in einem 9(ngcnblid ftnrfer 
$8erftimmung gegen 35oItaire^), 3)iaupertui§ nac^gerüljmt, bafj er ben Unter= 
i)aItung§ton in f)üt)erem ©rabe §u eigen t)aBe al§ jener, ber immer bogma= 
tifire. 5(e^nlic^ t)at formet), in ©ad)en be§ ©efdjmada aUerbing» fein 
ganj ma^gebenber 9iici^ter •^), geurtf)eitt: „©eine fd)Iagcnben §(ntmorten 
maren unbegaljlbar nnb gefielen mir ebenfo fcljr, roenu fid) ÖJereijtljeit 
einmifc^te, aU menn er 5lrtig!eiten fagen moüte. Stud^ 'i^aht id^ il)n a\§> 
ben geiftreid)ften SJJann betrad)tet, ben ic^ gefannt. Sioltaire perorirtc, 
bifferirte nnb mollte gef)ört merben: mon f)örte if)n anfänglich gern, aber 
man befam balb genug, mätjrenb atle§, ma§ ä)iaupertui§ fagte, mie ein 
S5Ii^ fam unb be§ S3atie§ geuer ^atte" 3). 

i^nebrid) Ijatte an SO^anpertuiS mand)e§ au§§ufc|en, fein mitunter 
fauertiJpfifc^eS @efid)t, fein rec{)t^abertfd)e§ Sßefen, feine „brutale" £ffenljcit'); 
aber gerabe biefe Ie|te ©igenfdjaft unb feine unbebingte ßuoerläffigfeit 
maren e§ bod), bie if)m mel)r al§ adeS aubere feine Stellung bei ^riebrid) 
befeftigten. S)ie 5tnfic^t, bie ber ^önig fc^on 2(nfang 1751 auegefprodjen 
l^atte^): „auf bie ®auer miß ic^ lieber mit 9J?aupcrtui§ leben, al§ mit 
SSoItaire", fie beftätigte fic| it)m §u 5lu§gang be§ folgenben Saf)«§. 



1) 2. gebruar 1751. (Euvres XXVII, a, 201. 

2) 3?gl. oben <B. XLIV. 

3) fjormet), Souvenirs d'un citoyen, Berlin 1789, I, 181. SSgl. anäj Sa SBeaumcIIe, 
Vie de Maupertiiis p. 92 : >Peu d'hommes avaient la conversation plus amüsante. 
Nulle femme ne l'eüt soupgonne d'etre un savant. L'esprit juste se cachait et 
ne laissait paraitre que l'esprit aimable . . . Le feu de ses yeux, le ton de la 
persuasion donnaient ä son visage une physiognomie animee qui permcttait i 
peine d'en remarquer les irregularites. Simple dans son exterieur il outiait la 
ndgligence et paraissait tendre ä la singularit6. A Paris, ä Berlin, ä Saint-Malo, 
partout il avait un air etranger.« 

4) Sn ©efpröd^en mit ©att (^ublicationen XXII, 351. 378; t)gl.66): >Maupcrtuis, qui 
veut asservir et qui se fache, quand on ne suit pas ses idees« . . . >La physiognomie 
de Maupertuis est la plus maussade que j'aie Jamals vue, mala il est brutalement 
honnete homme, il ne cede jamais.« 

5) 3« i'enx oben 5lnm. 1 ongefütjrten 93riefe. 



LX »Jinlcitujifl ,su bcni 'i^ricfnicdiicl mit ÜKauperhiiS. 

5^ci ^-riobrid)"-? talb Iiorcntcm ©nlfdjiuf?, 511 Chniftni 9Jtaiipcvtui§' in 
einen lituravijdicn Streit ein.yigrcifeii, Ijabcii bie bcibcn Üüiomeutc, bic baS 
^lieina be*? Söriefiued)fel§ bilbcn, sufammcni^cunrft: fein Siitereffc nn bcr 
?lfabemie iinb fein pcvjönlidje'S $Bol)IuioUeu für iljren ^räfibcntcn. 5Der 
Streit felbft ift oft i^cfdjilbert uiorben') ; I)ier braudjt jnm ilH'rftänbnife bc§ 
iöriefuiedjfelÄ nur an ben 5lnlafj unb bie undjligfteu 'ilnnibcpunfte in bem 
bciücgten iücriaufe erinnert ju tücrben: \vk 9)ianpertui§ an einer ©insel» 
umf}rneliiming an?: bem iMcbiete bcr Cptif ein pljljfitalifdjcS ®efe|5 ent= 
nudelt l)at, uuniad) bie ljau§l)älterifdje i)iatur in bcr .»gertiorbringung iljrer 
SBirfnncjen immer bie einfadjften SDJittel aniuenbc, fid; für ade 93euiegung 
ftcty mit bem geringften Üraftanfiüanb begnüge'-); tüie fein bi^ljerigcr ®d^ü|5' 
ling Samuel iUinig biefe 9.H'fjauptungen fritifirt unb jugteid) ben ^luS^ng 
au§ einem angeblidjen ÜUiefc üon i^eibnij üorlcgt, ber bort ba§ ^rinjip 
ber fleinften Slction in ridjtigerer ^ot^ini^^^^ii^S' ^it n3efentlid)er (Sin« 
f^riinfung au§fpvid)t; luie bie ?l!abemie ba§ Original be§ 93riefe§ ju 
feigen üerlangt unb bemniidjft ba§ 33rudjftüd feicriidj für eine ^^iilfd^ung 
erflärt; wie Samuel ilönig \l}x fein ©iplom al§ auswärtige^ 9Jiitgtieb 
äurüdfd^icft unb ben offenen litterarifc^eu Äampf gegen 9Jiaupertui§ auf» 
nimmt; wie erft Voltaire, bann-') ^riebrid), bcibe mit üerfapptem 35ifier, 
burcf) ^^lugfdjriften, ber eine wiber, ber aubere für 93Jaupertui§ in ben 
Streit eingreifen; wie enblid) 33oItaire in feiner „©efdjic^te be§ 5DoftorS 
Sfafia" ben graufamften Streid) füljrt, burd) ben er bie gauje wiffenfdjaft- 
Iid)e unb moratifcf)e SteUung be» 5(tabemiepräfibenten öernid^ten, ilju nid)t 
met)r blofe al§ ben ^crgemaltiger ber freien ^orfdjuug unb al§ Plagiator 
branbmarten, fonbern all 51ftergelet)rten, aufgcblafenen Setbftbewunbercr, 
Sgnoranten, ^[jantafteu ber Siiic^erlidjfeit preisgeben möd^te. 

5(uS unferm S3riefmed)fe( ertjcUt, bafj ^-riebrid) ben 5tnfängen ber 
nodj^er fo wilben 5et)be, ben 2(u§einanberfe^ungen jwifdjen 9Jiaupertui§ 
unb ftönig, tl)eiInat)mto§ gegenüberftanb unb bie S^ad^forfdjungen nad^ 



1) S^k^i, id)on mit ^Benu^ung bcr üorticgcnbcu SBriefc, tu Icbcnbigcr unb boc^ i'uf)ig 
abroägeuber SScifc butd^ ^. '^klä, ben ber 3SerIauf an eine ä|^t)Ieiicl^e Sritogic erinnert: 
„jwei 3c^aujpietcr treten in jebem ber brei Stüdc auf, unb ben ßt)Dru§ bi(ben unfere 
getreuen 2Ifabemtfer, gefü[)rt öon it)rem Slort)pt}äu^ Suler: ba^ crftc Stücf jpictt fic^ ob 
,^ttjiicl)cn 3Kaupertuiä unb Samuel Stönig; i^m folgt baö 5)ue(I ^roeier ononi)mer 3I!a= 
bemifcr, unter beren SJfasfc atöbalb S?cltaire unb J^riebric^ jelbft jum iüorjdjein fommen; 
bog Sc^Iufjbrama bringt bie (fntjcf)eibung£!ic^Ioc^t swijc^en SJianpertuil unb SSoItaire." 
Si^ungsberic^te ber 3(fabemic bcr SBiffeni'c^aftcn ju 3[krlin, 1898, ©.04. 

2, 3)ie bei ®iel§ benußte bisl}er ungebrucftc Slb^anblung öon !q. b. |)eImf)oI^ „Ueber 
bie Gntbedungggefc^ic^te be§ ^rincipS ber fteinften Stetion" roirb im Stu^ang ber ton 
2t. ^amad üorbereiteten ©ejc^ic^te ber berliner 2(tabemie ber Süßiffenic^aften erfc^einen. 

3 3nt JZoDember \'-j2, nic^t, raie bi^^er angenommen njurbe, im Dctober. SSgl. 
unten 6. 2&1 9(nm. 1. 



SUiaupertuiS' ©tteit mit ©amuel Sfönig imb SBoItairc. LXI 

bem SSerbleib be§ Scibnisifdjen S3riefe§ nur be^tjatb amt(irf) uuterftü^te, weil 
i^m bie ®f)re ber Slfabemie at§ bettjeiligt borgcftcUt luiirbe'J. Bir qc= 
ttjofiren ireiter, ba^ im fpäteren 95crlaufe ein Umftaiib oor allem i{)u in 
ben §ornijc^ gebrod^t t)Qt. ®a^ 33oItaire feine cr[le 8treitfcf)rift gegen 
3)iaupcrtui§ toSlie^ ju einer ßeit, ba ber eingegriffene fdjiuer franf bar= 
nieber tag unb oon ben eierjten unb griebrid) felbft fdjon anfgcgcben 
lüurbe^), barin ^at biefer eine befonber§ nicbrige ©efinnung erbliden 
wollen. 

^^iemonb wirb leugnen, ta^ $ßoItaire'§ Sßertjalten feljr nnlautere S3e= 
weggrünbe mitbeftimmten; ba^ er !eine§iüeg§ ber eble unb felbftlofe $öer^ 
t^eibiger oerfolgter Unfc^ulb mar, al§ ben er fid) oor ber Bett gab. ör 
t)at in ^ari» nid)t üerfc^mä()t, ©enfur, ^^otijei unb Saftitte gegen feine 
titter arifc^en 2Siberfod)er in ^Bewegung 5U fe^en, er t)at aud) in ^otebam 
gegeigt, ba^ er ta^ ^ünbni^ mit ber äJiac^t ju fc^ä^en, tai Üted^t bc§ 
©tärferen ou§§unu^en wu^te^). SSenn er je^t unter ajiipraud) bes öaft^ 
red)t» ein erfte§ unb unter S3rud^ eine§ feierlichen 33erjprec^en§ ein smeiteS 
^ampt)tet gegen 9}iaupertui§ fd)teuberte, fo mag feine ©ntrüftung über ba§ 
tt)iffenfc§aftIid)eS!e|ergeric^tber5tfabemie at§ gang anfrid)tig betradjtet werben; 
im testen ©runbe aber galt e§ itjm 9lad)e §n net)men an einem £anb§' 
mann unb gerabe bes^alb boppelt t)ert)a^ten 9Zebenbut)Ier, ber f)ier in ber 
f^rembe it)n überaß in ben «Schatten fteüte: in ber 5lfabemie, in ber 
berliner t)ornet)men @efeHfc!^aft, bie ben Sl!abemieprnfibenten nac^ feiner 
SSerbinbung-*) mit einer ber Xoc^ter be§ lanbfäffigen 5lbel» gang ju ben 
St)ren jätitte, in SSoItaire aber nur ein gebulbete» ÜJiitglieb üon jmeifet^ 
t)after perfönli^er Sluffü^rung fat), unb enblic^ in ber @unft be§ Ä5nig§. 

5tnberfeitg burfte SSoItaire nic^t o^ne @ruub bet)aupten, ba^ fid) gegen 
2JJaupertui§ eine ftar!e 9J?i^ftimmung in ber Stfabemie angefammelt t)abe. 
eines it)rer franjöfifd^en SJiitgtieber, äJJarquiS b'StrgenS äußert ein Satjr 
nac^ jenen aufregenben SSorgängen: 3J2aupertui§ (ber bamalS in granfreidj 
weilte) „^at t)ier^er gef^rieben, ta^ feine ©efunbljeit oöüig wieber t)ergefteUt 
fei; id) wünfc^te, feine Üiu^e Wäre e§ auc^. 5tber bei feinem Gtjaratter 
gtaube id^ e§ fc^werlid^; ic^ fürd^te fe^r, \)a^ er ewig ha^ Dpfer feiner 
Eigenliebe fein wirb. SDZit ein wenig met)r 9)ülbe ptte er in 23erlin unter 
ben aJJännern tjon ber f^eber bie ©teüung eine§ ^ictatorS get)abt; fo f)at 
er nur bie ^olle eine§ Xrtbunen gefpielt, er :^at !abalirt unb ^at fic^ mit 
feinen tabalen fetbft betrogen" ^). 2lud) formet) biUigte nic^t bog get)äffige, 



1) ©. 267—270. 2) ©.272 ff. 

3) 58gl. ^Rabaiffon, Les Archives de la Bastille XII, 273. 274. 300. „Sönig 
griebric^ ber @ro|e" I, 523. Za^^and S. 346 ff. 

4) SSgl. ©. 190 ff. 

5) 5)'3ltgeng on b'Sllembcrt, 20, 9lo»ember 1753, (Euvres XXV, 267. 



LXll (finlcituiifl ,su bom Söricfiucdjfel mit 3)ioupcvtiiiil 

gciimltiamc '■iH'rfaljiTii gegen iSaimicKSiöiiig'); nou aiibcvu .^i gcfdjiucigen, 
für bic üUcaupcvtuiö „ein )cid)tcr, uiit» eben ticöl)alb l)LHljmüll)ii]cv (^clcl^rter" 
lOQv'^ iJconliarb Snlcr nllcrbingä, ber jnftiinbigftc 9iid)tcr für bie luiffeii' 
fd}aftlid)c Seite be^3 Streite, Iiielt im bcifuften itauipfe nnerfd)ütlevli(^ pi 
bcm '!i>ra[ibcnten. ':J(ber bic Xliatfadjc bleibt beflcljen, baf? unter ben 5lu= 
fpicien biefcS i()rc§ grof^en 9J?att)cniatifer§ bic 5(fabcmic fid) ju bcm über« 
eilten Sdjritt liinrcifjcn lief}, ein luic fid) nad)l)er Ijcrnn^geftcüt I)Qt jtDeifel* 
loö cdjtco Sdjveibcn-') für eine iVüffdjnng <yi crfliiren. 

I'em ftreitbaren iliQnpertniö luareu nnljeilbare SBnnbcn gcfd)tagen mit 
bcnfclben 2i>nffcn ber Satirc unb bc§ boMjaftcftcn ©pottc§, bic er felbft eljcbcm 
auf ber .spöbc feiner (Srfolge mit gröfUcr Unbarmfjer.^gtcit gegen bic ®cgncr 
feiner 5lbplattung§-2:ljeLn-ic gefctjrt Ijatte. ©r l)at bcn ©d)Iag, bcn ^^oltairc 
i^m oerfefjt, nie öerwinben fönncn. ?lnd^ ber !räftigc unb mntljige Iroft, 
ben 5^-iebrid) i()m jnfprad), ticrmodjtc il)n nid)t ju berutjigen: öcrgcbcn§ 
erinnerte') il)n fein crlaudjtcr 5'i'ciinb baran, baf? and) er, ber ilbnig, Don 
ben Eingriffen ber treffe, ben Singriffen Voltaires •'>) nid)t üerfdjont ge« 
blieben fei. Unb freilid^, itjt %a\i lag bod) aHju t)erfd)icben. ^riebri^, 
fagt 3ainte'93eut)e"), „Ijatte gut rcben: er l)Otte für fid) feinen 9hil)m, 
feine Xl)aten, fein Äönig§=^enlmal, !öoltaire fonnte \vüi){ ben ©odel ein 
roenig befd^mu^en unb einige Dielief» befleden, aber uidjt ba§ 2)en!mal 
in§ 2öau!en bringen. SOtaupertuiS bogegen trug nur 5U n3ot)l ba§ 23ett)U^t» 
fein in fid), baf} er fein grof3er 'SJlann war, ba^ er fein ^^enfmal befa^, 
roeld)e§ i^n Überbauern unb feinen Sxuljm bei ber 9lad)iuelt lebenbig er« 
Rotten roürbe; er fanb feineu Iroft gegen ben ©dimerj, fo graufam in 
feinem furjlcbigen Slnfetjen getroffen gu fein, über n3cld)e§ er atljufeljr ha^ 
ed^te unb gebnlbige Schaffen, ba» ta bauert unb feine 3"^^^^^ öon ferne 
fc^aut, t)emad)läffigt Ijatte." 

Unb nod) ein anbrcr innerer ßiniefpalt trübte hm 2ebcn§abenb beS 
einft fo ©totjen unb fo [)oi) ®efeierten. S)er 5lrieg entbrannte älöifd)en 



1) Souvenirs I, 172 ff. 

2) SSgl. Süfc^infl a. a. D. V, 74. 

3) (£. 3- ©erwarbt Ucbcr bie üicr 93riefe tjon SeiDni,^, bie Samuel .^öiiin in bem 
Appel au Public, Lfide lT5;i, ücröffcntfid)! ^at; Si^unnsbcrtdjte ber 33erliner Slfabemtc 
1&9S, 419 — 427) gelangt ^u bcm Grgcbnife, bof} baä SSricffragmcnt, n)eld)eä tönig äuerft 
»etöffcntlic^t ^attc, „nic^t erbid)tet, unb ber ganjc S3rief ntc^t untcrgejd)oben ift". ^Jiut 
barin irrte ftönig, baft er ben 93rief an '^acob ^ermann gerid)lct gfaubte; ßm^jfänger 
mar Dielme^r aller 2Ba^rfc^einIid)feit nac^ ber SOtatl^ematifer SSarignon in 5Pori§. 

4) 2. 2S7. 296. 
•S, 2;aB bic 1753 erid)ienene »Idt^-e de la personne, de la mani^ro de vivre et 

de la cour du roi de Prusse« in ber Z\^at, hjie ^riebrid) annaifm, Don Sßoltaire ftammte, 
\iabe ii) in ben Vorlegungen jur branbenburgifc^en unb preu^ijc^en ®e)c^id)te VI, 141 ff. 
borjut^un öerjuc^t. 

6; «. a. D. S. 10«. S3gl. auc^ Xiels a. a. D. S. 04. 



iKau^ettuig' STu^gaiig. I.XIIl 

feinem SSatedanbe uub feiner neuen 2BaI)lt)cimat{}, gerabe ju bir |^cit, txi 
9)Jaupertui§ mit Urlaub üon feinem Üjnicjlicfjen ^oljttljiitcr auf fran5i)fifd)cni 
93oben weilte. (Sr wagte nicljt, nad) ^renfjen ,yirücf,yi!e()ren unb umrbc 
tahü in |!fran!reic^ balb al§ prenfjifdjcr «Spion ncrbiidjtigt ') ; unter i^or= 
tt)ünben jijgerte er bie wiebertjolt iierfprodjene 5lbreife l)in. Älbnig 'Jriebvidj, 
mit gang oubern ©orgen bef(^äftigt, t)at i{)n nidjt gebrängt; nod) luurben 
einige freunbfd)afttid)e, aber inljaltslofe 93ricfe gcn?cd)felt. ?U^ 9Jcanpcrtniö 
am 27. Suli 1759 ju Safet feinem alten Sungcnteibcn erlegen mar, ift 
^riebrid) für ben Xobten ritterlid) eingetreten mie einft für ben üebcnben 
unb Ijat in sürnenben Sierfen^) unb bitterer ^rofo einem 5öottaire bie 
9?ud)Iofig!eit oermiefen, bie auc^ ber „falten 3tfd)e" feine 9xul)e gönnen 
moüte. 5tber 35oltaire f)örte nidjt auf ju Ijaffcu, unb nodj 1775 muffte 
^riebrid^ tt)n mat)nen: „tiefer 9}Zaupertui§ , ben ©ie nod^ I)offen, Iiattc 
gute (5igenfd)aften : er mar burdj unb burd) anftönbig, er (jatte latente 
unb fdjöne ^enutniffe. ®r mar brü^f, id) gebe e§ ju, unb eben 'tia§> Ijat 
©ud) entsmeit. ^6) mei| uid)t, burd) meld)e§ ^ert)ängnifi e§ gcfdjieljt, 
ha'i^ niemals jmei f^^-'^njofeu tu fremben Sanben ^^reunbe finb. 3" 9J?iÜiouen 
tiertragen fie fic^ unter einanber in il)rer §eimatt); aber aUel mirb anberS, 
fobalb fie bie ^^renäen, ben 9^^ein ober bie Sttpeu überfd)ritten Ijaben-')." 
2(I§ ^riebric^ foId^eS fc!^rieb, öerbla^te bod) i{)m felbft bereits bie (Sr« 
iunerung an 3JJaupertut§. Sn ber 1775 entftanbenen Umarbeitung ber 
»Histoire de mon temps« f)at er bie ein 9}Jenf(^enaIter früljer bem !^ebenben 
gefpcnbeten Sobfprüc^e gmar nidjt ganj getilgt, aber gefür^t unb ab-- 
gefc^mäc^t 4). 

®et Slbbrud ber SSorlagen erfolgt nac^ benfelben @ruubfä|en mie bei 
bem 93riefwed)fel mit ©rumbfom. 

S3efonbere 2lufmer!fam!eit mu^te ber ^•cftftellung ber (Sljronotogie jn-- 
gemaubt werben, ^bnig ^^riebric^ batirte feine eigentjänbigen Sricfe Ijaufig 



1) aSgl. %apl)and @. 313. 

2) (Euvres XXII, 73. 84. Sßgl. bie Ueberjetutng bei 2)ielg o. a. D. ©. 74. 

3) (Euvres XXII, 307; ügl. ebenb. 93; XXIV, 542. 545. 547. 548. 

4) Sn ber älteren «Reboction wirb SOlau^ertuig breimol erttJä^nt («ßublicationcn IV, 
168. 192. 300) : »Les arts fleurissaient dans ce royaume [de France] . . . les Fon- 
tenelle, les Maupertuis, les Voltaire, les Montesquieu faisaient rhonneiir ä la 
r^publique des lettres«. . . . >Le profond et savant Maupertuis acheva de restaurer 
les Sciences dans ce pays et ä relever cette academie qui avait 6t6 languissante 
depuis sa premiere origine, il lui fallait un homme de l'ordre de Maupertuis pour 
rendre son renouvellement illustre et brillant.« 2tn ber britten SteQe Wirb ber 
^olarreife gebac^t. ^n ber ^Bearbeitung tion 1775 fcl)lt bie erfte SteEe ganj, unb bon 
bem 5lntt)eil SDlau^jertuig' an ber SBiebert)erftcIIung ber 2lf abernte Reifet e^ nur: »M. de 
Maupertuis, si celebre par ses connaissances et par son voyage de Laponie, de- 
vint le President de cette compagnie.« ((Euvres III, 25.) 



LXIV 



Einleitung ju bem Sricfroe^jel mit TOaupertuiig. 



entiuebcr o^cix nidjt ober nur unnollftänbig, mit SluSloffung ber 9}ionQt§* 
bejn). Sat)rc»^5lnga'6e. 93i§ttjciten f}at 9JJaupevtui§ ben ©mpfangStag mit 
einem »re^u« (Praesentatum) öermerft^). Sefonb er fidf) in Berlin ober 
in ^ot§bQm, fo gelangten bie ©enbungen nod) am Xagc ber 5ln§fertigung 
in feine §änbc, unb in bicfen i^äHen luaren bie üon bem (Smpfänger auf 
bie iSriefe gefegten Xagelongatten unmittelBar al§ ®atum§beftimmungen §u 
betrachtend). 3flt)Ireid)e ®aten=5lnfä^e mußten, mef)r ober minber annät)ernb, 
burd^ ßombination gewonnen inerben^). 



1) 5ßr. 53. 157. 159. 162. 

2) 9Zr. 125—127. 130. 131. 133—149. 196—198. %(. anä)Ta. 14 mit bem ^uj 
©. 343. 

3) Sgl. 3. 93. 5Rr. 7. 43. 44. 49. 51. 54. 68. 84. 85. 119. 121—123. 160. 199. 



I. 

©riefmerlifel 

Des 

Ii'Ott|irtujeu iFiieHid) 

mit 

irifliriil) Pilljfliii B. ImmliliBni. 



Äofet, 23rieftt)cc^jel gvicbrirf)« bcö ©roßen. 



1. 

©nimbfoii) an beit S^ronprin,^eit. 

Kuhstädt';, ce 2tl auiu 1731. 

Comme j'espere et que je souhaite ardemment de revoir bientöt 
Son Altesse Royale eutierement remis dans les bonnes gnices et la 
confianee du Roi sou pere, j'ai cru ne pouvoir mieux emjjloyer nion 
loisir de carapag-ue que de coucher par ecrit ce que je crois pouvoir le 
plus cimenter eette heureuse uniou et confianee: (juelque peu d'ex- 
perience m'ayant acquis, autant que mes faibles lumieres l'out permis, 
une idee exacte du caractere d'uue cour oii le terrain est glissant et 
scabreux au possible. 

Sachant les sentiments pieux du Priuee Royal, je n'ai pas besoin 
de recourir a ce que nous devons au premier etre et ä la religion, 
puisfpie c'est la source dont tout le bouheur de la vie et notre tran- 
qnillite Interieure depend. Par rapport ä la conduite que le Prinee 
Royal doit tenir avec le Roi, je crois que, plus qu'elle sera unie, natu- 
relle et respectueuse, plus qu'elle plaira au Roi. C'est pourquoi, plus 
que le visage sera serein, le port assure et point embarrasse, plus 
que cela sera agreable. Daus läge oii le Prinee Royal est, je crois 
qu'il ferait bien de donner toujours le titre de Majcste au Roi. Le 
Koi da present en a use de meme avec le feu Roi sou pere, qui le 
nommait toujours Sohn. 

Dans les conversations particulieres que le Prinee Royal aura 
avec le Roi, il faudra repondre precisement ä ses questions, et ne 
pas varier, et, si cela regarde les affaires passees, oü quelques per- 
sonnes pourront etre interessees, il ne faudra rien cacher, mais de- 
mander en meme temps en gräce au Roi de vouloir bien etouffer le 
tout, puisque les choses passees sont sans remede et que cela ne ser- 
virait pas qu'ä aigrir l'esprit du Roi. 

Si le Roi demande l'avis du Prinee Royal ou ses sentiments sur 
quelque chose qui se passe, et qu'il prevoit que cela n'est pas con- 
forme aux idees ni principes du Roi, il faudra toujours se servir de 

1) ^Rittergut bei§ ©enecalä Don &xümblon, in ber ^riegnig. 

1* 



4 'i8nefrocd)icl be^ Stronpnuiien griebrid) mit ©rumbfotti. 

cette expression: »Si Votre Majeste me Tordomie, et que je dois dire 
nion sscntinient, il est tel et tel; je piiis iiöanmoins fort bien me 
tromper, et nion peu d'experience mc peut faire errer faeilement<. 
II faut cviter avec le Roi tout esprit raillcur et expressions badines, 
quand meme eela ue toucherait quo le moindre des domestiques, mais, 
d'un autre cöte, se defaire de tout air austcre, r6serv6 et sombre, 
dont le Roi s'est si souvent plaint. On peut etre gai sans railler, 
et un air riant, quand eela vient ä propos, platt infiniment au Roi. 

Pour les affaires, soit politiques, militaires et domestiques, il ne 
s'en faut meler en aucune raaniere, ni directement iii indireetement, 
ni temoigner la moindre curiositd; et si Son Altesse Royale veut avoir 
quelque ebose qui lui tient ä creur, il ne faut s'adresser qu'ä des gens 
sur lesquels on peut compter et qui ont aussi la confiance du Roi, 
et qui ont de la droiture et de l'bonneur, le tout cependant avec beau- 
coup de circonspection. Aussi souvent que l'oceasion s'en prösentera 
naturellement, il faudra toujours prier le Roi que, si Sa Majestö 
trouve quelque chose que lui deplait, de Ten vouloir bien avertir, puls 
que la perfection ne se trouve nulle part et qu'on peut facilement errer. 
Plus que le Prince Royal suivra cette route, plus que le Roi anra de 
la confiance en lui. Si le Prince Royal parle ä quelqu'un et que le 
Roi survient, il ne faut pas, comme jadis, se separer de lui, mais 
etre toujours pret ä repondre, quand le Roi demande: Was saget er? 

Du reste, dans tout ce que le Prince Royal fera en presence du 
Roi, il faudra toujours qu'il affecte d'y prendre plaisir, quand meme 
eela ne lui en ferait pas — s'entend les choses pcrmises — , et il 
faut bien distinguer entre se contraindre pour ses superieurs, et entre 
approuver certaines choses. Le premier est dans l'ordre et fait que 
je suis fort souvent dispense de dire mon sentiment sur certaines 
choses, au Heu qu'ayant un air rechigne, on excite souvent un 8up6- 
rieur ä vous forcer ä prendre plaisir dans quelque chose qui d6plait. 

Pour les serviteurs du Roi, soit militaires soit civiles, plus qu'on 
affeetera de l'egalite, et plus qu'on se fera aimer. Comme cependant 
le si^cle est tout militaire, je crois que le Prince Royal fera bien de 
paraitre prendre plus de plaisir dans la compagnie des gön^raux et 
officiers qu'en celle des autres, et une petite mine gracieuse et 
sourire obligeant reparera cette distinction des militaires envers les 
civilistes. 

Je crois que la droite raison veut que le Prince Royal ait ou 
fasse semblant d'avoir un peu plus de menagement et civilite pour 
cenx que le Roi distingue et qui sont ä l'entour de lui, que pour les 
autres. 



1731, 26. mtguft. 5 

Pour ceux qui ont le malheur de deplaire au Roi, sans rencherir 
sur leur malheur, je crois quon les peut eviter et ne pas temoiguer 
trop de compassiou, que quaud on trouve oecasion de les pouvoir 
aider, s'ils sont innocents. Car une autre couduite ferait plus de mal 
que de bien aux disgracies, d'ailleurs que le Roi l'a reprocbe assez 
clairement au Prince Royal, et il faut eviter, sur la vie, la conduite 
de celui dont il est fait mention 2. liv. de Samuel, chap. XV, v. 2, 3, 
4, 5, 6'). Je crois aussi que, plus que le Priuce Royal cberebera la 
conversation des gens rassis, experimentes et d'un certaiu age, et 
plus qu'il en pourra profiter. 

Avec les ministres etrangers, je crois qu'il faudra avoir beaucoup 
d'egards pour eux, et pröferer ceux dont les iuterets sont commuus 
avec ceux du Roi et que Sa Majeste distiugue, mais eviter de plus 
qu'il pourra rentrer en aucune aflaire ou negociation politique, ä 
moins que cela ne soit du su et par ordre du Roi. 

Pour Sa Majeste la Reine, je crois que la tendresse et le profond 
respect que le Prince Royal a naturellement pour cette digne Prin- 
cesse, n'a pas besoin d'entrer ici en forme de regle. Comme cepeu- 
dant tout se doit faire avec beaucoup de discernement, il n'est pas 
necessaire de recommander de ne temoigner aucune preference lä 
dedans a ce qu'on doit'^) au Roi, et l'experience passee doit avoir 
appris a Son Altesse Royale que les soup^ons qu'on a eus sur cette 
preference, ont cause bien des cbagrins ä l'illustre mere et le bien- 
aime fils. Quelque tendresse, confiance et amitie que l'incomparable 
Princesse Royale 3) ait droit de pretendre, et qui hü sont dues par 
mille endroits remarquables, je crois pourtant que, dans le commence- 
ment, il y faudra mettre de certaines bornes. Pour les Princes freres 
du Prince Royal, il leur faut temoigner une amitie tendre et natureile 
et temoigner de la joie, quand ils s'acquittent bien de leur devoir. 

Pour les Princes beaux-freres*) de Son Altesse Royale, je crois 

1) „Unb miotom mod^tc fid) aljo be§ 5öiorgen§ fnit)e auf, unb trat an ben 3Beg 
bei bem 2:i)or. Unb n;enn jemanb einen §anbel t^atte, 'üa^ er sunt Könige tor ©ert^t 
fommcn joüte, rief i^n ^(fijalom jn fid} unb fprad): 9(u^ tt)eld)er ©tabt bift bu? SÖJenn 
bann ber fprad): Sein St'nec^t i[t ou^ ber ©tiimme S^raet einem, \o jprad) Slbjatont jn 
i^m: ©iel^e, beiue ©ac^e tft rec^t unb jd)Ied)t, aber bu t)aft feinen SSertjörer üom Könige. 
Unb m\alom \pxaä): D, wer fe^et mid) gnm 3{ic^ter im Sanbe, ha^ iebermann ju mir 
fäme, ber eine ©ac^e unb ®erid)t Ijat, ba^ idj it)m sunt Üted)tcn Ijülfe! Unb ttJenn 
jemanb fic^ su i{}m ttjat, bafe er it)n moüte anbeten; \o redte er feine §anb aug, unb 
ergriff it)n unb füffete il}n. 3tuf bie Sßeife tfjat Ibfotom bem ganjen S^rael, menn fie 
famen üor ©erid)t jum Könige, mb ftat)I atfo bag ^erg ber mäma S^rael." 

2) ^n ber SBorloge: dit. 

3) ®ie ^rinseffin SBilljetmine Don ^^jreu^en, nod)mat§ SOiarfgröfin bon SJaireut^. 

4) Ser 9Jiar!graf Karl aBiIt)elm griebrid) öon 33ronbenburg«3tn^bad), at^ &mai)i 



Q 'iirlefwcdjiel bc-^ M'ronpvin.^cn ^riobrid) mit ©rumbfonj. 

iin'il fandra les traiter siir uu pied c^al, saus distinctiou, avec beau- 
coup d'amitie, civilitc et politesse, accompaguees cependaut d'im peu 
de st^rieux, et dans les discours leur i)reclier toujours de s'dttacher 
uniqiiemeut au Koi et d'atteudre tout leur avantage et bouheur 
de lui. 

Au restc, lo i'riuee Royal e^t doue de taut d'esprit et de dis- 
eerucment qu'il suppleera ais^mcnt ii tout ce qui pourrait mauquer ä 
eeci. Uue chose que je crois qui ferait i)lai3ir au Koi, scrait qu'eu 
veuaut a Berliu, il prie le Koi d'assenibler daus uu appartemeut tous 
les ireneraux et ofticiers de Tarmee qui se trouveut alors ii Berliu, et 
(pril lour declare par uu petit discomv le sincßre repentir qu'il a d'avoir 
deplu au Koi sou p6re et de leur avoir douu6 uu seaudale, qu'il vou- 
drait racheter avec sou saug; qu'il täeliera de reparer cette laute, eu 
le repaudaut*), quand il trouvera des oecasious oü la gloire et les 
armes du Koi sout iuteressees; qu'eu atteudaut il renouvelle le ser- 
meut qu'il a fait ä Küstriu"^), et comme ou pourrait allöguer qu'il l'a 
fait force, qu'il le coufirme de sou propre mouvemeut et 6taut eu 
pleiue libert^, et il pourrait fiuir eu levant les deux doigts, eu disaut: 
> Und ic/t, Friedrich voti Preußen, schwöre und gelobe dem allmüchligen 
Gott, daß ich meinem Könige, Herrn und Vater will getreu bleiben 
bis in meifien Tod, so ivahr mir Gott helfe durch Jesum Christum! 
Amen*. Je suis sür que rieu au moude ue pourra plus röjouir le Koi, 
ui attirer toute sa coufiauce au Priuce Koyal que cet acte, lequel ne 
deroge eu rieu a Sou Altesse Koyale, et ue peut donuer qu'uue 
haute idee de sou repeutir sincöre et veritable. 

Toute la r6compense que je demaude au Priuce Koyal de ces 
aWs ddsiut^resses, e'est de me croire fidele serviteur du Koi et, par 
cousequeut, le sien, et queu cas que de mecbautes geus lui voudrout 
donuer de sinistres id6es de moi, de u'y pas ajouter foi, avaut que 
de mavoir ecoule. Pour le reste, je ue raets ma coufiauce qu'eu Dieu. 
In te, Do?nine, speravi, non confundar in aeternum. 

F. W. vou Grumbkow. 

9iQC^ bct Stbjc^rift im il. unb Ä. $)au§:=, §of= unb ©taat^arc^it) ju äöien. 



ber i^rinaeifin Jriebertte iiuife öon ^reufien, unb ber (grbprtitä fjnebrtcf) Oon 58ronbe 
bur9='!8aireut[; als ^-öräutigom ber ^4ivin5eifiii äBtüjelmiiie. 

Ij 3" ber i^orlage: \a rependant. 

2; 19. DJoüember 1730. «gl. „Jriebrid) ber ©rofee al5 Kronprins" S. 71. 



1731, 9luguft — ^ecember. 7 

2. 
2)er ^ronprinj on ©rumbfotu. 

[Cü3trin, d6cembre 1731.] 

Monsieur. Je hasarde ce billet pour vous remercier eiicore de 
tous les bons Offices que vous m'avez rendus, taut avaut qu'ä mou 
sejour de Berlin ij. Je ne suis pas encore bien sür d'avoir la cor- 
respondance libve, mais je ne crois rien risquer en vous ecrivant ce 
billet, d'autaut plus que vous etes un homme duquel le Koi u'a aucun 
lieu de se mefier. 

Je suis ä present dans raon commerce de Silösie^) par desBus 
les oreilles, et il me reud si disstrait que, quand ou me demande si 
je veux de la moutarde pour assaisonuer le bceuf, je me mets ä r6- 
pondre qu'il faut le chercber dans la moderirte Zollrolle. Voilä ce 
que c'est, je ne peux pas m'adonuer a demi ä une cbose, il faut que 
pe soit toujours tete baissee. Mais ä nous autres jeunes gens, il sied 
fort mal de preeber la morale; ainsi j'abandonne le cbamp de bataille 
et vous envoie des vers que notre cbantre reform^ a faits. Je sou- 
baite que vous y compreuiez plus que moi, et qu'ils soient capables 
de vous delasser pendant quelques moments des fatigues du jour; je 
n'oserais dire: de la nuit, car cela aurait ete bon, il y a vingt ans. 
Si je savais que le commerce de lettres etait libre, je ne manquerais 
pas de vous oifusquer tant avec des lettres ostensibles qu'avec des 
5o/«V, et je defierais tous les secretaires du Grand-Directoire s) d'etre 
de si grands plagiaires que je le serais. Toutefois le fussent-ils, 
persoune ne me surpassera dans l'estime, l'amitie et la reconnaissance 
avec laquelle je serai ä jamais, Monsieur mon eher ami, votre parfait 
ami et serviteur Frideric, animal i?i ßbium^). 

9iod) ber eigenptibigen Urj(^rift. 

3. 

®er ^rotiprinj an ©rumöfotü. 

[Ciistrin, 22 decembre 1731.] 5) 
Monsieur. Indubitablement je vous aurais repondu la poste passee, 
si mon voyage de Marien walde ^) ne m'en avait empecbe; mais j'esp^re 

1) 2)er erfte S3ejuc^ be§ Äronptinjen in 58erlin ttac^ ber 3(u§iül)nmig mit bem Könige, 
23. 9Joüember bi^ 5. ©ecember 1731. 5i5gt. „Kronprinä" 6. 90. 246. Wnrafe gab bie 
§0(^§eit ber 5ßrin§ejiin SBit^elmine. 

2) $8gt. „J^ronprinj" ©. 92 ff. 

3) 'S)a§ @enerat=Dber=5inan5=Kriege»= unb ®oraänen*S)irectorium. 

4) amphibium. 

5) S)a§ ©atitnt ergiebt fid) qu§ bem 33er id)t 3BoIbenl on ben Stöntg Dom 22. S)ecember; 
?ßreu|, Urfunbenbuc^ II, 193. 

6) 3tmt a)tarientpatbe im Ä'reife Strnlwalbe. 



§ 'i^ricIiocAjcl ^f•^ Strpiipriii^^nt A-rifbricö mit ©nmibfiMU. 

de röparer iuijouidhui :i ce iiiic je uc^i;ligcai mardi passö'i. J'avoue 
pourtaut (luo j ai ete loit touclie de ce ({iic voiis lu'avez maudc sur 
le sujct de la Keiue. C'est Ic bieii de la famillc et du pays qu'elle 
süit bleu avec le Koi, ct. jesperc ({ue, qiiaud menic quelques uuag;es 
scmbleut sc piesenter de tciups :X autie, que pourtaut Icur boiiue 
auiitie subsistera toujouis. La descriptiou que vous faites de la uiau- 
vaise humcur du Koi, nia t'ait trembler iei. M. de Woldeu^) eu 
pälit, Natzmcr^) cu deviut roui;c, et pour KuIiwedelH), il prit le parti 
daller ä lioiliu, i)our je ue sais })as bieu ixjur quoi faire. 

Je vis ic'i in pace^] et en re})Os, pourtant tant soit peu Chevalier 
erraut. Mercredi *^) je vais a Crosscu et a})r<is nouvel an je m'cu re- 
tourne ä Marieiiwalde. J'ai toute esi)erauce que mes facultes ccouo- 
uiiques s augmeuterout jusquä un degrö emiueut; car au licu de 
voyager ä Paris pour appreudre cet exercice, je vais d'abord jusqu'au 
premier princii>e pour laitpreüdrc. Je soubaiterais fort que le Koi 
goütät lallaire du commerce eu question, je lui en ai fait un detail 
assez exact et comprehensible, et outre cela il n'aura pas besoin de 
debourser un sol pour cette aflfaire. Toujours je me sens assez de 
vigueur pour vous servir de voloutaire dans la guerre qu'il faudra 
faire contre le redoutable Ubl "] ; si vous rassommez par de bonnes 
raisons, je le bombarderai par un i)oeme epique qui lui fera com- 
prendre dans un style pompeux quil est un sot. Nos uouvellcs sont 
assez steriles. Le general'^) a pense mourir un de ces jours, mais 
comme il prend souvent de pareilles envies, ce n'est plus rien de 
nouveau, et j'espere de recevoir au premier jour cette agreable nou- 
velle. M. ]S'oltenius'') est arrive hier au soir, la conscieuce si contrite 
quil eu prit la diaiTÜee, ce qui lui fit grand bien; Tevaugile ne fit 
jamais un elTet plus extraordinaire. Quoique j'espere de me sanctifier 



1) 18. 2)ecember. 

2) (yerf)Qrb .v»einricl) ö. Sßolben, öofmarid}Qa bc§ iironpriit.^en (| 9Kat 1739). SSgl. 
(Euvres XXVI, 11; XXVII. u. 81. !öic(fclb, Lcttres fiiiuilicres, ü la H;iye 1703, 
I, 60. 

'^l ftarl Xubteiaü ü. 9ia0mcr, ^of= uub iiainmcrgevid)t'orQtf). %%l ©n. ®. ü. !Jia|jmer, 
üebcnöbilber au» bem 3al)rt)iiiii>crt nac^ bem grüfjcu iiiicge, (yotfja 1S92, ©. 229. 230 ff. 
3b2. 3S5ff. 

4) SSil^elm ü. Sio^tüebeU, Slricg§= unb '3)omänen=KQntmer'9latf). 
5} Der Slronprinj jc^reibt: in pache. C) 20. ®ecenibcr. 

7) lobiag gricbricf) U()l, ftricgg^ unb Domänen '5Rat^ in Stettin, bearbeitete bie 
Cberjc^infa^rt5=Soc^en. 

5) ©enerafmajor Dtto ©uflaö ü. üepeU, öJouüerneur ton Süüftrin. 
9j D. ^21rnolb JJoltenius;, ^ofprebiget. 



17;il, 22.-24. ^'cccmber. 9 

demain, je u'ai pas eucore scnti cet effet-lä de la rcpeutauce. Lliistoire 
est uuique, et la devotiou particuliere. 

Si vous me coupiez les deux oreilles, je n'aurais plus de nouvelles 
ä vous dire, vous priaut pouvtaut de eroire quc je vous aiiiie Ijien 
siuecrement. Ceci n'est rieu de uouveaii, car qiiaud Ton vous conuait 
bieu, Ton uc saurait s'empeelier d'ctie avee beaucoup destime votre 
parfait ami et serviteur. Vahi F. 

ü)cad) ber eigenf}änbigcn Uvjd)rift. 



2)er ^ronpriu5 an ©rumbfon). 

[Cüstrin, 24 düceiiil)re 1731.] 
Monsieur. Le plaisir de reeevoir de vos lettres fait (jue je vous 
importune encore a cette lieure; uiais voilä, Monsieur, les peiues 
quout toujours les geus qui s'acquittent bien de ce qu'ils fout, que 
les autres les fatiguent pour les leur faire faire. Je me rejouis m 
futura pour demain et sur vos lettres , qui coutienneut toujours un 
agreable reeit de choses qui en elles-memes ne sont pas toujours fort 
reereatives; toujours la raaniere agreable de les debiter, l'eujoünieut 
du style et les bounes iuteutious de Fauteur redresseut la plupart 
des desagrements de la matiere. Pour vous teuir promesse, Monsieur, 
je vous envoie mon contingent de la produetiou de ma veiue en cour- 
roux coutre les Ileinliardts ') et les Uhls, distracteurs du commerce et 
de rharmonie des bons vers. Je crains bien que la piece aura beau- 
coup de similitude avec celle du chantre'-), mais je vous assure que notre 
Parnasse n'en produit point de meilleures. La voici: 

Sonnet. 

Quoi! (lans tes vastes deaseins 
Salutaires a la patrie 
II se troxive des vilains 
Qui, seigneur, te contrarient ? 

Qui seraient ces inbumains 
Dont la folle eflfronterie 
Veut arracber de tes mains 
Le commerce de Hongrie^^)? 

* 

^) Ce commerce va jusqu'en Hongrie de Silesie. Ci volii. 



1) Äarl %xa.T\i 3{eint)arbt, @e()eimer Dber=Srieg^= unb Somänenfammet» Statt) unb 
^tccijebirector in ^^erlin. 2) SUgl. ©. 7. 



JQ ^riefiocc^jd t>ci Äronpriujen ^ncfedd) mit ©vumbfott). 

Inatruits p;ir Beziileöli») 

Doiit ils out pris lo fiel, 

lls fönt la guorrc :vu coiumerce 

* 

Tur de vaiiios illuaiona 
Et choquent tont le Peruiiisse 
rar la riuie de leurs uouia'^)* 
* 
Fin. 

Vdilä ce quc j'ai \n\ pour votre Service contre ces vecloutables pev- 
so'.mes; je ciois quo lues vers leur vaudrout de hi inoit aux rats; 
ils sout toujours assez mauvais pour emi)oisouner quelqu'im. Je 
par;^ aprös-demain j)Our Crossen, oü u mon retour j'espere de vous 
oiitretenir plus longtemi)s, etaut toute ma vie avec une i)arfaite estirae, 
luou clier Göncral, tout a vous i)Our vous servir F. 

Ulad) ber eitjentiänbiäen Urjctirift. 



5. 

®er ^ronprinj on ©rumblotu. 

A Crossen, ce [27]») de decembre 1731. 

Monsieur mon triis eher ami. J'ai reQU hier a Fraucfort la votre, 
qui m'a fait un plaisir infini, et je peux vous assurer que je n'ai eu 
aucuu doute touchant les seutimcnts que vous avez pour la Reine, 
et je suis bien persuadö qu'elle se fie aussi en cela entierement ä vous. 
L'alTaire des uoces de M. Crochef^) m'6tonne d'autant plus, qu'un 
certain personnage etait alle faire un voyage ä Berlin cxpres pour 
niettre fin au roman qu'il a commene6, il y a quelques annöes, avec 
la fille de ce Crösus. Je crois que les especes de son coflfre fort ont 
jilus de i)art a l'amour qu'elle excite, que ni ses beaux traits ni ses 
helles niani^res, d'autant plus que j'ai eutendu ^) faire un portrait fort 

^) Bezalcel est Görne^). 
*=) Uhl et Reinhardt sont des noms insupportables dans un poemej 
et qui ne sont pas sonores. 



1) 3n ber Vorlage unau^gefüllt. 

2) 2)cr Capitän, JyJügelabjutant iiitb C'Dfjägcrmeiftcr .^an§ G()rt[top^ f^riebric^ 
ü. Sctadc crochet; f)atte fic^ terlobt mit Sophie 9(Ibcrtinc, ein.ygcii Xoc^ter beö ©tat^' 
miniftcrs Gtjrenreid) 33o9i5laö ö. (£rcu^; bic .'podj.^cit fanb am 27. 'JeOruar ftatt. 9Sgl. 
Söerlinijc^e 'Jiac^ric^ten 1732 9Jt. 2b. 3Jeue©enealo9tic^=$)iftoriid)ci)iod}ric^tenV(1755),73S. 

3) Qn ber 93orlage: attendu. ■ 

4) ^tiebric^ öon QJörne, birigirenber 9)iini[ter im öeneralbirectorium. ■ 



1731, 24.-27. ®ecember. \\ 

(lesavantageux du corpus delicti Si eile sera croclietifiee , je ue lui 
euvie pas soii boulieur; les belles maiiieres dagir de sou futiir uie 
servent de presage et ue lui pronostiqueut qu'uu triste aveuir. 11 eu 
sera toutefois ce que Dieu et sou sort eu ordouuerout. 

J'ai fait aujourd'hui le repas le plus enuuyaut du moude cliez 
M. Lauterbacli '), mon böte; M. Bredow, le colouel, M. de Schönaieb, 
M. Lauterbaeb ■-) , le petit equiuoxe et le conseiller Löbeu^j eu etait. 
L'ou m'a traite eu cereuiouial. Premi^remeut, eu mettaut uu graud 
fauteuil au milieu de la table, pour y placer ma ügure, dout je jugeai 
ä propos de ue rieu faire. Apres avoir gague ce pas, il y eut uou- 
velles convulsious de ceremouies pour faire asseoir les autres. — »Eh, 
Messieurs«, disais-je, »asseyez- vous douc!« — Poiut de uouvelles. 
Eutin, apres ra'etre egosile ä ieur faire des complimeuts, ils eureut 
compassiou de mon gosier et de leurs pieds et s'assireut. Lä-dessus 
j'entamais uu beau discours toucbaut les limites et les couiins de ce 
duche; mais a peiue avais-je eutame le discours, que par uu respect 
cbinois tout le moude se tut. J'eurageais eu moi-meme et pestais de 
bou coeur de voir tant de haut et de bas dans ma fortuue, tautot uu 
exces de civilite outree, et tautot uue graude frugalite de bieuseauce ; 
mais ueaumoius il fallait tenir boune couteuauce et faire ce que je 
pouvais pour raccrocber le discours. Mais j'eus beau faire. Ces 
messieurs, plus tetus que favoris de cour, ue voulureut Jamals des- 
serrer les deuts, et, pour surcroit d'iiouuetete, eutre cliaque fois que 
la table fut resservie, l'ou pausa toujours uue beure, ce qui fit trois 
mortelles beures que nous y restämes, cbacuu a uous regarder, et 
moi a bleu jurer eutre les deuts de ue Jamals mauger eu ceremouie 
a Crossen. 

Pour le reste, j'ai ete etoune de trouver la ville de la beaute 
dout eile est, tout si bleu bäti et si regulieremeut; ce qui me fait 
faire uue comparaisou de Fraucfort ä Leipzig et de Crossen ä Gera. 
Pour Francfort, j'en suis tout coitle, et je me trouverais beureux d'y 
pouvoir finir mes jours eu boune compaguie. L'ou y a fait uue illu- 
mination imprevue et qui ue m'a pas fait plaisir; si j'en avais su la 
moiudre chose, j'aurais fait tout au moude pour l'empecher. Outre 
cela, les etudiants m'out porte une Serenade, et comme vous counaissez 
ce peuple libre, vous jugez bleu que je n'ai pas pu l'eviter. J'ecrirai 
le tout naturellement au Koi, qui ne m'attribuera pas, ä ce que j'es- 
pere, une chose ä laquelle je n'ai aucuue part et que je n'aurais 
Jamals soufferte, sachant qu'elle pourrait lui deplaire. 

1) S« i»«!^ aSorlage: L'auteur Bach. 2) gn ber SSortoge: Lauter Bauch. 

3) ®ie genannten ^erjonen finb jonft unbefannt. 



J2 '-övicjwedjjcl &C!? M'viMipviii^'ii ^•l■io^l■il■l) mit t^h-iimbfoiu. 

Demaiu je vcrrai los liniitcs de Silcisie, et quaud j'irtü a Züllicliau 
ulors, je passerai auprtis de ecUes de Polüi;iie et de Saxe. Jeu ferai 
im rapport aussi circonstanciel (pie je i)oiiriai au Koi. lieureux, si il 
\out bion ai;ii-er les poiues quo je uie donuc pour sou scrviee! C'est 
le nioycu de nie reudre iufatii^able, car rieu ucucouragc plus au 
travail que quaud ou voit que lOu reussit au but que l'ou sest pro- 
pose, qui doit toujours etre la satisfactiou du maitre et le bien du 
pays. Je m'eufouceiais tiop loiu daus cctte maticre, et le plaisir de 
vous eorirc lue fait oublier qu'eu me divertissaut, je pourrais beau- 
coup vous euuuyer; j'aime micux cu rester la, pourtaut pas saus vous 
assurer que je seiai toute nui vie avcc beaucoup de reconnaissancc, 
d'estinie et de vraie amitie cordiale, Mousieur, votrc trös parfait aiui 
et servitcur F. 

"iladi ber cigcntjäitbigcn Uvjd)iift. 



G. 

®cr ßronpriiij an ©rumbtotü^). 

Monsieur mou tres eher ami. Votre lettre nia etc fort bieu rcudue, 
et la jtlaisautc descrij)tiou que vous me faites des noees de M. Crochet'^), 
m'out bieu fait rire. Pour l'artiele oü vous me parlcz des chagrius de 
la Keine, vous pouvez bieu juger quo j'y ai pris la plus vive pari du 
monde; vous me feriez meme beaucoup de plaisir de m'en dire les 
veritables raisons, car pour ä present j'ai cru tout sujet a chicane 
termiue. Je pense et repense de toute sorte de fagous, mais il ne 
m'est pas possible de deviner la raison que le Roi a pu avoir; je 
n'espere pas que jaurais encore ete la pierre d'achoppement, du moins 
j'assure que je suis bieu innoceut a tout ce qui est arrive. Je vous 
prie aussi, Monsieur, de vouloir assurer la Reine et ma sceur de Bai- 
reutli de mcs plus soumis respects. Si l'on m'ordouue de venir ä 
Berliu, l'on peut bien croire que je viendrai et que je ferai bonne 
miue a mauvais jeu. Ce que l'Empereur a dit sur mon sujet^), est 
fort obligeant; mais je crois que cela me ferait plus de tort que du 
bieu dans l'esprit du maitre, si la cbose lui etait ra])portce. Pour ce 



1) gnbe Xccember 17:il ober 9(nfang ^onuar lT:r2. 

2) ?ig(. oben S. lo. 

3) ?(m 10. Xecember mar öraj Sedcnborff in Sßicn eingetroffen, noc^ beffen Sie« 
richten öermutt)lit^ ©rumbfott) bem 5iron:prinäen bie 9Kittf)eilungen gemod)t t)at, auf bie 
im Jcft '-bejug genommen mirb. 



1731, 24. 2)ecember - 1732, 8. ^anmx. 13 

qui g'a.iit du discours de rimiieratrice'), j'avoue qu'elle me ferait 
plus de plaisir de me donner unc de ses filles'-) que de ses niöces^); 
toutefois je ne me determine sur rien, et taut que Ion voudra me 
laisser gargon, je remercierai Dieu de l'etre, et si je me marie, cer- 
tainement je serai un fort mauvais mari, car je ne me sens ni assez 
de constance ni assez d'attachement pour le sexe que je puisse m'ima- 
giner d'en recevoir au mariage, et la seule idee de ma femme m'est une 
chose si odieuse que je n'y puis penser sans aversion. Je saurais pour- 
tant toujours tout faire par obeissance, mais jamais bon menage. L'on 
me presse extremement de finir, ä cause de la poste; il ne sera pourtant 
pas dit que je ne vous assure auparavant de ma parfaitc amitic et que 
je vous prie de croire que jamais personne ne vous aimera, ni nc 
vous peut estimer plus que je fais, Fr. 

P. S. 
Je ne prendrai jamais de femme que des mains de Madame la 
margrave de Baireuth. 

'JJa^ bcr etgenl^änbtgen Urjii)rift. 



®er Stronprinj an ®rumb!oiü. 

[Cüstrin, 8 janvier 1732.]<) 
Monsieur mon tres eher ami. J'espere que vous aurez tranquille- 
ment fini vos devotious, et je suis triste de ne m'avoir pas pu m'edifier 
avec le nombre de ceux de notre communion qui ont vu communicr un 
ministre qui est bon chretien. C'est une chose si rare que nccessaire de 
voir que des per sonnes de votre rang joignent tant de belles qualitcs en- 
semble. Mais j'oublie que votre modestie n'en est pas la moindre; plutot 
que de Toffenser, Monsieur, je couperai court sur cette matiere, oii il 
me sera toujours permis de penser fort avantageusenient du merite et 
principalement du votre. J'ai ete malade tonte la semaine de maux 
de tete terribles, de migraines et, de surplus, d'un estomac gäte. 
J'ai intevrompu la jolie fete que le Directeur^) m'avait donncc , en 



1] ^atferin Gltfabet^ e^rifttnc, fleb. ^dn^effin üon 93raunic^tDetg-33Ianfcnbuv(5, ®e^ 
ntat)Un Äarl'J VI. 

2) ®ie erjliersogmnen Waria %ijext\ia, geb. 13. Wax 1717, unb 9Jtario 3(itito, geb. 
14. ©eptember 1718. 3) SSgl. unten ©. 18 5Inm. 1; ©.32 3(nm. 1. 

4) ®a§ ®atum crgiebt ftd) ong bcm S3rief be^ Kronprht§en on ben S:önig öoin 
8. ^amtor. 5j3reu^, Ur!unbenbuc^ II, 195. 

5) etirifto^f) aSerner Sgiüt, ®irector ber Kriegs* unb ®omänentammer in Süftrin. 
i8gl. „Sronpi-inj" ©. 71 ff., 78 f^., 91 ff. ®. ©c^moüer, Stubien über bie toirt^ftfjaftacfjc 



J4 'iPrioftrecbiel be-^ ütrcnprin^en J^riebricfi mit QkiimbFott». 

nie trouvant mal conime im sot. Aiissitot ai-je fait appeler le bon 
docteur Marchand '\ qui avcc toutc sa m^deeine m'cst entrd dans le 
Corps. Voiis pouvcz juger, Monsieur, de cc qu'un jiauvre malade 
souffre, quand on hii a incorpore im membre de la faciiltö; neanraoins 
ccttc Unit iiass^e noiis nous sommes s^par^s, non pas a la verite sans 
qnelque trancliöcs de venire, qui fönt pousser aux pauvres patients, 
par impatienoe, des jurements en Dicu. Enfin, Monsieur, aujourd'hui 
Je suis conime iine fenime qui vieut de se döchargrer de son fruit. 
Deniain je pars et je vas-) cliercher la gloire ä Marienwalde. La 
vcrrerie dont je dois faire le nouvel aecord, me fournira de riches 
niati^res a contempler la fragilitö des choses de ce monde et princi- 
palemeut de la fortune. Je vous prie, Monsieur, de croire que je 
pense niieux sur ces niati^res que je ne dis, car sans cela il faudrait 
se crier: Auerie, tont est anerie! A propos, puisque je suis sur mon 
cbapitre, je vous dirai en bon ami que je suis un peu 6tonn6 que 
corame vous etes des miens, vous ne m'ayez pas fölieitö sur l'occasion 
de raes fianrailles avec la jeune princesse de Mecklembourg^). J'en 
ai 6te averti aujourd'hui par le Glaneur^ qui, k ce que crois, 6tant de 
votre sentiment, doute de la realit6 du fait. 

Le retardenient de l'arrivöe du duc de Lorraine ^j me fait ex- 
trcmemcut de plaisir, car tant de gagnö, j'en restcrai plus long- 
temps ici: 

Vivant dans unc paix profondc 
Et nc coiuptaut pour rien tous les faux biens du inonde. 

Je vous ferai encorc unc coufidencc, qui est que ma veine po6- 
tique travaille dejä plus de quinze jours pour vous composer une 6pitre 
en fort mauvais vers; vous pourrez vous en scrvir pourtant, en cas 
que messieurs les assassins trouvasscnt ä propos de nettoyer vos 
entrailles. 



'ipplifif ^Trtebric^g bei CV^roficii u. f. lü., 3a(}rbuc^ für öefefegebung, 93crwa(tiiun uiib 58o(f§» 
»üirt^icfiaft 1S«>4, (2. 417. 

1) Dr. G^riftian 33etijamin Sfauffmaiiu, bcr ?(r,^t bei Jtronpriitjen. ^(jl. „Stron- 
prinj" 6. 241. 

2 populäre 'i^oxm.. 2Jie SSorlonc l^at: va. 

■'i Gfiiabetf) .tatfiartno Gfiriftiane üon ^Kecfteuburfl^Sc^lDertu, Gnfeltn bei ^axtw 
r^iuan unb 9Ji(f)te ber ^aüw 5(nna 'I7:tri — ITKt-, geb. 1«. 'Seccnibcr 171«, iiacf)matl 
unter bem 3Jamcn 5(nna ,^ur griec^ifc^en Sirene übergetreten, 1740 — 1741 JRegeiitin bei 
riiifijd)en Steierl. 

4) gm 3oumaI ',ßin äfirenlejer"). 

5' J)rran^ Stephan, nacfimoll datier ^ran^ I. ^'afe ber 93efucf) bei .t)eräogl nicf)t 
mc!)r im ^anufc erfolgen mürbe, metbete Secfenborff bem Äönige am 2. Januar aitl 
3Bien in einem Schreiben, welc^el ber König am 12. beantwortete (®e^. Staatl»3lrcf)io,. 



1732, Sanuar. 15 

Le porteiir de cette lettre est le premier virtuoso de la ville et 
de la province. II est maesfro di capclla del Signore direttore, de 
plus il est eneore secretaire prive de tonte sa plus secr^te corres- 
pondanee, maitre de la langue fran^aise et gouverneur des trois 
morveux qui composent la progeniture male du susdit directeur. Je 
trouve cet avis fort necessaire, afin que vous n'oubliiez aucun des 
titres convenables ä ce virtuose. II a fait son apprentissage ä Vienne, 
Oll il a ete en differentes conditions plus de trois ans, mais je crois 
qu'il vous Importe fort peu de savoir l'histoire de ce pauvre mal- 
heureux, et peut-etre, Monsieur, que je vous trouble dans des projets 
salutaires ä la patrie, et que dans le temps que je vous amuse avec 
ma lettre, la justice de la veuve est retardee. Je finis plutot par dis- 
cretion, en vous assuraut que je suis avec une estime parfaite et tonte 
Tamitie imaginable votre parfait ami et serviteur Friderie. 

9?ac^ ber etgenl^änbtgen Urfi^rift. 



8. 
%zx ^rottpritt5 an ©runiBfotr. 

[Cüstrin, janvier 1732.] 

Monsieur mon trös eher ami. Votre lettre a tres bien franchi le 
trajet et m'a ete rendue bien couditionnee. Dien merci qu'il n'y a 
aucune mauvaise nouvelle, et que je peux garder l'esperance de 
rester jusqu'ä la mi-fevrier ici, parceque le duc de Lorraine ne viendra 
qu'alors. Je crains bien de passer la quarautaine alors ä Potsdam, 
afin d'etre marque de nouveau au bon coin, c'est-ä-dire d'un accurater 
Officier. Je crois que ce serait eneore un crime que d'avoir dit cela; 
mais en effet pourtant ce n'est pas autrement. Je crains bien aussi 
que le voisinage de Nauen') ne me fasse transferer souvent ä Potsdam, 
et si je remarque le coup, j'entamerai d'abord quelque projet econo- 
mique qui demande essentiellement ma presence; car je crois que ce 
sera toujours un ecbappatoire. 

J'avoue que je m'etais flatte d'etre plus robuste que je ne 
suis; mon estomac et moi nous brouillons fort souvent, et ma tete, 
qui est aussi dure qu'il n'en fut jamais, conspire ä mes maux, mais 
l'amour de la gloire vainc tous les maux. Quel bonheur pour la 
bonne Margrave et moi que pauvrete n'est pas vice, car nous serions, 
Selon ce principe, les plus grands coquins du monde. Je (desapprouve 



1) ®ie für ben ^on^rtnsen in 3lugftc^t genommene ©arntjon. 



I {) "^vii'fiiu'dijcl bec' «voiUniii,>cii Js-vicbiicli mit CMnmibfoUi. 

fort quo Monsieur dAnshaeli nc s'ciitend') pas ji rcndre ce qu'on lui 
a prött". Si cela roninioiu'C, il n'y aiira i)lns de foi ni loi dans le 
inondc. Mais il me senible aussi (luc Ton aiirait du preiidrc de 
homies hyp«)tli^qnes. J'öeris bleu librcmeut, niais je sais que vous 
nc nie trahirez pas et quo vous nie croirez ä tonjours avcc une estime 
eternellc votrc parfait anii et serviteur F. 

-Tnui) bcr ciiicnl)äubtf|cn Urfc^vift. 



Ter Älrpiipriii,^ nu ©rumbfotu. 

[Cüstrin, janvicr 1731.] 
Monsieur mon tres clier anii. Nous avons fort 6t6 raortifi6s au- 
joiird'hni en reccvant une tres niauvaise lettre du Roi, qui s'adressait 
ä M. Woldeu-l 11 lui jiarlc que tot ou tard sa tcte röpondra, et ne 
dit pas de quoi. II faut qu'il soupgonne quelque chose sur notre 
snjet, ä ce que nous avons compris. Pour moi, je ne veux jamais 
voir Dieu, si j'ai fait la moiudre intrigue contre lui et si j'ai eu le 
nioindrc commerce avec quclquc puiHisance 6trang6re que ce puisse 
etre. Je me trouve malheureux d'avoir des ennemis qui tachcnt 
d'aij2:rir toujours l'esprit du Roi contre moi; il n'y a rien de plus 
facile ä voir que ceci ne vient que de quelque coquin qui, pour s'in- 
sinncr, a fait un mensonge, et que le Ivoi mcme n'y a pas de part. 
Mon Dieu, que serait-ce, si j'etais obligö d'etre souvent aupr^s de 
lui, toujours poursuivi par la race maudite de faux rapporteurs! 
Pour Taniour de Dieu, Monsieur, que je mangc plutot du pain et de 
l'eau ici que cela n'arrivc! J'aimerais mieux mourir, et si la mort 
ne vcnait ä mon secours, mon desespoir nie la ferait trouver. 

Avec tout cela, je suis pourtant ä plaindre, qu'apres etre entr6 
en tout dans le sens du Roi et apr^s avoir bicn endurc de terribles 
mortifications ä Berlin' , oii le Roi a vu tout ce que l'oböissance put 
faire, aprös d^jä m'etre alambiqu6 l'esprit jour et nuit, pour lui plaire: 
m"cn voilä arrivc bicn loin, et, ce qui pis est, le futur me fait trembler! 
J'ai mon unique rccfuirs ä vous, mon eher Göncral, et au comte 
S[eckcndorff . Je vous jure que je suis innocent, et j'espöre que, 



1; 3" ^Pr 5?orIagc: s'atcns. 

2; 2Bic eS jc^eint, ift ein iiicf)t üorltcflcnbcg Scf)rcibcn öom 12. Januar 17.'J2 genteint, 
ouf baS SBoIben am 15. antroortctc. ^reu^, Urfunbcnbuc^ II, H)«. 
'.i) 95gl. oben S. 7 Slnm. 1. 



1732, 19. ^anuör. 17 

qnand l'antre sera revenu^), il voudra bien raccomTnoder mes affaires 
delabrees; pour moi, J'ai fort perdu de raon cmpressenient, et Je mc 
refroidirai bcaucoup, si l'on me rcbute; est-ce lä le moyen de J2:ap:ner 
les eoeiirs et la confiance? comment, Monsieur, cela sc peut-il croire? 
Pardonnez tont cc qne j'öcris ici , si j'öoris trop librement; mais je 
suis triste et cliagrin, autant (jue l'on le pent etre. Je vous rends 
aussi mille gräces pour les deux bouteilles de Hongrie, qui me feront 
d'autant plus de bien quclles nie vienncnt d'une main fort ch^re. 
J'ai bu ä votre sante; j'espcre que votre frcre^) sc r(^tablira, c'est un 
fort digne bomme, et qui pourrait cncore servir le Koi longtemps et 
bien. Pour le reste, Monsieur, je vous pric de croire que je suis trös 
cordialement tont ä vous Frideric. 

Tiad) bct ci(]enr)änbtc]cn Itrfi^rift. 

10. 

^cr ^ronpritts an ©rumbfoto. 

[Cüstrin, 19 janvier 1732.] 3) 

Monsieur mon tres eher ami. J'ai bien regu la derniere que vous 
efites la bontö de m'ecrire, et je vous en ai mille obligations, par 
rapport principalement des consolations que vous me donnez. J'espcre 
bien ä cette beure de n'etre pas de ccux qui composeront votre cour, 
quand cct heureux Duc y arrivera. II ne doit avoir raisonnablement 
ä parier peu de chagrins, car il voyage avec tous les agrements. II 
est duc regnant et il est cberi de l'Empereur, avec cela la fortune 
qu'il a ä esperer un jour, est des plus eclatantes. Mais passons par- 
dessus cela. Je suis fort aise que la bonne margrave de Baireutb 
soit partie; eile le souhaitait fort, pour se tirer de l'agröable scjour 
qu'elle aurait frequente incontestablement, si eile 6tait restee dans le 
pays. Je lui souhaite toutes les benedictions imaginables, et füt-ce 
meme au prix de mon repos et de mon contentement. J'espcre que 
le Roi se cotisera un peu qu'il soit plus gönereux vers eile et plus 
exact avec l'oiseleur. 

Pour ce que vous mandez, ou plutot Degenfeld ^), de la pr[incesse] 



1) Scdenborff weilte bi§ ©nbe ^«nuor 1732 in 3Bten. SSgl. bie i!)m beim f^ort- 
gantj ertf)etlte Instruction öont 29. ^onnar bei f^örfter, ®ie .«pöfe unb Cabinette (Bütopa§, 
93b. I, Urfunbenbud) ©. 120 ff. 

2) ''ß^mpp Dtto ü. ®tuntb!ott), tigt. unten ®. 46. 

3) ®a5 ®atum ergiebt ftd) aü§ bcm 33rief bei Kronprinjen an ben ."^'önig Dorn 
19. Januar. «Preufe, Urfunbeubucf) IT, 199. 

4) ©firiftopf) 3Kartin ©raf ö. ®egenfelb*@(^önburg, preu^iji^er ®efonbter in Sonbon. 
fiofev, aStiefmedjfel gviebvic^S beg ©roßen. 2 



Ig 'ij^riofipcdiiol bci< M'roitpviii.sfii Arii'^vicl) mit ©ninibfolu. 

de Mecklonilxuiru, ne pourrais-je pas ll^pouser qu'elle vint dans ce 
pavs ii'i. saus plus peiiscr il la Kussic? Elle auiait une dot de deux 
Oll trois niillions de ronhlci«, et iinai;iiiez-vous, cüimue je vivrais avec 
ccla! Je erois (pic cc scrait uue chose qui pourrait vöussir. La prin- 
cessc est liitherieune, pcut-ctre ue voudra-t-cllc pas devcnir greaque. 
Madame Adcrcass, qiii est sa gouvernaute, rauimera aussi d'y cou- 
sentir, et d autant plus eile u'a pas de sürete de la successioii. Je 
ne troiive aucun de ccs avantages aiipr6s de eette priucesse de 
Heveru ') qui, ä ce (jue beaiu'oui) de geiis, niemc de la cour du Duo, 
diseuf, n'est poiiit du tout belle, parlaut pcu et faisant la buche. La 
bonuc Imperati'ice a aussi si peu elle-mcme quo les soiumes qu'elle 
donucrait ä sa uicce, seraicut fort mo(Vi(iues. Je vous prie de nie 
dire ouvertemeut votre seutiiueut sur ceci et de ne me cacber rieu. 

Ma santö commence ä se remettre, je ue peux pas seulemcnt 
prendre ui force ni api)6tit. Aprös la bourrasque qui nous est arrivöe, 
vous Jugez bien que je pourrais mal passer niou temps, si j'allais ti 
Berlin. Si vous voulez, je vous douuerai pur ecrit que j'estime le 
duc de Lorraine et que je l'aimerai toujours: voilä pourquoi j'y dois 
venir, mais ä prcsent mon voyage est inutile. J'espöre bien ausai 
que M. Sf. '-) ne voudra pas m'exposer ä ctre maltraitö en prdsence 
d'etrangers et d'etre gronde du Koi: Procul a love, procul a fulmmo! 
8i Ton me donnait alors meme le regiment, Ton m'oterait W[oldeu], 
et je voudrais bien le garder. Pour le restc, mon eher ami, je vous 
prie de croire que persoune ne vous peut plus aimer ni estimer que 
je fais. Vale. F. 

J'ai recu aujourd'hui la lettre (pie B . . a apportee, et je vous ai 
mille obligations de la tendre part que vous prenez a ce qui me re- 
garde; mais ce serait bien aujourd'hui que Ton doit s'ecrier: ö abimes! 
Car j'ai le plaisir et la vive satisfaction de vous dire cpie j'ai regu 
deux lettres du Koi, dont celle du 17 est la meilleure quil m'a ecrite, 
me marquant qu'il est fort content, et assurant de vouloir m'etablir, 
me donner de Targent, me faire mes 6quipages et ma vaisselle, que 
tout se peut transportcr sur un mulet. Je ue dormirai pas pour cela, 
craignant toujours qu'on veuille m'assoupir et m'attrapcr ä faux. Les 
lettres de W[olden] ont ete fort bonnes, aussi je suis bien persuadö 
que vous prenez bleu part ä notre joie et quo vous en aurez votre 
part. Je dois correspondre avec le Dircctoire touchaut une proposition 



1 Gliiabet^ S^riftinc geb. S. Januar 1715, 9Zic^te ber Äaiiertii, nacf)moI;§ ®emo^lin 
bc6 Äronprin.^en. '1] Sccfcnborff. 



1732, 19.— 26. Januar. |9 

que j'ai faite d'une am^lioration ä Crossen et touchant les verreries^). 
Croyez, au re.ste, mon eher ami, que je sois ou dans le bonheur ou 
dans le mallieur, je ue manquerai jamais de vous aimer, estinier et 
d'etre tout ä vous F. 

'ilad) ber etgenpnbigen Urjc^tift. 



11. 

SDer ^ronprinj nn ©rumbforo. 

A Cüstrin, ce 26 de Janvier 1732. 

Monsieur mon tres eher ami. Je reconnais tout le prix de vos 
lettres et principalemeut Celles qui sont eerites aprös un voyage de 
Pots[dam]. L'etat du Roi m'a fait bien de la peine, niais j"esp6re 
que sa bonne complexion le tirera d'affaire. II m'a ecrit aujourdhui^j 
et il me notifie en des termes fort gracieuses qu'il me ferait venir 
pour quelques jours, quand le duc de Lorraine serait arrive. J'ai 
repondu avec toute la soumissiou possible et j'ai fait entrevoir que 
cela me faisait beaucoup de plaisir. 

Pour ce qui regarde la princesse de Bevern, l'on peut compter 
que si on me la force de prendre, qu'elle sera repudiee, des que 
je serai maitre, et je crois que Tlmpcratrice ne serait pas fort satis- 
faite de cela. Je ne veux pas que ma femme soit une sötte; il faut 
que je puisse raisonuer avec eile, ou bien ce n'est point mon fait. 
Voilä ce qui arrivera, si l'on me force, et personne ne pourra desap- 
prouver mon procede, ä cause que j'ai ete force ä une chose pour 
laquelle je n'avais aucune inclination. 

Les medecins m'ont dit que j'aurais pris la fievre lente, si je 
n'avais commence k present un certain regime. Je suis si terriblement 
amaigri que je suis tout comme j'etais en haut au chäteau^j. Le Di- 
recteur^) le dit; mais la fievre est passee, et je fais raisonnablement 
tout ce que je peux pour m'engraisser, j'espere que cela viendra. 
II y a eu trois fetes ici: l'une chez W[olden], l'autre chez le Presi- 
dent'^), et la troisieme encore chez Wo[lden]. Je n'ai ete ä aucune, 
me contentant de garder le lit et d'etre bien soumis ä mes doctes 
medecins. L'un est un pedant in folio ; il parle trois quarts latin et 



1) aSgl. oben @. 14. 2) ^^ot^bam, 23. Januar, ^reufe, Urfunbenbuc^ II, 20i. 

3) ©emeint tft ta§ Siü[triner Sc^fofe, ouf bem ber Sronpritiä öom 4. September big 
19. JJoocmber 1730 in §aft gef)a(ten ttmrbe. 4) ^iüt. 

5) S^riftian (Srn[t t>. 5IRünd)oiü, ^vräfibcnt ber i?rtegg= unb ®omänenfammer. 

2* 



20 ©riefWfdijcl bri< Stronpviu.H'u ("vricbvid) mit ©rumbrDJtt. 

un quart alleniiind. Je nc sais jainais ce qu'il veiit dire. Derniöre- 
ment il (lemaiulait si Je voulais du filiicuhtm. Je lui dis (|uc je ne 
»avais co (|uo t'otait; il mc lexpliqua cu allcmand. J'ai besoin d'un 
intcrprötc in>ur parlor avec lui. Vous le conuaitrez bleu, c'est le 
fanieux prolcssour Horden ') de Frant'foit. 

V(iilä nion passc-tcnips le plus doux, et ([uebpielois Marius, Sylla, 
Cinna. C'esar, Pompee, Crassus, Auguste, Antoine, Löpide vicnnent 
mcntretenir. Je vous pric pouitaut de croirc ([ue lualgrö ma maladie 
je ])cnse souvcnt a vous, coniuie ä uu veritable anii; je bois aussi 
votre saute, avee la ditVerence ([u'autret'ois je la buvais en vin, et ä 
cette heurc en tisanes. Je vous pric ncauuioius de croire quc je suis 
tout ä vous Frideric. 

•Juicf) bcr ci(]rnl)iinbi(icii llrfdirift. 

12. 

S)er Ärouprin5 qu ®ruinb!otü. 

Cüstrin, ce 29 de janvier [17:12]. 

Monsieur nion tres eher anii. Je suis bien sensible ä la part 
que vous i>renez de ma sante, et je ni'en persuade d'autant jdus de 
votrc amitic siucere ; vous avez pourtant aussi quehpie raison de vous 
y iuteresser, car vous perdriez en moi un bon anii qui serait un 
jour en etat de prouver son amitie d'une maniere fort efticace. Quoique 
je saclie bien que ce n'est pas Tinteret qui vous fait agir; mais il 
nc faut pas moins de mon cote (jue j'oublic les devoirs de la recon- 
naissance, qui, selon moi, est une vertu si naturelle et si humaine 
qu'aucun niortel n'en dcvrait ctre prive. A present, Monsieur, je me 
suis exculpc de vos anath^mes, car je prends toutes les niesures 
imaginables, pour me conserver; je vis selon la diete que le m6decin 
me prescrit, et j'ai tenu toutes les rögles d'Hippocratc. Le Roi a 
ecrit aujourd'hui, il cnvoie Ic fils de StahP), me recommande la bicre, 
et sur une relation des medecins oü ils niettcnt quils m'avaient ordonn6 
du vin de Champagne, il dit qu'ils cn avaient mal agi und ich sollte 
den französchen Wein aus den Leibe lassen, das vxire Gift, mais, du 
reste, fort gracieux. Je vous rcmcrcie encore, Monsieur, du discours 
que vous avez tenu en ma faveur; j'aurais bien aussi du vous en 
remercier demi^rement, mais j'avais tant de peine ä öcrirc et j'ötais si 



1) 3o^ann ©eorg »on 33crgen. 

2 Dr. @eorg Cmft Sta^I, .^ofrat^ uiib erftcr Seibmebicu^. SSflI. ^reu^, Urfunbcn* 
bu(^ II, 205. 



1732, 2G. Januar — 2. gebruat. 21 

faible que je Tomis jusqu'ii aujourd'hui, Je vous rends aussi mille 
gräces du viu et des gclinottes ') que vous m'envoyez; je me revan- 
cherai, quand vous serez de retour, avec uu ^ros veau et des forelles. 
Tout ceci sout des bagatelles, mais vous pouvez eompter sur ma par- 
faite amitie et sur mon estiiue comme sur un rocher. Frideric. 

Nous avons besoin d'un bou euisinier. Coinnie vous avez le goüt 
flu, u'en pourriez-vous pas choisir qui prit service pour 80 ecus? 

'Jiac^ ber etgcnljiinbigen lUidjrift. 

13. 

S)er Slroitprinj an @rumb!onj. 

ä Cüstrin, ce 2 de fcvrier 1732. 

Monsieur mon tres eher ami. L'on m'a bien remis la votre, qui 
m'a fait uu plaisir infini, et je suis bien triste de vous voir reveuir 
si harasse, et en homme d'expcrience je vous conseille, Monsieur, de 
ne point traiter votre catarrke en bagatelle; car j'en ai fait autant 
au commencement de ma maladie, et il m'en a bien cuit. Dieu merci, 
j'espere de me remettre bientöt, quoique je ne puisse ni reprendre 
des forces ni rapetasser ma chenilie. J'ai vu l'homme dont vous me 
parlez, qui m'a fait un reeit non touchant des repas et des plaisirs. 
J'en fus si frappe que j'y crus etre. Apres qu'il eut acheve cette 
pathetique description, qui lui avait peut-etre trop coüte, il s'cnfuit, 
et voilä comme uous nous sommes separes. J'espere cependant que 
la sante du Koi ira de mieux en mieux. II m'a ecrit deux lettres fort 
graeieuses, oü eutre autres il m'assure, dans l'une, qu'il travaillait ä 
mon vrai etablissement et que certainemeut j'en serais content. J'ai 
6te veritablement touclie de la mauiere gracieuse dont il s'y prend; 
il sait le moyen de se gagner les coeurs, mais certes il le sait aussi 
de se les aliener. Dieu le maiutienne toujours dans des sentiments 
gracieux, alors il fera la felicite de son peuple et de tous les hon- 
netes gens. 

J'en reviens ä votre epouse^), ä qui j'ai mille obligations des 
poulets, signe qu'en vieille amie eile se ressouvient encore d'une per- 
sonne qui lui veut beaucoup de mal, ou peut-etre m'enverrait-elle 
ees poulets, pour me payer les interets de ces cent ducats que l'on 



1) ^n ber SSorlage: glinotes. 

2) ®o|)l)ie St)aftotte ö. @rumb!otü, geb. be 2o efieüaüerie, \ 13. Januar 1749 im 
68. fiebengjo^re. @eneaIogifd)-^ift. 9Jad)rid)ten XII, 85. 



22 33ricfiücdi5cl bc-> .sh-oitpriii^ou ("s-rioiMirf) mit ®i*umbfoW. 

Uli pnHa jadis pour un baiser; en ce cas je trouve sa conscience des 
plus dölioatcs. ruisquc iious soinincs en femines, n'oubliez pas, je 
vous prio, la boüue madame Marschall i), qui autrefois me voulait uu 
peu de bleu, .respere bicn qu'cu femme capiicieuse eile m'eu voudra 
encorc. Je dis. cn femme capricicuse; car il taut qu'ellc mc veuille 
du bien par caprice, pareecpie je ne Ic merite pas de moi-meme. 

A prtisent je revicns ii iiotre Lorraiii, avec lequel je serai fort 
cmbarrassiS ear l'ou ue saura jamais si Ton fait tro}) ou trop peu; 
si il faut donuer daus un excös, je dounerai })lutot dans le trop, car 
par la je ferai ma cour au Roi. Mon Dieu, que dira ce bon Duc et 
sa suite, quand ils verront notre clietive cour, et venant de France et 
irAngleterre. I>ieu hcureux que je ne les entendrai pas, et qu'etant 
nioi-meme etrauger, Ton ne ni*imi)utera rieu. Si le Roi me traite 
bien, taut mieux pour nioi ; si il me traite mal, alors le duc de Lorraine 
en parlera certainemeut a Vienne, oü Ton en dira ce qu'on jugera ä 
propos. 

Je crois vous avoir bien eunuye, mon eher G6n6ral. car cette 

lettre seule donnerait le catarrhe ä quiconque aurait la moindre in- 

cliuation ä le i)rendre. Je n'abnserai donc j)as plus longtemps de 

vutre patience, mais avaut que de linir, i)ermettez-moi de vous 

assurer que personue ne füt avec plus de reconnaissance et de veri- 

table estime, Monsieur mon tr6s eher ami, votre parfait ami et serviteur 

Frideric. 
P. S. 

Je vous rends mille gräces des peines quo vous vous donnez pour 
me faire avoir un cuisinier. Mon Dieu, l'on n'eutend 2) rien de la 
boune margrave de Baireuth; je crois qu'elle vit avec son amant 
dans une paix profonde et ne compte pour rien tout le reste du monde^). 

Sono tutus*) ä toi. 
9?ac^ ber eigen^änbigen Urjc^rift. 

14. 

®rumt)tott) an ^tn 5Üronpringen. 

[Berlin] le 3 fövrier 1732. 

Ce matin que j'etais encore au lit, le colonel Derschau'*) m'est 
venu trouver pour me dire qu'il dtait venu hier tard en ville; que le 



1, ÜÖDt)lbie 6>ema[)Itn beH Weljctmen ^inansratf)^ ©amueIt).3)iaricI)aU, geb.b.Sc^ttJetin. 
S3fll. 0enealDgifcf)-^iftoriic^e ^Jtod)nc^ten XII, 88b. 

2, 3n ber Sorlagej: attend. 3) SBgl. oben S. 14. 4) Sic. 
5; 6f)rtftian Slein^olb 0. 2)ericf)au; Dgl. „Jtrotiprinj" ©. CO. 107. 240. 



1732, 2.-3. geBruar. 23 

Roi me faisait dire qu'il songeait serieusement, suivant mes ties 
soumises sollicitations , de mettre le Prince Royal dans une autre 
Situation, et que, pour effet, il voulait qu'il residat ä Berlin, et non 
au ehateau. Que, pouv cet effet, le Roi avait acbctc la maison de 
Katsch ') pour 24000 ecus pour y fixer le gouvernement, et qu'il 
avait ordre de preparer le vieux feld-marechaP) a deloger, et que la 
maison^) du feld-mareclial etait destiuee pour le Prince Royal, et que 
le Roi y ferait eucore ijätir une autre, et que le Roi lui avait dit 
que Votre Altesse Royale serait du Uirectoire ^) et du Departement 
des affaires etrungeres: enfin''), mille autres clioses. II m'a dit aussi 
avoir aussi ordre de faire faire des drapeaux Llancs qui doivent etre 
demain ä Potsdam, le Roi voulant lui-meme y faire mettre T^irmature 
ueeessaire, et il croit que ce sera pour le regiment futur de Votre 
Altesse Royale. Eufin, Monseigneur, voilä done votre sort qui va 
chauger, et eile me rendra la justice que tout ce que j'ai avance 
sur son sujet, a ete accompli. Veuille le Tout-Puissant vous rendre 
votre sante et vigueur et la rendre stable et ferme, que votre cceur se 
fortifie en droiture, solidite, fermete, et que vous soyez donc de cet 
esprit de Supreme, tant demande par Salomon et dont coulent toutes 
les sources de la tranquillite Interieure et les benedictions eternelles 
et temporelles. Pour moi, je mourrai''') content, si je vous vois beureux, 
et que les mecbants soient tenus en bride et le peuple gemissant plus 
heureux qu'il n'est ä l'heure qu'il est, et, avec cela, la justice ad- 
ministree sans corruption et partialite. Quoiqu'il semble que cette 
face de vos affaires devienne plus riante, cela n'empecbera pas que 
la conduite de Votre Altesse Royale n'en doive etre d'autant plus re- 
guliere, et plus qiie vous serez eleve, et plus que Votre Altesse Royale 
aura besoin de l'assistance . . . ') et de conseil desinteresse d'honnetes 
gens et fideles serviteurs du Roi. Menagez la sante que Dieu vous 
a donnee et qui ne parait pas des plus robustes, et comptez que c'est 
un den precieux qui est compte entre les plus grandes benedictions 
dont Dieu nous peut gratifier. 

Pour des nouvelles, je ne sais autre chose sinon que Seckendorff 
sera ici demain au soir*), et j'envoie a Votre Altesse Royale une lettre 



1) l)a§ I)cuttge ©outernementggebäitbe on bcr <Bä}lD%hxMt. 

2) 3llei-anber §evmann 9ieid)lgrof 0. SBortenäleben, ©ouüemeur öon Söitün. 

3) §eute ^alai§ ber SJoijerin ^riebric^. ^ßgl. ^reu§, griebric^l heä ©rofeen ^uqtn'o 
uttb S^ronbefteigung, SSerlin 1840, ©. 165. 166. 

4) ®eneral=Dber^ginanä S?riege§* unb ®omäiten»S)irectorium. 

5) gn ber SSorlage: afin. 6) Qn ber SSorloge: mourerois. 
7) Sude in bec SJorloge. 8) SSgl. ©. 17 Slnm. 1. 



24 'i^viefipcdiiel be^ .stvoiipniijcn 3"i''cbrid) mit ©ntmbfolü. 

de l'lotlio ' , luon Iteaii-tils, oü eile vcrra cc qu'il dit du duc de Lor- 
raiiic. Coiimie Votie Altesse Royale a temoigue jadis quelque beute 
lumr 111011 iievcu, j'cuvoie aussi uue lettre de luoii uevcu^) de Vienne. 
Ce tiui ferait la fortime d'uu aiitre, a eause sa disgrace, et, malgre 
mou eredit pieteiidu, je vois que le Uoi distiugue de jour eii jour 
les uiieus cu mal, [preuve]^) Ic refiis qu"!! m'a fait de doiiiier une coin- 
paguie a Flemmiug '] ä Stettin, cu le cüuliuant ä Gucldre, et, pour 
lua personue, eile sait qu'il m'a retuse uu i)ret de 4 pour-ceut lä oü 
il eu a pret^cj au capiitaiue] Köseler ä li pour-ceiit. Mais tout eela ne 
doit pas rebuter uu cieur bieu fait, et eomme ma eoursc ne peut 
aller fort loiu, il faut satteudre a des recompeuses plus reelles et 
durables. 

Je compte que le duc de Lorraine sera ici k Berlin le 19, et Dieu 
veuille que Votre Altesse lioyale se porte bleu; car ce s6jour sera 
l)leiu de fatigues. Des que öeckeudorlf sera arrive, on rcglera les 
jouruees, ayaut dejä fait uu plau sur ce sujet. Au reste, mille remer- 
ciments, Monseigneur, de votre gracieuse lettre, trop heureux qu'elle 
veut j)rendre quelque part ä ma saute assez delicate et sujette ä des 
accideuts tres critiques, mais qui se releve aussi facilement et qui 
serait assez bonue, si le travail contiuuel de la tete ne raflfaiblissait, 
d'ailleurs, fort sensible aux moindres cbagrius et encore plus pour 
ceux d'autres que de miens. Ma femme est trop beureuse d'avoir pu 
euvoyer quelque chose qui ragoüte Votre Altesse Koyale, et je n'ose 
pas dire tout ce que Votre Altesse Royale dit d'obligeant ä madame 
de Marschall, car eile regarderait toutes les autres femelies de [mepris]''), 
et j'ai assez de peine ä hü rabattre de temps eu temps le caquet. 
Dailleurs, eile a iutiuimeut de Tesprit et se dit de Votre Altesse 
lioyale la bleu humble et vive servante. Je n'entends mot de la jeune 
Margrave«), je laverai la tete k ma carogne de niece ...'). La Reine 

\) ©eorg Dtto (fbier ö. ^lotljo, (i)e{)eimer Miicgürall), Stifti-stiauptmann tion £lueblin= 
bürg, oennäl)It mit üouii'e '"^Ubcrtiue ü. (yrumbfom, brittcn XocI}ter bei? (^eneral^. 

2j ©in 'Jceffe ©rumbtoiu^ bemarb fic^ um eine (£ompognie im foijerlic^en §eere iinb 
fiel im Xürfcntriegc öon 17.(8 a(ö Dbvii'tiüacl)tmei[ter im iJiegimeiit SaBüi)eu. Ü5gl. ^iJrfter, 
bie ^öfe unb (iabiuette (Europas "iit. I, Urtuubeubud) S. i'-i's. (^Jenealogijc^er Vlrd)it)ariug 
I7;j^, 6. 391. 

3j 3" ber aSorlage eine üücte. 

4) @raf griebric^ ö. gtemmtng, üermä^It mit Carotine Sotj^mw ö. GintinbfoJD, 
öicrten Xoc^tcr beö ®eneratö. 5ygl. @eneologi)d)=t)iftoriic^e ^tadjridjtcu X, 991, 

5j ^n ber SSorlage eine Üürfe. 

ü; Sßil^elmine Don iöaireut^, rociter unten olä kMargravine unb la Princesae Royale 
bejeic^net. 

7) i^iide in ber 58orlage. Über ®rumbfon)£i !d^id}te, .'oofbame ber SJforfgräfin 3BiI' 
^elmine, 173b mit einem Jreiljerrn ö. ^-öeuft öermätjü, ögl. Memoires de la Margrave 



1732, 3.-5. JJebruar. 25 

m'a fait clire \[rdv le bostangi-bacha ') que le Koi souhaitait que la 
Margravine fit ses coucbes ici, mais qu'elle soubaitait fort que cela 
ne se fit pas. Öl, d'ailleurs, le Koi liii faisait uu bou parti a la 
Princesse Royale, je ne «ais pouiquoi cela ue sc devrait, car le Koi 
aime tendrement la Princesse Koyale, et je crois que ce serait uue 
agreablc compaguie pour Votre Altesse Koyale. Mais comme tout 
ceci est fort eloigne, j'aurai le temps de digerer cela avec Votre 
Altesse Koyale. Mou mal de tete epouvautable m'oblige de linir, eu 
assurant Votre Altesse Royale que je ne cesserai, tant que etc. 
9iacf) 5lbj(^iift Don ®rumbfolt)§ (Secretär. 



15. 

^er Äronpring an ©rumbfoiu. 

A Cüstrin, ce 5 de fevrier 1732. 

Monsieur mou tres cber ami. Je vous ai mille obligations des 
bonnes nouvelles que vous me donnez, et pour ne vous poiut rester 
eu reste, vous saurez que le Roi m'a envoye uue estafette cette nuit 
pass6e; Wolden m'est venu reveiller ä onze beures^). La lettre du Roi 
ctait fort gracieuse, mais il y avait l'article de la princesse de Beveru 
maudite. J'ai repondu en toute soumissiou •'), et j'ai dit que le Koi 
verrait en tout mon obeissance et que, comme il avait trouve ä propos 
que je visse cette vilaine creature, il pourrait juger alors lui-meme si 
eile me convieut ou non, et que, du reste, je ne manquerai pas ä 
obeir ä ses ordres. J'ai toujours voulu me distinguer par l'epee et 
n'obtenir du Roi aucune gräce que par ce moyen, et a present j'en 

aurai Tobligation au f Je plaius cette pauvre personue, car 

ce sera une princesse de plus malheureuse dans le monde. Suivons, 
suivous toujours notre destinee, car personne ne peut changer les re- 
solutions que Dieu a roulees de toute eternite dans sa sagesse et sa 
toute-science. Vouloir s'y opposer, ce serait etre ridicule et vouloir 
nager contre le torrent. Vous pouvez juger, selon nies sentiments, 
dans quelle consternation cette lettre m'a jete; il me faudra encore 
du temps, pour m'en remettre. Je suis ravi que je ne paraitrai qu'a 



de Baireuth, Brunswick 1845, II, 51. 272. (Euvres XXVII, a, 24. 50. 57. Sie 
SJlorfgräfin \aQt üon xi)x: »Cette fille etait dröle comme un cotFre, eile avait herite 
la mechante langue de son oncle« etc. 

1) ®ie 33eäiel)ung ift nic^t erfennbar. 

2) Sßgt. ben ^^eridjt äöolben^ an ben Ä'önig, 5. gebruor. $reuB, Urfunbenbu^ II, 206. 

3) 5)er Sörief liegt nid)! Oor. 



2p "J^vicftticd)jct bc§ .^rottpriiijcn (vriebric^ mit (Snimbfo»». 

Berlin; le thöatre est i>lus vaste, et par couscqncut eii cela plus 
eoimiuule. La lettre de votre ueveu marqiie des scutimcuts qui iie 
denicntent pas leur onele, pour celle de votre bcau-fils, je trouve 
qii'il parle trop de soi et pas assez des autres. S'il vous plait, faites 
hicn Ines ooniplinients n madamc votre (^pousc et dites-lui quo sans 
])(iulets je savais aussi peiiscr a eile. 

A iirescnt cutrous daus iios petites affaires, oü je vous prie, si 
faire se peut, de recominauder Hanf) auprös du Koi, (]ui lui sert 
saus peusiou dcpuis, je erois, deuxaus; corame l'etat general s'cnvoie, 
j"es])ere que la ebose sera plutöt faisable. Que je me suis repenti, 
Monsieur, de n'avoir pas suivi le bon conseil que vous nie donnätes 
au sujet de la poösie. 11 n'y a rien qui mettc un frcin ä un poete 
en fureur. Dcis que nia Verve se rövcillc au dedans de la calotte, 
il taut rimcr. Keprösentez-vous, Monsieur, un acces de fi6vre oü, 
pendant que vous avez le froid, vous tremblerez par force aupres 
dim grand et vaste foyer. Je vous assure que c'en est de merae 
avec la poetique; je trouve un si grand plaisir a pouvoir rimer une 
maxinie dans les etroites bornes de la scansion, ou dans mon humeur 
eaustifiuc de pouvoir d'une i)lume niordantc epaucher tout mon fiel 
sur Ic ])aj)ier. Je vous envoie eufin, Monsieur, cet ouvrage avec le- 
(jucl je vous ai menace si longteraps^). Si le commencement vous en- 
nuie, sautez, jusques ä quelques derniers vers, oü je vous prie de 
faire müre reflexion, et pour ne vous point cboquer, lisez-les en prose 
et soyez persuade qu'avee de tels sentimeuts et une vive reconnais- 
sance je serai toujours avec beaucoup d'estime, mon bon et cber ami, 
votre parfait ami et serviteur Frideric. 

Tiad) ber eigenliänbigcn Urjc^rift. 

16. 
®er Äronprinj on @rumb!on). 

A Cüstrin, ce 9 de fövrier 1732. 

Monsieur mon trös cber ami. Votre lettre m'a 6t6 fort bien rendue, 
et je vous assure que je me sens tout le pencbant du monde ä suivre 
V08 avis. Je les trouve fort justes et les seuls que je peux suivre; 
niais, Monsieur, afin que nous agissions de conccrt, je vous aver- 
tirai que le Roi m'a (icrit avec ces termes sur le temps de la con- 
sommation de ce mariage : die Hochtzeit wirt zu körnenden Winter noch 

1) ©corg G^riftopf) .tianff, Sriegg* unb ®omättenrat^ bei ber ßüftritiet Ji'ommer. 
2; 9?gl. ben 9ln^ang A. 



1732, 5.-9. gebruar. 27 

nicht nein können. Nous avous doiic du temps midtum^ et puurvu que 
je conserve le ßoi dans des dispositions im peu favorables, je suis 
coutent. Mon Dieu, si ce Prince veut, il fera de moi ce qu'il voudra, 
et je suis capable de gaiete de coeur de me rendre malbeureux pour 
le reste de mes jours, couteut si pour salairc je regois quelque bouue 
parole. Vous raisonuez fort juste sur le sujet de luu Duleiuee. Le 
bonheur ue consiste Jamals daus relevation du rang, et princii)ale- 
meut dans le mariage uu paysau qui s'aime d'uu amour mutuel avee 
sa obere compague, est plus beureux que Ics plus grauds priuees qui 
vivent en divorce. Si je pouvais me marier par procuratiou, et que 
ce procureur restät mari, cependant toujours muni de mes cr^ditiis, 
que je me trouverais heureux! Je commeuce ä suivre l'idee de Ucs- 
cartes '), qui disait, pour ne poiut deranger ses atomes, qu'il y avait 
une parfaite egalite de mouvemeuts daus le moude, et (ßie par lä 
l'on ne faisait que pousser les inüniment petits, sans pourtant que 
Ton eüt besoin du vide; car ce qui le serait sans cela, est toujours 
occupe par uu mouvement egal: a preseut donc que je repose de mes 
travaux, vous ne m'ecrivez jamais, Monsieur, qu'ä la fin de la lettre vous 
n'ayez pas dejä un pied dans la cbaise. J'ai un peu jure de votre 
voyage present; car je vous envoie des truites que j'aurais bien sou- 
haite voir initiees dans votre corps. Aussi n'aurez-vous pas le 
plaisir de voir mon Ultimatum, que j'ai adresse au saint caustique 
de votre sanbedrin^). J'avoue que je n'ai pu m'empecber de lücber 
une petite pointe a nos agrestes, qui, a ce que j'esp^re, aurout la 
forme si enfoncee dans la matiöre qu'ils n'y comprendront rien. 

Je vous remercie d'avance, mon cber General, de la lettre que 
je recevrai a votre retour; j'espere que je pourrai vous en remercier 
en persouue demain ou apres-demain en 8 '^] , comme le ßoi le mande, 
et vous assurer de vive voix que personne, mon cber general, ne 
vous a plus estime, ni n'a ete avec plus de consideratiou que je 
suis, Monsieur mon eher ami, votre parfaitement affectionne ami et 
serviteur Frideric. 

P. S. 
J'ai oublie que le ßoi m'a aussi promis de me faire voyager 
encore avant le mariage*). 

9?a^ ber eigenl)änbigen Urjc^rift. 



1) SSgl. Setter, ^riebrirf) ber ©rofee a(^ ^^ilofo^il), ^erliti 1886, ©. 19. 19G. 197. 

2) ®ie «esietjung ift ntd)t erfennOar. 3) 3Ujo 17. ober 18. Februar. 
4) S8gl. ^iergu görfter, griebric^ SBtl^etm I., III, 159. 



28 '-Bvicfrocdjjel bc«^ .sJroiipriujeit Jvrici'rtdj mit ®nnnbIoW. 

17. 

[Cüstrin] ce 1) do fovrier [1732]. 

Mon eher General. Vous sercz pcut-etrc surpris de rceevoir deux 
de lues lettre« eii un jour, niais je voulais vous i)ricr (luc, si une 
oecasiou favorablc sc rencoutre, de procurer la liberte et ii d'autres 
des geus (lui sont devcuus malheurcux pour ramour de moi, de quoi 
vivre. C'est mou devoir de m'iiiteresscr pour eux, et je ue pourrais 
Jamals etre eu repos, saus les savoir dölivres. Je prends pour im 
bon signe runiforme que l'ou fait faire pour le rögiment anouyme; 
c'est une marque que mes p6cb6s me sont pardounes veritablement. 

Si vous savez un bou cuisinier, je vous prie de lui inspirer 
patieuce; car des que je serai sorti de l'appendice de mon exil, 
j'esi)cre que le l^oi m'accordera ce changement. Je vous prie aussi 
de faire mes respects a la Keine et mes comp[liment8] ä Sec[kendorflF], 
et de croire, au reste, que je suis tout ü vous F. 

liiQC^ ber eigenl^änbtgen Urjc^rift. 

18. 

^cr itrouprinj an ®rum&!ott). 

Cüstrin, ce 11 fevrier 1732. 

Mon tres eher General et arai. J'ai ete cbarme d'appreudre par 
votre lettre que mes affaires sont sur un si bon pied, et vous 
pouvez compter que, souple ä suivre vos avis, je me preterai a tout 
ce que je pourrai, et, pourvu que je sois capable de m'assurer, par 
mon (tbeissance, les gräces du Roi, je ferai tout ce qui sera en mon 
])Ouvoir, mais cependant, en faisant mes Conventions avec le duc 
de Beveni') que le corpus delicti seit 61ev6 chez la grand'mßre^). 
Car j'aime mieux etre cocu ou ä servir sur la fontange altiere de ma 
future que d'avoir une bete qui me fera enrager par des sottises et 
que j'aurais honte de produire. Je vous prie de travailler a cette 
affaire, car, quand on hait tant que je fais les höroines des romans, 
alors ou craint les vertus farouches, et j'aimerais micux la plus grande 
]) de Berlin qu'uue devote qui aura une demi-douzaine de 



1, .t>erjog gcrbinanb Stlbre^t üon 93rounj(^roeig*S8eöern, SBoter ber ^prinäcjfin ®IU 
jabet^ C£^n[tine. 

2, (S^riftine Üuijc, geborene ^.^rtnjejfin bon Dttingen, ©ematjltn be§ .^»eräogg iJubWig 
JRuboIf üon 'Sraunicf)tt)eig=2öolfenbüttel. 



1732, 9.— 11. gebruar. 29 

cagots ä ses trousses. Ö'il y avait ciicore nioyeii de la rendre lefur- 
mee, mais j'en doute; j'insisterai absolument qu'clle soit elevee chez 
la grand'mere, et si vous pouvez y contiibuer, mon eher anii, je 
suis persuad6 que vous le ferez. Cela m'a un peu afHigö ([ue le 
Roi est encore en doute a mon sujet, lui temoignaiit raon obeissance 
daiis une chose qui est diametralement 'opposee ä mes idees. Avcc 
quoi lui puis-je donc donner des demonstratioiis plus fortes, s'il 
veut douter toujours? J'aurais beau me donner au diable, cela sera 
toujours la chanson de ricoebet. Ne vous imaginez pas, je vous prie, 
que j'aille dcsobliger le Duc, la Duchesse ni sa fille, je sais trop ce 
que je leur dois, et je respecte trop leurs merites, pour ne pas garder 
les bornes les plus rigides de la bienscance, quaud meme je hairais 
eux et leur engeance comme la peste. 

J'espere bien que je pourrai vous parier ä coeur ouvert ä Berlin, 
je vous dirai ä vous seul tout ce que je pense, je suivrai vos avis, 
mais j'espere aussi que vous m'aiderez de votre credit, quoique je 
Sache bien que le valet de chambre de feu votre pere en avait 
autant que vous. Vous pouvez croire encore combien je suis embar- 
rasse, devant faire Vamoroso peut-etre sans l'etre, et de goüter ä une 
laideur muette, ne me fiant pas beaucoup au bon goüt du comte de 
Seckendorff sur ce chapitre. Monsieur, encore une fois, que Ton fasse 
appreudre ä cette Princesse VEcolc des maris et des femmes par coour, 
cela lui vaudra mieux que le Vrai Christianisme du feu Jean Arnd. 
Si encore eile voulait toujours danser sur un pied, apprendre la mu- 
sique, nota bene, et devenir plutöt trop libre que trop vertueusc, ah! 
alors, mon eher General, alors je me sentirais du penchant pour eile, 
et un ecervele ayant epouse une ecervelee, le couple serait accordant; 
mais si eile est stupide, naturellement je renoncerai ä eile et au diable! 
Tout dependra d'elle, et j'aimerais mieux epouser Mademoisellc Jette ^), 
Sans avantage et saus argent, que d'avoir une sötte princesse pour 
compagne. L'on dit qu'elle a une soeur qui du moins a le sens com- 
mun. Pourquoi prend-on l'ainee? la seconde vaut autant qu'elle, et 
peut-etre plus. Sapieuti sat. Le Roi peut bien voir cela d'un oeil 
egal, cela lui peut ctre parfaitement indifferent. II y a aussi la prin- 
cesse Christine 2) d'Eisenach, qui serait tout-ä-fait mon fait et dont 
je voudrais bien tater. Si faire se peut, cela vaudrait [mieux] que 
tout le Bevern du monde. Enfin, je viendrai bientöt dans vos contrees, 
oü peut-etre je dirai comme Cesar: Veni, vidi, cid. 



1) ©rmiibfort)^ Soc^ter. 58gr. nnicn sunt 1. TOai 1733. 

2) K|rtfttnnc 2öitf)elmine, geb. 3. September 1711. 



30 'i^vicfiiicctijol ^C'5 M'rpiipriii.uMi (^■^e^l•id^ mit (Sinimbfotri. 

•l'ai liaiHii la niatiere iudivisihle de nies lettres, et je vous röponds 
tjuclle n y rcntroia pas; e'ctait unc T)ourras(iuc niötapliysi(iue et une 
coniparaison poötiquc qui nie Tont iait cufauter ;i cot endroit de ma 
lettre. AujoiirdMiui, je suis eu fcte chez le sieur Koliwedell, k l'oc- 
casioii du dopart de ccs lieux; il y a un dr<Me assortinient de convi6s. 
Dicu sait quel eilet cela fcra. Notre folle Dobreffisky *) en sera 
aussi-). — — — — — — [Mais je ne pounai vous] cn donner 

des nouvclles qu'aprös l'issue. Sans cela, je vous prie, mon eher 
iröucral, de ne point croire que je sois si hochcicutsch et de prendre 
mal les bons conseils que vous nie donnez. Si vous me dcguisiez 
votre pensöe, alors je ne vous prendrais pas pour mon ami, car la 
faussetc marque une grande haine pour ceux envers qui on la met 
en usage. Je vous prie de rester toute ma vie sur le pied oft vous 
etes et de dire: un cbat est un cliat, et Rolet est un fripon^). II ne 
faut point flatter, car l'esprit humain se flatte assez de soi-meme, et 
chacun a besoin d'un habile censeur qni soit fidele et sache vous 
convaincre de votre tort ou de vos irr^gularitös, et non en se ridant 
le front, mais en badinant. Je croirais etre au comble de mes f61i- 
cites, si nous pouvions voyager ensemble; si j'y peux contribucr, faites- 
moi, mon eher monsicur, le plaisir de me le dire; mais je crains 
trop que le Koi ait trop affaire de vous et qu'il ne puisse se passer 
de vos conseils. 

La lettre de Raireutb est fort interessante, et j'esp6re qu'au mois 
de septembre ma sceur rceouvrera sa premi6re santc. Si je voy[age], 
j'espere bien d'avoir . la consolation de la voir pour quinze jours ou 
trois semaines; je l'aime plus que ma vie, et par toutes les obeissances 
que j'aurai pour le Roi, j'espcl'e bien de mcriter cette recompense. 
Les divertissements du duc de Lorraine sont fort bien rcglcs; mais 
la cour fait trop peu, et Ton aurait bien pu donner deux bals ä la 
Cour. Que je serai ravi, mon G^nöral, de vous revoir et de parier ä 
ime personne dont je suis persuad6 qu'il est de mes amis! Je vous 
prie, Monsieur, rcste/.-lc toujours, vous nobligercz pas un ingrat, au 
contraire, unc personne qui se fait gloire de t6moigner sa reconnais- 
sance et qui n'a pas honte de reconnaitre un bienfait recu. La 
poste part. Adieu. Je suis ä vous comme le Pape au diable. Fridcric. 

Xie üon ber cigen^änbinen Urjc^rift fel)lenbe größere ei[te .'pölfte noc^ bcr 5lb= 
fc^rift im % u. Ä. .t)aul» <öo\-- unb ©taatg=9rrd)tt) ju SBien. 

1) Sic. 

2) 9?on ^icr ob liegt ber 93rief in ber eigenfiönbiflcn Urjcfirift öor; ba§ Singetlanimerte 
ober etwas 2t^nlicf)e« ift für ben Übergang jju ergän,^en. 

3; J'appelle un chat un chat, et Rolet un fripon. Boileau. 



1732, 11.— 18. Sebniar. 31 

19. 

2)er ^Ironprins an ©rumbfoio. 

A Ciistrin, ce 16 de fevrier 1732. 

Mon tr^s eher General. Je vous en croirais sur tout au monde, 
mon eher General, hormis sur le sujet des femmes, quoique je sache 
bien que vous les avez frequentees jadis. Je crois ncanmoins qu'une 
personne pour l'autre est plus heureuse preferablcmeut avec cette 
marehandise; pour ce qui regarde le reste, je persiste ferme dans 
mon sentimeut, et il faudrait etre grand philosophe pour me prouver 
qu'une fcmme coquette n'a pas beaucoup d'avance envers une devote ; 
enfin, Monsieur, si je me dois marier pour moi, il faut que ma femme 
soit Selon mon idee, ou bien jamais nous ne chasserons bien ensemble. 

La surdite et ce que vous m'ecrivez de mon pere, me chagrine 
veritablement, et c'est dans ces circonstances que mon cceur filial uc 
se dement jamais. Je l'aime veritablement, et, pourvu qu'il me traite 
un tant soit peu passablement, je serai peut-etre la personne qui lui 
sera la plus attachee; je n'ai qu'ä laisser agir la nature pour le lui 
temoigner, ce qui ne me douuera aucune peine, et n'aura pas un air 
gene non plus. 

Je crois la propbetie du Fischmarkt juste, car aujourd'hui j'ai 
re^u une fort bonne lettre du Roi dans laquelle il me mande qu'il 
me fera venir bientöt ä Berlin. Si vous avez occasion, je vous i)rierai 
de bien faire mes respects ä la Reine. Je suivrai, au reste, tous les 
avis de la lettre envoyee par estafette ä pied, qui sert de reponse ä 
Celle oü j'intercedais pour mon vieux monde. Au reste, Monsieur, 
je tächerai toujours de vous donner des preuves evidentes non seule- 
ment de ma reconnaissance, mais de l'estime et de la confiance par- 
faite que j'ai en vous, mou tres eher ami, etant, comme je suis, 
mon tres eher General, votre parfait ami et serviteur Frideric. 

^a6) ber eigenpubigen Urfdirift. 

20. 
®er ^ronpring on @rumb!ottJ. 

[Ciistrin, 18 fevrier 1732.] 
Mon tres eher General. J'ai parle ä M. Schulenburg*), et vous 
pouvez Ten croire sur tout ce qu'il vous dira de ma part. Encore 

1) ®raf Slbolf griebri^ öon ber ©d^ulenburg, ©enerolmojor, Efjef be§ JRegiment^ 
©renabiere §u ^ferbe in SanbSberg an ber 2ßartf)e (i 10. Slpril 1741). (Sc^ulenburg 
reifte am IS. g-cbruar öon ^üftrin nac^ aSevttn. SSgf. g-orfter II F, 65—74. 



32 "J^rieftrcdiiel bc;« Ä'rpnprinicn griebricf) mit OhuiiibfcttJ. 

un eoup. Monsieur; si la Princci^sc n'ost piis agrcable et qu'elle est 
sötte . je 110 la preiulrai jaiuais; et si l"on sc mcttait sur la tete, 
l\>ii n' eil vieiulra pas ä boiit. C'ar je ne vcux pas nie reudre 
niallieureiix pour toujoiirs. Je ne rcfusc point Ic manage cn gros; 
niais (hl nioiiis qiie je puissc prcndrc la princessc d'Eiscnaeh ou la 
saMir') de oclle quc Ton nie vcnt cliarger. Ma s<uur dans son arrct 
a eu le clidix de trois princcs, et Ton mc vent forecr cn favcur 
d'nnc scule princesse: ce proccdö 8era toujours blamc. Faites donc, 
je v»tus prie pour rainour des plaies de J6sus Christ, quc Ton ne 
nie foree pas sur une personne; mais si Ton vcut mc marier, je 
donnerai raa main aujourd'hni a la princesse d'Eisenach, Christiane. 
Apr6s tont, un p6re jicut dire a un fils: >Je ne venx pas quo vous 
ayez cellc-l.\«, mais il ne pcut le forcer sur iinc ])crsonnc; et au 
licu quc le Roi croit par liY s'assurer de moi, il n'cn sera Jamals 
rien, si Ton ne mc donne une femme que je puisse aimer. 

Voila en peu de mots ce que j'ai i\ vous dire, Monsieur. Je 
n'ai pu le faire par la poste. Vous me connaissez et vous m'avez 
vu, je crois, dans des cas oii j'ai tömoigne peut-ctre trop de fermetö: 
cufin j'aime mieux mourir que de marier ä contre-coeur, et ni forcc 
ni nienace ni intcrct, rien ne mc peut porter ä faire une chose qui 
serait le malheur de ma vie et pcut-ctrc ma pcrdition ötcrnellc. 
Pensez-y bleu, Monsieur, et ajoutez aux obligations que je vous ai 
dejä, cellc de vous dcvoir ma fcUcitc tcmporellc et mon salut. Vous 
etes trop brave et honuctc hommc pour romettre, et vous avez le 
cfeur trop bon, pour voir nager une miserable pcrsonnc, sans la se- 
courir. .Je nc mcts fond quc sur Dicu, vous et ma fermetö, et je 
vous pric de croire quc personnc nc peut etre avec plus d'cstime et 
de consideration particulicre quc je suis, Monsieur mon trcs eher 
ami votre trcs affectionnö et parfait serviteur et ami 

Frideric P. R. 

52ocf) ber cigcn^änbi(]eu llrid)rift. 



•21. 

Xer Äronprinj an ©rumbfow. 

A Ciiatrin, ce iri de fevrier 1732. 

Mon trös eher ami. .Jugcz, mon eher General, si je dois avoir 
et6 fort charme de la dcscription quc vous mc faites de l'abominable 



1) ^riiijeffin ^uijc 2Imatic, geb. 20. 3onuor 1722. 



1732, 18.-19. ^ihxmv. 33 

objet de mes desirs. Pour Tamour de Dien, (jue Ion detrompe le 
Roi sur son sujet, et qu'il se ressouvienne bien qiie les sots, pour 
l'ordinaire, sont les plus tetus. Aussi il y a quelques mois qu'il ecri- 
vit une lettre ä Wolden') oü du moins il vouhit nie donner le ehoix 
de quelques princesses; je n'esp^re pas qu'il se donnera le dc^nicnti. 
Je m'en rapporte eutiörement ä la lettre que Scliulenburg vous don- 
nera 2), ear il n'est ni espoir de bien ni raison ni fortunc qui puisse 
mc faire ehanger de sentiment, et, mallicureux pour malheurcux, cela 
est egal. Que le Roi pense seulement qu'il ne se marie pas pour 
lui, et que c'est pour moi, et lui-meme il aura mille cbagrins de voir 
deux persounes qui se haissent, et le plus malheureux mariage du 
monde, d'entendre des plaintes mutuelles qui lui seront autant de re- 
proches d'avoir dresse l'instrument de notre joug. En bon cbretien, 
qu'il reflecbisse si cela est bien fait de vouloir forcer les gens, de 
causer des divorces et d'etre cause de tous les pecbes qu'un mariage 
mal assorti nous fait commettre. Je suis determine plutot a tout au 
monde, et puisque les cboses sont ainsi, vous pouvez faire savoir 
d'une certaiue facon au Duo, arrive ce qui peut: je ne la prendrai 
Jamals! J'ai ete malbeureux tonte raa vie, et je crois que c'est nion 
destin de le rester; il faut se patienter et prendre les temps comme 
ils viennent. Peut-etre qu'une fortune si subite qui suivrait tous les 
cbagrins dont j'ai fait profession, depuis que je suis au monde, 
m'aurait enorgueilli. Enfin, arrive ce qui veut, je n'ai rien ä me 
reprocber; j'ai assez subi pour un crime exagere, et je ne veux pas 
m'engager ä etendre mes cbagrins jusqu'aux temps futurs. J'ai encore 
des ressources, et un coup de pistolei peut me delivrer de mes cba- 
grins et de ma vie; je crois que le bon Dieu ne me damnerait pas 
pour cela et, ayant pitie de moi, en ecbange d'une vie miserable, 
m'accorderait le salnt. Voilä ä quoi le desespoir peut porter une 
jeune personne dont le sang n'est pas si rassis que celui d'un septua- 
genaire. Je me sens, Monsieur, et quand on bait autant que moi 
les voies de la force, notre sang bouillant nous porte toujours vers 
les extremites. 

J'approuve fort la Stafette de l'Empereur qui condamne la de- 
marcbe insensee de sa belle-S(tur'^). Quel ridicule cette femme ne 
se donne-t-elle pas dans le monde, qui rejaillit sur sa fille par 
consequent! S'il y a des honnetes gens dans le monde, ils doivent 
penser ä me sauver d'un pas le plus perilleux oü jamais j'ai et^. 



1) 25. gjtot 1731. Sei prfter III, 47. 2) 5Rr. 20. 

3) Stntoinettc 2tntalie üon Sraunjc^roeig^Seöern. 
flofer, aSiieftoec^fel griebriC^« beS ©rofeen. 



OA "i^ricftporfiiol bc'5 Mroiuni 11,^011 ,■^■vio^l•id1 mit ©nimbfott). 

Je me oonsume dans des \dvc^ iuelaucoli(iucs, et je ciaiiis bieii de 
ne pouvdir dissiimiler inon cha^-riu. Voila TcHat oii [je mc tiouve]*), 
luais il 110 nie tVia jaiuais cliaii^er ä votrc ögard, nion eher General, 
{•taut avoc niio part'aitc cstinic et tonte la consideration iraaginable, 
iiion frcs dior (Jcncral, vntre i)arraiteineiit attcctionnc ami et servitenr 

Fridcric. 

J'ai recjn nne lettre dn Koi on il parait bien eoilTc de la Prin- 
cesse, et je crois qnc je ponrrais eucorc linir la huitaine ici. Quand 
le preniier fen de rapprobation est passö, en la louant, l'on peut 
taire aperccvoir ses dcfauts an Koi. Mon Dien, u'a-t-il pas encore 
asscz vii ce «pic e'est (prun niariag'e mal assorti, nia scenr d'Ansbach 
et luonsieur sou inari, (pii sc liaisseut comiiie Ic fen? 11 en a mille 
chagrius tons les jonrs. Et, apres tont, si je dois vivre avec eile 
conime mari, il fant (pi'elle seit belle et que uous synipathisions 
d'hnmeur; sans cela, il est impossiblc qnc jamais je raimc. Et qnel 
bnt le Koi iuteutc-t-il i)ar lä? 81 c'est de s'assurer de moi, ce n'en 
est pas le moycu; madarac d'Eisenaeh ponrrait Ic faire, mais point 
nne bete, et, an coutraire, moralemcut il est impossiblc ji aimer 
l'autenr de notre mallienr. Le Koi est raisonnablc, et je suis per- 
suade qu'il corapreudra cela lui-meme; prevenons donc le malhenr ä 
teraps, afin qiic uous n'ayons pas lien de nous rcpentir de notre 
negligence ! 

9iocf) bcr cigcnljanbuicii Urjcf}nft. 

22. 

2Ö3o(ben2] an ©rumbfow. 

ä CÜBtrin, Ic 19 de f(&vner 1732. 

Monsienr. Comme j'ai toujonrs agi de coucert avec M. Hille, il 
e.«it venu chez moi ä S henres du matin pour mc montrer nne lettre de 
Votre Excellencc adresscc ä M. le general de Scünlcnburg, qui 6tait 
dejä parti pour Berlin depnis hier. Et comme nous jngeämes d'abord 
quMl y anrait quelque inclnse ponr le Prince Koyal, nous avons pris 
tous denx la resolution d'onvrir la lettre et d'en otcr ce qn'il s'y trou- 
verait pour M. Hillc ou pour moi. Pour notre satisfaction, nous y 
trouvämes nne pour Son Altesse Koyale et une autre ponr M. Hille, 
et ainsi Votrc f^xccllcnce n'attril)uera cc que nous avons fait, ä une 
curiosite mal plac(ic, au coutraire, eile approuvcra notre proc6de ä 

1) 3n ber SSorfogc eine Ündc. 2j SBgt. oben S. S 9(iiiii. 2. 



1732, 19.— 20. gebruar. 35 

cet egard, et nous avons doiinc ä la poste celle pour le comte de 
Schulenbnrg-. 

Au reste, le Prince Royal a lu et relu ccUc quc Voh"e Excellence 
lui a ccrite sur l'aflfaire dont il s'agit et qui est de la derniörc im- 
portanee pour lui. Ses raisonuements, que Votrc Excellence trouvera 
dans la reponse ci-jointe, sont fondes et trös valables, aussi prie-t-il 
Votre Excellence d'y reflecbir et d'enij)loyev tont son credit pour parcr 
ce coup qui parait trop fatal pour lui. II u'y a uul mal saus reinede, 
et, par cons^quent, je crois que Ton ponrrait bien remedier encore ii 
celui-ci. Selon toutes les apparences, il a une aversion pour la per- 
sonne en question, et si la conversation ou la connaissance personuellc 
ne fait quelque bon effet, on peut compter que la cbose ne se fera 
point. Le Prince Royal me communique toutes ses pensees lä-des- 
sus, cependant, je fais semblant de ne savoir rieu, dans les lettrcs 
que j'ecris au Roi, et dans celle que j'ai encore ecrite aujourd'bui par 
un estafetta ä Sa Majestö, je lui ai mande que le Prince Royal ctait 
fort inquiet et son esprit fort ag-ite, sans que j'en puisse comprendre 
la raison; car le Roi veut que toute la cbose soit un mystere. 

Dans la lettre d'aujourd'hui, le Roi ne nous a pas marque le 
jour de notre depart, ce qui me fait croirc que nous passerons encore 
cette semaine ici, et que nous n'arriverons qu'avec le duc de Lorraine 
ä Berlin, qui y est attendu ä la fiu de cette semaine. Je finis, etant 
de coeur et d'äme de Votre Excellence le tres bumblc et trcs obeissant 
serviteur Wolden. 

P. S. 
Depuis quelque temps, le Prince Royal parait fort porte pour la 
princesse d'Eisenach *), de laquelle on lui a fait un portrait fort avan- 
tageux. Cependant, je ne fais pas grand fond lä-dessus, car les grands 
seigneurs baissent et aiment gratuitement, sans savoir pourquoi. 

'ilaä) ber cigent)önbigcu Uvji^nft. 

23. 

©rumbfotü an bcii Kronprinzen. 

[Potsdam], ce 20 ievrier 1732. 

A la fin le Roi m'a parle avant-bier, me faisant promener avec 
lui dans le parc, et il me dit toutes les raisons de ce quil faisait 
par rapport au mariage en question, avec des raisons serieuses et si 
solides que je n'en puis pas disconvenir, d'autant plus qu'il me dit 

1) SSgl. oben ©. 29. 

3* 



35 ^riefwccfifef bf>J Jtronpriii.^en i^vicbvicl) mit (Mruntbfow. 

quo Votre Altcssc Koyalo lui iivnit rei)on(lu i\nQ. Votrc Altesse Royale 
(tböirait, niais qu'elle tlcmaiulait de voir la pcrsouue en question, ti 
quoi je pcrsistais beaucoup. II serait trop long de faire im rapport 
de cette eonversatioii, qiü demanderait plusienrs pajres. Les cinq 
points sur lesqncls j'insistais, lureiit: 1'' de iie vous pas presser ponr 
vous proniettre (rabord. mais de vous doiiner le temps de coiinaitrc la 
porsomie cn question; ce (jui fut aoeorde; 2» de uc pas presser Ic 
inariage; ce (pii fut aussi accordö; 3" de vous donner tonte sa con- 
(iauce et de vous considörcr, pas conimc sou tils, mais comme son 
anii. Le Roi dit: »S'il est tel que vous me le döpeignez, cela arri- 
vera snrement; mais je crains qne cela ne sora de duree. Pour moi, 
je comprcnds, dit-il, qu'il ne fant pas que nous soyons toujours eu- 
semblc, aussi il aura son mönage ä part, et ce sera alors quelque 
chose de nouveau pour nous, quand nous nous verrons«. 4^ J'ai pri6 
Ic Hoi de menager Votre Altesse Royale et de tont faire avec douceur; 
([ue par raisonnemcnt et douceur on faisait tont avec eile; ce que le 
Roi goüta aussi. 5** Que le Roi vous devait occuper et donner des 
occasions de voyager et de voir du monde; sur quoi le Roi me r^pondit 
que cela serait selon la conduite de Votre Altesse Royale. Enfin, 
mille autres particularites que je me r6serve de dire de bouche. 

Ce midi, avant que de se mettre i'i table, le Roi me dit: »Tenez, 
lisez!* Et c'etait une lettre de Votre Altcssc Royale oii eile consent 
ä tont Sans reserve'). Le Roi me dit: ->Qu'en dites-vous?« — Je dis: 
• Eh bien, Sire, que dites-vous de ce fils oböissant? que pouvez-[vous] 
demander davantage?« II me dit, les larmes aux yeux : »C'estlejour 
le ])lus beureux que j'ai gout6 de ma vie«, et il s'en alla avec le duc 
de Bevern^j et entra avec lui dans la chambre voisine, et ils s'em- 
brass^rent beaucoup. Je nai jamais vu le Roi si content, Nous 
allAmes l'apr^s-midi ä la maison hollandaise du parc, oü la Reine 
donna le cafe; il n'y avait que la Reine, la Duchesse^), la princesse 
Charlotte') et la princesse de Bevern, et j'avoue qu'elle a change 
beaucoup ä son avantage et que, plus qu'on la voit, et plus qu'on s'y 
accoutume et plus qu'on la trouve j(die et une couche de la grand'- 
m6re, et si l'embonpoint vient et la gorge, qui se montre dejä, alors 
eile sera appetissante. 

9?acf) ber ?(bjcf)rtft im Si. ii. St. öaug= .öof* unb ©toatg=9Ircf)iö p SBien. 



1) «gl. g. 37 5tnm. 1. 2, Sßgl. ©. 28 "(um. 1. ii 5ßg[. Q. 3.) 3(nm. 1. 

Aj $riiijejftn ^^ilippine G{)atIotte bon ^teu^eit, lochtet bcä .ftönigö. 



1732, 20.— 21. gcbruar. 37 

24. 

©rumbfotü an ben ^tvouprinsen. 

[Potsdam], 21 fevrier 1732. 

En m'eveilhiut je regois la belle lettre de Votre Altessc Royale 
qui me met hors de moi-raeine. Commeut! peudaiit qiie Votre Altesse 
Royale aceorde tout au Roi\\ eile parle eii desespere et vcut que je 
me fuurre^) dans des affaires qui me pourraieut couter ma tctc? Neu, 
Monseigneur, la cliemise m'est plus pres que le juste-au-corps, et 
puls que vous voulez faire le Dom Carlo>, je ue veux pas faire le conite 
de GrammoutV Vous etes daus une Situation brillante, eu passe de voir 
votre fortune changee de tout en tout, et nullemeut ])resse; et sans avoir 
vu la personne, voilä des resolutions desesperecs, des projets chinie- 
riques, impraticables. Pour moi, Dicu m'a donne assez de jugement 
pour voir les suites de tout cela, qui serout funestes ä Votre Altesse 
Koyale et ä tous ceux qui lui conseilleront en honnetes gens. Ce 
n'est pas mon Beruf; ce que j'en ai fait, cela a 6t6 par surabondance 
et par bonne Intention. Mais je ne suis pas oblige ä me perdre et 
ma pauvre famille, pour l'amour de Votre Altesse Royale, qui n est 
pas raou maitre, et lequel je vois qu'il court a sa perte. Je crains 
trop Dieu pour m'attaclier ä un Priuee qui se veut tuer, quand il 
n'eu a aucune raison. Que fera-t-il donc, si le bon Dieu l'afflige par 
des malheurs reels et sensibles? Enfin, Monseigneur, vous pouvez 
avoir tout l'esprit du monde, mais vous ne raisounez pas en bomme 
de bien et chretien, et hors de cela point de salut. 

Je ne dirai autre chose ä Votre Altesse Royale quelle n'a qu'ä se 
tranquilliser; le Duc et la Duchesse ont l'äme trop bien placee pour vous 
forcer ii sa Princesse, que je n'ai pas depeinte teile qu'elle est, par- 
ceque, quand on dit: >Ab, voilä une beaute«, on y trouve mille defauts. 
Cette Princesse, dis-je, ne sait pas un mot de son sort, je crois aussi 
qu'elle s'en ira comme eile est venue, sans chagrin. C'est ä Votre 
Altesse Royale ä demeler l'aflfaire avec le Roi son pere, ä qui eile 
a ecrit une lettre si positive dont je suis tombe des nues. Je 
plains de tout mon coeur la Reine, et, pour moi, eile me permettra 



1) Sfüftriu, 19. g-ebruor 1732. (Euvres XXVII, c, 5S. — S)en Sn^alt giebt 
ein $8eri^t ©ecfenborffö an htw ^.prinjen ©ugen, ^ot^bam, 23. gebvuar 1732 (bei görfter 
III, 79) ba^in lieber: „'iia'^ er ber itronprlns "iia^ %Qxixa\, ha^ ber itötiig öon bet 
^rinjeffin Don feuern madjtc, in ber Xfjat o(jo ftnbe; luenn e» aber auc^ nid)t märe, jo 
fönnte ber Honig bennoc^ öerfic^ert iein, txx'^ fid) ber ilronprinä in ollem nad) be^ Könige 
SKiüen fügen njürbe." 2) gn ber 33orIage: tourne. 

3) ©raf (Jgmont. 58gt. (Euvres XVI, 44 ?(nm. 



3S "^nciiucclijd ^l^^ STriMipviii^en ,■^■l•ic^l•icl) iitil L^h-iiinlifoiu. J 

I 

([ue je 1)1011110 trtis respcctucuseiucnt ooiige (rdlo. .le la scrvirai avec I 
mou saii^ daus tout cc (jui scra oouturmc au scrvicc du maitre et 
pour Ic vöritablo iutörct de Votre Altcssc Koyale; mais, de nie fourrcr 
cutre porc et lils, cjui ont des iiieliiiutions si ojiposees, je vois que 
c'est uuc eutroprisc (lui cassera lo ('(»1 ä rhouime le plus prevoyaut, 
et J^ me soiivioiidrai foujours de ce ([UC Ic Koi m'a dit a Wustci- 
bauscu. (piaiul olle ötait daiis le chatcau de CUstrin et que je voulais 
pieiidre soii partic: *Xcin Grumbkoiv^ denket an diese Stelle; Gott gebe, 
ddss ich nicht wahr rede! aber mei?i Sohn stirbt nicht eines natürlichen 
Todes, und Gott gebe, dass er nicht unter Henkers Hände komme li^^) 

J"ai tremi a ces paroles, et le Koi me les r6p6ta deux fois, et 
cela est vrai, ou Je ue veux jamais voir la face de Dicu, ni avoir I 
l>art au merite de notrc iSeigueur! 

Je cuinprends quaprßs tout ce que j'dcris, je perdrai les bounes 
gnvces de Votre Altesse Koyale. mais j'y suis tout preparö. Elle me 
liermettra que je me retire entiercment de ses affaires, je lui soubaite 
mille beuedictious, et je rei>audrai jusqu'a la derniere goutte de mou 
saug, si je pouvais empecbcr le malbcur que je prevois. Mais Sa- 
lomon^j dit: i>Ein verstündiger Matm siehet das Unglück und verbirgt 
sich, aber ein JXarr geht blindlings durch. '^ Et je crois qu'ajires avoir 
pass6 ciuquaute-trois aus, le röle du deruier ue me convieudrait pas. 
Le duc de Lorraiue sera ici samedi 3) ä midi, mardi au soir a Berlin, 



1) 'ißrinj Gugcn öon £QiiDi)cn jd)rteb an Scdenborff, SBicn, 23. SOiärj 1732: „9Uif 
Jtia» üor bcjperate Öcbonfen bcr SU'Ouprii^ njegcn jciuer 35crmäl)Iung aufiingücf) geratl)cn, 
äcigeu geniigjam jeine mit ©rumbfonj gcit)ed)jcltc 93riefe, bie im größten ÖJctjeim öcr* 
bleiben werben. ®e^ ®rumbton)5 ©t)rlid)feit \\i njoI)t nun gröf5tcntl)eiB bcr ©ac^c 
glüdlic^er 'iUuegang jujufc^reiben, obwoljten er meineig @ra(^tenä nad) beffer gctijan, bie 
in bem einen 33riefe enthaltenen beutidjcn 3i^orte au'3äulai'jcit." Scdenborff eriuiberte, 
Jöcrlin, 5. 3lpril: „.^abc id) bem ©rumbfoiü bie beutjdje Passage in )ctiiem gd^reiben 
ebenfalls reprochiret. 'i^a er jeboc^ jcinc ^-üriefc in ber ersten .^mI'c nbgctjen (öfet, ol)ne 
baß id) jolc^e ic^e, |o roar feine "jinbernng brin ju mad)cn; bod) i[t eine ©lüdjeligfeit, 
baß [ic^ bcr itronprinj wcnigftenä on^tellt, at^ ob be^ (yrnmbforo Jyrei^eit ju fprcd)en 
unb ju ^c^reibcn itjm nid}t snroiber." 2!er ^.prinj (Jugen fam inbefj nodjmalg, nnb 5tt)ar 
auf !öefeljl "bti .Haiicr6, auf ben !örief jurüd, SKien, 10. 9(pri(: „(£ro. CSfceücnä I)abe ic^ 
aug 3J)ro kaijerl. 9J2ajcftQt aller^ödjften ^efet)t annod) bci,yifügen, bafj, wie (£iu. (Jfcel= 
lenj gar rco^l jelbftcn begreifen, bafe ba? fdjarfe £d)rciben, fo (yrumbfotu lüegen ber 
^4iriniicifin oon ^eoern, beüor nod) ber itronprin,^ in ^^crlin angcfommen, an jelben qü-- 
gelaffcn, nic^t nur gegen OJrumbEom felbft, alö fonften mc^r anberc ÜSege (£m. (Sfcellcnä 
gefäl}rlic^e SsJirtung mit ber geit nac^ fid) ^ieljen bürfte, biefelbe bem ©eneral ©rumbfon) 
emfllic^ ^urcben, bamit er auf alle mögliche SCßeife fuc^e, bai? Schreiben in originali 
roiebcr5urürfpbefommen, wibrigcnfaÜ5 man au^ benen barin entljaltcnen bcntjd)en SBortcn 
über tur^ ober lang ^^tnlafj neljmcn fönnte, noc^ beä ilöniges Xob üorsuföenben, ber 
ftronprin^ tjabe gcjnjungener Steife unb ob ruotuiu inditis in bie ."peirat^ geroiUiget" 
u. j. w. Jörfter III, S9. 95. 102. 2) Eccles. XIV, Jü. 3j 23. Jebruor. 



1732, 21. gebruar. 39 

oü il y aura grand bal jusqu'au matin. Je crois que le Roi fera 
venir Votre Altesse Royale vers ce teraps-la, et je liii souhaite beau- 
coup de joie et un esprit rassis, beaueoup de jugement, point de pre- 
veutiou, et de prier Dien qu'il la conduise par soii esprit, saus quoi, 
eile fera la triste experience que tout uotre savoir nous mcue ä uotre 
perte; il faut que nous soyons conduits })ar la craiiite de Dieu. Ce 
sont les seutimeuts daus lesquels je mourrai, etaut tr6s respectueuse- 
uient et siueeremeut etc. 

9?oc^ ber \!ll)jd)rift int ist. u. il\ .s:iou'5= ^lof^ uub Stflatg=?lrd)it) ju Sien. 



©rumbfom an §tllc'). 

[Potsdam, 21 fevrier 1732.] 
Soli. Plus que je reflechis sur le earaet^re du Priuee Royal, 
et plus je le trouve daugereux. Je u'ai jamais vu une lettre si posi- 
tive que Celle qu'il ecrit au Roi pour Tassurer que, sans Opposition 
ni difficulte, il epousera la Princesse; et ä moi 11 öcrit tout le con- 
traire et me fait mille propositions extravagantes, sans ne toucber un 
mot de la lettre qu'il a ecrite au Roi, de sorte que, si j'avais ete 
assez dupe de donner dans ses raisons, je me serais cass^ le cou, 
sans rien effectuer. On voit le peu de jugement que ce jeune Prince 
a, et qu"il dounera du uez eu terre, sans misericorde; et je rae tien- 
drai diablement ä la large, n'etant pas assez flatteur pour donner 
dans ses passions, ni double pour en imposer le Roi. Je crois que 
jamais les cboses n'ont ete dans une teile crise, ni qu'on aura vu plus 
diutrigues. Je suis ete. 

Je crois que je serai dorenavant fort mal dans le bel-esprit 
royal. 

9iac^ ^bfdjrift üon @rumb!ott)§ ©ecretät. 

26. 

©runtbtotu an S23o(ben. 

Potsdam, ce 21 fevrier 17322). 
J'espere que vous aurez vu celle que je me suis doune l'honneur 
d'ecrire au Prince Royal ce matin 3), et j'avoue que je suis fort sur- 
pris du contenu de la votre du 19, qui accompagne celle du Prince 

1) «g(. oben S. 13 5(nm. 5. 

2) ^n ber ^ßortage üerfc^rieben: 22 fevrier. 3) 9lr. 24. 



40 '^riefiüCibiel bcii Sli-onpriuscn Jvvicbrtd) mit ©tunibfoiu. 

Royal, du 1'.'. .lo vous avouc qiic je voiis crovaii^ de mes amis, niais 
lo style dont eile est eoni^'ue, me i)arait fort contradictoire. Commeut, 
Mousieur! le Piinee Koyal t^erit hier uiie lettre au Koi oü il se soumet 
eu tont au Koi, et que, la Priucesse quaud meuie u'iitait pas belle, il 
ferait tont ce qui plairait au Koi; et vous avez la beute de me dire 
(|ue je trouverais los raisous du l'riuce Koyal valables et raisonnablet^, 
et (jue je dois employer tout uutu credit pour parer ce coup, ■ c'est-ä,- 
dire romiirc en visiere au Koi, passer daus sou esprit pour uu iutri- 
i;aut et uu traitre, et duuuer uu demeuti ä la i)ropre lettre du l'riuce 
Koyal, que le Koi garde soigueusemeut? C'est ä uu hemme aussi 
delie que Mousieur de Woldeu que je laisserai cctte commissiou, et 
je u'ai i)as assez d'esi)rit pour me faire couper la tete de bouue gräce 
et me faire rouer de saug-froid: je laisse cet heroisuie a vous autres, 
et preuds trcs humblemeut cougö du couveut. Je crois que votre 
estafette a eu sou eilet, car le Roi a (^te fort i)cusif aujourd'hui, et 
j'espere que vous ferez si bieu que uous verrous reuaitre les vieilles 
sc^ues. 

Si je n'ai pas loue la priucesse de Beveru, c'etait afiu que le 
Priuce Koyal la trouvät plus jolie, et je repouds de raa vie que, si 
le Priuce voyait la ])riucesse d'Eiseuacb, belle couime ou me Ta de- 
peiute, c'est-ä-dire orgueilleuse et uuUemeut d'esprit, qu'il pröferait 
cette jeuue persouue, qui se fera de jour eu jour. Mais ce ue sout 
pas mes allaires. La matiöre devieut trop delicate, et je veux ab- 
solumeut me retirer de tout cela. Je vois uue malediction d6clar6e 
sur la maisou, dout les eflfets ne peuvent mauquer, et je veux me 
tcnir ä uiou Directoire^), et les autres u'ont qu'a dömeler la fusöe, 
car ce deruier coup raouvre les yeux. Üu ecrit uue lettre positive 
au Koi, et puis uu autre doit se mettre ä la breche et risquer vie 
et houueur, pour ue rieu eftcctuer que de jeter celui qui veut bieu 
avoir la boutc de remjdoyer, daus le deruier des malheurs. Que 
Sou Altesse Koyale epouse madame d'Eiseuach ou la V6nus la plus 
parfaite, tout eela m'est la meme chose. Je vous supplie pour toute 
gräce d'oublier que uous uous soyous jamais ecrit, et de disposer 
.Sou Altesse Koyale de urouijlier totaleuieut; je u'aurai jjas moius de 
zele ni de ferveur pour les iuterets de la maisou, et taut que mon 
iiiaitre vivra, je le servirai avec le deruier zele et avec fidelitö, fussö- 
je persuade qu'il mourrait daus huit jours d"ici. Je ne suis pas fait 
pour soufüer froid et chaud, et je vous prie d'etre persuade que je 
suis etc. 



1} 3ll3 (5^ef beä elften ^leparteinentö im öeuevol^Xirectorium. 



1732, 21. -22. geSruar. 41 

Daus le moment ou rae fait dire que le Uoi a mal passe la uuit 
et qu'il a mal k son pied gauehe. Comme apparemment vous viendrez 
bientot a Berlin, je crois qu'il sera superfiu de repoudre ä cette lettre, 
et le moins qu'on se pourra voir ä Berlin, sera le mieux, car je ue 
veux absolumeut pas me mettre entre pere et fils. Je me suis assez 
expose, il est temps de songer a sa propre conservation ; ce qui est 
dans l'ordre, permis devaut Dieu et les bommes, d'autant jdus que 
je ne suis pas appele ä cela, et je ne me repens que trup de ce que 
mon bon coeur et mes bonnes iutentious m'ont expose de perdre les 
bonnes gräces d'un Prince qui aura du bon, si le bon üieu le fixe 
et lui donue plus d'annees et eucore quelques malbeur.s, car je crois 
qu'il eu abusera moins que de trop de bouue fortune. 

Grand Dieu! quand je songe qu'un bomme parle de se donner 
un coup de pistolet, sans avoir vu ni examine un sujet dont les 
suites sout si eloignees; quand je songe qu'il ecrit une lettre positive 
ä son pere, et qu'ä moi il parle d'extremites epouvantables, sans 
m'alleguer un seul expedient: comment avec bonneur s'employer pour 
lui, ou lui etre utile! Non, cela me surpasse sans rabat, et Dieu me 
fera la gräce de n'y plus me fourrer. Ui m literis. 

. ■Jia^ 2lbfcf)nft bon GJtumbforoi Secretär. 



27. 

2)er ^ronprinj au ©rumbfotü. 

ä Cüstrin, ce 22 fevrier 1732. 

Monsieur. J'ai ete fort fäcbe de voir que vous interpretiez si 
mal la confiance que j'ai eue en vous, et que vous condamniez les 
gens, sans entendre. Je le prends pour un signe assure que vous 
vous etiez toujours mefie de moi, quoique je vous ai donne des 
preuves assez fortes que vous n'en aviez pas lieu. Qu'ai-je donc dit 
qui merite que l'on rompe d'une maniere si precipitee avec moi? 
Est-ce peut-etre que je ne voulais pas me laisser forcer ä un mariage 
qui, Selon votre description, m'est contraire? II y a-t-il quelque 
cbose de deraisounable a cela? Mais l'on m'oppose que je me suis 
engage avec le Roi. J'en appelle a vous, Monsieur, si c'est s'eugager 
que d'ecrire que je conserverais toute ma vie Tbumble obeissance 
que je devais aux ordres du Roi, que je lui montrerais en toute 
chose ma soumission aveugle, mais, mais qu'il fallait voir l'objet. 
Que vouliez-vous que je dise autrement? Ne sont-ce pas des cboses 
que je lui dis toujours? Devais-je m'opposer aux volontes du Roi, 



42 löricjrocc^icl bcö .sfvoupvin.^cii ('^■l■io^ricll mit lyntmbfoui. 

sjius avoir vii la pcrsoune? Ccla scrait deraisoimable. Mais si eile 
ue me plait poiut, je dtimelcrai cctto t'us6c avcc Ic Roi, et il est 
trop juste pour mc reiidre lualheuieux ;Y toujours. Dieu le pardouuc 
a ooux (pii mont eiubroiiille cette atVaire, car tont Ic mal qui cu 
p«iuna itarvenir, rctomhoia sur Icurs couscieucca. Je iie couuais 
pdint, .Mouijioiir, eiitre le Uoi et luoi des iuterets dillereuts; uous avous 
les uiemcs, et qui scrt le Koi, nie sert, et qui me sert, sert le Roi. 
Des quo je saurai les laisous ([ue le Koi a et que vous avez trouve 
valables, je suis persuade (jue peut-etrc elles me ferout cbanger d'avis. 
Tonjours j'eu agirai de ta^'ou que je n'aurai rien a me reprocbcr, ui 
devaiit Dieu, le Koi, ni moi-meme. J'ai ete sensible que, Mousieur, 
vous ue voulez plus massister de vos couseils, mais ce qui me con- 
sole, c'est que je ue vous ai pas offeusö. Voilä, Mousieur, tuut ce 
que jai a vous dire; je n'eu serai pas pourtant avec moins d'estime 
qu'aupaiavant, Mousieur le Geueral, votre affectionu6 ami et serviteur 

Frideric. 

lUadj bcr eigcul)änbigcu Urjdjrift. 

28. 
fflSoIbcu au ©rumbfow. 

il Ciibtrin, le 2'.i de fcvrier 1732. 

Mousieur. Quoique nous attcndious ä tout moment un estafetta 
et uu ordre de uous reudre ä Berlin, je n'ai pas pourtant voulu lais- 
ser partir la poste d'aujourd'bui, saus marquer ä Votre Excellence 
que l'esprit du Prince Royal est terriblement agite, pour ue poiut 
dire derauge, ä cause de la lettre que Votre Excellence lui a ecrite 
bier. II ue sait absolument poiut ä quoi attribuer le plan que Votre 
Excellence s'est fait d'abandonner sa personne et de renoncer k ses 
iuterets, d'autaut plus qu'il a mis toute sa confiance en ses avis et 
bona couseils, dout il s'est fait uu plau de les suivre exactement, s'eu 
6tant toujours bleu trouvci. 

Eu etfet, le Prince Royal peut avoir tort en bien des choses, 
aussi ne veux-je pas prendre son parti contre Votre Excellence; mais, 
j)ar rapport ä la derniere lettre, son Intention n'a pas et6 si crimi- 
nelle comme Votre Excellence l'interpr^te. 11 est bien vrai que la 
lettre du Roi et celle de Votre Excellence sc contredisent, mais, dans 
la premiere, il n'a eu aucun autre but que de temporiser, pour ne 
point ofleuser le Roi, croyant qu'en gagnant du temps et qu'en voyant 
la personne en question, l'on pourrait trouver quelque öcbappatoire 
pour faire echouer toute l'atfaire. Dans celle de Votre Excellence, 



1732, 22.— 23.v^e6ruar. 43 

il a parle a cceur ouvert, daus l'espörance qii'clle troiiverait uu mo- 
ment favorable pour represeuter la chose au Roi, comme eile a deja 
fait, et pour obtenir que les fian^ailles ne fussent pas press^es, et 
eneore moins le mariage, pour lequcl il est nullement porte. Keau- 
moins il se mariera pour faire plaisir au Roi, moyeunaut qu'ou lui 
laisse taut soit peu de liberte pour pouvoir cboisir une personue sclou 
sa fautaisie et sou bumeur. 

Enfin, si le bon Dieu veut que le mariage se fasse, il otera bleu 
tous les obstacles et fera eu Sorte que les bumeurs sympatbisent et 
que l'inelinatiou mutuelle se trouve, ä quoi le commerce et la cou- 
versation peut contribuer beaucoup; au lieu que, si l'ou veut forcer 
les personnes de part et d'autre, Ton ne fera qu'augmcuter l'aversiou 
naturelle, cbose dont on ne se peut promettre que des suites tres 
funestes. Outre cela, la sympatbie et l'egalite des bumeurs fait quasi 
le tout en fait de mariage, et, quand eile ne se trouve pas, l'ou a 
beau alleguer les merites et l'esprit d'une personne, le mariage sera 
toujours malbeureux et mal assorti. Je supplie donc Votre Excellence 
de cbanger de sentiments ii cet egard et de continuer de meme 
quelle a commence. J'espere aussi qu'elle sera contente de l'apo- 
logie du Prince Royal. Toute la grace que je demande ä Votre Ex- 
cellence, c'est de me menager dans cette affaire et de bruler cette 
lettre aussitot qu'elle l'aura lue. Je suis, au reste, a toute epreuve, 
Monsieur, de Votre Excellence le tres bumble et tres obeissant serviteur 

G. H. V. Wolden. 

''Mad) ber eigcn^änbtgcn Uiic^rift. 

29. 
@rumb!otu an §il(e. 

Potsdam, ce 23 de f^vrier 1732. 

J'ai oublie de joindre la ci-jointe liste dans la lettre ä M. de 
Wolden, et vous y verrez la disposition pour les fetes auxquelles je 
crois qu'il y aura quelque cbaugemeut. Creutz doit traiter cent per- 
sonnes mardi, oü il y aura noces^). Podewils') me mande que cela 
ressemblera ä la fete que Crassus >) douua au peuple romain. Le duc 
de Lorraiue doit arriver dans une beurc. Le Roi dit bier ä moi en 
presence de Derscbau et Buddenbrock ^) au feld [-marecbal] &) de vider 

1) aSgl. oben ©. 10 3lnm. 2. 

2) §etnric^ ü. ^4iobemit§, etat§» unb Stabinetämiuifter, ®vumt)fow§ Sc^roiegeri'o^n. 

3) 3n bei- ^^orloge ^'!>lbfd)vift üon ®vumDfütt)6 Secvetär, : Erasums. 

4) äBiltielm Sietric^ ton 33ubbenbroct, ©eneralmajor. 

5) SBartengleben; ogl. oben S. 23. 



44 SJriefiüC£^jd bci^ .Wroiipviu-icn J^•vu■^l•idl mit CMiumbtoiw. 

iiiccssauimcut sa maison; »je la fcrai accommoder joliiiient pouv mon 
lils«. Et coIa tut j)rofeic cruu air fort eontcut, quoiquc Sa Majestß 
se i>laiirnit cruu mal de gorge. 

IVmr inoi, je ii'ai pas doriui de deu\ iiiiitt^, et j'ai le sang ter- 
rililoiuoiit cVhautle. Cela vient en partic des tristes r(^flexions que je 
lais siir la t'auiille royale. Le i)ere, qui est daiis hi i)ersuasioii, apres 
la lettre positive du tils, que celui-ci fait tout avec uue joie inconce- 
vable, caressera ledit üU, et je crois que, s'il y preud bien, il ob- 
tiendra bcaucoup de lui; le tils, d'un autre c6t6, dissimulcra pcudaut 
(|uol(|ne teini)s, et, la belle iie lui ])laisaut pas, commc il y a beau- 
idiij» d'a])i)arenee, il ne pourra pas 6cliai)per aux curieux, et ou s'eu 
aporcovra par les discours et iiiiues. Le jiere scra quelquc tenii)8 
daiis rii^uorancc, uiais s'apercevaut que le tout u'a ete qu'uuc feinte'), 
von-; verrez alors une extrömitö ä l'autre. D'ailleurs, le Prince, restant 
sur le th^ätre de Berlin, u'est pas eucore assez maitre de ses passions 
pdiir ne se decouvrir, et, dans un lieu si jiublic, le p6re sera bientot 
lidOlonicut averti, et meme par dea gcus qui feront le jdus de semblant 
dentrer dans les idees du fils, de Sorte que partout on verra la ville 
de riguoiuinie, et licureux celui qui ne s'y mele en blane ni en noir; 
car je defie les sc])t sages de la Gr^ce de ne pas dejdaire au jxire 
et au fils. Scbulenburg et luoi nous avous moralise longtemps la- 
dessus, et la conclusion a 6t6 d'aller son cbemin droit, de ne se 
fourrer oü on u'a que faire, et de i)rier, plus que jamais, le bon Dieu 
de nous-) tirer de ce pas glissant. Je vous ticus heureux de ce que 
la petite cour vous abandonue, car je ne crois pas qu'on retournera 
a Cüstriu '). Je suis etc. 

^JcQd) ^(bfc^rift öon ©rumbfotosi ©ecretär. 

30. 

SDer ^Tonprinä nn ©rumbfow^). 

Mon eher General. Je suis fort embarrass^ pour trouver G bou- 
teilles de bon vin de Bourgogue pour demain. Je vous prie de voir 
8i vous ne pourriez pas m'en faire avoir. 



1) 3n ber SSorlage: secrete. 2) ^n ber 93orIagc: vous. 

■i, 2er ilroiiprtns ficbcUe am 2G. Februar bon .ttüftrin imd) iüetlin über. 9(m 28. 
toarb ber ilönig bei bem ebenbort eingetroffenen .'öcrjoglicl) ibcbcrnjc^cn glternpaare für 
ben ilronprinjen um bic §anb ber ^rinjeffin eiijabetl) (£l;riftinc. ?(m 10. Wäx^ rourbe 
bie Verlobung gefeiert. 93gf. „ftronprinj" ©. lo.}. 104. 248. 

4, 2Jer 33ricf jdjeint ber geit bes iöerliner 21ufentl)aU§ nad) ber JRüdfe^r toon Jtüftrin 
onjugefjören. 53on S. 47 ab unterjcic^net fid) ber ftronprinj: >Frederic«. 



1732, f5e6tuor — ?rprir. 45 

Ce n'est pas dans les rcgles ([ue, quand uu prie quelqu'im cu 
gastc^ qiie eelui-l;i paie sa quote-part; mais je uc sais ou je i)ourrai 
trouver de ce vin sans vous. 

Adieu, mou eher General, jusqu'au plaisir de vous revoir dcmaiD. 

Frederic. 

9k(^ ber eigenpnbigen Urf^rift. 



31. 

^er 5^ronprin5 nu ©nimbfonj. 

Nauen'), Hvril \m. 
Mon eher Gönöral. Je vous suis mille fois oblige de la lettre 
que vous avez eu la bontö de m'ecrire. J'ai d'abord dit que Ton 
devait agrandir la table demain, pour que l'envoye de l'Empereur fftt 
bien regu. Le livre que vous avez eu la bonte de m'6crire est charmant, 
et je vous envoie dans un couvert la chauson que vous m'avez de- 
mandöe. Je vous ai, au reste, mille obligations des soins que vous 
vous donnez, et vous pouvez bien croire que, quoique je ne sois pas 
de beaucoup de paroles, je n'en suis pas neanmoins avec beaucoup 
d'affection, de consideration et d'estirae, mon eher General, votre tres 
parfait ami et serviteur Fridcrich. 

23ei '^bx\ia TU, 223 (unb baiiad) in bcit (Eiivres XVI, 28) all Svtcf m Sectcn^ 
borff abiiebrudt; bie bem obigen ?tbbntc! ^u ®runbe Itegeubc etgeut)änbtgc 
^Tiilfcrtinung beftnbet ficf) inbcfs tu bem 9?a(f)Iayfe ©ritinbfonil, bev fomit aU 
ber iinnttttelbare (Sntpfäniiei- ^w belracl)teii ift. ©erteitborff \)a{\t iiad) feinem 
93ericl)t an bcn ^^^tinjen (Sngeu öom 8. 5ft)nl 17:<2 (J^-örfter III, OS; bem ftvon- 
Prinzen 500 5)nfaten jur 93e,^at)üini3 jeiner Sc^utben .^ugefteüt, nnb jmar „burd) 
einen alten getreuen 93ebicnten bc» ©rumbfom, ber bem Strouprin^cn allezeit 
93üc^er bringen muf,". ®ie Dnittnng bilbet obiger 33rief über ben ßmpfang 
eiuc'o „^nd)ey". (Sine 5lbfd)rift bc!§ 93ricfe§ fonbte ©edenborff nm 8. mit 
obigem 33erid)t \\a6) SBieu. (Sedenborffy 23rief an ben Kronprin.u'n, bcn ber 
(Smpfiinger bem 93oten jerviffen jurüdgcben mufUe, batirt üom (i. 5(^ri(; bei 
görfter III, 221. 222. SSegen ber mcitcreu ®elb5al)tuugeu aw ben ftronprin.^cn 
tigl. ebenb. III, 231 ff.; ^örfter, ^'ö\t unb Kabinette (Suro^Jol, I, Urfunbeubud) 
©. 126; 2(. 0. Slrnet^, ^rinj ©ngen, III, 583. 



1) ^n Dianen unb in 3tuppin lagen bie beibcn Bataillone bei Snfanterie-9f{egiment§ 
(9ir. 15 ber ©tammtiftc öon 1806), gu beffcn C^ef ber Stronpring om 29. f^ebruor 1732 
ernonnt morben war. 9SgI. oben <S. 15. ®er ft'ronprin.jj mcilte in 9cauen feit bem 
4. Slpril. 58gt. %\). 58ed)er, Ser Äronprinj gricbri^ oB 9iegimentld)ef in SJeu^^Süippin 
bon 1732—1740, 58erlin 1892, ©. 135. 



46 "iPncfiPcdJicl bco itroiiprin^cu (\Ticbvicl) mit ©vumbfoiu. 

;v2. 

^cv .siriMipviii,^ an iMrnmbfouv 

ä Niiiicn, CO Iti d'iivril 17:52. 
Monsieur luon tivs eher nun. .Ic iie voiidrais pas neg'ligcr aucune 
occasion «Ic vous öeiiro. |u)ur vons niarqncr mon aniitie et la veritable 
cstinic quc j'ai pour vous. .rcml)rassc done cellc-ci, oii un des döbris 
de mcs conipagnons dexil est cnvoy6 pionicncr, c'cst Natzracv '), et je 
erois qn\\ est asscz ölo(|ucnt, pouv vous contcr son aveuturc lui-mcmc. 
Lc conp vieut de son ji^rc'), et je crois (pi'ü vieut d'eneore ])lus 
loin, (juoiquc je neu saclie aucune circoiistauce. Voila done mon 
moudc rclornic jusquVi deux^), pourvu que l'ou ne commence pas a 
envoyev promener les valets et que l'ou finisse par le maltre ^) ; si le 
Roi vcut le reniplaeer, je vous prie, mon Gön^ral, que cc soit par 
quclqu'un de gai, de bonuc Immeur et a tout faire; Ton a aussi voulu 
nie noircir de nouveau dans l'esprit du Koi sur le fait de religion, et 
je crois avoir senti la meche, ayant parle a Berlin ä M. Tintime'') 
snr toute sorte de controverses oü je n'etais pas toujours de son sen- 
tinicnt, disaut que Ton ne devait pas donuer une foi aveugle aux 
uiinistres, mais que chacun devait vivre de sa foi. D'abord il a 
tourne cela comnie des principes d'athee, et je le serais devenu dans 
l'esprit du Roi, sans avoir jamais peusc de l'ctre, je suis plutot Cynique. 
Mais /anfo hasta! Je vous prie de recommander niou clicvalier ä M. 
votre frerc, le Cbaucelier''); je repouds qu'il se gouvernera, comme il 
doit, niais sclon son äge, et non comme un bomme de 80 ans. Je 
vous assure, pour le restc, que je suis jusquau tombeau avec une 
vöritable estime, Monsieur, votre tres aflectionne ami et serviteur 
9iac^ bcr etgcnf)änbiflcu Urfd^rift. rrideric. 

33. 

2)er Äronprinj an ©rumb!oto. 

ä Nauen, ce 25 [avril 1732]. 
Monsieur mon tres cber ami. Je vous cnvoie une grande pancarte 
qu'un certain gentilbomme Plcs') m'a envoyee. Je ne sais, ma foi, ce 



l; 'JJat'.mcr lünr nii bic ^Kcnienmn iiad) Stettin ücricOt tüorbcn. 

2 WencralfcIbmaijdjaU Xiibistaü öincüinov ö. 9Jn|3mcr. 

:t SBolbeu unb »loIjwcbcU. 

4 Sotbcn. @raf Scdcnborff tüünj^tc 2Bolben bitrc^ bcn OkMicial Qixa\ ©(i)iilenburg 
oben S. 31; nW ^u i'e^en. 58gl. J^örfter III, ^8 ff. M. 95. loo. 

öj gSie au^ bem 93rief t)om 27. ?(pnl 92r. 34 :^eroorgcl}t, bcr ^elbninric^aü 9?obnier. 

f> ^f)ilipp Ctto D. örumbfott), Äon^ler bcr pommcrfc^cn ^Regierung unb ^.ßröfibent 
bcr Sriegg: unb 'iJomänenfammer ju Stettin. 7; ^lö^? 



1732, 16.— 27. grprii. 47 

que c'est; je vous prie de la presenter et de m'en debarrasser. Je 
vais demain ä Potsdam pour voir Texercice, et nous le faisons ici 
comme il faut. Neue Besens hehren gut; il faut bien illustrer nion 
nouveau caraetere et faire voir (pie je suis ein tüchtiger Officier. 
Que je sois ce que l'ou voudra, vous pouvez toujours compter, Mon- 
sieur, quo je serai veritablement de vos amis et que, quand l'oceasion 
s'en prcsentera, que je me fcrai toujours un plaisir bien sensible de 
vous temoigner ma reeonnaissauce et la parfaite estime, mon eher 
General, que j'aurai toute ma vie pour vous. Adieu Frederic, 

5?o^ bei* eigeupnbigeit Urjcfinft. 

34. 

^er ^ronpriug an @rumb!ott). 

ä Nauen, ce 27 d'avril [1732]. 

Mon tres eher General. Votre lettre m'a ete tres bien rendue, 
et je peux dire que je me suis veritablement rejoui en recevant de vos 
nouvelles, vous regardant comme un de mes veritables amis. J'ai 
d'abord remarque d'oü venait l'intrigue touchant Natzmer, et j'ai con- 
jecture par toutes les circonstances qu'elle ne pouvait venir que de 
son pere. Le bonkomme m'a pense faire du tort en merae temps; 
mais je tächerai bien de convaincre le Roi que je ne suis rien moins 
qu'athee. L'on peut etre gai, l'on peut aimer la joie et les plaisirs, 
mais neanmoins l'on doit rendre principalement ä Dieu ce qui lui 
appartient. Apres tout, je crois que je serais le plus puni, si j'avais 
les sentiments que l'on m'impute. Gräces ä Dieu, que le tout est 
faux, et que ma conscience ne me reproche rien sur cet article. Je 
suivrai votre conseil exactement sur ce point et je me le tiendrai pour 
dit que j'ai ete assez temeraire pour parier de religion. Je ne saurais 
aussi assez vous remercier, Monsieur, de la mauiere obligeante dont 
vous recommandez le chevalier ä votre frere ; je suis persuade qu'il 
fera tous ses efiforts pour ne s'en pas rendre indigne. Lui et moi 
nous vous avons tant de reconnaissances qu'il faudrait etre ingrats 
(ce que nous ne sommes pas), pour ne nous point montrer rccon- 
naissants. Une chose que je n'ai pas peu ä coeur, est l'exil du pauvre 
Duhan i). J'aurais volontiers prie pour lui; mais je parlais derniere- 
ment avec le Roi sur le passe, et il grondait encore contre lui. Je 
vous prie de me conseiller comment je m'y dois prendre, pour le 



1) 3acque§ ^c\,\W 2}u^an be Snni'un, ber ef)emalige Seigrer bei ^ron^jritijen , 1730 
na^ ^iüau ücrmiefen. $8gl. görftcr III, 233. 



tiicr de ce uuilheineux cuilroit. Je mc tiouvcrais trop heureux qu'eu 
!?iiivant votrc coiiscil, je pusse vous temoiguer aiissi (laus eettc rcn- 
contre la contiauce et le fonds d'estimc et de eonsideratioii que Je 
eonservorni toujours pour vous, ötant, conime je suisj!, mou eher G6- 
nrral. votrc tres parfait et lldele ami et serviteiir Frederic. 

Oiacf) bcr cii]cul}äiibiflcit lhid)rift. 

35. 

2)cr Äi'Dupriuj an ©rumbfoiu. 

[Nauen], co 7 de mai [1732]. 

Mon tres eher G6n6ral. N'ayant pas eu d'occasion süre a vou8 
6ciire jusipiä präsent, j'ai ditföre, Monsieur, de le faire jusqu'a präsent. 
Je vous rends raille graces de m'avoir bien voulu informer de tout 
ce qui se passe. Eu verite, ce sont des clioses fort desagröables et 
(|ue je souliaiterais fort qui u'arrivasseut pas, que ces alliances que 
Ton veut tränier contrc nous '' ; pourvu seuleinent que l'Empereur ne 
nous abaudoune pat^, il taut csp^rer qu'il n'y aura rien ii craindre. 
Dieu ue permettra pas que Toü veuille attenter quelque chose de si- 
nistre contre la maison, et, en ce cas, je suis persuade qu'il secondera 
la valeur de 80 (KM) hommes bien rcsolus de laisser leurs vies pour 
le Service de leur maitre. En attendant ces entrefaites, je me tre- 
mousse ici d'importance pour faire parvcnir Texercice de mon regiment 
ä sa niaturite requise, et j'espere d'y reussir. J'ai trinque, il y a 
quelques jours, ii votre chöre santc, Monsieur, et je n'attends que la 
nouvelle du Horst'^) (jue mon veau que je vais engraisser, le soit, 
pour vous Tenvoyer. Vous voyez que j'accorde Mars et le manage, 
et que, nialgrc les fatigues militaircs, je ne cesse ui ne cesserai janiais 
de vouH niarquer coninie je suis bien sincerenient, avec tonte Testime 
imaginable, mon tres eher General, votre tres fidele et tr6s affectionn6 
ami et servitcur Frederic. 

Je vous prie, mandez-moi le nom de votre secretaire, que je lui 
paisse adresser mes lettres. 

9?ocf) bcr etgenpnbigcn Urjt^rtft. 



1) S?gl. S- ^- ®rot)jen, ©cjcf). bcr ^rcu^. «ßolitif, 4. Xf)cif, III, 154. 

2) 1a§ Stmt Slömg0l)or[t im ^aöeUonb. 



1732, 27. 3(vn(— 10. 2Rat. 49 

36. 

®er Ä'ronprin^ an ©rumbtoro. 

ä Nauen, ce 10 [mai 1732]. 

Mon tres eher General. Vous verrcz par celle-ci quo je suis 
exaete a suivre vos avis, et quo Ic Schulze de Tremincn va etre ä 
preseut le prcmier ressort de notro coiTCspoudunee. Je vous rcnvoie 
toutes les picees que vous avez eu la boute de nie coramuniquer, 
hormis Charles XII ^), qui m'attaclic inftninicnt; les particularitcs 
jusqu'ä cette beure ignorees, qu'il rap})orte, la grandeur des actions 
de ce Prinee, la bizarrerie de sa fortune, jointes au style vif, brillant 
et fleuri de Tautenr, rendent ce livre interessant au supreme dcgre. 

Pour ce qui regarde la lettre de Hambourg, j'avoue que cet homme 
sert bien son maitre et avec toute la vigilance imaginable; ce qui 
prouve que la plus grande qualite d'uu prinee est de bien choisir son 
monde et d'employer un cliacun selon son caraetere naturel, en le 
plagant daus uu poste convenable. Alors les maitres sont bien servis 
et les serviteurs en passe de le faire. 

L'affaire de la succession^) est une chose fort interessante et qui 
fera totalement cbanger de face nos affaires, selon sa reussite. Je 
sais bien que ce ne sera pas moi qui, par l'exces de mes levöes, 
ferai du tort ä cette negociation, pourvu qu'aucun autre ne le fasse. 

Je vous euvoie ei-joint uu fragment de ma correspondance avec 
rillustrissime sieur Crochet'^); vous verrez par lä, Monsieur, que nous 
filons doux ensemble et que nous sommes sur un grand pied. Je 
suis fache d'avoir brule une de ses lettres oü il m'assurait que dans 
Pantichambre il voulait parier de moi et que mon nom avait et6 
nomme au lever du Roi. Ce n'est certainement pas mon ambition 
de choisir cet illustre mortel, pour publier ma renommee, au con- 
traire, je la croirais souillee en sa bouche et prostituee par sa publi- 
cation. C'est bien assez parle d'un objet si meprisable, et je crois 
que la plus grande gräce que Ton peut lui faire, est de ne point 
parier du tout de lui. J'emploierai plutöt le temps et le papier qui 
me reste, ä vous assurer, mon tres eher ami, que je ne cesserai 
Jamals d'etre avec une estime infinie, mon tres eher General, votre 
tres parfait ami et serviteur Frederic. 

3lai) ber eigen'^änbigen Urj|d)rift. 



1) 58on SSoItairc; erfcfiicnen 1732. SSgl. „Äronprtnä" ©. 145. 

2) ®te Süüdi^Sergifcfie (Srbfotge. 

3) iQüdt. 3SgI. oben ®. 10 unb „ÄronlDrinj" ©. lOü. 249. 
Äofev, S8viefh)ecl)fel gvicbrict)« be£< ©voßen. 



50 "J^ricfrocdiicl bcx^ Stionpiiivscu iNiicbvi(^ mit ©vumbfoJiJ. 

37. 

Ter Sir Oliv vi 11,^ an (Mnnnbfoui. 

ä Ruppin, CO 17 d'aoüt 1732. 

Mon tr^s olior Gc^nöral. Je vons rends niillc graocs de la lettre 
et de ete. (\\\q vous ave/, oii la houtö de iireiivoycr. .reu suis recon 
uaissaut, autaut (ine Von pent letre. N'ayant rc(;u aucune nouvellr 
de ce (jue vous tous etiez dcvcuus qn^alorf«, je suis ravi quo Ic \i" 
ait t46 si satisfait de sou voyage'), et je lui sonliaitc quo dans tonte 
ses eutreprises il ait Heu de Tetre. Vous nie faitcs tiop d'liouucm 
d'avoir parle si avantageuseuieut de ma personne au prince Eugem 
et ä rKiiijierenr; je ue sonliaitc et n'amliitionue qne de i)asser poiii 
honnete iiomnie dans le nioudc et uon plus ultra. 

Je vous euvoie ci-joint uue lettre du duc de Beyern, dont il y a 
un artiele qui nie parait fort obsenr. A ])ropos de ce Duc iierniettc/. 
Monsieur, que je vous fasse ressonvcnir du pauvre bibliotbecaire'-), si 
longtcmps conipagnon innocent de mes misörcs; daiguez acbever sm 
8on sujet ce que vous avez commenc6 avec tant de genörositö, et 
soycz persuade que vous m'obligercz plus sensiblenieut qu'cn rien au 
monde, et faites-nioi la justice de nie croire avec uue estinic parfaite 
et beaucoup de consid(^ration, mon tr^s eher G6n6ral, votre trös aff'ec- 
tionne ami et serviteur Frederic. 

Tiad] ber eigen^änbigen Urid)ii}t. 

38. 

^er Äronprin,^ an @rum6!ow. 

ä Ruppin, ce 18 d'aoüt 1732. 

Monsieur mon tr6s eher ami. Je viens d'apprendre dans ce moment 
que le Koi a ecrit une lettre ä Wolden dans laqncUc il lui marque 
(|u'il avait ajtpris qne j'avais 6t6 a Berlin incognito pcndant son ab- 
sence, quoicjue je peux vous jurcr qn'il n'y a pas un mot de vrai et 
que je nai pas souge seulement d'y aller; mais j'ai ete pendant son 
absence ä Potsdam, oü j'ai 6te quörir^) un grand homme que l'ou 
ni'avait livre jusque la. Je Tai aussi ecrit nioi-meme au Koi; ainsl 
je V0U8 prie, si vouz tronvcz que l'occasion s'en prcsente, de le de-. 



1) Wcije nai) fttabrup unb ^rofl jur Segegnunfl mit .ftaijer kaxl VI. 3?g(. 2)ro^jcn 
Q. a. O. 2. 1«12 ff. 

2 lufjon. 9?gl. oben S. IT. .'i, ^n bei SJocIoge: crir. 



1732, 17.— 27. Stuguft. 5I 

tromper, d'autant plus que j'ai fait cette course en voyant le 2 ba- 
taillon ä Nauen, qiü est iine de mes garnisons du reginient. 

Je De sais au monde qui sc donne toujours la peine de me rendre 
de si boDS offices; car, mon Dieu, qu"irais-jc faire a Berlin et que 
hasarderais-je d'y faire daus l'insu du Koi? Mais j'ai cru qu'etant 
naturellement ä Nauen et apprenant qu'il y 6tait arriv6 une recrue 
ä Potsdam, je pouvais l'aller cliercber, le major d'Einsiedel ') me 
Tayaut eonseillö. De plus, je n'y ai ete que quelques licures, 011 j'ai 
soupc avec lui. Voilä le tout. Je sais bien quo je me garderai ä 
present, puisque je sais que cela deplait au Koi, de sortir d'ici; 
alors je serais sür de ue pas courir son indiynation. Si cela se j)eut, 
je vous prie, Monsieur, de m'ecrire dcux mots et de me dire cc que 
vous pensez. Je suis toujours avec une estime entiere et une consi- 
deration parfaite, mon tr6s ober General, votre tres parfaitement affec- 
tionne ami et serviteur Frederic. 

5Jac^ ber etgeiipnbigen Urjcf)rift. 

39. 

2)er ^ronprin^ an ®rumb!ow. 

ä Ruppin, ce 27 [aoüt 1732]. 

Monsieur mon tr^s eher General. Vous savez sans doute la raison 
pour laquelle j'ai tarde ä vous repondre, mon cber General, sans que 
je vous la repcte. J'ai trouvc le Roi fort bien, et il a ete fort gra- 
cieux envers moi, bormis le samedi 2), oü je crois quil souscrivait 
Vordre de la dctention du pauvre Duban, comme j'entrai dans la 
chambre. Je crois qu'il me soupconne de m'etre Interesse pour liii, 
et il me dit qu'il ne se fiait point ä moi et qu'il croyait toujours 
qu'il y avait anguille sous rocbe et que j'^tais faux, tant que je pa- 
raitrais avoir quelque amitie pour les malheureux qui furent jadis 
auprcs de moi, et que TEmpereur lui avait parle sur mon sujet et 
lui avait demande quel caractere j'etais; qu'il y avait repondu qu'il 
ne se fiait pas ä moi, mais qu'ou bien je serais un grand faquin ou 
un bon sujet. Ego: »Je suis fort surpris que Votre Majeste n'ait pas 
plus de confiauce en moi, et qu'apres que je lui sacritie tout pour 
lui temoigner ma soumission, qu'elle ne soit pas persuadee de ma 
fidelite.« »Or«, dit-il, »pour votre mariage« etc., et je remarquai qu'il 



1) ©ottfrieb ©mamiel 0. ginftebel, üom Siegiment be§ Äönigä. 
2^ 23. 9tugiift. ®er S^önig war am 17. 9(uguft aü§ 93öl)men nai) SBerlin s«tüd= 
gefet)tt. 

4* 



rn ^ricfiPfcfejfl bc«i Sconpvin.^cii {\-viebric^ mit OrumbfottJ. 

me sonpconnuit cVindiflereucc on de iii6pris sur ce siijet. Tour Vin- 
diftoronce, cost fort uatuicl de Tavoir pour imc personue que Voü 
110 coiniait quo de vue; mais, pour du mcpris, je n'en ai pour per- 
8onne an monde. Eufiii, il me souliaita de bien prier Dien pour dera- 
cincr tont ce quo je ])ouvais avoir de pervers daus mon coeur, et 
ainsi linit la conversatioD; ai)res qnoi, il me dit quo mcs noces sc 
fen)nt le priutemps; prochaiu. Je m'en remets ä ma destinc^e, (pii 
g:ouvcruera Ic tont conimc bou Ini scmblera. 

Pour la nonvclle que vous me marqnez de Wreecb^), eile est 
antheutiquement fausse, et je crois que j'en sais toutes les circonstances, 
mais suftit que je vous dise que le tout vient de la mödisance de 
certaine femme et d'un certain cavalicr; mais le tont est iaux. J'es- 
pere, mon clicr General, d'avoir le plaisir de vous revoir bientot en 
persoune et de vous remercier des toutes les attentious que vous me 
tcmoignez, vous assurant que je ne serai pas ingrat, etant avec tonte 
Testime imaginable, Monsieur mon tres eher ami, votre tres aff'ectionnö 
et parfait ami et serviteur Frederic. 

'ilaij bcr eigcn^^änbigcn Ihidiiift. 

40. 

©rumbfott) an bcn Äronprinjen. 

J'ai raene une vie si der^glee depuis quelques jours que je n'ai 
pas ete en etat de repondre sur-le-champ ä celle que Votre Altesse 
Royale m'a fait l'honneur de m'ccrire du 27, du cliarmant sejour de 
Tr6z6ne. J'y ai vu le detail de la conversation avec le Roi, et il ne 
m'a pas pln, puisqu'il semble qn'il y reste toujours quelque levain que 
je souhaiterais bien voir totalement eteint, et je ne compreuds pas 
que le Roi puisse trouver mauvais qu'on s'interesse pour des malheureux, 
principalement quand ils ne le sont pas par leur faute et qu'il n'y a 
rien de criminel dans leurs actions. Aussi snis-je tres impatient de 
savoir si le Roi a signe l'ordre de relAcher Duhan; sans cela, on re- 
viendra ä la Charge, et je serais tres mortifiö qu'on ne secondät pas 
les bonnes intentions que le duc et la duebesse de Brunswick 2) ont 
pour lui, par egard et tendresse pour Votre Altesse Royale. Par 
rapport au reste de la conversation, Votre Altesse Royale a röpondu 
tr68 sensement, et 11 faut bien que le Roi en soit fort content, puisqu'il 

1) Sgl. f^örfter, Urfunbenbuc^ III, 65. 81 (wo ber 3Jamc in SBrodiem unb j^regin 
entftcüt ift unb ben 58rief oon (yjrumbfow on ©ecfenborff öom 20. 9(ugu[t ebenb. 6. 112. 
2, SSgl. oben 3. 28 9(nm. 2. 



1742, 27.-29. 9(iiguft. 53 

a coute*) qu'il etait cliariiiü de Votre Altcssc iloyulc de ce que, liii 
ayaut propose un autre mariage, dont ou tant parle, eile lui a le- 
pondu qii'elle ne mauquerait pas ä sa parole et qu'elle preudrait la 
commimiou lä-dessus, entiu, que Votre Altesse Koyale s'etait expliquec 
avec des seutimeuts si iilials euvers lui qu'il inuurait couteut. Je ue 
puis eoncilier cela avec l'aigreur quil y a dans la couversatiuu cou- 
teuue daus celle de Votre Altesse Koyale. Du reste, Votre Altesse 
Koyale a repoudu eu homme droit, eu disaiit que l'ou ne pouvait 
aimer ce qu'on ne connait pas ä fond, et que, pour le mepris, on ne 
le doit avoir que pour des persounes qui le meritent: cas daus lequel 
la Priucesse n'est pas. Pour l'amour, ou ue se le donne pas, ui cela veut 
etre t'orce; tout ce que je souhaite ii la t'uture epouse de Votre Altesse 
Royale, c'est uue humeur douce et de ue porter Jamals sur eile de 
microscope par rapport ä certaiues mauoeuvres de sou futur 6poux, 
beaucoup de patience, poiut de geue et aucuue Jalousie. !Si jetais 
sou aya, voilä ce que je lui imprimerais bien fortemeut. Daus T ins- 
tant que j'ecris ceci, j'euvoie ä Votre Altesse Koyale, sous le secret 
de la plus iuviolable fidelite, une lettre que je re^ois de ma üUe, ä 
laquelle j'ai ordouue de me mauder ce qu'elle observerait 11 la foire 
de Brunswick, et je crois qu'on ne se peut expliquer ni plus uaivemeut 
ni plus naturellemeut. Mais comme les matieres sont dclicates, je la 
supplie de me reuvoyer cette lettre, puisqu'elle ne voudrait rendre 
mallieureuse uue personne qui ecrit ä sou pere, et pas par commuui- 
cation du F[riuce] K[oyalJ. 

Quedlembourg, le 29 d'aoüt 1732. 

Monsieur mon tres eher et tres houore Pere, pour m'acquitter de 
mou devoir et eu meme temps pour executer ses ordres, j'ai Tbouneur 
de lui mauder que j'ai ti'ouve la Princesse promise fort changee ä 
son avautage depuis deux ans que je ne Tai vue. U est vrai que, 
quaud eile est devant madame sa mere, eile n'ouvre pas la bouche 
et rougit toutes les fois qu'on lui parle ; ce qui vient qu eile est teuue 
fort rigidement et n'a aucuue liberte, pas meme de recevoir les dames 
dans sa chambre qui veuleut lui faire la cour. II faut que cela soit 
eu preseuce de la Duchesse. Pour moi, qui ai eu l'houneur de parier 
avec eile aux redoutes, oü eile etait seule et pas geuee, je puis assurer 
Papa quelle ne manque ni d'esprit ni de jugement et qu'elle raisonne 
sur tout tres joliment, et est compatissante, paraissant avoir un tres 

1) 58gl ben «rief be§ töntg§ on Secfenborft, «potiäbant 26. ?Iuguft 1732, bei görfter, 
III, 307, 



54 58vicfn)cc^id bc? .sTronpriit,\cn e^viebricfi mit ©nimlifon). 

bon natnrol. Elle ainie fort ä se divcrtir, et on a trouv6 qu'elle 
dansait bieu; pour trcis boii air, je uc puis pas dirc qu'elle a, et eile 
se laissc fort aller. Je erois que, si eile avait quclqu'im qui [le] lui 
dise, quo cela so changerait bieutot, car personue n'y preud garde. 
Au roste, Boiliu Ini plait beauooui), et eile souhaiterait fort y re- 
touruor, oar, selou qu il i)arait, cllo dösive Ic jour de scs fiau^;ailles. 

La ducbesse de Beveru a et6 tr6s mal et nc se porte pas encore 
bieu. Elle m'a fait coufideuce qu'oUe ötait attaquee de la gravelle 
et quelle avait döja reudu uuc pierre. Tour la Ducbesse regnaute, 
eile se porte parfaitenieut bieu, mais eile devieut de jour cu jour 
plus despotique. Je eraius que ce uc soit de courtc duröe, car le 
Duo röguaut devieut fort vicux et a uuc tres mccbautc toux qu ou 
craiut beaucoup qu'elle ne lui joue uu mauvais tour'). Pour lui, il 
est fort aime, et l'ou s'etouue fort de sa patieuce. lls nous ont tous 
combles de leurs graces, par mille bonnctetcs et distinctious. Mais 
cela uc nous a ricu rapporte qu'un pcu de veut dans la tcte. Uue 
jolie foire m'aurait cte beaucoup plus utile et m'aurait fait plus de 
plaisir. Mou mari l'assurc de ses tres bumbles respects. Pour moi, 
je me reconimaudc aussi bieu que Ic pctit gargou, Icquel se porte 
fort bieu, a la coutiuuation de ses tres cbcres bouues graces, etaut 
avec uu tr6s profoude respect, Monsieur mon trds cber et tres bouorö 
P6re, votre tres bumble et tres obeissante servante et fille 

Louise Albertine de Plotbo 
nee de Grumbko. 
P. S. 

Je prends la liberte d'assurer Maman de mes tres bumbles respects. 

))la6) ber 'iKbicfjriff im il. u. ÜX. .'oaiif!= !;^o[ iinb Staot'oardjiü ju SBieit; bie iöeilage 
nac^ ber eigenljänbigen Urjc^rift in Üirumbtomö 3iocI)Iafe. 

41. 

®cr ^ronprinj on @rumb!ott). 

ä Ruppin, ce 3 de septembre 1732, 
Monsieur mon tres eher ami. Je vous renvoic, Monsieur, l'incluse 
de la votre que j'ai lue avcc bieu de plaisir et d'attention. Le baron 
Gotter 2), qui a ete ici ces jours passes, m'a eutretenu de vos bac- 
cbanales, et il en a fait une description si naive que j'ai pense de me 
griser de la seule idee qu'il m'en donna. II me dit de meme Taccueil 



1) ^er.^og iiubtuig »lubolf [tarb 1735. 

2, (Suftat) SIbolf ö. ©Otter, ai§ GJeianbtcr nad) 9BieTt Be[timmt. 



1732, 29. 9(itfluft — 3. (September. 55 

de M. Bülow'), qiii me fit extreinement rire, et je crois qu'il aura ete 
extrememeut embarrasse de sa personue. 

Nous voilä donc ä present ä la veille de voir le d^nouement de 
la graudc affaire qui, depuis si longtemps, tient l'Euvope en suspens 
poiir en voir l'issue. L'Electeur palatin^y doit etre a Tagouie; hob 
ordres sont arrives, et Ton n'attend que le momcnt de sa inort ponr 
nous envoyer l'ultimatum. Je serais cliarme de voir agir la belle 
armee du Roi et de pouvoir apprendre le metier de la guerre ä 
l'abri de ses armes victorieuses. Que de bonbeur ne se pourra-t-on 
promettre, ayant une juste cause et se voyant anime par le desir de 
la gloire ! Je me transporte deja par avance dans les plaines de Ju- 
liers et de Berg; il me semble de voir prosterues ces nouveaux sujets 
aux pieds de leur nouveau maitre et [nous] ue nous servant de nos 
armöes que pour imprimer la terreur et la crainte dans le crcur de 
nos laehes envieux. Je me prepare ä present pour etre en etat 
d'exeeuter avee tonte la justesse imagiuable les ordres que j'ai re^us; 
je vais tendre mes tentes demain et faire le reste des autres prepa- 
ratifs necessaires. Vous ne croiriez pas, Monsieur, dans quelle emo- 
tion se trouve notre petite ^ille; un cbaeun court comme uu perdu, 
les soldats prennent dejä cong6 de leurs hotes, les officiers de leurs 
maltresses, les vivaudiers de leurs familles; enfin, ä nous voir agir, 
vous diriez que nous allions partir demain, quoique nos ordres ne 
sont encore qu'assez vagues. Voila ce quest l'homme: un animal 
qui aime le cbangement et qui se repait de la premiere id6e et du 
premier amelieurement 3) de condition que l'on lui propose. Ce serait 
un vaste cbamp ä faire mille reflexions qui s'ofifrent naturellement ä 
la vue d'un cbaeun. 

Natzmer^) n'a pas pense de venir ici, mais ce qui a donne lieu 
k ce faux bruit, est qu'il m'a envo}^ son valet, par grande amitie, 
ayant appris par autre fausse nouvelle qu'une grenade, en crevant, 
m'avait casse la main et que j'etais ä l'agonie, ayant une terrible 
fiövre continue; l'on a pris le valet pour le maitre, et le quiproquo 
a cause ce faux bruit. Si je voulais croire toutes les nouvelles que 
Ton nous 6erit de Berlin, j'aurais bien ä faire, car la derniere que 
l'on me mande, est que vous etes dangereusement malade, Monsieur, 
et que la tour de Saint-Pierre, faute d'un bon fondement, s'etait 
ecroulee. Jen regois tous les jours de cette nature, mais fait ä de 
telles nouvelles, je les enteuds et les oublie sitot que je les ai ouies; 

1) ^cic^t nä^er §u beftimmen. 

2) Kurfürft X^otl ^ilipp, geb. 4. ?tot)ember 1661, + 31. ©ejember 1742. 

3) Sic. 4) SSgt. oben ©. 46. 



50 'J^noitucifijii bi\^ Mvoiipriu^'" Avisbrief) mit OU-mnlifotu. 

je voiulrais qnc Ion eu fit autant. Je crois que lordre toucbaut hi 
(lotention ilu iiaiivre Diilian sera sigue, et j'eii juge par la (lue le 
Uoi ma (k'l'eudu de lui parier, si Je le voyais ji ßriuiswick. Je 
crains Tort de vons cuuuyer, Monsieur, ue voiis entreteuant que de 
oliosos qui nie reirardont uni(|uement; je vous eu dcniaudc bleu pardon, 
vüus priant de le preudre eomuie uue niavque de eouiiauce que j'ai 
en vous, etaut trOs siue^remeut et avee bieu de Testinie, nion tres 
eher aini, votre (res lidele et parfait anii et serviteur Frcdcrie. 

Je vous prie de faire bieu mcs conip[limeut8] au conite Secken- 
dorlV. 

-)lad] bcr cigcnl)änbigcn Urjc^rtft. 

42. 

jDcv iiroupriu,^ an ©rumOfoiu. 

ä, Kuppin, CG 4 de scptembre 1732. 

Mon tres eher General. Je vieus de recevoir une lettre du Roi 
ce matiu (jui a failli ä me faire tomber de mon haut. C'est encore 
8ur lagreable sujet de ma Dulciuee qu'elle roule; Ton veut me reudre 
anioureux, Munsieur, ä coups de baton, niais, par malheur, u'ayaut 
pas le uaturel des anes, je crains fort que Ion n"y pourra pas reussir. 
Le Roi sexprime eu ces termes: >Ayant appris que vous n'ecriviez 
pas avee assez d'euipressement ä votre promise, je veux que vous 
men mandiez la raison et que vous lui ecriviez plus souvent« etc. 
— Je lui ai repondu qu'il y avait quinze jours qu'elle ue m'avait 
pas (icrit, et quil y eu avait huit que j'avais ecrit ma deruiöre lettre; 
que je ue savais aucune autre raison ä lui alleguer; mais la veritable 
est que je mauque de matiere et que je ue sais souvent pas de quoi 
reniplir ma page^). Mou Dieu, je voudrais que l'ou se ressouvint un 
peu que l'ou m'a proposö ce mariage nolens volens et que ma libertö 
en (itait le prix; mais je crois que la grosse tripiere, madame la 
digne Duchesse^), me joue ce tour-lä, croyant de me rauger de bouno 
heure sous l'obdsHauce de sa foutange altiöre, laquelle je souhaite 



1) Am 6. Dctober 17;<2 jc^reibt ber iqcx^oq öon 93cocrn au§ Sffioifcnbüttcl an 
©nintbfotü über bcn Slronprtn=ien: >I1 nous ecrit eouvent pru.ienteinent et il com- 
mence ;i goguenarder dans les iettres avee sa promise, et on le paie de la meine 
monnaie avee politessc* SSgl. „ftronpritij" ©. 241». 

2 Scfton am 29. SUiärj 17;;2 berichtet Scdenborff on ben ^^^tinjen (Sugcn: „Die 
^erjogin oon Scücm ift bei bem Jtronpriiijen nic^t jo gut angejc^neben, inbcm er fic 
ton einem inegalen unb jold^en humeur ^ält, bie allezeit corrtgiren njoUc." J^örfter III, 93. 



1732, 3.-11. September. 57 

du foiid de mou coiur que le diablc la fuudruie. Je n'esperc pas 
que le Koi se melera de mes affaires, des que je serai mariö, ou 
bien je erains fort que les affaires iront fort mal et madame la Priii- 
cesse en pourra pätir. Le mariage rend majcur, et, des que je le 
suis, je suis le souveraiu daiis ma maisoii, et ma femme n'y a rieu 
ä ordouner, car poiut de femmes dans le gouvernement de rieu au 
moude! Je erois un homme qui se laisse gouverner par des femmes, 
le plus graud coion du moude et imligne de porter le digne uom 
d'liomme. C'est pourquoi, si je me marie, je me marie eii galant 
bomme, c'est-ä-dire laissant agir madame comme bon lui semble, et 
faisant, de mon cöte, ce qui me plait, et vive la liberte! 

Vous voyez, mon eher General, que j'ai le eceur un peu gros et 
la tete cliaude; mais je ne saurais me eontraindre, et je vous dis 
mes sentiments, comme je les pense devant Dieu. Vous m'avouerez 
pourtaut que la force est une voie bien opposee ä l'amour et que 
Jamals l'amour se laisse foicer. J'aime le sexe, mais je laime d'uu 
amour bien volage, je n'en veux qu'a la jouissanee, et apr^s je le 
meprise; aiusi jugez si je suis du bois dont on fait les bons maris! 
J'eurage de le devenir, mais je fais de necessite vertu. Je tiendrai 
ma parole, je me marierai; mais apres, voilä qui est fait, et bonjour, 
madame, et bon ehemin. Je vous demande bien pardon, mon eher 
General, de vous incommoder de ces sortes de nouvelles, qui ne sont 
point agreables, ni pour ceux qui les rcQoivent, ni pour ceux qui les 
apprenneut. Toujours vous comprendrez que cette maniere d'agir ne 
fait que du mauvais saug et que, plus que l'on s'imagine de contraiute, 
plus que l'on piend d'aversion pour la cliose vers laquelle Ton vous 
coutraint. Eutin, je finis de vous ennuyer, mon tres eher General, 
vous priant d'etre bien persuade que je suis bien sincerement et cor- 
dialement votre tres affectionue fidele ami et serviteur Frederic. 

9tac^ ber eigentiänbigen Urjc^rift. 



43. 

S)er ^ronprinj on ©rumbfott). 

ä Ruppin, ce 11 de septembre 1732. 
Mon tres ober General. Vous m'avez fait une peur terrible, mon 
eher General, en m'envoyant les Ca:':, et je serais reste dans un si- 
lence etemel, si la lettre que je viens de recevoir, ne m'avait rassure. 
Nous sommes ici dans uue paix profonde, et je souhaiterais de n'etre 
toute ma vie ni plus heureux ni moins; je me contenterais volontiers 



5s^ 'Öricnucdjjd bc>5 itronprinjcn S'i'icbnd) mit ®nimbfo»ü. 

de mon sort. poiirvii (iiic la paix raocompag-ue et que je puisse jouir 
ilc uui vie eu trauquillitc et saus iiiquictudc. Que j'cstimerais peu les 
sottises (laus Icsquelles le moude fait cousister sa vauitö! et quel tort 
na-t-ou pas de ue se poiut couteutcr d'uu juste milieu, qui est, ä 
iiiou avis, letat Ic plus heureux! Car le trop de graudeur est a 
iliarge et t'atigue iuliuiuieut, et Tludigeuce labaisse trop uue eertaiue 
uoblesse qui se trouvc d'ordiuaire pour base de nos caracteres. Mais 
jo nrostiuic heureux daus la situatiou oü Ic Cicl m'a bieu voulii 
iiu'ttre; je trouve que jai plus (jue je ne merite, et je fais cousister 
ni(»u plus graud bouheur daus la couuaissauce que j'en ai. Nean- 
luoius je noublie pas mes bous auiis qui eoutribueut a m'assurer ma 
securite, et je vous prie, par cousequent, de faire bicu raes assurances 
dauiitie au couite de Öeckeudortt"; tout crraut qu'il est^), je suis 
l'ortemeut persuadc qu'il u'oublie pas ses amis. J'espöre que, s'il va 
eu Danemark, eutre ei et Hambourg il me fcra le i)laisir de vouloir 
bieu preudre uu repas chez moi; tout ce que j'ai de delicieux, sera 
servi eu aboudauce. Je n'eparguerai ni perdrix ni chevreuils, et le 
Cliampague rouge^coulera; eufiu, je ferai tous mes ettbrts pour bieu 
recevoir uu bou ami, et le meilleur plat quo je lui pourrai preseuter, 
sera la bouue volonte de Tböte. Je suis persuade qu'il s'eu couten- 
tera, et jcspere qu'il eu sera persuad6. 

Je ue bouge quasi pas de chez moi; je me divertis avec les 
morts, et ma couversation muette m'est plus utile que toute celle que 
je peux avoir avec les vivants. Ensuite je me recröe par la musique, 
et tantöt j'ai recours ä la douee lyre dont ApoUon daigne m'inspirer; 
uiais, plus discret eu ma verve, je retiens le tout devers moi, et j'offre 
les productious d'Apollou ii Vulcain, qui les resout. Teile est ma vie 
et les occupatious qui me la diversifieut; je souhaite, en attendant, du 
fond de mon cceur que vous passiez votre temps agreablement, et 
que vous soyez persuade, Monsieur, que je serai toujours avec uue 
estime parfaite et sans egale, mon tres eher ami, votre tres affectioune 
ami et serviteur Frideric^). 

Dans ee momeut je regois l'incluse que je vous envoie, vous 
l)riant de me conseiller ä ce que j'ai k faire. 

yiaä) ber eigen^änbigen Urfdjrift. 



IJ Sedcnbotff tueiftc Sliifang Scptemkr auf jeiitcm ©iitc 'üJicujcIroils bei ÖHtetiburg. 
2i Sic. 



1732, 11.-22. (Biptmhcit. 59 

41. 

S)er Äroitpvinj an ©rumbtotu. 

ä Ruppin, ce 14 de septembre 17;52. 

Mou tres eher General. Je vous rends mille gräces de ce qiie 
vous vous avez bien voulu charger de mcs petites commissions au 
comte de SeckendorfF, et je soubaiterais de voub pouvoir bencventer 
aussi ici, quaud vous ferez im tour a Kuhstildt. Je suivrai pon- 
ctuellement votre conseil toucliant la visite et je tiendrai la contenance 
d'un Amaryllis. Je vous prie, du reste, mon tres ober General, d'etre 
bien persuade que je suis de ccunr et d'ame avee bien de la consi- 
deratiou votre tres tidele ami et serviteur Frederic. 

9Jad) ber eigenl)änbigen Urfc^rift. 

45. 

(Setfenborfi on ©runtbfotr). 

Hatnliourg', le 22 septembre 17;i2. 

Mon arrivee se fit hier apres-midi, gräce ä Dieu, heureusement. 
Je fus vendredi^) a midi chez Junior 2). On me regut gracieusement, 
mais on fit, en meme temps, fort le reserve sur toutes les matieres 
que j'ai entamees. Je parlai de Juliers et Berg, par occasion des 
ordres donnes pour la marehe, et je lui ai dit que c'etait hardi ä 
vouloir s'opposer ä tant de contredisauts ; que l'Empereur sera l'unique 
pour se ranger du cote du Koi, mais que la France, l'Angleterre et 
la Hollande, comme aussi tous les princes voisins, seront contre nous, 
en Sorte que, selon les sentiments les plus sages de la cour de Vienue, 
on devait songer a s'accommoder ä l'amiable; que, si ou pourrait 
avoir la plus grande partie de Berg sans hasard, il me paraissait 
qu'une revenue de 300000 ecus n'etait pas ä rejeter. II approuva 
cet expedieut, mais douta que l'Angleterre et la Hollande voudraient 
l'agrandissement de sa maison. 

Ego: »n y a de Tapparence pour les y faire entrer, sitöt que 
le Roi se declarera positivement; car, jusqu'ä cette heure, il a bien 
fait esperer qu'il ne rejettera pas un accomraodement, mais il faut 
parier clairement, si on doit proposer la chose aux puissances ma- 
ritimes. « 

Point de replique la-dessus. L'ayant dit que le Roi paraissait 



1) 19. ©eptember. 2) ®cr ^ron^tins. 



ßO iBriefwcc^fd bci? Slronprinscn Jvrte^vicI) mit ©rumbfonj. 

tres eoutont de lui, il mc vepoiidit: »Je uc Tai pas rcmarque peudant 
iiiou söjüiir ä Potsdam.« 

Ego: >Au coutraire, le lioi m'a maudö la repouse noble et ge- 
uörcuse de Votre Altesse sur ce qu'on lui a voulu proposer un 
aiitre manage« '). Ou rougit, saus repoudre et saus faire meutiou 
de la Dulciuea, que je u'ai pas trouv6 ä propos de ue uommer 
uou plus. 

Je lui ai dit que le lloi le fera venir ä Wusterhausen. II le: 
>A ct)uditiou que cela ue soit pas pour longtemps.« L'ayant raille 
sur ses amours, il repoudit: >0u nie croit plus brave que je ne 
suis pas.* 

Eutin, lauter Verstellungen und reservationes. De l'argent que j'ai 
avanee, pas un mot, nonobstant qu'il m'a parl6 de ses recrues qu'il 
avait faites^). 

Tout cela a dure uue demi-heure; apres on se mettait ä table. 
Borek des geudarmes '^] y tut, avee une demi-douzaiue de ses officiers, 
et Wolden. Le diner fut assez bon, mais point extraordinaire. On 
but il ma sante et celle de l'Empereur et l'Imperatrice, dans un petit 
verre, disaut: -»Ich. weiss, dass Sie keine grosse -^ Gläser trinken. «^ II 
but Seltzerwasser und Bourgogne, on m'offrit du Champagne, disant 
que Borck^) et Münchhausen l'avaient trouvö bon. II loua le dernier, 
saus parier de leur commissiou. On etait fort poli, on me presenta 
toujours l'assiette et ne Taccepta pas avaut moi: ou avait pourtaut 
une chaise de distinction au milieu de la table. 

Couclusion, c'est un seigneur fort reserve et qui se croit tout 
d'esprit. II ne me permit poiut de Taccompagncr et ramener dans sa 
ehambre, se cougediant eu m'embrassant sur la table oü nous avons 
mange. 

Comme je ne pouvais pas avoir de chevaux, Wolden me mena 
chez lui, oü j'ai vu sa femme, la precieuse^), Ou m'arreta bien une 
heure, et tout ce temps-lä Wolden ne precha que les louanges de son 
Prince: qu'il vivait d'une regularite incomprehensible, se couchant a 



1) SSgl. oben 6. öü. 

2) SSgl. ©ecfcnborff an ben ^rinäett ßugen, 18. ©eptember 1732, bei görfter III, 113. 
3j *4^^i(ipp ©corg 3BiI^c(m ö. 33orcf, ©ouälieutcnant im 9iegiment ©enbormcn. 

St. aS3. ö. ©(^öuing, üebcu bcö ©cnecalfelbmarfc^aüg o. :Jiat5mcr, iberlin 183S, S. 402. 

4; 200^1 Go^por äßil^elm ü. ^orcfe, bcr preu^ijdje !öet)Dllmäd}ti9te, ber mit bem im 
2ejt genannten braunjc^mcigijdjen 9Jiiuifter ^rcil)errn .'^ncronijinuä ü. 9Jiünd)t)aufen bie 
(i^epacten für ben Hronprinjen fei'täuftetlcn t)attc. SSgl. iBendcnborf] Statafter,^üge VI, 78. 

•j 5rau ü. äßolben, geb. b. 58orde. SSgl. 33ie(fe(b, Lettres familieres, ä la Haye 
1703, I, üü. 



1732, 22. ©eptembet. 61 

9 teures, se levant ä 7 heures du matin, employa[nt] trois heures pour 
lire; apres, la parade; avant le dlner une petite promenade, apres le 
diner musiqiie. Apres la parole encore des livres. A 6 heures pro- 
menade, la plupart par eau; apres 7 heures le souper, et alors ä 
9 heures coucher. Wolden me dit aussi qu'on avait öcrit au lloi pour 
perraission de venir ici. Je lui ai dit qu'apparemment le Roi voudra 
que Son Altesse Royale vint en meme temps avec lui, ce qui pourra 
etre vers la fin de novembre; mais Wolden dit qu'il aimait plutöt 
d'aller seul, aussi on m'a dit en cherain qu'il y avait de relais ordonnes 
pour un colonel prussien qui partira de Ruppin. 

A Kyritz mon neveu a vu madame Frech *), grosse comme il 
faut. Cette visite m'a coute une nuit entiere, etant obligc de marcher 
toute la nuit pour arriver hier ici. Je m'arreterai jusqu'au 25, ne 
voulant arriver que le l'^'' d'octobre ä Copenhague. On m'a dit ici 
que Löwenör^) est brouille entierement avec les Plessen^), ceux lui 
ayant annonce la reduction par ordre du Roi^). II a repondu que le 
Roi lui dira bien lui-raeme ce qu'il y avait ä faire lä-dedans; et, 
comme une forte parole a suivi l'autre, Plessen a dit ä Löwenör de 
se Souvenir du temps passe — voulant parier de sa naissance — ; 
Löwenör a repondu, marquant la tete avec la main: >I)as hah ich 
damit erworheni.^ et marquant l'cp^ avec la gauche: -»Das werde' damit 
soutenirenli- — A mon arrivc je saurai ce qu'il en est. 

Ce n'est pas vrai que le Phenix est arrive ici, mais un vaisseau 
frauQais a porte ici Bestellung und Sitz ä un marchand, so von dem 
Schiß' sein sollen. Diemar'^) viendra demain ici; il me mande qu'il 
pourra bien etre que le Roi^) ne partira de Hanovre que demain, 
qu'il se plaisait iufiniment ä Hanovre. Le prince Guillaume") est 
encore en Suede. Adieu. S. T, T. '^) in perpetuum. 

9lac^ ber eigen'^änbigcn Urfcfirift. 



1) %tm 0. 5S?reec^; ögl. oben ©. 52. Sl)r ©attc, 9(boIf f^-nebrtd) ö. SBrcccf), war 
Dbet[t unb Äommanbeur beg Steiterregimentä ^rinj ?luguft äßil^dm üon ^xtn^tn in 

2) «ßüut ü. £ött)enör, ©irector ber S:rieglfan§Iei. 

3) Oberfammer'^err ^arl 5tbotf unb (SonfeiU^räftbent e^rtfttan Subroig ü. ^leffen. 

4) Si'önig S'^riftian VI. öon Tiäncniarf. 

5) §avtnionn <&x\\\i J^retfierr ü. ®iemar, l)eiftfd)er ©ejanbter in Bonbon, Jpätcr faiier- 
Ucf)er geIbmarfd)oIl. SSgl. gör^ter, .'f'öfe unb Kabinette euro^jas; 1, Urfunbenan^iang 
©. 137. Journal de Seckendorff p. 194. 

6) Slönig ®eorg II. Don ßnglanb. 

7) Sonbgraf 2Bif:^eIm VIII. Don Reffen -©äffet, «ruber bei ^önigg griebric^ öon 
©d)tt)eben. 

8) Sum totus tuus. 



^2 '^rifjwccbid ^c>:' .MtriMunimni Aiictuid) mit Wnunbfoiu. 

46. 

Ter iTvoiipriii'^ an liMvumbfoui. 

!i Ruppin, ce 23 de scptenibre 1732. 

Alttn tvi'S eher Oöneral. \'otre lettre u'ji paH nuiuque de mo faire 
le plaisir que nie lont ordiuairemeut toiitcs Celles qui vicnncnt de votre 
part; niais je von» avoiic, nion eher Göncral, que ce qui regarde votre 
raisdnnement touehant l'entrevue de Ruhstiidt — quoique Je trouve 
tout ce (jue vons dites, l'ort jnstc — iie m'a pas plu infinimciit, car 
i'aime l)eauc(>up ä faire tout ce (pii nie peut rejouir, et cduime j'aurais 
rte hieu aise de vous revoir et de profiter de votre agröable coiii- 
pagnie. cela m'a fjiit beaueoup de la peine d'ctre oblig-6 d'eii rester 
lä, quoique je ne dösespere pas entierement de vous revoir un jour. 

Le eouite de Seckeudorff a passö ces jours par ici. Je Tai re^ni 
de mou luieux et j'ai fait tout ce que j'ai pu, pour lui donner du 
gout ä rei)asscr par ici ä son retour. Messieurs nos aiü,Tefius ont dit 
niille sottises, qui Tont l)icn fait rire. Pour nioi, qui suis fait a cela, 
je nc m'en emeus non plus cpie de voir tous les jours monter et des- 
ceudre la garde. II me dit que la cour 6tait fort solitaire, et qu'il y 
aurait certaiuement une indigencc de flux de bouche et une grande 
profusion de vin. Je ne sais aucun meilleur reiuedc h ceci que de 
faire revenir le gros comtc de la Barbaric prussieune, oii il s'est 
confine. 

Nous avous cu ici, il y a quelques jours, uuc bände de comc- 
diens, qui nous ont donnö le plus süperbe spectacle que Ton alt vu 
depuis memoire d'hommes dans notre ville. Imaginez-vous donc, 
Monsieur, que mardi pass(^, comme le 16 de cc niois, nous fümes k 
la maison de villc, oü se prcsenta pour le premier aspect un thcatre 
de magnifique structure. L'amphitheätre 6tait compose de quelques 
poutres entassces, par un heurcux hasard, les uncs sur les autres et 
qui, Selon toutes les apparcnccs, attendaient le niomeut que la pour- 
riture, et les vers, dut les faire changer de place. Un paravent de 
cinq feuilles ötait plac6 vis-ä-vis de ramphitbeatre, qui par une grande 
balafrc qu'il avait cn un de ses flaues, faisait entrevoir une bougie 
de suif dont la faiblc luniierc suffisait ä peiuc jjour eclairer six raclcurs 
de buyau qui sc donnaient tous six au diablc pour jouer un fort 
niauvais concert dont ils ne pouvaicnt devenir ;i bout. Ils curent le 
tenips de travailler ä Icur aise et d'ccorchcr les oreillcs de leurs mal- 
lieureux auditeurs. Apr6s, Monsieur, avoir exerc6 notre patience plus 
d'nnc grosse heure, Ton vit, environ vers les huit heures, au bout de 
la salle une lumicrc dont la clartc dveilla respcrauce quasi entierement 



1732, 23. September. 63 

steinte des spectateurs. Chacun sc promettuit merveille et se forniait 
dans sa cervelle une idce mcrveilleuse de cc qiii allait arriver, lorsqu'ä 
notre grand ctonnement eutre deux lampes allum^es Ton vit paraitrc 
— non comme le soleil — iine scrvante dont la crasseuse description 
salirait, sans doutc, le papier. Apres avoir place ces deux lampes 
aux deux cotes du soi-disant theatre, la dame s'en alla, eu nous 
annoncant que la seene allait s'ouvrir. 

Le maitre de la bände, cliarlatan, vrai vendeur de mithridatc, 
parut le premier, vetu d'uu habit qui avait ete ueuf au cürameiicement 
du dernier siecle. Sa perruque, ä force d'avoir servi ii onibragcr 
mainte tete, avait taut ete bonne qu'elle n'en valait plus rien; neaii- 
moins, eile couvrait, tant qu'elle pouvait, le peu de cervelle de notre 
acteur, et le reste de ses larabeaux fugitifs pendait negligemmeut 
sur ses epaules. Une longue rapiere de six pieds deux pouces tra^ait, 
quand il se tournait, ä l'entour de lui un cercle aussi juste que si 
un compas l'avait fait. L'ajustement de ses pieds repondait par- 
faitement au reste, et tout ce que l'on trouvait de plus rare en lui, 
etait une paire de gants blancs qui paraissaient tout neufs. 

Apres avüir declame d'un ton de crocheteur un tres mauvais röle, 
parut sur la sccne son epouse, qui avait la moitie du visage eclipsee 
par un assassin dont la grandeur gigantesque lui couvrait la joue, 
un peu de la gorge, la moitie de l'oeil gaucbe et le front. Sa tote, 
plus hideuse que celle de Meduse, etait couverte d'un chiffon amasse 
dans les halles, ä i) sa gorge, qu'elle prenait soin d'etaler le plus qu'elle 
pouvait, se trouvait entouree d'un beau collier de fausses pierres. 
Le sac dont eile etait vetue, se trouvait tendu par le panier, qui, 
etant plus large que l'habit, lui faisait faire millc grimaces. Le tout 
de l'ajustement etait releve par un terrible postillon d'amour couleur 
de chair. Apres la description de son ajustement, je crois, Monsieur, 
que vous aurez une juste idee de l'actrice. Sa voix ne dementait 
pas non plus sa figure, car, d'un ton glapissant, aigre-doux, eile fit, 
en reniflant, une declaration d'amour dont je me suis marquc tous 
les termes pour m'en servir ä temps. 

Elle etait justement ä degorger son röle, lorsque le diable, qui 
s'en mela, fit un changement de scene; car, tout d'un couj), il se fit 
une terrible clameur, et tous les auditeurs se virent en dessus dessous. 
Les poutres sur lesquelles ils s'etaient places, en forme de bancs, 
n'etant pas trop bien assurees, se mirent ä rouler. Ceux qui etaient' 
dessus, tomberent par consequent, et, tombant avec les planches sui 

1) Sic. 



g4 58vtcfniccf)fcl ^e!? .Ntvonpiiii'^eii ^-viebrid) mit ©rumbfott). 

ceux qiii ^taieut postös devcaut eux, entralnereut ceux-ci avec leurs 

chiites. Se tioiivaut dune lucsscs les ims sur les autres, et la plupart 

daiis uiie Situation tr6s incommodc, ils criaient cumme des enrages 

an pi«>nipt sccours. C\''tait alors un plaisir de voir de quelle fa^ou 

(.'chi ctait ajustc. Uu hommc, uue chaisc, une ülle, unc poutre, im 

Soldat, uu gaivou, culiu, tont etait coufondu comme daus une rösur- 

roctiou. Apics que Ton se fut donue bien de la peine, nous 

tiränies uu cbaeuu, l'uu ai)rcs l'autre, de cette rctiape*). Que deju- 

rciucnts cu Dieu ue se lirent pas alors! et (lu'il faisait beau voir 

comnic uu ebacuu de ces malbeureux pestait contre l'operateur! Un 

eliacun, de depit, s'eu alla cbez sei laver sou museau eusauglantc d'eau 

tVaiche. Tour moi, je piis le meme parti, donnant l'operateur, sa fenime 

et toute la troupe au diable, et jurant de bonne foi de ne jamais 

remettre le picd en teile comcdie'^). Ne voulaut pas m'etre ennuy6 

tont seul, je prctends m'en dcdomniager par ce reeit, et je vous prie, 

Monsieur, de nie le vouloir passer nialgre sa longueur, vous assurant 

que je suis, du reste, avec beaueoup de cordialite et d'estime, mon 

tres eher General, votre parfaitement affectionnc ami et serviteur 

Frederie. 
Je vous renvoie ci-joint la lettre. 

?iac^ bcr eigenl^änbigen Urfc^rift. 



47. 

^er Äronprinj an @rumB!oirt. 

ä Klippin, ce 25 de septembre 1732. 

Monsieur mon tres cber ami. Je crois que c'est pour me faire en- 
core plus regretter votre compagnie, Monsieur, que vous me faites 
lagreable deseription de la vie cbampctre que vous menez ä Rubstädt. 
Vous eonvenez avec moi que l'ou jouit ä la campagne d'un repos que 
Ton ignore ä la cour; c'est ce qui me fait trouver tant de cbarmes 
ä ma solitude, et ce qui me fait goütcr le genre de vie des petites 
villes: les soins et les inquietudes sont baunis de Tesprit. Vous ne 
craignez jamais de venir trop tard, ötant le maitrc; vous etes au- 
dessus des compliments qui obligent souvent, par bienseance, de pro- 
ferer des paroles que le coeur desavoue. Vous reglez les heures du 
jour, Selon qu'il vous plait; vous ne voyez que qui vous voulez, et 
ce nombre de faux amis, inövitable aux cours, n'interrompt pas votre 



1) Sic. 2) SSgl. „Sron^jrinä" ©• 154. 256. 



1732, 25. September. ß5 

tranquillitö, et vous laissez ä Dien et a notre monarque le soin de 
gouverner la machine de l'Etat. Decharge du fardeau que donuent les 
soucis des affaires, le sommeil vous devient paisible; des reves for- 
tunes vous fönt passer la nuit agreablement; Ic sommeil semant de 
ses pavots sur vos yeux, ils ne se rouvreiit qu'aprcs que le valet de 
chambre par foree de secousses vous les ftiit rouvrir, et lors vous 
projetez de quel divertissement vous voulez jouir ce jour-lä. Etant 
au-dessus de riudigcnce, les soins du Icndemain ne vous incoramodent 
pas, et un repas frugal, accompag-ne de bon vin, vous attend toujours 
pret jusqu'ä ce que l'appctit dicte l'lieure oü il doit etre servi; alors, 
affame par la saine et legere Emotion qui avait preeedc, tous les 
mets de la table semblent exquis et mieux que si Stats^) les avait 
faits. La compagnie, quoique peu choisie, ne laisse pas d'avoir ses 
agrements, la diversite d'humeur des convies fournit uue ample ma- 
tiere ä philosopher. Les fades plaisanteries de Tun, le sot orgueil de 
l'autre, l'ignorant qui contrefait l'homme d'etude et de savoir, le 
hableur et tous ces gens, par le manque de savoir-vivre, decouvrent 
leurs caracteres infiniment plus que ceux qui, par Tusage de la cour 
et par une fine dissimulation, savent voiler leurs caracteres ; enfin, l'on 
se fait un plaisir de tout, et teile nymphe villageoise, embaumee 
d'odeur de gousset d'aisselle, plaira mieux que la comtesse D ... h ... 2) 
avec tous ses airs precieux. La liberte d'esprit se repand aussi bientot 
en toutes vos manieres, l'on devient plus aise, et ayant le temps et 
la liberte de l'employer ä ce que l'on juge ä propos, l'on peut s'ctudier, 
et en faisant des reflexions et reflechissant sur les ev^nements que 
l'on voit arriver dans le raonde, l'on revicnt bien de reblouissement 
que donne le vain eclat des grandeurs. Plus on est eleve, et plus 
l'on est esclave, tant des grands seigneurs que de l'Etat, des im- 
portuns, des affaires et, plus que tout, du qu'en dira-t-on. 

Peut-etre vous moquez-vous bien, Monsieur, qu'ä mon äge je fasse 
des reflexions qui paraissent si detachees du monde. Je l'airae ncan- 
moins, et j'avoue que le temperament vif que la nature m'a donne, 
me porte avec impetuosite vers tous les plaisirs dont la jeunesse est 
folle; neanmoins, le malheur m'a appris ä mitiger ces fougues, et 
quoique je suis bien loin d'etre maitre de moi-meme, ni d'abjurer 
le monde, comme le fönt les quietistes, neanmoins, j'ai appris ä rai- 
sonner juste, et j'espere qu'avec le temps je serai en etat de suivre 



1) ®te 58e§ie:^itng i[t nicf)t erfennbor. 

2) ®räfin £()arIotte 'l!önI)Dff, geb. ®räftn 58Iumentt)aI, ©emaljlin bc§ ®enerolmo|or§ 
OJrof mejanbcr ®önI}Dff. ^Bgl. oitd) 3cttjc^rift für ^)rcit{3iicf)c @cjd)icf)te XVIII, 43. 

Äofcr, aSricfa'cdjfel 5viebricl)g beö ©rofjen. 5 



Qg "i^vicluicdjjfl ^e•^ .\ivoiH.n-iii,scu (S-vict<iid) mit tynniibfoui. 

les prt^ceptes que la laisou me dicte. Vous me ferez, en attendant, 
toiijours im viai plaisir de me montrer le bon cbeniin, et vous verrez 
que je ne seiai pas iirecouuaissaiit, uie seutant dcjä avee uue vive re- 
conuaissauce et unc paifaite estime, mon trös eher G6n6ral, votre tr^s 
tidölo et atVectiouue aini et scrviteur Frederic. 

Le proverbc dit (iii'aucuii Alleniaud u'ceiit Sans apostille; je ne 
demeiis done pas nou plus ma uatiou, et, ayant oublie de parier 
de la lettre de K., je vous dirai (jue je la trouve excelleutc, d'autaut 
plus que l'expedieut est bon. 

Tiad) bor cigcul)äiit)U]eii Ihjcljiift. 



48. 
^er ^Ironprius an ®rumb!otü. 

Ce 29 de septeinbre 1732. 

Mon tres eher ami. Je vous ccris pour me delasser des sottes 
lettres que j'ai etc oblige d'ecrire, vous comprenez bien oü, et j'ai 
cte fort surpris que nies compliments fönt plus d'effet sur les esprits 
que les autres; car pour un conipliment que la civilite m'obligeait de 
faire, vous allez voir par Tincluse') quelle foi Ton y ajoute. Je crois 
que c'est pour nie faire accroire que je suis eloquent; j'avoue que ce 
n'etait pas tout-a-fait mon dessein de Fctre dans eette occasion, mais, 
comme l'on se flatte volontiers de ce que Ion souhaite, M. le Duc 
me fait des remerciments comme si j'etais l'homme du monde le plus 
epris des cbarmes de sa fille: il me fait son panegyrique pour ajouter 
ä la baute estime que j'ai dcja d'elle, et il me fait les bonueurs de 
son ccßur comme d'un cabaret. Tout ce que je viens de dire, a fait 
tant d'effet sur moi que, hü soubaitant le supreme bonbcur, je fais 
des voeux du fond de mon cojur que l'empereur de Maroc devienne 
amoureux par rcputation des beautcs de cette Princesse et qu'il l'en- 
leve et lepouse. Imperatrice de Maroc vaut de deux degres une 
princesse royale de Prusse. Voyez, apres ccla, si je ne suis pas 
cbretien, et si je ne soubaite pas tout le Ijieu a des personnes qui 
me causent tons mes chagrins. J'avoue que je suis moi-mcme surpris 
de cet effort de generosite, et que je ne puis comprendre comme l'on 
peut eti-e si bon. 

A propos, Monsieur, j'ai eu bicr des buitres fraiches, des buttes, 



1; iJiegt nic^t üor. 



1732, 25. (September — 6. Dctober. ß7 

des chapons gras, et j'ai fait im repas de Hambourg. J'ai pens6 plus 
de vingt fois a vous, et j'avoue quo j'ai eu ime demaageaison extreme 
de vous avoir de la partie. Or, ceci ne sont point de compliments, 
et je vous dirai la clef ä quoi vous pouvez conuaitre quand c'est 
vrai ou compliment. Quand c'est vrai, alors ee que je dis, parait 
naturel et est ecrit sans eoutrainte; mais quand c'est ceremonie, alors 
je fais un grand galimatias de phcbus et de compliments, selon les 
modeles ordinaires. Je sais que vous ctes un pcu soupgonneux, 
c'est pourquoi je vous previens et je vous prie de croire que, quand 
je vous dis que je vous aime de tout mon coeur, que c'est bien sin- 
cerement et avec bien de l'estime, etant, mon eher ami, votre parfait, 
content 1), fidele ami et serviteur Frederic. 

3cad) ber eigenpnbigen Urfc^riit. 

49. 

®er ^ronprtuj an ©rumbfoto. 

Euppin, ce 3 d'octobre 1732. 

Monsieur mon trcs eher ami. Je suis dans le plus grand em- 
barras du monde, ayant recju un ordre du Eoi de faire le Pacht- 
anschlag vom Amt Rtippin. A vous dire le vrai, je n'en sais pas 
assez pour faire cela tout seul. C'est pourquoi je vous prie de me 
tirer de cet embarras en m'envoyaut un homme qui sait faire un 
Anschlag. Vous ne saurez m'obliger davantage, car je suis dans de 
terribles peines; je vous prie donc de m'en tirer, et cela au plus 
vite. Je suis embarrasse autant que je peux, et je vous prie de 
m'aider; je dois faire plus, et si je sais comment, je veux etre pendu. 
Je vous prie donc de me montrer en cette occasion-ci, comme vous 
avez dejä fait en tant d'autres, [que] vous etes mon ami, quoique je 
n'en doute point. Ceci ajoutera infiuiment aux obligations que je 
vous ai dejä, etant avec toute l'estime imaginable etc. Frederic. 

9Zac^ bcm 3lbbriic! bei göifer III, 187. 

50. 
S)er Äron|)rin5 on ©rumbfott). 

A Euppin, ce 6 d'octobre 1732, 

Monsieur mon tres eher ami. Vous ajoutez tous les jours aux 
obligations que je vous avais dejä, mon tres eher General, et vous me 
donnez plus de matiere que personne au monde ä etre reconnaissant. 



1) 8teä: constant. 

5* 



c^ 'iBrifiiPOcljjcl bc'? Mvoupvin^cn (sricbvid) mit ®niml'fLnü. 

Je vnus assuie quo seloii iiiou iuteution eile est proportioun^e aux 
Services (lue voiis nie reudez tous les jours; mais par malheur cela 
en rcsto lä. Quoiquc je sois fort accoutnmc aux histoires que Ton 
fait snr luoii sujet, et sur les diseours que je tieus, sans y avoir 
janiais peuse, j'avoue que ee que vous me maudez, mc surprend ex- 
tröinenient; ear la receptiGU que j'ai faite a messieurs mes cousius a 
öte aussi hounete et aussi bien que je le pouvais faire. Je me suis 
donn6 tous les efiorts pour les divertir; mais j'en suis reste lä, et 
par boulieur Woldeu et une douzaine d'officiers sont temoins de ce 
iiue je leur ai dit, et vous pouvez comi)ter sur mou bouncur qu'aucun 
discours n'a toucb6 cette corde en aucuue maui^re. Tout ce que j'en 
puis juger, est que messieurs les princes, pour affecter d'etre en ma 
confideuce, se sont inveutes des contes dout je ne peux mais, et je 
l)eux vous assurer que je ne parle de tout cela ä personne, siuon ä 
Wolden, ou quand il faut en i)arler, comme avec IMünchhausen^); 
mais Sans cela je ne crois pas qu'avec verite personne ne peut dire 
de m'avoir oui parier de ce mariage. Ncaumoins je ne dis pas qu'en 
g^neral je n'aie parle de mariage. C'est un texte sur lequel un 
cbacun glose. et une matiere si riebe et de quoi Ton peut tant dire 
de cboses, qu"il serait fort facbeux de la retrancber d'une conversation 
aussi si'cbe que la nötre; et le Koi mcme epluclie si bien le mariage 
et ce qui sy rime, qua son exemple je ne saurais m'empecber d'en 
dire nion petit mot. Apres, bonni soit qui mal y pense! Car un 
interprete malin peut donner un tour tout contraire ä ce que l'ou dit, 
et peut appliquer un discours a de certains sujets, oii pourtant il ne 
tendit pas. 

Etant en si bon train, je ne saurais m'empecber de vous apprendre 
que l'Amour qui tyrannise les cceurs des grands princes aussi bien 
que celui du manant, las d'etre liabill6 de pourpre et de loger dans 
des süperbes edifices, a decbarge, par boutade, de son arc la flöche 
la plus aigue, qui a justement attrapc le cceur de notre prövot, Ce 
miserable, plus amoureux qu'Antoine ne le fiit jamais, et plus tour- 
mente que les pourceaux des Gergeseens^), vint dernierement d'un 
ton lamentable m'api»rcndre l'etat de son cceur et l'olyet de sa l)elle 
flamme. Jamais je nai tant ri qu'alors. 11 me fit montre eusuite 
de la Deesse qui l'avait enchantö, qui etait une grosse tripiöre salope 
et laide ä faire peur et qui bornait sa fortune et son ambition avec 
le glorieux titre de madame la prevöte. Je refiöcbis longtemps apres 
par quelle raison le fils de Dame cyprienne voulait unir un couple 



1 3?gt. oben 8. <J0. 2] Go. 9Jlattt). ^ap. h. 



1732, ().— 7. Dctober. ß9 

si deprave. et je erus avoir accuse juste en m'imaginant que comme 
je m'avais si bien raidi coutre ses attaques, pour m'en teinoigner son 
dedain d'une maniere autbentique, il s'etait cboisi ces deux person- 
nages qiü encore actuellement se consument d'uu amour mutuel et 
tendre. Je ne saurais m'empecber de meler quebiue boutfonnerie dans 
mes lettres, et je vous prie, Monsieur, de me Ics passer, en conside- 
ration de la parfaite estime et de la cousideration avec laquelle je 
suis, Monsieur mon tres eher ami, votre trcs sincöre ami et serviteur 

Frederic. 

dlad} ber etgentjänbigen Utjd)rift. 



51. 

2)er ^ronprinj an @rumt)!ottJ. 

A Ruppin, ce 7 [octobre 1732.] 

Monsieur ^ on tres ober ami. Je vous rends mille gräces de 
toutes les peines que vous vous dounez pour moi, et je vous assure, 
mon eher General, qu'aucun ne les reconnait mieux que je le fais. 
Je ferai tout l'usage possible du promemoire, et quoiqu'il ne soit pas 
süffisant pour me tirer eutierement de peine, du moins peut-il beaucoup 
me faciliter. Ce que vous me maudez de Hille^), ne me surprend 
pas, et je vous prie de faire attention ä ce que je vous en ecrivis, 
il y a quelque temps, oü vous croyiez que je me trompais. Hille 
etait un des premiers personnages dans mon exil et par consequent 
un bomme dont de toute necessite je devais etudier les mceurs et les 
sentiments, et si vous voulez, entre nous, je vous ferai son caractere, 
auquel je suis persuade que vous pourrez le reconnaitre. Premierement 
il a beaucoup de bou, un esprit subtil et susceptible du tout, qui s'est 
acquis des belies connaissances et qui certainement est fort agreable ; 
avec cela il a un genie particulier pour les affaires du negoce et du 
trafic, dont je crois qu'il est le premier en son espece. Ses idees 
sout nettes, bien raisonuees, et pour un bomme de lettres et de sa 
volee je n'ai guere vu ecrire plus joliment, soit en frangais ou soit 
en allemand, si la satire, quelquefois bors de propos, ne venait s'y 
meler jusque dans les relations cameraliques. 

Avec cela, sa vie est sobre et ses moeurs fort austeres, mais, 
d'un autre cote, tant de bclles qualites et tant d'utiles talents sont 
contrebalances par des defauts qui ne cedent pas beaucoup aux vertus. 
Commen§ons par les plus grands. Ce qui m'a toujours le plus choque 



1) Sögt, oben 6. 13 „ft^ron^jrins" ©. 78. 



~0 "iövlcfiiicdjjcf bcv Sh'piiprinjcn ^-ricbvid) mit (Snmibfolti. 

ile lui, c'est quo dans trois ou qnatrc aus il u'a point frequeutö la 
saiute-ceuc (et l'üu dit mcme quil a aide ä faire trausposer M. Glasen, 
parcequil l'avait trop presse sur ce sujet, mais je ne saurais poiut 
assurer ce fait). Ce uest pas justcment par m6pris qu'il s'en abstient, 
iiiais c'est iiuc corde qu'il ne faut pas touclier avec lui, et unc matiere 
de laquelle il ne rcnd point raison. 

Eusuitc, un döfaut qui lui attire bien des ennemis et qui ä lui- 
nieme fait niille chagrins, cest un orgueil iusupportable qu'il fonde 
sur la counaissance de son savoir et sur le rang de sa Charge; ensuite 
il porte dans son coeur une hainc inv6tcr6e envers tout ce qui est 
gcntilhomme, et c'est un fait que je pourrais av6rer par la perte du 
bien de bien des gentilshommes. Le moindre de ces ddfauts est 
lenvie qu'il a de se voir api)laudi par tous ceux qui le voient, et de 
ne pouvoir point celer de secret; car ä present je peux vous assurer, 
Monsieur, que par de certains soliloques j'ai toujours remarque de lui 
tout ce que vous lui aviez ecrit, et si je ne l'eusse pas appris imme- 
diatement, il y avait de certains bourgmestres envers lesquels il voulait 
faire le grand sire, et pour se faire valoir, il leur racontait toutes les 
nouvelles qui venaicnt de vous, et souvent je n'ai pu comprendre 
comnient de certaines cboses ont eclate. Neanmoins quand on fait 
usage de cet hemme, sans l'^lever trop, il est fort utile. Je vous 
prie, Monsieur, de me faire la justice de me croire ä jamais avec 
bien de l'estime et de l'amitiö, mon tres eher Genöral, votre tres 
tidele ami et serviteur Frederic. 

'ülaä) ber eigenl^änbigen Urj^rift. 



52. 

®er Ä'ronprins an @vum()!otü. 

A Rnppin, ce 13 d'octobre 1732, 

Mon tres eher ami. J'ai rcQU avec bien du plaisir les deux lettres 
que vous avez eu la bonte de m'ecrire, et je vous assure que je me 
suis represente le repas que vous avez donne au Roi, tout comme si 
j'v avais ete. La scene de Nossig^) m'a bcaucoup deplu, car les 
jeux de main finissent mal, pour l'ordinaire. Je serais fort surpris. 



1; 3ff)an" Srbntonn SJoific] iDurbc Don ^yricbrid) 2BiII)cIm 1. biird) 58e[taIIini(] bom 
7. iJioDember 17:jl jum „3aflb= iinb luftiqcn SiatI)" cntoniit iinb erhielt i>a§ ^al)i barauf 
unter bem ^unomen „öon 9iabenprei§" ein bur(e^fe§ ^rcit)etrnpatent. SSgt. [Sendenborf], 
ftarafter^üfle auö bem Seben J^riebric^ mitjdm I., 93etlin 1787, VIII, 36 ff. 



1732, 7.— 13. Dctober. 71 

si le Roi mettait Degenfeld ii la tcte des gcndarmes ^), et, a vous 
dire la v6rite, je doute beaucoup que cela se fasse. Pour ce qui regarde 
M. Hille, j'espere qu'il tacbera de se faire des amis en Prusse^). 
G'est une chose essentiellemeiit necessaire ä un chacuo, et princi- 
palemeiit qiiand l'on est dans im pays etranger. Ce que vous me 
mandez, moii eher General, des nouvelles que l'on debite sur nion 
compte en Pomeranie, je peux vous assurer que j'en suis fort en 
repos ; car quand l'on n'a rien ä se reprocber, alors l'on peut aller le 
nez en l'air. Mais je suivrai pourtant votre conseil, et je dirai, sans 
faire semblaut de rien, a Wolden que j'avais entendu que Ton debitait 
taut de nouvelles sur mon compte et que jusqucs en Pomeranie il y 
avait des personnes medisantes qui se melaient de raisonuer sur mon 
cbapitre, et que, si j apprenais un jour de qui cela pouvait venir, que 
je tacberais de m'eu venger. 

Je vous debrouillerai toute l'affaire de V Anschlag vom Amt Ruppin. 
J'ai ecrit au Roi 3) que, selon ses ordres, je ferai \ Anschlag, et ensuite 
lui faisant rapport de ce que j'avais deja vu, je lui ai dit que je 
trouvais que tout avait ete fait avec une grande accuratesse, et que 
je craignais fort que je ne pouvais pas faire beaucoup plus de plus 
que le dernier Anschlag avait ete. J'ai vu les Anschlüge ici, car le 
bailli les a, et j'ai ecrit au Roi, dass ich nicht viel an vorigen Anschlag 
würde änderen können: c'est pourquoi il a fait venir le Generalanschlag, 
afin que je ne le puisse pas copier mot a mot. Je suis tout hors 
d'aflfaire, car entre nous soit dit, je trouverai un plus de 50 ou 60 
ecus. tous les ans, sans cbarger les paysans. Robwedell^) m'aide, ä 
dire la verite, car, saus cela, il n'y aurait pas moyen d'y suffire. 
J'espere d'avoir acheve le tout dans trois semaines; j'attends le Land- 
messer, qui doit arriver tous les jours, et je vous prie de me croire 
bien cordialement et siucerement, mon tres eher ami, votre parfaitement 
fidele ami et serviteur Frederic. 



1) 5lu§ beut oBcn ®. 5G 3(nm. 1 angefütjrten 33ricf bc§ §ersog§ Don 33et)cvn crgiebt 
ficf), "^o!^ ®raf ®egcnfclb ^ügl. oben ®. 17 ber ^Jcac^folgev be§ alten @encraIfcIbniaiid)aUg 
ö. 9ia^mei- ii 17.S9) aB Sfjef be§ 9tcgiment§ ber ©cnbormen gu werben tt)ünjd)te: »II 
ne me parait d'ailleurs pas que M. le comte de D. soit un caractere fort propre 
ä gouverner une grande aflfaire, malgre la grande inclination que le feminin 
semble d'avoir pour sa personne, cependant il serait ä souhaiter qu'ou le retint 
chez vous, en lui faisant entrevoir le risque qu'il courrait par son absence in 
fionbon), le vieillard qu'il souhaite de succeder venant ä manquer subitement.« 
©rumbforo jc^reibt an ©ecfenborff 7. Dctober 1732 (bei 5-i3r[ter III, llGj: „Ledit comte 
est dans nue grace extraordinaire, S)egenfelb öorn, ®cgcnfetb t)iiiten." 

2) gl ^^eint eine 58erfe|mig ^iüeä öon .Siüftrin nad) Siönigsberg ober ©umbinnen 
beabfi^tigt gewesen gu jein; er würbe bonn t)ielmet)r Sirector ber ^rieg§= unb ®omönen= 
tammer in Stettin. 3) 3?gl. CEuvres XXVU, c, 61 ff. 4) S8gl. oben ©. 8. 46. 



72 iBncffticdijd bci^ Stronprin.scn (vricbvid) mit @nimbfow. 

Puisquc vous Ic voiilez, \' ExccUoice seva retraucliöe des couverts; 
mais si i'cn est trop. je vous prie de nc iircu i)üint imputer la faute, 
car persoiHie ue sait plus mal titrer (pic moi; a pcine retiens-je le 
uom des gens, et il me suflit de savoir qu'ils sont honuetes gens; 
pour le reste, je douiie eomte, niai(iuis, duc, cousiu, Excel leuce, frere 
etc., ä tort et tiavers, saus savoir si je fais bieu ou neu. 

'.iiadi ^cr cii]cul)änbiijcn Urjdjvift. 

53. 

2)cr ^tronprin,^ nu ©rumlifoiu..' 

A Ituppin, CO 19 d'octobre 1732. 

Monsieur mou tres eher ami. J'ai regu la vötre avec bien du 
plaisir, et je vous suis bieii Obligo du plaisir que vous me faites de 
m'ecrire si souvent. Pour ce qui regarde Taffaire du bailliage, j'ecris 
tout de main propre, et tout se fait par moi. 11 y aura, ä ce que 
je coujecture, uu plus de 300 a 400 ecus, et sans qu'aucun paysan 
ue soit cbavge. J'avoue quil faut etre bien industrieux pour trouver 
autant d'ameliorations ä uu pays qui a 6te tax6 par trois presidents. 

II n'y a pas la moindre uouvelle ici, sinon que j'ai re^u avis de 
Berlin que Ion raisounait de moi de tous cotes, et cela d'une maniere 
fort desavantageuse, ce qui me fait beaucoup de chagrin; et le tout 
vient que le major Quadt^j avec quelques officiers du second bataillon 
ont eu quelques demcles avec un ministre-), et j'ai appris depuis 
qu'ils out rejete le tout sur moi, quoique je ne connaisse pas seule- 
meut le ministre, et que je n'aie ete informe du fait quo le matin 
d'apres. J'ai mis bon ordre que de pareilles cboses ne sc passeront 
plus oresenavant'^), mais je suis fort fache que Ton m'impute tout ce 
qui se fait, quand meme c'est a quatre Heues de chez moi""). Ce 
ministre, ii ce que je m'imagine, aura cru que c'etait par mon insti- 
gation qu'ils lui ont casse les fenetres, et comme la sainte race est 
vindicative au supreme degre, il aura repandu parmi tous ses collegues 
que je suis uu \m\)\Q et im scelcrat; ce qui me fait ressouvenir d'un 
beau mot du prince de Conde, qui disait au sujet du Tartuffe de 
Molicre, que s'il avait joue le Ciel, personne n'aurait cri6, mais 
qu'eu jouant les devots, tout cet escadron fourre avait doune sur lui. 



1; 3o^ann ©rnft JRöIcmann '^xt\\)ixx Guobt ü. 3Bicfcrabt. 

2; ^}rDteitantiicf)er öciftücficr; ögt. iöüjd)ing, CSljaracter Jtiebridjg IL, 2. 5(uägabe, 
^aüc 178S, (5. 20. :i) gute Jorm. 

4, 3n Sfifluen. SSgf. Sec^er a. a. D. S. 2 S(nm. 2. 



1732, 13.— 23. Dctober. 73 

Si je savais faire de Tor, je commimiqueiais d abord raa science 
ä ma pauvre soeur de Baireuth; eile en a certainemeut besoin, et je 
soiibaiterais de tout mon coeur qii'il plüt a Monsieur son beau-pere^) 
de passer le pas; 11 se consolerait facilement, ä ce quo je crois, si 
seulement 11 avait assurauce que Ton brasse de l'eau-de-vie daus le 
Ciel. Son fils^) est bien aimable, et je lui trouve le meilleur c(jüur 
du monde, Tout ce que je trouve a redire, ce sont de certaines dis- 
tractions qu'il a et qui ne sieent pas bien, 

Me voilä, pour le coup, au bout de mon latin. Adieu, mon eher 
ami, 200 huitres d'Angleterre et uue bouteille de Champagne m'atten- 
dent. Vous pouvez compter que je ne boirai pas un verre, avant 
que d'avoir bu celui de votre sante, qui, je vous assure, m'est fort 
precieuse, etant tout de cceur et avec bien de l'amitie, mon tres 
eher ami, votre parfaitemeut fidele ami et serviteur Frederic. 

Je vous renvoie ci-joint l'incluse de la votre. 

9Zac^ ber eigenptibigen Urfd)rift. 

54. 
S)er ^roitprtnj an ©rumbfotü. 

A Ruppin, ce 23 octobre 1732. 
Mon tres eher ami. J'apprends qu'on a donne de mauvaises 
impressions au Roi sur mon chapitre et que Ton me fait passer pour 
un athee devant lui. Je suis au desespoir de Tappreudre et, u'ayant 
rien de plus faux au monde, je vous prie de me dire de quel moyen 
il faudrait se servir pour le detromper et pour faire cesser ces bruits. 
Le meilleur est que je suis bien eloigue d'avoiu des sentimeuts que 
l'on m'impute, et que je ne sais pas seulement d'oü ces bruits peuvent 
etre venus, car je crois qu'en aucun lieu au monde Ton ne parle 
moins de theses de religion que chez moi; mais je crois que le tout 
se fonde sur ce que j'eus le plaisir de vous ccrire deinierement et 
que ce ne sont que des aigreurs de pretres. A peine ai-je surmonte 
une difficulte, qu'il y en a une autre qui se preseute; ä la fin je 
croirais que j'ai la tete de Meduse ä combattre ou bien celle de Cer- 
bere ä cent tetes. Je vous prie de continuer ä etre mon secondant, 
et je prendrai hon courage, vous assurant que je ne cesserai jamais 
d'etre avec beaucoup d'estime et de cousideration, mon tr6s eher Ge- 
neral, votre tres aifectionne fidele ami et serviteur Frederic. 

3iaä) ber eißetit)änbigen Urid^rift. 



1) aJiarfgraf (SJeocg griebric^ Äarl. 2) ecbprins f^riebiic^. 



74 i>ncfirecf)id bcS Sfronpriii.^cn ^-vicbriiij mit ®vumb!oai. 

55. 

'X' c V .St V 11 p r i 11 ,5, a n i^'t r n in b \ o iu . 

A Rui)piii, CO 23 d'octobrc 1732. 

Mdu ties cbcr nini. Dans Ic monicnt je viciis de reccvoir la 
vötrc du 22, dont je vous suis scusiblemciit obligc. Je ne manquerai 
pas de remedicr ä tous los griefs du elia})itre de Braiidcbourg, et 
j'cspöre quc vous aurcz Heu d'etre satisfait. Les vers sont asscz jolis, 
mais je suis fort pour le dcrnicr, qni vaut tous les autres. Pour ce 
qui rcgarde Ic discours du Koi avcc Nossig, je vous avouc quc cela 
me fait bcaucoup de i)eine. Je ciois que vous recevrez unc lettre 
de nioi, Monsieur, que j'ai cerite aujourd'bui et qui roule sur ce sujet, 
ayaut ete averti de cc que Ton m'avait rendu de mauvais offices. 
Dieu sait que je suis si rctirc a prcsent que Ton le peut etre; je 
m*appli(iuc aux affaires du rögiment, beaucoup d'exercices; ensuite 
les conimissiuus ccononiiqucs que le Roi m'a donndes, m'occupent; 
apres, le tenips du manger, apres, la parole; ensuite, si je ue vais 
pas voir quelque village, je me divertis ;i lire ou a la musique. Vers 
les scpt heures, je vais dans la compagnie des officiers, qui s'assem- 
blent ou aupres des capitaines ou aupres de Buddenbrock') ou aupres 
des autres; je joue avec eux, A huit licurcs je mange, ä neuf je 
me rctirc, et voila comme sc passe rcgulierement un jour comme 
lautre, bormis quaud la poste de Hambourg vient; alors j'ai une com- 
pagnie de trois ou quatre personnes daus ma chambre, et nous soupons 
seuls, parce que ma depense ne s'ötend pas ä rassasier dix personnes 
de denrees si cheres. Tont le divertissement que j'ai, est de me 
promcner sur l'eau gu bien de jeter quelques fusees dans un jardin 
qui est devant la viile. Voilä tout au monde cc qui sc fait, et je 
ne vois pas comme, dans un endroit scdeutairc comme celui-ci, Ton 
peut jiasscr son tcmj)S autrement. Je souhaitcrais pourtant de tout 
mon cocur de pouvoir dctromper le Koi sur tout cela. Selon moi, il 
n'y a rien de plus innocent que eela, et je ne vois pas comment je 
pourrais etre plus retir6. Entre nous seit dit, Ton a mis en tete ä 
la Keine que j'etais debaucbc ici ä tout exces, et il parait qu'elle le 
croit. Je ne sais doii vicut que tout le monde parle tant de moi sur 
cela, car, ;i dire vrai, Ion a de la cliair, et je ne nie point que 
quelquefois eile ne soit faiblc; mais, pour qucbiue petit pechö, l'on 
est rcput6 le jdus grand debauche de la terrc! Je ne connais per- 



1 3o^ann '^ob\t §etnric^ 2BtI^eIm ü. 93ubbenbrocf, £icutenont im ^Regiment beg 
Sronprinjctt. 



1732, 23.-27. Cctobcr. 75 

sonne qui n'en fasse autant, et il y cu a tant qui en tont pi.s, que 
je ne sais d'oü cela vient que persouue ne parle d'eux. J'avoue que 
cela me chagrine beaucoup, et que, si je pouvais, je serais bieu 
fache contre les pendards qui vont semer de teile uouvelle, quoi<|uc 
pourtaut tout se passe sous niain. Vous voyez, nion eher aiiii, ([uc 
je suis fort sincere, car je vous dis tout comme je le pensc et commc 
cela est, sans vous divulguer rien. Je sais que vous avez conipas- 
sion de mes faiblesses et que vous savcz bien — ou du moins que 
vous esperez — que le temps me rendra sage. Je fais tout mon 
possible pour le devenir, mais je ne crois pas que Caton ffit Caton 
comme il etait jeune. Conservez-moi, cu attendant, je vous en prie 
iustamment, mon tres eher et gencreux ami, votre precieuse amitic 
et votre assistance, continuez a me tirer de mes peines, comme vous 
avez commence si dignement, et comptez sur toutc l'estime et la re- 
connaissauce qu'un honnete homme vous doit, l'ayant tirc de tant de 
difficultes. Je suis, mon tres eher ami, votre tres affectionne parfait 
ami et serviteur Frederic. 

Je vous supplie de vous informer si l'on continue ti parier encore 
de cette facon sur mon chapitre ou si enfin tous ces maudits bruits 
se sont eteints, et si le Roi est remis et mieux persuade de moi. 
So7io totus ä toui^). 

P. S. 
Ce qui me donue un peu bon courage, c'est que je viens de re- 
sevoir des perdrix du Roi; j'espere quil n'ajoutera pas foi a tous lec 
discours que Ton repand sur moi. 
SRocf) ber eigenpnbigen Urj^rift. 

65. 

^er ^ronprinj an ©rumfifoiu. 

A Ruppln, ce 27 d'octobre 1732. 
Monsieur mon tres eher ami. J'ai regu avec bien du plaisir 
Celle que vous m'avez fait le plaisir de m'ecrire, et je reconnais de 
plus en plus a chaque jour comme vous etes de mes amis. L'affaire 
qui a present me tient le plus ä cceur, est de faire cesser tous les 
mauvais discours dont je suis toujours le sujet. Dien est mon temoin 
que je n'ai jamais lu Spinoza, et que je ne Tai pas, preuve de la 
faussete des choses que Ton debite sur mon sujet; et je vous assure 
qu'ä les examiner toutes, l'une ne cederait en rien, en ce qui sujet 2) 

1) Sic. 2] Sic. 



^(^ i^ruiiuodijel bo>3 .Stvoiipviii,!,ou Avicörid) mit Wvumlifoiu. 

l;i faussctc. a r.autre. Je luc scus cu cela la couscience si boune 
(|uc je n'ni rien a mc vcprocher; mais j'avouc quo, malgire tont cela, 
de pareils iliscoiir3 nie sont cxtromement sensibles. Je risque tont, 
si un nioindro de ees l)rnits parvient devant los oreilles du Roi, 
(Uli, bien loin dexaminer si les cboses sont ainsi ou uon, prcndra 
faeilemeut raflirmative. 

J'ai regu ordre de nie reudre, le 29 au soir, a Wusterhausen; 
je crois que le duc de Bevern y vieudra. Je vous prie alors de 
vouloir bien parier a Wolden, qui sait tout ce qui se passe chez 
nioi, et ([ui peut vous dire ce qui en est. La cbasse de Laudsberg 
est eueore ä moi, aiusi vous pouvez eu jouir, comme de tout ce qui 
m'appartient, et vous me ferez un veritable plaisir de vouloir vous 
eu servir souvent. Je vous prie, mon eher ami, de m'assister pour 
me tirer de tous ces mauvais discours; je vous en aurai des obliga- 
tious jusqu'a ma mort, et je uc cesserai d'etre avec beaucoup d'es- 
time tout a vous Frederic. 

'DJad) bcr ctgcnljänbitien Urjd)rift. 



57. 

©crfcnborff au ©rumbtoiu. 

[Copenhague], le 8 novembre [1732]. 

Je vous suis trcs oblige de la votre du 29 d'octobrc^), et vous 
verrez par l'ostensible ce qui m'arrete encore ici. L'entretien avec le 
Hochdeutscher'^) ne s'accorde nullement avec les propositions que Ro- 
ll •?Unicbriir!t bei 3-iJv|tcr III, 122—120. 

2) OJraf 5?cgcnfcIb=Sd)Diiburg. 35gl. oben 6. 71. 2)egciifc(b l}otte am Xage jcine§ 
SOSicbcrabganc]?' auf bcn i.'onbDiicr @ejaiibtfd)aftciVofteit, 28. Dctober, eine smeiftünbigc 
Unlerrebung mit ©rumDfotu gctjobt: »Knfin, .iprüs bien dos prc.aml)nle8 et ussu- 
niuces (ramitie, on nie denianda en gnind sccret mon ccmseil, savoir corament 
faire ponr rompre le mariage du Princc Royal avec la princcsse de Bevern; quo ceux 
qni y contribueraient, s'attaclicraient au Princc ä jamais, son aversion ponr la 
princesse de Bevern 6tant au delä de l'expression«. ?cac^ ®cgcnfe(b itjor mit 3Sor= 
triffen be^ Slaifer^ bcr ^(an entworfen, bafs bie ^rout bc§ Sltonprinjcii, ^45rin,^cj[in (Slijabef^ 
C£t)riftinc, bcn ^rin.^en üon SSatc^, bcr iironprins bic ^rin^cifin ^.)(mn(ic öon ©ngtanb 
,^n)cite Xod)tcr Georgs II., geb. 10. ^i'fi l'H;/ i>cr .'pcr.^og ai>it(}clm ?(iiguft üon Gumbcr« 
lanb 'jmcKcr So^n bc§ Siöitigg toou ßngtanb, geb. 2ü. 9(pril I72lj bie ^rinäcffin iiuife 
Ulritc fünfte loc^ter beö .^lönigg üon ipreuficn, geb. 24. '^\\\\ 1720) f)eirat()en mürben: 
»Ponr la cour imperiale, Kinsky (foiferlic^er ©efonbtcr in üonbon) a flatte le ministero 
anglais que l'Empereur se preterait ä tout, et Sans cela le traite de Viennc ne 
B'^tait pas fait si vite.« %tx SBicncr SSertrag smifd)en bcm ftoifer unb Gnglanb ift bom 
16. SJiär^ 1731. SSgl. ouc^ örumbforas Briefe an Sccfcnborff Dom 4. unb 7. Dctobcr 
1732 bei 5örftct III, 115. 116. 



1732, 27. Cctobcr — 8. 9?oüembet. 77 

binsou^) a faites ä Vieiiue. Ou ne veut pus du cliaugeiuent daiis le 
niariage du Priuce Royal, luais ou pietcud Cbarl[ottej-, pour le l*[riuce] 
de G [alles] ^), et Charles doit se marier avec Tamee des*) princesses 
d'Angleterre ; meme j'ai ordre de souder le Koi et de faire tout avcc 
votre conseil. L'Empereur mCiiic maude (lu'il avait unc teile eoii- 
fiauce eu vous qu'il csjxirait que vous ayirez lii-dedans c«iuiiiie vous 
jugerez couvenable pour le bieu public. Ou a cu la laiblcsse cu 
Angleterrc qu'ou etait eu i)eiue oü uiarier les lillet*, et (ju'ou se veut 
conteuter d'avoir le Beveru. Pour dire fraucbeuieut, c'est bieu glo- 
rieux pour le Roi qu'on se veut couteuter en Augletcrre avec la trui- 
sieme de scs princesses, au lieu qu'autretbis ou u'u jauiais voulu 
^pouser Tainee saus le mariag-e du Priuee Royal. Pour Ic cadct de 
Beveru c'est uu graud avautage, quand ou lui douuc raiuce d'An- 
gleterre, et, comme il en doit avoir des obligations au Koi scul, 11 ue 
pourra janiais oublier cette grace et ctre etcrnellement attacbc ä la 
maisou de ßraudebourg. 

II faut tenir cache cela ä tous les autres et toujours cntrcteuir 
le comte de Saiut-Empire ^) dans sa belle idee; mais je l'aurais sou- 
liaite que vous I'eussiez demaude s'il eu a parle au Roi et si avec 
coüteutemeut du Roi il s'est cbargc de cette ncgociation; car, ä prO- 
tendre de vous a faire la premiere ouverture au Roi, cela est troji. 
Pourtaut, comme il vous a fait accroire que le Priuee Royal en 
avait conuaissauce ou qu'il sera cliarme de cela, il uie i)arait que 
vous deviez faire coufidence au Priuee Royal sur ce que le comte de 
Saiut-Empire vous a dit, et demauder son avis [sur] ce que vous 
devrez faire. Pour la corresjjoudance qu'ou vous offre, je crois ab- 
solument qu'il la faut accepter, pour ctre toujours iuforme de ses 
sots seutimeuts et de ce qui se passe. Mais gardez-vous bieu de 
lui ecrire si ouvertemeut comme vous etes accoutume de le faire, et 
je vous prie de garder toujours les copies de ce que vous lui man- 
derez, et si vous ne voulez pas vous incommoder d'en preudre, je me 
donnerai avec plaisir cette peiuc. Du reste, si vous trouviez uu 
moraeut favorable de souder le Roi sur le plan de Robinson, et 



1) <5tt 2;^oma§ JRobinfon, ciiglifc^ec ©ejanbier in 2Bien. 

2; i|5vtu5cifiit '•4.'()ilivpiite (It)avrottc üoit "ismileu, (icb. 13. Wi\v^ 171t;, 17:!2 niil 
bem ^^rilIjclt Äarl üou !öraimjcl)iuctg=33cDcni nad)malg ^crjog Slarf I. uon iöraunicf)tucin> 
Seolfenbüttel (1735—1780; geb. l. 2(uguft 1713) öerlobt. 

3) fyviebvid) ihtbiing ^rins üoit aBalc», geb. 31. ;3aiuiar ITOT. 
. 4) Sectciibovff ic{)veibt: de la. 2}tc ältcfte Socktet Sloiiig ©ectgö IL \mx bie am 
2. Sioöember 17U!) geborene ^.Jirinäciftn \Hnna. 

5) S)egenfclb. 



7*> 'i^iiriiucciijcl bcv^ Mronpriii.v'u Jsnobiid) mit Wnimliforo. 

cela iluno iiKiuicie comme vuus le sauriez d'ailleurs, et meme avec 
cette ciiictustance (luc Je dcvrais reccvoir ordre den parier au Roi, 
j)uis(ine rEinpereiir et riinperatriec etaieut si purtes pour la gloire 
du lud, eil doiiuaiit de sa niaisoii ime future reine en Augleterre, 
qn'ils tiielierout de disi)08cr Beveru a cöder sa tiancöe: je crois (ju'alors 
011 poiirra liasarder den ])arler au Roi, s'il ue rejctte pas la propo- 
sition; iiiais avaut de l'acceijter ou se declarcr, on dcvrait tont d'uu 
('«lup, saus dire iiiot, cousoninicr le iiiariage avec la princessc de 
Heveru, et ccla se i)Oiirra faire au mois de f6vrier, quand on veut 
reudre visite ii Wolfeubiittcl. 

Le raisonnement du Noirau^) sur cette maticre est quc, si on 
vieut ä Texecution de ce plan, ou pourra ramener le roi de la 
Grande-Bretagne pour concourir a raccommodement de Juliers et 
Berg et favoriser le Koi daus ses vues pour la Courlaude: enlin, vous 
voyez avec quel empressement l'Angleterre recherche l'amitiö du Com- 
patrou^), et eomnic l'Empereur voudrait que nous deux fassions notre 
paix^) en meine temps, il voudra que vous en ayez le möritc en 
Angleterre, car il dit: -»Ich hob den Grumbkau recht werth.<i. — Aussi 
comptez sur la terre de 40 OUO florins de la part de la cour imperiale, 
et, a mon retour, je finirai tout cela avec Miiuclihausen^). Pour le 
Ilamhchrcihcn du Patron''), on peut comprendre aisement que cela 
vieut du plenipotentiaire, qui hrüle d'envie d'echouer dans sa u6go- 
ciatiou; car ui lEmpereur ni Moscovie y entreront, et le roi de Po- 
logne meme en sera le sacrifice. Je vous ai dejä envoyc une partie 
de Junioribus% le reste sera rendu fidelemeut; car je vous ai dejä 
dit une fois qu'il faut conserver soigneusement les picces. 

Le Roi m'ecrit: -^lat mir lieb^ dass Er mcdio JSJovemhris toieder 
in llamhurfj zu sein hoffet. Die Disposition des dänischen Hofs, mit 
mir in gut Vernehmen zu stehen^ ist mir angenehm^ und hin ich der 
Ahschickung des Generalmajor Prätorius"^] getvärtig, tverde auch einen 
Minister von dem gleichen Hang xoieder dahin senden.« II est resolu 
ici denvoyer süremcnt Praetorius, mais le Roi doit aussi nommer 
celui qui doit venir ici, n'en ayant (lu'un secrctaire ä cette heure; 
meme l'envoyc quil a cte*'), ne s'est janiais prcsentc. Contribuez 
quon se declare. Je rcponds au Roi aujourd'hui in generaliöus, me 



1, ^rtn,^ Sugen öon £aooi)en. 2) ftönig ^^J^tcbri^ 3[Biü)ctm. 

3; 3Kit Gnglonb. 4) S8g(. oben ©. üu. 5j Siöntg 3(uguft bon $o(en. 

6} 2)te S3ricfe bcä ftronprin^ien (»Junior«). 
7) 3Ue)ranber ?(ugu[t ö. *|?rätoriu§. 

8'; *l?rcu6iid)cr öJcjanbtcr in ftopen^ogcn war btä pm Su^i 1''^- tiei^ GJc^ctme 5Rat^ 
». 93ieberjec. 



1732, 8.— II. «Rooember. 79 

plaignant du vent et brouillard. Si le Roi vient au mois de döcembre 
ä Hambourg, je l'y atteiidrai pied fcrinc, mais il faut ([ue J'cii Hdis 
assure. Sur Tarticle d'OsttVise je ue vous parleiai plus, j'ai pourtaut 
trouve ä propos de toucher la corde dans l'ostensible. Öouvenez-vous 
de l'objeetion vom Land von Hadcln^ ee que le Compatrou dit toujours: 
^Sollst haben«- ; enfin, die Herren Gelehrten de part et d'autrc wollen 
Recht haben: on verra les magnifiques pieces qu'on produira. Si 
Görne*) fait l'iusolent, on pourra juger facilement de qui cela vienue; 
mais ne perdez pas courage, Gott und die gerechte Sache mit icns! 
Je m'adresserai au Directoire ou au Koi pour les commissaires de 
Magdebourg, j'ai oui que c'etait une bagatelle, et je ne vous mettrai 
dans aueun embarras. Ne preeipitez pas votre resolution, sans con- 
sulter vos amis. Je ne desapprouve nullcment que vous ne dcviez 
pas faire comprendre au maitre que vous u ctes j)as horame ä vous 
laisser ehagriner; mais allons bride en main. J'espere que nous 
aurons le temps ä nous entretenir de boucbe de cette maticre. Arrive 
ce qu'il voudra, soyez tres assure que TEmpereur est de vos amis, 
et que je suis eternellement ä vous. 



II m'est impossible de fixer le jour de mon depart. Je crois que 
nous signerons lundi ou mardi; apres il faut une journee entiere pour 
prendre conge du Roi 2), de la Keine''), du Prince Royal'), Princesse 
Charlotte^), Margrave"). Si vous etes las de votre maniere de vivre, 
je le suis encore davantage de la mienne. Mais que faire? Wir 
sind zu leiden geboren. Addio. 

5tac^ ber etgenl^önbigen Urfc^rift. 

58. 

®cr ^Ironprinj on ©rumbfoiü. 

A Ruppin, ce 11 de novciubre 1732. 

Mon tres eher ami. Je vous renvoie ci -Joint les incluses des 
votres. Je suis sensible, autaut que l'on peut, a ce qui regarde le 
Sujet de la lettre de Baireutb. Je reve nuit et jour de quelle fagon 



1) SSgl. oben S. 10. 2) Ä'önig G'fjrifttan VI. uon S^änemarf. 

3) Königin ©opijtc SRagbalcne, geb. SOiarfgräfin bon S3raiibcnburg^!öoimit^. 

4) Kronprinj grtebri^, geb. 1723. 

5) ^rniäeiftn (£I)arIotte 5(nialte, ©c^lrefter be§ Könige oon Säncmarf. 

0) ®ic öemnittmete 9JJorfgräfiu @Dpt)ie ei}riftiane öon 5ßranbcnBiirg=!öaircut^, 9Jiutter 
ber Königin. SS9I. Memoires de la margrave de Baireuth, Brunswick 1815, II, 242. 243 



gQ "i^iicnocdiicl bci? .Shonpviii.^ni ^-vicbriii) mit Wniinlifoiu. 

Von poiiirait y reintHlicr, et j'cs|nre' (lue le bou Dicu gouverneva tous 
los cii'urs de faroii (jue Ic sort do luii siuiir soit udoiiei. IMou cccur 
ino saii^ne (raiipreudrc Ic triste sort des röfugiös ') ; il me semblc (lue 
Ion uc saurait assez recompeuser la constaucc (|uc ccs braves geus 
«•ut tthnoiguöo, et l'iutrcpidit^ avec Uuiuelle ils ont souffert toutes Ics 
unseres du nioude plutöt (pic d'abaudomier l'uuiiiue religion qui uous 
t'ait eonuaitre les veritiis de uotre Sauveur. Je me depouillerais vo- 
lontiers la chcniise pour partagcr avec ces malbcureux; je vous prie 
de nie Atnruir des nuiyeus pour les assister; je leur donuerai de tout 
uidu t'ci'ur du peu de bleu <|ue j"ai, tout ce que je peux öparguer, et 
je erois quun cbaque bounöte bouuue devrait se faire un devoir 
d'assister de toutes ses forees des gens dont les i)eres et les parents 
ont souffert pour l'amour de notre Seigneur. Qucl triste prcsage i)our 
les i>auvre8 Salzl)ourgeüis! ue serait-ce i)as un niutif pour leur faire 
obtenir leurs i)eusions? 

Je viens ä prescut ä Sybcrg'-), dont je n'ai jamais eu bonne 
opinion; je le crois double coquin, et je vous loue infiniment, Mon- 
sieur, d'avoir averti le lloi de se garder de ce fripon. Vous nie 
dites, Monsieur, qu'il m'avait mcle dans son jeu; mais la meilleure 
justification (pie j'ai, e'est que je ue lui ai jamais parle qu'en pr6- 
scnce de beaucoup de temoins. Adieu, mou tres ebcr ami, je me re- 
eomniande dans votre constante amitie, et je vous assure que je ne 
changerai jamais envers vous dans les seutinients d'estime et de 
consideratiou avec lesquels je suis, mon trcs cber ami, votre trös 
fidele ami et serviteur Frederic. 

9iac^ bei cigcnl)änbt(}cn lhicf)itft. 



50. 

Oh-uml'foR) an Sccfcnborff-';. 

[lierliii] Ic 14 de novcmbrc 1732. 

J ecris celle-ci })ar avancc, voulant chasser demain pour la der- 
niere fois ä Potsdam, oü je me rendrai avec GinkeH). Je ne nian- 
querai de faire usage de l'ostensible, je soubaite seulement que le 



1) 2)ic öon ;^ricbric^ 3SiI()cIm 1. aufgenommenen (gnfjbnrfler 3(u^n)anbcrev. 

2, (9nimbfow id)rctbt an Sccfenboif , 4. 9Joü. 17:(2 bei ^örftcr III, 12«): am 2. 
)ci bcr 'üaxon Si)berg eingetroffen, »faiueux souföcur ;@oIbmacf)cr) et archifripon, que 
le Roi a vu et fait vcnir par le oanal de Luiscius«. 58gf. cbcnb. ®. l.'iO. 3(brat)am 
QJcorg Üuieciuö mar preuBi)cf)er ^ilgcnt im -tiaog. 

3) 2lntn)ort auf 9ir. :>1. 

4 5RcinI)oIb ^Hccbc, 53aron tot ©infcl, öejanbler bet Wcncrolftaatcn. 



1732, 11.— 14. 9?ot)emBer. 8| 

Roi n'envoie pas le post-scriptimi de votrc lettre touchant 0[st]-F[iise] 
aux ministres, car il est homme ;i le faire par inadvertanee , coranie 
il l'a fait avec la lettre du Patrou. 

Je suis tombe de nion haut en entcudaut ') la proposition des 
Anglais, et j'avoue que ces geus agissent cn fins [»olitiques et qui 
sont bien informes [dej ce qui en arrivera; car, d68 que Ton fera une 
teile proposition au Roi, on peut compter qu'il ronipra entiercment 
avec la maisou de Beveru et deviendra le plus cruel cuncnii ([u'eux 
et l'Empereur auront jamais eu. Car, apres que las Ehepacten sont 
signes, Verlöhiuss gehalten^ on veut rompre le mariagc de Charlotte. 
Pourquoi? Parcequ'on veut marier le prince de Galles, la nation 
murmuraut fort de la mauvaise conduite de la cour lä-dessus et de 
ce qu'elle a tarde si longtemps ä le faire. Secundo: Le Roi doit na- 
turellement voir que la maison de Bevern prefere Talliance d'Anglo- 
terre a la sienne, et que l'Empereur est du meme seiitimeut; d'oii il 
resultera que le Roi rompra le mariage du Prince Royal, dont je ne 
vois pas le moindre avantage, et de desespoir se jettera a corps 
perdu dans le tiers-parti, et, pour J[uliers] et B[erg], il se souciera 
de cela et de la garantie de FAngleterre comme rien, puisqu'il ue la 
voudra jamais a ce prix. 

Eufin, je m'etouue que vous, qui connaissez l'humeur du Roi a 
fond, pouvez entrer lä dedans, apres ce que vous savez ce qui s'est 
passe, et combien il a jure qu'il ne melera pas son sang avec celui 
d'Angleterre ; et comptez que, si vous lui en faites la proposition, qu'il 
ue vous le pardonnera pas; et l'idce de faire tout d'un coup au mois 
de fevrier le mariage du Prince Royal avec la Bevern, est fort cu- 
rieuse, tout comme si on faisait du Roi tout ce qu'on veut; heresie 
dans laquelle l'Angleterre reste, et oü vous tombez aussi. Pour ce 
negoce, mon eher ami, je vous prie de me laisser dehors. Tout ce 
que je peux promettre, c'est que, si le Roi m'en parle, je ne serai 
ni pour ni contre; mais de m'en meler, Dieu m'en garde! et le Roi 
me demanderait d'abord: »Qui vous en a fait la confidence?« Et 
d'oü savez-vous que le Roi m'en parlera? Je connais trop les sen- 
timents du Roi, et il n'est pas si sot comme on le croit, et il verra 
bien vite oü on vise et que le tout ne va que pour affermir l'amitie 
de l'Empereur et de l'Angleterre, et pour lavantage de la maison 
de Bevern; car le Roi se soucie de voir Charlotte sur le tröne d'An- 
gleterre comme moi de voir ma fille baillive de Meuselwitz^). Et 
vous vous devez souvenir lä-dessus ce qu'il m'a dit de l'ainee, avec 



1) 3n öer S^orlage: attendant. 2; SSgl. oben ©. 58 2lnm. 1. 

ÄDfcv, 33vicfn)ed)fel gricbrid)« bcg ©toßcn. 6 



g2 iPriefroedjicI bcx^ .^ronpriitsen f^vitbnd) mit ®rumbfott). 

ces uiot?: Quölle st»it i' dun Aiiglais ou dun Alleniand, que 

mimporto!* Sans cumptcr ravcrsiou qu'il a pour l'enerve priuce 
de Oallos. 

l\iur rcnipressemcnt de rAnglolorrc de rechercher Ic C()nip[atron], 
je le orois. niais c'est pour sc mociucr de lui et de lui doimer iin ri- 
dicule dans le moiide; ear ils peuvcut bleu pav uvauce calculer qu'il 
iduipra le niaiiajre du Prince Royal et de la princcssc de Bevern, 
Uli qni Vena que le princc de Hcvern se voudia niaricr ailleurs. 
Et, pour nia paix avee le roi d'Angletcrre, je ue buIb pas assez 
attache a ce f . . . . nninde pour aller daus des plaus si danf;ercux, et 
lestpicls le Koi nc pardounera jamais ä celui qui les lui vient pro- 
poser, crcde mi/ii! et je suis v6ritablemeut curieux ce qui en arrivera, 
si V0U8 lui eu faites la propositiou; car, pour moi, comptez que je 
ne m y fierais pas«, et comptez, mon eher ami, que rien n'est capablc 
de nie tenter, et j'ainie niieux iiavoir i>as un sou et de perdre nies 
peines et soucis que d'aider ä uiou maitre ii faire un faux pas, (juoique 
je veux parier ma vie (|u"il ronipra plutot tout (jue de jamais con- 
sentir que Charlotte ait le priuce de Galles. 

Du reste, si la chose se fait et que le Koi y tojie, j'eu serais 
charme, et meme tres aise, si vous tous le voulez, mais je serais au 
dcsespoir d'etrc niel6 directement ou indirectement dans une affaire 
dont je prevois des suites qui traineront apres eux un ridiculc qui 
couvrira de confusiou la niaison de Prusse; car je connais le tcrapc- 
rament du Conipiatron]: s'il s'apergoit que l'Empereur et riniperatricc 
out le moindre penchaut pour cette propositiou, vous verrez beau jcu, 
et je serais au desespoir qu'ou me put reprocher d'avoir contribuö 
a cette desunion et haine implacable. Pour le comte du Saint-Empire, 
je lui ai demand6 si le lloi lui avait donne la commission dont il 
vient parier, et il m'a repoudu que non; aussi le Koi ne lui a jamais 
parle seul, selon Derschau, et je crois que toute Thistoire de la Ul- 
rique est inventöe; car Podewils me dit qu'il couche eu joue Ic prince 
de Danemark et quil leur en a parle, lorsqu'il etait la dcrniere fois 
ä Wusterhausen. Pour la correspondance, je suivrai votre conseil 

J'ai voulu parier ä Junior ä Wusterhausen sur les affaires et sur 
ce que D[egenfeld] a propose. 11 me dit sur le premier point: »Je 
vous prie, mon eher anii, de ne me parier d'aucune affaire; car, 
quand on n'est pas instruit ä fond, ou se preoccupe pour ou contre, 
et on n'a que de fausses idees; c'est pourquoi je veux tout ignorer, 
tant que mon p6re vivra, et, pour mon mariage, il se fera, si mon 
p6re vit, et, sinon, je tiendrai ma parole lentement, mais je la tieudrai.« 
Voilä ce que j'en ai pu tirer. 



1732, 14.— 16. gjoöember. 83 

Je crois que le Roi ira ü Hamhourg apres la chasse de novfembrel; 
et comment ^e peut-il s'expliquer lä-dcssns, puisqne voiis n'etes pas 
sfir de votre arrivee? et, de8 que vous liii manderez le joar de votre 
arrivce, il s'expliquera oui ou non. 

Encore nn coup, comptez que, si TEmpereur et rimp6ratrice 
veulent soutenir le plan de l'Angleterre, il en sortira une boite de 
Pandorc. Revern m'a dit que le vieux Duo') est enticvenient dans le 
goüt de cette proposition, mais qu'il a rcpoudu: » TFo hleiht dann mein 
Wort?< Enfin, je suis curieux comme tout ceci se döbrouillcra; mais, 
pour moi, manum de tabula! et je ne soufflerai jamais chaud et froid 
et veux du moins eonserver l'estime de nion maitre, si je ne puis 
avoir sa confiance; car je la crois fort diminuee, et je m'en eousolc, 
n'ayant rien fait contre. 

J'irai demain chasser, pour la demi6re fois, a Potsdam avec 
Ginkel, et nous retournerons le meme soir. T.e Poi vient dimanche^). 
Voiei un billet de T., que j'ai recu ce matiu, II n'y a rien dans 
ces nouvelles, sinon que Brandt^) ne veut pas decamper, sans avoir pas 
l'investiture, et Gotter lui laisse les gages jusque la. Les ]\raz[arins]'') 
sont mecontents de Gotter, qui eerit rarement. Marechal"*) n'est pas 
encore arrive. J'aurai ce midi madame la Generale avec grande 
compagnie. 

9?ac^ 3Ibfi^nft tion ©runtbfotrg (Secretär^). 

60. 

®er ^ronprin^ an ®rumb!olü. 

A Ruppin, ce 16 de novembre 17.32. 

Mon tres eher ami. Je vous renvoie toutes les incluses en meme 
ordre que je les ai recues, et je vous en rends mille gräces. Je 
vous avoue, plus que je pense, plus que TafFaire des refugies me 
perce de coeur. Je vous envoie ci-joint 50 ecus, que je vous supplie 
de faire tenir au pauvre malheureux Duhan; je Tai cru reläche, et je 
suis au dösespoir d'apprendre qu'il n'en est rien. Mon Dieu, si Ton 

1) Subföig SRuboIf. 2) 16. gioöember. 

3) ei^dyttan ö. 33ronbt, ©ejanbter in SBlen. 58nf. oben S. 54. 

4) ®te SKinifter bom ®e:)3artement ber aulttärttnen 9(ffairen, ®cncral SIbrtan ^ein« 
l^orb ö. SSorcfe, .«peinrirfi b. ^obefötll iinb SBilbelm .•neinrief) b. 3;i)ulemeier. 

.5^ ^obann 9(upu[t SDIaiicboü b. Sieberftein, ©efanbter in ^^re^ben. 

6) eine Überarbeitunci biefei 58riefe$ liegt bor in ber burcf) ©edenborff unter bem 
2. Tccentber 1732 bem 5ßrin§en ©ugen überfanbten: »Relation de Grumbkow du 8 
au 24 novembre < (bei gövfter, III, 128 — 134j. 

6* 



g^ ^ricftpcchjcf bc^ Stionpiiii.^eii Jsvicbrid) mit ©inimbTow. 

IHtuvnit leniodior :'i tont' \o\\i\ nia sanir de Baiveuth qui va nous 

fournir (io nouvoaux ')! Öi le bon Dien voulait douc flecliir le 

('(vnr du uiaitre a sou e{;ard, ou s'il y avait un bon vemcde ! 

La lettre de Goltz -) est spiritucllement ecrite, et si les choses 
sont coninie il les aecuse, Javouc quo le roi de Pologne^) m'a bien 
la nunc dotre bernc : juste salaive des faussetes innombrables quo ce 
rriiicc a conimises. Je vous prie, nioii tres eher ami, de me con- 
server votre aniitie, (}ui m'est bleu piecieusc; je voiis prie, soyez 
persuadö que personue ue saurait vous aliener la mienne et que je 
suis plus que je le saurais dire, mon trös ober anii, votre parfaitement 
tidelc ami et serviteur Frederic. 

!i)}n(^ ijer cigcn'^änbigcit Uifd)rift. 

61. 

^cr Ä'roupriu§ nn ©runtbfoiü. 

A Ruppin, cc 18 de uovembre 1732. 

Monsieur mon tr^s ober ami. J'ai recu avec bien du plaisir votre 
dernicre oii vous faites mention du baron d'or^). J'ai regu des lettres 
de Potsdam oü l'on me marque que Timpertinence de cet bomme etait 
incroyablc. II a attaqu6 le göneral de Borcke'') d'une maniere fort 
grossiere, sur quoi le capitaine Borcke") du regiment du Koi lui doit 
avoir dit ses vcrites. II s'est d'abord alle plaindre au Roi, et Borcke 
a et6 mis aux arrcts, et Ton dit que ce faquin a trouve le moyen de 
pr^venir le Koi entierement en sa faveur. Je suis cbarrae que ma 
sfßur de Baireutb soit arrivee en bonne sante; le bon Dieu lui veuille 
donner toute la satisfaction imaginable en ce pays ici et la combler 
de prosperites! Adieu, mon tr6s eher ami ; je vous prie de ne jamais 
douter de la parfaite estime et de la consideration avec laquellc je 
serai toute ma vie, mon tres eher General, votre tres fidMement affec- 
tionne ami et serviteur Frederic. 

3laä) ber eigen^änbigen Urjd)nft. 



1) Cücfc in ber SSorlage. 

2) ®ccrg Jlonrab ^i^f'^fJ^t bon ber Oicl^, Gapitän im ®ragoucr=3tcgimcnt !öaircut^. 
58gl. (Euvres VII, 14. 

'.i} ^ricbricf) 2üiguft, Äurf'ürft Don ©odijen. 

4) 33aron 0. S^berg, ögl. oben ©. 8(i. ^m ^ecember 17.'12 entmic^ St}bcrg au^ 
^rcufecn iinb würbe ju ©roüenfjQijn auf 93efc^I bcä .Slönigs! ?(ngu[t öon ^.polen t)er{}nftet. 
3n einem Schreiben Dom VJ. 2)ecember 1732 gab Jricbric^ SBilljelm I. bem König ?lugu[t 
an^eim, ben 3Ser^afteten nid)t ju bestrafen, aber anä feinen ;2anben p jagen (@el}eimeä 
Staatearc^io). 

5 ^er etat^miniftcr; »gl. ©. 83. 6) ^rnebricf) SubhJtg gclij b. 58orcfe. 



1732, 10.— 22. ^:)Jot)ember. 85 

62. 

^er ^erjog öon !öet>eru an ©rumbfottj. 

Vienne, ce 22 de novembro 1732. 

Monsieur. Je demaudc mille excuses ii Votre Excelleiice de 
n'avoir pas trop exaetement rem})!! ma promesse envers eile, toueliaut 
le billet connu quelle eut la bonte de rae douuer a Wusterhausen'). 
Apres m'etre utilement servi iei de son eonteuu, je balangais entre 
le lui renvoyer et entre le brüler; me paraissant ä la fin qu'il y 
avait du risque toujours en le conliant a la poste, je preferais le 
dernier au premier, et cela d'autant plus, puisque Germanicus-), auquel 
vous recriviez^]. Monsieur, se retrouvera lui-meme au premier jour 
des vötres, pour le ravoir de lui en tout cas. Si cependant nos 
voisins de Wolfenbüttel ^) y osent publier qu'il y avait des change- 
ments dans nos mariages — savoir que le Prince Royal (ipouserait 
la princesse Amalie d'Angleterre^), ma fille') le prince de Galles, et 
mon fils^J la princesse Anne d'Angleterre, de sorte que notre aimable 
princesse Charlotte*) s'en trouverait plantee — et que tels bruits 
pourraient aussi parvenir jusqu'aux oreilles de Sa Majeste Prussienne, 
cela m'a engage que j'en ecris aujourd'hui au Roi dans les termes 
suivants : 

»Sa Majeste Tlmperatrice a eu une joie tres sensible du portrait 
de la princesse Charlotte, et la trouve tres jolie, et eile s'attend avec 
un tres gracieux empressement ä l'arrivee de mon fils, qui a a s'at- 
tendre de devenir le possesseur de cette aimable Princesse en quelques 
mois d'ici, approuvant eu meme temps beaucoup les arrangements 
qu'il a plu a Votre Majeste de faire touchant les doubles uoces de 
mes enfants, qui auront l'honneur de s'allier avec son sang royal, 
et dont je n'ai pas manque de faire un recit exact ä cette auguste 
Princesse. II ne merite ainsi point d'attention ä ce que nos mal- 
veillants osent divulguer dans le monde, comme s'il y avait des 



1) 2)ev Ccrjog üon 33eöern luar om 2. ^JZoöcmber ju ben Sagben in 5B3ufter^aufen 
eingetroffen; gövfter III, 126. 311. S8gt. and) oben ©. 83. 
2,1 ©edenborff. 

3) Sag in 'Sieht fte^enbe „93iüet" ift oermnt[)tic^ ber 33rier &tnmbtom an ©eden= 
borff öom 29. Dftober. S?gl. oben 6. 76 5Inm. 1. 

4) §eräog Subioig 9xuboIf unb .f'eräogin CS^riftine Snife, bie (Sltern ber kaiferin 
eafobetl) e^riftine unb ©c^reiegeveltern be^ C"^ei-äog§ ton 58eoern. 

5) 3tt)ette SToditei- be§ Sonigl öon ©nglanb, ogl oben ©. 76 2(nm. 2. 

6) ^rinseifin ©Ujabetl} e^riftine, bie 33raut be^ Stron^^rinäen. 

7) ^4>rinä Karl öon ^^raunid}n3eig='-i3eüern; ügl. oben ©. 77 Slnm. 2. 
bj 'iptiia^pine (£I)ar(otte, bie :ßraut be^ ^^irinjen Kort. 



§^ '^vienue^jcl be>3 itriMtprlnien Orvicbricf) mit QJnimbfott». 

obaugeiuouts ä ecs alliuuces, apres des eui^ageiueuts si solenuels pris 
lü-dossus, et, avcc i'assistauce diviue, nous verroiis au inois de juiu 
lua chere Elisabeth oiitre Ics bras du rriuee Royal, et, le ier de 
juillet, mou eher Charles jouir des delices de soii aimablc priueesse 
Charlotte <^ ete. ') 

Vutre Excelleuce lu'ubligcrait, si eile voudrait bleu m'avertir de 
leöet que eette ma lettre au Koi aura produit, et la commuDiquer 
aussi ä Ceruiauicus pour sa direetioii, uayaut pas eucore d'assez 
süre voie puur lui ecrire. Je parle, du reste, ici aux bieu-iuteutiouues 
eu l'aveur de Biberius-), comme pour mon frere, et je suis toujours 
tres parfaiteuieut, Mousieur, votre plus oblige auii et serviteur 

Ferdinand Albert 
duc de Bruuswick et de Luiiebourg. 

iiiad) öcv eigenljüiibigcii llrid)rift. 

03. 

2)er ih'oupviu5 an ©ruinbfoiü. 

A ßuppiii, ce 3ü de novembre 1732. 

Mousieur mou tr^s eher ami. Je vous reuds mille gräces de la 
vötre, qui ma ete tres bleu reudue, aveu l'iueluse. J ai adresse la 
repouse tout droit au mauufacturier. Je suis ä preseut a mettre la 
deruiere main ä VAjiscläag du baiiliage, et daus quiuze jours j'espere 
davoir tiui-*). Nous avous eu des courses de traineau ici des plus 
maguiiiques, et Tou probte du bou temps, taudis qu'il dure. L'ou m'a 
dit pour sür que 1 homme que vous savez^) est reläche. Fermettez, 
Monsieur, que je vous eu temoigue ma gratitude, etaut le plus graud 
plaisir et marque d'amitie que vous ui'eussiez pu reudre, que de de- 
livrer ce malheureux. 

Mais, Mousieur, ce u'est pas l'unique (jue mon malheureux sort 
perseeute; il eu est un qui est ä Halle, et qui na pas le paiu. Je 
vous avoue qu il me fait uue peiue inlinie, et si 11 se peut, il ne de- 
maude autre chose qu'uu emploi qui lui doune plus de quoi subsister. 



1) 58gl. QJtumbfow an Sedenborff, 30. 9ioüembcr 17:52, bei ^i^^ftet III, 120, unb 
bte ^Jlntroort Jriebric^ ÜBil^eliiis I. an ben ^erjog öon iöcüern üont 1. ®ecember 1732, 
eüenb. £. Uo. 2j öJtunibtotü. 

3; 3» biejen 3ujfl'"nienl)ang gebort nod) baei folgenbe, cftronologiic^ nic^t beftimm» 
bare ^-ÖiUet an Örumbtoiu ;eigenl;änbig,: J'ai pris le pretexte eu voua envoyunt la 
lettre que je vous ecrivaia, pour le gtiüir'ii-pachtuiischlay , car le porteur ignore 
ce qu'il y a dans la lettre. Je vous prie, du reste, uion eher ami, de couipter 
eutieremeiK mir uiui. 4, Xut)an. 



1732, 22. Diobembcr — 2. ^ecember. 37 

quc celui qu'il a a present. C'est une ocuvre de charite et le devoir 
de chaqiie cliretieu de soiilager les malheureux et particulieieincut 
eeux qui le sout sans lein* taute. Je sais que vous avez le coeur 
trop bleu place, pour ue pas etre touclie de l'etat de cc malheureux, 
et je remets sa cause entre vos mains, etant le seul vrai auii en qui 
je peux me eonfier, et le seul homme qui dans ce siecle sait ce que 
cest que lamour du prochain. Adieu, mon tres eher ami, je vous 
prie d'etre couvaiucu de ma parfaite amitie, de ma tendresse et de 
l'estime iufinie que je vous couserverai jus([u'au tumbeau, etaut comme 
je i-'uis, mou tres eher ami, votre lidelement atiectiouDe fidele ami et 
serviteur Frederic. 

'D'iacf) ber cigenpnbigeu Urfd)vift. 

64. 

S)er ^ronprinj an ®rumb!otü. 

A Ruppin, ce 2 de decembre 1732. 

Monsieur mon tres eher ami. Je suis bien aise de savoir que je 
suis si bon medecin, et puisque mes remedes sont si efficaces, vous 
saurez, mon tres eher ami, que je m'engage comme pour votre medecin; 
je prendrai tout le soin possible de votre sante, et il ue tiendra pas 
ä moi que vous ne soyez gu6ri entierement. J'ai casse la lettre du 
Chevalier Natzmer; l'histoire de Madame de Plotho^) et de la fille 
presideute^) m'a fort fait rire; tant y a que Natzmer ne deviendra 
Jamals sage. J'ai regu des lettres d'un ami qui me marque que le 
Roi, ayant la toux, avait ditä Hacke ^): ^>nulm icerden die leüte sagen., 
der alte menschen qüeler wird sterbeti, aber saget ihnen U7itenj das 
der nach mi/ir kommen tvird^ der werde sie alle zum teüfel jagen und 
das ivürden sie davon haben.« — Je ne me soucie point de tout cela, 
et comme vous, mon eher ami, je vais mon grand chemin et je laisse 
pester qui veut; ma couscience est mon juge, et que Ton dise de 
moi tout ce que Ton voudra, pourvu que ma conscience soit libre, je 
me f.... du qu'en-dira-t-on. M. de La Chetardie'') serait bien ä 
plaindre, si il füt defeudu de hü faire des civilites, et il serait bien 
triste, si ce fut peche que d'user de manieres honnetes envers les 
etrangers. Arrive ce qui peut, je ue cesserai jamais de vous temoigner 



1) SSgt. oben 6. 53. 54. 

2) äßö^t eine Softer be§ ^röfibenten (ügl. oben S. 46) ''^iüp\) Dtto ü. ©runibfott). 

3) 58gl. oben S. 49 3lnm. 3. 

4) 3oad)im Sacob Ivotti SJiarqui^ be 2a efjetarbie, franäöfijdier (^eianbter. 



gg i8ricftt)cd)icl bc§ iTvLMivviii,',ou (sviobrid) mit ©nimbfolü. 

ou tonte occasioii (iiic je suis votre vrai umi et quc dans Ic sciieux 
Je ne nieuagerai rieii poiir vous tcuioigncr la reeouuaissauce avec la- 
iiuelle je suis, nioii trcs eher aiiii, votre tres fidele ami et serviteur 

Friderie. 

'ilad) bcr cignit)änbigcn Uiid)vift. 

65. 

S[)cr .Stvoupriu^ au ©vumbfoiu. 

A Ruppiu, ce 9 de decembre 1732. 

Monsieur mon tres eher ami. Jai eu le i)hiisir de recevoir tres 
bien la votre, dout je vous ai niille obligatious. Je suis fort surpris 
que le Roi ait parle mal de moi ä la Reine, car j'ai re^u une lettre 
de lui fort gracieuse; ainsi j'esp^re qu'il pensera mieux sur mon sujet 
qu'il ne parle. Du reste, comptez, mon eher ami, sur mon entiere 
aniitie; je compte entierement sur la votre, et si vous trouvez jamais 
(lue je fasse quelque chose d'indigue et que je fasse quelque indis- 
eretion, ou ce que ce soit au monde, indigne d'un honnete homme, je 
renonce sur votre amitie. Mais je vous reponds, mon eher ami, que 
vous trouverez de jour en jour plus que je suis sincere, fidele et 
coustant envers vous. Je fais entier fonds sur vous ; comptez sur moi 
et soyez persuade que rien au monde nie fera changer la veritable 
estime avec laquelle je suis, mon tres eher ami, votre tres fidele 
constant ami et serviteur Frederic. 

91ac^ ber eigeni^önbtgen Urjdjnft. 

66. 

5)er ^roiiprinj an ©rumbfoiu. 

A ßuppin, ce 14 de d6cembre 1732. 

Monsieur mon tres eher ami. Je viens de recevoir celle que vous 
avez eu la bonte de m'ecrire, dont, Monsieur, je vous fais mille re- 
merciments. Je suis redevable, comme je dois, aux soins officieux 
du comte Seckendorff touchant la detention du pauvre Duhan ') ; mais 
je vous avoue, Monsieur, que j'ai une crainte terrible ä lui ecrire, 
car vous savez de quoi l'on m'a soupgonne. Ainsi je vous prie de 



1) Xer Äönig jc^reibt am 11. ®ecembev an Serfenborff: „5)en ®ii:^aii mill id) auc^ 
gerne in äßolfenbüttetjc^e Xienfte überlaffen, unb fommt bie jc^rift(td)e Pormission, nielc^e 
i^m überall ftatt einer Crbre bienen fann, hierbei". Jyörfter III, .312. S)u{)on blieb alä 
^ibliot^etar ju '-ölantenburg bie 1T4(J. CEuvres XVI, 34; XX VII, u, 3b. 341. 



1732, 2.— 14. 'J^ccember. 89 

ni'ecrii-e si je peux en sürete faire passer uui lettre au comte de 
Seckendorflf'i, et par quel eanal. Je ne lui en ai pas moins d'obli- 
gations, et j'avoue que je reconnais tous les jours davantage les 
bonnes inteutious qu'il a pour moi, et je vous prie, Monsieur, de 
l'assurer, en attendant, que je suis bien de ses fideles amis. Le 
compliment de l'Empereur est trop obligeant pour que je n'y r^ponde. 
Ce Prinee, qui fait radmiratiou de l'Europe, ne s'est fait connaiti-e a 
moi que, pour ainsi dire, par des genereuses actions; je lui en porte 
toute la reconnaissance que mon devoir me permet d'avoir, et je 
peux assurer le comte de Seckendorff que j'ai plus de veneration 
pour l'Empereur par rapport a, ses eminentes qualites que par rapport 
ä la dignite de son rang. J'en userai dorenavant comme vous le 
trouvez ä propos, toucbant l'euvoi des lettres, et j'espere que je ne 
serai pas toujours predestine ä causer du chagrin ä mes bons amis, 
malbeureux de ne pouvoir payer tous leurs soins que par mes bonnes 
iütentions. Mais je sais que lessor des ämes genereuses est d'obliger, 
Sans attendre le moindre retour. Neanmoins je n'oublierai jamais 
qu'un bonnete bomme doit etre reeonnaissant envers ceux qui Tont 
servi; aussi perdrai-je plutot la vie que de ne vous pas temoigner 
un jour que je sens que ce devoir me regarde ä votre egard, et je 
vous assure que je n'aurai point de repos qu'apres vous avoir te- 
moigne par des efifets comme je suis avec une parfaite amitie, mon 
tres ober ami, votre tres fidele ami et serviteur Frederie. 

''itaä} bn eigenpitbigen Urjcf)rift. 

67. 
S)et Stronpritts an ©rumfifotü. 

[decembre 1732.] 

Monsieur mon tres ober ami. Je suis fort etonne que vous n'ayez 
pas encore re^u la derniere que j'eus la satisfaction de vous ecrire. 
J'espere pourtant qu'il ne lui sera pas arrive de desastre. Pour ce 
qui regarde le Koi, je me sens la couscience fort nette envers lui, 
et Dieu est mon temoin que je u ai d'autre but dans le monde que 
de lui plaire et de me divertir. Ma pauvre sceur^) me fait toute la 



1) 2)er ^ronprtns j^rteb an ©edenborff am 26. Secember 1732. görfter III, 225. 
(Eiivres XVI, 30. 5tn bemjelben Xogc jpciften bet Sönig unb bev «iti-otiprins nebft 
öieten ©eneralen unb Dfftsieren bei ©erfenbovff äu SJiittag. ©ecfenborff an ben H^rtnäen 
©ugen, 33erUn 27. ®ecember, bei f^örfter III, 144. 

2) ®ie 9Jiatfgräfin Don ^^aireutt). 35gl. 3(. ö. 5Irnet(}, ^nnj (Sugen, III, 340. 



90 ^ricfroocfijet bcv« Jh-onpviii.^eu lvvtc^ric^ mit ©nimlifonj. 

jieiiic ilii moiule, et j'avouc quo je voiuliais });irta^er la cbcmisc avec 
cllo. Pour le Margrave, il a pourtaut un bon ca3ui', et il est estimable 
par rappoit ä lamitie qu'il a pour ma soeur. Ces deux pauvres mal- 
beiiroux courout les pays, sans avoir ui feu ni lieu; et pour sc re- 
fiigior eoutrc les cbagrins du pere '), ils vout sc cousoler cbcz la mau- 
gcoirc du beau-pere "^j, et j"a\oue (juc je ue cou^ois pas comme il est 
l)(>ssibie de refuser Tassistauce possible ti de pauvres infortuucs qui 
sont iuuoccuts de leur malbeur, et quaud ou a de quoi les emichir, 
Sans que cela fasse la moiudre peiue. Mais ä quoi servent toutes les 
belles röflexious qui n'aboutissent a rien? Ncaumoins je n'oublierai 
Jamals mou devoir euvers ma socuv et, ctaut en partie la malbeurcuse 
siuircc de sou iufortuue, je la partagerai voloutiers avec eile. Eufiu, 
moü trtis cber ami, vous ue sauriez croire daus quelle tristesse je 
suis, quaud je peuse ä ces cboses-lä. Tautöt je meu reprocbe la 
faute, tantOt je plains ma sceur, et, de quel cöte que je me tourne, je ue 
trouve pas le remede au mal. Mais passous de ces tristes retlcxious 
ä des cboses plus agreables. Je bois ici tous les jours ä votre saute, 
et je ue quitte ä peine point mon petit coin, oü uu bou feu m'ecbautte et 
oü uue belle pelisse me couvre, et je ne montre mou uez que quaud 
la parade moute, ce qui ue se fait qua onze beures, afin que Mon- 
sieur use le temps de dormir la grasse matinee, et je crois que l'ou 
fait bieu de se reudre la vie douce, tandis (^u'ou le peut. J'ai toujours 
regarde le barou d'or comme un fripou, et j'etais fort aise que le 
Roi soit detrompe sur son sujet^). Adieu, mon cber ami, je suis ä vous 
avec toute l'estime imagiuable etc. Frederic. 

•Dioc^ ber üon Sedenborff am 22. ©ecember 1732 cingejanbten '!?(b|(i)rift im St. u. 
St. .5*''u§' •'P'^f' u"^ Staatäardjiü 511 SBien. 

68. 

2)er Ä'ronprius an ©runtbfolu. 

A Ruppin, ce 19 de janvier 1733. 

Monsieur mon tres cber ami. Comme j'ai ignorejusques ä pr6seut 
daus quel eudroit du moude vous etiez, mon tres cber ami, j'ai diÜere 
de vous repondre. Je suis au desespoir d'avoir ä vous entretenir de cboses 
cbagriuantes regardant ma pauvre soeur de Baireutb ; le Roi la traite, 
avec le Margrave, que c'est uue piti6. Je täcbe de lui fouruir pour 
le necessaire, car, ma foi, eile n'a pas de quoi subsister. Pourvu 
donc (jue le Koi ue parlat pas si terriblement sur sou sujet, eile seralt 



1; ajgL S. 73. 2) (Euvres XXVII, a, 8. 3) SSgl. ©. 84 ^nm. 4. 



1732, ®ecembcr — 1733, 25. ^üaiiuar. 91 

contente; car il tiaite Ic Margrave de sot, de bete, ce qui met ce 
pauvre Prinee au desespoir. Je ne saiirais jamais assez vous marquer 
ma gratitude ui reconiiaitre jusques ä la quatriöme generatiou le 
grand plai!>ir qiie vous et le g[6n{3ral] S[eckendorfl'] me ferez, eu 
tiraut ces miserables imiocents, ces pauvres nialheureux, seulenieut 
de faQon qu'ils ne soient plus injuries du Koi. 11 me semblc (jue 
c'est le moins qu'ils peuvent prcteudre, et le moius que Ion leur doit, 
Le Roi a refuse deruiereraent tout net 20Ü0 ecus ti ma üceur. Quelle 
mortification de se voir refusee, et cela dans la misere! Je connais 
votre bon coeur, mon eher ami, et je sais que vous compatirez a cela. 
Vous pouvez compte^- aussi que je sais les obligations que je vous 
dois de ce que vous m'avez tirc de mon malheur, et je vous assure 
sur mon honueur que je reconnaitrai bien envers vos enfants; mais 
je vous prie de penser ä ma pauvre soeur et de croire que tout ce 
qui m'est arrive ii moi, ne m'est pas si sensible que ce qui lui 
arrive. 

Tout ceci soit dit entre nous. Adieu, mon tres eher ami; les 
effets montreront que je suis homme de parole et que je suis de tout 
mon coeur et bien cordialemeut, mon tres eher ami, votre tres iidele 
ami et serviteur Frederic. 

9iad) ber eigen^^iinbigeu Urjdjrift 



69. 
^er ^ron^riuä an ©rumbfotu. 

A Ruppin, ce 25 de janvier 1733. 

Monsieur mon tres eher ami. Je vous rends mille gräces des 
bons souhaits que vous me faites ä Toccasion de Tauniversaire de ma 
naissance. Vous pouvez compter que pendant toute ma vie, füt-elle 
aussi egale ä celle de Methusalem, je me ferai une applicatiou de 
vous montrer et ii votre famille que je ne suis ni ne serai jamais 
irreconnaissaut. Tout ce que j'apprends au sujet de ce qui se passe 
avec ma pauvre soeur et le margrave de Baireuth, m'afflige jusques 
au fond du cceur, et ce qu'il y a de pis, c'est la misere oii ils se 
trouvent. Je leur ai trouve de l'argeut, sans quoi, je crois qu'ils 
n'auraient pas le sol. Tenez, mon eher ami, cela est si triste que 
je suis tout melancoliquc, quand j'y pense. Et comment peux-je 
fournir ä leur subsistance, moi, qui n'ai pas de quoi subsister encore 
moi-meme, si quelque autre ne les aide? II est, ä la verite, triste 
d'y avoir reeours; mais quoi faire, mon eher ami? et, apres tout, il 



Q2 'i^vicfivicdjiel bci^ NtrpiiVviii.scn (?vtcbvtd) mit ©nnutifom. 

vaut micnx passer par lä que de les laisser mouiir de faim. Je sais 
toujours ipie je suis eu boiiue maiii, quaud l'ou vous parle sur mon 
sujet, et Je iie souhaite jamais de tomber dans des plus mauvaises. 

Tour ce que le Koi dit. que l'ou verrait mou caractcre, quaud je 
serai uiariö, je u'y comprcuds rieu, car ou le peut voir ;i pr^seut, et 
neu ne me fait plus cbauger; pourvu qu'il me croit honncte bonimc, je 
suis content, et j'espere de soutenir ce caractcre jusques a ma mort. 
J'cn connais les difticultcs, niais la religion et l'bonneur les savent 
vaincre. Enfiu, mon cber anii, je me mets au-dessus de Topimon du 
monde, et je pr6fere la realite de rhonncte bomme ii Tidöe ou ä la 
Prävention de la multitude, et, pour mou caractcre sanguin et cuclin 
au plaisir, me porte bieu plutöt a ctre bonnete bomme qu'un tempc- 
ramcut atrabilaire. Wolden a et6 cbarge de ma sceur de Baireutb 
de me prier de vous ecrire, et c'est cela qui lui a fait soupyonner 
ce que ma lettre pouvait contenir. Je me garderai bien de ne lui 
conlier rien ä lui, qui est babillard et imprudent au suprcme degr6. 

Je ne metonne point que le roi de Pologne baissei); il a tant 
cte qu'il peut bien une fois cesser d'etre. C'est bien le prince de 
toute lEurope le plus taux, et pour lequel j'ai le plus d'aversion. II 
n"a ni bonneur ni foi, et la supercbcrie est son unique loi; son interet 
et la division des autres est son 6tude. Je Tai appris ä connaitre 
au camp de Radewitz-), et il m'a fait des tours que je n'oublierai de 
ma vie: mais je n'ai ete dupe de lui qu'une seule fois; bien fou, si 
jamais il m'y rattrape. J'avoue que je ne sens pas une grande im- 
patience pour le voyage de Brunswick, sacbant dejä d'avance tout 
ce que ma muette me dira. C'est pourtant sa meilleure qualite, et 
je tombe d'accord avec vous qu'une sötte bete de femme est une b6- 
nediction du Ciel. Eutin, je jouerai la comedie ä Brunswick qu'il 
n'y manquera rien, et il signor Brighella tiendra des propos amoureux 
avec la belle Angelica; mais je crains fort que je serai oblig6 de 
faire le compliment et de repondre pour eile. Je souhaite de tout mon 
coeur que votre chute, mon tres eher ami, ne soit d'aucune suite dan- 
gereuse, et que le Ciel nous conserve longtemps votre vie, afin que 
j"a;e d'autant plus occasion de vous prouver que je suis tres siucerc- 
ment et avec beaucoup d'estime et de consideration, mon trßs eher 
ami, votre tres affectionnö et fid61e ami et serviteur Frederic. 



1; ®rumb!ottJ ^attc im Sluftrage beg Sönigä am 14. Januar ben ftönig Sluguft ouf 
ter Xurc^reije mdj ^olen in ftroffen begrübt. SSgl. ffiiivres I, 165. ^öUni^, Memoires 
pour aervir ä Thistoire des derniers quatre souverains de la maison de Brande- 
bourg, 33erlin 17!J], II, 2S2. 2)roi)ien a. a. D. S. ISO. 

2 I7:f0. 33g(. „ftroiiprinä" S. atj ff. 



1733, 25.-27. Januar. . 93 

Comme j'acheve ma lettre, je m'aper^ois que je l'avais commcncee 
sur le meme papier oü j'avais fait ce brouillon ä mou colonel*). Je 
VOU8 en demande bien pardon, mais comme la poste part, je u'ai 
pas le temps de la copier. L'affaire du lieutenaut Bredow dont je 
lui voulais ecrire, est assez eurieuse; mais comme eile a fait beaucoup 
de bruit, je ne doute pas que vous n'en soyez dejä ampleraent informe. 
yiad) bn eigenpnbigen Urfc^rift. 

70. 

®er ^ronprinj nn ©rumbtoiu. 

A Ruppin, ce 27 de janvier 1733. 

Monsieur mon tres eher ami. J'ai regu en fort bon etat celle 
que vous m'avez fait le plaisir de m'ecrire par la poste, et je peux 
dire que je suis tout afflige de ce que vous m'ecrivez du lieutcnant 
Wollenschläger 2), Je crois que le Roi en sera outre, et je prevois 
que M. Ginkel^) aura un mauvais röle ä jouer. J'ai regu une lettre 
du comte Seckendorff, dans laquelle il me marque que le Roi irait 
le 4 ä Brunswick, et la specification de sa suite. Je n'ai pas le 
coiur de lui repondre, mais je vous prie de lui faire un compliment 
fort obligeant de ma part et de lui marquer l'obligation que je lui 
avais des attentions qu'il avait pour moi, et que j'aurais volontiers 
repoudu moi-meme, si je ne craignais trop de donner des soupgons. 
Je ne sais ce que fait ma sceur ni le pauvre Margrave, je n'en ai 
pas entendu le mot, et je crains fort qu'ils auront encore quelque de- 
boire ä essuyer. A preseut, j'etudie des compliments pour Brunswick, 
et je vais ä la chasse du sauglier pour en apprendre, car entre West- 
falien (der mit die ScJncevie ertzogen und gehören ist) et entre porc 
il n'y a pas grande difference. Ma Princesse m'a envoye une taba- 
tiere de porcelaine que j'ai trouve cassee dans sa boite. Je ne sais 
si c'etait pour marquer la fragilite de son pucelage, de sa vertu ou 
bien de toute la figure humaine. Je le pris pour un fort mauvais 
pronostic; car une tabatiere cassee, selon la Philosophie Occulte 
d'Agrippa^), signifie quelque petit debordement d'amour. Voila bien 



1) @eorg §einrtc^ ü. 53orcf. 

2) m% preufetid)er SBcrbeoffiäier ftanbrecfjtlicf) in .fiollanb erjc^offen. SSgl. [f^afemannl 
Seben grtcbric^ 2BiIl)eImg, 1735, S. 785. <}?öllni^ II, 277. 

3) 58gl. <5. 80 2tnm. 4. 

4) S8on bei- ©ciirift beg .'peiiirtd) ©orneliu^ Slgrtppa ö. 92ette§{}ctm De occulta philo- 
aophia (1531) n)ov 1727 eine franjöfiji^e Überjc^itng bon 2e 23affcur eiidjicncn. 



g^ i8riefittc*id bc? Sitronpnn(^en Jvricbvi* mit ®runibfott). 

assez badine \)out le ooiip, et pour parier d iiue chose plus s^rieuse 
et «lui nrinteressc davautaj:;:e, je vous assurorai, num tres eher ami, 
que je suis et serai jusiju'au tombeau tr(>s sine<.''re et cordialemcnt, 
nuMi tris eher ami, votre tres tidcile ami et serviteur Frcderie. 

l'Jadi bcv oiiiouliiinbiiicn Ihidirift. 

71. 
Ter Ävonvviii.^ nn (^rumbf Ott». 

A Riipi)iii, CO 21t de janvier 1733. 

Mousieur mon tres cber ami. La vötre du 28 m'a 6t6 remise en 
Ms hon etat, et je vous en fais mes remercimcnts. Les nouvelles 
de Potsdam que j'ai regues, sont toutes conformes aux votres, et Ton 
dit Ic Marjirave assez mal. Le lloi a öcrit a AVolden que je devais 
faire mon bagag:e pour le voyage de Brunswick ') si compendieux que 
Woldcn et moi devions mcttrc toutes nos liardes sur mon earrosse. 
Nous arriverons done ä Brunswick comme jadis la charrette du 
Borna» rofniqtte au Maus'), c'est-a-dire comme un coche Charge de 
hardes, de coffres et de malles, au baut desquels Ton verra paraitre 
Monsieur le grand-maitre et moi. II trouvera nouvclle occasion de 
debiter ses beaux mots de province et de submerger tout le Brunswick 
d'ini (luxe de sentences et de morale. Je m'attends a fort peu de 
divertissement ä Brunswick et je me passerai sans beaucoup de peine 
des charmes de l'opcra et de la comedie, aimant plus ma paisible 
garnison que toutes les grandeurs et tout le faste du monde. N6an- 
moins je crois que ce voyage achevera de me rendre philosophe; car 
moralisc de Wolden, moralisö de madame la Bevrienne, rendu brave 
de la reverberation de ma soi-disante Trincesse, je ne pourrai devenir 
autrement qu'un Caton le Censeur. Pour la Duchesse grand'möre^), 
agit fort oontre le respect (ju'elle doit ä Leurs Majestes Imperiales, 
de leur faire cbanger de beau-peres selon son gr6. Enfin, mon tres 
eher ami, je crois que vous ne pourrez pas 6viter ce voyage et que 
j'aurai la consolation de vous y voir. 

Pour le roi de Pologne, il est si difförent de lui-meme qu'il n'est 

1 ®ic jReije nac^ 33raun5d)tücifl cvfolflte im Februar 17:i3. ^^vicbric^ 3SiU)eIm I. 
ic^rcibt am 14. ^^cbruar aus Sraunfc^iueig an ben gürftcn Ücopotb tioii 5(n{)alt=®cffnii : 
„iic Verlobten bte beiben ^Bräutpaare, tiflt. oben ©. 77 fittb red)t tocriiebt, barum bin 
xij ^ergefommen." 3eitidjrift für preumi'cfte 0eicf)ii)te IX, «Ol. g?nl. „«"ronprin^" ©. 249. 

2; Scarron, Roinan Oduiique, If)eil I, Aap. 1. 

3 .f^crjogin (Xf)riftine ^uiic öon 33raunirf)njeig = aBoIfenbiitteI, Wüüct bcr .ftoiferin 
(flijabet^ CS^riftine unb bcr .^lerjogin Stntoinette Stmolie üon 58raunjc^>ueig=58eDern. 



1733, 27.-29. Januar. 95 

pas reconuaissable; car il m'a fait faire des conipliments par un certain 
homme que je voiis nomiuerai un joiir, quancl J'aiirai le plaisir de 
voiis voir. Le Roii) me fit dire quo je dcvais me döficr de voiis; 
car voiis travaillez ä me mettre mal en cour; vous pouvez voir par 
lä que 8on unique but est de nous brouillcr et, si il pouvait, de 
mettre tout Tun contre l'autre sans que personne ne saehe ii quoi 
Ton en est. Au camp de Radewitz il y reussit, car il me faisait des 
contes sur votrc sujet, et a vous il en faisait de nioi. Ainsi, eher 
ami, ne croyons jamais ce que Ton nous voudra dire sur ce sujet; 
fions-nous Tun a l'autre, tant que des actions ne nous donnent pas 
lieu a la m^fiance, et gardons-nous bien ä prctcr Toreille aux avis 
traitres que l'on nous donne. 

Pour l'histoire du pauvre Wollenschläger, fera grand }»ruit, ä 
ce que je crois, et le Roi ne laissera pas de vouloir avoir unc juste 
revanche de la maniere injuste dont on agit envers les officiers. J'en ai 
le coeur tout gros, et si il ne tenait qu'ä moi, je ferais un degat (p. S. 9;i) 
terrible parmi ces faiseurs de fromage, et je leur apprendrais ä traiter 
honnetement les gens, leur faisant consid(^rer leur fonction et ce qui 
est de leur devoir, d'habiter en paix leurs marecages et de presser 
doucement leur laitage, afin que toute l'Europe n'entende parier autre- 
ment de la Hollande qu'ä l'occasion du trafic de leur fromage et de 
la bonte de leur beurre. Si vous craignez ä tort, mon eher ami, 
d'abuser de ma patience par votre lettre spirituelle, que ne craindrai- 
je pas avec raison? mais j'espere que ma sineerite et la confiancc 
que j'ai en vous, pourront excuser toutes les choses qui y manquent, 
vous assurant que personne n'est avec plus d'amitie, de considcration 
et d'estime que je le suis, mon tres eher General, votre tres fidele 
ami et serviteur Frederic. 

Je me represente le repas de Kleist 2) comme le festin de Boi- 
leau 3) et je souhaite de tout niou cceur que vous ne vous y soyez 
pas ennuye. 

3lci^ ber eigen!)önbtgen Itric^vift. 



1) 'JJer Äönig Don ^olen. 

2) 58cnnut:^tic^ ber unten ©. 98 genannte ©enerat. 

3) Boileau, Sät. 111. 



9t) "i^riffiDcdjicl bc«? Äroitpviii.seu 3'itebnrf) mit ©rumbfott). 

1± 
SJ)cv itroiipviu,^ au ©nimbfoui. 

A Ruppiu, ce 1 mars 17.S3. 

Mon ties eher aiui. Je vous rends millc graces des nouvellcs 
(|iio v(Uis m avcz bien vouhi communiquer, et, pour vous rendrc la 
paroillc, je vous envoie ci-Joiut uue lettre d'uu anonyme oü je nc 
comprends rieu et dont je ne ferai aucun usage. M. Le Grand •) 
est arrive ici trds mal satisfait de Sa Majestö, qui, ä ce qu'il dit, a 
fort gronde contre Rohwedell, et lui ayant dit qu'il s'habillait ä la 
franraise, U7id er steche mit mihr unter einer ])eke, und so lange wie 
er lehctCy wehre er Herre, et qu'il l'enverrait ä Spandau. Ce com- 
pliment a fort d^plu a notre homme, qui est revenu ici souple, obli- 
geant, poli et civil que c'est etonnaut. Nous nous sommes divertis 
ici une couple de fois ä nous masquer, et je crois que c'est cela qui 
aura peut-ctre dei)lu au Koi, avec des contes que Ton a faits sur le 
sujet de Rohwedell. A dire la v6rite, je ne suis pas tout-ä-fait au 
fait de ces affaires, et je ne comprends pas par quelle raison le Roi 
commence ä gronder tout d'un coup, et pas tant sur moi que sur ces 
deux raessieurs et leurs airs de petit-maitre. II a dit ä la Reine 
qu'il se serait volontiers dispense d'aller ä Brunswick'^), mais qu'il 
ne s'etait pas pu fier ä ma conduite, dass ich ihm nicht wieder einen 
Streich gemacht hätte. Tout cela me fait croire que quelque bon 
ami ne m'ait jou6 quelque tour, ou plutöt a ces messieurs. Au bout 
du comptc, j'ai la conscience fort nette de ce qui regarde le Roi, et 
si devant Dieu j'etais aussi franc de mes pcchcs, je crois que je 
serais transporte vivant^). 

Adieu, mon tres eher ami, je trouve tous les jours davantage que 
le mondc est une drole de chose et que la grace des grands est la 
chose du monde la plus variable; un faux rapport, un rien sont ca- 
pables de detruire tous les Services et toute l'application que Ton 
prend a sinsinuer aupres d'eux. Je cheris ma retraite et je benis 
le sort qui m'eloigne de la goutte*), du monde de Berlin et de toute 
cette Clique dont la faussetc est la m^re et dont la Jalousie est le 
guido. Et ce que je crois, c'est que Ton a fait accroire au Roi que 
je voulais empieter sur son autorite-^), et Dieu sait que Ton me fait 



1) SBoIben. 58g(. unten ©. 105 (le sieur Silva). 

2) 589I. S. 'J4 3tnm. 1. 

3) 9Sic bet gerecfite §enoc^, 0enefi§ V, 24. 

4) Stnipiclung ouf bic @icf)t be^ Äönigg, unter ber bie ©timmung ju leiben pflegte. 

5) 3Sgl. oben S. 5. 



1733, 4.-8. Wäxi. 97 

^rand tort, car ime vie tranquille et paisible m'est beaucoup plus 
agreable que d'etre charge du poids des affaires. Je lui souhaite une 
longue vie, et je vous assure qu'en cela je dirai toujours comme feu 
le Dauphin 1), qui expliqua une fois dans le conseil les sentiments 
qu'il avait envers le Grand Louis son pcre: »Je souhaite«, disait-il, 
que je puisse toujours l'appeler le Roi mon pere«, ce digne fils 
vuulant marquer par lä que la vie de son auguste pöre lui ctait plus 
;i ccbur que la gloire du trone. Je finis, mon eher ami, nia lettre et 
nies reflexions en vous assurant que l'amitiö et l'estirae que j'ai pour 
vous, ne finiront qu'avec ma vie, 6tant avec une particuliere consid^- 
lation et un sincere attaehement, mon tres eher ami, votre tres parfait 
ami et serviteur Frederic. 

Je suis ravi de la bonne nouvelle que vous me mandez touchant 
une certaine personne de Vienne. 

9?o^ ber cigenl^änbigen Urfd^rift. ] 



73. 

®er Äronpritts an ©rumbfottJ. 

A Riippin, ce 8 de mars 1733. 

Mon tres eher ami. Je vous rends mille gräces de la votre, et 
j'avoue que j'ai ete fort surpris touchant ce que vous me dites touchant 
le lieutenant colonel Bredow^). C'est la premiere nouvelle que j'en 
apprends, et j'avoue que je ne connais ni de vue ni d'aucune fagon 
cet honnete homme-lä. Je vous prie donc de me faire savoir si la 
chose est süre et en qualite de quoi il doit m'appartenir, et de me 
donner du moins une idee de son caractere. Nous somraes ici quoi 
comme des souris tapites^) dans leurs sombres tanieres. Le Roi m'a 
ecrit tres gracieusement qu'il avait commande mes habits pour SalzdaH). 
Je ferais volontiers part au Roi de la lettre de l'anonyme, mais je 
crains que le Roi puisse me soupconner de quelque intelligence, ce 
qui pourrait me faire du tort, voyant que ces gens me veulent du bien. 
Adieu, mon tres eher ami, je souhaite de tout mon coeur que la goutte 



1) ©er ®aupf)in Som§, + 1711. 

2) ^a§pat fiubmifl ö. Sreboto. W- „Äronprins" ©. 112. 250. 93ec^er @. 8. 15. 

3) Sic. 

4) ®ie §od)5ett be§ Ironprin^en trat für ben ^unt in 3(ugftc^t genommen unb \oUtt 
im ©rf)Ioffe ©al^ba^Ium bei SSraunid^tueig gefeiert werben. 

Äofcr, aStiefwediJel 5riebricf)ö beg @vo§en. 7 



9g '^rtctiuedjjel bc5 Sh'onprinjen f^ricbric^ mit ®rumbfottJ. 

s'en retourue et (luo vous soycz eu paix et eu rcpos, n'oubliant pas 
les bons amis de Kuppin, qui sont plus cordialeiiiciit et plus sinc^re- 
ment que tous les autiess, niou trcs eher ami, votre ties fidele et 
parfait ami et scrviteur Frederic. 

Si le Roi m'eüt donnö Truchs '), de Kleist 2), je crois que 9'eüt 
et^ assez mon fait. 

92ac^ bcr eigcitt)änbi9cn Llrjdjrift. 



74. 

'iDer Äroupiinj an ®rumb!ott). 

A Ruppin, ce 14 de raars 1733. 

Mon tres eher ami. Toutes les nouvelles que Ion re^oit ä pr6sent 
de Berlin, ne sont remplies que de clameurs et de choses facheuses, 
et je crois que vous accusez juste, en croyant que la presence de 
certaines gens augmente la mauvaise humeur de jour en jour. II 
serait pourtant ä souhaiter que si ces gens ne veulent pas menager 
le monde, qu'ils meuagent pour le moins la santc du Roi, qui nous 
est plus precieuse que tout Ic restß. 

Je suis fort persuade, Monsieur, que vous agirez toujours hon- 
netement envers moi, et je vous ai mille obligations de ce que vous 
avez bien voulu embrasser mes intörcts dans unc Situation oii je 
crois que personne ne laurait fait. Je vous reponds que vous n'aurez 
Jamals un dementi sur ce qui me regarde, et que je nie ferai toujours 
un devoir et un plaisir de me revancher envers vous et les vötres 
en tonte occasion. Je suis ici aussi retirc que Ton peut l'etre dans 
une petite ville, et je fais Texercice depuis le matin jusqu'au soir 
avec les recrues du l)ataillon, afin de les mettre en ordre. Voilä 
tonte notre vie, et le soir un soupcr ä quatre personnes. II n'y a 
rien au monde dont on puisse seulement parier; tant notre vie est 
unie. Je vous souhaite de tout mon creur, mon tres eher ami, de 
meilleurs temps et que toutes ces mauvaises hunieurs passent. L'on 
a dejä dit ici que le Roi etait de retour ä Potsdam. Ainsi Ton est 
si mal informe qu'il est possible de Tetre par ces bruits de ville. 
Je crains plus que jamais le s^jour de Berlin, et principalement quand 
je pense ä la Situation presente. Le hon Dicu guörisse le Roi et 



1) Dberftlieutenant ©rof ^^ricbric^ SBunnibalb Jruc^je^ üon SBalbburg. 

2) Cberft .9)enning 3IIc;ranber ö. ftletft, C{)ef eines ^nfanterie^^SRegiments (9?r. 2ß bcr 
Stammlifte oon ISOO in 33crtin. 



1733, 8.— 17. mäxi. 99 

fasse tonrner toutes choses, corame il les desire, afin que son contente- 
ment nous reude le repos. Adieu, nion tves eher ami; je suis avec 
toute la reconnaissance et toute l'estime du monde, mon tres eher 
General, votre tres fidelemeut affectionne ami et serviteur 

Frederic. 

3la6) ber eigenpnbigen Urjcf)rtft. 

75. 
®er Äronprin,^ an @rumbfottJ. 

A Ruppin, ce 17 de mars 1733. 

Monsieur mon tres eher ami. J'espere qu'ä present vous aurez 
regu toutes mes lettres, mon tres eher ami, et je ne sais, en verite, 
ä quoi il a tenu qu'elle n'y a fait meilleure diligence. Pour la fa^on 
d'ecrire que vous choisirez, me sera toujours agreable, pourvu qu'elle 
me vienne de votre part. Je suis bien aise d'apprendre que Roi a 
encore esperance, dass ich ein mahl iverde guht loerden^ je voudrais bien 
savoir quand ce terme arrivera; mais je crains fort que je n'atteindrai 
Jamals ä ce degre de perfection que l'on se propose, et pourvu que 
Ton me laisse dans un heureux milieu, je reuoncerai volontiers ä 
l'excellent et au mal gouverne; car il n'y a que ces deux extr^mitcs 
ici. Je serai ravi, si la goutte du Roi commence a le quitter, et je 
souhaite beaucoup de lui voir recouvrer sa premiere sante. Pour 
Degenfeld i) devient importun et irisupportable avec ses histoires. Je 
me mettrais dans une jolie Situation, en entamant une correspondance 
de ce c6te-lä, et je crois qu'il a la berlue de faire de pareilles pro- 
positions. Je connais les merites de la chambre rouge et de cette 
nuee de tabac qui compose la moyenne region d'air de la chambre; 
c'est pourtant un senat oü souvent se decide le sort et le destin de 
nous autres. Le senat des Romains fut pris ä l'arrivee des barbares 
qui prirent Rome, pour une assemblee des dieux, ä cause du silence, 
de la gravite et de l'air respectable des senateurs, mais celui de 
Berlin, au lieu de se comparer ä des dieux, pourrait dechoir jusques 
au cabaret. Enfin, n'importe, pourvu qu'aucune langue armee de fiel 
et d'amertume n'y exerce sa volubilite sur mon chapitre, et que les 
atomes de leur malice ne m'attaquent pas jusqu'au fond de ma re- 
traite, je leur donne carte blanche de faire quel bruit qu'il leur plaira. 
Je crains le depart de la poste, et pour que celle-ci vous soit rendue 
plus tot que les precedentes, j'aime mieux finir ici, vous priant, mon 



1) SSgl. oben ©. 76 ff. 82. 

7* 



JQQ '33nettpcdjjel be^ Stronprinjcn (^riebrtc^ mit ©rumbfoir. 

tres eher ami, de nie couservcr toujours votrc amitie qui m'est pr6- 
cieuse, et de t'aiie fond siir restinie et rattachement avec lequel je 
perai jnsqucs ä nia niort, inon trös eher ami, votrc tres fidele ami et 
serviteur Frederic. 

^iJach bri" ciiicnlinnbincn Ihicfnift. 

76. 

Ter Äronprin,^ an ©rumbfow. 

A Ruppin, CO 23 mars 173;^. 

Mousicur mon tres eher ami. J'ai reeu avec bien du plaisir cellc 
qne vous m'avcz fait le plaisir de m'^crire, et je ne saurais assez 
V0U8 dire, nion tres eher ami, jusques ä quel point vos lettres me 
rejonissent. Le bapteme de M. Crochet') est certainement particulier, 
car c'est le premier, ä ce que je crois, qui s'est fait sans marraines, 
et, si cet enfant s'etait fait sans femmc, le cas serait complet. J'es- 
pere (lue la jambe du Roi se remettra bientöt et que la saign^e lui 
fera descendre toutes les mauvaises humeurs. U m'a encore fait la 
gräce de mecrire le plus obligeamment du monde, ce qui nie prolonge 
toujours la vie de quelques annees. Je suis ravi de savoir le peuple 
belgique alarme^), et il me semble de les voir dejä, tout päles, quitter 
leurs bords et leurs reniparts et se refugier jusques dans la Nouvelle- 
llollande. Peut-etrc (jue je pousse la mctaphore un pcu loin, niais 
toujours ils en ont dejä forme le dessein jadis. Ce qui regarde le 
roi d'Angleterre, je trouve fürt ridicule qu'il fasse consister l'unique 
amitie de deux grandes puissances daus Ic mariage. II semble que, 
sans cela, il ny ait point de salut en Anglcterre. Je crois que Ton 
s'embarrasse fort peu de leur amitie, et, quoique leur pardonnant en 
genereux ennemi, l'on peut vivre sans cux. Lc priuce Henri 3) est ä 
present ici, qui me fait bien des afifaires, car il est d'une vivacit6 
terrible et il fait de temps en temps des d^gäts terribles, qui passent 
toujours sur mon compte. Puisque c'est ä prcsent la dernißre fois 
que je le vois ici, je Supporte le tout avec patience, tächant de mo- 
derer ses chaleurs et la violence de ses passions, qui, si je Tose dire, 
8ont meines de brutalite. 

Je m'amuse assez ä present d'un livre nomme le Pritice de 
Sethos*;, qui est amüsant et rempli de bonne morale, mais il n'est 



1) g?gl. oben g. 10. 2) SSgl. oben ©. 93. 

3j SRarfgrof .^einric^ öon ©c^webt. 

4 Sethos, histoire ou vie tir6e des luonuraents anecdotes de l'ancienne Egypte 
par labbe Terrasson , ä Amsterdam 1732. 



1733, 17.-31. «Wärs. 101 

pas de la bonte de TeUmaque. Adieu, mou tres cber ami; je vous 
prie de me conserver toujours votre amitie, qui m'est precieuse, et 
de me croire avec toute la reconnaissance et toute restime du monde 
et avec un attachement que je conserverai jusques au torabeau, uuiu 
tr^s cber General, votre tres fid61e et coustaut ami et serviteur 

Frederic. 

9Jac^ ber eigenpnbigen Urjcf)nft. 

77. 
2)er ^ronprinj an ©ruinbtotü. 

Ruppin, ce 30 mars 1733. 

L'on renvoie les lettres ci-jointes qu'on a regues bien condi- 
tionnees. Je ne me fie pas ä tout le moude, et je crains tout ce qui 
vient d'un certaiu cOte. Je täcbe seulemeut d'executer mon pro] et, 
pour faire qu'apres le mariage je puisse rester a mon gouvernement, 
avec la permission de pouvoir rendre quelque visite ä la sposa, pourtant 
pas trop frequemment'). Pour le militaire, on se metti'a sur un bon pied 
avec le pere, et ou täcbera de lui faire voir que l'on sait ce qu'on 
est, et que l'on ne se fait pas dupe de tout le moude. Du reste, on 
va son petit chemin tout doucement, et l'on est toujours le constant 
et sincere ami du fidele Cassubien^). Frederic. 

3laä) ber 5(bjd)nft im ^. u. Ä\ §ou^- §of= unb ®taat§arc^iö ju SSien. 

78. 
2)er Äronprins an ©rumiifotü. 

[Ruppin] ce 31 [mars 1733]. 

Le gouverneur a tres bien regu le billet, et 11 remercie le eher 
Cassubien du bon avis et avertissement quil lui doune. Le conseil 
sera entierement suivi. L'on se prepare pour partir vers Potsdam, 
Oll l'on sera demain au soir. L'on sera pourtant oblige d'user de 

tous les egards vers la B 3), car de certaines marques de poli- 

tesse sont dues ä tout le moude. Je vous prie de faire mille amities 
de ma part ä Germania *). J'espere que pour le moins nous aurons 
un camp, et que cette annee nous donnera occasion de jouer du mou- 
linet; j'en serai ravi, car je crains que sans cela la force de mon bras 



1) aSorlage: frequenter. 2) ®tutnb!ott) aU l^interpommerfc^er üanbgmonn. 

3) La Barbe: %üx\t Seo^jolb öon 9ln'^alt=2)effou („®er olte @cf)nurrbart"). 

4) @roj ©ecEenborff. 



j Q2 ^viffwccf)icl be* Sh'onpvtit.UMi (^-vicbrld) mit ©vunibfon). 

ue se perdc duus Ic repos. A presout, je pournii cncore deveuir 
ecolier militairc, uiais a Tagt} de trcute aus Ton na gucre de dispo- 
sitiini pour appvcndre, et un mcticr tcl quc celui de la guerre m6rite 
plus (lue los applicatious de la vieillcsse. II faut y ctrc clev6 et 
uoiirri, et qiruiie pratique plutüt prcniaturoe que trop tardive uous 
euseigiie cet art. La guerre hors de iios coufms et de nos limites ne 
laisse pas ([ue d'etre utile et nöcessaire: eile corrige la luxure et le 
faste, eile ajipreud la sobricte et Tabstiueuce, eile reud uotre corps 
capable de supportcr des fatigues, et eile döracine tout ce qui est 
eft'(iniiue. Je cniius que je vous arrete trop, eher Cassubien, etj'oublie 
que je parle duu metier que je ne connais pas, ii un homme qui en 
possede toute la conuaissance et la fiuesse par uue longue pratique; 
mais Ton doit savoir que les jeunes geus aiment beaucoup ä raisonuer 
et ii decider; ils vous eu demaudent pardon et se disent fideles arais 
du digne Cassubien. Le gouverneur. 

"Jiacf) bcr ctgcnt)änbti3cu Urjc^rift. 

79. 

®er ^roupriuä au ©rumbfom. 

Ruppin, ce 11 avril 1733, 

L'on a regu a Potsdam la lettre du Cassubien dont on lui rend 
grace. Le peu de temps que Ton y a eu, a empecbe de repoudre 
jusqu'ä present. Lon prie fort de rendre rincluse^) ä Germania. 
L'on a et6 assez bien re^u. Le mentor militaire 2) est avec, le mattre 
l'a place tres graeieusement. Le gouverneur est si fatiguö et si 
malade qu'il ne peut poursuivre qu'en assurant son eher Cassubien 
de sa tendre et eternelle amitiö. 

iRac^ ber 3lb|c^nft im S?. u. St. §ou§* ^of= unb ©taot^arc^iö ju SBicn. 

80. 
2)er Äronprinj an ©rumbfotü. 

Ce 14 [aviil 1733], de ma garnison. 

La raison pour laquelle l'on n'a pu röpondre, est que Ton a et6 
tout le temps auprös du souverain, oü le peu de temps que Ton y a, 
en a empeche entierement. Le post-scriptum que vous me faites, eher 
Cassubien. est faux dun bout a Tautre; car, prcmierement, je n'ai 
point 6t6 pri6 ä Schwedt''), et, en second lieu, je n'ai pas pens6 d'y 



1) (Euvres XVI, 3*>. 2) 93rebotD. 3Jg(. S. 97. 3) 9SgI. S. 100 9(nm. 3. 



1733, 31. gjlätä — 16. 9IpnI. 103 

mettre le pied. L'ou peut voir par hi combien de fausses nouvelles 
se fönt et se debiteut tous les jours. Pour ce qui regarde Germauia, 
je n'ai pas seulement entendu parier un mot de ce que vous me 
dites, et je suis bleu persuade que l'ou ue cberchera pas mon conseil. 
Dernierement, je fus d'uue promeuade que le souveraiu fit avee 
quelques officiers; ä la fin, le diseours tomba sur sa mort, et il me 
dit qu'il me counaissait et qu'il savait qu'apres sa mort j'aurais co- 
medies et operas, et qu'il me laissait de Targent pour exereer ces 
folies; mais que, si je voulais quuu jour il me moutrerait ce qu'il 
y avait encore ä faire dans le pays, et que, si, apres sa mort, je 
voulais jouer maitre, qu'il faudrait que je me fisse beaucoup d'enue- 
mis, comme lui il s'en etait fait, et qu'il me uommerait uu jour ceux 
qui lui avaient ete contraires; et il entra daus un detail dont je 
rendis gräces a Dieu de sortir avec honneur. Je ne peux pas dire 
que je sois trop edifie du tout, car je remarque bleu que le bon vi- 
sage que Ion s'eflforce de me faire, ne part pas du coiur, et qu'il y 
a toujours uu levain cache au fond du eceur. Je ne saurais en de- 
viner la raison, et j'avoue que je crois qu'il y a toujours quelque 
boute-feu en compagnie. Quelqu'un de mes amis m'a meme assure 
que le digue sieur Eversmann ^) n'y a pas peu contribue. Je suspens 
mon jugement sur sou bounetete, de crainte de lui faire du tort, en 
lui pardonnant par cbarite cbretienne tout le mal qu'il m'a fait. 
Voilä, cber Cassubien, ce qu'il y a de plus nouveau. La bonne 
Baireuth est toujours en paisible attente des bienfaits qui devraieut 
et qui ne pleuvoiront pas sur eile; et pour le gouverueur, il se moque 
de son sort; il tacbe d'etre content malgre vent et maree, et il prie 
le eher Cassubien de croire qu'il l'aime et Testime de tout son coeur. 
Vale. Frederic. 

9Jad^ ber eigenpnbigen Urjcfirift. 

81. 
5)er ^ronprinj au ®rum6!otr. 

[Ruppin] ce 16 [avril 1733]. 
L'on remercie beaucoup le cber Cassubien du bon vin d'Alant 
qu'il lui a envoye. L'ou gardera le vin de Hongrie de Gotter ^j pour 
le souverain. La raison pour laquelle le premier billet que le gouver- 
neur ecrivit, etait brief, vient de ce qu'il avait huit lettres ä ecrire 
de suite, et non par aucun reläcbement d'amitie vers le eher Cassu- 

1) ^ommerbiener beg ^önigg. 2) SSgl oben ©. 54. 83. 



I 04 '^licfroecfticl bc^ StvonpviiirtCit t^vicbrid) mit ©fumbfoW 

bleu. L'ou itieiuira i^arde :iu viii de Tiuto, et coinmc il est fort rare, 
Ton peut comptcr tiu'il ue parviendra pas jusques aux domestiques. 
l.e inoutor inilitairc est un bomme doiit je ne counais pas eucore en- 
ticroineiit le caractere, niais je crois (jiril ne mauquera pas de faire 
teuir cbaciue chose oii eile appartieut, et quil soit bou gazetier '). 
L'ou est fort rejoiii de oe que la soeur se soit trouv^e bieu du vin de 
llougrio (luclle a re(;u, et Ton peut compter que Ton eu a uue Obli- 
gation ctcruellc, car ce sout, si je Tose dire, Ics raeilleures oiuvres 
que de rendre la saute aux gens maladifs. Nous exergons ici k 
force de bras, et si encore ce n'est pas le moyeu de gagner les 
bonues graees, tont est perdu. Adieu, eher Cassubien; je vous prie, 
u'üubliez pas ceux qui sout en paix dans leurs retraites, et qui 
s'estimeut heureux d'avoir des amis pareils au Cassubien; du moins 
le savent-ils reconuaitre, et quoiqu'ils ue disent pas beaucoup, ils 
u"eu sout pas moius ses vrais amis. Le gouverneur. 

'Jiac^ bcr eigculjänbigen Urjc^rift. 

82. 
^er Äronpriuä au @rumb!otu. 

Ruppin, ce 18 avril 1733. 

L'ou est fort oblig6 au ober Cassubien de la lettre qu'il a eu la 
bonte d'eerire. L'ou se porte, gräces a Dieu, fort bieu, et l'ou est 
fort content d"etrc de retour chez soi, peu editie du sejour de Potsdam. 
L'on se tieudrait volontiers en son gouvernement. Le gouverneur est 
fort embarrasse du röle qu'il sera obligd de jouer, quand il sera mariö, 
et il croit que Voscuro sera le meilleur, c'est-a-dire, de rester inco- 
guito le plus quil pourra ii son gouvernement, plan que le souverain 
approuve fort, et de ne se meler de rien au monde, ensuite, de 
laisser parier un cbaeuu, comme bon lui semble, et de ne se soucier 
de neu que de son propre repos, de se divertir taut que faire se 
peut, et de ne se soucier de rien au monde. L'on soubaite beau- 
coup de bonheur au cber Cassubien touchant les noces de sa fille-^), 
et l'on prend beaucoup de part au malheur de la pauvre Caroline^). 
Dieu sait si nous aurous guerre ou non, mais, d'une certaine fa^on, 
je le soubaiterais, pour me tirer de la mauvaise Situation dans la- 
quelle je crains de tomber. Je ne suis point amateur des Argus 



1) 9tlg 5Beric^tcrftatter bes Äönig^. 

2) (yrumbfoiDS fünfte Xoc^ter, Henriette S^orlotte, bermäfilte fid) einem §crm öon 
bem Änejebed. '6j Sigl. oben ©. 24 %nm. 4. 



1733, 16.— 18. 9fprü. 105 

ni de tout ce qui peut y avoir le moindre rapport; au coutraire, 
j aime fort que Ton ne s'embarrasse point de moi, comme aussi je ne 
ufembarrasserai pas des autres. Le vin est arriv^ ii bou port, et 
Ion en trouve l'epreuve excellente, et loii vous prie d"cn faire uu 
giand compliment au marcbaud. Dieu sait que le pauvre Gouverneur 
se tue pour plaire au souveraiu; il exerce depuis le matiu jusqu'au 
süir, il fait des recrues plus qu'il peut, 11 fait des taxes, des bailliages, 
taut de choses qui se fönt par complaisauce, comme Ton peut eroire, 
et qui, malgre cela, ne trouveut aucuue approbation. Comment est- 
il possible, malgre cela, de s'oublier soi-meme, et de ne pas reserver 
uue ou deux heures par jour pour se recreer, apres que les actes de 
dcvoir sont finis! Enfin, coupons court sur cette maticre odieuse et 
laissons le soin au Ciel de pourvoir, et au temps d'ex^cuter les d^crets 
de nos destins! Pour moi, eher Cassubien, soit que je sois baut 
ou bas, je n'en serai pas moius votre tres fidele ami. 

Le gouveineur. 

Petite gazette. 

Madame le Grand *) va se promener tous les jours ä Vieux-Ruppin ; 
apres quoi eile tient cour, oü toutes nos dames se trouvent ordinaire- 
ment. Elle est placee sur un grand fauteuil en forme de dais, et 
les dames qui ont le boubeur de lui faire la cour, sont assises sur des 
tabourets. Nos godelureaux s'y rendent aussi, et 11 n'est pas piece 
qu'on ne lui joue; un certain Groeben^), enseigne de notre garnison, Ta 
chassee de sa propre cbambre, comme les pretres catboliques cbassent 
le demon du corps d'un possede. L'exorcisation s'est faite par le moyen 
de la fumee de tabac, cbose que ladite dame ne peut soufifrir. Le 
diable exorcise ne se tiut pas la, mais, en diable femelle, se repandit 
en injures coutre l'exorciseur. L'exorciseur pique repartit, et bieutot 
on aurait eu uu combat d'amazones, si, par bonheur, son digne epoux, 
le sieur Silva, ne s'en etait mele. La paix fut faite et fut signee par 
quelques grandes rasades bues de part et d'autre. 

L'on dit que nos medecins sont tous fous. J'ai parle quelqu'un 
qui passa par ici, qui me dit que c'etait comme partout ailleurs. On 
dit que la biere bouche l'esprit. Je soutiens le contraire, car, marque 
de cela, un bon brasseur d'ici, apres avoir perdu quelques florius au jeu, 
mit sa femme, par bonheur la perdit et s'en vint au logis, disant qu'il 
avait gagne beaucoup en perdant son plus grand ennemi. Dixi. 
9ioc^ ber ^Ibjc^rift int ^. u. S. §aul= §of= unb ©taotgorc^tü jn SSJien. 

1) grau tj. Sßolben. SSgl. oben S. 60. 

2) Sooc^im ^einric^ ü. b. ©vöben. 58g{. (Euvres XXVII, c, 179—182. 



jQß ^ricfitifdjjcl bei< .sh-iMtprinjcn tvncbrid) mit (Svumblotr). 

A Ruppin, ce 21 d'avril 17:t;t. 

I/c»u est l'ort Obligo ;ui eher Cassubicu de son souveuir. La 
lettre 011 qiiostion a ötö eassöc d'abord apr^s qiie Ton Ta lue. Je nie 
troiivorai fort lioiireiix, si le souvcrain iie fit ') Jamals mcntiou de 
nioi (|u'a propos de boudius et de froiuagcs; car, counaissaut la vi- 
cissitude du moude, je counais le ehaugemeiit des jugements que Ton 
fuit; ainsi, moius que rou peuse et que l'oii parle de moi, et plus 
(|nc cela m'est agröablc. Brcdow fait semblaut de s'attacber a moi; 
je ue sais ce que jcii dois cioire, mais dos qu'une fois jaurai otö a 
Potsdam, je verrai bleu ce qui en est. Les fromages de Koueii, ober 
Cassubicu, ue sout pas eucore anivös; je vous remercic uöaiimoius 
comme si je les avais regus, et Tou se souviendra du eher Cassubieu 
eu les maugcaut. Le viu Tinto est tros bieii arrivö; je Tai trouve 
excelleut, et il a fait graiid bleu ä mou estomac, qui s'etait fort 
relfiobö. 

Pour la Saxe, je doute fort qu'elle parvienne ä la royaute'^), et si 
je dois dire naturellemeut mon sentiment, je serais de l'avis de Goltz^). 
Je parle comme lui, c"est-ä-dire en aveugle; car gräces ä Dieu, je 
u'ai plus rien ii domeler avec le tripotage politique. Je viens de 
Pexercice, j'exerce et j'exercerai. Voilä tout ce que je peux dire de 
plus nouveau; cependaut, j'aime fort ä me menager quelques moments 
pour la röcroatiou, et j'ainie mieux cxercer ici depuis le crepuscule 
du jüur jusques au crepuscule de la uuit que de vivre en bomme 
riebe a Berlin. Adieu, cber Cassubien, comptez sur mon amitie comme 
sur un rocber. Le gouvemeur. 

Petite gazette. 

Le gouverneur a exerce aujourd'bui, et, en voulaut redrcsser un 
fantassiu, il fut fort surpris de garder uue queue posticbe en maiu, 
qui s'etait detachee de la tete. 

Don Silva ') a perdu 70 d*cus, dout il a pcnse se pendre. Sa reine 
a öte ä Yieux-Kuppiu, d'oü eile a ete oblig6e de se retourner, a cause 
qu'elle avait pris ses ordinaires. 

Le gouverneur fait travailler k force de bras ä meubler son palais 
et ä lui donner une figure martiale, pour recevoir le souverain. 

Un earrosse est arrivö, il y a quelques jours, a un village voisin, 
oü deux cavaliers, que Ton a pris pour des officiers, ont enleve la 

l] SSorIaqe: fisse. 2) SSfll. ®. 113. 3) 93gl. 6. 84. 4j SBoIben. 



1733, 2I.-2J. ?rpril. jq- 

sage-femme, quMls ont emmenec, de nuit, u uu cndroit que persoune 
ne connait, oü eile a 6tö obligde d'accoucher uue jeuue persoune qui 
a eu l'air d'etre de qualite; apres quoi eile a ete ramen(-e ebez eile 
et gratifiee de 10 ecus. 

^JJocf) ber eigenljäiibigen Urjc^rift. 

84. 
2)er ßronprins o» ©nnuDfoiu. 

Ce 24 [avril 1733], de la gainiBon. 

L'on a tres bien regu la lettre du eher Cassubieu, et <.n k- rc- 
mercie beaucoup de toutes les attentions qu'il teiuoigne a »oii fid«'lf 
gouverneur, L'on conuait tous les desagremeuts qui se reucontrcut 
ä la cour, et j'y ai sejourne assez longtemps pour en avoir une R-gerc 
idee. Pour ce qui vous regarde, eher Cassubieu, il faut que voua 
vous coDsoliez de savoir qu'il faut que de certaiues gens se saerifient 
pour la patrie et quils oublieut, pour ainsi dire, fenirae, saute et 
enfants pour le bien public. Jusqu'ä present vous vous etes si digne- 
ment acquitte de ce caractere que ce serait uue perte generale que 
Celle de votre abdicatiou. 

La description de la malbeureuse chasse de Potsdam est char- 
mante, mais j'avoue qu'elle plait mieux sur le papier qu'en natura. 
Si le peu d'esprit que le general Blauc[kensee]') a, Tavait quitte, je 
crois quil n'y paraitrait pas, car il en a si peu ä present que je crois 
qu'entre son äme et celle des betes la difference n'est pas graude. 
Je crois que la couronne ne perdrait aucune de ses branehes par la 
mort du priuce Dietrich 2); sa place ne sera pas plus mal remi)lie, je 
crois, par son frere, qu'elle Test par lui; ainsi cela revient a la menie 
chose. Pour mon plan futur, j'espere de l'executer, et je suis dans 
la joie de mon coeur de voir que vous le goütez. Je ne vois point 
d'autre salut pour moi, et quoique je ne doute point d'cti*e entoure d'ob- 
servateurs, je les crains pourtant moins ici qu'ä Berlin; car, au lieu 
de dix que j'aurai ici, j'en trouve 1000 ä Berlin, dont le Jargon, 
accoutume ä ce manege, sait repandre un fiel maliu sur toute chose. 



1) ©enerallteutenant ^eter ü. 93rancfeniee f 1734). Sie ^^rinjeifin Üuijc Ulrile 
\6)xt\U all ftronprinseifin öon Sc^roeben am 2. S)ecember 1749 an ben ^^rinjen «ugu^t 
9KiU)eIm Don $reu§en: »Pour ce qui est du reste de la cour de Charles XII, ce 
sont rustres et qui n'ont aueunes manieres, dans !e goiit de Peter Blancken- 
see.< 3ettic^vift für ^reuß. @eic^. XVIII, 53. «gl. aiic^ :5öcnrfenborf Staraftersügc 
aul bem Seben griebric^ SBit^elml I., VIII, 82 ff. XI, 41 ff. 

2) 2öo^( %x\n Sietric^ öon ^Jüi^al^Seffou, So^n bei dürften fieopolb. 



jQO "iBvicfiücdjjd be^ JSJronprinjen f^ncbrid^ mit ®rumbIott). 

F.utiii, ober Cassubicii, Je crois que, claus ce moutle, il faut faire vie 
(Uli diire, et sc mettre (laus uue Situation oü l'ou puisse se maiuteuir 
longtemps; ear je conuais assez l'esprit du maitrc, oü ma faveur est 
fort SU Jette aux ehangeiueuts ; aiusi, pour me mettre en un beureux 
oubli, Tabseuee et le r(3g[imcnt] est la Situation la plus convenable. 
Je vous cnnuierais fort, eher Cassubien, si je devais vous conter des 
uouvelles d'ici, qui sout assez plates pour ceux qui n'y prenuent au- 
ciine part; j'aime mieux vous assurer que jamais gouverneur n'estima 
plus uu Cassubien que je vous aime, que je vous estime et que je 
vous houore, ce') que je ferai toute ma vie. Le gouverneur. 

üliac^ ber cigentjäubigeu Urjrfjrift. 

85. 
!5)er Äronpviiij au (SJrumbfotu. 

A Rup[pin], ce 28 d'avril 1733. 

Tres eher Cassubien. Le gouverneur a re^u avec le contentement 
ordinaire le billet que le eher Cassubien lui a ecrit. II espöre que 
le voyage se soit pass(ji au gr(3 du Cassubien et qu'il y ait trouv(i 
son compte. Le gouverneur vit en paix au fond de son gouvernement 
et se trouverait beureux d'y etre coniine pour le reste de ses jours; 
il craint la fatale cpoque qui approche'^), et tout ce qui s'eu peut 
suivre. comme r(ivenemeut le plus fächeux de sa vie, et il prie son 
eher Cassubien de ne le point abandonner, 6tant, apres Dieu, l'unique 
en qui il mette sa confiance, etant tres cordialement et sincerement 
ä lui. Le gouverneur. 

3iac^ ber eigenl^önbigen Urftf)rift. 

86. 
S)er S^ronprin^ an @rumb!oiü. 

A la garnison cherie, 1" de mai 1733. 

Tres g(in(ireux Cassubien. Le gouverneur se r(ijouit avec vous 
de votre beureux retour de P. 11 vous souhaite tout le bonheur du 
nionde touchant les noces de la belle mademoiselle Henriette, et que 
vous en ayez plus de contentement que de celui de la pauvre Ca- 
roline ^). Pour ce qui regarde le plan que je me suis form(3, je ferai 
tout mon possible pour l'executer, et je crois qu'il sera le meilleur 

1) Vorlage: et. 2) ^.ügl. oben 6. 97 2tnm. 4. 3) S3gl. oben S. 104. 



1733, 24. ?IpriI - 4. 'SJlai. 



109 



pour le Roi, pour Madame et pour moi. Je suis ravi que vons Tap- 
prouvez, vous priant seulement de me donner des conseils commcnt 
il faut sc prendre pour Texecuter. L'idee de la terre est tres bonnc, 
mais je doute fort que le souveraiu y consente. Je suis vt^ritablement 
triste d'apprendre le degät qui se fait ä Berlin, et je m'ötonne de 
ee que personne ne le fait voir au Roi. Pour le gros cointe, c'est nion 
horreur, et je ne le puls souffrir; il me parait que c'est Ic Pour- 
ceaugnaci) allemand, augmentö d'ordures. Je ne nianquerai pas de 
casser la declaration de TEmpereur^) que je trouve tres belle et 
digne de lui, ä savoir si l'intention est de meme. (11 faut dire comme 
le comte Stain^): »Das ist wider an onders<.) Je suis bien aise que 
le Roi approuve le prince Charles''); c'est mon trc'S bon ami. Je me 
suis bien doute que son retour precipite n'etait pas naturel. Adieu, 
eher Cassubien; apres Dieu, je mets ma confiance en vous, n'ayant 
aucun autre ami ä qui je puisse me fier, et je vous prie de croire 
que je vous suis aussi fidele et aussi attache que vous pouvez me 
l'etre. Le gouverneur. 

Je viens de recevoir de lettres de Pasevvalk •■^), oü le Margrave 
parait fort mecontent. Je crois qu'il n'y aura aucun autre parti pour 
eux que de s'en retourner ä Baireuth. Je vous prie de me mandcr 
votre sentiment. 

SfJad) bei- eigcn^änbigen Urjc^vift. 



87. 
2)er ^ronprin,^ an @rumb!ow. 

A la garnison, cc 4 de mal 173.'5. 

Tres genereux Cassubien. Le gouverneur est charmö de ce (|ue 
le souverain a ete content chez le eher Cassubien. II lui a toutes 
les obligations du monde de ce qu'il a bien voulu prendre son parti 
et mener les choses d'une certaine manicre. Je me flattc douc de 
pouvoir m'absenter quelquefois de Tepineux Berlin et de trouver en 
quelque fagon ici un asile contre la gene et le caquet irraisonnable 



1) ?lu§ aJioUere. 2) 58gl. Srot^fen a. a. D. 6. 105. 

H) 2ßot)I ber öon f^riebric^ Silljelm I. am 19. %thxmx 1732 sitm 5?icepräiibcntcn 
bcr §l!abemie ber 2ßtffenjc^aften ernannte „®raf (Kraben) bon Stein". 3?(](. Gramer, Bur 
@efd)tcf)te griebrtc^ 3BiII)eIml I. unb ?5rtebrtd)§ II., Hamburg 1829, ©. 157. [Senden^ 
borfl Äaraftersügc aul bem Seben f^rtebrid) 3Bilf)eIm§ I., VIII, 54. i^öflnife II, 309. 

4) 5[Jlor!graf Äarl öon ©c^mebt. 

5) ®arntfon be^ ®ragonerregtmente§ 33oireutf). 



\[0 'iörictwedfijel be^ ^oitprinjen griebrid^ mit QJrumbfon). 

de ee peiiplc vidicule. Liiniciue cbose oii je trouverai quclque agrö- 
ment [i\ Boiliu), scra de pouvoir proliter de la eompagnie du eher 
Cassiibicii et de se divertir avec lui malgrö les envieux et Teuvie. 

Je nc crois pas davoir niavque de la d^fiance au souverain, car, 
quoiiinc je ue le eroie pas fort siiie^re sur mon cliapitre, je vais mon 
graiid cheniin, sans me dcfier de lui, puisque je irai rien ä me re- 
procher. Puis, la triste experience m'a fait voir dans le monde que 
la nicillcure politique quo je pourrais avoir, etait de laisser aller 
toutes choses comine il plait a Dieu de les diriger, et au Roi de les 
mettre en execution, et de ue penser ä autre chose qu'au plaisir. 
De quoi devrais-je donc faire confideuce au Roi? Je me distrais, 
par raison, Icsprit de toutes les affaires, et j'en suis si bien venu ä 
bout quen bouneur je peux vous assurer que je vis comme si le Roi 
etait immortel, et je veux mourir sur l'heure, si je me suis form6 un 
plan pour l'executer apres sa mort. Je croirais pecher, car tout ce 
qui se ferait ä preseut de coutraire ä ce plan, me ferait de la peine, 
et n'en ayant point, rien ne le peut contrevcnir. Donc voilä un souci 
de moins. Adieu, eher et genereux ami: je vous prie encore de 
compter sur ma parfaite tendresse et sur l'estime la plus sinccre et 
la plus Stahle de votre fidclc Gouverneur. 

Ce 5 de mai. 
Dans ce moment, j'apprends par la votre du 1 l'agrcable nou- 
velle de votre promotion, mon eher tres ami. J'en suis dans la joie 
de mon creur, et vous pouvez compter qu'entre tous ceux qui vous 
feront leurs compl[imcnts] sur ce chapitre, aucun ne sera plus sinccre 
que le mien, souhaitant que le Roi recompense de plus en plus en 
vous les helles et bonnes qualitös que le Ciel vous a donnees, et 

Et que, gcneral d'infantrie, 

Le Ciel prolonge votre vie 

Jusqu'ä ce que trente hivers surchargcs de gla^ons 

Se voient succcdös par les vertes moissons. 

Dixit. 
9iac^ ber cigenl^änbigen Urjc^rift. 



®cr ÄrDnprin5 an ©rumbfoju. 

A la garnison ch6rie, ce 10 [mai 1733]. 
Je crois, ä present, gdnöreux Cassubien, que je sais faire plus 
de miracles que Tabbe Paris '), ötant la cause de la premiöre produc- 
tion de votre muse. Vous vous acquittez si bien de tout ce que vous 

i; Xer Xiaconus Jrancoi^ be ^dtiei ft 1"2";; bret öerjcfiicbcne i.'cbcn^befcf)reibungen, 



1733, 4.— 10. 3Kai. \ll 

faites que les vers, aussi bien que toute autre chose, sont Obligos de 
se Tanger sous vos lois. 

Ce n'est pas tant ä la riine 
Qu'ä la chose qu'elle exprime, 
De laquelle on doit juger; 

Et, pourvu que le sublime 
Partout la diction anime, 
L'on devrait s'cn contenter. 

Car, quand la verite prime, 
Nous Uli devons notre estime, 
Et savons la preferer 

Au brillant que nous impriment 
Tons les grands mots que la lime 
Artistement sait ranger. 

Cher ami, ton coeur sincere 
Est digne qu'on le prefere 
Aux vers et k la scansion'), 
Et crois-moi qu'avec passion 
Je t'aime et te considere. 

Vous voyez, cher Cassubien, que je vous rends vos atrophes avec 
usure, et que ma muse, prompte ä rimer, vole encore ä mon secours, 
quand il s'agit d'exprimer ce que le coeur pense. Vous n'en seriez 
pas quitte ä si bon marche, si le dieu Mars, ennemi des courtisans 
des Muses, ne m'en interdisait l'entretien, et qu'occupc <x son Service, 
je suis, pour la plupart, oblige de negliger leurs compagnies; car ces 
sages filles de la Memoire veulent du repos et une securite parfeite, 
que l'on ne trouve pas toujours. J'ai recu une lettre du souverain, 
qui me presse de finir le nouveau contrat du bailliage. II est arrive 
par la meme poste une lettre de cachet ä Rohwedell de se rendre ä 
Berlin, ce qui me fait juger que le souverain soupgonne qu'il m'a 
aide 2); je rejette le tout sur le mentor militaire, et j'avoue que je ne 

m'y fie pas. 

Oui, ce sont de ces presents 
Que le Ciel, en sa colere, 
Fait quelquefois, en bon pere, 
Pour corriger ses enfants. 

Je ne le prends pas pour autre chose, et quoique, au dehors, il 
montre beau semblant, je ne m'y fie qu'en ti'emblant Si le souverain 

mit ber ©^ilberung feiner SBunber, erjcfiienen 1731. S89I. Nouvelle Biographic uni- 
verselle, p. p. Höfer, XXXIX, 205. f^riebrtc^ erh)äf)nt ben „^eiligen ^atiä" in bem 
2tbjd)mtt »de la religion« ber Memoires pour servir ä Thistoire de la maison de 
Brandebourg; (Euvres I, 211; ogl. XXI, 344. 1) Sic. 2) SSgt. ©. 71. 



\ 1 2 'J^ricfjfccft^d ^^l^ Äronpvin.u'" ^ricbri* mit (Mvumbfpw. 

me connaissait vdritablement. il nie dccharp:erait. de tous ces gens de 
pareille race, quo Ic niontor iiomme si inirönuinent des Hons; ear 
(•online je ne pense h rien antre cliosc q\\^^ la tranqnillitc, la paix 
et le jilaisir. h qnoi lion vonloir m'obsdder de cette Sorte? Car, cntre 
noiis. ce ne sera Jainais nion mcHier qne lea eaniöraliti'^s'); j'cn sais 
antant qne j'ai besoin d'en savoir, niais, ponr faire Ic prix et les 
taxes nioi-menie, Ton n'a qn ä y renoncer. Snffit qne Ton s'en in- 
fornie, qn'on dirifre la niasse entiere, et qne le commerce ne soit pas 
oublit''. Car tont ce qne Ton iragne des bailliaces, n'est qne l'ar^ent 
(|ni est döja dans le pays; mais le profit qne Je tirc dn commerce, 
est nn avantajre qne je gagne de mon voisin, qni nie remplit mes 
coffres. et dont le siijet jiartage rnsnfrnit. Ponr Taccisc nonvellement 
introdnite en Angletcrre^l, est, selon ma comprehension, nn attentat 
rontre les lois, et le premier pas ponr iiarveiiir :\ la sonverainetö •'')^ 
il serait tres avantageux ä Sa Majeste Hritanniqne qn'elle füt un pen 
reprimce. 

L'orgueil qui le gouverne, et quMl tient de sa raee, 
Lui rehansse le cceur. animc son audace; 
Son norn cliez ses arais est en mauvaisc odeur, 
Et ponr ses cnneniis. le tiennent on horrcur. 

.le n'ai ]ias pn m'empecher de Ini laclicr ce petit conp de ven- 
geance, qne je Ini dois, et je crois qu'il serait fort henrenx, si Torage 
qne Ton Ini pröparc en Angleterre, n'avait pas plns d'effct qne les 
fondres dn Pamasse. Je crois cependant qne messienrs les. Anglais 
ne seront pas mal fondcs : 

Car le peuple et le Roi. par une foi mutucUc, 

Ont jiir6 8ur leg lois de se rester fidcles. 

Si l'nn devicnt prrjure en d^cliirant scs liens, 

L'autre est libre, jv son tour, de s'affranchir des siens. 

Je crois qn'nne sainte fnrenr ni'animc anjonrd'hni, et qne l'esprit 
de Cotin et de Pelletier ') reposcnt snr ma plnnic. Le pen de raison 
qni nie reste, me fait apercevoir que je suis ti*op prolixe, et qn'il vant 
mienx me bomer. Finissons donc, eher Cassnbien, et permettez-moi 
qne je vons repete en prose ce qne [les] vers vons ont annonce au cora- 
mencement de ma lettre, et qne je vous assnre qne l'on ne pent avoir 
plns d'estime, d'amitie et de confiance quo le fidcle gouverneur a en 
son eher Cassubien "^j. 

9Za(^ bcr cigcn^änbigcn Uri'c^rift. 

1) 3?gl. „JhonprinV S. ?»2. 2; Sgl. (Euvrcs I, Ißö. 

3) 5m Sinne Bon Slbiclutismus. 4) 3(uö 93oifcau. 9SgI. fEuvres XVI, 98. 

5} 9lm 12. 3uni IT.Ci würbe ju Saljbotilum bei 33rounjcf)tDetg bic SSermä^tung be§ 



1733, lü. 'mai - 1735, 9. Cctobcr. 113 

89. 
®er Äronprinj an ©rumBfoit». 

Ce 18 octobre 1733]. De la chere garnison. 

Mon tres eher ami. Voilä donc notre p:ros fat snr sa bete, oii, poiir 
parier dans le style des gazeticrs, le royal Klecteur') clu roi de Po- 
logne. J'en enrage dans ma peau, car j'aimerais mieux le voir 
tondu que de le voir royalise. Mais ä chose faite il ii"y a guere 
de remede. 

J'ai re^u de la chaneellerie un ordre circulaire que Ton n'a qn'ä 
quitter les preparatifs ä la guerre, pareequ'il ii'y en aura point. Je 
voudrais donc bien demander votre conseil si j'oserais bien prier le 
Roi de me permettre d'aller faire un tour ä Ansbach et ä Baireuth. 
Pour Ansbach, vous saurez que le Margrave^) est brouille avec ma 
sceur, et si j'y vieus, j'espere de pouvoir les raceommoder. Tout le 
voyage sera ä peu pres de trois semaines. Je vous prie de me mander 
votre sentiment, que je suivrai, tres genereux ami. Dieu me preserve 
de Wusterhausen-^], et vous de maladies; pour moi, je suis plus ä 
vous que le pape, tant catholique que lutherien, n'est au diable etc. 

Frederic. 

5Zac^ ber "itbic^rift im Ä. u. Ä. ^auä' §of- unb Staot^orc^it) ju 2Bien. 

90. 
SDcr ^ronprin^ an ©rumbfoiü. 

A Königsberg, ce 9 d'octobre 1735. 

Mon tres eher General. Du Rossi m'a rendu votre lettre, et je 
vous suis tres oblige de toutes les nouvelles que vous m';ivez bien 
voulu donner. Sans parier du caractere de Pöllnitz*), il faut avouer 
qu'il a beaucoup d'esprit et qu'il sait donner une jolie tournure ä ce 
qu'il ecrit. Par rapport aux nouvelles, ce qu'il mande et ce qui com- 
posent Tapostille de votre lettre, m'ont assez eflfraye; j'espere pourtant 



Äronprinjen gefeiert, na^bem noi^ %aQ§ juüor @ta] Secfenborff ouf 33ete^l feinet §ofei 
bei ftöTiig grifi^ric^ 25ilf)elm I. bcn Eintrag gefteüt ^atte, bie 3Ser(obung rücfgängig ju 
machen unb bcn Äronpringen oietme^r mit ber ^^^rinjeji'in 2tmafie öon Gnglonb ju üer^ 
mähten. %(. oben S. 76 ff. SI ff. So. görfter III, 148 ff. „Sronprins" S. Hoff. 

1] 2)er gurfürft Bon Sad)ien, griebric^ 2(uguft, toax nac^ bem Jobe feinet 58oter#, 
ftönig 5(u9uft^ II. öon ^olen ff 1. Februar 1733), am 5. Cctober 1733 gegen ben am 
12. September geroöf)(ten Stanislaul Se^scjtjn^fi jum (Segenfönig gemä^It tuorben. 

2) SSgl. oben S. 5. 34. 3 SSgl. „Jlronprinj" S. 27. 

4) Äarl Submig greifierr t. ^^öam|. 58gf. (Euvres XX, p. XIII; XXV, 477. 
Journal de Seckendorff p. 143. Wdq. 2)eutfd)e 33iograp^ie XXVI, 397. 
Äoi'er, !8ncf»e(f)fcl gviebnc^S itS (Stoßen. 8 



j J 4 Sriefroec^iel be§ J^vonprinjen fvinebric^ mit ®rumbforo. 

que ce ne sera que quclque maladie passagcre qui n'aura aucuue con- 
nexiou avec le seiieux et qui u'aboutira qii'ä ime attritio vaga. 

Pour ce qui regardc mon voyag-e, je vous dirai en peu de mots 
que je vicus de pareourir toutc la Pvusse, et j'ai vu son hon et, d'un 
autre cötc, sa unsere toutc nue. Si le Roi ne se resout ä ouvrir les 
magasius vers le uouvel au, vous pouvez compter que la moitie de 
ce peuple mourcra') de faim, taut la röcoltc des deux derni(ire8 
annecs a ete mauvaisc. Dans mes i)remicre8 lettrcs au Roi je u'ai 
fait qu'unc relation supcriluc'-), niais apres avoir fiui le voyage et avoir 
fait tont le tour, je lui ai 6crit mes sentiments naturellement et comme 
je les dirais ä la face de Dieu. L'ou nie charge d'uue commission, 
Ton veut que j'examiue des clioses, que j'eu fasse un rapport: hö 
bien, ne traliirais-je pas le Roi, le pays, ma conseience et mon 
honneur, si je ne deehargeais mon cceur et disais toutes les choses 
telles qu'elles m'ont paru? C'est ce (jue j'ai fait avec la soumission 
requise, et ä la fin de ma lettre assurant le Roi que, si j'etais mal 
informe ou tromp^, que je ne demandais pas mieux que d'etre rectifie 
par lui. Je n'ai eu d'autre conseil ä me donner que celui-lä; apres 
le coup, Ton ne se plaindra pas que je n'agis pas naturellement, ä 
savoir si cela plaira ou non, je suis assez trauquille lä-dessus et 
fonde ma securit6 sur mes droites intentions. 

Voilä pour l'economie; niais comme je sais que vous serez peut- 
etre curieux de savoir des nouvcUes de ce qui se passe d'ici, je vous 
dirai ce qui jusques ä present m'a paru de plus interessant. Je suis 
arrive hier au soir assez tard et je me suis repose; anjourd'bui j'ai 
ete ä l'eglise du chäteau, qui fourmillait de monde; de lä ä la parade, 
eil l'on m'a porte, car je ne crois pas avoir mis un pied sur terre. 
En m'en retournant chez moi, je rencontre quelques centaines de gens 
ä cheval, tous Polonais et qui faisaient piaffer leurs chevaux, toutes 
races magnifiques, moutes par les plus grands salopes du monde; peu 
apres suivait le roi Stanislas, dans le carrosse de Katte^), revenant 
de la messe. Nous nous sommes fort reverencies, et chacun poursuivit 
son chemin. Son carrosse etait suivi d'une douzaine d'autres, oü il y 
avait ou des seigneurs ou des dames polonaises, vilains magots, vi- 
laines guenons. Ce midi il m'envoya complimenter par le comte 
Oginski'') et par l'abbc Langlois^). II aurait ete contre toutes les regles, 

1) Sic. 2) iJicl: 8uperficiellc. 

:j) .t)anö öeinric^ ö. Äatte, ©eneroKicutcnant unb Gf)cf beä in 5btgerburg ftet)enben 
.Hüra)iier-3?egiment^, 3Sater bes am 6. iJJoo. 17:30 ^ingeri^teten .t)on§ ipermann ü. Statte. 

4 2Jlartianu£i Dginefi, Söoinjobe »on 2Bitcpst. 

h J^ran^öi'ijdjer öei'anbter bei .llönig Stanislauä, bem Sdimicgerbater (bgf. ©. 118) 
Sublüiggi XV. 589I. Journal de Seckendorff p. Hii. ^4JöUmg I, 318. 



1735, 9.-22. October. II5 

si je ne les avais gardes le midi cüez moi, ce que je fis. L'apres- 
midi le comte Tarlo^) (pas celui que vous connaissez 2), son neveu), 
marechal de la confederation, est venu avec toute la confedeiation 
me faire un salamalec. Ce ne sont pas des geus comme ceux que 
vous avez vus ä Dresde; ceux-ci ne saveut (exeepte tres peu) que le 
Polonais, crasseux et salopes ä faire peur. Je les ai harangucs que 
rien n'y manquait, les assuraut que le Roi mon pere 6tait porte ex- 
tremement pour leur liberte et qu'il ne souhaitait rien plus que leur 
contentement peudant les temps qu'ils s'arretaient en ses Etats (au 
moins j'etais autorise ä avaneer ceci), et ce n'cst qu'un compliment. 
Demain je verrai le regiment de Holstein''), je diuerai chez la vicille^), 
et le roi Stanislas y sera aussi; cela me fouruira de quoi grossir des 
volumes au lieu de lettres. Je vous en promets encore une et qui 
sera toute remplie d'anecdotes. Adieu, mon eher General, ayez-moi 
quelque petite Obligation de celle-ei et croyez-moi avec beaucoup 
d'estime, mon eher General, votre tres fidele ami Frederic. 

yiaä) ber etgenl^änbigen Urfd^rift. 

Ol. 
(5)rumb!otü an ben Kronprinzen. 

[Berlin, 22 octobre 1735.] 

Monseigneur. J'ai ete si enthousiasme, apres avoir lu la lettre 

que Votre Altesse Royale m'a fait l'honneur de m'eerire du 16 d'oc- 

tobre^), que moi, qui u'ai pas une teinture de poesie, fit sur-le- 

champ le Couplet suivaut, dont le seus est tres veritable et la poesie 

fort mauvaise: 

Second Titas, notre esperance et nos delices, 
Ciel, exaiice nos vosux, sois-lui propicc! 

Comme les deux lettres sont dejä fermees et envoyees ä Ruhstädt, 
j'ai mis sur le paquet cacbete le susdit couplet. J'ai dans ce meme 
endroit un coffre fort oü j'ai une infinite de choses curieuses. Mes 
campagnes y sont decrites, les negociations oü j'ai ete employe, et 
une infinite de lettres et anecdotes. J'en fais confidence unique ä 
Votre Altesse Royale, pour que, si eile me survit, comme Dieu m'en 

1) ®raf 3tbam %aüo, 9Korj(^aII ber Konföberatton, nadjmolg SCßoittJobe öon Sublin. 

2) &xa\ Qoiionneä Zaüo, SBoitrobe üon ©anbomir. 

3) griebric^ Sitt)elm iperjog öon .§oIftein=S3ed. 

4) 2tnjcf)einenb bte @ema{)Un be§ ^ex^o^q^ öon |)oIftetn, Urjula "Unna geb. ©räftn 
ju ^oI)na. 5} Siegt md)t üor. 

8* 



I 1 ^ '-l^ricfn'fctijcl bc^ Stroiiprin.^cn fvricbvic^ mit Orumbfott), 

fcru la friäcc, cllc cii seit iiistruitc et, cn luettiiut ccs papiers eiitre 
les niaius dun honinie fid^le et enteudu. on en pourrait former des 
niemoires assez cnrieux. Coninie on cacliette tout apres la mcrt, 
quand cela sc fait dann Ic scrvico, j'ai ici pcu de papiers de con- 
söqncnoc. 

.lai craint de nie donncr im dönicnti par rapport ä la nouvelle 
tonohant le partagc de la ciminiandcric de Scliivclbein, car Dom 
Dicpt M avait ubtcnu nn ordre du Koi (pril la devait avoir; mais 
cela a ^td chancrc dcpuis, et le tout reste comme cela a dtö r^,gl6. 
Un autre procos vicnt de se finir hier. La coniraanderic de Lagow'^) 
a ötö adjueöc ]iar Ics conimissaircs ä Son Excellence de Viereck 3), 
et Morrien^ aura .^Oi» ccus par au, et Winterfeld ^) 500 autres. J'auraia 
souliaitc qu'on efit donnö pour le nioins 1000 6cus h Morrien; comme 
Je ne suis pas iuforme du detail, je sus))ends mon jugemeut. Au 
reste, le Roi n'a pas encore cette sentence coutirmee, et eile pourrait 
recevoir encore quelque alteration. 

Tout ce que Votre Altesse Royale dit sur l'öconomie prussienne, 
est ad[mirablel'*), et cela confirme la dccisiou (jue ce qui a dt6 vitiomm 
dans ses principes, le reste toujours; aussi ne vois-je pas comment 
on sortira de cet abime, car Tamour propre et la prevention et les 
auteurs de presage renverseront toujours tout ce que Ton pcut alleguer 
de plus solide et d'utile pour empcchcr la ruine totale du plat pays, 
qui semble avoir reru un degrc de plus de la malediction divine pro- 
noncee dans le paradis. Au reste, Votre Altesse Royale peut etre 
tranquille; Dieu Ten bcnira, et comme il dirige les coeurs, il s'en 
faut rcnicttre ä ce qu'il decide la-dessus. 

Le Portrait du roi Stanislas meriterait d'etre grave dans Tairain, 
tant par rapport ä lui que par rapport au dessinateur, ä quoi ni 
Michel-Ange ni Raphael ne pourront rien ajouter. Comme les princes 
vertueux ne sont pas toujours les plus heureux, je veux esperer que 
le sort se dementira ä son 6gard, quoique jusqu'ici le Ciel paraisse 
l'avoir charge de nuages') bieu cpais et qui nc denotent plus du 
bon temps pour le reste de la carriere de ce digne Prince. Du reste, 



1) SRol^webeü. 2;ic im Xcjt ertüäl)ntc Cvbrc ift üom 8. Cctobcv IT.'tr» (®cl). ©taat^* 
9tr(^iöV JRo^tücbcII mufttc in ber Jolcjc flct^cn stüct anbeic 'üdnuaitev ^urücftrclcn. 

2; 3''^on"itc'^=Äo"'<^i'i^f' i'" Ärcijc Stcrnbcrc]. 

.'V SIbam Ctto ö. SSicrecf, Gtot^mini^tcv. 

4 ler Äammer^err J^erbinaiib 33ern^arb 2;ietric^ '^m\)en ö. SJJorrien. 9SgI. i93encten« 
bcrfj ftaraftcr^üge II, 5. (J. 

ö 9Jac^ 9(u5roei^ ber ^ro;\efiacten im ®e^eimcn ©tnot^arc^iü ein .f^ouptmonn S^ri[tian 
OJcorg t>. $Binterfe(b. 

6, 2üdc in ber 3SorIage. 7) SSorlagc: inauvuises. 



1735, 22. Dctober — 10. DJobembet. \{-^ 

je defie Bussy-Rabutin '), qui excellait en portraits, d'avoir jamais 
produit im qui soit si net, clair et detaille que celui que Votre Al- 
tesse Royale fait de ce bon Roi. Comme j'apprends que Votre Al- 
tesse Royale veut pavtir le 22, comme aujourd'hui, de Königsberg, j'es- 
pere que celle-ei aura le bouheur de l'attraper u Ciisliu. 

92. 
^er Ä^ronpvins an ®rumb!on). 

A Euppiu, ce lu de uoveuibre 1735. 

Mon tres eher General. J'ai lu et brule les nouvellcs que vous 
avez eu la boute de m'envoyer. II faut avouer qu'il y a un mystere si 
Cache et si silencieux sur ces articles preiiminaires^) et sur la veracite 
du fait, qu'il est impossible d'eu penetrer le fond. L'ou se demaude: 
est-ce certain que la chose est, ou n'est-ce qu'une inveution du nii- 
nistere de Vienne? Cependant il m'est impossible de croire qu'une 
nouvelle aussi circonstanciee que eelie-lä put etre forgee ä plaisir. 
Voilä un texte sur qui un chacuu peut faire sa glosse; l'on peut dire 
une infinite de choses apparentes et bien raisonnees, pour en soutenir 
le pour et le contre. II en est comme des religions, et je suis cu- 
rieux de savoir, apres la eomplicatiou de contradictions qui se trouvent 
a nier ou ä averer cette uegociatiou, lequel de deux aura raisonne 
plus fondamentalement. 

C'est une curiosite dont quelques jours de poste pourront m'eelair- 
cir; lieureux, s'il en etait de meme de tous ces systemes de religion 
dont nous ne pouvons connaitre la sürete et la verite des principes 
qu'eu nous en eclaircissant par le trepas. Si dans ces raisonnements 
politiques un des deux partis faillit, quitte ä raisonner mieux une 
auh-e fois, et remarquant ses erreurs ä s'en corriger; mais si dans les 
articles de la religion l'on se trompe de la valeur d'un fetu, alors 
nos sopbismes sout punis par des flammes eternelles, et la defectuosite 
du moindre argument nous coüte les tourments sans fin qu'eprouvent 
les damnes. De ceci je tire la consequence que, pour etre bien po- 
litique, l'on doit peser tous les points de sa religion d'une maniere 
la plus exacte, se faire guider par le doute, pour ecarter l'erreur, les 

1) atoger ®raf ü. 33uff^=9labutin (i 1693), S5erfaffer oon mmoixen unb einer ^nef= 
lommlung, jolutc bei- Histoire auioureuse des Gaules. $8gl. aurf) (Eiivres XXV, 437. 

2) griebeiü^präliniinarien bon SBten äWifdjen bem SJaiierlic^en S^oit unb Jranfreic^ 
öom 3. Dctober 1735. SSgl. (Euvres I, 168. Sroijjen a. o. O. @. 273. 



j j 3 "iöricfHJCcfjicl be§ Si'onprinjcn gvicbrid) mit ®rumbfott). 

prövcntions et poiir trouvcr le cliemin de la veritc, et alors, apres 
avoir clioi^i ce qiii uous parait le plus juste et Ic plus conforme a 
la droite laisou, le croirc a la bonne heure et s'eii rapporter aux 
misericordes du createur. Je suis, Mousieur, avec bleu de l'estime, 
luon tres eher General, votre tres parfaitemeut fidele ami 

Frederic. 

'Jiadi bei* cigcnljäiibigeu Urjc^rift. 

93. 

2)cv .Sironpriu;^ au ©vumlifo^p. 

A Ruppiu, ce 12 de novembie 1735. 

Mou tres eher General. J'ai reyu hier au soir la Stafette que 
vons avez eu la politesse de m'envoyer; je vous en marque, Mon- 
sieur, mes parfaits remercimeuts. Les articles sont a peu pres comme 
Ton uous les avait dits, et je suis fort etonne de voir que la France, 
comme vainqueur, n'ait pas impose de plus rüdes conditions ä l'Em- 
pereur que Celles qui sont marquees dans les preliminaires. L'article 
de la Pragmatique^) nVctonne beaucoup, et ce qui me aurpreud le 
plus, c'est que la plupart des conditions se fönt en consideration de 
ritalie et Ton ne parle non plus du Nord, que si ce n'avait pas 6te 
Tendroit oü la discorde avait allume les flambeaux de la guerre. 

Ou voit clairement que la France n'a eu autres vues, dans le 
cours de cette guerre, que d'etablir requilibre dans l'Italie, et qu'elle 
s'est tres peu embarrassee des evenements de Pologne. J'avoue que 
je suis tres mecontent de sa conduite, que certainement persoune ue 
peut approuver. 11s engagent leur honueur ä souteuir Taffaire de 
Pologne, a proteger la liberte republicaine, ä maintenir Stanislas sur 
le trone, et dans leur manifeste'^), ä la declaration de la guerre, ils 
s'expliquent dans des termes qui ue laissent point de place au doute 
qu'ils ne veuillent acquerir aucuu pouce de terre et n'ont d'autre but 
que celui de soutenir l'c^lection de leur beau-pere. Par cet evenement 
ils se donnent un demeuti ouvert; ils se demasquent, et par une per- 
fidie impardonnable ils fönt un traite avec la confcd^ration de Königs- 
berg dans le mcrae tenips qu'ils fönt les preliminaires a Vienne. 

J'en suis si outr6 que je ne veux plus entendre parier du congrös 
qui va se faire; je ne ferais que me facber de choses qui ue sont 
pas en mon pouvoir de changer, et m'affliger des folies d'autrui. 



1) ®ie Slnerfcnnung ber 'iira9matifd)en Soiiction kaifer SarleJ VI. biird) ^ranfreirf). 

2) «gl. ^ierju CEiivres I, H>.^; VIII, 248; XIV, 87; XXII, l.'i9. ^«oUtifcfie (£orre* 
jponbenä XVII, 21. SJZtscellaneen jur &t\ö). gricbric^ö bei GJrofeen, Söerlin 1878, 6. 291. 



1735, 10.— 13. Tioüember. 119 

L'on a assez k penser aiix siennes propres; et priucipalement quand 
on est de mon äge, elles sont plus frcqueutes que dans Tage avance. 
Je vieus de voir expirer M. de Turcnne ä la bataille d'Acberni); j'ai 
l'esprit encore tout rempli de ce tragique evenement, ce qui me m6- 
nerait sürement a im graiul raisounemeut moral — ue le craignez 
pas, mon eher General, je vous Tepargne, et si je vous enuuie, ce 
ne sera qu'en deux mots et pour vous dire que je suis avec une par- 
faite estime, mon tres eher General, votre tres fidele ami 

Frederic. 

9tad) ber eigenljänbigen Urjcljtift. 

94. 

©rumöfotu an ben ^tronprinjeit. 

[Berlin], le 13 de novembre 1735. 

Monseigneur. J'ai l'bonneur d'envoyer ä Votre Altesse Royale 
tout ce que j'ai eu de nouveau par la poste d'aujourd'bui, et quoiqu'il 
y regne un terrible pyrrbonisme, je crois que nous toucbons au de- 
noueinent. Cbetardie^), qui demande avec empressement ä me parier, 
m'informera peut-etre plus particulierement de la Situation reelle 
des affaires dont Votre Altesse Royale [porte] un jiigeraent tres 
juste par celle dont eile m'bonore du 10. Plüt a Dieu que le Roi 
voulüt avoir la meme patience: il ne se tourmenterait tant; on assure 
qu'il ne dort que fort imparfaitement. 

Par rapport au Systeme de religion, apres avoir bleu examiue 
tous les autres, je trouve celni de la religion reforraee le plus raison- 
nable et le mieux fonde sur la revelation, que je ne puis ine lasser 
de lire matin et soir. 

Rien ne me tranquillise tant que cette lecture; la morale en est 
pure et sensee, et ayant pousse le raisonnement aussi loin qu'il peut 
aller, je crois avec fermete ce que je ue puis comprendre. Je mets 
toute ma confiance en Dieu, et l'ayant prie avec ferveur et confiance 
dans des occasions critiques et tres perilleuses, ne voyant que des 
embücbes et ennemis couverts et declares, je m'en suis tire, contre 
mon attente, et par des evenements que je n'aurais Jamals pu croire 
ni prevoir. J'espere que je persisterai dans ces sentimeuts jusqu'a 
la mort et que mon esprit ou ame jouira de tout ce que l'on peut 
s'imaginer de plus parfait. Toutes ces brülures ne sont que des 



1) ?(cf)ern liegt bei ©a§ba4 bem Ort, nod) treli^em bie ©c^loc^t öom 27. ^uli 1675 
getüö^nUd^ benonnt tuirb. 2) SSgl. oben ©. 87. 



[•20 "i^viofiiH\iiioI be-^ .\tron|.n-in;>on ("s-viobvirfi mit ©rumlifott). 

mctaplioros, iiuiis je lue ligiiro im cluumc commc im homme qui a 
duus le inoude tont ce quil peut dcsircr de plus Hattcur et qui est 
contiuuellemeut bourrel6 par s:i conseienec , (pii uc lui reproche que 
des erinies; et hi fO-licite coiimic uu lioinme a cpii Dieu a douue 
beaueoup de boiiheur siir la terre, qui eu Jouit saus crime et qui, ue 
sougeaiit, luiit et jour, (|u"ä icini)lir les devoirs (l'un chretien et de 
ue faire que des actions lüuables et eharitables, jouit d'uue satisfac- 
tiou interieure et dune tranquillite (|ui le persuade quil n'est pas 
seuleuieut parfaitemcut heureux dans cette vie, mais aussi daus l'autre. 
Votre Altesse Koyale me dira: >0ü trouve-t-on un tel honmie?« — 
A cela je rc^i)onds que Dieu se coiiteute de notre iutention, et que, 
broncliaut i)ar passiou ou par negligeucc, nous pouvous recourir ä uu 
mediateur qui lera toujours, toutcfois qua nous y allons siuceremeut, 
bou pour nous et cxpiera toutcs nos fautes. Si quelqu'uu me peut 
trouver un Systeme par oü je serais plus heureux et tranquille que 
celui que je me suis propose, je l'adopterais d'abord. Un des pre- 
ceptes les plus recommandes est d'aimer sou prochain comme soi- 
meme. Que Votre Altesse Royalc juge par lä combieu je dois res- 
pecter et aimer uu priuce que Dieu a doue de grandes qualites, dun 
esprit fort eclaire et d'un tres bon coeur! 

3Jad) ^Ibjc^rift Don ©rumbfottJg ©ecretär. 

95. 

®er Äronprius an ©rumbfoiu. 

A lluppin, ce 15 de noveiubre 1735. 

Mon trös eher General. J'ai ete tres edifie de la tres belle et 
tres chretieune lettre que vous avez eu la bonte de m'ecrire; assu- 
remeut le pape lui-mtMue, aide de ses sejjtantc cardinaux, nc dirait 
pas de meilleures choses. Si j'etais encore a convertir, vous auriez 
tont l'honneur de ma conversiou; mais, gräces au Ciel! nous sommes 
de meine religion et nous ne differons que sur quelques bagatelles 
qui nimportent guere au salut. 

La chute de votre lettre est tout ce que l'on peut dire d'obligeant 
et de flatteur. J'ai seuti, conmie vous avez eu iutention, les politesses 
que vous m"y dites, et j'admire comme vous avez mene cette matiere 
si grave, si serieuse et si austere ä une fin si spirituelle, si insinuante 
et si agreable pour moi; tout ce de quoi je vous prie, c'est, Monsieur, 
de conserver fermement cette digne religion et son excellente morale; 
comme elles servent de base aux cousequences que vous en tirez sur mon 



1735, 13.-10. Dioüember. 121 

sujet, il ne \o\xa paraitra pas ctrange que je m'y Interesse si soi- 
gneusement. 

Je ci'ois qu'ä propos de morale celle de M. le cardiual de 
Fleury *) n'est pas aussi saine que la vötre ; car par cette neg-ociatiou 
de Vieune et ce traite de Königsberg il vieut de donuer im ecbau- 
tillou de la plus fine supercherie que jamais miuistre ait pu couce- 
voir. Mais pensez ä nioi, vous verrez que par cette perfidie il fera 
plus de tort ä la France qu'il ne lui acquerra. Qui pourra se lier 
ä des geus qui faussent les declarations qu'ils tont eux-memes? qui, 
garants de la liberte polonaise, se servent du pretexte sp6cieux de 
cette garautie, pour accroitre leur graudeur? Et coniiuent l'Erapereur 
se pourra-t-il fier ä la garantie qu'ils lui promettent de la Fragina- 
tique, apres qu'ils ne se donnent aucun mouvemeut, pour eüectuer 
Celle de Pologne? Combinez, je vous prie, ces cboses ensenible, et 
vous en conclurez avec nioi que l'Empereur a entrepris une cbose 
injuste, mais qu'il l'a soutenue conformement a ses engagements, et 
que la France, embrassant la juste cause de l'election de Stanislas, 
ne s'en est servie que pour pallier ses intrigues et ce desir insatiable 
d'agrandissement et n'a satisfait ä aucun de ses engagements avec 
la Republique. 

Je vous renvoie ci-joint les lettres que vous avez eu la bonte 
de me communiquer, et de crainte de m'y mepreudre je u'en ai omis 
aucune. Je suis un serviteur de toute cette politique qui est en veritö 
indigne d'un cardinal ni d'aucun honnetc bomme; la mienne sera 
d'etre fidele a mes engagements et ä mes amis. L'on ne trompe 
qu'une fois et alors en est pour toujours^). De ma politique vous 
conclurez, comme moi de votre sermon, que je u'oublierai jamais 
l'estime et l'amitie avec laquelle je suis, mon eher General, votre tres 
fidelement affectioune ami Frederic. 

9Jac^ ber eigenljänbigen Urfc^rift. 

90. 
®er Slronprins on ©rumblon). 

A Ruppin, ce 16 de novembre 1735. 
Mon tres eher General. Croiriez-vous bien que je prefere ma 
surprise sur les evenements qui viennent d'arriver ä present, ä l'im- 



1) ®ci- ^ruKipotmiinfter be^ S^ömg§ üon graiifreid), ^nbrea^ .«perciilei be gteur^. 

2) SSgt. Refutation du prince de Machiavel, (Euvres VIII, 2-18: >Je ne parle 
point, en ce moment, de l'honnetete ni de la vertu ; mais, ne considerant simple- 
ment que l'interet des princes, je dis que c'est une tres mauvaise politique de 
leur part d'etre fourbes et de duper le monde: ils ne dupent qu'une fois, ce qui 
leur fait perdre la confiance de tous les princes.« 



J22 ^^ricfmccli^cl bcv M'roiUH'in.icit ^•rtobvtcfi mit ©nimbfotü. 

imiabilitö (iout vous Ics coiisiderez? (J'cst uu probl^me, et je vais 
vous ro\pli(|Uor dös cet ins^tant. Vous dites qiie c'cst la routiue du 
moude, (lui V(nis a instruit ])nr rcxpcrience ä voir des övcnements 
iuattendus et qui se rosscnteut uu i)cu de suj)crc]icne; or, pour avoir 
uue lougue loutine du moude et uue expericuee cousommee, il faut 
avoir de Tage, et c'est justemeut de quoi je rends gräces ä Dieu de 
iie me voir pas si prös de raon dernier terme, pour craindre de finir 
nies jours daus ce nialheureux siocle. Je vous promets, Mousieur, 
que si Dicu nie laisse la vie eneore uue treutaiue d'anuees, que je 
regarderai alors tout ee (jui s'y fera d'un oeil stoique et indifferent; 
et je souliaite, pour Tainour de vous et pour le niien proi)ve, que 
vous puissiez me reprocher longtemps des defauts qui vieunent de 
la jeunesse. 

Je vous renvoie ci-joint tous les documents de la paix et je vous 
assuve que, pourvu (jue je conserve la miennc et que Ton me laisse 
tranquillemeut dans mon petit domicilc, que je ne m'embarrasserai 
pas seulement du monde et de ses versures. 

Je vieus de mettre le uez dans Les Adieiix de Mars^); j'en 
approuve beaucoup les pensees et je trouve que le vers sont fort 
coulants; mais permettez que, pour vous en bien dire mes sentiments, 
que je les relise avec plus d'attention et de loisir. II en faut peser 
eha(iue hcmisticbe, et en sarretant sur cbaque pensee, Ton est souvent 
ctonue de trouver des pauvretes tres vetues; je veux dirc, des pensees 
triviales ou fausses, ornees de mots harmonieux et qui par des agre- 
ables sons frappent d'uue maniere flatteuse le tympan de nos oreilles. 

Je vais m'y mettre, vous jn'iant, mon cber General, de me croire 
avec une estime entiere, mon tres eher General, votre tres lidelement 
affectionne ami Frederic. 

!3(ac^ bcr cigcnfjänbigen Urjc^rift. 

97. 

SDcr Äroitpriuj an öirumbfon). 

A Kuppiu, ce 18 de novembre 1735. 

Mon tres eher General. II n'y a rien de plus exact que les soius 
que vous prenez pour m'informer des affaires touchant les prölimi- 
naires. Je vous en ai mille obligations et je soubaiterais seulement 
que le contenu en füt^) ])lu8 conforme ^ mes idöes. Vous recevrez ci- 



1) ißon bcm SO^arqui» i'e ^ranc be $omVigiian. SSfll. Barbier, Dictiounaire des 
ouvrages anonyiues, III""^ ed., Paris lb72, I, ü5. 2j ^n ber SSortage: fusae. 



1735, 16.— 18. 3lo\}mhn. ] 23 

Joint toutes les pieces, que vous m'avez comrauiiiquees sur ce sujet, avec 
la bibliothcque francaise, quo, j'ai lu d'uii buut a Taiitre. Les Adieux 
de Mars sont tres joliment iniagines; il y a du goüt et l'esprit regne 
en tout l'ouvrage, mais je voudrais seulenient quo l'auteur füt plus 
poete. Ses vers sentent trop la prose et il y en a quelques- uns qui 
sont un peu plats; mais d'ailleur.s les pensees sunt bouues et justes. 

En le parcourant, j'ai trouve un passage dans la vie de l'empereur 
Julien, oii j'ai cru voir la description de ma mission de Prusse. II 
y a tel: »L'Empereur n'en voulait faire autre chose qu'un fantome 
revetu de pourpre qui put ligurcr ä la tete des armees et promener 
de ville en ville l'image du souverain.« En lisant cela, faites — je 
vous prie — reflexion a mon voyage, aux intentions en me la faisant 
faire, et ä la figure que j'ai faite eu Prusse: n'ai-je pas servi de 
precurseur et n'ai-je pas fait tonner, tant ä l'armee qu'aux collegues, 
cette sentence que leur roi vivait, qu'il viendrait dans peu ou pour les 
foudroyer ou pour les absoudrc? 

Vous m'avez dit uue tres bonne nouvelle, en m'annongant que je 
n'etais pas de ceux qui feront le voyage d'Halberstadt. Veuille le 
Ciel que vous puissiez m'en donner de meme pour celui de Prusse 
de l'annee proehaine! Je vois une perspective d'ennuis et de tra- 
verses qui m'attendent, et je tache de m'armer de bonne heure de 
toute la constance necessaire, pour y opposer un front d'airain. 

Selon ce que j'ai pu comprendre par la lettre de Föllnitz, lui et 
le duc de Holstein ^j me rendrout visite. En ce cas je ferai de mon 
mieux pour leur faire bonne chere et pour suppleer par lä aux autres 
divertissements que je ne saurais leur procurer. L'on ne peut guere 
dans de petites villes, comme celle-ci, faire autre chose. Encore, 
füt-il ete, l'on suppleerait par la chasse; mais il ferait froid pour y 
aller, et je crois que le Duc n'en fait plus si grand cas depuis le 
malheur qu'il a eu u la jambe. Je vous quitte, mon eher General; 
mon estomac et DuvaP) m'appellent. J'irai boire ä votre sante, vous 
assurant qu'elle sera bue de grand coeur, etant, mon tres eher General, 
votre tres fidelement aifectionne ami Frederic. 

9iad^ ber eigenf)änbigen Urjd^rift. 

1) SSgl. oben ©. 113. 115. 

2) ^er Stoc^ beg Stron^rinsen. ajgl. CEuvres XVI, 264 ; XXV, 484. Journal de 
Seckendorff p. 159. 



1 24 Sriefroed^jcl bc'3 Sh-oiipvinjcn t^i'tcbrt^ mit ©runibfow. 

98. 

®er Mroiipriiij an ©ruiubfon). 

A Klippin, ce 20 de novembre 1735. 

j\Iou eher CJeueral. Je vieus de lecevoir la vötre et je me trouve 
trcs Louore de ce que vous vou8 etes seivi de mes peusees pour con- 
foudre La Chetardie. Elles sout assez Evidentes, et je crois que Mod- 
sieiiv le Cavdiual meuic sciait cnibariasse a y repondre. Je me res- 
souvieus ä cette oecasiou dimc bistoire que Ton m'a coutee et dont 
la inorale est fort ap})licable ii ce sujet. La voiei. 

Du temps du ministcre du eardinal Mazarin il s'agissait d'une 
negoeiatiou dout la uialiguite du but etait coloree d'apparences de 
justice et de dioituie. Pour y douner plus de poids, l'ou voulut en 
ebarger uu bomnie qui avait toute sa vie le caractere de droiture, d'hon- 
netete et d'iutegrite. L'on jeta le choix sur le duc d'Epernon ') — si je ne 
me trompe — , qui repoudait parfaitemeut au caractere que je viens d'en 
tracer. Le miuistre le fait veuir, lui propose le cas et lui dit ensuite 
que le Roi lui avait fait rbouneur de le cboisir, parceque, ayant tou- 
jours passe pour un homme de probite, ou ajouterait plus de foi ä ses 
paroles qua Celles d'uu autre. Le Duc qui s'aperyut qu'il s'agissait 
d'une supercherie et que l'ou avait besoin de toutes les couleurs pour 
lui douuer un air d'innocence, lui repoudit: >Mousieur, je me trouve 
trcs glorifie du choix que vous avez fait de ma personne par rapport 
a raou caractere dans cette uegociation, mais ce meme caractere de 
verite et d'integrite me defend d'accepter l'honneur que l'on me veut 
laire; je me suis prescrit la loi de ne tromper qu'une fois dans ma 
vie, et cela seulement dans le cas de sauver par la mon lioi et ma 
patrie; employez-moi, si il est question d'elle, et sinon, conservez- 
raoi mon innoceuce jusques ä de pareilles occasions pressantes, oCi 
louibre de ma vertu vous servira plus utilement«. 

Conserver son houueur, et, si il le faut, ue tromper qu'une fois 
de ses jours, et cela dans uue occasion des plus pressantes, c'est la 
fin et le grand art de la politique. 

Vous dites des choses sur mon sujet qui sont trop flatteuses, et 



1) R6futatiou du prince de Machiavel, OEuvres VIII, 248: »Mazarin voul.int 
employer M. de Fabert ä une negociation scabreuse, le uiaröchal de Fabert lui 
dit: Souü'rez, Monseigneiir, que je refuse de tromper le duc de Savoie, d'aatant 
plus quil n'y va que d'une baj^atelle; on sait dans le monde que je suis lionnete 
liinume; reservez donc uia probite pour une occasion oü il s'agira du salut de la 
France.« 3)er 9Jomc Fabert ift in eine Sude be§ 9Jianufcnpte^ be^ Äronprtnäen burc^ 
5ßoltaire eingefügt. 



1735, 20. gjoöcmber — I73fi, 24. Srprit. 125 

permettez-moi ä cette occasion de vous all6guer ces vers de Voltaire ') 
que je pourrais m'appliquer ä Tcgard de ce que vous me dites: 

C'est un poids bien pesant qu'un nom trop tot fameux, 
Valois ne soutint pas ce fardeau dangereux. 

J'aime mieux ces ruisseaux qui de lern* source conlent lentement 
sur la molle arene et qui, plus qu'ils croissent, prennent des forces, 
jusqu'ä ce que, devenus fleuves, ils roulent leurs ondes plus super- 
bement et se jettent dans les mers. 

Mon dessein n'est pas de briller, mais de m'instruirc et de me 
former un magasin de connaissances, de reflexions et de lumiercs. Ce 
sont des materiaux avec lesquels l'on peut ensuite construire tel bä- 
timent que l'on juge ä propos. 

Je suis des elus et tromp6 dans mon attente; je viens de rece- 
voir ordre pour me rendre mardi^) a Halberstadt. De la je crois que 
le but sera de me faire voir l'enfant miraculeux^) de ma sceur. Je 
crois que l'on aurait pu 6pargner mes relais aux pauvres paysans, 
car je ne vois pas autrement la necessite de cette course. Elle iuter- 
rompra un peu notre correspondance; mais je n'en serai pas moins 
avec bien de l'estime, mon trcs eher General, votre tres iidelement 
affectionne ami Frederic. 

')flaä) ber ei(]enl)änbti]cn ltrfd)n[t. 

99. 
2)er ^ronprinä an ©rumBfoiu. 

A Ruppin, ce 24 d'avril 1736. 

Mon tres eher General. Quelle Obligation n'ajoutez-vous pas ä 
Celles que je vous ai dejä. et quelle gloire ne nous allez-vous pas 
acquerir, eu vous erigeant genereusement defenseur de Wolff *) et de 
la raison! Le commencement d'uu pareil ouvrage vous etait du, et 
je crois, Monsieur, que vous ne pourrcz jamais mieux l'achever qu'en 
portant le Roi a faire disputer Reinbeck ^) contre Lange"): un seul 
argument du premier confondra le cagot. En soutenant votre cause, 



1) 9tu§ ber «pcndobe. 2) 22. 9JobemBer. ^c\l (5. 123. 

3) ®er am 9. Dctober 1735 geborene Grbprin§ S^nrl SBüIjcIm gerbinnnb öou 
93raunfd^lt)etg. 2?gt. ©.77 5(nm. 2. 

4) et)rifttan 5föoIff, ber an§ ^aUc üertrtebcne ^l^ilofopl). 

5) ^o!)ann ©uftoü ateinbecE, ^robft gu Söln itnb Gonftftoriatral^. 3?gt. 93ü)c^ing, 
33et)trä9e ju ber 2eben§gejc^tc()te beii!tt)ürbiger ^erfoneti, |)ane 1783, I, 235. 236. 

6) ^o'^ann ^pacfiint i'ange, ^^rofcffor ber 5;f)cotogie gu §oITe. 9?gl. aitc^ (Euvres 
XXVII, a, 42. 



126 ^?riefir»ed)fel i>t§ Äronpriii.^en g-nebrtc^ mit ©rumbfott). 

vons saiivcz toiitc notre raee fnture de la barbaiie et de rignorance 
Oll ime superstition outrc^e et un faux zclc aveugle allait les ploug'er; 
;i (juelle benediction ne devez-voiis pas vous atteudre du Ciel d'avoir 
conservc ä notre pcujile la libcrtö de eoniiaitre leur crcateur par la 
raison qu'il leur a donnec, et de se voir convaiucu et persuadc que 
ce scul Otrc est adorable, pav la sagesse de ses conseils, (|ui a forme 
tons les etrcs subalternes avec taut de sagacite qu'il les a aeservis 
:i des nccessitös absolues, que dV'ternite il a regle ce qui doit se 
taire dans le luonde et que rieu ue se fait saus sa volonte, qui a 
toujours sa raison süffisante en tout ce qu'elle eft'cctue. C'est la phi- 
losopliie de Wolil" qui nie perd dans cet abinie immense et absorbant 
des profondeurs de Dieu; c'est eile qui nie fait coucevoir une idce 
niagnifique du sage et puissant crcateur du monde; c'est eile qui 
montre qu'il n'y a i)oint de borues a ses applications, et que sa sa- 
gesse se manifeste dans le plus vil insecte avec autant de perfection 
que dans une des }ilanctes. 

Est-ce un athce qui me demontre que Dieu a tout fait par raison, 
et non par caprice? et qu'il ne dcpend que de nous de rechercher 
la raison qui est en tonte cbose et saus quoi rien ne peut etre? 
('est bicu Wollt" qui m'a convaincu de beaucoup de choses sur les- 
quelles j'etais en suspens, et si apr6s ma conversion on lui fait le 
proces, l'on voit d'une maniere evidente que la cause de Dieu n'est 
pas ce qui interesse Lange, mais 

Qui dit mal de Cotin, parle mal de son roi 
Et n'a, Selon Cotio, ni Dieu ni foi ni loi*). 

Lange, apres tout, n'est pas le premier (lui ait revetu sa cause 
du nianteau de la religion. C'est une cbose assez commune aux 
saints personnagcs hypocrites de son ordre de pallier leur interet, 
leur baine et leur vengeance des augustes iuterets de Dieu et du 
salut de la religion. Mais basta, j'en ai assez dit pour cette fois, et 
il ne me reste qu'ä vous assurer de la parfaite estime avec laquelle 
je suis ä Jamals, mon tres eher General, votre tres fidclement affec- 
tionne ami Frederic. 

'^ad) ber eigcnt)änbigcn Urjc^rift. 

Ij Qui mcprise Cotin, n'estime point son roi, 
Et n'a, Selon Cotin, ni Dieu ni foi ni loi. 
Wü aiibcrn 2(btt)eid)ungcn citirt ber Slron^jrinj btefc SSerje SSoilcau^ tti ber Refutation 
in prince de Macliiavfl; fEuvres VIII, 212. 58gl. ebenb. X, 215; XXV, 449. 



1736, 24.— 2S. Stpril. 127 

100. 

^er ^roiipuinj an ©rumbJonj. 

A Riippin, ce 28 d'avril 1736. 

Mon tres eher General. Je vous suis tres oblige de la derniere 
que vous m'avez fait le plaisir de m'ecrire, avec les incluses, dont 
je vous renvoie une partie en vous en remereiant. La gazette de 
Copenhague fait pitie, et je crains fort que le nouveau cliäteau que 
l'on y bätit, ne se chauge en petite-maisou. Des que la piece alle- 
mande sera copiee, je vous la renverrai. 

Vous me faites tout uu artiele touchant la Sainte Eeriture, comme 
si je ne l'avais jamais lue. On ue me l'a fait lire que de verte dans 
mon enfance, et comme, pour avoir lu Rollin, je retiens ce que j'y 
ai lu, je ne vois pas quel besoin il y a d'en faire une chanson du 
ricochet. Je lis des bons livres qui sont ecrits sur des sujets de la 
bible, comme Saurin*) — Dictiounaire critique — et ses sermons, 
il a choisi ce qu'il y avait de meilleur; car j'avoue que je serais au 
desespoir d'avoir passe une matinee ä lire l'histoire de Tobie, des 
Maccabees ou des revelations de l'apocalypse. 

Je connais Dien par les lumieres de la raison, sa loi est gravöe 
dans mon coeur: c'est celle de la natnre, unique veritable et qui seule 
a conserve sa purete; c'est eile qui m'enseigne mes devoirs. J'y 
joins la morale chretienne-), et cela me suffit; quand j'ai des chagrins 
que je me suis attires, j'en profite pour en devenir plus sage; quand 
j'en ai d'autres, qui me viejinent sans ma faute, je les prends comme 
me venant par la volonte de l'etre supreme, qui regle nos destins et 
qui a attache ces contrarietes au role que je joue, et quant ä la mort, 
je ne la crains pas, car je sais que mon createur n'abimera pas une 
creature qui l'aime et l'adore avec la vcneration [que] j'ai pour lui. 
II ne s'agit pas de lire dans la Sainte Eeriture, mais il s'agit de 
pratiquer les devoirs de creature reconnaissante envers son createur 
et de bon citoyen envers ses semblables — voila tout mon cours de 
morale, et je suis persuade et assure que je ferai mon salut avec 
cette foi. J'en suis egalement fidele a mes amis et reconnaissant 
envers ceux qui m'obligent; c'est la raison pour laquelle je suis avec 
tant d'estime, mon tres eher General, votre tres fidelement alfectionne 
ami Frederic. 

ataitj ber eigen'^önbigen Utj^rift. 

1) ^acquel (Saitrin, geb. 1677, f 1730. ®er Sronprtns fc^eint mit bem »Diction- 
Tiaire critique«, fallä ni(^t übert)mipt eine 9SertDecf)ie{iing öorlicflt, ben Catecliisme Don 
©aurin p meinen. 

2) S5gl. "^ierju ben 33rief be§ ^ron^irinsen an ®raf 3!}ianteutfel übet bie morale 
payenue t)om 18. gtprit 1736; CEuvrcs XXV, 419. 



128 ©riefiuedijel be§ Jävonprinäen ffriebrid) mit (Srumbfott). 

101. 

^cr 5lronpriii5 an ®rumb!ow. 

A Ruppin, ce 28 1) d'avril 1736. 

Mou tres eher G^uöral. Je vous suis tr^s obligc de votre der- 
niöre quc voiis veiiez de m'eciiie. L'ineluse est des plus tragiques 
et nie fait vcritableiuent compatir avec le malheur du pauvre comte 
de lloymb^), qui malgrö les dcfauts qu'il pouvait avoir, 6tait un galant 
lionime et tres agreable en compagnie et pour la soci^tö. II a ete 
le jouet de la Fortune qui, apres l'avoir 61eve assez haut, ne l'a fait 
tomber que plus bas, et apr^s un cours assez long de prosp^rites qui 
se sunt suivies, la fin de sa destinee a desavouö le commencement. 
Je me ressouviens a cette occasion d'une diction de Solon — gi je ne 
nie trompe — qui disait qu'un homme ne saurait etre appele heureux 
(|u'apr^8 sa mort. En eflfet, notre vie est assujettie ä tant de vicissi- 
tudes, et Thomme, de sa nature, est soumis ä taut d'evenements et de 
nialheurs que uous ne saurions nous compter heureux qu'ii proportion 
que nous sommes le plus garantis des miseres qui nous menacent de 
tous cotes. Cela fait bien voir le malheur daus lequel l'illusion plonge 
la plus grande partie du monde, qui cherehe sa f^licitö dans cette 
vie, et qui n'y trouvera jamais que des amertumes et des contrariötes. 
Car qu'est-ce qu'un cours triomphant de prosperites? Peut-on s'y 
atteudre dans une vie qui est elle-nicme sujette a tant d'incidents 
et ces changemcuts cuntinuels que les moins sens6s peuvent remarquer 
dans le monde, tant pour l'ordre des Saisons quc dans la destinöe 
de leurs concitoyens, qui nous sert tant d'exemple que de garant que 
nous sommes soumis aux memes inconvenients? Je crois que si 
liareilles histoires parvenaient souvent a ma connaissance, que j'en 
deviendrais tout autrement sage; car cela apprend ä chercher sa fe- 
licite et son repos en soi-meme, et non dans des objets exterieurs, 
et de s'assurer uu avcnir oii nous puissions nous attendre ä recevoir 
des benedictions du sage createur qui ne desire que de rendre sa 
ereature heureuse. 

De la morale, le chemin n'est pas grand ä la metaphysique; 
aussi le vais-je franchir a moins de rien. J'en viens donc au digne 
of veillant champion de Wolflf, qui mörite les lauriers que sa hardiesse 

1) ®l bleibt bat)inge^tc(It, ob ber Äronprin^ fic^ einmal, T)icr ober in bem üoran- 
fte^cnben ^Briefe, üerfc^riebcn l)a\. 

2 ®raf ftarf .^teinric^ t). .'not)nib cnbcte burd^ ©eIb[tmoib am 21. SUpx'ü 1730 auf 
bem Stönici[tein, »o er feit (Snbe ®ecember 1734 al§ ©taot^gefangener getoeirt f)atte. 
3^i3l. (Euvres XXV, 4G0. 401. 103—60. 



1736, 28. ^pvil ;|29 

et sa generosite lui ont acquis avec juste titre. Quelle joie n'aura pas 
notre philo.soplie de se voir soutenu par tous les personnes d'esprit 
et par un ministre qui a mepris la politique des gens de cour, pour 
souteuir sa juste cause et le laver des iictrissures quc le venin de 
la calomnie et une basse et vile Jalousie allaieut repandre sur ses 
lauriers ! 

Je V0U8 suis tres oblige, mon eher General, de la boune nouvelle 
que vous m'apprenez cn ce que le Roi est coutcnt de moi. Je n'ai 
d'autre dessein que eelui de faire mon devoir, et cela, si je le peux, 
d'une maniere irreprochable. J'evite avec sein tout ce qui pourrait 
me causer du chagrin, et ma vie est si retiree et si solitaire qu'en 
verite je crois que la medisance aurait peine a trouver prise contre 
moi, ä moins de medire de ma retraite. Öi les bonnes idees que le 
Roi a la gräce d'avoir de moi, voulaient bieu lui rester, je me trou- 
verais tres heureux, eu taut') que ces bonnes impressious lui don- 
neraient un peu plus de confianee eu moi qu'il n'en a eu par le passe. 
Car quel chagrin peut etre plus violent que celui d'une personne qui 
fait tout pour une autre, laquelle eile ne saurait convaincre de l'atta- 
cliement qu'elle a pour eile? C'est le cas oü je me suis trouve tres 
longtemps; et si je connais assez bien la carte du pays, je dois 
m'attendre ä y revenir. 

Mais ne trancbons pas du prophete, et laissons ä la Providence 
ce qui lui est du. C'est ä eile ä regier et ä former les evenements, 
comme sa divine sagesse l'a resolu, et k nous ä les recevoir avec 
une profonde resignation tels qu'elle nous les envoie, et sans mur- 
murer contre ses volontes, qui sont toujours fondees sur une raison 
süffisante et prevues de toute eternite. Adieu, mon eher General, 
vous ne vous attendiez peut-etre pas de moi ä un pareil verbiage 
dans les temps de l'exercice; mais la raison en est que j'ai ete plus 
matineux qu'ä l'ordinaire, et qu'ainsi j'ai eu plus de temps ä pouvoir 
vous ecrire et vous assurer — avant que de m'adonner ä Mars — 
que ni le salpetre ni le bruit du fusil et des instruments de guerre 
ni rien d'autre ne pourra m'empecher d'etre avec bien d'estime, mon 
tres eher General, votre tres affectionne et fidele ami Frederic. 

yiadj ber etgeut}önbtgen Urfcf)itft. 



1) .^n bcr SSorlagc: teims. 



.«Jofet, Sriefiuetöfel griebtic^« bcö ©tofeen. 



\o^) ^riefwccftiel be^ Ävonprinjen g-riebrid) mit (Srutnbfott). 

102. 

^er .^roiHu-iit^ an ©ntnibfotti. 

A Reiiusbcrg '), ce 23 de septerabre 1736. 

Mou tves eher Genc^ral. Le niaitre de poste m'ayant rendu fort 
tard votre lettre, je crains fort que celle-ci ne vons parvienne aussi 
de memc. .Ic vons suis tr^s oblige des souhaits qne vons me faites 
toncliant nia propagation, et si j'ai la meme destin^c que les cerfs 
— qni sout actnellenicnt en rnt — dans ncnf mois d'ici ponrrait 
arriver ce que vous nie souhaitez. Je ne sais si ce serait nn bonhenr 
ou malhenr ponr nos neveux et pour nos arri^re-neveux; les royaumes 
tronvent tonjonrs des successenrs, et il n'est point d'exemples qu'nn 
tröne soit reste vide. 

J'en viens anx nonvelles de Paris, qni m'ont fait beancoup de 
plaisir. Sensible, ä vous dire le vrai, dans raa Situation präsente, 
plutot ä ce qui regarde Voltaire, qn'a revacuation de l'Italie, je 
m'enibarrasse plutot de pareilles clioses que de ces billevesees que 
les politiques nomment affaires d'Etat. Je me ressonviens toujours 
de ce que je vous dis a Sanditten^) — dont la substance est' que 
je suis, pour ainsi dire, sür de mourir avant le Roi — ; selon ce Sys- 
teme je täche ä me procurer un contentement solide, ä jouir du 
present, sans m'embarrasser l'esprit du fntur; et proprement ce qui 
de notre vie est ä nous, c'est le moraent present, dans lequel nous , 
existons; le passe est un reve, et le futur une chimerc. 

II nie semble que je vons vois recevoir votre fils^), le serrer 
entre vos bras; apres l'avoir eorapte perdu, vons avez la joie de vous 
le voir rendu. C'est une des circonstances los plus heureuses de la 
vie; le coeur y parle avec effusion, et cbaque de nos gestes sont des 
sinceres demonstrations du ravissement dans lequel nous nous trouvons. 
L'on voit cependant que la tendresse paternelle ne vous fascine pas 
les yenx sur la personne de votre fils. Sa galanterie dont vous 
l'accusez, est, Selon moi, plutot une qnalitö qu'nn defaut, et l'ambition 
qui le doraine, s'evanonira bicn, s'il goute un peu de la vache en- 
ragee. et qu'il reflechisse que ce n'est ni le rang ni les dignites qui 
rendent les hommes illustres, et qu'il vaut infiniment mieux meriter 



1) Sic. 

2) 3n Dftpreu^en. gur ©oc^c ögl. (Euvres XXV, l<iO. Journal de Seckendorflf 
p. 103. m. 

3) 2Bof)I ber i^tueite Soijn, Jriebrii) SBil^elin Sriift. Ter ädcfte, ^rricbvicf) Äafimtr, 
njar beim Xobe bes SSaterl, 1739, Bereite Dber[ttteutenant; ber brüte, j^riebrid) 2BiIt)eIm, 
©rumbfonjg jüngfteä Stinb, ftnnbnoc^ im Knabenalter. 



1736, 23.-28. ©eptember. 13| 

d'etre ce que nons ne sommes point, qiie d'avoir des grandeurs sans 
les qualites propres pour les soutenir. L'elevation donne du ridicule 
ä quiconque n'a pas de la vertu, et il n'y a rien de plus impertinent 
que de voir un fat revetu d'honneurs. 

A ce prix, il ne depend quo de nous-memes de nons rendre 
dignes des plus bautes cbarges auxquelles ou peut aspirer dans le 
nionde; tel qui est honnete homme, est gentilhomme, et les rois ne 
sont grauds qu'autant qu'ils sont justes. 

Voilä un long sermon, qui ne serait pas pardounable en autre 
temps, mais qui Fest aujourd'bui, jour oü jusques au moindre idiot 
de village se mele de sermonner leurs ouailles; je peux meme, sans 
trop d'amour-propre, vous assurer que mon bon vieux eure n'en dit 
pas autant que cette lettre, car il se borne ä nous assurer que le 
pecbe est pecbe et reste peehe. J'en suis persuad^ et convaincu; je 
voudrais que vous le fussiez autant de la veritable estime avec la- 
quelle je suis, mon tres ober General, votre tres affectionne ami 

Frederic. 

Jia^ ber eigenpubigen Urjc^rift. 

103. 

©rumbfow on ben ^ronprinjen. 

Brandebourg, le 28 de septeiabie 1736. 

Me voila tout d'un coup transforme de campagnard en ecclesi- 
astique^j. Je me rends justice et me crois plus propre pour la pre- 
miere fonction que la derniere. II faut eu attendant tächer de faire 
son devoir partout, sinon en tout, du moins en partie. Dieu veuille 
qu'apres ueuf mois l'air de campagne opere! II est certain qu'un 
royaume ne reste jamais sans successeur et que le mort saisit le vif; 
mais un prince que Dieu destine au tröne et qui a trois frcres, doit 
soubaiter des beritiers pour couper le cbemin ä mille inconvenients-). 
La matiöre serait tres longue ä deduire, quoique tres evidente. J'es- 
pere que la prediction de Votre Altesse Royale, prononcee a San- 
ditteu, fera faux bond et s'accomplira aussi peu que l'axiome est sur 
qu'il n'y a que le present dont nous jouissons, et que l'on fait tres 
mal de se donner la torture pour l'avenir. La prudence, cependant, 
veut qu'aussi loin que nos conclusions peuvent aller, nous täcbions 
de nous rendre ce futur agreable, quitte pour n'avoir rien ä se re- 
procber, si le destin s'y oppose. 



1) ?tB ^omprobft bon SSraiibenburg. 2) SSgl. Journal de Seckendorflf p. 156. 

9* 



122 iBrieftuecfijel bc3 Kronprinzen f^riebvid) mit Orumbfott). 

La description quo Vtttre Altesse Royale fait de la Situation du 
caHir pateruel, prouvc roxccllouce du sicn, puisque, ne l'ayant pas 
etc jusqu'ici, dout je suis moult fache, ou voit que la source ne vient 
que de la bontc du uaturel exquis de Votre Altesse Royale, et ce 
(jucllc dit par rapport a la faveur saus mcrite, est inestimable. 

ßieu loiu d'avoir defendu la j;alauterie, je u'ai picclic que l'eloi- 
gnemeut pouv la debauche, et j'ai dit ä mon fils en i)avtant que je 
süuluiite (ju'il tombc entrc Ics niaius d'une femnie qui a l'usage du 
moude pour le lormer dans la politesse, et qui seit en etat de faire 
uu cours de galauterie, saus donuer dans le petit maitre ou le galant 
luysterieux et homme k bonne foitune. II m'a rcpoudu qu'il suivrait 
exactement mes avis, trcs eonformes ä son iuclination, et que je serais 
sou couiident, si teile aventure lui arrivait, se reposaut beaucoup sur 
mon experience. Le tour malin (ju'il douna a cettc reponse, m'a 
presque pensc dcmonter. 

Je ünis en renierciant tres humblement Votre Altesse Royale de 
son charmant scrmon. Plüt ä Dieu que tous les cur6s eussent une 
portion des idees de Votre Altesse Royale: on ne s'ennuierait tant 
ä leurs sermons la plupart du temps trcs stupides. Je joins les nou- 
velles de Paris, et j'ai ecrit ä Chanibrier') pour avoir la bulle de 
l'opera. Je suis avec un attachement inviolable et respectueux etc. 
'Jio^ 2lbf(^iift bou ®rumbtoiüä ©ecrctör. 

104. 

SDer ^ronprins an @rumb!oiü. 

A Renisberg2), cc 2 d'octobre 1736. 

Mon tres eher General. Je vous avoue que je nc vous choisirais 
Jamals ni pour mon fermier ui pour mon aumonier; mais quand on a 
autant d'autres merites que vous eu avez, l'on se peut consoler facile- 
ment de u'etre pas propre ä ces deux emplois. 

Je vous compte bien ä present dans votre vcritable poste, s'entend 
de retour ä Berlin; je vous prie, Monsieur, n'oubliez pas les pauvres 
campagnards, qui sont en v<^rite de bonnes gens, en tout cas souvenez- 
V0U8 que vous l'avez cte vous-meme et que ce u'est que depuis 
(juelqucs jours que vous etes de retour en villc. 

La compagnie qui m'cst la plus agreable, c'est Rollin ^j; mais 11 



1) 3can Saron Üe Gf)ambrter, prcu^ijc^er ©ejanbter in ^ari§. 2) Sic."" 

3) Über bie S3esief)unflen bes Äronprinjen ju ß^arleä 5Roüin, bcm gefeierten ®efcf)icf)t§= 
jc^reiber bes Stltcrt^ums Bgt. (Euvrea XVI, p. XXII. 



1736, 2S. (3eptcm6cr — 2. Dctober. |33 

me qnittera bieutot, selon toutes les apparences; car je suis dejä^) au 
septieme tome de son Histoire des anciens. Le mauvais ni le bon 
temps ne m'empeche pas de lire, et c'est une prerogative qu'ä cette 
occupation devant beaucoup d'autres, sans compter les avantages so- 
lides et reels que nous en retirons. 

Les feuilles de mes arbres qiie j'ai vu ce printemps bourgeonner 
et s'epanouir, commencent a se faner bien fort; cela fait faire uatu- 
rellemeut uu parallele entre leur destinee et celle des humains. Je 
me rappelle a cette occasion ces deux beaux vers qui montrent bien 
que la vie des hommes est passagere et de courte duree: 

Teile une tendre fleur qu'un matin voit eclore 
Des baisers du zephyr et des pleurs de l'Aurore, 
Brille un momeut ä l'oeil et tombe avant le temps 
Sous le tranchant du fer ou sous l'effort du vent. 

Si Ton pensait souvent ä la brievete de la vie, l'on ne renfer- 
merait pas de si grands projets dans une aussi courte espace; l'on 
songerait bien plutot ä profiter reellement et raisonnablement des beaux 
jours que les Parques filent, que de s'embarrasser Tesprit de mille 
choses qui ne servent qu'ä nous tourmenter, mais non ä etablir notre 
bonheur. Rappelez-vous, je vous prie, la maniere fine et sensee dont 
Cineas fit apercevoir a Pyrrhus l'extravagance de ses projets 2). Cela 
montre que le veritable bonheur consiste dans un contentement In- 
terieur et dans notre sagesse ä savoir poser des justes bornes ä notre 
ambitiou. 

Je suis persuade que votre fils pratiquera parfaitement les legons 
que vous lui avez donnees, et que dans quelques annees vous le 
verrez revenir de ses voyages tr^s joli gargon. Je suis avec une 
parfaite estime, mon tres eher General, votre tres fidelement affectionne 

Frederie. 

Siad) ber eigenf)änbtgen Urjd)nft. 

105. 
©rumbfoto an ben Kronprinzen. 

[octobre 1736.] 

Monseigneur. Je suis charme que Votre Altesse Royale me donne 
Texclusion ä legard du poste d'aumonier et de fermier; conservez- 
moi l'houneur dans celui du plus fidele de vos serviteurs, et je me 
console du reste. Helas, qui pourrait oublier les campagnards, moi 



1) «9I. oben ©. 127. 2) Plutarch, Pyrrhus, cp. 19. 



1 3 4 i^rtcfwcdjict bei^ Xtrpiipriit'^cu i\vtcbrid) mit (Srumbfoto. 

(|ui iie iesj)ire que de Totro, surtout uu campngnnid de la volec et 
du nierite de Votre Altesse Koyalc! Et, scloii ses deux admivables 
lettres* , i»ii voit hieii qirellc desceud de ces Germains dout Tacite fait 
le iiortrait siiivaiit: »Oliaeuu se tait imc joie de recevoir un iuconuu 
et partairer avec lui ce qu'oii a de vivres; s'ils viennent h manquer, ou 
conduit sou hote cliez (iuelqu"uii (lui se croit redcvable d'ime oceasiou 
(|u\)ii lui i)iocure d'etre g6n6reux et bienfaisant. « Tacit. de moribus 
Ucrm., cba}). 3t. — Dans iin autie cndroit il dit: >Ils ue veulent 
voir leur graudeur que daus la justice. Trauquilles et paeifiques 
ils cultiveut leur terre, sans former aucun dessein sur Celles de leurs 
voisius. Leur vertu u'est pas eu ceci un effet de la faiblesse; puissants 
en cbevaux et en liommes, ils ont contre l'ennemi qui les jattaque, 
une valeur egale ji leurs bumauites cuvers Ics autres bonimes.« 
Chap. 35. — Et quaud je compare ce que Votre Altesse Royale pense 
lä-dessus, avec les idees que Tacite nous donne de nos ancetres, je 
vois revivre dans sa personne un sccond Arminius. 

J'ai cberchö dans ma bibliotbeque Cineas, daus ma bibliotbeque 
de pbilosopbes, mais je ne l'y trouve pas. Cepeudant, l'histoire de 
Pyrrbus m'est fort connue. II faut excuser ces sortes de conqudrants, 
et ils suiveut leur temperameut, sans consulter leur raison; ils ue 
suivent que Tiustinct de leur cceur, sans vouloir mettre de la partie 
leur esprit. 

Les vers sur le sort des mortcls comparables aux tieurs sont 
d'une justesse et nettete admirable, et cela prouve que, plus qu'ou 
se detacbe des seus, et plus les pensöes deviennent nettes, claires et 
elevees. Que sera^ce, quand l'esprit sera tout-ä-fait degage des liens 
du Corps? Et uu savant dit fort bien que l'esprit dans uu corps est 
un prisouuier au foud d'un cacbot: Jamals les rayons du solcil u'y 
out peuetr6 pour faire briller la luraiere — il verra, il jugera des 
cboses et en connaitra Tessence et les ra})ports; les fantoines que son 
iniaginatiou ecbauffee et faible lui presentait dans son cacbot, serout 
enti^rement dissipees, et il sera en plein jour. Gräces a Dieu, je 
ue passe pas uu jour ui peu d'beures, saus songer ä cette d(5:livrauce. 
Quaud Votre Altesse Koyale aura acbeve Rollin, eile trouvera bien 
des difticultds pour ravoir un auteur qui 6crit dans ce goüt. 

9?o(^ 9(bic^nft üoii (yrumb!o»ü§ ©ecretär. 



1) 9ir. 104 iinb ein iiidjt tiorliegenber abrief. 



1736, Ddobet. I35 

106. 

SDer iUoiipriuä au (:55rumjOfow. 

A Riippiii, ce 7 d'octobre 173Ü. 

Mon tres eher General. Je crois que la migraine est deveuue 
uue nialadie epidemique, car je la pris im momeut avaut que de re- 
eevoir votre lettre. C'est la raison, Monsieur, pourquoi il m'a et6 im- 
possible de vous repondre hier; je m'aequitte ii present de cette dette, 
en vous remerciant de votre lettre et des incluses, qui m'on t'ait 
beaucoup de plaisir. Je suis fort surpris que Praetorius^) alt reyu 
son rappel; ä moins de quelque iutrigue de cour, comme vous le 
soupgonnez avee fondement, je ne eomprendrais pas la raison qui peut 
avoir porte sa cour ä le retirer d'un poste qu'il remplissait, autaut 
que j'en peux juger, tres dignemeut. Ne doit-on pas plaindre les 
princes, quand ils se laissent gouverner, et qu'ils ont la molesse de 
se laisser prevenir coutre leurs serviteurs, sans examiner si les cboses, 
dunt ou les accuse, sont fondees ou non? Voilä, cependant, ce qui 
arrive tous les jours, et cest ce qui a cause ä Louis XIV la perte 
de plus d'une bataille, depostant des gens liabiles, et les remplayant 
par faveur ou par brigue des courtisaus. Quoique je ne croie pas 
que le cas present seit ^usceptible pour le roi de Danemark de suites 
de cette importance, cependant, s'il a le malheur de faire tort a un 
honnete komme, en a-t-il moins mal fait? Heureux, si les princes 
etaient punis, ä chaque injustice qu'ils commettent, par la perte d'une 
bataille! je crois qu'ils en deviendraient plus circonspects. Cette pu- 
nition, suivant de si pres le crime, les atterrerait peut-etre devantage 
que cet enfer qu'ils n'entrevoient qu'en perspective et que leurs flasques 
courtisans leur assurent etre au-dessous de leur grandeur. Tant y a 
que la timide verite n'ose approcher du trone que sous le voile de 
ces tours artificieux et de ces menagements etudies qui la detigureut, 
voilant sa nudite, qui seule fait son veritable caractere. Gräces au 
Ciel que nous avons un maitre qui fait tout par lui-meme et voit 
tout par ses yeux, qui hait le calomniateur et auquel personne ne 
peut se äatter d'avoir impose de sa vie! 

Je regois la piece supposee de M. de Brandt 2) pour ce que vous 
me la donnez, s'entend, pour un badinage assez plat, et oü les plus 
belles pensees sont du dernier trivial. Je rends gräces au Ciel de 
ce que mon frere^) est liors de danger, et de ce qu'il a eu la petite 



1) 58gl. oben ©. 78. 

2) (Sfjtiflian ö. 'Sxanht, 9Jad)fo(ger ©otter^ alä ©eianbter in SSien. ^ßgl. oben ©. 83. 
2)ro5ien a. a. D. S. 299. 3] ^:ßnn§ Sluguft SSil^elm. 5ögl. (Euvres XXVI, 83. 



13(', "i^viffuiccfiH i'c^ Sfroitpnn.^cn JV-viebrtc^ mit ®rumlifoJr. 

veröle; c'est un nrtiele (laiii;::crenx, (luil est toujoiirs boii cravoir passe. 
Je sais oe qiie eest, car Je Tai cuc deux fois; apres cela il n'est plus 
permis detre maliu, quand ou ;i fait cette double döpeuse de ma- 
lignites. Ce n'est pas ii nioi ;\ jiiger si je le suis, j'en laisse le sein 
ä d'auties; car vous savez, Monsieur, que le mondc n'est jamais saus 
juires: uu ebacuu eroit eu particulicr avoir le droit de dissequer la 
conduite de son i)roebaiu, et, de cette facjou, la nioitie du monde est 
le juire de l'autre. Je souhaiterais que vous fussicz le niien, et que 
vous fussiez bien eu etat de vous convaiucre de l'evideuce de l'estime 
que j'ai pour vous, etaut avec uue vöritable consideratiou, mon tres 
cber General, votre tres aflectionne anii Frederic. 

'iJtad) bcr eigenfjänbigen Urjd)rift. 

107. 
S)er Äronpriiiä nn ©rumötoiu. 

A Rlieinsberg, ce 8 d'octobre 1730. 
Mou tres cber General. Je vous demaude pardou, si, daus cette 
lettre, je ue meu tieus qu'ii vous remercier simplement de la derniere 
que vous mavez ecrite; mais uue tliixiou que j'ai daus le dos, uue 
eutlure au col et uue migraine mempecbeut. 11 ne faut qu'une ba- 
gatelle pour nous demonter, et un rien pour nous dötruire. Teile est 
la miserable conditiou des bonimes, uonobstant laquelle ils prenneut 
les uonis d'invincibles, d'arbitres des differends et d'immortels! noms 
qui ue desiguent que la grandeur de leur extravagance, et qni tont 
counaitre ü (juieonque a du sens, le peu de conuaissauce que ces fols 
ont d'eux-mcmes, de s'attribuer des titres qu'ils n'entendent pas seu- 
lement. Nous ne pouvous nous glorifier que de notre misere, car 
toute notre vie n'en est qu'un seul tissu. Adieu, mon eher General, 
je vous soubaite beaucoup de sant6, saus quoi le reste ne se compte 
pour rien. Croyez-nioi, je vous prie, d'ailleurs, bien sinceremeut, mon 
tr6s eher General, votre tres fidelement aflfectionne ami Frederic. 
^Jlai) bet ei9cnl)änbtgen Uric^rijt. 

108. 
©rumbfotu an ben Äron^rin^en. 

Berlin, ce 9 d'octobre 17.30. 
Monseigneur. J'ai regu avec respect celle dont Votre Altesse Royale 
m'a honorö du 7 de ce mois. J'ai demande a Praetorius d'oü pro- 
venait son rappel. II m'a dit que sa cour etait fort d^goütöe du peu 



1736, 7.-9. Ddober. 1 37 

d'atteution de Celle d'ici, en ce qu'on envoyait de gens d'aucim ca- 
ractere cliez eux'). Qu'aprcs avoir rappele le comte de Wartens- 
leben 2), pour eparguer quelques centaines d'ecus, ou lui avait Subs- 
titut un Küblweiu^) et puis un comte de Schwerin') auquel on avait 
donne le caractere de Legationsrath et qu'on savait tres mal dans Tesprit 
du Koi. Que, d'ailleurs, ou ue repondait ä aucune politesse de leur 
cöte; au contraire, qu'on ne repondait pas seulemeut aux plaintes 
qu'on faisait de leur c6t6 sur les griefs des levees etc. II a paru 
me vouloir faire entendre que, comme cbacun avait ses ennemis et 
qu'il n'etait pas ä la mode auprös des bigots, cela avait accölere son 
rappel, dont il parait assez decontenance, et, comme le nombre des 
gens sociables et raisonnables est fort rare, je le regrette iniiniment. 
Je crois qu'il sera suivi 'bientot d'autres, et M. de La Chetardic"), 
qui a voulu presenter un certain Tourville, qui doit resider ä Kö- 
nigsberg, a recu pour reponse de Wusterhausen: -s^Hier kommt kein 
Fremhder her. « J'en suis bien aise, car on dit qu'il y a actuellement 
cinq fous entitres d'office, et cela ne donne pas une perspective fort 
agreable pour des gens qui ne sont pas dans ce goüt. 

Ce que Votre Altesse Royale dit de Louis XIV, pourrait trouver 
quelque contradictiou, si on osait entrer dans le detail. Car quoique 
les intrigues du cabinet aient fort pr^valu dans sa vieillesse, jamais 
prince n'a su l'art de regner comme celui-lä; mais, ayant perdu les 
Turenne, Conde, Luxembourg, Crequi et autres, et, dans le civil, les 
Tellier, Louvois et Colbert, cette perte a entraine bien des mauvaises 
suites, auxquelles il n'a pu remedier seul; ce qui prouve que, quelque 
genie superieur qu'un prince ait, il faut qu'il soit seconde par des 
gens capables, et quoiqu'on dise : Non deficit alter, cela est vrai pour 
la personne, mais pas pour le merite. Feu de personnes ne peuveut 
se vanter de faire tout par eux-memes, comme le Roi, selon ce que 
Votre Altesse Royale le remarque, et cela est d'autant plus rare que 
peu de princes y ont pu atteindre. Et comme Sa Majeste n'est su- 
jette ä aucune passion favorite et est maitre de ses mouvements, et 
Sans aucune prevention pour quelque chose que ce puisse etre, cela 
ferme naturellement Tentree ä tout ce que la tlatterie peut avoir d'in- 
sinuant et la calomnie de piquant. Je joins ici les nouvelles de 



1) SSgl. oben ©. 78. 

2) ©rof gnebrirf) SBartenllcben weilte in S!o^3en"^agen öom ^nnt 1733 t)i§ Wax^ 
1735. 5ßgl. aud) oben S. 78 %{\\m. 8. 

3) 9iegiernng^roti) ^^ittpp gerbinanb S'üljliüetn, Kefibent. 

4) Subroig Otto Üieidiögraf 0. 6d)loerin, |)o|= unb ^Jegattonsratf), feit bem Wäxi 
1736 in Sio^ent)ogen. 5) SS9I. oben ©. 87. 119. 



[3S 'i^riofivedjfcl bfiJ M'riMiprin^cn ^vif^vid) mit (ihMimbfpn). 

l'aiis et ocUes de Pötorsboury. Je linis par nn bou mot du göntiral 
de liorek ' , le(|uel, pique de ce que le public etait bieu aise de la 
oonfiisimi (»ii les affaires russieinies sout, dit: ^Hier int alles gut 
tiirkiscit*-). Jo suis xwcc \\\\ res])0(tHeux attacheuieut et inviolable etc. 
^Vnd) 'Jlbfdjiiit uoii Lihiimb[oiU)S 6ccietäi. 

1 00. 

Ter .Siroiiprinj an (^h-iiiiil'f oiu. 

A Iveiiuisbeig, ce 2 de uoveiubie 173G. 

Mdii tit-s (her Geueral. Votre lettre, aceompaguee des bonues 
iittiivellos de viii, ura iait tout le plaisir imagiuable. Avouez-moi, 
Mousieur, qu'il y a viugt aus que l'ou ue vous aurait pas douue 
conimissiou de taire veuir des provisious de cave; elles auraieut pu 
diuiiuuer cousiderablemeut, eu passaut par vos malus. Je uie res- 
souvieus toujours du röcit que vous m'avez fait de ce fauieux voyagc 
de Prusse oii vous futes mareclial et graud ccliausou de la cour, qui 
preuait les devauts. Vous avez, si je ue me trompe, facilite aux 
clievaux de relais la peiue de tirer les tonueaux de vin que vous 
aviez vides eu ebemiu. Quoique d'aucuue fayon je ne vous doivc 
douuer des comuiissious qui regardeut des bagatelles, je nie Hatte ce- 
l)eudaut que vous voudrez bieu uie faire le plaisir de uie faire veuir 
800 bouteilles de viu de Champague, du meme que j'ai eu cette auu6e 
ici, ueil de })erdrix; 100 de Voluay et JOO Pomard. Je rougis de 
vous iucommoder par des soius de cette nature, et je ne vous aurais 
Jamals prie de me faire veuir du vin, si vous ne m'y incitiez par le 
billet Joint ä votre lettre. 

II me semble que le Craftsman'^) raisonne uu peu injurieusemeut 
des tetes courouuees. La liberte uous jtcriuet de voir les defauts de 
nos concitoyens, mais nous ue les leur devons pas reprocher, en re- 
pandaut du ridicule sur leurs persouues. II u'est pas permis de faire 
une avauie a uu particulier, et bieu moius de faire uu libelle diffa- 
matoire sur le sujet des souverains de l'Europe. Je ne sais si vous 
serez de mou sentiment, mais 11 me paralt que le Craftsman abuse 
ctrangemeut des bornes que doit avoir la liberte de penser. 

II y a toujours quelque bistoire divertissaute daus les nouvelles 
de Paris, et comment se pourrait-il que, daus uu conflux de monde 



1) Sgl. S. i;j9 9lnm. 6. 

2, Sgl. Journal de Seckendorff p. 157 (2. Dctober 1736). 

o) (^glijC^e poUtijc^e 9i<oc^enjc^rift. 



I 



1736, 9. October — 7. ^JJobember. 139 

et de jeunes geus ecerveles, il ne se passät pas des sceues diver- 
tissantes? Adieu, mou eher Geueral, je conipte d'avuir le plaisir de 
vous revoir, quaud ma sceur de Bruuswiek ') vieudia a Berlin. Je 
suis avec bien de l'estime, Monsieur mou clier Geueral, votre tres 
aöectiunue ami Frederie. 

'')laä) ber eigenpnbigen Urfc^rift. 

110. 

©rumbfotu au 'Qcn Äroupringen. 

A Berlin, le 7 de novembre 1730. 

Je ue suis revenu qu'hier de Wusterhausen et me ressens au 
momeut que j'ecris ceci, de l'houueur d'avoir douue ä diner au Koi 
le jour de Saint-Hubert. Je u'etais preparö qua uu diner de douze 
couverts, mais Sa Majeste mc fit dirc le niatin que la conipagnie 
serait de 24 persounes, et malgre le desordre que cet ordre devrait 
causer uaturellement, cela alla encore assez bien et le Roi parut tres 
content, et tint seanee depuis deux heures jusqu'ii minuit. ISa Majeste 
soupa avec beaucoup d'appetit et dansa avec le bon homme Flanss''^) 
sur un air que Borck^j etSydow^) chauterent de la comedie auglaise, 
aecompagnes du corps de hautbois. On ofirit force de libations ä 
Bacchus, et ä force de boire de sautes, la sante des convies tut fort 
derangee. 

Ayant eu l'occasion d'entretenir Öa Majeste sur les affaires du 
temps, sur ce qui regarde ses veritables interets, je crois n'avoir rien 
oublie de ce qu'un fidele serviteur doit alieguer, pour aussi loin que 
ses vues peuvent aller, et le texte fut quim prince, quelque puissaut 
qu'il füt, ne pouvait jamais figurer, si ses voisins et autres puissances 
etaieut persuades qu'on n'avait rien a esperer ui a craiudre de lui; 
que Ton ue valait dans le moude que ce qu'on voulait bien valoir, 
et qu'il n'y avait qu'un Systeme suivi, beaucoup de fermete et un 



1) ^4>^ilip^3ine etjarlotte, regiemtbe .'persogin öon S8vaunjc^n)eig = 5ß>o(feii['üttcI (ögl. 
ocen ©. 125). ®a§ |)eräogt^um a3raunid)n)eig = ai5ütfcnbüttel tunt nad) bcm Xobe be^ 
§eräogg Subluig 3f{uboIf (ög^- oben ©. 54; -j- 1- ^iäx^ 1735) unb beg §eräog§ g-crbinaiib 
2llbted)t (t 3. (September 1735) on befjen ©of)n, §eräog ftarl, gefallen. 'üiQl (Euvrcs 
XXVII, a, 35. Journal de Seckendorff p. 146. 

2) ©eneralmajor mam ©tinfto^T) ü. glonfi, ein ©iebäiger (geb. 1664). Sögl. ,^^encfen= 
borfj St'arafteräügc XII, 40 ff. 

3) ®er ©enevol unb (Statgminiftev (ügl. oben S. 83), geb. 1 66S. 

4) Sigibiug (SI)rentveict) ü. ©^boro, ©eneralmojor unb Äommonbant bon iöerün, geb. 
1669. SSgl. L«endenborfl V, 76 ff. 



i40 Sricfnjc^icl bc'3 Jtronpriii'^fn (vricbricl^ mit ©rumblom. 

iiir sontcnii et pleiu (rhoimcur (Hii sc t'aisait ros})cctcr. Öa Majeste 
panit ötre asscz i)orsuailee de nies arguincDts, et je laisse rexecutioii 
ä la l*r()\idoiu'C et ä la i>cinitrati()ii du luaitrc. 

Jai trouvc ici eelle (jue Votie Altesse Koyale iii'a tait rhoimcur 
de ureerire, et je joius repitie de Voltaire sur riugratitude. Votre 
Altesse Koyale vcira par riini)riui(i ci-joiut que rou est du rueme 
seutiiuent (jue Votre Altesse Royale sur le dcssus qne Voltaire donue 
ä cet ouvrage. Par celle du 2 uoveinbre j'ai ro(,'u les ordres de 
Votre Altesse Koyale i)ar rap})ort aux vius qu'elle suuliaite d'avoir, 
et je ue iiiauquerai pas d'eii informer llouy^); mais j'avertis en sou- 
niissiou Votre Altessc Koyale que les vius seront fort chers cette 
auuee, a cause de leur boune qualit^ et peu de quantite. Votre Al- 
tesse Koyale se moque de moi, eu me faisant des politesses sur ce 
qu'elle nie nonime sou commissionaire, ne chercliant qu'ä lui pouvoir 
etre utile et bou ii ([uelque chose; je ue ncgligerai pas cette occasion 
et commissiüu dout eile me vcut bien liouorer. Par rapport ii ce qui 
s'est passö, il y a 36 ans, lorsque je fus reteuu par les glaces en 
Pomerauie, ce qui diminua fort les provisions des vins, je le ferais 
eucore, si la chose etait ä refaire. Je connaissais l'humeur de mon 
maitre et savais qu'il etait charme, quand on pouvait raauifester sa 
niaguiliceuce, saus mauquer ä la discretiou de ue pas toucher aux pro- 
visions qui etaieut destiuees pour sa piovisiou. 

Pour le Craftsman^ c'est un ecrivaiu qui est coutre la cour et 
qui pretend que Ton ne rend jamais un plus graud Service aux princes 
que quand on leur decouvre leur ridicule, puisque les courtisaus et 
llatteurs n'ont^) garde de toucher cette corde. D'ailleurs, c'est uu 
ecrivaiu auglais qui ecrit dans Icsprit de la uatiou, qui ne regarde 
un roi que coniine uu contractant lequel est d'abord dechu de ses 
droits, lorsqu'il niauque a uue des clauses, et qu'alors on est en droit 
de le redresser. 11 dit qu'en auiateur de l'autiquite il se moule sur 
les Juvenals, Perses, Petrones et autres, et j)reteud dans sa satire 
avoir les memes droits qu'eux; et il dit plaisamment dans une de ces 
])ieces: >Je sais que les grauds trouveut mes idees extravagantes, im- 
prudentes et criminelles; mais que gagneut-ils? Car ils empecherout 
les gens de gloser publiquement sur leur sujet, on va, ä Texemple 
du barbier de Midas, crier aux roseaux: Midas, le roi Midas a des 
oreilles d äue ! « 

Voilä, Monseigneur, le goüt auglais, que je ne conseillerais a 
personne d'imiter dans les pays despotiques, mais dout ces r^publieains 



Ij gSein^änbler in !iürüijel. ^gl. Üiuvres XXII, 25. 2) Sic. 



1736, 7. 9Joüember — 1737, 11. Januar. 14j 

ne se deferont jamais. Aiissi est-ce une chose av6ree que Ic roi 
d'Ang;leteiTe ue s'en scandalise pas, se faisant apporter reguliöremeut 
le CrafUman^ qu'il lit avec beaucoup d'attention. 

Je joins les nouvelles de Paris, et comme c'est un mondc, on 
ignore la millieme partie de ce qui s'y passe. Le famcux Patigno ') 
vient de niourir; c'etait le bras droit de la reine d'Espagne^): grand 
miuistre, grand finaucier et excellent marin. C'est une })crte dont Sa 
Majeste Espagnole aura de la peine ä se rclever. 

T^e Roi est alle hier a Cossenldatt^), et la Reine y snit anjoiird'liiii. 
Le Roi nc reviendra ä Wusterhausen que dimanche ou lundi en huit '), 
et on croit que le Roi ira lundi a Francfort ä la foire, et diner chez 
Camas^). Le duc et la duchesse de Brunswick seront ici au com- 
niencement de decembre, et on croit que le scjour du Roi avec ses 
illustres gastes se prolougera jusqu'ä la mi-janvier, et quo Sa Majcstö 
ira au mois de fövrier ä la foire de Brunswick, puisque foire y a. 

Voilä une terrible epttre et d'une longueur qui ennuierait un 
prince moins patieut que Votre Altesse Royale, dont je demande millc 
pardon, esperant de l'obtenir par une assurance bien sincere et vc- 
ritable que je suis avec beaucoup de respect et un attachement in- 
violable etc. 

9Jacf) 5(bfc^rtft bou ©i-untbtofög ©ccrctör. 

111. 

2)er ^ronprinj an ©rumbfoto. 

A Ruppin, ce 11 de janvier 17376), 

Mon tres eher General. Je viens de recevoir votre lettre avec 
les incluses, et je suis fache d'apprendre que la brouillcrie"') continue. 
Si j'osais vous donner un conseil, il faudrait rompre la glace et faire 
la reconciliation, ä quelque prix que cela füt. 

Touchant les nouvelles que Voltaire a fait mettre dans les ga- 
zettes«), elles sont evidemment fausses, et quoique j'aimerais mieux 



1) 3)on Soje ^atin^o ftarb p aJiabnb nm 3. 9Zobembcr 173«; ©rumbfottjg 5?acf)» 
ttc^t toor berfrüf)!. 2) ©fijabet^ f^ornejc. 

3) ^öntfiltdie^ grmt im ^rei?e 93ce§!otr)=Storfott). 4) 18. ober 10. g'loöembcr. 

5) Dberft ^aitt .•peinric^ STilio be Samn§, tommaubeur be^ ^tifanteric^^aicgimcntg 
©c^werin. SBgl. (Euvres XVII, 127 ff. 

6) 58gl. Journal de Seckendorflf p. 168. 

7) Über bie 5Mäffe ber SScrftimnumg bc^ ^önig§ gegen ®rumb!onj ögt. unten S'Jv. 114. 
Journal de Seckendorff p. 162. 1G4. 168. Srotifcn o. o. D. @. 299 5Inm. 2. 

8^ ©g batte ficf) bo§ ®ccüc^t öerbreitet, bn^ SSoItaire, bei* bamal^ in .^ollanb hjeiltc, 
nod) ^reu^cn gereift fei. SBgl (Euvres XXI, 29. 31. 38. 39; XXVll, a, 46. -17. 



) 42 3^riffuiccf)Kl bci^ .Stvciipiiii^cn ("yiietirici^ mit ®rumbfott). 

quo le Roi nc Ics apprit poiiit, il n'cn pouira poiivtaut jamais rien 
arriver, si il on est iiiformc, parccquc Ic tont est uiic fiction. 

l/ixle que vdiis m'envoyez, est fort belle, niais en meme tcnips 
cxccssiveincnt outröe. On voit que c'est nii cnnemi de Voltaire qni 
l'a faite et «pii pretcnd i)hitot le diflamcr ([ue de Ini donncr nn conscil 
salutairc. Je c'onij)te de ])artir luiuli') jiour mon Saint-lldefonse^) et 
iVy retronvor la jiaix et le ('ontentenicnt quo j'y avais laissös. 

Houreux i|iii dans lo sein do la Philosophie 
Pcut jouir en rcpos d'uno jiaisiblc vic 

Et loin des bruits tumiiltueiix 

Quo fdiit aux conrs ies envieux, 
Meprisatit Ics grandonrs que Ic Ciel lui d(5nie, 
Sait dans son createnr concentror toiis ses vanix, 
La fiöre ambition de son ämc bannie, 
1! pcut s'abandonncr a son libre g6nie. 

Je suis avec iine tr6s parfaite estirne, mon tres eher G6n6ral, 
votre trös tidclement affectiounc ami Frederic. 

"^lad) bcr ci()cn{)önbincn lUirfirift. 



112. 
©nntibfoiT an bcn Äronprinjen. 

Berlin, ce 14 de janvier 1737. 

Je snivrai avenglement le conseil obligeant de Votre Altesse 
Royale, et comme je fais mes devotions dimanche^'), cela me fournira 
une occasion ä m'expliqner avec soumission, et je ne manqucrai pas 
d'en rendrc compte :i Votre Altesse Royale. J'cspere qne Votre Al- 
tesse Royalc nie perniettra que je fasse un petit complinient a M. 
Tronchin, dirccteur des gazettes frangaises en Hollande, en lui disant 
(pril fera plaisir ä Votre Altesse Royale de ne le pas exposer dans 
Ies gazettes sans son ordre '). 

L'ode que j'ai eu l'honneur d'envoyer ä Votre Altesse Royalc, est 
certainement un peu outröe. Ce])endant, je crois que le public y 
gagnerait, si Voltaire suivait Ies conseils qu'on lui donnc. Je serais 
bien fache qu'on put donner le nom de Saint-Ildefonse ä Rheinsberg. 



1) 14. Januar. 

2) JR^cinäbert). Xa^ üu^tj^lo^ ©on ^i^iiefonfo ^^^ «Scflotiia \vax IT iß burc^ S'iJnij 
^^ifipp V. ongelegt. -V 20. ^anuoi^- 

4, Xer ftronprtnä fc^reibt an 58o(toire, ^. Jcbrunr: »J'ai cru quo le parti lo plua 
convenable etait de faire avertir le gazetier de Hollande et d'Amsterdam qu'il] 
me ferait plaisir de ne parier de moi en aucune faQOu.« CEuvres XXI, 34. 



1737, 11.— 20. Januar. ^43 

J'esp6re, et le coeur me le dit, qu'il faut tout nii aiitre thöätre pour 
faire 6clater le uieiite de rillustre solitaire d';i piesent. 

Je souscris aux bcaux vers de Votre Altesse Koyale, et 

Tandis qu'en proie aux soucis, aux affaires 

Je passe mes jours les plus beaux, 
Et que sacrific ä de vaines chimercs 

Ma liberte, mes plaisirs, mon repos, 
Tu ne depends que de ton seul genie, 
Tu vois couler heureusement ta vic 
Dans les douceurs d'une tranquille paix, 
Les doctes sceurs te comblent de bieufaits, 
Et tes succes triomphent de l'envie; 
Ainsi, courant avec rapidite 
Dans les sentiers raboteux du Permesse, 
Les seuls travaux de ta jeunesse 
T'assurent rimmortalite. 

Ah! que mon sort du tien differe! 
Ne crains pas, cependant, qu'aveugle dans mos regrets 
Par un murmure temeraire 
J'ose du Ciel accuser les decrets. 
Je sais qu'en coraptant nos annees 
L'arbitre de nos destinees 
A voulu nous fixer ä des emplois divers. 
Sa volonte n'est point assujettie 
A nos penchants, ä nos goüts les plus chers, 
Aux besoins g^neraux sagement assortie 
Elle forme cette harmonie 
Qui fait l'appui de Tunivers. 

9iac^ 2(bjd)tift Oon ©rumbfoloä ©ectetär. 



11?,. 

2)er Äronprinj an ©rumbfoto. 

A Rheinsberg, ce 20 de janvior 1737. 

Mon tres eher General. Vons me fournissez pour cette fois de 
tonte Sorte de snjets, qni, de diiferentes natnres, ont produit de diffe- 
rents etfets sur moi. VAlmanach du Diahle^) m'a paru nn anias de 
satires tächees au tiers et au quart par un homme qui dit du ;mal 
des autres, pour trouver de quoi vivre, et qui moyennant une bonne 
Pension abjurerait volontiers aux almanachs et ä la satire, oü il ne 
reussit pas trop bien. 

La lettre du sieur Maupertuis est tres jolie. Les relations qu'il 



1) a?g(. «arbier a. o. C 1, 110. 



1 4 4 $^riofUH'dijcI be-^ Äronprln.sen ffriebri^ mit ©rumblottJ. 

fait lic la T.aiionic, oonfornics :i ccUcs de Regnard'), sont tres simples 
et portcnt )iar lä niomc Ic caraet^re de la vcritö. L'auteur a des 
pensöes neiives et j'ai remarqii6 quelques ti'aits d'esprit qui lui sont 
erliappcs, par oü Ton pcut juger que cet liomme en a beaueoup. 

Quant aux Icttres politiques, je vous avoue, a parier francliement, 
qu'cllcs nvont caus6 un v^ritable cliagriu. Je prcvois saus n6cromancie 
quc notrc plan pour Juliers et Berg est manquö; on n'a qu'a lire les 
eflets daus Icurs causes, pour en ctre convaiueu. Sensible, autant 
qu'on pcut Tctrc, a la gloire du Koi, je souffrc de voir que l'on ne 
prend pas toutes les mesures qui seraient ndcessaires, pour conduire 
ee projet a une lieureuse fin. II nie semble meme que je vois un 
desscin cacb6 form6 contre nous, des nuages qui s'assemblent pour 
fornier un orage. Peut-ctre serait-il encore temps de l'öviter, peut- 
etre quc par de bonnes mesures on pourrait nous rendre les esprits 
plus propices qu'ils ne le sont; raais ce qui m'alarme le plus, c'cst 
de voir une certaine Icthargic de notre cotö, dans des temps oü Ton 
est bien revenu de la terreur de nos armes, dans des temps oü l'on 
pousse la t6m6rit6 jusques k nous möpriser. Je n'ose pas dire ce 
que je crains; peut-etre que mon hypocondrc enflö me suggßre de 
sinistres pensöes: vous les pcnctrerez, Monsieur, sans que je vous le 
dise; enfin je crains des malheurs d' autant plus grands que Ton s'y 
attend moins. 

Vcuille le Cid qui vcillc sur les royaumes, qui les 616ve et les 
detruit, selon qu'il lui plait, dctourner tout ce que mon genie alarm6 
me presage de funeste! personne ne pcut s'int^resser plus que moi 
au salut de la Prusse. II est naturcl et juste que j'y prenne part, 
et si vous trouvez que mes conjecturcs sont trop exag^recs, vous Ic 
trouverez d'autant plus excusable qu'une personne qui a des objets 
fort ä creur, outre toujours la matierc. II ne me reste qu'a vous 
assurer de la veritable cstime avec laqucllc je suis, mon eher General, 
votre tr6s fid(!!lcment affcctionnc anii Frederic. 

9Joc^ ber cic]citf)änbt(}en Urfc^rtft. 

114. 
©rumbfoiü nn ben Äronprin§en. 

[Berlin,] ce 2.*^ janvicr 1737. 
Monseignenr. J'ai 6crit une longue lettre au Roi des plus soumises 
et contenant une apologie sur ce qui regarde le mariai:e de ma fille 



1) 3ean grancoiö 5Regnarb fgeb. 1655, f 1709) f)attc Sopplonb im Sommer 1681 
bejui^t. 33gl. Nouvelle Biographie Universelle XLI, 847. 



1737, 20.— 23. Januar. 145 

avec Schwerin^), la vilaine et impudente accusation d'avoir fait rap- 
peler Praetorins, et ma conduite dans les affaires de Prusse, et voici 
la copie de la reponse dont, pour le premier abord, j'ai lieu d'etre 
satisfait, d'autaiit plus que Sa Majeste refuse d'enti'er en detail et 
qu'excepte Taffaire de Schwerin, eile parait contente de mes Services. 
II faut voir avec r^signation la suite de cette affaire. En attendant, 
j'irai, dans une quinzaine de jours. ä Brandebourg- pour y ordonner 
certaines commodites, et si, apres la revue de Stettin, je vois jour 
pour me retirer de bonne gräce, je n'en laisserai sürement pas öcbapper 
l'occasion, et il faut quitter le monde, avant qu'il nous quitte. 

Je viens de recevoir celle dont Votre Altesse Royale vient de 
m'honorer du 20 de ce mois, et eile pense avec pr6cision admirablc 
sur la triste Situation oü est l'affaire de J[uliers] et B[erg], et eile 
est si fort gätee par des demarcbes contradictoires, par des conjon- 
ctures peu favorables, comme aussi par un prurit de s'accommoder, en 
faisant des avances, au lieu de voir venir, que je n'en pronostique 
que de tristes suites. Par l'ultimatum 2) on se jette dans un nouvel 
embarras; car s'il est rejete, comme il n'en faut pas douter, on est 
Obligo en honneur de soutenir la gageure ä la pointe de l'^p^e, et, 
si on ne le fait pas, on fait voir ä toute l'Europe qu'on saigne du 
nez, ce qui en composerait le quatrieme ou ciuquieme tome; et si on 
veut soutenir la gageure, on choisit le temps le plus monstrueux et 
le moins propre de faire le fier apres, lorsqu'on a neglige le moment 
de le pouvoir faire avec succes et d'etre l'arbitre des affaires du Nord, 
en marquant seulement un peu d'ostentation. Jugez, apres ce rai- 
sonnement, Monseigneur, si votre hypocondre est bien place ou non. 

Tout ceci prouve que de l'argent et des troupes ressemblent ä un 
brillant mal enchässe, quand cela n'est accompague d'un Systeme suivi 
et conseil sage et denoue de tout prejuge et humeurs äcres. Enfin, 
le psalmiste dit que, quiconque Dieu veut faire echouer, il empoi- 
sonne les idees ou conseil; le pire est que, quand le ministere aurait 
des idees qui surpassassent Celles des plus grands politiques de l'univers, 
tout homme sense se tiendrait ä l'ecart, vu qu'on veut faire les gens 



1) 2)tc naä)^tx triebet aufgclöftc SScrIobung beä (Srofen Subtnig Dtto ü. ®(f)tt)edn 
(ögl. oben ©. 137) mit ber jed)ften Xocf)ter (Srumbfotü^, Slmalie Suife. SSgl. ©enealogij^* 
.^iftorifc^e SRocf)ric^ten I, 343. 521. Journal de Seckendorff p. 164. 166. 168. 

2) ^reufeijc^e (Jrflärung an ben Äurfürften öon ber ^falj, laut beten bet König füt 
bie 9Ibttetung oon 58etg auf ^ülic^ ju ©unften be§ ^folsgtafen öon ©uläboc^ tietsic^ten 
iinb au&et einigen anbeten Seiftungen eine SKiHion X^aUx an ben Jtutfütften §a:^Ien 
Wollte; ba§ Slnetbieten foüte al§ „Ultimatum" biä ^um 1. Januar 1737 gelten, tourbe 
abet oläbalb Uä gum 1. ajlai üetlängett. Sßgl. Sro^jen o. a. D. 6. 305. 306. 
Journal de Seckendorflf p. 166. 167, 

Äofer, Sriefwec^fel Sriebtii^ä be8 ®ro6en. 10 



responsahles de lVv6nenicut. cc (lui s'appelle voraprc en visiere a la 
divinitiV 

Kien n'est si nntnrol ni si juste quc Votrc Altcssc Royale soit 
sensible a eettc oritique Situation, d'autant plus qu'elle est riicritier 
pr<^8oniptif et (luo PiiMi lui a donnii de si excellentes lumiöres qu'ellc 
tronvcrait sürcnicnt des expedicnts pouv sortir a\TC honneur de cettc 
afTaire. Mais il faut mettre lä-dessus la main sur la bouchc et se 
sounicttre aux döerets du Tout-Puissant qui seul sait abaisser et re- 
lever nos esp6rances. 

Je Joins les nouvclles de Paris et de llollande, avec la lettre de 
F., que j'avais oubliöc. 

Votre Altesse Royale recevra celle-ci le jour de sa naissance; 
eomrae jai ^ti^ tönioin de cettc illustre naissance, veuillc le Ciel me 
procurcr la satisfaetion d'cu voir des suites satisfaisantes pour la gloire, 
satisfaction et tranquillit6 de Votre Altesse, Royale, en la comblant 
de 868 dons les plus pröcieux, et cela pendant uue multitude d'ann^es. 
Je mourrai content, si mes voeux sont exauc^s, ne se ponvant rien 
ajouter ä la vön(^ration et profoud respect avec lequel je suis etc. 
9?a(^ 3lbjd)rift üon (Srumblonjl ©ecrctär. 

115. 

®cr Äroitprtitj Ott ©rumBfotü. 

A Reimsberg'), ce 28 de janvier 1737. 

Mon tr6s cber G6n6ral. Vous voyez que mes conjectures ne sont 
pas tant fausses; le voyage de l'envoye d'Angleterre 2) en Saxe vous 
ouvre les yeux. Cette eour et celles qui ont contribu6 k son 616vation, 
ß'y ligueront ensemble, elles nous cherchcronfnoise et nous forceront, 
mal gr6 que nous en ayons, ä prendre les armes ou ä souscrire aux 
conditions les plus ignominieuses qu'ils nous imposeront. 

Je vois de sang-froid, du fond de ma retraite, tout ce 'qui se 
passe dans le monde; arrive ce qui voudra, ma rdputation et ma 
gloire n'en souffriront point. Je peux, par consöquent, mieux juger 
des 6v6nement8 que ceux qui s'intöressent trop a leurs propres ouvrages, 
qui se confient trop ä leurs forces et qui''8e croient au-dessus des 
malbeurs. J'aime le Roi, j'aisa "gloire ä' cceur'et je 'me sens un ve- 
ritable attachement pour ma patrie; ce sontjes.seuls'motifs qui^m'en- 
gagent ä m'int^resser au salut'de l'foat; Tee'' sont ces sentiments qui I 
m'alarment et qui me fönt craindre pour l'avenir. II serait a souhaiter 

1 Sic. 2) aKcIc^ior ®ur) 2)tcfenä. 9SgI. ^ro^fen a. o. D. ©. 309. 



1737, 23.— 30. Qajtuor. 147 

que le Roi reconnüt ä la fin l'^lecteur de Saxe pour roi de Pologne'); 
il pourrait peut-etre avec cette seule^dömarche changer beaucoup la 
face deg affaires, adoueir une cour qui n'est que trop aigrie, rentrer 
en liaison avec ses ennemis, ceder ä l'orage pour l'öviter, et gagner 
de temps, afin qu'apres un certain ecoulement d'actions, des circon- 
stances plus favorables survenant, il fusse^) en 6tat d'en profiter. 

Je m'interesse tres peu aux revues, hors la niienne, dontj'espere 
de me tirer tant bien que mal. Le si6cle oü nous sommes. est plus 
fameux — malheureusement pour nous — en faits de negociation 
qu'en faits de guerre. Nous sommes en bonne posture du c6t6 du 
militaire, mais nos negociations n'ont point de vigueur; il semble qu'un 
engourdissement pernicieux ait assoupi les affaires ^trangeres. J'en 
dis peut-etre trop; mes intentions sont trös pures, et si je peche 
c'est par trop d'attachement pour le Roi; cette faute est pardonnable 
relativement ä son principe, et je suis du sentiment qu'il vaut toujours 
mieux temoigner trop de zele que de la froideur. En pensant ainsi, 
vous pouvez bien juger, Monsieur, que Tamiflu et l'estime que j'ai 
pour vous, seront toujours actives, 6tant, mon eher General, votre tr^s 
afifectionne ami Frederic. 

3la6) bcr cigenl^änbigen Urj^rift. 

116. 
3)er Äronprinj on ©rumbfow. 

A Reimsberg, ce 30 de janvier 1737, 
Mon eher General. Je suis fäch6 d'apprendre que le Roi ne vous 
a pas r^pondu ä votre lettre. Cela me fait craindre qu'il soitfplus 
aigri contre vous qu'on ne l'avait cru dans le commencement. Je 
n'entre point lä-dedans: premi^rement je ne suis pas informö des 
raisons que le Roi peut avoir pour vous priver de ses bonnes gräces, 
et d'ailleurs il me conviendrait mal de condamner la conduite de mon 
p6re. Souffrez donc, Monsieur, que je n'entre point dans 'ce detail. 
Je dösirerais ä la v6rit6, et pour plus d'une raison, que vous rentriez 
en gräce: les intörets du Roi ont besoin ä präsent plus que jamais 
d'un habile ministre;Ma Situation dans laquelle nous nous trouvons, 
est critique et dangereuse, il s'agit d'en sortir. C'est lä le nceud de 
la question, et c'est ä quoi votre ministere pourrait etre d'un grand 
secours. Je finis sur cette . matiere, pour n'en plus reparier, en vous 
assurant, Monsieur, que je suis avec une estime infinie, mon eher 
General, votre tres affectionne ami Frederic. 

^ad) ber eigenpnbigen Urjcf)rift. 

1) SSgl. oben <S. 113. 2) Sic. 

10* 



4 jg SPricfwcdiicI bcii .sh-onpvin^eu t^-vicbricf) mit ©rubmToiu. 

117. 
S)cr Äronpriii^ an ©rumBtow. 

A Reimaberg, ce 1«^' de fevrier 1737. 

Mou eher G^ndral. Le comte Öcbuleubuvg M qiü m'a fait le plaisir 
de passer uuc c«»iiplo de jours chez moi, voiis reiidra cette lettre. 
Je vous suis intiniiuent oblige de eclle que vous m'avez bien voulu 
ecrire; j'ai vu l'ordre du Roi ä Ui Cbambre touebant mes biens; il 
m'cst iudilVereut daus quelle rubiique ou les place; car je n'en ai 
janiais rien tire'-). Je crois que le Roi est d'opiniou que je ii'aurais 
poiut d'eutauts, et qu'il croit peut-etre qu'apr^s sa mort je ])ourrais 
aliöuer ces biens et que pav pröcautiou il veuille les ajouter aux 
biens de la couronue. La pr^caution pavait ä la v^ritc prise un peu 
de lüin; mais ä. cela ne tienue, je voudrais ({u'il eu fit autant dans 
l'aft'aire de Juliers. 11 m'a (^crit fort gracieusenient qu'il voulait 
m'acbeter une terre ({ui est proebe d'ici et qui appartient au fröre de 
Beville '^) ; eile vaut 20,000 ecus. J'ai lieu de nie louer de cette grace, 
et ne m'eüt-il rien donne, je me trouverai toujours fort heureux, tant 
que je saurai qu'il est persuadö de l'attacbement que j'ai pour lui. 
Adieu, nion ober General, le comte Scbulenburg vous rendra compte 
de uotre genre de vie saus faste et uni, que Ton peut appeler, comme 
Horace, une 616gante simplicite. Je suis avec une parfaite estime, 
mon eher General, votre trös affectionne ami Frederic. 

3lai) ber etgenpnbigen Urfc^rift. 

118. 
^er Ärouprinj an ©rumbfow. 

A Remusberg*), ce 11 de fdvrier 1737. 

Mon eher General. Vous aurez re^u infailliblement toutes les 
lettres que je vous ai öcrites, ä present; la seule nögligence de vos 
domestiques sera cause que Ton ne vous les aura pas rendu plus tot. 



1) Sgt. oben ©. 31. 

2) Über bie j. g. ^roit^rin^Udic ft'nffc ögl. JRiebel, ®er bronbenburgi^c^ = ^)reu§iid)c 
Staat^^au^^alt in ben beiben legten 3a^rl)unberten, 33etün 1866, ©. r,5. 73. 

H) DberftUeutcnont §enri £e (S^eöeniE be Sdöiüe l)atte 1734 9it)einäberg an ben 
König öerfauft. 

4) SSgl. ben 93rief an SSoItairc oom 7. 9lpril 1737 mit ber giction bcr ®tünbung 
öon SR^cin^berg burc^ 5Remui. (Euvres XXI, 52. 55er tronprin?i jc^reibt „iRemu^berg" 
jum ersten Tiak in bem 35rie} an bie SJiartgräfin 2Bil^elmine üom 3. ©eptcmber 1736, 
(Euvres XXVI 1, a, 44. 



1737, 1.— 14. ^tbtnax. 149 

Vos lettres me sont toutes parvenues; je ne souhaiterais autre cho8e, 
sinon qu'elles continssent des sujets plus agreables. J'ai 6t6 Obligo 
de prendre medecine aujourd'hui, pour me guerir dun estomac abim6; 
cela va mieux, mais je crains fort qu'avec le temps il ne me joue 
un mauvais tour. Qu'importe, il faut mourir ime fois, soit de goutte, 
de gravelle, de mal de roi, de eolique: le tout revieut au meme; 
notre corps est oblige de se d^traquer, pour occasionner la mort. II 
faut se familiariser avec eile, pour ne la point craindre, et ces petites 
attaques de maladies ne laissent pas que d'y preparer. Je suis, mon 
trßs eher Göneral, avec une parfaite estime votre tres aflfectionn6 ami 

Frederic. 

'?ftaä) ber eigent)änbigen Urfc^rift. 

119. 

®er Stronpring on ©rumbfon). 

A Remusberg, ce 14 de fövrier 1737. 

Mon tres eher General. Je vous renvoie toutes les lettres que 
vous m'avez communiquees touchant la nögociation de Juliers et Berg, 
craignant trop de voir de semblables pieces entre mes mains. Ce 
que je ferais dans ce cas et ce que je crois que le Roi fera, ce serait 
de me mettre avant toute chose bien avec l'Empereur; de faire ac- 
croire aux Hollandais que j'ai besoin de leurs negociations, de ne 
m'eugager ä rien avec eux et de faire en attendant defiler tous les 
40 escadrons de dragons avec ceux des hussards vers le pays de 
Cleves, de laisser 2 regiments de cavalerie avec les garnisons des 
villes en Prusse et de rassembler toute l'iufanterie et le reste de la 
pesante cavalerie dans les Marcbes, afin que, des que quelqu'un fit 
semblant de vouloir s'opposer ä mes desseins, que je sois en etat de 
lui tomber sur le corps; et ces 40 escadrons de dragons auraient ordre, 
des que le cas serait echu, d'entrer dans Juliers et Berg et de s'em- 
parer des deux ducbes. Ensuite, si l'on veut en venir ä une nego- 
ciation, tout ce qu'on pourra faire, sera de nous faire rendre Juliers, 
et nous garderous Berg, au lieu que, si nous n'envahissons que Berg, 
on nous en fera encore rendre la moiti6. Peut-etre que vous pourrez 
faire usage de mes reflexions; si vous les trouvez bonnes, ä vous 
permis de vous les approprier. Ce qu'il y a de plus important ä ob- 
server, est de faire bientot defiler les dragons et avant que le cas 
vlnt ä exister; car si nous manquons le moment de la mort de l'Elec- 
teur, notre coup est perdu. 

Ne pourrait-on pas peut-etre gagner quelques officiers palatins, 



J50 83rtefiDed)JeI be§ Jtronprinjen griebric^ mit ©rumbfonj. 

qui sout eu quartier avec leurs regimeuts daus les duches, afin qu'ils 
U0U8 livreut les villes, d6s que le cas viendra ä exister? 

Je vous Jette toute sorte d'idöes qui me passent par la töte; 
c'lutisissez, retraucbez et corrij^ez ce que vous en voudrez, pourvu que 
vous puissiez vous sorvir de quelque ehose. Adieu, mon eher G6n6ral, 
je suis avec uue trös parfaite estime votre tr6s aftectiouu6 ami 

Frederic. 

lliacii bei cigeit^äiibigcn Uvjc^vift. 



120. 

2)er Ärouprinj an ®rumb!otu. 

[A Rheinsberg, ce 10 de mars 1737. 

R[on eher General. J'ai bien regu la lettre que vous venez de 
ui'öcrire, avec toutes les incluses. Je vous avoue que je ne saurais 
assez admirer le saug-froid du Roi, qui souffre patiemment qu'on im- 
prirae ouvertement en d'autres lieux des libelles diffamatoires^) qui 
attaquent sa personne et qui le decrient dans l'esprit des gens qui ne 
le conuaissent pas. J'avoue que le feu m'en est monte ä la tete et 
que j'aurais fort bien su tirer raison de l'impudence du po6te et de 
rinfamie de celui par l'ordre de qui ces vers ont 6t6 composös. 

Un des cbefs d'accusation du garde des sceaux^) est justement ce 
qui le disculpe dans mon esprit. II n'a donc point donne les mains 
dans cette indigne paix^], il na pas et6 assez fourbe, pour trahir 
l'honneur de son maitre et les engagements qu'il avait pris avec ses 
allies? Donc M. Cbauvelin etait trop honnete honime, pour rester 
dans un ministere, oü il n'y a que des infames, comme le Cardinal, 
qui m6ritent de faire agir un roi h6bet6, stupide et m^prisable, comme 
Louis XV. 

Passez-moi cet enthousiasme, je vous en prie; l'article de la 
paix m'avait trop frapp6, pour garder le silence sur les indignitös 
du Cardinal. 

Quelle fougue prend au prince de Galles? Tout d'un coup il se 
met ä la tete d'un parti contre son p6re; il va l'attaquer ouvertement 
et lui manquer aux respects qu'il lui doit et auxquels tant d'engage- 
ments Tobligent. Je ne saurais approuver sa conduite. 

1) 3SgI. bie folgenbe SJJummet unb ben 33tief an S3oltoire öom 26. 2)ecemBer 1737 
(Euvrea XXI, 126. 

2) ®ermain £out^ S^outjeltn be Oro^boil; om 21. Februar 1737 auf Söetreiben bcg, 
Carbinolä gleur^ feinet 9Imteg ai§ QJroMiegelbettJa^rer entfe^t. 

3, SSgl. oben S. 117 ff. 



1 



1737, 14. gebruor - 18. aJiärj. 15 j 

Un fils s'armera-t-il contre un coupable pere? 

II delourne les yeux, le plaint et le rev6re: 

Les droits des souverains sont-ils inoins precieux? 

Nous sommes leurs enfants, leurs juges sont les Dieux. 

Cabaler mercenairement et se vendre ä des möcontents, s^duit 
par l'appät de 50,000 livres Sterling i), cela me parait bien pas. 

Je vous quitte, mon eher General, vous priant de m'envoyer des 
nouvelles toutes agreables et rejouissantes l'ordinaire qui vient; j'ai 
veritablement envie d'etre de bonne humeur. Ne m'offrez rien que 
des objets gracieux, des choses variantes et tout ce qui est propre ä 
entretenir le plaisir. Je suis avec une tres parfaite estime, mon eher 
General, votre tres fidelement aüectionne ami Frederic. 

3la6) ber eigenpnbigen Ucjc^rift. 

121. 

©rumbtoit) an ben Äronprinjen. 

Ce 18 de mars 1737. 

Je respeete celle dont Votre Altesse Royale m'a honore, et jusqu'ici 
je doute qu'on alt ose vendre VEpitre ä Born Quixote; on ne la vend 
meme que sous le manteau ä Paris et en Hollande, et je ne sais 
pourquoi on veut que le Roi s'approprie des vers oü il n'est pas 
nomme, et je reste toujours lä que Teclat est toujours desagröable dans 
ces sortes d'oecasions ; le mepris est ce qui leur convient le plus. Feu 
le Regent^), ayant decouvert l'auteur des Philippiques, il le fit venir 
et lui dit: >Tu as trop d'esprit pour que je te veuille faire pendre, 
fais-en un meilleur usage, sauve-toi! car si on t'attrape en France, je 
ne puis empecher qu'on ne te pende.« Louis XIV lisait toutes les sa- 
tires faites contre lui, et son refrain etait: »Ils veulent que je me 
fache, je n'en ferai rien.« II voulut cependant rechercher l'auteur 
d'une trop sanglante et trouva sur la table ces mauvais vers: 

Louis, calme tes soucis, 
J'etais seul, lorsque je le fisl 

En attendant, l'ordre est venu de publier un edit pour que rien 
ne s'imprime ni contre -imprime, sans passer par les mains des cen- 
seurs, et cela fera un effet admirable et augmentera le barbarisme 
qui prend d'assez fortes racines. 



1) ®ie D^jpofition im Unterlaufe f)atte bte ©rp^uttg ber Dotation be^ ^rinjen ton 
S33aleä öon 50,ü0ü ouf 100,000 ^funb beantragt. 

2) ^f)itipp öon Orleang. 



1,")2 '•yricnuc(f)jfl bcx^ Äron^rinjcn g-rtcbrid^ mit (Srumbfow. 

Je pcuse 011 4Ucl(iuo l'ai^-on oomnie Votre Altesse Royale sur le 
ohapitre de M. Cbauveliii, et riou u'est si bonible que d'accabler uii 
ininistre tel que lui, saus l'avoir eiiteiidii; et dös qu'il agit par priu- 
cipe et saus iutc^ret, il est cxeusable, et eela iiieme, (juaiid je songe 
(lu'il t^tait Ic plus auiiuti :\ oter au Koi la successioii, (itaiit foiteuieut 
ilaiis les iut(irets de la niaisoii palatiue et de Celles de Baviöre et de 
Cologue •), Vdubint faire le Havamis empcreur. Mais je repöte qu'il 
ne taut jauuüs Itlamer un iniuistrc, lorsqu'il a la graudeur de sou 
prince cu vue. 

Par les ci-joiutes et prineipalement celle d'Amsterdam Votre Al- 
tesse Koyale verra ce qui oblige le prince de Gallcs de lever le 
uiasque. Apres cela, il faut bieu coiisidörer qu'eu Augleterre on rai- 
sonne tout ditTeremnieut qu'eu d'autres pays. Un fils peut, Selon les 
lois de sa naissance, denuinder un entretieu (pii lui couvient, et tcl 
(jue sou pere l'a eu. 11 rcstera toujours daus uu profond respect pour 
son pöre et soutiendra ses droits avec son sang; mais s'il croit que 
ce p6re a un miuistre qui est son ennemi et qui abuse de la bonte 
et de la confiance de son p6re, il s'allie avec les bous patriotes pour 
renverser ce iniuistrc et sauver le pere du precipice oii les mauvais 
couseils du miuistre le meneut. Voila un raisonnement a l'anglaise. 
A Dieu ue plaise que Jen veuille etre le defenseur! Mais je conte 
le cas. 

H61as, Monseigueur, vous voulez des uouvelles agreables et r6- 
jouissantes. 11 faut donc demolir Berlin; car on n'entend parier que 
de potences, vols et exöcutions. Dieu me garde de vous en en- 
tretenir! Mais, a moins que d'inventer, que veut-on de rejouissant? 
Soyez philosopbe dans la pratique, illustre Prince, eutendez tout avec 
sang-froid et saus partialite, inoulez-vous sur le bon, evitez le mauvais, 
apres avoir tirC* parti de tout ce qui se passe, rejouissez-vous des 
folies d'autrui et menagez les moments heureux que le Ciel vous 
donne. En m'6veillant je compte d'apprendre tout ce qui se peut de 
plus fächeux; avec cette id6e, le moindre plaisir rae parait plus exquis 
que si je m'etais prepare a nie trouvcr parmi les ris et les jeux; 
Sans quo), la moindre cbose ou fäcbeuse circonstance me pourrait 
dementer. > Pardon de ma liberte bien grande«, disait l'homme au 
chapeau pointu, qui gagna l'argent au Chevalier de Grammont, comme 
Votre Altesse Koyale l'aura bien lu dans ses admirables et diver- 
tissants Memoires^). Je finis cette longissime lettre etc. 



1) ®er ftiirfürft^grjbifcfjof ßlemeng 9(uguft Don ftö(n raar ber ^-öriiber beg Sturfürften 
Sari Gittert öon Sägern. 

2; Memoires de la vic du comte de Grammont, contenant particulierement 



1737, 18.— 21. anörj. 153 

Paraphrase des beaux vers de Votro Altesse Koyale, 
au gout du Anj^laia, pour le prince prlve. 

Uli fils geuiit sous les lois d'un avare pero, 

Le public detourne les yeux, le plaiut et Ic r6vt're. 

Le droit du aouveraiu lui est precieiix, 

Mais ua roi en g^nörositö doit ressemlilor aux Dieiix. 

3lad} Slbjc^rift öoii ©rumbfonjö (Secretäv. 



122. 
SDer Äronprin§ on ®rumb!ott). 

A Remusberg, ce 21 de mars 1737. 

Müll eher General. Je passe toutes les uouvelles politiques dont 
vous m'avez parle, et j'en viens ä Celles du temps. Voilä, donc les 
uoces de Wartensleben 1) arret^es pour le 27, jour de naissance de la 
Reine et qui sera cel^bre en meme temps. Nous donnerons aussi une 
petite fete ä la cour de Mirow'^) ä cette occasion. 

II n'est pas tout-a-fait mauvais que le Roi ait donnö ordre que 
les fiscaux doivent examiner les livres que les libraires fönt veuir, si 
ces gens ne se servent pas de trop de rigueur. On a quelquefois de- 
bit6 des livres oü 11 6tait mal parle du Roi, comme dans Burnet 3), et 
on les achetait hautement. 

Vous me ferez beaucoup de plaisir de m'envoyer les deux öpitres 
nouvelles dont je n'ai point encore entendu parier. Je finis, faute 
de nouvelles, vous priant de me croire avec une trßs sincere estime, 
mon eher Genöral, votre tr^s alFectionn^ ami Frederic. 

Maäi ber eigenpnbigen Urjc^rift. 



l'histoire amoureuse de la cour d'Angleterre sous le regne de Charles II, ä 
Cologne 1715. 

1) Seopolb 3UeEanbet 9ieid)lgraf ü. 3BattenlIeben, Sieutenant im ^Regiment be§ Stönigä, 
öermöl^Ue ficf) mit 'ülnna grieberite ü. ilamecfe, S^od^ter be^ Grand-I\Iaitre de la Garde- 
robe ^aut ^Iitton ö. S^amecfe. 

2) SRefibenj be^ |)er5Dg^ Sari iiubmig t^riebri(^ öon 9KecIIenburg - 6treli|. ©ine 
braftijd^e ©c^ilberung bec §off)aItung öon SRiroro giebt ber Sironprins in bem 33rief an 
ben Seönig öom 26. October 1736, (Euvres XXVII, c, 104 ff.; ügl. ebenb. 109. llß. 120 
unb unten '^t. 12G. ^n einem 58riefe üom IG. S)ecember 1730 bo^ Sßortfpiel Miroquois 
— Iroquois. (Euvres XVI, 140. 

3) ©ilbert ^urnet'l History of his own times. 



(54 !övicfiiiod)icl tieö Sfronprittsen g-ricbvtd) mit ®rumbfo»ü. 

123. 

"J^cr ih-onpviuä au ©rumbfonj. 

A Ruppiu, ce 24 de uiuis 1737. 

Müll eher G^ut^ial. Je vous suis fi)rt obligö des nouvelles que 
vous mavez bien voulu coinuumiqucr. J'ui fiiite uue remai^iue sur 
lorguoil cxcessif dout votie eoriespoudaut trouvc la cour de Vieune. 
Lisez, Mousicur, toutes les bistoires qu'il vous plaira, vous y verrez 
que l'ürgueil excessif des mouarcliics a de tout temps 6t6 l'avant- 
coureur de leur deeliu ou de leur cbute '). La Situation dans laquelle 
se trouve la maison d'Autricbe, est assez critique. Si l'Einpereu- 
veuait ä mourir uii de ces ((uatrc matius, quelles revolutions ne verrait- 
on ])as daus le uioudc? Cbaque voudrait profiter de ses döpouilles, 
et l'ou verrait autaut de partis que de souvcraius difterents. 

Les vers que vous me commuuiquez, sont fort jolis; la röcon- 
ciliatiou de Rousseau ^j est trös bien rimee; mais si Ton doit juger 
de sa baine ou de son amitie par sa rcconciliatiou, je trouve les per- 
sonnes tres beureuses qui lui sont iucounues. 

Je pars ])our retourner a Kbeinsberg; c'est mon Öan8-Souci=^); 
beureux qui, exempt d ambitiou, peut terminer ses jours dans un 
eudroit oii l'on ue connait que le repos, oii Ton cueillit les fleurs de 
la vie et oü l'ou veut jouir de la briövete du temps que uous passons 
dans ce monde! Pour vous, Monsieur, votre destination est comme 
Celle de ces grands ressorts qui fout aller uue moutre, tandis que 
ma Situation resserable assez aux points fixes qui sont au cadran de 
la meme horloge. Vous etes lait pour agir, et moi pour vivre. Je 
suis avec une tres parfaite estime, mon cber General, votre tr6s fir 
delement affectionne ami Frederic. 

Uaij ber eigeuljänbigen Urjc^rift. 

124. 
©runibfoiü an ben Kronprinzen. 

[Berlin,] ce 27 mars 1737. 
Voici l'ordre toucbant les livres defendus. J'ai fait venir exprös 
de Brandebourg, ayant partout des livres, Les Princesses malabares*), 

1) Sgl. SRacine, Stt^olie, 2I!t I, 6c. 2. 2) ^can 93ai)tifte giouffeau. 

3) SJianteuffet ^atte jein iianbgut in Sommern „©angfouci" genannt unb jpric^t in 
einem Sricfe an ben ftronprinjen oom 5. Vtpril 173t> Don jeinet »pretenclue ciievaleric 
de Sanssouci«. SSgl. (Eiivres XXV, 450; [Formey] Souvenirs d'un citoyen, 58erlin 
1789, I, 43. 

4) Les Princesses Malabares oa le celibat philosophique, ä Andrinople 1734; 



J 



1737, 24. äJiärj — 4. Dctober. 155 

livre aussi impie qu'il se soit jamais trouv6. Le fiscal me l'a ren- 
voy6: >Er hätte gegen die Princessinnen nichts zu nagen. < Je u'ai 
pas lu Bumet, quoi qu'il soit dans ma bibliotb<ique, ou soi-disante. 
Mais Votre Altesse Royale conviendra d'une chose, que, si tous les 
ecrivains comme Burnet avaieut ete restreints dans l'autiquitö ii faire 
des eloges des Prinees, l'iiistoire de Kollin i) aurait ete d'un insipide 
ä faire soulever le cceur. 

Ce que Votre Altesse Royale dit dans celle dont eile m'bonore 
du 24, sur les vers de la reconciliation de Rousseau, est inimitable 
et il n'est guere permis de penser comme eile, quand eile veut s'en 
donner la peine, et cela sans prevention. Effectiveraent rien de plus 
beureux que d'etre inconnu aux mauvais cceurs et qui uc sont petris 
que de fiel; je comprends tout le bon de la vie tranquille que Votre 
Altesse Royale mene. Profitez-en, Monseigneur, eile ue durera pas 
toujours. Si j'atteins une raisonnable vieillesse, je vous ^crirai un 
jour de mon foyer: »Vous agissez, eher Prince, et moi, je vis; chacun 
fait le tour du cadran, le mien est achev6, et le votre est dans le 
fort de la roue.« 

Les reflexions de Votre Altesse Royale sur la fiert^ de la maison 
d' Antriebe sont tr6s judicieuses; cepeudant, eile me permettra de 
lui dire que cette maison se trouve en cela dans une heureuse Si- 
tuation que la plupart des puissances la garantissent et Tont garantie 
de sa perte, pour leur propre interet et pour tenir en echoe la maison 
de Bourbou. Cela, Joint ä un orgueil qui est atfecte primordialement 
ä tout ce qui nait autrichien, rend cette gloire d'autant plus des- 
agreable. Mais, si on connaissait aussi ä combien de bassesses cette 
meme maison et nation se prete, quand eile se trouve dans la detresse, 
cela passe le bas et le rampant des autres ämes viles, quoiqu'ils ont 
assez d'esprit pour en cacher certains dehors, pendant que Tintörieur 
se prete ä tout. 

9iac^ Slbjc^rift Oon ©rumbfowä ©ecretät. 

125. 

S)er ^ronpring an @rumb!ott). 

A Remusberg, ce 4 d'octobre 1737. 
Monsieur le MarechaV^). J'ai regu la relation que vous avez eu 
la bont6 de me faire de votre sejour de Wusterhausen, avec bien du 



attontimeS, Oom Parlament ^u ^^orig om 31. Secember 1734 gur 5ßerbrettnung berbammtes 
SBerf Don üouig ^ietre be Songue. S8gl. SSarbier a. a. D. III, 1026. 

1) aSgl. oben ©. 132. 2) @eneraIfeIbmorjd)aa jeit 15. ^uU 1737. 



15 t) üSriefiuec^jd bfi? ütvoupriiijcn iJttcbvic^ mit (Sruntbfotü. 

plaisir; vous iiravez ooiunie trausportö sur les lieux, et j'ai cm voir 
tous les objcts ihmt vous laites mentiou. 

La iiouvclle la plus auröablo quo vous me ])Ouviez apprendre, 
est la bouue sautö du Koi et Tegalite de son humcur, qui, avec l'aide 
de Dieu, servira a la lui conserver longtemps. 

11 parait que les nouvelles politiques et belliqueuses de Vienne 
doiveut etre contornies aux dösirs du Roi. L'orgueil et le dödain de 
cette impcrieuse inaisoii devraieut etre rabaisses par tous les coutre- 
coups qui leur sout arrivös, et, de plus, le Roi aura bientöt la coii- 
solation de voir la Saxe brouill<^e avec la Russie, et, par consequcnt, 
tous les projets de ses fiers eunemis detruits, coiiime les feuilles le 
sout eu cette saison par l'eft'ort des aquilons. 

Vous avez dit au Roi tout ce qu'un homme d'esprit, un grand 
politique et uu hounete homme i)eut dire ;i son maitre sur le sujet 
dont il s'agissait. Je me tiatte eucore que nos aifaires iront mieux 
(|u\)u ue l'avait os(i attendre. Quelques actions 6coulant dans la suite 
des temps cbaugeut la Situation des choses, et ce qui paraissait in- 
croyable, devient naturel et ])0S8ible par ces changements. 

II me sied bieu de politiquer, ä moi qui suis un solitaire et qui 
sais consister mon plus grand bonheur ä n'etre point chargö du far- 
deau des affaires. C'est uu plaisir bien doux (|ue de pouvoir raisonner 
sur les actions des autres, ou fornier des projets, sans en craindre 
la mauvaise issue. J'ai ce plaisir, et ce qui le rend encore plus 
agreable, c'est que je Tai que dans les moments qu'il me plait de 
me le procurer. 

Ma solitude salue votre politique, et ma personne vous prie de 
me compter toujours au nombre des vos amis, 6tant avec une tr6s 
parfaite estime, Monsieur le Maröchal, votre tr6s affectionu6 ami 

Federic^). 

A propos, j'ai oublie de vous dire que Seckendorff^) m'a 6erit 
qu'il partait, et s'il suffisait de sc (^ongedier par lettre ou s'il 6tait 
necessaire de me veuir trouver. Je lui ai souhaitc un üeureux voyage. 

3ladf ber eigen^önbigen Urjc^rift, 



Ij 3)cr Stronprittj unterseic^nete fic^ Federic jum ersten 9Jiale am 8. 2Roi 1737; 
tjgl. (Euvrcs XXVII, a, 49. 

2) S^riftop^ ilubiuig grei^err 0. ©erfeuborff, ber 9ieffe be§ ®enerot^, toijerlic^er 
0eid)äpträger. SSgl. Journal de Seckendoiff p. 184. lbr>. (Euvres XXVII, a, 212. 



1737, 4.-7. Detobet. 157 

126. 
®er Sl'ronprin^ an @rumb!ow. 

A Kuppin, ce 5 d'octobro 1737. 

Mon eher Maröchal. Votre lettre m'a ftiit beaucouj) de plaisir; 
c'est ime espöce de g-azette politique, ä cela pr^s qu'elle est remplie 
de v^ritös, ce qui maiique trös souvent aiix iiouvcUes du temps. 

Pour vous rdspoudre, Monsieuv, au raisouuemeiit que vous faites 
touchant la ligue que vous projetez, il faudrait etre inforrae de tous 
les secrets du cabinet, et c'est ce que je ue suis i)as ni ce que je ne 
pretends etre; je passe donc des matieres qui ne sont pas de lua 
destinatiou, a Celles qui sont ä ma port6e. Vous saurez, Monsieur, 
que j'ai assiste ces jours passes ä une espöce de festin des dieux, ou 
plutöt ä la parodie de pareils festins. Lc lieu etait Mirow'i, oü je 
me rendis la semaine passee avec toute iiui bände, apr6s y avoir ete 
invitö formellemeut. Ne vous attendez ni ä du nectar ni ä de l'am- 
broisie dans des lieux oü entre inille mauvais ragoüts il fallait se 
contenter de trouver du pain et de l'eau assez passables pour satis- 
faire ä une faim assez forte qu'avait occasionnee l'exercice de la ma- 
tinee. Je dois cependant rendre justice a qui eile est due, et apres 
vous avoir rapporte le mauvais, je dois vous rendre compte de ce 
qu'il y avait de louable. Jamais vit-on des hotes plus occupes ä faire 
plaisir ä leurs gastes; mes bons voisins ont eu toutes les attentions 
imaginables pour me faire plaisir, et nous avons ripostö par toute 
la bonne humeur possible, pour leur montrer que leurs attentions 
n'etaient pas perdues. 

Vous voyez, Monsieur, que sans bien boire et manger, on peut 
eti*e fort heureux et content; j'en ai fait Texpörience. J'ai pensee 
vous dire que c'etait la meme chose qu'etant eloigne d'une personne 
qu'on estime, l'on n'est pas moins son ami. J'espere, Monsieur, que 
vous en serez persuade et que vous ne doutez point de l'estime avec 
laquelle je suis, Monsieur le Marechal, votre tres fid^lement affe- 
ctionne ami Federic. 

"üai) ber eigenf)änbt(}en Urfd)rift. 

127. 

®er Äronprinj an @rumb!oiti. 

A Remusberg, ce 7 d'octobre 1737, 
Mon eher Marechal. Je suis fache de vous savoir encore in- 
comraod6; j'espere cependant que vous cn serez quitte pour la rai- 

1) 5ßgl. oben ©. 153. 



1 r>S '.J^iiffu'fdiicl bc-.« Ärpnpriti.^rit ^rirbrirfi mit (Mnimbfott). 

.^rainc. Los nonvellcs de Vicuue ne sont pas fort favorables poiir 
l'arniöc de rEniperonvM; il 'parait (pi'il pourvait hicn encore perdre 
des provinees on Ilonj^ric, comme il a pcrdii des royaumes daus la 
derni(^rc p:nerre cn Italic. Ce sont ses affaires et Celles de ses mi- 
nistrcs. .rattciuls inipatiemment de voir de quelle maniiSre cette im- 
pericuse cour sc condnira, quand ollo anra le dessons, et si son ar- 
rocrance et sa liautcur ue sc rabaisseront pas de beaucoup ä la vne 
des mauvais succtis de ses entreprises. 

Les nouvellcs de Londres nie fönt |)itie; c'cst iine honte qne de 
voir un pere qiii prostitue son fils, et nu fils (|ui cabale contre son 
pÄre; il vandrait autant qu'ils s'^borgnassent les uns les autres, pour 
se faire pi^ce. En Angleterre le courroux dun roi contre son fils 
n'est d'aucnne suite: de prince de Oalles qu'il 6tait, il devient cbef 
de parti, et chef de parti d'antant plus dangereux que ses adh^rents 
sont anim^s par l'aiguillon de Tespörance. 

Abandonnona cette malbeureuse famille ä la discorde et goötons 
dautant plus des fruits qu'une heureuse union produit. Qu'on est 
beureux, quand on sait opposer une barri^re k son ambition! et quand 
on sait ^touffer en leur naissance des passions d'autant plus dange- 
reuses qu'elles sont insatiables et'qu'elles tyrannisent ceux qui les 
nourrissent. Ces r^flexions m'engageraient trop avant, si je voulais 
m'y abandonner, et, de plus, ce serait abuser de votre patience et 
jeter de l'eau en pleine mer. Je vous soubaite une prompte et enti^re 
reconvalescence, vous priant d'assurer le Diable^) de mon estime ?8 
de me croire ä jaraais, mon eher Mar6chal, votre trös fid61ement^affe- 
ctionn6 Federic. 

9Ja(f) ber cigen'^Qnbigcn Urjd^rift. 



128. 
®er ßronpring an ©rumbfotn. 

A Remusberg, ce 19 d'octobre 1737. 

Mon eher Mar^chal. Je ne saurais assez mc louer de l'exactitude 
avec laquelle vous voulez bien m'informer des cvenements de TEurope. 
Quels changements et quelles r6volutions n'avons-nous pas vu arriver 



1 ÜBet ben SSerlauf beö J^elb^ugc^ öon 173" (\t(\en bic Xürfen bn^- Oeuvres I, 170; 
Xroqjen o. o. D. S. 332. 333; 9(. o. 9(rnct^, Warin Xi)ete[\a§ erfte 5Reflicrunflgjot)re, 
SifTt IRfiri, I, 38. 

21 gmfl G^riftop^ @raf o. 3[Rantcuffc(. 3[RanteuffcIä 33crtc^te bei Sfficber, Stug bier 
3o^r^unbcrten, 9?cuc Jolge II. 



ll'M, 7.— 1!). Dctober, 1 59 

depiiis deiix a trois aus? L'Erupcieur, la Rnssie et la Saxc dans 
une alliance offensive et defensive, favorisent ce dernier, pour nionter 
au tröue de Pologne. L'Enipereur declare iueonsidcrement la guerrc 
ä la France, pcrd des batailles, des villes et des royaumes; la Russie, 
d'un autre c6t6, souteuue d'une fortune constante, invcstit la Pologne, 
prend Danzig apres une longuc rösistancc, et ]ilacc Auguste sur le 
tröne des Sarmates. Elle fait plus: eile declare la guerre aux Tar- 
tares et, apr^s avoir englouti les provinces d^pendantes du Kan'), 
pousse ses conquetes et le cours triomphant de ses prosp6ritcs jusques 
ä Bender, ou ils mettent, pour ainsi dire, le couteau a la gorge du 
Türe. D'un autre c6t6, les Fran^ais, apr^s avoir commenc6 les liostilit^s, 
sont victorieux, battus et puis encore victorieux en Italie; ils prennent 
quelques places dans l'Empire, et parvcnus k un point 011 l'on croyait 
qu'ils allaient douner la loi a l'Rurope, ce sont les victorieux qui de- 
mandent la paix aux vaincus; ils d^mentent lern* manifeste 2), ils ahan- 
donnent le roi Stanislas ftoujours roi en figure et vil jouet du sort), ils 
trahissent la foi publique et, moyennant l'acquisition de la Lorraine, ils 
fönt une paix honteuse et qui leur fera un tort 6ternel iusque a la der- 
ni6re po8t6rit6. Cette paix n'est qu'ebauchöe, et l'Empereur n'^tant pas 
encore tout-ä-fait sorti de ses malheurs, hasarde de nouveau sa fortune. 
n rompt contre l'^quit6 et la justice la treve qui n'^tait point encore 
expir^e, avec la Porte Ottomane; il les attaque dans un temps que 
les Turcs, 6puis6s par les guerres des Perses, ont tonte la puissance 
russienne sur les bras. La trabison et la perfidie sont punies tot ou 
tard; Dieu se declare pour la cause du (rrand-Seigneur^): un esprit 
de division se r^pand dans l'arm^e de l'Empereur, la sagesse et la 
prövoyance, la vigilance et l'activitö quittent son conseil, la Jalousie 
dötruit ses desseins, et la confusion fait p(^rir son armöe nombreuse. 

C'est ainsi que la sagesse de Dieu r^gle les ^v^nements du monde 
et qu'en plagant les rois au premier rang des humains, il leur pr^pare 
aussi des revers proportionnös ä leur grandeur. Le roi de Pologne 
en fait la rüde expörience. La döfaite de ses troupes en Hongrie 
^clipse peut-etre pour un temps l'id6e flatteuse que sa nouvelle royautö 
lui avait Offerte. 

Ne suis-je pas bien heureux de me trouver dans une Situation 
oü je n'ai pas ä craindre de pareils revers? Plut ä Dieu quo je puisse 
dire tonte ma vie comme le premier Dauphin"*): >le Roi mon p6rec. 

II n'y a qu'ä connattre les grandeurs, pour s'en dösabuser: mon 
eher Cic6ron me dit mille bonnes choses ä ce sujet. 

1) Sn ber Sorlage: Camp. 2) %t. oben ©.118. 

3) 2J?a^mub I. 4) SSgt. oben ©. 97. 



1()0 "J^viefrocdjjd bc^ Stronptinjen 3'nci>nd) mit ©rumbfott). 

.I'aime tiop :i nrac(iiiittor de tous mes devoirs, pour manquer de 
nia vie ä ce que Je dois :\ moii p6re; mais si jamais il y avait quelque 
clmse qui püt nie fortilicv pour faire des vcxmix ])our sa conservation, 
c'ost les riMlexions (jue nie tont faire ces r^voliitious rapides que j'ai 
vu arrivor ilaiis mi si coiirt espace. 

Vou9 ni'avcz enliardi, Monsieur, ä vous dire mes seutiraents sur 
los cHOuenients politiques; je nie tlatte que vous aurez d'autant plus 
d'indulgeuce pour les rcMicxions que Je vous comiiiunique. Je suis 
daus une Situation oii Je reg:arde tous les artifices, les ruses et les 
intrigues de la polititjue de uos Jours couime nu Jeu pudiril d'enfants, 
ä (pii sc tronipera le plus iinenient. Ettectivcmcnt ce ii'est pas autre 
chose, car le uioindre öv^nement iuopinö fait avorter tous les desseins 
que la sag;es8e avait con^us et qu'il semblait que la })rudence allait 
oonduire a ses fius. La bonne foi lesee ouvertement et sans me- 
nagenieut, la gt^n6rosit6 raeconnue et les vues d'int^ret produites si 
ouvertement laissent entrevoir toute la m6chancet6 du cceur humain, 
saus avoir egard aux simples apparences de la vertu. 

II faut avouer que cette grossieret6 ue saurait ctre du goüt des 
honnetes gens et qu'elle [ne] fera gu6re honneur ä notre siöcle dans des 
temps postörieurs aux notres, oii les 6gards dus ä, des personnes d'un 
rang distingue disparaitrout et oü on ue jugera de nous que selon 
nos actions. Ce qui met le comble ä mon Indignation, c'est de voir 
les panegyriques faits ä l'honneur des plus mechants hommes de la 
terre, et la läehete et la bassesse avec laquelle leurs flatteurs ho- 
norent la perfidie et comblent de louanges le crime. 

Vous avez vieilli dans le monde, vous avez eu le temps de faire 
souvent les röfiexions que je fais ä präsent, et vu la connaissance 
que vous devez avoir acquise dans l'histoire de l'esprit humain, peut- 
etre que ce que je trouve Strange, vous paraltra ordinaire. 

Le vice, je vous l'avoue, ne fit jamais tant de progrds dans la 
retraite que dans les cours; il m'est plus inconnu et me paratt de lä 
peut-etre plus 6tranger; je trouve que c'est un bonheur. lleureux, 
si on en pouvait ignorer jusqu'au nom! Je vous prie de ne point 
douter de l'estime avec laquelle je suis, mon eher Marechal, votre 
tres fid^lement affcctionne ami Federic. 

^.i?n(^ ber eigen^änbiqen Urjc^rift. 



1737, 19. Dctober. lg] 

129. 
@rumb!on) an ben Äronprinjen. 

[octobre 1737.] 
On ne saurait tracer un tableau plus fidele et plus juste des 
evenements des cinq dernieres ann^es que celui dont Votre Altesse 
Koyale m'honore. II est sür que Pesne^) n'en a jamais fait uu si 
bon, dans son goüt, ni mieux colorö, et le tout est tr6s vdritable. 
J'espöre qu'il viendra uu temps oü on pourra dire avec Virgile: 
> Orietur uHor ex ossibus meis< \ lequel fera sentir et ä la maison 
de Bourbon et d'Autriche, selon les conjonctures, qu'on n'offense pas 
impunement une puissance comme eelle du roi de Prusse. 

II est vrai que le repos dout Votre Altesse Royale jouit, a ses 
Charmes; mais comme notre destinee depend des ordres supremes, je 
suis persuade que Votre Altesse Royale remplira parfaitement ses 
devoirs, en quelque Situation qu'il plaira ä la Providence de la placer. 
Si Votre Altesse Royale voulait lire son eher Ciceron, comme il se 
presente dans son naturel dans ses lettres ä Atticus, eile serait encore 
plus convaincue que les grandeurs contribuent plus ä notre perte qu'ä 
notre tranquillite, et Ciceron meme en a fait une triste 6preuve. Je 
ne puis assez recommander ces lettres ä Votre Altesse Royale, et 
eile conviendra avec moi qu'elle n'a pas eu une idee nette de l'his- 
toire romaine de ce temps qu'apres qu'elle a connu les höros d'apres 
nature, tels que Ciceron les depeint. Quelle difference du grand 
Pompee, comme il est depeint dans l'histoire, et tel qu'il est eflfe- 
ctivement dans ces lettres! Rien ne serait plus attrayant que si on 
etait informe au juste de tous les ressorts qui donnent du mouvement 
aux grandes affaires, et combien les causes premi6res ont ordinaire- 
ment une source basse et quelquefois puerile. 

D'un autre c6t6, il faut avouer qu'excepte les princes et parti- 
culiers qui sont au timon des affaires, il doit importer peu aux par- 
ticuliers d'en savoir davantage; les changements continuels que la 
scene du monde etale ä nos yeux, nous fournissent un fonds inepuisable 
de legons et de regles, tout le reste pour le public n'est que de pure 
curiosit6. Car c'est de cette maniere que nous jouissons des bienfaits 
de la nature, sans connaitre ses Operations secretes; le physicien le 
plus habile, ä qui eile parait se montrer, vaut-il mieux que le la- 
boureur idiot ä qui eile prodige ses presents? 



1) §(ntomc ^eäne, »l'Apelles de Berlin« mie if)n 3[Jtantcuffel in bem 33riefe üom 
22. Wöxi 1736 (CEuvres XXV, 423) nennt. 

2) Aeueis IV, 625. 

Äofer, Söriefrocc^fel griebricft« be« @ro§en. 11 



[Q2 iPiiejuu'ci)icI bcv .Mionpvtitöi-ii ^lictiiid) mit ©lumbfolu. 

Je tlemandc pardou de cettc digrcssiou et reviens a ce que Votre 
Altesse Kovalc dit de la niöchancctö et mauvais cojur de la plupait 
des actems du plus haut raug et leurs miuistres, et je j)uis bien dire 
(|ue hY-dessus j'ai vu presquc toujours la meme chose, cxceptd qu'ou 
a observ6 uu plus i;iaud deeoruni. Mais, dans Ic fond, les deux ba- 
laueiers de TEuiope, la maison d'Autriche et de Bourboii, ont ordi- 
uairemeut omployö toutes sortes d'exp6dieiits illicites pour s'eutre- 
uuire, et ceux qui out blam6 Louis XIV d'avoir fait la distiuctioii 
eutre la lettre et l'esprit d'uu traite, fönt presquc toujours la meme 
cbose, c'est-ä-dire qu'ou uc croit aucuu traitö valable qu'autaut qu'il 
est eouforme a riuterct du coutractaut, et il semble qu'il y ait une 
couveutiou tacite entre les souverains de poser cela pour base, puisque 
les niaximes moderues jettent presque un ridieule sur celui qui ue 
s'y eouforme pas. Aiusi qu'uu prince qui voudrait se piquer d'intd- 
gritö, aurait besoin de tout ce que l'esprit peut fermer de plus liant 
et de plus exquis, pour se garantir des cmbücbes de ceux ä qui son 
caractere deplairait, et cela d'autaut plus, lorsque ses Etats sont si- 
tues d'uue maniere qu'il a vingt ditferents int6rets ä m^nagcr. Ainsi 
suis-je persuade qu'il y aura plus de Strelitz et de Mirow sauf, que 
de monarques de la preuii^re classe. 

yiaij "Jlbjcfinft öon ©rumbfoiül «Sefretär. 



130. 

2)er Äronprittä Qit ®rumb!otü. 

[Octobre 1737.] 

Mon cber Mar6chal. II ne faut pas etre moins laborieux que 
vous l'etes, pour entrer dans un detail et dans un raisonnement aussi 
profond que celui de votre derni6re lettre. Combien de personnes 
lassöes des affaires qui les ont occupöes pendant le jour, songeraient 
ä se dölasser par des amusements frivoles, au Heu que vous ne 
trouvez de dölassement que dans le raisonnement et dans un examen 
judicieux des mati6res de la politique la plus raffinöe. 

J'ai lu les lettres de Ciceron. Je pcux dire qu'ä l'egard de 
Pomp6e — que Cic6ron d^peint bien difföremment des histoires — 
j'ai pensö comme vous. Les hommes ont a peu prös toujours 6t6 les 
memes, ils ont de tout teraps eu leur faiblesse; jamais la nature n'a 
produit de vertu exempte de tout bläme. J'ose meme avancer que 
si Cic6ron, Pomp6e et meme C^sar vivaient de nos jours, on ne les 



1737, Dctober. Iß3 

estimerait peut-etre pas plus qu'un prince de Zollern *), un Coigny'^), 
un Beausobre^j ou quelqu'autre personnage illustre dont le merite 
nous frappe de trop pr^s, pour faire assez d'impression. 

L'amour propre est l'ennerai qui enlöve ou qui du moins täche 
de noircir la reputation des grands homraes: on ne peut souffrir en 
d'autres un merite auquel on ne saurait atteindre; on veut cependant 
etablir une 6galite entre ces persounes et soi. 11 faut ndcessairement 
diminuer leur merite et döcouvrir leurs defauts, moyennant quoi on 
eclipse ce qu'il y a de grand, et on public ce qu'il y a de faible. 
Mais quand une fois le temps a mis un espace entre ces h6ro8 et la 
post6rit6, alors n'etant plus envieux de leur mdrite, on en juge plus 
equitablement, souvent meme l'esprit amoureux du merveilleux se plalt 
ä trouver du suraaturel dans eeux qui se sont distingu^s sur d'autres: 
on ajoute ä leurs qualitös ce qui pouvait y manquer, et notre Imagi- 
nation se repait d'un fantome de perfection qui pourtant n'est que 
son propre ouvrage. 

L'ombre du prince Eugene 4) dans ces derniöres campagnes ins- 
pirait encore de la terreur aux ennemis; ils se figuraient voir toutes 
ces fameuses batailles oü ils avaient eprouv6 sa valeur, son expe- 
rience et son habilete ä vaincre; l'ayant toujours vu victorieux, on le 
confondait avec la victoire, et les FranQais redoutaient plus le seul 
prince Eugene que toutes les forces de l'Empire rönnies contre eux. 

L'Empereur doit s'apercevoir de sa perte; car depuis sa mort les 
cabales ont augmentö et la confusion a perdu les affaires. Quand 
meme Seckendorff^) confondrait ses ennemis, il ne saurait pourtant 
Jamals imposer silence ä la voix des pretres superstitieux qui de- 
mandent sa perte ß). L'Empereur est obside de^ces vils eccl^siastiques, 



1) ^xkbxi^ Subtoig f^ürft Don §of)cnsoIIern*§ec^ingcn, 3fleicf)§feIbmorf(f)aII unb 
faijerli^er ©enerol ber ©aüaHerie. 

2) grancoig be ^ronquetot, §er§og öon Sotgn^, franjöftfcfier gelb'^ert im SJriege 
öon 1734 unb 1735. (Euvres I, 167. 168. ^ublicationen IV, 167. 

3) Sfooc be S3eoujoBre, geb. 8. 3Räx^ 1659, unb 9fleinbecE (ögl. oben ©. 126) werben 
öon bem ^ronprinjen in einem 95riefe an SSoItatre au§ bem ^ai)xt 1736 aU ^toti &ti^U 
Uc^e genannt »qui aiment la verite, qui sont philosophes, et dont l'integritö et la 
candeur meritent qu'on ne les confonde pas dans la multitude<. (Euvres XXI, 
14. 202. 6in anber SKot nennt er Seoujobre »le plus grand homme qu'il y ait dans 
le pays«. (Euvres XVI, 108; ügl. 119— 126. 140. 

4) »II n'y avait plus dans cette armee que Tombre du prince Eugene« etc. 
Memoires pour servir ä l'histoire de la maison de Brandebourg, (Euvres I, 167. 
aSgt. au^ ebenb. XXV, 461 unb Histoire de mon temps üon 1746, ^ubticationen 
IV, 164. 

5) ®cof ©edenborff ttjor anläBIid^ jeiner miUtärif(i)en ajii^erfolge gegen bie 2;ürfcn 
öer!^oftet worben. 6) aSgl. l^ierju S)rot)jen a. o. D. ©. 323 Slnm. 2. 

11* 



jg^ 23ncjn)ecf)jd bc^ Sionprin^cn griebric^ mit ©rumbtott). 

et toute la nation des femmes leur est devouee. II lui reste ä opter 
entre se letirer de bonue gräce, ou se resoudre ä devenir la victime 
du faux zele et de la calomnie. 

Mon parti serait bientöt pris. Uu capitaine des gardes de l'em- 
pereur Commode ^) fut exil6 de la cour sans raison. II fit son Epitaphe 
dans son exil, se sentant raourir: »Ci git qui a vecu sept ans.« II 
eu avait cependant 67, dout il n'avait ete que les derniers dans la 
retraite. Si je faisais la mienne, ce serait: »Ci git qui a vecu un 
an.« II y a des bommes que Dieu a destines pour mener une vie 
active; il y en a d'autres quil a faits pour penser et pour rMechir 
sur les actions des autres: je suis du partage de ces derniers, qui 
certainement est le plus doux. 

En cas que ma lettre vous ait ennuye, brülez-la, je vous prie, 
pour vous en venger; mais souvenez-vous que c'est vous qui me 
faites babiller, et que j'ai beaucoup de loisir. Avec de l'indulgence 
d'un cöte et un temps non limite d'un autre, on peut faire de longues 
lettres. Je me repens bien de celle-ci. II me semble qu'il eut suffi 
de vous assurer simplement de l'estime avec laquelle je suis, mon 
eher Mar6chal, votre tres affectionne ami Federic. 

3la^ ber eigenfjänbigen Urj^rift. 

131. 

®er Ärouprins an ©rumbfott). 

A Remusberg, ce 29 d'octobre 1737, 

Mon eher Marechal. II est incontestable que notre siecle fournit 
d'aussi grands hommes qu'en ont produit les si^cles passes. La na- 
ture est toujours la meme et les hommes ont aussi ete assez sem- 
blables de tout temps. L'argument qui confirme le plus ce sentiment, 
est que la mati^re dont les hommes ont et6 composös, depuis l'origine 
du monde, a toujours 6t6 la meme: nous sommes tous faits d'une 
meme argile, et cette masse dont on nous compose, n'est que modifiöe 
differemment. La nature seme tous les jours de grands hommes, 
mais eile seule n'est pas capable de les faire parvenir ä maturit^; 
il faut que des 6v6nement8 etrangers y concourent, comme sont la 
bonne education, les moyens et les occasions, et principalement le 
bonheur de venir ä propos au monde. 

Si nous pouvions faire un calcul supputatif ä l'anglaise, nous 



1) ©ulpiciug ©imiU:g, praefectus praetorio unter Äaijer §obrion. Dio Cassius 
LXIX, 19. 



1737, Dctober. 1^5 

verrions qu'une infinite de grands hommes, douös de genie et de 
talents superieurs, sont etouflfes ou par la pauvretö, ou qu'6tant d'une 
extraction basse, ils ne sauraient vaincre les prejuges dans lesquels 
le monde est contre leur naissance, ainsi que ices talents supprimes 
n'entrent jamais en compte. Quelquefois la fortune favorise des 
hommes de rien, qui moyennant de qualites superieures se tirent de 
l'obscuritö dans laquelle ils etaient, et s'öl^vent a un point de grandeur 
qui les rend arbitres du sort des humains. 

Richard!) Cromwell en est un exemple fameux. La profondeur 
de son esprit, l'artifice de sa politique et son caraetere audacieux et 
entreprenant lui franchirent le chemin ä la puissance supreme et 
l'deverent au tröne. La fortune du cardinal Mazarin, celle du g6- 
neral Wallenstein, de milord Marlborough, du marechal Flemming^), 
du marechal de Schulenburg 3) en fönt foi, et tous les savants d'un 
certain ordre ne doivent leur röputation qu'ä leur seul gönie, sans 
lequel ils vivraient obscurenient et ignores de toute la terre. 

A bien compter, de cent personnes douees des pr6sents de la 
nature, tout au plus une parvient ä pouvoir se pousser et ä cultiver 
le talent pour lequel son genie etait determine. Plus donc qu'un Etat 
s'applique ä rechercher les personnes de genie et ä leur faciliter les 
moyens de cultiver chacun leurs divers talents, plus cet Etat aura 
de grands hommes. II me semble de voir des mines d'or nögligees 
par les proprietaires des endroits oü ils se trouvent; il ne dependrait 
que d'eux de tirer cet or de dessous terre et de le faire purifier par 
le creuset, pour posseder de grandes richesses. Si donc ces personnes 
sont pauvres, il y aurait de l'injustice et de l'ingratitude d'en accuser 
la nature, qui leur fournit de tout. Ne voit-on pas que leur negli- 
gence seule les empeche de jouir des biens dont ils sont possesseurs, 
et qu'une paresse condamnable leur fait ignorer et meconnalti'e les 
Instruments de leurs fortunes, qui ne sont cependant pas moins entre 
leurs mains? 

Je crois que je puis me passer de faire l'application de cette 
comparaison. Si j'etais pretre, et que cette allegorie füt mon texte, 
je ne manquerais pas de vous expliquer methodiquement le sens 
litteral et le sens figure du passage, apres vous avoir defini la valeur 
de chaque mot et de vous en avoir fait sentir toute l'energie, selon 
les rögles de la grammaire et de la syntaxe. 

1) Sie§ Oliver. 

2) @raf Qacob §einri(^ ö. glemmiiig, furjä^fif^er f^elöntarfc^all, + 1728. 

3) Sodann SUiatl^iai @raf üon ber ©c^uIenBurg, f^elbmarfdiall im S)ienft ber 9ie^ubUf 
S3enebtg, geb. 1661, f 1747. Sßg|. CEuvres XVI, 101—104. ^ublicotionen IV, 189. 



Ißg SBnefnjedjfet be^ .trouprinjen griebtic^ mit ©rutnbfott). 

II me semble que vous avez quelque doute sur ma morale poli- 
tique (ju'ou doit observer envers im ami malheureux. Je serais fache 
qiril m'echappät la moiudre action qu'un bonnete bomme piit re- 
prouver, ee qui m'oblige de vous justifier mon sentiment; pour 6viter 
tont equivoque, ambiguitö ou möseiitendu, il est bou d'exposer le 
cas. 11 s'agit des meuagements qu'un fils doit gardei* envers son 
p^re, qui moyeuuaut quelques mauvaises impressions regues a congu 
uue aversion envers l'ami de son fils. La verite de tout ee que 
javauee, est connue. Le Roi n'a qu'assez marque les mauvaises dis- 
positions dans lesquelles il se trouve au sujet du comte ManteuffeP), 
ce qui m'^pargne d'entrer en detail lä-dessus. 

Le respeet que je dois ä mon souverain et ä mon p6re, semble 
m'obliger ä ue le point cboquer en distinguant les personnes qu'il re- 
gavde avec indignation. Ces distinetious memes pourraient etre plus 
uuisibles au comte Manteuffel qu'elles lui seraient avantageuses, et 
ce qu'il y a de certain, c'est que depuis le temps oü notre corres- 
poudauce a ete iuterrompue 2), je n'ai pas laisse de l'estimer et de 
le regarder iutörieurement comme mon ami; ce qui plus est, je Tai 
cvite par amiti6. 

Vous voyez, Monsieur, jusqu'oü va le ressentiment du roi d'An- 
gleterre sur ce que le prince de Galles a protegö ouvertement des 
personnes qui ont deplu au Koi; vous voyez jusques oü il porte sa 
vengeance, lui qui n'est pas despotique et de loin pres aussi puissant que 
le Koi Test dans ses Etats. Souffririez-vous que voti'e fils hantät des 
compagnies que vous n'approuviez pas ? Et si vous trouviez ä redire ä 
sa conduite ä cet egard, ä plus forte raison le Roi n'aurait-il pas raison 
de se plaindre de moi, si je manquais si grossierement contre une bien- 
seance qu'il me convient d'observer? Je suis persuade du merite de 
M. de Manteuffel, mais le Roi ne Test pas; puis-je le d^tromper? ai-je 
assez de credit, assez d'ascendant sur son esprit, pour d^truire l'ouvrage 
des enuemis du comte et que le prejuge a afi'ermi trop solidement, 
pour etre deracine par mes faibles representations? Est-ce que le 
Roi m'a parle sur ce sujet? et ne serait-ce pas le comble de l'im- 
pertineuce, si je prenais la bardiesse d'excuser un bomme, auprßs 
du Roi, duquel il ne m'a jamais parle? 

1) Journal de Seckendorff p. 163: >Le Diable est boude ouvertement de pere 
et fils.« SSgl. ebenb. ©. 153. 159. 160. (Euvres XVI, 328. 

2) |)crb[t 1736. 2)er 93rief SKanteuffell an ben tronprinjen öom 26. Sluguft 1736 
((Euvres XXV, 488) ift ber lefete, ber unl öorliegt, bo bie in ber 5lu§gabe ton 5)3reu§ 
folgenben Sriefe nic^t mit SJianteuffet, fonbern mit ®rumbfott) genjec^felt jinb. SSgl. au^ 
Journal de Seckendorff p. Iö4. 159. 160. 163. „Stronprins" ©. 140. 203. ^Politijc^c 
(Sorreiponbcnj I, 85. 87. 95. 183. 



1737, 29. DctoBcr. ;157 

Vous voyez donc, Monsieur, que mon devoir m'oblige de garder 
une conduite irr^prochable envers le Roi. Je vous dirai eneore plus. 
C'est qu'apres l'eclat qu'a fait ma malheureuse affaire, je dois avoir 
des menagements auxquels peut-etre un autre ne serait pas oblige, 
mais qui me conviennent. A l'ögard du comte Manteuifel je peux 
prouver que ma conduite lui a 6te avantageuse. On sait que je suis 
observe soigneusement et que le Roi eclaire raes actions d'assez pres. 
Comment lui aurait-il eebappe d'etre informe de la continuation de 
notre correspondance? La lettre qui parvint entre les mains de 
Bredowi), et le bruit qu'il en fit, me firent prendre la resolution de 
rompre un commerce qui pourrait nous etre funeste ä tous les deux. 
C'ötait une chose necessaire et qui coupait court ä tout ce qui pouvait 
en arriver. J'avoue que je rompis brusquement, mais quand on voit 
une personne prete ä tomber dans un precipice, je ne crois pas qu'elle 
vous saura mauvais gre de l'avoir blesse le bras en la retirant; et 
quel moyen plus sür pour mettre fin [aux] raisonnements continuels 
qu'on faisait sur notre liaison, comment imposer silence aux traits 
malins dont la calomnie nous accablait? Ne sait-on pas que le 
soupgon et le crime sont la meme chose chez un prince döfiant, et 
qu'ayant le malheur d'etre suspects, nous devions presumer que le 
maltre nous jugeait convaincus? Mais que restait-il ä dire aux ennemis 
du comte Manteuffel, en nous voyant bors de liaison? Ils ne pou- 
vaient l'attaquer sur ce point, qui etait, Selon mon avis, le point cri- 
tique par lequel on le pouvait perdre. 

Je vous dirai eneore plus: c'est que je n'ai point change en rien 
ä l'egard du comte Manteuffel, que je Tai estime autant, sans lui 
ecrire, que j'ai fait en lui ecrivant; ne peut-on aimer les personnes, 
Sans leur dire, et n'y a-t-il pas des occasions oii la retenue est ne- 
cessaire? Rien n'est plus naturel ä l'homme que ses goüts et les 
inclinations qui sont nees avec lui. II y a cependant beaucoup de 
circonstances oii il faut comme s'oublier soi-meme; et si on est oblige 
ä cette gene envers soi, pourquoi ne le serait -il pas envers d'autres? 
La comparaison est juste; car comme on ne fait que cacher ses in- 
clinations, puisqu'il n'est pas ä propos de les decouvrir, on cache une 
amiti6 qui serait frond^e, si eile voyait le jour. On ne doit point 
etre le martyr inconsidere de l'amitie et se sacrifier sans raison par 
constance pour son ami, sans cependant changer la Situation. Qu'on 
me prouve que la continuation de mon commerce avec le comte Man- 
teuffel lui eüt et6 avantageuse, qu'on me prouve que par ce commerce 



1) Sßgl. oben ©.-97. 101. 104. 107. 



Ißg ^Jviciiricdijd bc? itvonprinjcn ^riebrid) mit ®rumbIofö. 

rompu il Ini est arriv6 le moindre mal: je veux bien coufesser ma 
faute et m'avouer coupable et iudigne du nom d'ami! 

Voiis voyez doue, Monsieur, que les t^gards, les döftrences, le 
respect et rattaehement que j'ai pour le Roi, ont exigö de moi que 
j'agisse avee toutes les pr^cautious et toute la eireonspection imagi- 
nable envers mou ami, qu'il haissait; il ne me convient pas de dire 
que mou pere se trompe, et ma couduite l'eüt dit tacitement, si je 
n'avais pas 6vit6 celui contre qui mon pere 6tait pr^venu. 

Ou me soupgoune datbeisme et Ic comte Mauteuflfel de m'avoir 
douu6 ces sentimeuts. Ne fallait-il pas l'6viter, pour 6viter du moins 
les effets qu'un pareil soupQou pouvait tirer aprßs soi? Vous con- 
uaisscz le Roi, vous savez qu'il n'est pas toujours maftre de ses pre- 
miers mouvements, et que ces malheureux caractöres, ces indignes 
eourtisaus, ces envieux, ces pestes publiques ne manquent pas de 
profiter de ces moments, pour perdre ceux qui sont les objets de 
leur fureur et de leur haine. J'ai empecbö, par araiti6 pour le comte 
Manteuffel et par prudence, quaucune des choses qu'ou pouvait ap- 
preheuder, n'arrivät, et j'ai souffert, cette revue a Berlin, moi seul 
tout l'orage que la malice et l'indignite de mes surveillants avait pr6- 
parö contre moi. 

Au reste, on ne saurait m'accuser de timidit^. Si le comte Man- 
teufifel avait 6t6 dans un danger 6vident, j'aurais fait pour lui tout 
ce qu'on doit faire pour un ami. Vous savez, Monsieur, et je vous 
appelle ä t^moin, vous savez ce que j'ai fait pour Katte^); vous le 
savez: j'ai oflfert nou pas une seule fois, mais mille fois ma vie, pour 
sauver la sienne. Malgre son malheur et le mien je ne me suis point 
dement! ä son ögard, et quoique j'eus beaucoup ä me plaindre de 
lui, je ne crois pas lui avoir manqu6 en rien. Je suis le meme que 
j'ai 6t6 en ce temps-lä, et les sentiments d'honneur avec lesquels je 
suis ne, ne m'abandonneront de ma vie; un coeur gönereux ne saurait 
Jamals commettre d'actions läches, aussi peu qu'il est possible qu'un 
rocher se mollisse ou que l'ocean se söche. Mais malgre tout ce que 
je viens de dire, il ne faut pas faire parade de vertu, quand il n'en 
est point question, ni faire le heros de Cassandre^) hors d'un romar. 
Les distinctions que j'eus faites au comte de Manteuffel, l'eussent ra- 
baisse; ma constance m'eüt fait paraltre criminel, et l'estime que j'ai 
pour lui, n'a pas moins 6t6 vive pour n'avoir point paru. Je lui ai 
rendu toujours le tömoignage que la v6rit6 dictait ä ma bouche, et 
quand il a 6te question de lui, je ne Tai point reni6. 



Ij 3Jgt. „Jironprinj" ©. r,6. 2) S8gl. ^lutarcf), Stlcjonber, cp. 74. 



1737, 29. Dctober — 1. ^ßoüember. 159 

Voilä ce que j'avais ä vous dire u vous et ä Caton: je crois que 
ce rigide stoique ne pourrait pas me condamner, et que vous deux 
seriez Obligos de me declarer absous. 

Je preuds beaueoup de part au mariage de votre fille ') et vous 
souliaite toutes les prospörites dont cette alliance peut faire rejaillir 
sur vous, etant avec une parfaite estime, mon eher Marechal, votre 
tres afifectioime ami Federic. 

^aä) ber eigenpnbigen Urj^rift. 

132. 

©er ^ronpring an @rumb!on). 

A Remusberg, ce l«""" de novembre 1737. 

Mon eher Marechal. Je ne crois pas qu'il soit possible d'accu- 
muler plus de mauvaises nouvelles qu'en contient votre lettre. La 
mauvaise santö du Roi, le pronostie funeste que vous faites, le triste 
succes de nos negociations touchant Juliers et Berg, les brouilleries 
avec la cour d'Hanovre et recemment avec celle de Cologne, toutes 
ces nouvelles, dis-je, seraient capables de faire prendre vingt Anglais: 
pour moi, j'en suis de si mauvaise humeur que je crois avoir pris un 
peu de spieen. 

Fournissez-moi, je vous prie, des nouvelles plus agr^ables et plus 
rejouissantes par la poste qui vient. 

Que ne joue-t-on la pareille ä la cour de Vienne? pourquoi ne 
täche-t-on pas de semer la mesintelligence et la discorde entre eile 
et Celle de Russie? Ensuite on trouverait moyen d'entrer en alliance 
avec cette derniere et peut-etre encore avec celle de Saxe. Peut-etre 
que la Hollande, le Danemark et la Suede se mettraient aussi du 
jeu, et avec un parti aussi bien lie que celui que je propose, on 
pourrait agir offeusivement, sans craindre ces puissances orgueilleuses 
qui affectent de donner la loi ä l'Europe. 

Vous avez pris genereusement ma defense, lorsque le Roi vous 
parla sur mon sujet. Jamais artisan n'eut si mauvaise opinion de 
son propre ouvrage que le Roi l'a du sien. Si c'est modestie, il faut 
avouer qu'elle est poussee un peu loin. Je serais plutot porte ä 
croire que c'est par un malheureux prejuge invetere par l'äge et 
qu'il a toujours eu sur mon sujet, qui lui fait si mal juger de mon ca- 
ractere. Ne dirait-on pas qu'on ne saurait faire la guerre aux Fran^ais, 

1) S)te oben ©. 145 ertoäl^nte 2;o(^ter ®rumb!on)3 üerntäi^ttc ftd^ bent SOlajor b. $au§ 
Dom Stegiment be§ SiJiarfgrafen |)etnrid^. ©enealogifd^^if^or. ^Jai^riditen I, 521. 



I'JQ 58riofiiied)ieI bc^ ih-onprinsen gvi'-'i'i'id) mit ©rumbfolti. 

parcequ'ou parle franyais, parcequ'on lit les bons auteurs qui ont 
eerit eii leur laiigiie, et qu'ou aime les geus civils et spirituels qiie 
lour uatiou a prodiiits? Je ue crois pas qu'ou osat faire uu pareil 
raisouuement devant des personues eclairees, ou bieu ou risquerait 
de se faire siffler. Je ue conuais que mou honneur: tout ce qui peut 
coutribuer a lui etre avautageux, sera toujours la regle de mes ac- 
tious, et aucuue cousideratiou teile qu eile puisse etre, ue saurait me 
taire cliauger de seutimeuts. 

Dieu sait que je soubaite une lougue vie au lioi, uiais si de son 
vivaut le cas de la suecessiou ne vieut pas ä exister, ou verra qu'ou 
u'aura pas eu lieu de m'accuser de sacrifier mes interets ä d'autres 
puissauces; je craius plutöt qu'ou pourra me reprocher trop de tem6- 
rite et de vivacite. II serable que le Ciel ait destiue le Roi pour 
faire tous les preparatifs que la sagessc et la prudence exige qu'on 
fasse, avaut que de commeucer une guerre ; qui sait si la Providenee 
ue me reserve i)as pour faire l'usage glorieux de ces preparatifs et 
])0ur les employer k raceomplissement des desseins auxquels la pre- 
voyauce du Roi les avait destines! 

Si vous avez le coeur assez dur pour ne vouloir pas me donner 
de bonnes uouvelles, et que vous voulez pourtant que je vous le par- 
douue, appreuez-moi du moins quelque chose de eonsolaut sur la 
sante du Koi, ne m'alarmez pas en vain et ne troublez pas le repos 
de raa obere, solitude qui me tient lieu de cour, de royaume et de 
gloire I Soyez persuade que je suis avec une tres sineöre estime, 
mon eher Marecbal, votre tr6s fidelement aflfectionne ami 

Federic. 

Je suis ravi de ce que mon fröre ^) lit Rollin 2); c'est un vrai 
bonheur pour lui. 

9kc^ ber eigenl^änbigen Urf^rift. 



133. 
3)er Äronprtng on ©rumbfoiu. 

A Remusberg, ce 4 de novembre 1737. 

Mon eher Marecbal. J'ai etö fort surpris du prompt depart du 
Roi; je ne congois pas les raisons qui l'ont determine ä quitter Wuster- 
hausen avec une esp6ce de precipitation. Veuille le Ciel que sa 

1) ^riitä 3(u9u[t Sßil^elm. «gl. (Euvres XXVII, a, (il. Journal de SeckendorflF 
p. 145. 172. 2) aSgl. oben 6. 132, 



1737, 1.— 4. g^oöember. 171 

santö n'y entie pour rieu et que d'autres consid6rations en soieiit 
la cause! 

La mort du pauvre Natzmeri) m'afflige vöritablement. C'^tait un 
gargon d'esprit qui avait de belles etudes et qui 6tait foncierement 
honnete homme. Les personnes de cette trempe sont toujours plus 
iL regretter que ceux qui n'out aucuns talents. Heureux celui qui 
empörte dans son tombeau le regret des honnetes gens et dout la 
reputatiou n'est fletrie par aucune action uotamment mauvaise! 

C'est dans des civconstanees de deuil et ajn'es avoir perdu les 
personnes qui nous sont eheres, qu'il faut qu'on s'arme de toute sa 
constance. Rien ne me paralt plus consolant que les Tusculanes de 
Ciceron, et rien ne m'inspire plus d'indiflference pour la mort que le 
douzieme chapitre de Montaigne 2). II faut avoir le eceur de se dire 
souvent qu'on est mortel, que les choses de ce monde ne sont que 
passageres, que nous sommes obliges de payer le tribut ä la nature, 
Sans murmurer, et que le moment oü nous vivons peut etre le dernier 
de notre vie. Insensiblement on se familiarise avee ces idees; elles 
nous deviennent moins eifrayantes, et la necessite qu'il y a de quitter 
ce monde, nous fait souscrire ä nous croire mortels. 

Apres les reflexions que j'ai faites, l'affaire de Juliers et de Berg 
me parait assez indifferente. J'attends les evenements avec une re- 
signation entiere et sans m'inquieter de l'avenir. Vous n'aviez pas Heu 
de me faire des excuses des fautes qui vous etaient echapp6es dans 
votre lettre; je Tai trouvee tres bien, je n'aurais pas imagin^, en la 
lisant, — sans que vous me l'eussiez dit — que vous ayez et6 inter- 
rompu si souvent. Je suis ä jamais avec une trös parfaite estime, 
mon eher Marechal, votre tres affectionne ami 

Federic. 
Sßa^ ber etgenliänbtgen Urf^rift. 



1) .»peinrid) ©tnft b. 9?a^mer, gxittmeifter im Küroffter = ^Regiment %t%\n, ftarb aU 
greiJDilltger tuö^renb beg gelbsugg ber Kaijertic^en gegen bie STürfen on ben folgen 
einer int ©ueü erl)altenen SSermunbimg im Dctober 1737. — §8gl. CEuvres XXVII, 

a, 52. @n. e. 0. Sfia^mer, SebenSbilber aug bem Saf)r^unbcrt natf) bem grofeen S?riege, 
©. 215. 389. 449. 471. Journal de Seckendorlf p. 183. ©ein 33rubcr Sorl ®ubt§Ioö 

b. 9i. (ögt. oben ©. 8) folgte t^m im Sobe am 31. ^uli 1738. 

2) ®ie SC6er!e üon S!Jitc^eI be aJiontaigne (1533—1592) enttjielt fd)on bie erftc, 1730 
ouf 33efe:^I griebric^ SBil^etmä I. berfaufte 58ibltot^e! beg S^ronprinjen in ber 5Iulgabe 
öon ©ofte (^ari§ 1725, 3 33be. 40). ©emeint ift offenbar bo§ groölfte S^a^itel bei brüten 

5§ ber Essais. Sßgl. auc^ CEuvres XX, 29; XXIV, 140; XXVII, a, 167. 



172 "i^iicfniedijol bc' Sh-oitprin.^cii (^-riebric^ mit ®tumt>foiu. 

134. 
®rumb!DUi au ben ^ronprinjen. 

Berlin, 10 novembre 1737. 

J'ai regii celle que Votre Altesse Royale m'a fait rhouueur de 
m'ecrire du 4, et eile aura ote iuformee depuis que tout a etc clumgc 
dans doiize heures de temps par rapport au retour du Roi ä Potsdam. 
Le Roi sera aujord'liui a Francfort, mais ou ne sait pas ceux qui 
suivront le Roi. Le margrave de Schwedt i) se trouvera ä Francfort et 
accompaguera le Roi — ä ce qu'on dit — ä Cossenblatt, pour faire 
sa cour ä la Reine. Le pöre^) de Natzmer mort en dernier lieu a 
re(;u la nouvelle de son deces avec une iudiflförence ^toique. Je suis 
curieux de parier a mon neveu^) qui a assiste le defunt jusqu'ä son 
dernier moment, et je souhaite du fond de mon coeur qu'il soit heureux. 
II est certain que les Tusculanes de Ciceron et le 12™^ chapitre 
de Montaigne donnent du contentement a l'esprit par les helles pensees 
dont ils sont decores; mais l'äme a besoin de tout autre consolation, 
lorsque le terrihle moment approche, et il n'y a qu'une gräce triom- 
phante et une foi vive qui puisse nous faire envisager ce terrihle 
moment avec une esperancc certaine de jouir d'une felicite 6ternelle. 
J'ai vu cela de mes yeux et pour mon 6dification ä la mort du feu 
Roi, grand-p6re de Votre Altesse Royale, et je puis dire qu'il vit les 
approches de la mort avec une fermete heroique et veritahlement 
cbretienne, et si persuadc de son salut qu'on voyait une satisfaction 
interieure, uu moment avant que de fermer les yeux. Dieu en 
veuille faire la gräce ä tous ceux qui persistent dans la veritable 
foi, par le merite de l'unique mediateur et en meme temps notre 
redempteur. 

Ces reflexions chretiennes et morales ne m'empechent pas de 
prendre part tr6s vivement, comme un sujet fidele, ä l'affaire de 
J[uliers] et B[erg] et tout ce qui regarde la gloire et l'avantage de 
l'illustre et royale maison. Je crois qu'en servant avec assiduite, zele 
et fidelit6, je me procure une recompense pour l'autre monde plus 
durahle que dans celle-ci. Si l'infortunö marechal Seckendorff^) a eu 
ce principe, il doit trouver une consolation trcs vive dans son malheur, 
et si, au lieu de cela, l'amhition et l'interet l'ont fait agir, il est döjä 
puni assez dans ce monde par rapport aux remords que cela lui 
doit causer. 

J'ai l'honneur d'envoyer a, Votre Altesse Royale ce qu'on m'6crit 



1) gtiebric^ ©ilfjelm (+ 1771). 2) Sgl. oben ©. 4G. 71. 

3) Sgl. oben S. 25. 4) Sgl. oben S. 163. 



1737, 10.— 15. 9Zoöember. 173 

lä-dessus de Vienne, et il faut avouer qu'on y va im peu brusque- 
ment. Je joins aussi quelques nouvelles de Paris. 

J'ai assiste avant-hier ä la noce du lieutenant Hartenfeld ^) et 
nous ötions ä 60. Je puis assurer Votre Altesse Royalc que rien ne 
manquait a cette fete, et tout s'est pass^ en ordre et splendidement, 
et j'ai cru etre daus du temps de la vieille cour. La mariöe^) a de 
l'esprit, mais eile parle d'une vitesse qu'on a de la peine ä la suivre. 
J'ai eu pour ma moitie madame de Pannewitz 3), et c'est une des 
femmes de Berlin qui a l'esprit le plus solidement orne. 
9Jad) Slbjc^rift üon ®rumb!oro§ ©ecretär. 

135. 

®er ^ronprinj on ©rumBfotü. 

A Remusberg, ce 15 de novembre 1737. 

Mon eher Mareehal. Je viens de recevoir avec beaucoup de 
plaisir la lettre que vous venez de m'^crire; je vous suis bien oblige 
de ce que vous voulez bien m'epargner toutes les nouvelles fächeuses 
qui regardent l'affaire de Juliers: une heureuse securite fondee sur 
l'habilete du pilote qui conduit le navire, est preförable aux inquie- 
tudes mal fondöes de tant de faux politiques. C'est le parti que je 
dois prendre, c'est le plus raisonnable et c'est sans contredit le plus 
heureux. Si toutefois vous voulez me faire le plaisir de me commu- 
niquer les nouvelles de Hongrie, d'Angleterre et de ance qui con- 
tiennent les evenements les plus remarquables de ces cours relativement 
aux choses indifferentes, je vous en aurai une Obligation infinie. 

La chute de Seckendorff est de ces evenements qu'on pouvait lire 
dans leurs causes. Les brigues de ses ennemis, jointes ä un projet 
ferm6 et bien lie de le perdre, ne m'ont pas laisse douter de son 
malheur; apres tout il faut avouer que Seckendorff ne s'est jamais 
fait des amis; il a toujours 6t6 extremement Interesse, et d'ailleurs 
d'une humeur peu insinuante et brusque. Quelle le^jon que sa chute! 
et combien tout homme, dans quelque caract^re qu'il se trouve, ne 
doit-il point etre attentif a ne jamais desobliger personne! II ne 
faut qu'un ennemi pour nous perdre, au lieu que beaucoup d'amis ne 
peuvent quelquefois pas nous sauver. II faut cependant rendre justice 



1) SubttJtg ^aftmir f^reiiierr ö. §ertefe(b, Sieutenant im ^Regiment (Senbormen. 

2) Slugufte ©abine ©l^arlotte t). Ouoft. 

3) goi^anne SJiorie 9lugu[te, geb. ». ^a^munb, ®emaf)Iin be§ Dberften SBoIf 9lbotf 
ö. ^antiewi^, Äommanbeurg bet ©enbarmen, unb 3Rutta ber nacfimatigen Dber^^ofnteifterin 
©räfin SSofe. 



I 74 ^vieftrecfifct br^ .STron^tnit^en (^ttebrtc^ mit ©rumbfow. 

ä Seckcndorff, en quoi eile lui est due. II ne manque auciinement 
de ca|)acite pour la guerrc, il est laborieiix, et je crois qu'il serait en 
etat de icudre des Services distinguös a TEmpereur, si on pourvoyait 
ix tous les besoins de rarmee, si ou remi)ecbait de se livrcr ä soii 
avarice et si on lui laissait la disposition eutiere des Operations de 
la campagnc M. 

Laissous agir TEmpereur, comme il l'eutend, et croyez-moi tuiijours 
avec une trös parfaite et siucöre estime, mon cber Maröchal, votrc 
tr6s fidelement aflfectionnö ami Federic. 

^}laä} bcr cigen'^änbigcn Urfc^rtft. 



136. 
®er Äronprinä on ©rumBfotü. 

[Janvier 1738.] 
Mon ober Marecbal. En lisaiit le memoire pr6sent6 äLaHaye^), 
il rae semblait entendre le discours insolent que PapiriuS'^), ambassadeur 
romain, tint ä Antonius *), roi de' Syrie, lorsque ce prince ä la tete 
de 80000 bommes tentait de faire une incursion en Egypte. L'orgueil, 
la bauteur et la fiertö y sont pousses ä l'outrance. II semble que la 
France ne le c^de pas en 'l puissance et en pouvoir ä Dieu le p6re; 
s'opposer ä Versailles," c'est s'opposer aux d^crets divins. Quelle im- 
pertinence! On ne croirait pas que de miserables mortels fussent 
capables de tant de bauteur. Je leur repondrais que le^roi de Prusse 
est comme 



1) 3n i^eitt 93riefe tiom nfeid^en %ac[t an feinen l^reunb Ulrid^ ^riebrid) ö. ©ul^m, 
ben fäcf)fiic^en ©ejanbten am riijftjc^en .f)Dfe, bejet^net ber tronprinj Sccfenborffg ©turj 
al§ >juste punition de toutes les möchancetes et de toutes les mauvaises actions 
qu'il a commises ... II est vrai que tous les chagrins qu'il m'a caus^s, m^ritaient 
retribution«. (Euvres XVI, 342. 343; ögl. ou^ 346. 347. 2)ie aKorfgräfin Sßiltielmine 
jagt in i^ren SKemoiren: »J'admirai le sort de cet homme qui m'avait caus6 tant 
de chagrins et qui avait et6, pour ainsi dire, le fleau de toutes les cours oü il 
avait ete.« 

2) D. d. 14. ©ecember 1737: ginlobung an bie Seemächte (^oHonb unb ©nglonb) 
?iur ^ctt)ct(tgung on ber bip(omatifrf)cn ?(ction be§ SlönigS öon granfreic!^ unb bei ^aijer§ 
gegen ^teufeen unb fturpfalj: »afin que le concert conforme des quatre puissances 
fasse connaitre que leurs principes sont invariables, que ce serait inutilement 
qu'on essayerait de les contredire, et qu'elles reqnierent avec un 6gal eraprosse- 
ment une reponse prompte et qui seit teile que Ton sache incessamraent ä quoi 
s'en tenir sur les intentions des parties int^ressöes.« ^n 93erUn mar ber SBortlaut 
crft im Januar befannt. 

3) ^opiliusi S?acna£i, 4) 3(ntioc^ul ®p\pt)anc§. SSgl. Livius XLV, 12. 



1737, 15. yjobember — 1738, 4. 9Kät§. I75 

I;i nobile palma 
Se spiantare si tenta allor iiialza la ciiiia altiera. 'j 

Passez-moi ces vers Italiens; ils convicnuent au Roi, k ses forces 
et ä la manierc digne dont il soutieut ses justes prctentions. 

Vos reflexions sur le memoire sont fort justes; mais il ne les 
faudrait pas debiter ä l'ombre du cabinet. Croyez-moi, il est temjis 
d'ecrire pour preparer et pour gagner les esprits; il faut que la presse 
roule ä present, et j'ai plus envie que jamais de publier ma piece^). 
Si vous le jugez ä propres, je l'enverrai en Angleterre, oü eile pa- 
raltra premierement en anglais; ensuite mon original se d6bitera en 
Hollande, comme une traduction. C'est lä mon idee. Vous pourriez 
de meme faire imprimer ces remarques sur le memoire en forme de 
lettre d'un ami ä un Hollandais ou a un Anglais. Je crois que 
eela ferait un effet merveilleux sur l'esprit du public, d'autant plus 
qu'il est paresseux et que, des qu'il trouve un raisonnement tout fait, 
il l'adopte, pour s'epargner la peine d'en tirer un de son propre fond. 

Votre fils^^) aura peut-etre la destinee, s'il vient ici, que vous lui 
avez prophetisee. II n'y a pas de difficulte pour tirer de ces horos- 
copes. Le papier me fait faux bond, il m'oblige de finir malgre 
moi; ce ne sera pas pourtant, sans vous assurer de la parfaite estime 
avec laquelle je suis, mon eher Marechal, votre tres affectionne ami 

Federic. 

3la<i) ber eigent)önbigen Urjt^rtft. 

137. 

3)er ^ronprinj an @rumB!oto. 

A Remusberg, ce 4 de mars 1738. 

Monsieur. J'ai lieu de me louer de votre exactitude; je viens 
de recevoir deux de vos lettres ä la fois. Dans la premiere, vous 
me faites le proces sur ce que je vous avais pri6 de ne point impor- 
tuner le Roi sur le sujet de mes finances, en quoi je ne vois point 
ce qui vous a pu paraitre etrange. J'ai trös bien distingue les bonnes 



1) 2)er ^ron^jrins fdiretbt bu^ftäbUi^: 

»II nobile palma, 
si 8piangar6 si tenti allore il altere sime in altiera.« 

2) >Consideration8 sur l'etat präsent politique de TEurope.« (Euvres VIIT, 
1—27; XVII, 6; XXI, 193. 210. 216. 228. 229. ®ie ©rucflegung unterblieb. S5gl. 
Rundet a. 0. D. ©. 28. 3) SSgl. oben ©. 130. (Euvres XXVII, a, 46. 



I 76 SBrieftoe^jel be§ Äronprin^en grtebrt^ mit ©rumblott). 

intentions que vous avez manifestöes pour mes intörets, des suites 
facheiises ou inutiles que ces bonnes intentions pouvaient avoir. II 
nie semble de vous avoir marqu6 assez distinctement la difförence 
(jiie je faisais de vos dispositions et de Celles du Roi. Comme on se 
donnerait en vain des mouvements pour ressusciter un corps mort, je 
crois qu'on s'en donnera tout aussi inutilement, pour faire changer 
de sentiments au Roi ä mon egard. Ce sont de ces soins desquels 
il n'y a rien ä attendre, et c'est perdre la peine et son temps que 
de s'y appliquer. S'il y a quelque chose qui puisse vous desobliger 
en ce que je vous dise sur ce sujet, j'en suis en v6rit6 Wen fache, 
quoique je ne voie pas en quoi cela peut consister. 

J'en viens ä votre seconde lettre. Vous vous 6tonnez que je ne 
reponds pas sur l'article de la declaration^); vous vous etes apergu 
qu'elle n'etait pas tout-ä-fait conforme ä mon sens. 

Quand on ne me deroande pas mon sentiment, je fais garder le 
silence; mais lorsqu'on me le demande, je trahirais la bonne foi et 
la confiance qu'on me temoigne, si je ne parlais pas franchement. 
Souvenez-vous donc, Monsieur, que vous m'extorquez cette r^ponse, 
et que je me serais tu, si vous ne me forciez, pour ainsi dire, ä 
m'expliquer. 

Je vous avoue donc que je trouve dans la reponse faite aux me- 
diateurs un conflit de grandeur et de bassesse dont je ne m'accom- 
mode pas. Cette reponse ressemble ä celle d'une personne qui n'a 
pas envie de se battre, mais qui en fait le semblant. 

II n'y avait que deux partis ä prendre, ou de röpondre avec une 
noble fierte et ne point biaiser par des petites nögociations, dont on 
appreciera bientot la juste valeur: ou de ployer sous le joug honteux 
que l'on veut nous imposer. Je ne suis pas assez fin politique, pour 
accorder ensemble un contraste de menaces et de soumissions. Je 
suis jeune, je suivrais peut-etre l'impetuosite de mon temp^rament, 
toutefois je ne ferais pas les choses ä demi. 

Voilä mes sentiments, Monsieur, puisque vous voulez les savoir. 
S'ils ne sont pas conformes aux votres, souvenez-vous que les fagons 
de penser sont aussi variees que les physionomies des bommes. 
Lorsque je vous parlerai d'hardiesse, vous m'opposerez la prudence. 
J"y consens; souvenez-vous seulement, je vous prie, que la prudence 



1) §Im 10. 2rebruar fiatten bic 3Sertreter beö ft'aifer^, gran!reic^§ unb ber beiben 
Seemächte in Berlin ibentifc^e JJoten übergeben, bnxä) roeld^e ber Äönig üon ^^reufeen 
aufgeforbert würbe, für bie jülic^ = bergifd)e ©ucceffionäftrettigfeit bie SSermittelung ber 
öier Tläd^tc anjunel^men. ®ie augroeic^enbe preufeifc^e Stntroort, auf bie fi^ ber 33rief 
bes ftroncrinjen bejief)!, ift eom 19. gebruor. SSgl. 2)roi)fcn a. a. D. ©. 327—330. 



1738, ajlära. 17-7 

est fort propre ä conserver ce qu'on possede, mais que la seule har- 
diesse fait acquerir. 

Je suis avec une tr6s parfaite estime, Monsieur le Maröchal, votre 
tres fidelement aflfectionne ami Federic. 

3laä) ber eigent)önbigcn Urjc^rift. 

138. 
©rumbfott) an ben Äronprinäen. 

[mars 1738.] 
J'ai regu avec une vöritable reconnaissance celle que Votre Altesse 
Royale m'a fait l'honneur de m'6crire du 4, et eile s'y explique si 
cordialement que j'ai tout Heu de me louer de la bont6 qu'elle a de 
me faire connaitre ses sentiments. Et, pour le premier point, ä sa- 
voir de rectifier les idees du souverain sur le chapitre de Votre Al- 
tesse Royale, en lui faisant sentir des realites de ses gräces, il faut 
que je me soumette aux idees de Votre Altesse Royale, et si j'ai 
Jamals souhaite qu'elles fussent fausses, c'est dans cette occasion. 
Toute ma peine a ete que j'ai craint de deplaire ä Votre Altesse 
Royale. En v^rite, eile me fait tort de croire que je puisse m'ima- 
giner qu'elle puisse me desobliger, cela etant si eloignö de son ca- 
ractere qu'elle repugnerait ä le faire envers des gens qui lui sont 
moins attachös que moi. Somme totale: Dieu, qui a les coeurs des 
rois entre ses mains, peut tout diriger d'une maniere que Votre Al- 
tesse Royale soit satisfaite, ce qui mettra le comble ä la mienne. 

J'ai lu avec un veritable plaisir ce que Votre Altesse Royale 
m'a bien voulu ecrire sur la fameuse döclaration, et il y aurait bien 
des choses ä dire; mais eile me permettra bien de faire seulement 
quelques reflexions. La premiere est qu'il faut bien, en qualite de 
fidele serviteur, calculer de quelle maniere le maitre veut etre servi, 
et si on est d'intention de risquer le tout pour le tout. II a paru 
qu'on n'ötait pas dans ce goüt, vu qu'au Heu de refuser tout, on a 
choisi le modere. Par rapport aux puissances avec lesquelles on avait 
ä faire, on ne pouvait refuser la mödiation, sans s'exposer ä avoir 
tout les public contre soi, le plus fieres puissances, dans toutes leurs 
declarations, n'ayant jamais rejet^ ce biais; et, n'ayant ni amis ni 
alliances, on aurait bien trouvö moyen de nous dörouter, et alors la 
retraction d'un refus donne avec hauteur aurait fort embarrass6 les 
auteurs du conseil. Fröderic Guillaume rejeta avec m6pris et fiert6 
le partage de la Pomeranie suedoise qu'il pouvait avoir par un traitö 
secret que Louis XIV lui fit oflFrir. Je prie Votre Altesse Royale de 

Äofer, SBtiefwec^fel griebric^a beS ©ro^en. 12 



j^-jo 'ä3ricftt)e(^icl bo? Äron^rittäen griebric^ mit ©rumbfotü. 

jeter les yeux sur la lettre qii'il ccrivit a Louis XIV, lorsque Varmee 
de France battit Spaeii pres de Mindeu: lettre qui ne produisit rieu 
siuoii que Louis XIV lui laissa des bailliages apparteuant aux Suedois, 
valant 300 000 6cus, dout Wildenbrucli i) est eucore. Quelle lettre 
Votre Altesse Royale croit-elle que son petit-fils eüt 6crite, si 
([uatre puissauces s'etaient r^unies pour rembarrer sa fierte? vu que sur 
uue d^elaration mena^ante que Demeradt'^) vient de faire, le Roi 
vevoque l'ordre de ue pas laisser passer les reerues imperiales sans 
passe- ports, comme il l'avait fait d^clarer. 

Eutin, Votre Altesse Koyale dit admirablement bien que les ma- 
uieres de penser sont aussi vari^es que les physiognomies; mais eile 
conviendra aussi qu'un serviteur qui ne peut changer la pbysiognomie 
de celui qu'il sert, doit composer la sienne, autant qu'il est possible, 
pour qu'il ne choque pas la superieure. 

Je suis, d'ailleurs, ti-es persuadö que Votre Altesse Royale sou- 
tiendra parfaitemeut bien le parti qu'elle aura pris, mais je m'en 
remets aussi a sa prudence pour qu'elle n'entamera rien, sans avoir 
aussi culcul6 si on peut voir jour en hasardant de r^ussir, et je 
pourrais bien faire voir, si j'osais, le contraire de ce que Votre Al- 
tesse Royale me fait l'honneur de me dire, ä savoir que la prudence 
conserve et que la hardiesse acquiert, et cela par un exemple r6cent. 
Le Roi votre grand-p6re a par prudence acquis la Gueldre, Neu- 
chätel, succession d'Orange, Quedlinburg, Nordhausen, qu'on a rendu, 
etc., et Charles XII a perdu par sa hardiesse Bremen, Stettin, la Li- 
vonie etc. '^) De plus, je suis persuad6 qu'un roi de Prusse, de meme 
qu'un roi de Sardaigne, aura toujours plus besoin de la peau de re- 
nard que de celle de Hon; mal en prend ä qui n'a pas le talent de 
se revetir ni de Tun ni de l'autre. 

Eh bien, Monseigneur, voilä bien du griffonnage, que je n'aurais 
pas hasarde, si je n'ötais tres persuad^ de votre indulgence. Mais je 
parie bien que vous n'entreprendrez rien 16g6rement, sans avoir bien 
pes^ le pour et le contre, et que Votre Altesse Royale se souviendra 
bien de cette excellente röflexion du cardinal de Richelieu qu'il s'^tait 
toujours repenti de toutes les r^solutions qu'il avait prises 6tant bien 



1) ©oQ Ijti^en, ba^ SEßilbenbruc^ (imtreije ®reifenf)acjen) Somönengut geblieben mar. 

2) 2rranj S^iep^ »on Demerabt, foiferlic^er JRefibent in 33ctlin. 

3) Refutation du prince de Machiavel: >Qu'od se ressouvienne que lafermete 
outr^e et ropiniätret^ de Charles XII penscrent le perdre ä Bender, et que ce 
fnt cette ferraete inebranlable qui ruina plus ses affaires que la perte de quelques 
batailles.« (Euvres VIII, 254. 



1738, SKörj. ^79 

en colöre. Pour diversifier cette matiere, j'offre ä Votre Altesse 
Royale quelques aneedotes de la chute de Sulkowski i), et je crois 
qu'il remplira bientot le role de Protesilas^) de TeUmaque. 



Lettre de Monsieur l'ölecteur de Brandebourg 
au roi Louis XIV^). 

Monseigneur. II est impossible que Votre Majestö, par les grandes 
lumieres de son esprit, ne comprenne aisöment la justice et la mo- 
d^ration de mes pretentions, et, cela etant, eile ferait violenee ä cette 
generosite et grandeur d'äme qui est nee avec eile, si eile me for§ait 
d'accepter des conditions de paix injustes et honteuses. Dieu, persuade 
de la justesse de ma cause, avait dejä decide en ma faveur de toute 
la Pomeranie par le sort des armes. 

Votre Majeste m'en fait rendre la meilleure partie, et j'y consens 
pour conserver le reste, qui est fort peu de chose en egard ä tout ce 
que j'avais gagne au prix de mon sang et par la ruine de tous mes 
Sujets. N'est-il donc pas juste, Monseigneur, que puisque Votre Ma- 
jeste seule m'oblige ä rendre ä mes ennemis de grandes et de si 
belles villes, eile veuille bien aussi me laisser le reste, et qu'apres 
que Votre Majeste s'est 'si fort interessee pour le parti qui n'avait 
rien ä demander, eile s'interesse aussi pour celui qui avait droit de 
tout garder! Je ne doute pas, Monseigneur, que les ministres de 
Votre Majeste n'opposent ä mes raisons l'interet de sa gloire, et que 
cela seul ne soit un puissant motif pour une aussi grande äme; mais 
eile me permettra de lui dire que c'est la justice qui fait naitre et 
regle cette gloire, et qu'etant toute de mon cote, il y va de son in- 
teret d'appuyer mes pretentions, en moderant les demandes de mes 
ennemis. Je souhaiterais que Votre Majeste püt entendre sur cela 
les raisonnements de toute l'Europe: je suis assure qu'elle deciderait 
aussitot en ma faveur et pr^viendrait par la le jugement de la postö- 
rite desinteressee. 

Apres tout, Monseigneur, je comprends bien que le parti n'est 
pas egal de forces de Votre Majeste aux miennes, et [que je serais 



1) fjürft StleEonber Sofep^ ©utfotü^ti, !urförf)ftjc^et ^abinetäminifter. S8gl. ^ublU 
cationen IV, 183. 427. 

2) Sn ^enelottg Telemaque fäHt ^rotefilag (2ouooi§) in Ungnabe unb roirb in bie 
SBerbannung gefc^icft, noc^bem er burc^ jeine Ülönfc eine Slnjo^I :^eröDrrogenber SRänner 
geftürat ^at. 

3) SSgl. (Euvres I, 83. 

12* 



IgQ 33ricfn)cdi)d bct? Jtrouvrin.^en ('fdebrid) mit (Srumblotr. 

bientöt accabl6 par un Roi qui a portö seul le fardeau de la guerre 
coutre les plus grandes puissances de l'Europe, et qui s'en est d6mele 
avec tant de gloire et de succes; muis quel avantage Votre Majest6 
tronvera-t-elle dans la ruine d'un prince qui a un desir extreme de 
la semr, et qui, 6taut couservö, pourrait, dans la suite, apporter ä 
8on Service quelque chose de plus esseutiel que sa seule volonte? 
Certes, Votre Majest^, dans ces vues, pourrait se repentir un jour 
d'avoir accabl6 un prince qui l'admire, et qui est plus veritablement 
et avec plus de zele qu'aucun autre de Votre Majeste etc. 

A Berlin, ce 16 mai 1670. 

5lad) 2lbjd)rift üon ©lumbfotoiä ©ectetär. 

139. 

2)er Äronprinj an ©rumbfonj. 

A Ruppin, ce 23 de juillet 1738. 

Mon eher Marechal. Je viens de recevoir votre lettre et les nou- 
velles curieuses qui Taccompagnent. Vous voyez que je ne me suis 
pas tromp6 au caractere de Borcke '), le plus capable de tous nos 
ministres aux cours 6trang6res, et l'esprit le mieux ploye pour les ne- 
gociations et pour faire le mutier d'espion accredite. 

Les nouvelles de Vienne me fönt tirer un triste pronostic pour 
leB affaires d'Allemagne en cas du dec^s de l'Empereur. C'est le 
plus beau jeu que la France puisse souhaiter; que lui peut-il arriver 
de plus heureux que de voir les princes de l'Empire dösunis et 
Vienne conspirer contre Vienne pour favoriser les desseins ambitieux 
que les Richelieu et les Mazarin n'ont jamais pu mettre en exöcution! 

Je conjecture par tout ce que vous me marquez, que le Cardinal 
m6dite quelque vengeance contre l'impöratrice de Russie, et ce sera 
peut-etre ä la condition de leur servir dans leur haine, qu'ils se re- 
lächeront de leur roideur dans l'affaire de la succession 2). II s'agirait 
alors de d61ib6rer s'il serait exp6dient de s'exposer ä une guerre avec 
cette puissance et s'attirer leurs forces, Celles des Saxons et des Po- 
lonais sur les bras, ou s'il ne vaudrait pas mieux de faire une alliance 
pour sopposer ä la force majeure qui parait ä präsent vouloir tout 
engloutir; s'il ne vaudrait pas mieux rechercher le vieux Systeme et 



1) ®a§por SBil^elm üon 33orcfe, jeit '^tbtuat 1738 ©ei'anbter am foiferlic^en §ofc 
SSgL oben S. 60; ^rojjjcn a. a. D. ©. 323 2Inm. 4. SBorcfe »urbe 1741 jum ©obinetä- 
miniftct ernannt. S^ql. ^reufeifc^e ©toot^jc^riften an§ ber Slegierunggjeit griebric^ä II., 
I, S. XXIV. 

2) 2)ie 3ülic^»33ergiic^e ferbftage. 



1738, Eßärj — 23. Suli. Igl 

former une ligue contre ces rus6s Fran^ais; c'est ä des politiques ä 
discuter ces raisonnements, et il ne m'appartient que de les effleurer. 

Le chagrin que j'ai eu poiir quelques affaires du regiment, s'est 
mieux termine que je n'ai ose l'esperer. Un coquin de döserteur, lu- 
therien tres orthodoxe et devot amateur des sacraments, a eu la malice 
de contrefaire la main de beaueoup d'officiers, de voler et d'engager 
les choses volees sous leur nom, ce qui ayant eclate, m'a mis dans 
une fächeuse incertitude et dans un grand embarras. Heureusement 
notre homme a ete ratti'ape. II a d'abord avou6 sa fourbe et il en 
a ete puni, comme le coquin le meritait. 

Je pars demain pour Potsdam; j'ignore oü mou etoile vagabonde 
me conduira. Je ne serais point fache de passer par Berlin pour y 
faire ma cour ä la Reine et prendre conge de chez moi. J'espere 
bien d'avoir le plaisir de vous y voir et de vous r^iterer les assu- 
rances d'estime avec lesquelles je suis ä jamais, mon eher Mar^chal, 
votre tres lidelement affectionnö ami Federic. 

3la(i) ber eigen'^änbigen Urfc^rift. 



IL 

&tnfmtA}ftl 

mit 

fimt fauis iarcau iii: inupertuis. 



®er Äronpring an 9JJaupertu{§. 

Remusberg, 20 juin 1738. 

Monsieur de Maupertuis. J'attends avec impatience le beau livre 
que vous m'envoyez ^) , le fruit de vos recherches philosopbiques. 
La nature ne peut que se devoiler ä des personnes qui l'etudient avec 
autant de soin. Quoique le sujet traitö dans cet ouvrage demande 
des connaissances profondes des mathematiques et de l'astronomie 
speculative, j'en ferai cependant avec plaisir la lecture, en me re- 
servant le droit de vous demander Texplication des endroits que je 
n'entendrai point. Je suis, Monsieur de Maupertuis, votre trös affe- 
ctionn6 Federic. 

3la<i) bem 'äbbxud ber etgentiänbigen Urji^rift in ben GEuvres de Fred6ric le 
Grand, XVII, 335. $8etfäljc^t: Sa Seaumeüe 9it. l (Vie de Maupertuis p. 225). 

2. 

®er Äönig an äRaupertui§. 

[juin 1740.] 2) 
Mon coeur et mon inclination excit^rent en moi, dös le moment 
que je montai sur le trone, le desir de vous avoir ici, pour que vous 
donnassiez a l'Academie de Berlin la forme que vous seul pouvez lui 
donner. Venez donc, venez enter sur ce sauvageon la grefife des 
Sciences, afin qu'il fleurisse. Vous avez montre la figure de la terre 



1) Maupertuis, La Figure de la terre, determinee par les observations de 
MM.de Maupertuis, Clairaut, Camus, Le Monnier, Outhier et Celsius. Paris 1738. 

2) 3tm 27, Suni 1740 f^reibt ber ^önig on SSottaire: »J'ai pose les fondements 
de notre nouvelle Acad6mie. J'ai fait l'acquisition de Wolflf, de Maupertuis 
d'Algarotti. J'attends la reponse de Gravesande, de Vaucanson et d'Euler.« 
(Euvres XXII, 12. 



I ^ß .SBvtcfroecfiiel fföntfl (^-ttebridi^ mit SJIaupethiiä. 

au moude: montrez aussi ii im roi combien il est doux de po8s6der 
uu homme tel que vous, etc. 

ü)ta(^ bem ^Ibbnicf ber eigcitl)änbigen Urf^rift in ben (Euvres de Fr6d6ric le 
Grand, XVII, 335. ^Jcifäljc^t: 2a ^Jeaumcüe Üh. 2. 



3. 

S)er Äbnig an SUtaupertuiS. 

A Königsberg, le 14 de juillet 1740. 

Monsieur de Maupertuis. Vous ne sauriez me prevenir, ma voix 
vous a appele des le moment que je suis arriv6 ä la r^gence, et 
avant meme que vous m'eussiez ^erit. Je travaille ä inoculer les 
arts sur une tige etrangere et sauvage, votre seeours m'est necessaire, 
c'est ä vous de savoir si l'emploi d'etendre et d'enraciner les sciences 
dans ces climats ne vous sera pas tout aussi glorieux que eelui 
dappreudre au geure humain de quelle forme etait le continent qu'il 
cultive. Je me flatte que la profession d'apötre de la veritö ne vous 
sera pas dösagreable, et que vous vous deciderez en faveur de Berlin ; 
attendant vos Instructions et le plaisir de jouir de vos lumiöres, je 
vous assure que je suis avec bien de l'estime votre tres aifectionn6 

Federic. 
•i)iQc^ ber eigen^änbigen Urjd)i-ift. 58erföljc^t: üa 33eaumeüe 9ir. 3. 

4. 
2)er Völlig an üJiam)ertui§^). 

A Breslau, ce 3 de janvier 1741. 

Mon eher Maupertuis. Je suis bien fache de n'avoir pu vous 
r6pondre plus tot ä votre lettre, mais j'ai ici une autre espece d'al- 
gebre ä calculer, et souvent des fluxions qui me donnent bien du fil 
ä retordre. Notre geometrie va, gräcc a vos bonnes influences, par- 
faitement bien; d6s que j'aurai achevö de regier la figure de la Si- 
l^sie, je reviendrai ä Berlin, et nous songerons k l'Academie. Adieu, 



1) 3n ber ?(ulgabe öon 2a 93eaumeEe ge^en üorau^ aU 9lr. 4, 5 unb 6 ein an» 
geblic^er 93rief Maupertuis' üom 7. unb eine ongebticf)e Slntwort beä St'önigl üom 8. ^O' 
öentber, unb ein angeblicher Srief SJiaupertuiS' Dom 24. 3)ecember 1740. — 50laupcrtut3 
:^atte ben Äönig im September öon SBejel nacf) Berlin begleitet; über bie 2lnfunft in 
Sßejel jc^reibt Ji^ebric^ am 2. September 1740 an ßl)arteg ©tienne ^orbon: »Maupertuis 
est arriv6, joli gar^on, aimable en compagnie, cependant de cent piquee inferieur 
ä Algarotti.« fEuvres XVII, 67. SBgl. ou(^ XXII, 58. 



1740, Sunt — 1741, 18. m&t^. l87 

eher Maupertuis, un peu de patienee, et vous serez content^ sur tout 
ce que vous souhaitez. Ne m'oubliez pas et soyez persuad^ de la 
parfaite estime avee laquelle je suis votre bien bon ami Federic. 

yiaä) ber eigenpnbiflen Urjc^rift. SSerf älf c^t : So Seaumeße 9ir. 7, mit bem 
S)otum >5 Jan vier 1741«. 

5. 

3Kaupertui§ an bcn Äönig. 

De Berlin, 13 janvier 1741. 

Sire. II y a dejä longtemps que je tiens pret, suivant les ordres 
de Votre Majeste, le plan de rAcademie qu'elle veut etablir a Berlin, 
et un coup d'oeil de Voti'e Majeste sur ce plan et sur la liste des 
Sujets qui pourront le remplir, me mettrait en etat de leur donner 
des assurances positives et d'aehever Tetablissement de l'Academie. 

Si Votre Majeste remet au temps qu'elle sera en Silesie, ä regier 
cet etablissement, je suis pret ä la suivre,; j'irai dans ses camps re- 
cevoir ses ordres et me mettre a lieu de les executer. 

Mais, Sire, je sens combien le temps oü je parle d'Academie, 
est peu convenable, et combien de plus grands projets vous oecupent. 
Si l'absenee de Votre Majeste suspend pour quelques mois ces arran- 
gements, je la supplierai de me permettre de prendre ce temps pour 
faire un voyage en France, si j'y suis oblige'), ou, si je puis 
m'en dispenser, pour satisfaire cette passion que j'ai de voir l'Islande 
et d'y faire quelques observations assez importantes. Je serais de 
retour cette automne et viendrais me remettre aux pieds de Votre 
Majeste. 

Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majeste le 
tres humble et tres obeissant serviteur Maupertuis. 

3lai) ber eigenliänbigen Urjc^rift. 

6. 
S)er Äöitig an SJiaupertuiS. 

A Schweidnitz2), ce 17 ou 18 de mars 1741. 
Venez ici, l'on vous attend avec impatience. Federic. 

'üaä) ber eigen{)änbigen Urjc^rift. 



1) ^n ber SSorloge unterstrichen. 

2) ®er ^önig »eilte in ©(^ttjeibni|; Dom 9.— 21. yjtätfj. <Bi)on hJö^renb jeineS 
ersten ^lufent^otteg in ©c^tteibni^ ^atte er am 24. gebruar 1741 an ^orban gejc^tieben 



183 53itcftüed)jcl Stönig ffriebncf)^ mit SOtoiHjertuig. 

7. 
S)er Äönig an SOioupertuiS*). 

[Camenz, mai 1745.] 

Mon eher Maupertuis. La renommee qui ue se tait jamais, est 
venue de Paris ici ä Camenz 2) pour m'apprendre de quelle faQon vous 
vous y etes pris pour obtenir la permission de votre souverain de 
tiansporter votre domicile a Berlin. Je vous assure que votre pro- 
C(^d6 m'a touche infiniment, que je vous en aime et estime davantage; 
ou je mourrai ou je vous en tömoignerai ma reconnaissance. Adieu. 

Federic. 
^iac^ ber eigen'^änbigen Urjdjrift. SBerfäljc^t: Sa SBeaumeHe 9tr. 11. 



^er Äbnig an 9Kaupertut§. 

Au camp de Rusec, ce 10 de juillet 17453). 

Mon eher Maupertuis. J'ai re^u votre lettre, qui m'annonce 
votre döpart prochain de Paris. Vous pouvez juger que cette nou- 
velle m'a fait grand plaisir, et que c'etait une consolation dont j'avais 
bien besoin apres la perte que je viens de faire de mon pauvre ami 
Jourdan^); il a rendu le dernier soupir le 25 de mai 5), aprös avoir 
beaucoup souffert; c'est pour mon particulier un grand sujet d'affli- 
etion, ä laquelle je suis persuad6 que vous prenez pari Le sacrifice 
que vous me faites, est grand, et je ne sais pas si un souverain est 
en 6tat de le röcompenser. Vous connaissez mes sentiments pour 



>Ami Jordan, tu me feras plaisir de me venir joindre avec Maupertuis; prend 
le chemin de Breslau, et reste lä jusqu'ä nouvel ordre.« (Euvres XVII, 89. 3lm 
10. Stpril 1741 geriet^ 9Jiaupertuig aU ^tugengeuge ber ©c^Iad^t üon 9ÄoniDig in ö[ter= 
reicf)ijd)e ©efangenjd^aft, traf am 12. Wai (ögt. Serlinifc^e 9fod)ric^ten 9^r. 59) au§ Sößien 
mieber in 58erlin ein unb reifte am 31. 3Rai naä) ^^ranfreic^ ob, ebenb. ?Jr. 65. 

1) ©in angeblicher 33rief beä Sönigg ou^ bem ^ai)tt 1744, Sir. 8 ber 3Iu§gobe bon 
2a SBeaumeüe, liegt uns nii^t üor. 

2) Sag |)auptquartier bes Äönig^ Befonb fic^ ju Samens in ©(^lefien öom 30. Slpril 
big 26. ajtai 1745. 

3) S8gl. baä ©(^reiben be§ Äönigg öon bemfelben Sage on ben ©eneraUieutenant 
@raf 9flot^en6urg, $oIit. ßorref^jonbenä IV, 211: >Je ferai expedier incessamment les 
passe-portB pour Maupertuis et je vous envoie une lettre pour lui, que vous serez 
fort embarrassö de lui faire parvenir. Je le crois sur mer actuellement.« 

4) Sic. e^arleg ©tienne 3orbon. S8gl. 6. 186. 187. (Euvres VII, 3—9; XVII 
p. X; 49—265. ^.ßolitifc^e (Sorrefponbenj IV, 263. 

5) 24. Wal 



1745, 2Jiai — 4. ©eptember. |89 

vous, mais que peuvent-ils pour remplacer votre patrie, vos amis et 
vos parents? Je continue ä guerroyer, depuis que vous m'avez vu 
partir de Berlin >), je voudrais bien que cet esprit de vertige qui 
regne ä present dans l'Europe entiere, fit une fois place au bon 
sens, et que ces intelligences ambitieuses et atrabilaires qui president 
ä la politique, fussent une fois assouvies du sang humain qu'elles 
fönt verser. Alors, mon eher Maupertuis, alors nous pourrions philo- 
sopher k notre aise et employer ä la speculation des moments que je 
n'emploie malheureusement ä present qu'ä la destruction de Tespeee 
humaine. Je me contente de dire a present avec Horace: 

Cher vaisseau qui porte Virgile 
Sur le rivage athenien, 
Coura aborder un port tranquille 
Oü pour lui je ne craigne rien. 
Ainsi sur cette humide plaine 
Te conduise la main des Dieux 
Et des Zephyrs la douce haieine, 
Loin de toi les vents furieux! 

Federic. 
3lad) ber eigenpnbigen ltiid)nft. 33erfälf^t: So SöeoumeHe SRr. 12. 



3)er ^önig an 3Kaupertui§, 

Au camp de Semonitz, ce 4 de septembre 1745. 

Mon cher Maupertuis. J'avais prevu en quelque fagon la perte 
de Jourdan, cependaut sa mort m'a ete un coup accablant; je ne 
prevoyais point du tout la perte de Keyserlingk 2) ; j'ai vecu onze 
ans avec le premier et dix et sept avec le dernier: jugez de mon 
etourdissement et du desespoir dans lequel j'ai ete. Certainement il 
ne me reste plus guere ä perdre; car si en coupant les racines d'un 
arbre on en facilite la chute, en me privant des amis qui m'atta- 
chaient au monde, on me rend ma Situation beaucoup plus indifferente 
qu'elle n'^tait, et par consequent le depart du monde plus facile. 
J'avoue que la philosophie dont je fais profession, ne m'a pas beau- 
coup 6te utile dans ces moments — je ne parle pas de la philosophie 
sublime que vous cultivez, mais de cette pratique d'une morale epuree 
par la saine raison — ; je suis encore au desespoir, quand je touche 



1) 13. Secember 1740. 

2) 2)ietn(^ ü. Äe^ferlingf, Dberft unb ©eneralabjutant, geftorben ju Serün am 
43. ^uguft 1745. 3Sgt. ^olit, ©orrefponbenä IV, 263. (Euvres XVIII, 141. 



190 S?riefnicrf)fcl Äöttin grteiiric^f' mit ajiaupertuiS. 

mes plaies; je lis continuellement les Tusculanes de Cicöron, mais je 
vois avec rei::ret la diffcrence qu'il y a de raisonner daus le silence 
des passious, et la foice qu'il faut ])our vaincre une faiblesse que la 
vertu meme semble autoriser. Ne trouvez pas mauvais que je ne 
vous parle que de moi-meme dans une lettre oü je devrais vous t6- 
moiguer ma satisfaction sur votre arrivöe i), mais vous etes trop phi- 
losophe pour y trouver a redire; apres tout, quel est Thomme du 
monde, quand vous lui arrachez le coeur et les entrailles, qui ne con- 
serve pas la triste liberte de se plaindre du mal qui lui arrive? Je 
suis votre parfait ami Federic. 

92ad| bei- eigcu^änbigeu Uiii^rifl. 58ctfäljc^t: l'a SSeaumcüe 'ür. 13. 

10. 

®er Äönig an 9J?aupertui§. 

LCamp de Semonitz] ce 10 [septembre 1745]. 

Mon eher Maupertuis. Je vous fölicite sur votre mariage^), je 
prends part ä tout ce qui vous peut faire plaisir, ä eondition que 
vous soyez compatissant ä ce qui me fait une douleur mortelle. Nous 
donuous des batailles et prenous des villes, mais nous ne ressuscitons 
ni les Jourdan ni les Keyserlingk, et sans eux la vie m'est une vallöe 
de douleur. J'ai pense ä vos finances, autant que me l'a permis la 
raultitude d'afifaires qui m'accablent, et le cbagrin qui ronge mon 
coeur. Adieu, je vous souhaite beaucoup de douceur dans la nouvelle 
societ6 oü vous allez entrer, et que votre coeur ne seit Jamals navrö 
d'une douleur pareille ä la mienne. Federic. 

3^ac^ ber eigen^nbigen Urfc^rift. «erfälfd)t: Sa 33eaumeIIe 9Jr. 18, mit bem er* 
funbenen 2)atum >ce 11 octobre 1745«. 

11. 

2)er Äönig an $D?aupertui§. 

[Camp de btaudenz] ce 26 de septembre 1745. 

Mon cber Maupertuis. Vous qui etes amoureux et qui savez par 
cons6quent ce que cest que les passions les plus vives, pouvez-vous 



1) SRoupertuil tt)ar im 9(ugu[t in Berlin eingetroffen. 

2; Ter ^rinj öon ^reufecn fc^reibt an 5[Roupertuiö, Säger »on ©taubcnj, 26. Sep- 
tember 174.1: »J'ai vu par votre lettre que le Roi a donne son conBentement ä votre 
mariage. Je vous en felicite de tout mon coeur, 6tant bien perBuad6 que von» 



1745, 4.-26. ©eptember. |91 

pr^tendre que je bannisse la sensibilite de mon eoeiir? Croyez-moi, 
on peut aussi peu vaincre une passion que l'autre. La nature ne 
nous a donne que des argumeuts pour armes, et elles sont aussi 
pueriles, quand il faut combattre contre les sens ou contre le coeur, 
que l'etait la fable des trompettes de Jericho') dans uu autre 
cas. Pensez que Ciceron, malgre tous les secours de la philosopbie, 
fut plus d'une annee a vaincre la douleur qu'il avait de la mort de 
sa chere Terentia^); pour moi qui n'ai pas l'honneur d'etre Ciceron 
ni rien dapprochant, j'ai perdu deux parents, deux amis, lies de 
coeur et de sentiments; soyez persuade qu'il n'y a nul plaisir ä s'af- 
fliger et que je passerais volontiers une eponge sur le temps passö, 
si j'avais cette force d'esprit que malheureusement je n'ai pas; je n'ai 
pas recours ä des paroles et ä des lieux conimuns que j'ai use ä 
force de me les repeter, mais au temps. J'ai lu quelquepart qu'un 
philosophe stoicien^) a dit avec sang froid en apprenant la mort de 
son fils unique : , Je savais bien qu'il n'etait pas iramortel' : cela prouve 
que ce Grec avait l'esprit feroce et le corps lethargique. Le plus 
sfir est, mon eher Maupertuis, que vous conserviez votre amour jus- 
qu'ä ce qu'il vous abandonne, et moi ma douleur jusqu'ä ce que le 
temps permet ä la plaie de se fermer et de former un calus. Je 
vous souhaite beaucoup de bonheur avec votre Christine realisee^), et 
que vous soyez aussi heureux de trouver ce que vous cherchez dans 
votre amour de Berlin, que vous Tavez ete dans vos decouvertes phy- 
siques de la Laponie. Adieu. Federic. 

3lac^ ber eigen:^änbigen llrjd)rift. S3evfäl)d)t : Sa ^eaumelle 3lx. 15. 



ne vous repentirez pas de votre choix et que vous jouirez de tout le bonheur et 
contentement desirable.« '®ef). @taat^arcf)t».) 9Iod) biejem Briefe erweijen ficf) bie 
8tüde 3lx. 9 unb lo ber Stu^gabe öon Sa Seaiimeüe al§ gätjd^ungen: 2)er Jäljc^er läfet 
ben Sönig im ^ai)vt 1744 aB f^reitrerber um bie <panb üon ^at^orine gfeonora D. Sorde 
^cc^ter beg oben (5. 60. 180 genannten K. 95?. o. 33orde) für 9Kaupertui§ auftreten. 

11 SBgl. ^^olit. ecrrefponbenj IV, 281 (16. ©ept. 1745): >Le vieux routier (Seopolb 
Don 3tn]^aIt='Seffau est ... . fort mal satisfait de ne pouvoir pas faire resonner 
dans les champs saxons sa vieille trompette de Sodome.« 

2) %uma. 

3) 5SieImei)r Xenop^on, nad) bem Xobe bei OrtjIIoä in ber S^Iac^t üon ÜKantinea. 
SSgl. 2>iogene§ Saertiug II, 53. 

4) ©ine ginlänberin, ber SJianpertui« eine pDtti\d)t öulbigung (fie^e Vie de Mau- 
pertuis p. 48) borgebracf)t ^attt. 



1 92 '•■BiicfnicdiScl Möiiin (^-rifbiiclv^ mit Wniipcrtut'5. 

12. 

^cr Äönig an 5!)?aupcrtut§. 

A Soor, cc fi d'octobre 1745. 

.Fe vous suis obligö, mon eher Maupertuis, de votre bonne morale; 

ce ne sont point Ics pröceptcs qui m'embaiTassent, mais la pratique. 

Keyserlingk et nioi, uous navions qu'uiie ilme, il mc semblait que 

noua devions mourir eusemble; tout d'un coup j'apprends qu'il n'est 

plus. Entin, quittous une maticre sur laquclle il m'est impossible de 

ue poiut matteudrir, et parlons des hymnes qu'Uranie et Newton 

vont entonuer du haut de TErapyree pour c616brer votre hymen. 

Quoique vous vouliez bannir la sensibilitc de mon coBur et l'amour 

du vötre, je reuiarquc ä votre eloquence que vous etes amoureux et 

mcme fort, car vous ctes trop ingcnieux ä trouver des raisons ä votre 

passion; ä eela ne tienne, vous n'en vaudrez pas moins. Mon amour 

propre y trouve son compte, et les faiblesses humaines quo Ton voit 

dans les grands hommes, sunt comme un tribut que la nature les 

oblige de payer ä la vanite de leurs inf^rieurs. Adieu, mon eher 

Maupertuis, peut-etre vous reverrai-je au [commencement du mois pro- 

chain, du moins y a-t-il grande ai)parence. Je suis votre fid61e ami 

Federic. 

92ac^ ber eigenl^äubigcn Utjcl)nft. iBerf älfd)t : !da Scoiimeüc 9lr. 22, mit ®otum 
»2Ö octobre 1745<. 

13. 
®er Äönig on SJ^aupcrtuiS'). 

Au camp de Trautenau, ce 10 d'octobre 1745. 

Mon eher Maupertuis. Je lisais les Tusculanes, lorsqu'on vint 
me dire que le prince Charles de Lorraine avait deux mots ä me 
dire; je fus bien oblige d'y aller et ce n'est pas ma faute que nous 
nous soyons battus).^ Soyez persuad^ que j'aime trop le sang humain 
pour que je veuille le faire repandre sans une grande nöcessitö, et 
que l'amour de la reputation ne me fera jamais commettre des crimes. 

Je suis plus philosophe que vous ne le pensez, et vous me verrez 
cultiver des vertus civiles avec autant d'empressement et de goüt 
que je me suis appliquö pendant la guerre aux parties de cet art 
auxquelles mon devoir m'obligeait de mc livrer. J'csp6re d'etre ä 

1; 3" i>er Slu^gabe Don £a 33eaumene ge^t borait al§ 9Jr. 16 ein angeblicher, offenbor 
auf örunb be^ obigen Schreibens gefäljc^ter 93rief SJioupertuiä' üom 5. Dctober 1745. 
2) ©t^Iac^t bei ©oor, 30. September 1745. 



1745, 6.— 16. Dftobcr. 193 

Berlin le 3 de novembre et de voir les myrtes de Cypre ombrager 
la tete d'un philosophe que l'Europe admire; mon amour propre ap- 
plaudit aux faiblesses des grands hommes, et je vous avoue, je ne 
hais point la mdtamorphose d'Uranie en C^ladon: peu de personnes 
entendent le langage de l'algöbre, mais tout Ic monde sent celui 
de coeur. Adieu, mon eher Maupertuis, je me fais im vrai plaisir 
de vous assurer de vive voix de l'estime que j'ai pour vous. 

Federic. 

SRod^ bec eigenf)änbigen Urfi^rift. 58erfäljcf)t: i.^a 33eaumene 9k. 17. 

14. 

^er Äönig an 3Jioupertui§. 

[Camp de Trautenau,] ce 13 odobre 1745. 

Faites-moi avoir, mon eher Maupertuis, une collection complete 
de toutes les editions qui se sont faites des ouvrages de Voltaire i), 
tant ä Paris, Londres, Hollande que Genöve; Thieriot^) pourra vous 
servir dans ce dessein. Je vois bien que je vous demande une 
bibliotheque entiöre, mais je veux l'avoir; vous voudrez bien encore 
faire relier tout en maroquin, tranche doree, et m'envoyer en meme 
temps le compte du deboursö. Je suis votre fidele ami 

Federic. 

Faites que d'Argens vous montre ma lettre sur son dernier ou- 
vrage; eile ne s'imprimera pas dans le Mercure, je pense?^) 

9Ja(^ ber eigenl^ötibtcicit Urj^rtft. 3)ol ®atunt üon 5!Kou^ertuig' |)anb. SSerfälfc^t: 
i'a SBcoumeKe 3lx. 27, mit bem Saturn »13 novembre 1715«. 

15. 

®cr Äöittg an 3J?oupertui§. 

Au camp de Schatzlar, ce 18 d'octobre 1745. 

Vous vous moquez tres philosophiquement de moi*), mon eher 
Maupertuis; simplifions les choses, un homme se bat avec ses enne- 
mis, le lendemain il ecrit une lettre ä son ami oü il le felicite sur 
son mariage: voilä de quoi crier au miraele. Vous autres philosophes 



1) aSgl. SBoItoireg SSrief an ben St'önig Dorn 22. (September 1746, (Euvres XXII, 158. 

2) Sitterartfcf)er Stgent tt§ ^ömg§ in ^ort§. 

3) 6tne angeblt^e 5lntitiort öom 19. 3lotiemha ftc'^e 9ir. 28 bd 2a SBeaumelle. 

4) 5ßgl. 9ir. 19 in ber 5luggabe öon Sa 93eaumelle. m§ 3lx. 21 folgt ein ongeb* 
li(f)er aSrief Wanptttüiä' tiom 23. Dctober 1745; au^ Sßr. 23 berjelben Slu^gabe liegt 
lianbfd^riftlii^ nic^t öor. 

Äofer. Sriefwet^fel gtiebrid)« be8 ©togen. 13 



I g^ Sricftücc^jcl Äöniß Sricbiic^^ mit 2)ioupertuil. 

pensez que, quand non8 autres guerriers nous sommes battus, que 
U0U8 perdous la facultö de lire et d'6crire; dötrompez-vous, je vous 
prie, de cette erreur et soyez persuadö que les choses restent dans 
le meme t^tat et qu'il n'y a de difförence de la veille et du lendemaiu 
d'une action que pour les tu6s et les bless6s. 

II n'eu est pas de meme des philosophes ; quand ils sont amou- 
reux, ils out de la peine t\ coufesser leur tiamme, ils travestisscnt 
leurs passions, ils leur donnent des couleurs: en un mot, on dirait 
que leur divinit^ rougit des faiblesses humaines. Soyez, je vous prie, 
un peu faible avec nous, vous en serez plus aimable et mademoiselle 
de Borcke plus glorieuse, j'ose croire meme qu'elle en pälira tout 
exprös, pour mettre le comble k sa vietoire. 

Je suis trös flatte de la fa^on dont vous vous exprimez sur mon 
sujet, et vous ne trouverez pas Strange que j'abuse de vos offres; en 
tout cas, je conserve votre lettre, et je puis produire Poriginal toutes 
fois et quand vous vous plaindrez de mon indiscrötion. Bayle dit 
(^u'il faut etre sur ses gardes avec les personnes qui conservent et 
les lettres et les billets qu'on leur 6crit, qu'ils sont dangereux. 

Je ne comprends pas d'ofi vient que vous n'avez pas encore 
touehe votre pension; je puis vous assurer que tous les ordres ont 
6t6 donnös en consequence, d^s que j'ai appris que vous etiez d6- 
barque ä Hambourg. J'aurai grand soin ä mon arriv6e ä, Berlin de 
redresser toutes les nögligences qui se sont faites, et vous' aurez lieu 
d'etre content de mon exactitude. Adieu, mon eher Maupertuis; j'es- 
p^re de vous revoir bientöt. Soyez en attendant persuadö de mon 
estime et de mon amitie. Federic. 

Sia^ bct eigen-laubigen Urjc^rift. SSerfäIjd)t: 2a SSeaumeöe 3h. 20. 

16. 

2)er Völlig on 9J2oupertui§, 

A Rohnstock, ce 22 d'octobre 1745. 

Une petite aventure arriv6e ä mes öquipages m'avait priv6 de 
livres comme de bien d'autres petits besoins de la vie ^) ; dans |cette 
disette extreme, d'Argens m'envoie son livre^), il fallait le faire durer, 



1) aSgl. ^olttijc^e (£ottejponbcnj IV, 292. 301. 

2) 3lad) bet angeblichen Stntoort SRaupertuiä' öom 31. Dctober 174.5 (Sa 93eaunteIIe 
Sit. 25): >La Critique du Siede«. Sin Urt^^eit über bie »Nouvoaux ra^moires pour 
servir ä ITiiatoire de Tesprit et du coeur« (174.5) giebt ber König ^infi^tlic^ cincä 
einjclnen fünftes in tem SSrief an b'Slrgcns öom 31.2tugu[t 1745 ab; (Euvrea XIX, 



1745, 18.— 27. OctoBer. J95 

je m'avisais de faire quelques remarques en le lisant. Je voiis en- 
voie le livre et les fautes que j'ai not^es, je vous connais assez pour 
etre persuade que vous ne voudrez point que ce que j'ai fait pour 
m'amuser, püt faire de la peine ä d'Argens, et que vous ne rendrez 
pas mes remarques publiques; vous pouvez meme brüler tout, aprös 
l'avoir lu. 

Si le röglement de l'Academie etait l'affaire la plus difficile ä 
regier, je vous reponds. mon eher Maupertuis, qu'ä moius de huit 
jours tout serait reforme; mais j'ai taut d'embarras et des choses si 
difficiles ä manier que je n'ai pas pense ä l'Academie, ce soin sera 
l'ouvrage de mon loisir. Vous en etes le directeur, et du moment de 
mon retour ä Berlin — qui sera dans douze jours — vous voudrez 
bien vous en charger. Adieu, mon eher Maupertuis, n'oubliez pas 
vos amis et soyez persuadö que je suis avec estime votre trös affe- 
ctionn6 Federie. 

^ad) ber etgenf)anbtgen Urjdinft. SSerfäl^cl^t: '2a iBeoutneKc ^x. 24, mit ®atum 
>27 octobre 1745<, 



17. 

©er ^önig an 3Jiaupertut§. 

A Rohnstock, ce 27 d'octobre 174 [5]. 

Je ne sais point si c'est une illusion des sens ou si c'est une 
realite, mais je puis vous assurer que je trouve beaucoup d'agrement 
dans votre commerce et que vos lettres me fönt un plaisir infini: la 
tolerance de votre morale convient ä l'humanite, et 11 me semble que 
le stoicisme tout pur, quand on ne le tempere point par l'^picurianisme, 
est comme ces matiöres qui sont venimeuses d'elles-memes, mais qui 
se changent en mödicaments salutaires ä l'homme, lorsqu'elles sont 
preparees et adoucies par un mölange heureux d'autres simples qui, 
en les corrigeant, augmentent leur vertu. 

Malheureusement pour ces esp^ces d'animaux qui se disent rai- 
sonnables, il semble que l'en-eur soit leur partage; peut-etre n'y 
a-t-il que la proposition 48^^™® d'Euclide ä laquelle on puisse trouver 
le degre d'6vidence qui convient ä la v6rit6; peut-etre y a-t-il en- 
core outre cela trois ou quatre v6rit6s physiques et m^taphysiques 
bien demontr6es. Au reste, il me semble de voir des aveugles qui 



12. griebric^ !)at über bte fc^rtftfteHertf(^e ^f)5tigfcit be§ WlaxquiS b'3Irgenä, aucft ot§ 
btefer i^m perföntic^ nä^^er getreten irar, insgemein uttgün[ttg geurt^eilt. SSgl CEuvrea 
XXII,12ß; XXIII, 93. 

13* 



jQß i8rtcfnjccf)icl J^öntg (^ricbvicf)'? mit 9?Jaiipcrtui^. 

errent dans robscurit6, quelques-uns s'eutreheurtent, d'autres, en 
Youlaut s'^A'iter, se frappeut et se fönt cboir. persouue ne devient 
plus sage, et tous ricut du malheur de leurs concitoyens. Si nos 
passious sout des esp^ces de magiciens qui par leurs prestiges nous 
fönt trouver le bonheur, il faut avouer d'un autre c6t6 qu'ils uous 
fönt achetev ces cliarmes bien eher, uotre vie se passe moitie en 
d^sirs, moitie en regrets, la jouissance n'est qu'un 6clair et les dögoüts 
sont des si^cles. 

Mais je suis bien fol, moi-menie, de faire un long sermon de 
morale ä uu liomme ä qui je devrais adresser un 6pithalame; jouissez 
de tous les plaisirs des sens, apres avoir si bien joui de eeux de 
lesprit, et que les liens qui vont vous unir ä l'autel de lamour, soient 
resserrös sous les auspices des destins prosperes de Venus et de 
Priape; ce sont les voeux que fera pour vous le 28'*=™'^ de ce mois votre 
trös atfectionnö ami Federic. 

'')la6) ber eigcnl^änbtgen Urfd^rift. SSerfälfc^t : Sa SeaumcHe 9Jr. 26, mit 2)otum 
>ii'J octobre 1745c. 



18. 

^er Äöntg an SD'JaupcrtuiS'). 

[Quartier genöral d'Östritz] ce 27 [novembre 1745]. 

Mon eher Maupertuis. Je ressens dans ce moment cette espßce 
de plaisir dont vous m'avez parle que peut avoir un prince, quand 
le soir, en se couchant, il peut se dire qu'il n'a rien ä se reprocher: 
j'ai 6te assez heureux de sauver ma patrie du plus cruel des malheurs, 
Sans repandre le sang humain, et en d^rangeant les desseins les plus 
dangereux que la malice de mes ennemis pouvait enfanter. Dien 
merci! vous pouvez vivre tranquille ä Berlin et jouir parmi les troubles 
de la gueiTe du plus profond repos de la paix. Le bien que j'ai pu 
procurer ä ma patrie, m'est plus sensible que ma reputation. Je ne 
vous parle point de faits de guerre, raais raa joie est bien grande 
d'avoir pröserv^ ma cb6re famille et mon peuple — que j'aime tendre- 
ment — de tout malheur. Veuille la Providence — si eile se mele 
des choses humaines — nous procurer une paix stable aprös toutes 
les alarmes et les terribles embarras oü je me suis trouv6, alors, 
mon eher Maupertuis, nous philosopherons k notre aise et nous pourrons 



1' SgL bie angebliche "änitoott öom 30. ^lotitmhtt 1746, üa Seaumettc 9Zr. 30. 



1745, 27. Dctober — 4. Tecember. |97 

sous l'ombre de l'olive cultiver les lettres et travailler k rendre nos 
ämes plus aecomplies. 

Je vous 6eris toujours aprös l'övenement '), puisqu il est impos- 
sible d'avoir cette tranquillite d'esprit, avant la decision des choses, 
qu'on peut avoir, lorsque Ton a vu ee que l'ün se peut promettre du 
sort. Je suis votre fid^le ami Federic. 

Mes compliments ä Duhan'^) et de tout mon coeur ä la bonne 
Camas^) et ä mes autres amis. 

9to^ ber eigen^änbigen Urj^rift. SSerfälfc^t: 2a 93eoumeüe 9Zr. 29. 

19. 
SDer Äöntg an äJ^oupertuiS. 

A Guben, ce 4 de decembre 1745. 

Vous pouvez compter que je suis toujours le rueme, surtout 
charme de faire le bien et abhorrant tout ee qui s'appelle le mal. 
Je travaille de toutes mes forces ä insinuer ä un ennemi vaincu que 
le meilleur parti qu'il puisse prendre, est de faire une paix ^quitable, 
oü je ne demande rien; je ne sais point jusqu'oü je pourrai y reussir. 
J'adore la Providence, sans savoir jusqu'oü s'etendent ses bornes et 
ä quel point eile empiete sur la liberte des hommes. La physique 
nous est une decouverte süre, mais dans la metaphysique il y a 
beaucoup de labyrinthes, et oü je crois en physicien avec un Mau- 
pertuis, j'ose douter dans la metaphysique avec un Locke*). Quelques 
soient les ^venements, j'en remets volontiers la gloire ä l'etre su- 
preme, qui d'une ou d'autre faQon y a toujours une part plus ou 
moins palpable. 

Depuis que je suis parti de Berlin s), j'ai vu des evenements qui 
m'ont force ä agir contre coeur; quelques jours decideront de mon 
sort, apres lesquels d'une ou d'autre maniere je reviendrai ä Berlin, 
pour jouir de la douceur de votre societe, apres les agitations d'une 
tempete politique plus forte que je n'en ai encore essuye une. Je 
suis avec bien d'estime, mon eher Maupertuis, votre trös fid^le ami 

Federic. 
S'Zodi ber eigenl^önbigen Urfc^rift. SSerföIi^t: Sa SSeaumeHe 3lx. 32. 



1) 5ttn 23. 9?ot)ember traren bie ©ac^jen bei §enner§borf gejc^lagen roorben. 

2) S8gl. oben ©. 47. 50. 88. 

3) ©op^ie eoroline ü. (Samal, geb. t). 93vonbt, SSütJue beg oben ©. 141 genannten 
eamag. SSgl. (Euvres XVIII, 135 ff. 

4) SSgt. ^ublicationen IV, 193. 5) 14. ^lobemUx. 



J9jj '-öricfiucdjjcl Sl'öiiia Rvicbric^g mit SDiaupcrtuis^. 

20. 

®cr itönig au i)Jhiupcvtui^5. 

A Küuigsbrück, dans le royaume de Japou, ä tiois luillos 
de Peking, ce 12 de döcembre 1745. 

Moii eher Maupertuis. Voti*e philosopbie sera scaudalisöe de la 
date de ma lettre, mais le fait est si vrai qua ranuee du prince 
d'Aubalt doit etre ä präsent ä P<^kiDg') au milieu de toute la por- 
celaiue saxouue. Vous savez assez le peu de cas que je fais de ces 
sortes d'6v6nements, pour que vous sacliiez bleu positivement qu'ils 
ue cbaugent rieu a ma fagou de peuser; la diöerence qu'il y a de 
moi ä mes euuemis, est que nous demandons la paix, et que les 
vaincus veulent faire des conquetes. 

Quaiit ä la pbilosopbie, je suis autant scepticien que Cie6ron, et 
par consequeut plus portö pour le doute que pour raffirmative ; nous 
ue vivons pas assez dans le monde pour eonnaitre, mais bien pour 
apercevoir, ainsi le parti sensö est celui de la modestie dans tous les 
etats; tout autre est resolu ä jouer de röle d'un charlatan, oü plein 
d'une vauite insupportable il s'attribue rinfaillibilitd des papes. 

Tbieriot pense fort bien sur les 6ditions de Voltaire 2), je ne lui 
demande que ^es principales et Celles dont les variantes contiennent 
d'autres vors, des piöces qui ne se trouvent pas dans les autres 6di- 
tions, ou des changements considörables. 

J'attends ici que nous ayons chass6 les Saxons de Saxe, aiin 
que le roi de Pologne revienne ä Dresde^), que l'expödition präsente 
se termine promptement, pour que la paix s'ensuive d'autant plus 
vite, et que je voie mes affaires consolidöes de fagon que je puisse 
retourner ä ma patrie, sans m'attendre tous les quinze jours k l'in- 
vasion du premier venu. 

Apres cela, mon eher Maupertuis, nous philosopherons ä notre aise 
dans le petit temple de Bacchus, et je pourrai vous assurer avec 
toute la libert6 d'esprit combien je vous estime et jusqu'ä quel point 
je suis votre ami Federic. 

Mes compliments ä tous mes amis et amies. 
"^ai) ber eigen^änbigen Urjc^rift. SSerfälfc^t: So SeaumeHc 9?r. 34. 



1) 2ReiBen. 

2) Sgl. 3lt. 14. 

3) ftönig Suguft III. mar nac^ ^4^tog geflüchtet. 



1745, 12.— 20. S)ecember. I99 

21. 

ffflaupittni^ an ben Äönig^). 

De Berlin, 2U decembre 1745'^). 

Sire. Pour cette fois je me suis bien trompe; je vous ai eru 
80US la tente, pendant que Votre Majeste 6tait dans une belle et 
bonne ville^). Nous n'avious pas eneore entonne le Te Deum pour 
la derniöre vietoire, que les cornets de vos postillons nous ont fait 
sortir du dorne pour nous apprendre que vous 6tiez maitre de Dresde 
et d'une partie de la famille loyale. Si vous n'etes pas rassasiö de 
gloire, il est bleu inutile de courir aprös. Vous venez de faire dans 
six semaines de quoi combler la vie du plus heureux et du plus vieux 
heros: vous ne sauriez plus vous rendre plus grand que par la paix. 

Avant que de la signer, si Votre Majeste trouve k Dresde ou ä 
Leipzig quelqu'un de ces beaux verres ardents que Tschirnhausen 
faisait, ou quelques autres pareilles euriositös, ce seraient des trophöes 
d'un genre nouveau et qui conviendraient fort au prösident de votre 
Academie. II est avec le plus profond respeet, Sire, de Votre Majeste 
le tres humble et tres obeissant serviteur Maupertuis. 

"üixi) ber eigentiätibtgen Urjd^rift. aSerföIfd^t: So SBeountelfe "üx. 35. 

22. 

%tx ^önig 011 9Jiaupertut§. 

A Dresde, ce 20 de decembre 1745. 

Si ce n'ötait l'amour de la paix qui me retint ici, il y aurait 
longtemps que j'aurais vole ä Berlin, mais je me flatte, mon eher 
Maupertuis, de vous apporter les palmes de la paix et l'olive tant 
dösiröe. 

Je suis si surchargö d'affaires que de trois jours je n'ai pu lire 
mon eher Cic6ron et que j'ai et6 oblige de faire divorce avec les 
Muses, pour m'adonner uniquement ä ces occupations dont Pope^) 
depeint si energiquement la v6ritable petitesse et qui ne touchent 
que la vanitö et l'ambition des reis. 



1) Broei toeitere SBriefe SKaitpertutä' ou§ bem ©ccember 1745 (So SSeoumellc 9tr. 31. 
33) liegen l)anbj^riflU^ ntd^t üor. 

2) ^n ber SSorloge tierjiiirieben: 1746. 

3) 2tm 15. Secember mar bie ©^loc^t bei Seftellborf gef flogen, am 18. 3)regben 
eingenommen njorben. 

4) aSgl. «ßubUcotionen XXII, 30. 46B. (Euvres XVIII, 57. 



'200 53vicfiiicc^jd iüMtii^ (^ricbvidi'^ mit 9)canpci-tui§. 

Je 1110 llatto de trouvcr la lin de nies embarras avec la Hn de 
rannt^se ot de poiivoir vous assurer daus peu de toute l'estime que j'ai 
pour vouts. Adieu. Federic. 

Mes cüuipliments :\ tous ceux qui se souvicnnent de moi. 

"Juid) bev ciiiciil)äiibiiieu Uvirfirift. 5ycvfülf d)t : i?a "ikaumcnc ^Jiv. 38, mit 5)otum 
>25 d6oeu)bio<. 



23. 

®er Äbnig an 'iüJaupertuiS. 

A Dreade, ce 24 de döcembre 1745. 

Moii eher Maupertuis. La jiaix sera siguöe demain, ainsi il n'est 
jilus (piestlou de niiroirs ardents ni d'instiumeuts de mathömatiques; 
d'ailleurs iious navons rien empörte du pays de ce que Ton uomme 
des effets royaux et ce qui se trouve dans les maisons royales. Si 
U0U8 avions trouv^ une fabrique ä instrunients, vous auriez 6t6 im- 
portuue par des secteurs, des miroirs, microscopes, telescopes, compas 
etc. Pour le coup, je ne puls vous apporter que des porcelaines, em- 
bl^mes de la fragilite des fortunes humaines. J'espöre de me depecher 
promptement ici, car je vous avouerai que je prcfere mou cbez moi 
aux babitations 6trang6res telles qu'elles soient. On vient m'appeler 
pour quelque grave billeves6e. Adieu, mon eher ami, recordez-vous 
snr votre belle humeur, nous nous reverrons en peu de jours. 

Federic. 

Mes compliments ä üuban^). 
')ilai) bet cigenl^änbigen Urjc^rift. SSerfäljc^t: Üa 33eaumeUe 9Jr. 3ö. 

24. 

2)er Äönig an 9J?aupertui§. 

A Potsdam, ce 3 de janviei- 1746'-'). 

Votre comtesse et sa politique est bonne a quelque chose, mon 
eher Maupertuis, puisqu'elle rn'a procurö de vos lettres; je commeuce 
depuis mon sejour de Potsdam ä goüter les douceurs de la paix, et 
ccrtainement ä la longue eile est toujours pr6ferable ä la guerre. 
J'ai une sensible douleur de la Situation daus laquelle je trouve le 



ij «gl. oben ©. 197. 
2) 3n bet SSorlage: 1745. 



1745, 20. 5)ecembei'— 1746, 15. ^aimar. 201 

pauvre Duhan^), comme cela dure si lonytemps, je me flatte que peut- 
etre quelque heureuse secousse d'un reste de temp6rament le raj)- 
pellera ä la vie. 

Adieu, moii eher Maupertuis, je fais un grand 6tat sur Ich res- 
sources de votrc societe, eiitamez, je vous prie, comme von» le pourre/, 
la negociation pour l'abbe Beruis^]^ je me Charge des dcipenses et 
frais de voyage. Adieu encore une fois, soyez sür de toute mon 
estime. Federic. 

'>Ra<i) ber etgen'^änbigen lhid)nft. 9SerfäIjd)t: fia Seaumeüc 9Jr. 40. 

25. 

SßaupertuiS an ben ^önig. 

De Berlin, 15 janvier 1746. 

Sire. Votre Majeste pourrait croire que j'ai perdu de vue l'objet 
pour lequel eile m'a pris ä son Service, si je ne lui parlais de sou 
Academie. J'aurais honte de mon loisir et des bienfaits memes dont 
Votre Majeste m'honore, si je ne pouvais les meriter. Je vois beau- 
conp de contradiction et de mecontentement dans la mani^re dont 
cette compagnie est administr^e, fort peu d'esperance pour le succes 
de ses ouvrages; je ne puis cependant remedier ä rien, pas meme 
assister ä ses assemblees, jusqu'a ce que Votre Majeste m'ait fait ex- 
pedier la patente pour la place de president, que je n'ai encore que 
par les appointements et par le billet^) de Votre Majeste dont je 
n'oserais pas me servir sans son ordre. 

Cette place, rendue d'abord honorable par Leibniz, ridicule en- 
suite par le Gundling'*), et, enfin, mediocre par Jablonski^), sera pour 



1) ®u'^an ftorb noc^ ont 3. iganuar. 

2) @raf grancoil ^oac^im be ^ietre be Sentit, nacfjmaliä franjöfijc^er 3Ri' 
nifter ber au§trärtigen 21ngelegen!)eiten (1757—1758) unb Slarbinal. ©er SJönig fprid)t 
in bem SrtaB an feinen ®ejanbten gu 5)3aril, i5reil)ern: ü. S'ntjpfjauien, bom 8. äJiär,^ 
1755 (^oltt. 6ortefponben§ XI, 78) üon bem 'ilbbc. 33erni§: »que J'ai eu autrefbis 
l'occasion de connaitre personnelleraent«, ol)ne ba^ ^ii) ber geitpunft biejer periön= 
lii^en Begegnung nac^ttieifen lä^t (bg'. auä) (Euvres XVIII, 93). b'SIrgens \iixe\bt am 
26. ?(uguft 1747 ou§ $arig, ia'^ er ftd) öon bem 3t6be Serni^ gmei @ebict)te ^ur 2JJit= 
t^eiiung on ben J^önig erbeten tjabt (CEuvres XVIII, 22). griebric^ä abfd)äfeigeg 
Urtf)eit über 33ernil ^oefien: »Et je laisse ä Bernis sa sterile abondance« finbet ftc^ 
in ber 1750 gebrudten (Spiftel on ®otter, (Euvres X, 109. 3) Siegt nic^t öor. 

4) ^aul grei^err t). ©unbling, Seibnijeng ^Jac^folger feit 1718. SSgf. aud) oben 
©. 109 Slnm. 3. 

5) Sot)onn Sfieobor ^ablon^fi, ©ecretar ber „branbenburgijc^en ©ocietät ber 8Biffen= 
fc^aften" feit 1700 (f 1731). 85gt. feine 93eric^te an fieibnij, tierauigegeben oon 91. §amacf, 
9lb^anbtnngen ber Ä. ?lfabemie ber SBiffenfc^aften ju ^-Berlin 1897, <3t)iIofopt).4iftor. 
Sloffe III. 



202 58vicfiiicd)jcl Stönig 5-vicbrid)i' mit 9!Jiaiipertui§. 

moi, Sire, ce que vous voudrez qu'elle soit. Je seus la difficultö de 
hl bien reniplir et d'exciter l'^mulation parmi des gens de lettres 
gouverues par des miuistres d'Etat et des geueraux d'armöe, que leurs 
sciils titres reudent sup^rieurs ä tout le reste. J'ai cependant souvent 
presidö, daus rAcademie des Sciences, des ducs et des ministres; 
mais en France le gout de la nation pour les sciences et peut-etre 
uue espece de fortuue m'avaieut doun6 une certaiue considöration 
qu'il est impossible que je trouve ici, si vous ue me la donnez. Les 
sciences y sont daus un affaissement et un 6tat d'humilite, marquös 
par le reglement meme de TAcadömie. On peut y dire jusqu'ici ce 
que Fonteuelle i) a dit des temps gotbiques de la France, oü il n'etait 
pas encore d6cid6 si les sciences ne derogeaient poiut. Je sens, Sire, 
que, taudis que je vous parle pour les sciences, il semble que je parle 
aussi pour moi: je ne vous cacberai pas meme le degre d'ambition 
que je joins au bien de votre Service. Je vous demanderai tout ce 
qui pourra me donner la considöration et le credit necessaires pour 
le bien de l'Acad^mie, et pour remplir avec honneur une place qui 
doit etre honorable sous le r^gne d' Auguste. 

Mais s'il est perrais de mettre des restrictions ä vos gräces et 
des limites aux fonctions qui regardent votre Service, j'oserai prier 
Votre Majeste de me dispenser d'une partie d'administration dont, etant 
etranger ici, je craindrais de ne pouvoir pas bien m'acquitter: c'est 
Celle des deniers de l'Acadömie, ä laquelle je voudrais bien n'avoir 
aucune part. Je suis avec le plus i)rofond respect, Sire, de Votre 
Majeste le tr6s humble et tres obeissant serviteur Maupertuis. 

President de lAcademie, patente. 

'ilai) bei- eigenpnbigen Ufji^nft. 2)ie müitbU^e SÜejotution beä S:önigö am 
SRanbe öou bev §anb beö (£obinetäjccretörg, @ef)etmen Xttieg^totp (£i(^el. SBgt. CEuvres 
XVII, 33G. 

26. 

S)er S^önig an 3Jioupertui§. 

A Potsdam, ce 5 de mars 1746. 

C'est ä vous autres (jui avez pour devise l'immortalitö, ä en 
distribuer des parcelles ä ces humains qui n'ont de mörite que les 

1) aScrnarb fie Souöier be gronteneüe, SlJiitgUeb ber ^arijer 2lf abernte (geb. 1657, 
i 1757). aSgl. ^ubücationen IV, 108. 193—195. CEuvres II, 36; VII, 6; VIII, 50; 
X, 201; XI, 48. cSin Urt^eil aKam)ertuig' über gonteneUe in bem S3nefe bom 7. maxi 
1759 bei f^otmc^» Souvenirs II, 181. 



1746, 15. ^anuor — 21, Wlät^. 2U3 

travaux du corps et le courage. L'usage des mödailles me semble 
fort utile, elles sont pour la Chronologie ce que sont pour les chemius 
ces marques millönaires qui instruisent les voyageurs et les orieuteut 
dans leur route. Comme je trouve le choix de ces medailles de graude 
importance, et que je ne me fie ni a mes lumieres ui ä ma modestie, 
je vous prie de venir ici pour quelques jours et de m'assister de vos 
couseils; vous le pouvez d'autant plus facilement que Wylich^) u'est 
point encore marie, qu'uue absence de quelques jours peut etre de- 
(isive pour la reputatiou de votre vigueur, que vous trouverez ici un 
appartement commode prepare pour vous et bon visage d'hote, qu'il 
fait beau temps pour voyager, que les poissons valent mieux ä Potsdam 
qu a Berlin, et enfin, et enfin que je Ic souhaite beaucoup, 6taut votre 
bien bon ami Federic. 

9fatf) ber eigenfjänbigen Urjc^rift. Wtit Keinen 2lbänberungen: Sa 93eaunteüe 
9Jr. 43. 



27. 

^er Völlig an ä)iaupertui§. 

Fait ä Potsdam, ce 21 mais 1746. 

Ayant vu par votre lettre le bon tömoignage que vous donnez 
au secr6taire Beguelin^), je viens de lui conferer la place vacante de 
professeur de mathematique. Je prie Dieu qu'il vous ait en sa 
sainte garde. 

J'apprends que vous etes malade, cela me fait une veritable peine, 
je vous prie de faire venir par complaisance pour moi Lieberkühn •5) 
chez vous, et comme je suis importun, je vous demande de pousser 
la complaisance jusqu'a prendre du bouillou de vipere, vous ne pourrez 
de votre vie me faire un plus grand plaisir. 

Federic. 

'^aä) ber Urfc^rift üon ber §anb be§ eabinet§fecretär0, @e^. Srieg^ratp ©c^u» 
tnoc^er. ®er Bufa^ eigenpnbig. SSerfäljc^t: Sa SSeaumeUe 3lv. 45. 



1) 2)er Dberft unb ©eneralabjutant fjriebricf) grei^ea ö. 3Bl)Ii(^ äu Sier^fort öer= 
mäf)Ite ftc^ am 14. SIprit 1746 mit <Bopt)k 2öilt)etmine f^i^ieberife öon Sotcfftein. 

2) SJicoIaug 33egueün. 

3) Dr. med. ^o^nn ^atijanatl Sieberfüf)n. ^n ber SSorloge: Liberquin. 



204 'öricfroecfjiel Stönifl gttebricfiä mit 9Raupcitui§. 

28. 
'I)cr iUiiiii^ an ü)iaupertui§i). 

A Potsdiini, oe 7 d'avrll 1746. 

J'aurais lieu crctrc bien flatte de votre lettre, si je n'eii attvibuais 
pas los termes i la politessc usitee dans votre nation et qui vous 
est i)artioiili^remeut si propre. Je crains fort qua vous n'ayez fait 
des iutid(^lit(^s au bouillon de vip6re pendant mon absence et que, s'il 
ue vous fait pas tont Ic bien que je dösire, il y entre quelque chose 
de votre taute. La semaiue saiute-), les menuisiera et les sculpteurs 
sont cause que votre appartement u'est pas encore acbev^, je bäte 
eepeudaut leur ouvrage et j'espöre que dans huit jours tout sera fait 
et distribu*^, de fagou que vous n'ayez aucuue incommoditö ä ressentir. 

J'ecris, deebire, lime et polis mon ouvrage^) tant que je le puis, 
j'espdre d'acbever enfin aujourd'bui mon seizieme cbapitre et de com- 
mencer tout de suite le dix-scpti6me *). Je me rejouis de vous 
voir niardi ä Cbarlottenbourg, oü la belle saison parait inviter aux 
plaisirs cbampetres de la campagne, et j'esp^re de vous y assurer de 
ma parfaite estime. Federic. 

•Jiad) ber ctgenpnbigen Urjc^vtft. 58erfälfd^t: 2a 93eaumeIIc 9ir. 48. 

29. 

2)er Äönig an bcu ®tat§mini[ter t)on SSierec!. 

^^Jotäbam, 11. aWot 1746. 

3)?ein Heber ©e^eimber @tat§mini[tre öon SSierecf. 9fJad)bem ^6) ou§ 
eigener ^-öeroegung rejolüiret {)abe, baf?, tnenn fortljin bei ber Sltabemie ber 
SBiffenfc^aften ^u Söerlin ^enfioneS erlebiget unb öacant werben, at§bann 
ber ^räfibent oon 9Jiaupertui§ lebiglid^ unb allein bie Sieberoergebung 
fott)aner '»^^enfionen SUZir oor[c^(äget, and) 9JMr be§f)otb feinen 93ericl)t er« 
ftatten foll, fo befet)(e ^6) f)ierburc^, bafs 3f)v gcbadjter 2l!abemie foIdjeS 
jur 9]a(^rid)t unb 5(^tung befannt mad^en, an6) ba§ be§t)alb erforberlid^e 
ausfertigen (äffen unb ju 9J?einer Unterfrf)rift etnfenben foUet. Sd) bin 
euer n3ot)laffectionirter Äönig ^iberi(^. 

9Ja(^ ber Urjc^nft. 

1) 3n ber 3(u£:ga6e Don üa SSeaumetle [tef)en öorait al^ 9k. 40 unb 47 jnjei on= 
geblidjc »riefe Wanpextui^' üom 23. äRärs unb 5. snpxU; eä folgt al§ 3lx. 49 ein 93rief 
oom b. 3tpri( 174ti. 

2) Dftern fiel auf bcu Ki. 9(pri(. 

3j Histoire de mon temps ''•^iublicationen IV). Sigf. SKi^cctlaneen ^nx ©efc^ic^te 
2rriebri(^5 bes («roBen, «erlin 187S, ®. 217. 

4) Äopitel 10 unb 11 ber ^ilusgaben. 5ßgl. ebenba ®. 218; «publicotionen IV, 460. 



1746, 7. «Ipiil — 24. SKai. 205 

30. 

S)er Äönig an S^iaiipcrtuiS. 

A Berlin, ce 12 mai 1746. 
Fredöric roi etc. Arne et föal, salut. Ayant, de mou propre 
mouvement et par uiie confiance particuli6re , i^solu (lu'ä l'avcuir 
V0U8 ferez seul votre rapport touchaut les pensions des membrcs 
de notre Academie Royale des Sciences qui viendroiit ä vaquer, 
et me proposerez les sujets que vous croirez les m6riter, je vous 
ordonne d'agir en conformitö de mes gracieuses intentions, desquelles 
j'ai pareillemeut instruit TAcadömie. Sur ce, je vous demeure bien 
aflfectionne. 

9?a(J) bem öon bem ©tat^miniftei- b. SSterecf gejetd^neten Goncc^t >ad sub- 
scriptionem Regis«. 

31. 

2)er ^önig an SO^JaupertuiS^). 

Pyrmont, le 24 mai 1746. 

J'ai rcQu votre lettre ä la chartreuse de Pyrmont. Les mödecins 
me fönt de grands compliments sur l'effet des eaux; pensez quelle 
merveillc! J'avais une obstruction dans le mesentere, et eile s'est 
convertie en goutte. J'attends encore patiemment quels seront les 
autres effets de cette eure. J'ai de maux de tete qui pourraieut se 
convertir en paralysie du bras droit, la gravelle pourrait se jeter sur 
le bras gauche, et vous aurez le plaisir de me voir revenir ä Berlin, 
benissant Dieu et louant les effets des eaux minerales qui m'estropient 
pour que je m'en porte mieux. 

Je ne trouve rien dans les vers d'Algarotti qui puisse en em- 
pecher l'impression; quant au manuscrit, je crois qu'il se sera peut- 
etre trompe, en supposant que celui qu'il cherche, etait ä Berlin; je 
me repose entierement sur vous pour le reste de cette negociation. 

Je compte d'etre le 10 de retour ä Potsdam et d'y etre inforrae 
du succes de vos soins officieux; c'est Darget'^) qui me prete pour 
cette fois sa plume elegante, les m^decins interdisant ä leurs malades 
les facultes d'agir et de penser. Tout ce qui ne vous paraitra pas 



1) 3lx. 51. 52. 54—57 (SIpril unb Wai 1746) ber Stuigabe Don Sa 93eoumeae 
lönnen, bo ^»anbfc^riften nic^t borliegen, auf bie ^ä^t^üt n\6)t geprüft tücrben. SBcgen 
5Rr. 50 unb 63 ftet)e unten ©. 223. 229. 

2) eioube etienne Sarget, SBorIejer unb ^riöatfecretär. SSgl. ,,Sönig ^riebrid) ber 
©ro^e" I, 492. 634. 



0()(\ 'iBricfwcdijcf Stönig gncbrtd)!? mit SRaupcrhiti?. 

böte tlans cetto lettre iei, vient de Darget, et oh vous trouverez qua 
la lettre deraisonue, vous rattribuerez au malade que la facult^ a 
rt^solu de priver du bou sens, aprt^s Tavoir mutile d'uno partie de 
ses menibres. \'ivez heureux ä Berlin eutre les bras d'uiie cpouse 
elR^ric, 110 t'aites que de courtes absences et de ccs expöditions de 
ProuuHhee pour derober ce feu Celeste de Dresde et pour en arichir') 
uotre Acaddmie. Soyez persuadc de nion estimc et que je me fais 
une joie de vous revoir. Federic martyr de la facultö. 

Tiad) bcv Urjcfirift mn bcr iganh beg ©ccretärö ®argct; bic Unter jc^rift eigen» 
llänbig. '^BcrfäHdit: 2a Scaunicnc 9?r. 58. 

32. 
2^ er Äonig an 9)iaiipcvtui§. 

A Pyrmont, le 4 juin 1746. 

Vous me prenez pour plus crödule que je ne suis, je crois aussi 
peu aux disciples d'Hippocrate qu'aux astrologues et qu'aux Isaie et 
aux Saint- Mathieu; mais malgrö cela je suis d'opinion que le regime 
joiut ä uue bonue diete et a un exercice mödiocre doivent contribuer 
ä, la santö. Je crois que Teau miuörale, bue en quantitö propoitionn6e 
ä la grandeur de l'estomac du malade, doit dilater le sang et rendre 
le Corps plus 16ger et plus dispos, tant d'exemples me le confinnent, 
et je m'appuie en cela sur les bätons de l'analogie et de l'experience, 
seuls guides de la physique; je sens meme sur mon propre corps un 
effet salutaire des eaux minörales. II ne faut point s'imaginer que 
par l'etfort de la medecine l'art puisse prolonger la vie des hommes, 
mais il ne faut pas donner dans un excös contraire, en refusant ä 
cet art la vertu d'adoucir nos maux. Je souhaite que votre voyage 
de Saxe n'ait pas 6t6 infructueux et que vous reveniez comme Jason 
en rapportant la toison d'or. 

J'achöverai dans deux jours les mömoires de Sully, m61ange 
singulier de choses interessantes, instructives et souvent petites et 
superflues. Le style du premier volume me parait infiniment 8up6- 
rieur ä celui des deux autres, soit que l'abbö de Lescluse^) ait eu 
l'imagination plus 6chauff6e dans le commencement de son ouvrage, 



1) Sic. 

2) 5!er König benu^te bie joebcn erschienene, ftarf üt erarbeitete 3luggabe öon <ßierre 
SKot^urin be ilesciuje btä £ogeä: >MeiiJoire8 du duc de Sully, iiiis en ordre avec 
dps remarques par M. L. D. L. ä Londree [Parisl 1745.« Sßgt. %i). .tüfeIt)oul, 
Xcr Ursprung be§ ^IcmS öom ettJtgen ^rieben in bcn 3!Jlemoiren beig ^eräogä öon 
6uÜ9, aSetlin lb93, 6. 5 2lnm. 10. 



174G, 24. mai — 4. guni. 207 

et que peu ä peu il s'est lasse, en avanguut, soit eflcctivement (juc 
la matiöre de ce premier volume, beaucoup plus interessante (lUC 
Celle des suivants, ait, pour ainsi dire, conimunique sa lorec et ses 
agr6ment8 ä la plume de l'auteuv. II me semble qu'il est bien dif- 
ficile qu'on s'616ve au-dessus de son sujet, et les grands et inutiles 
d^tails dans lesquels entre M. de Rosuyi), paraissent l'effet d'iin 
amoiir propre aveugle qui prösume que le monde verra avec le nienie 
iütöret que lui des faits dont la frivolit6 lasse l'atteution. Ce d6faut 
de bavardage tire encore sa source d'un esprit borne dans une spherc 
trop ötroite: M. de Eosny ne voyait que la France, et dans la France 
il comptait son cabinet comme le lieu le plus important; s'il avait 
pousse ses vues ä TEurope enti^re, il aurait senti que la France en 
fait une petite partie; s'il avait fait comparaison de la France avec 
le monde et du monde avec tout l'univers, il aurait retranchö, je 
crois, beaucoup d'inutilit^s et de dötails, et peut-etre aurait -il trouvö 
qu'il fallait plus de sobriöte dans la narration des faits qui regardent 
un seul homme, lorsque Ton consid^re dans l'univers cette rcvolution 
de siecles immense qui dans tant de provinces et de royaumes diff6- 
rents a produit, pour ainsi dire, un peuple de grands hommes. 

Malgre tous ces defauts, ce livre ici est un des mieux öcrits que 
j'ai lus depuis longtemps, je n'oserais presque vous dire qu'il me 
semble d'y avoir trouve quelques fautes contre la langue franc^aise, 
ce n'est pas ä moi, qui en commets tous les jours, d'en reprocher k 
d'autres, et c'est comme si l'abbö d'Olivet^) voulait reformer la lati- 
nite de Ciceron. Voiei la derniere lettre que vous recevrez de moi, 
je pars mercredi^) saus faute et j'esp^re d'etre vendredi ä Potsdam, 
oü je boirai du vin de Hongrie, si mon pied me le permet. Adieu, 
mon ober Maupertuis, je souhaite de vous revoir en bonne santö, vous 
assurant de mon amiti6 et de toute mon estime. 

Federic. 

3la<i) ber Urfcfirift üon ber ^anh ®orget§. ®ie Untcrfc^rift cigenpnbig. 58er- 
mW: Sa 93eaumeae 9lr. 60. 



1) Maximilien de Bethune, seigneur de Rosny, diic de Siilly. 

2) Sofepf) Xfioutier b'Dtiüet, 3!)iitglieb ber Acad6mie Frangaise; für ^rtebric^ ber 
%m^ eineg Äritüafterä. 9SgI. (Euvres XIII, 118; XXII, 220. 221; XXIII, 117; 
XXIV, 422. «ßubltcottonen XXII, 170. 289. 370. %oxmtt), Souvenirs d'un citoyen, 
I, 358. 359. 3) 8, Sunt. 



208 Sricftücdjjcl JFtönig gnebrid)i^ mit aJloupcrtm^. 

33. 

^cr itöiiig nu 9JUupcrtut§. 

Ce 4 jiiin») [1746]. 

Pnisque vous croyez avoir des raisous pressantes de partir, je 
M)us en accorde voloutiers la permissiou, me llattant que vous vous 
expedierez le plus vite qu'il vous sera possible, et que vous tächerez 
de nous amener ce que vous pouvez trouvei* de mieux et de plus 
aimable en France. Je suis votre fid^le ami Federic. 

Tiad) bei- ctt3cnl)änbii]cn lUid)rift. iijerfölj^t: Sa 33eoumenc 9Jr. 61, mit bcm 
®0tum: >4 juillet 1746«. 

34. 

35cr König an 9Koupertut§. 

A Berlin, ce 25 de juillet 1746. 

Je crains que cette lettre ne vous trouve dans le grand accablement 
de la douleur; je vous prie de vous Souvenir de ce que je vous ai 
dit k Potsdam, et songez que votre pere^), qui est mort ä Tage de 
84 ans, n'a jamais cru etre immortel. Je vous prie d'arranger bleu 
vite vos affaires, car vous me manquez beaucoup ici; de plus, l'endroit 
<iui vous rappeile sans cesse l'objet de votre tristesse, raugmenterait, 
et le sejour de Berlin l'effacera. N'oubliez point, si vous le pouvez, 
d'amener quelque d'aimable^) avec vous; si vous pouviez trouver quatre 
bons acteurs, deux hommes et deux femmes, ce serait unc acquisition 
fort utile pour notre theätre, qui est en verit6 dans la miserc de bons 
Sujets: j'ai mis les fers au feu pour placer Perard ici ä Berlin. 
Je pars demain pour la Sil^sie, d'oü je serai de retour le 10 du mois 
prochain. Adieu. Je souhaite de tout mon coeur que votre chagrin 
n'altere point votre santö et que vous nous rejoignez bientot. 

Federic. 

"^adj ber eigent)änbigen Urjc^rift. aSetfäIfd)t: Üa 93eaumeac 9?r. 62, mit bem 
2)atum >28 juillet 1746«. 



1) SBo^rjc^eitilii^ ift juillet ju lejen. 3Ranptxtmä trat feine Steife itad^ ^aril oiii 
6. 3uli an. fSerlinifc^e kad^ric^ten 3lt. 81.) SSgl. aud) ^otit. 6orreft)Dnben5 V, 134. 

2) Stene ajioreou be SDioupertui^. 

3) aSgt. ben Sluftrag an b'Strgewg, (Euvres XIX, 21. 24. 



1746, 4. giuni — 23. Sluguft. 209 

35. 

®er ^önig an 9)Jaupertut§. 

A Potsdam, le 23 aout 1746. 

Je prends bien part ä l'affliction oü vous vous trouvez, mais je 
souhaiterais d'en voir les bornes; c'est ä präsent que votre esprit doit 
gagner du temps et que les eaux de L6th6 doivent faire cesser des 
regrets d'autant plus vains qu'ils sont inutiles. 

Je suis revenu de Silösie avec un mal ä la jambe qui m'a obligö 
de lui faire une incision^), c'est ce qui m'empeche de vous dcrire 
moi-meme; amenez-nous ä Berlin les h^ros de l'antique Rome et de 
la Gröce sous le nom de Rousselois^). D'H^rouville me promet un 
prince et une princesse, dont il dit beaueoup de bien; je crains qu'au 
lieu de m'envoyer quelque comedien, il ne s'avise de faire prendre 
par les volontaires de Saxe^) quelque prince de l'arm^e des alliös 
qui, pour etre prince v6ritable, ferait peut-etre moins bien son röle; 
mais comme la commission de d'Herouville n'est pas encore terminee, 
je ne serais pas fache de savoir si Rousselois ne pourrait pas trouver 
deux Sujets qui nous conviennent. Je voudrais que l'on püt convenir 
avec ces quatre personnes du prix de 4000 ecus pour leur pension, 
Darget vous marquera les conditions auxquelles se doivent engager 
ces quatre sujets qui nous manquent. 

Quant ä l'autre commission que je vous ai donnee*), je m'en rap- 
porte entierement ä vous, et quand meme vous ne la feriez pas aussi 
bien qu'ou l'aurait pu souhaiter, vous la ferez toujours aussi bien 
que les conjonctures que vous avez trouvees, l'auront permis. Je serai 
bien aise d'apprendre que vos affaires se sont arrangees d'une fagon 
que vous en soyez satisfait, et je vous prie de croire que je vous 
aime et vous estimerai toujours. Federic 

Job de mille maux atteint. 

9?acf) ber Urfd^rift öon bet §anb S)arget§. Sie Unterj(^rift eigen^änbig. S3er= 
fölfc^t: 2a SSeaumeHe 9lr. 64. 



1) 21. luguft. (Euvres XXVII, a, 146. 

2) ®a§ I)anbj^riftUd) ni^t borliegenbe Schreiben SD^au^iertuil' bom 11. ^tugu^t 1746 
{2a SeaunteÜe dlx. 63) Besetdinet biejen „JRouffelet" (sie) aU »premier acteur des 
troupes de Metz et de Lyon«. SSgl. bogegen ffiuvres XIX, 27. 

3) 2)er 9)iarjdE)an öon Soc^fen ift gemeint. 

4) yiaij bent Beugnife be§ 9}larquig b'3lrgenfon, bamotigen Wim\kt§ ber au^tüär« 
tigen 2tngelegent)eiten (Journal et Memoires ed. Rtithery, ^ari§ 1859, p. 64; ogl. au^ 
glaffan, Histoire de la diplomatie frangai-se, $ariä ISll, V, 191) Ijat 9[Roupertuil im 
§erbft 1746 bie ^ringeifin Slmalie öon ^reufeen, (5d)irel'ter be§ S^önigg, für bie SBieber= 
t)ermäf)Iung be§ S)aupl}in§ in SSorjdjIag gebra(^t. Sagegen fagt- ber S^önig in bent 
Smtnebiaterlo^ an ben SRefibenten Slnbrie in Sonbon üom 7. gebruar 1747: »Qu'on 

Äofer, SSi-ieftüee^fel 5-riebrid)§ be§ ©roßen. 14 



210 "iBrieftrec^jcl König 5a-iciirtcl)'5 mit SöiaupcrtuiS. 

36. 

^cr Äönig an 9JZaupcrtui§. 

[1746.] 

Je ne puis rieu vous repondro siir la lettre de La Chaussee i), 
sinon qu'ou a eugage une famille royale d'histrious ä Paris, composöe 
de deux raäles et de deux femelles; je ne sais poiut si le comßdien 
an Image en est ou n'en est point, j'ai oubliö leurs noms. Je suis 
fache d'apprendie que vous avez la fievre, je voudrais que le Maure- 
pas-) Teüt pour vous, et si ce n'en est pas assez, que la Mina la 
tremblät encore. Ce n'est pas taut la fiövre que je crains pour vous, 
que le mal de poitriue, et c'est k quoi j'estime que les mödecins doi- 
vent le plus penser. 

Le Quinte-Curce est imprime en caractöre si menu qu'on a de 
la peine ä le lire ; on me fait bien de l'honneur de mettre mon portrait 
a la tete de cette edition, je suis si loin de penser comme Alexandre, 
et si au-dessous de lui en actions guerriöres que la comparaison m'en 
est desavantageuse; mettez^j mon portrait, puisqu'il y en a un, ä la 
tete d'une bonne edition d'Epicure, ce philosophe de l'humanite, des 
plaisirs et de la bonne compagnie. Adieu, j'esp^re d'apprendre de 
bonnes nouvelles de votre reconvalescence ^j. Fr. 

9k(^ ber eigen'^änbigen Urj^rift. SSerfälfc^t: Sa 33eaumeIIe ^x. 65. 



avait eu des vues en France siir ma soeur cadette, et que, sur cela, j'avais insi- 
nue aux Frangais que, si l'on voulait avoir une princesse d'Allemagne pour la 
raarier au Dauphin, une princesse de Saxe Icur conviendrait mieux, ä tous egards.« 
(^oUt. (^orreiponbenj V, 313.) %ie]clbc SJarftellunc] giebt ein »Precis« bei SegationS* 
xatiß Sroalb gi^iebrid) 0. .^er^berg bon 1753, bei 2)rot}fcn, ®eicl^td)te bet :preu^i?(^en 
^olitif, ST^eil V, Sb. III, 258 Sinnt. 3. SSgl. auä) Maurice de Saxe et le marquis 
d'Argenson, par le duc de Broglie, II, 434. 

1; yiitcüt be £a Gl^auffee, fransöftjcier 2)ramatifer. SSgl. (Euvres XI, 146; XXI, 
172. ISO; XXII, 230. 

2) @raf 3con ^i^cbertc ^:^6I^peauj be Wamtpa§, fran§öfifd)er SlJiorinemtntfter. 

3) 3« ber SSorlage: mettez, mettez. 

4) 3Rauptttni5 trof am 24. September 1746 niicber in 33crlin ein (Scrlinifd)e 9Jo^» 
richten 9Zr. 116;, nac^bem er auf ber ®urc^reije in ^otlbam üon bem Könige empfongen 
Worten «or. ^r^icbric^ jd)rei6t an bcn ^ringen öon ^reujsen, 22. (September: »Mau- 
pertuis est arrive ici dans le momont que tous ses amis pensaient a faire son 
epitaphe; il est r6chappe beureusement du dangcr auquel il s'est expos6, car il 
a vu p6rir cinq vaisseaux qui sont venus le mGme chemin que lui.« {Oietj. 
©taat§ar(^iü.) 



1746, ©ecentber. 211 

37. 

S)er Äöntg on 9}Zaupertui§. 

[1746.] 

S'il ue s'agit que de faire jouer un comödien, vous pouvez vous 
flauer d'avoir entiörement röussi. Le sieur Hauteville ') jouera et sera 
meme engage, s'il ne s'endiable pas pour ses gages; le sieur La 
Chaussee ne connait pas l'extreme öloignement que Ton a a Berlin 
pour la musique frauQaise^) et la vertu de ses comödiennes; nous 

voulons des p döcidees, qui jouent avec esprit et qui ne 

chantent jamais sur le thöätre. C'est avoir le goüt d6prav6 que de 
pervertir les choses, demander de la chastet^ ä des fiUes dont l'emploi 
est de divertir le public, et passer la lieence et le döbordement ii 
ceux dont la vie doit etre l'exemple du vulgaire. Je suis fort fach 6 
de ce que vous etes incommode, mais comme je ne sais point ce qui 
vous manque, je me flatte que ce sera une bagatelle. Adieu. Au 
plaisir de vous revoir, je serai demain ä Berlin 3). Federic. 

?Jacf) ber eigenfjänbigen Uiidjrift. SSerfälidjt: £o 93eoumelIe 3h. 42. 



38. 

®er ^önigaTt SD^aupertuiS^) 



[d^cembre 1746.] 



Dans ce climat sterile et iiaguere sauvage 

De DOS grossiers aieux, des autiques Germains, 

On suivait bonnement l'ignorance et l'usage; 

La subtilite des plus fins 

Etait la force et le courage: 

Les hommes nes*) peu dölicats 

Et la nature peu feconde 
Produisait pour tous biensi») (j^ fer et des soldats. 



1) SBgl. (Euvres XIX, 25; XXII, 161. 

2) SSgl. „S^öntg grtebrid^ ber ©ro^e" I, 511. 635. Stn ben >directeur des spec- 
tacles« ©rafen 3ierotin ^c^reibt ber S^önig om 10. Sonuor 1773: »La musique fran- 
gaise ne vaut rien.« ^reufe, Urfunbenbuc^ III, 165. 

3) ®er König !om am 4. unb 24. Dctober, fotüie am 9. unb 23. 9ioüember anS 
5ßot§bam gu fürgerem 31ufent^alt noc^ 33etlin, unb fiebelte om 30. gfJoöember für bie 
nä^ften sirei SUlonate ba'^in über. 

4) Sßorianten bei 5Eejte§ ßon 1750 in ben (Euvres du Philosophe de Sans- 
souci T. III (mieberiiDtt in ben CEuvres du Fröderic le Grand XI, 38). 

a) Nous etions tous. b) tout bien. 

14* 



212 '^vicfiucd)icl Jitöiüi] tynebnd)§ mit SKoupcvtuil. 

Dans ce pays voisia d'un des pOles du monde, 
Les Muses de leurs pas divius 
Ne firent qu'un tres court passage, 

Quand Cypris, un beau jour, y guida vos destins; 

ToitcT le jour au Nord, instruire les humaius, 
Ce l'ut votre diviu ouvrage, 

Et la Nature avait besoin d'im sage 

Pour uous iuterpretei" ses sublimes desseins. 

Le laurier d'Apollon, transportö par vos mains 

Et cultivö sur ce rivage, 
Nous fit naitre l'espoir de revoir en cet äge 
Ressusciter les arts des Grecs et des Romains. 
Lc luth d'Anacreon, le compas d'Uranie, 
Les sombres profondeurs de la philosophie, 

Toutes les fleurs et tous les fruits 

Chez vous se trouvent r^unis. 

Pardon ä votre modestie: 
Tant de sortes d'esprit, tant de talents divers 

Reveillent ma Muse endormie; 
Je ne puls plus m'en taire — 11 faut que je vous dis^) 

Et par ma prose et par mes vers 
Que vous valez tout seul toute une academie. 

Mais quoi? Dans le transport dont mon esprit est plein 
Amant de tous les arts: ma triste'') paupiere, 
Verra-t-elle en un jour finir leur carriere? 
Et leur«) brillante aurore et leur fatal declin 
N'aura'^) duree qu'un seul matin! 

La mort seche et iivide arme sa main tremblante: 
Je vois sa faux otincelante 

Menacer fierement la trame de vos jours — 
Ah! de ta fureur dövorante, 
Barbare, au moins suspends le cours! 

e)L'areopage doctoral 

Vous assassine, en attendant, 

La pharmacie et sa cabale 

Vous endort par ces arguments: 

Leur scieuce conjecturale, 
Lunettes sur le nez, vend ses raisonnementg, 
Abuse ses devots et ne vous trompe guere; 
Aux snperstitieux Lucrece fit la guerre, 

Vous la faites aux charlatans. 



a) die. bj timide. c) quoi! leur. d) n'auronf. 

e) Statt ber folgenben SSerje: 

Des enfants d'Hippocrate un fun6bre cort^ge 
Vous tient au lit et vous assiege 
Par ses drogues et ses onguents, 
Se perd en ses raisonnemeuts. 



1746, 2)eccmBer. 213 

Et quoi! le bei espiit^*) couime riiomme vulgaire 
Est donc assujetti sous l'empire des sens? 
Helas! il est trop vrai, l'homme est blen peu de chose, 
Et s'il s'epanouit comme une fraiche rose, 

II se fane au Souffle des veuts. 
Un fragile tissu de obres diaphanes, 
De subtiles ressorts, de debiles organes 
De DOS jours fagitifs sont les faibles garants. 

L'artiste arrangement de ce frivole ouvrage 
Est l'cEUvre d'un auteur plein d'ostentation, 

Et s'il nous fit ä son iinage, 

II ne pensa point ä l'usage 

Qu'en ce monde noua feriona 

De ce Corps fait en filagramme, 

Etui ridicule oü notre äme 

Loge avec mille passions. 

Quand des Amours badins la compagnie riante 
Seduit par ses apfas^), enflamme dos desirs, 
D'un prestige enchanteur la force decevante 
Persuade ä d'Argens d'une voix complaisante 
Qu'il est aigle en amour, Hercule en ses plaisirs: 
Des que l'Amour volage une fois nous affecte, 
II se fait un miracle, un changement soudain: 

Le debile et rampant insecte 

Pense que son corps est d'aerien. 

Partez, plaisirs, partez ä jamais, je vous quitte, 
De vos brillants dehors mon äme fut söduite, 

Tumulte, astuce, vanite, 

Douce erreur, flatteuse chimöre, 

De votre peu de savoir-faire 

Mon esprit n'est plus entetö. 

Revenu de ma folle ivresse, 
Armide t^) disparait et l'encliantement cesse, 

Tont fait place ä la verite. 
Le tourbillon brillant qui sans cesse vous guide, 
Est par l'expörience au juste apprecie: 
Plaisirs, vous ne pouvez ni remplacer le vide, 

Ni tranquilliser l'amitie. 



Je me röjouis beaucoup de savoir que vous vous portez mieux, 
je crains qu'en lisant mes vers, vous prendrez une recidive, du moins 
direz-vous: bien malade et maudit de Dieu qui toujours versifie. Si 
ma poesie est mauvaise, mon Intention ne Test pas; on peut ignorer 



a) l'homme d'esprit. b) En seduisant nos coeurs. cj La reve. 



o j } 53ricfR)cc!)jet König (^-nebrid^S mit OTaitpertut§. 

la cösiire et les finesses d'imc langue et ne s'en connaltre pas moins 
cn vrai m^rite; vous et toutc la terre en doivent juger par restime 
(liie je fais de votre persoune, et par la joie que me cause votre re- 
convalescence. Federic. 

Au moins gardez encore pendant un raois la maisou et payez 
encore i\ la facultö ce tiihut d'ob^issauce; mon amitie l'exige de vous'). 

T^ad) bcr cicient)ätibiflen Uiid^rift. 2!aä ®atum nod) QEuvres XI, 40. SSerfäIfd)t 
unb auf siuci ticvjdiiebcne Briefe ücrttjcilt: 2a SSeaumeüe 9Zr. 66 (mit 5lnttt)Drt -Jtr. 67 1 
unb 5lr. 68 (mit ^Intmort 5h. 69). 

39. 

S)cr Äönig on 3J2oupertui§. 

[Berlin, janvier 1747.] 

Je suis fort mortifi6 que la faiblesse de votre poitrine vous em- 
peche de sortir et me prive du plaisir de vous entendre; si votre 
Corps repondait ä votre esprit, il devrait etre bien autrement robuste 
qu'il n'est; je crois que la nature a fait une bövue en votre engen- 
dration et qu'elle a logö votre äme dans un corps qui n'6tait pas fait 
pour eile; mais enfin j'ai bonne esp6rance de votre guörison et je suis 
presque physiquement persuad^ qu'avec le bon regime que vous gardez, 
vous recouvrerez une santö assez stable. 

Vous etes le maitre de distribuer les pensions de l'Acad^mie 
comme vous le voudrez, mais je voudrais que vous conservassiez la 
vötre^), et que l'Acad^mie ne vous füt point ä charge. II est vrai 
que j'ai pens6 ä faire ici une academie de peinture et de sculpture^), 
mais, mon eher ami, ce sont des projets; le premier soin qui m'occupe, 
ce sont les invalides de l'armöe, qu'il faut que j'6tablisse pröferablement 
ä tous*). Adieu. Je regarderai tous les soins que vous prenez de 



1) %tx tönig j(^reibt an 3SoItaire, J8. ®ecember 1746: »Maupertuis se remet de 
sa maladie. Toute la ville s'intcresse ä son sort; c'est notre palladium, et la 
plus belle conquete que j'ai faite de ma vie.« Oiluvres XXTI, 161. 

2j 3" ^21" ^anbirfiriftlid) nic^t öorliegenben Sd)rcibcn öom 8. ^(flnuor 1747 (£a 
33eaumene 9ir. 70; beantragt 9JZaut)crtuiä, bie für ben ^räfibenten aufgefegten 300 Xf)oIer 
unter bie SRitglieber ©ulcr, '^oxmitj, ^elloutier unb ;^rond)etjiIIe ju öert^eilen. 

■i/ 2(n bie TOarfgräfin öon S3aireutf) fc^reibt ber Xtönig am 16. JJobember 1746: 
»J'attends de Paria des peintres et des sculpteurs pour rAcadömie, mais ils ne 
sont point arrives encore. < CEuvres XXVII, a, 148. 

4, 9tm 10. iJecember 1740 l^atte ber Sönig ben jur ©rri^tung t\nt§ ^nboliben» 
^Qufeö beftimmten 93aupfa^, bor bcm Dranienburger Ifjore bei 93erlin beficf)tigt. 9(m 
2fi. ^Qttuot 1747 bracf)tcn bie SSerliuifc^en S'Jac^ric^ten (iJJr. 11) eine 9J?ittf)eitung über 
ben 33au. 



1746, 2)eceinbet — 1747, Sonuar. 215 

votre sante, comme le temoignage le plus certain de votre amitie que 
vous puissiez me donner. Federic. 

9iacf) ber eigenl^änbigen Urjcfitift. 58crfä(fc^t: Sa SeaumeUe 9Jr. 71, mit erfun» 
benem 2)atum »9 janvier 1747«. 



40. 
^er ßönig on 9)Zaupertui§. 

[Berlin, janvier 1747.]') 

Je parlerai ä Valory^) pour votre freie l'Abbö^) et je ferai öcrire 
ä Chambrier'') sur le meme sujet, je souhaite qu'il en ressente les etfets; 
mais la cour de Versailles n'est gu^re complai sante sur le sujet de 
ces sortes de recommandations. 

Pour la prövote de Kaiserswerth, j'ignore qu'elle soit vaeante, et 
quand eile le serait, eile est conf6r6e alternativement par moi et par 
l'Electeur ^) , de fagon que le mois dans lequel le pr6v6t trepasse, d6- 
eide de celui ä qui le tour est de uommer. 

Je voudrais beaucoup que votre poitrine se mit enfin ä la raison, 
je jouis de votre personne sans en jouir. Cette Laponie me tient 
bien au coeur, je voudrais que vous n'eussiez jamais vu la Grande 
et la Petite Ourse de la zoue glaeiale. Adieu. Je vais voir le marquis 
de Paulmy^); s'il est vrai, comme on le dit, que son p^re'') est dis- 
gracie, il n'aura pas la physiognomie eveill6e. Federic. 

3laä) ber etgenl^änbtgen Urfc!^rift. $8erfälj^t: Sa SBcaumetle 9Jr. 72 mit irrigem 
®otum=2Injo^»fevrier 1747«, aU 5lnttDort ouf einen angeblichen $8rief SRoupcrtuiö' mit 
bem unmögtic^en Saturn »3 f6vrier 1747«. 



1) 95or bem 22. ^annor, an föelifiem STage ber SJönig bcn in biefem 93riefe er* 
irä^nten Tiaxc^uiä be ^aulmi) bereits gefproc^en ^atte. SSgl. ^i^olit. Gorrefponbenj V, 296. 

2) @ut) fiouig §enrQ gKarquig be 58aIort}, fransöfifdier ©ejanbtcr in ^Berlin. 

3) 2tbbe öon St. (Stier. 

4) ^ean Saron Se Kljambrier, prenf)ifiJ)er ©ejonbter in ^ariS. ©er entjpred)enbc 
Grfafe an Se 6t)ambrier ift üom 8. gebruar 1747 (@et). ©taatSard^iö,. 

5) iturfürft eiemenS 2(ugu[t üon S'öln. SDkupertuiS I)at fid^ auf aSeran(offung beä 
fransöfij^en ©efanbten am ^Bonner §ofe, 9(bbe ^ierre ß^arleS ^abiot b'2(uniüon (nic^t 
ßerillon, föie Sa 58caumelfe ©. 325 lieft), für einen frangöfifdien Scroerber öerwanbt. 

6) 5(ntoine Diene be 58ot)cr b'3(rgenfon, a)iarqui§ be ^anlmii, \)anc ben |)er3pg bon 
5Ricf)eIieu als mtaife bei beffen ©enbung nad) Bresben begleitet unb befucf)te auf ber 
mdtti)x ben preufeifc^cn §of. SSgl. ffiuvres XXII, 159; XXYII, a, 153; $oIit. 
Gorref^jonbeng a. a. D. 

7) 9f{ene Souil be aSoi}er be ^aulmi), SÖZarquiS b'Slrgenfon, am 11. Januar 1747 
feinel SImteg al§ franjöfifi^er ©taatSfefretär ber auSroärtigen Slngelegen^eiten entlaffcn. 
SSgl. ben Smm.ebiaterlai an ben ©cfanbten in $ari» bom 29. Januar 1747, «polit. 
ßorrefponbens V, 301. 



216 SriefttJcdjjcI Stöuiii gricbrid}!^ mit ^aupertuiS. 

41. 

S)er Völlig an 9JjQupvi-tui§. 

[Potsdam] ce 4 [f6vrier 1747]. 

Vous etcs le pape de uotre Acadömie, c'est ii vous de faire des 
prosdytes et daugmeuter votre dioccsc autant que vous le pourrez. 
Je voudrais que votre aimable ii6ophyte *) embellit cbez nous la classe 
des belles lettres, qui me semble la plus u6gligl6e, et ä laquelle mon 
g6nie peut le mieux atteindre. 

Vous et votre calculante cabale, vous vous 61evez dans les airs 
comme des aigles, mais parceque vous savez voler, vous ne devez 
pas dt^daigner le ver ä soie et tel autre animal ampbibie qui, sans 
avoir votre elevatioD, a du mörite, quoique subordonnö a celui de 
la göometrie. 

Je crois que, si le caruaval contiuuait encore, on ne s'apercevrait 
peu ou point de mon absenee, a Berlin 2); il n'y a qu'aux lies dösertes 
oii on puisse remarquer le döpart de celui qui l'babitait, dans tout 
pays peuple un homme est bien peu de chose. 

Votre lettre est jiartie pour Paris, Chambrier est endoetrinö pour 
en faire usage, et Podewils^) a ordre de marteler l'epais cerveau de 
notre gros fiamand d'ambassadeur^) pour lui faire comprendre qu'il 
faut absolumeut un benefiee ä votre fröre. On nous dit que les co- 
mediens ont detröne d'Argens, qu'ils prötendent dösormais se gou- 
vemer eux-memes; si cela est, ce roi fugitif viendra ä coup sür se 
röfugier cbez moi, et vous verrez qu'il me commettra avec la r6- 
publique de Törence. 

Je vous demande pardon, si je vous quitte brusquement, mais 
j'ai un chapitre fort döfectueux ä limer et ä corriger^), et c'est un 



1) ^aulm^, beffen Slufna'^me in bie 9I!abemic au'\ Waüpeüüiä' Stntrag am 
y. 5cbruar erfolgte. 

2; 'Jer Äönig roar am .''1. ^anuor ait^ 93erlin nai) ^ot^bam äurücfgcfetjrt. 
b; 93gl. oben ®. S:i. 

4) aSalori), gebürtig am @oint-3Saaft. 

5) 2)a^ nachträglich t)inpgefügte 9(nfangä^Sapite( ber Ilistoire de mon tempe (^ublt* 
cotionen IV, 161 ff.,. SSgl. aj^oj ^^o^ner in ben SRiöceüaneen, ®. 228. 231, ido tnbefe 
oI§ ^atum bei obigen Stiefel mit Üa "öcaumelle ©. 337 irrtfjümlic^ ber 4. gO'Jär^ ange» 
nommcn roirb. 3SgI. aud^ ben 33rief an SSoItaire öoni 22. Jebrnar 1747; CEuvrcs 
XI, in*. XXIJ, 163. 



1747, 4.— 13. ?5ebruar. 217 

ouvrage que je voudrais rendre le moius mauvais qu'il me sera pos- 

sible. Ainsi vous voyez bien que je n'ai point de temps k perdre. 

Adieu. Federic. 

9^a^ ber eigenpnbigen Uric^rift. 93erfäljc^t: ^a Scaiiniclle iJJr. Sl, mit erfun» 
benem ©atunt >4 mars 1747«'). 

42. 

5Der Äönig an 9i)?aupcrtui§. 

[Potsdam] ce 13 [fdvrier 1747], 
Je fais une grande difference de votre frere k vous, je voudrais 
qu'il eüt un benöfice pour vous faire plaisir, mais je voudrais bien 
plus fort que vous vous portiez bien, et je me brouillerai avec TAca- 
demie, si eile vous rend malade. Ce n'etait pas la peine, mon eher 
Maupertuis, de vous egosiller pour l'amour de moi; jamais Newton 
ne prononce l'öloge du roi d'Yvetot, et il n'y a eu personue dans le 
monde que Newton ä qui je puisse vous comparer. J'ai vu partir 
dlci notre nouvel aeademicien — le M. de Paulmy^) — qui a infininient 
plus d'esprit que de figure, et de connaissances que d'annc^es •') ; j'aurais 
desire qu'on eüt pu adoucir le chagrin qu'il a eu du deplacement de 
son p6re, par des politesses, mais des politesses ne soulagent guere 
un homme qui perd sa fortune. 

Que diable voulez-vous faire de votre g6om6tre saxon ? ^) Vous etes 
insatiable de courbes nouvelles. S'il le fallait pour votre tranquillitd, 
je le troquerais avec Brühl contre quelque tailleur habile, il ue faudrait 
pas meme de la porcelaine '">). J'ai l'idee d'un emplacement i)lus con- 
venable pour votre Academie que celui que vous avez. Laissez-moi le 
temps d'arriver ä Berlin pour voir s'il vous conviendra. Ayez soin de 
votre sant6, c'est ce que je vous reeommande sur toute ebose, tout le 
reste n'est rien quand on l'a perdue. Adieu. Federic. 

3la6) ber eigen'^änbigen Urid^rift. SSerfälf^t: 2a SBeaumellc '^t. 75. 



1) SBenb. 9^r. 82 eine unbegtauBigte, äiitn 5Wär§ 1747 angelegte Stntoort. 

2) 9Son frember |)anb eingeji^oben. 

3) > J'ai vu le petit Paulmy, aussi doux qu'aimable et spirituel. Nos beaux 
esprits Tont devalise en passant, et 11 a 6t6 oblige de nons laisser une com^die 
charmante, qui a eu assez de sueces ä sa representation. II doit etre ä present 
ä Paris. Je vous prie de lui faire mes compliments, et de lui dire que sa me- 
moire subsistera toujours ici avec celle des gens le plus aimables.« 2(n SSoN 
taire, 22. f^ebruar. (Euvres XXII, 1«5. 

4; goiiann 2f)eopf)tI SBalä. 58gl. unten ©. 221. 222 Sinnt. 1. 

5) ^n bem f)anb)c^riftU(^ ni^t öorliegenben (Schreiben üom 11. gebruar, So 33eau= 
metle Dir. 74, fagt 5!Kaupertut^ öon 25alä: »Je l'envierais plus ä la Saxe que toute 
sa porcelaine; et si Votre Majeste avait encore quelque vieille urne de Japon, 
je lui conseillerais de s'en accommoder avec le roi de Pülogüe.< 



21 S ^ricftuecfiict Äönifl i?ricbric^§ mit SKaupcrtui!?. 

43. 

^cr .STönig an 9JJaupertui§ '). 

[mars 1747.] 

Je vous prie de me repoudro sur les questions suivantes: 

P Quelle aun6e Kewton a travaill^ a son calcul de la gravitation 
des astres et planstes vers im ceutre coramiin? 

20 Dans quelle anu(^e Locke a öcrit? 

30 Quelle annöc Otto Guöricke a trouvö la pompe pneumatique ? 

4*' Daus quelle aun^e on s'est aperyu de l'^lectricitö des corps, et 
a (lui cette ddcouverte est due? 

50 Quelles döcouveites importantes on a faites depuis l'annöe 1640 
jusqu'il l'annee 1740 en physique et en anatomie? 

Je vous fais mes excuses de ce que je vous distrais peut-etre 
d'un calcul plus utile, mais je ue puis finir mon cliapitre Sans toutes 
ces clioses-lä. 

II me faut encore le nom de ce g6oni6tre anglais qui a calcul6 
les progr6s de l'incr^dulit^ et la fin du Christianisme^). 

Federic. 

9Zac^ bet etgcnpnbigen Urjc^rift. SSerfälf d)t: Sa SeoumeHe 5Rr. 85, mit erfun* 
benem T'atum >11 mars 1747«. 



1) ^n ber 5lulgabe üon Ja Seaumelle gef)t tooran aU 3lx. 84 ein un§ nid^t öor* 
licgenber Sricf 2)^aupertui5' üom 9. Wläx^ 1747. 5Inbcre ©d)reiben be^ Sfönig^ üom 
i^ebruor big 3"'i 1''47 aug bem 3ufflnii"en'^a^9 'idntx l^iftorijc^en ©tubien ftel^e Wl\§» 
ceQancen ©. 351 — 476. 

2) SBgl. Histoire de mon temps, chapitre 1"- (^ublicationcn IV, 194): »Un 
Anglais, nomme Jean Traigue, a os6 calciiler combien de temps la rcligion chre- 
tienne subsisterait encore, et 11 a trouve que dans .... annees d'ici eile serait 
abattue par le d6isme.* 2)affelbe Kapitel enthält furj bortjcr einen Ueberblid über 
bie ^ortf^ritte ber 9?oturrt)iffenic^aften unb ber ^(jilofop'^ie, unter SJcnnung öon 2)e£icarte?, 
SIeroton, Seibnij, J^oricelli, Dtto ö. ®ueri(fe, 2)ufal}, Sieberfü^n, 33ocvI)at)e, Siuqf^, §art« 
l'oefer, £'ecutt)ent)Def, Jremblen, 2a Gonbamines, SJJaupcrtuig. — ^tan Xroigue nennt 
ber ^anbic^riftüc^ nic^t oorliegenbe, onfc^einenb ec^te 33ricf bom 11. SKärj 1747 (üa 
Seaumeüc 3tr. Sfii, in roeld)em 9J}anpertui£! im Ucbrigcn um bie ©rlaubnif? bittet, nod^ 
SBerlin ju ge^en, um bort bie erforbcrlidien 9cad)forjcf)nn(]en in ber 58ib(iDtI)ef aufteilen 
ju fönncn. SRaupcrtuiä mar am 17. Februar nac^ ^ot^bam gegangen (33erlinijc^e 
SRac^rtc^ten 9Zr. 22, unb am 24. noc^ nid^t jurüdgcfeljrt ^bgl. fic ©ueur ©. 421. 422); 
üicUeic^t ift er ununterbrochen bis jum 11. Sliärj in ^otsbam geblieben. 



1747, gjiärj. 219 

44. 

S)er ^önig an 9Jiaupertui§. 

[Potsdam] ce 20 (mars 1747). 

Toujours des chaises ouvertes et jamais des voitures ferm^CB! 
En v6rit6, Monsieur le President, h la honte de tous les baro- et 
thermomötres de votre Academie, vous risquez de vous tucr; on ne 
V0U8 laissera ni sortir ni eutrer dans les barriöres de nos bonnes 
villes de Berlin et Potsdam, si vous ne vous pr^sentez en carrosse 
ferm6 en automne et en voiture calfeutr(^e pendant Thiver. 

Mon absence ne sera pas longue, cependant la facult6 mc traite 
impitoyablement ^). Ses remödes traversent mon corps au grand gi^lop, 
et je suis exc6d6 de passer la moiti^ de ma vie vis-ä-vis de ma 
garderobe. II n'y a que la santö dans le monde, un homnic qui jouit 
des Privileges d'un corps robuste, est en comparaison d'uu corps mal 
sain 2) comme un Newton ä cöt6 d'un Robault^), comme Lucr6ce k cote 
de son orthodoxe refutateur*). Puissent toutes vos infirmitös n'accablcr 
que vos chats et vos chiens aux oreilles pointues^), ou puissent-cllcH 
fondre sur le corps du gros professeur et de son disciple sexagönaire^i; 



1) SIm 13. gebruar 1747 f)otte ber itör.tg in 5|iot§batn einen (5d}laganfQU geljabt, 
oon bem er ftcf) erft atlmä^^Ug erf)oIte. 3Sgl. „Sönig gricbtic^ ber (Srofec" 1, :tlü. ti22. 
•Ulm 4. 2Jiärä !)atte er gum erften Tlal trieber oit^gel^en tonnen, om 15. Wax^ fam er 
auf einen Jag nacf) Berlin, ertrantte bann aber tion Dienern. 

2) 2(n ben ^ringen üon ^reu^en fd)reibt ber ^önig am 1. SJ^ärj 1747: »II y a 
rinfini entre un bomme malade et un homme sain, Tun fait tout ce qu'il veut 
gaiement, travaille, mange, boit, sacrifie aux mysteres de l'amour, l'autre souflfre 
en damne, se serre le ventre de ses deux mains, passe sa vie dans la garderobe 
et travaille mal.« (@e^. (5t.=5I.) SSgt. anä) ben 33rief öom 2. giMrj 1747 an bic 
?Warfgräfin öon 58aireutt), (Euvres XXVII, a, 155. 

3) Soqueä JRoIjanIt, fronäöfifc^er $r)i)fifer (1620—1675). Sögt. Nouvolle Biographie 
Universelle XLII, 541. 

4) S)er larbinot TiiWiot be «ßotignac aU 3Serfaffer eine^ Anti-Lucr6ce. SSgl. 
(Euvres VIII, 249. 

5) »La maison de M. de Maupertuis 6t:iit une veritable menageric, remplie 
danimaux de toute esp6ce, qui n'y cntretenaient pas la proprete. Dans les 
appartements, troupes de chiens et de chats, perroquets, perruche-s etc., dans la 
bassecour, toutes sortes de volailles etrangeres.« Formey, Souvenirs d'un ci- 
toyen I, 218. 

6) ®raf .§ermonn Äarl Ä'el^jerltngf, ruififdjer ©efanbter in »ertin. 2^er König 
jc^reibt an $ßoItaire, 25. gjobember 1749 ((Euvres XXII, 222): »Nous aviona ü Berlin 
un ambassadeur russe qui, depuis vingt ans, etudiait la philosophie saus y avoir 
compris grand'chose. Le comte de Keyserlingk, dout je parle, et qui a soi.xautc 
ans bien comptes, partit de Berlin avec son gros professeur. II est i Dresde 
ä present, il etudie toujours, et il espere d'etre un ecolier passable dans vingt 
ou trente aus d'ici.« SteQjerlingf trof am 29. Qanuar 1747 in i^erliu ein, würbe om 



'220 Srieftpcdjicl ffönin ?^ricbri^3 mit SDtaupcrtuilt. 

ce sollt 1:\ des gens iV faire hünucur ;i iiiie maladie; mais vous, vous 
nctes fait que pour penser, et votre ame privil6gi6c devrait au moins 
atVranchir votre corpa des iiialheurs de riuimauitö. Adieu. J'espöre 
de vous rcvoir en bonne saiitö, convoitaut Ic viii de Hougrie et ii'en 
buvaut pas, voyaiit le soleil par vos fenetres et n'arpeutaiit poiut nos 
chanips ;\ pied, baisaiit votre femme et ne Taccablaiit poiut des preuves 
de votre aniour. Je suis votre bien bon ami Federic. 

yiai> bcv ciöcnTjäubincn Urid)rift. 18crfnlfd)t: 2a 93cminictlc Ta: 133, mit erfun» 
bcncm Saturn >20 octobrc 17 18««). 

45. 

S)er Äöntg an 9J?aupertuiä. 

[Potsdam] ce 10 d'avril [1747]. 

Vous recevrez par cette lettre trois eboses d'un genre bien diffö- 
rent, l'uue^) c'est de cette monnaie ä laquelle la vauitö des bommes 
a donnö le cours, et dont nous autres cbarlatans nous servons pour 
acquitter des Services regus ; c'est une fum^e dont l'orgueil se nourrit, 
et comme cet alimeut n'a nulle substance, les peintres ont imaginö 
que l'orgueil devait etre maigre et decbarnö; de lä vient qu'ils per- 
sonnifient cette passion sous une figure dess^ch^e et de spectre. 
L'autre cbose que je vous envoie, regarde le b(^n6fice de votre frere,B 
et vous pourrez voir que M. Boyer 3) est en fait de civilitö tel que" 
vous le connaissez en fait d'6ducation. La troisi^me piöce que je 
vous donne, est un morceau acadömique'*), par lequel je suppige ä la 
paresse des d'Argeus, Francheville^) et Pelloutier^); c'est l'histoire de 
quelque petite insecte qui rampe sur la surface de ce globe que vous 
mesurez, une pid'ce de cette nature est pour un göometre de votre 
ordre comme gris-gris pour un Turenue; mais sachez que n'est pas 
g6om6tre qui veut; que vos 6quations algdbriques m'epouvantent, que 

16. f^ebruar in bie 9(!abemte aufgenommen unb erf)ielt om 3. SRärj in ?ßot§bam feine 
?IntTitt^oubienj. Setlinifc^e 9Jac^rid)ten 9k. 13. 21. 28. 

1) 9Sgl. ebenb. ^Ir. 134 eine ongeblic^e SIntmort mit bem unmöglid^en ®atum 
22 octobre 1748. 

2) %n Crben pour le merite. SSgl. 93erlinifc^e 5Rocl^rid)ten 3lt. 45. 

3) 3ut)or 93ifc^Df ton SRirepoij. 9Sgf. Vie de Maupertuis p. 109, 112. 113. 
(Euvres XVII, 247; XXII, 127. 130. 134; XXV. 525. 

4) >Premiere partie de Ihistoire de Brandeboiir^», big 1640 ((Euvres I, 1 — 4»); 
gelefcn in ber Slfabemie am 7. ^uni 1747. SSgl. aud) (P^uvri^s XXII, 171. 

5) Jpofcotf) ^o]epij be grandjeüille, ^Kitglieb ber ^5f)i)fitatiid)en (Slaffe. 

6; Xer GonfiftorialratI) unb ^rebiget Simon ^cöoutier, fDiitglieb bcc pijiMo» 
Q\\ä)tn (klaffe. 



1747, 20. SRärj — 5. 3uU. 221 

votre calcul integral me paralt imp6n6trable, et qiie, pour aller k 
Äthanes, il faut se sentir des dispositions attiques. Adieu, je vous 
souhaite de la santö et vous recommaude le regime ^). 

Federic. 

9Za^ ber ctgcnl)änbigen Urid)rift. SSerfätfdit: 2a üöcaumeHe 9ir. S7. 

46. 

Söiaupertui^ an ben Äönig. 

De Potsdam, 5 juillct 1747. 

Sire. M. Beguelin, ä qui Votre Majeste rannte passöe^) donna 
la place de professeur de göomötrie au College de Joacliim, m'^crit 
qu'il en va douuer sa demission, rebute en partie par Tindocilitö des 
6coliers, en partie par les difficultes qu'il öprouve de Messieurs les 
direeteurs. Dös rannee passöe, M. Walz avait refuse cette place sur 
laquelle je l'avais pressenti par ordre de Votre Majeste ^). Les affaires 
en Saxe etant devenues pires que jamais*), peut-etre aujourd'hui 
serait-il moins eloigne de l'accepter, surtout si Votre Majeste, par 
ses ordres, en rendait l'exercice plus digne de lui, et si l'on y pouvait 
aj outer une pension raisonnable. Sur cela, j'ai etudiö notre etat de 
l'Academie, que je suis parvenu enfin ä entendre, et je trouve que, 
si Votre Majeste voulait nous aider et prendre sur eile partie de la 
pension, nous pourrions faire le reste et attirer ici un homme de 
grand merite, qui y transporterait ses talents et sa famille. Pardon, 
Sire, si j'importune Votre Majeste, le bien de son Service ne m'a point 
permis de demeurer muet. Je suis etc. Maupertuis. 



Le Roi est pauvre comme un rat d'eglise, il etablit grand nombre 
de colonies de paysans; lorsque celles-lä seront pourvues, on pensera 
aux astronomes. Federic. 

9Jod) bem Stbbrucf ber Urj^rift bei £e ©ueur ©. 82. 



1) eine :^anbjc^riftHc^ nic^t bortiegenbe Stntföort, 10. 'äpvil 1747, fie^c 2a ^ean^ 
meüe Dir. SS. 3lv. 89—91 fehlen un§ gleichfalls. 

2) SSgt. oben ©. 203. 

3) SSgl. ben SSriefroe^fel aiüij^en 2Jiaupertuiä unb Qo^nn XTjeop^il SBqIs bei 
Se ©ueur ©. 418— 42:>. 

!; SJtoiipertmS I)at bte 3ei^üttung ber jäc^ftj^en f^inansen im ©inne. S^gl. ^oU= 
tijc^e (Sorrejponbenä V, 387. 388. 



222 33ncfH)ed)jel Jtöntö gdcbti^ä mit 9Jiaupcthü§. 

47. 
S)cr iUiuifl au 9Jlaupci'tut§. 

[aoüt 1747.] 

Vous etes le souverain dispeusateur des places de l'Acad6mie ^), 
c'cst ;\ vous de Ics donner ou de Ics refuser; je vondvais qu'au lieu 
de taut d'assoeies cHrang:crs iious cussious de bous academicicns r6- 
sidauts ä Berliu, dout on tirerait plus d'avantage quo des absents. 
Quant a M. SuI/at-), je ne sais point s'il voudra 6tablir ses öquations 
algebriqucs a Berliu, il serait donc ndcessaire de le pressentir d'avance 
sur ce sujet; et pour les fables de Phödre et Euclide, il senible que 
le gyranase, en les unissant eusemble, a voulu nous dire que ce sont 
les beaux vers et les traits d'imagination qui apprivoiseut les seiences 
abjectes et sauvages. Pour moi, je ne suis pas payö pour m'inscrire 
en faux contre une pareille morale, et dussiez -vous m'aecuser de 
prcferer les flageolets de Phödre aux cordes de cercles d'Euclide, je 
vous avouerai que le tendre que j'ai i)our les citoyens du Paruasse, 
nrinspire peut-etre uii prejugö trop outre contre les seiences qui ont 
une autre patrie. 11 n'y a que vous qui etes citoyen de tous les 
lieux et (jui, sans etre transfuge, pouvez passer du pays des seiences 
dans celui des beaux arts, et de celui des arts dans celui des seiences ^). 

Fe. 

3lai} bcr cigen^änbigen UrjdjriftS). SJerfälfc^t: So SBeaumeKe 3lt. 93, mit er* 
funbenem 3)atum >10 aoüt 1747«. 



1) ^n bem ]^anbftf)riftli(^ nic^t öorliegenben ©direibcn bom 14. Sluguft 1747 (So 
Scoumelle 9ir. 92} jdjlägt SDJoupcrtui^ jur Slufnatjme in bie Slfobemie bor: >le corute 
de Senuetcrre aveugle dojä comme Ilomere«; beit SDiarqui^ bc Goloiore, Srigobier 
ber Gardes du corps; enblid^ ©ul^er ouä Sü^^i"^ Q^^ ßrjo^ für ben bor ?t5jcf){u^ ber 
mit i^m geführten SScr^onblungen geftorbenen SBal^- 

2) ^o^inn ©eorg ©uljer fiebelte „im 6pätl)erb[t 1747" nod) 58culin über. SSgl. 
6ul5erö Sebcn^beid)reibung bon i^m jelbft oiifgcje^t, t)erau^gcgebcn bon 3Jlman unb 
gjicoloi, 33erlin 1809, ©. 25. 

'öj 2(uf bcr legten Seite ber Urj^rift ftel^en folgenbe SBerje: 

.Je me flattais dans mon enfance 
De suivre au combat ce vainqneur 
Que l'estime et la confiance 
Rendent si eher ä votre cceur; 
Mais puisque le Destin contraire 
Mc force, en m'otant la luiniöre, 
D'admirer de loin ses cxploits, 
Seuls comparables Tun ä l'autre 
A chanter sa gloire et la votre 

Je consacre ma fälble voix. Le comte de Senneterre. 
^ic Unterschrift äcigt eine unfic^ere §Qnb tuie bie eine§ Sfinben. @i folgt no^ ber 



17 17, Sluguft — 3ioüember. 223 

48. 

2)er Äönig an 9Kaupertui§. 

[novembre 1747.]' 

Du haut de la voute azurne, 
Du piuacle de l'Eiupygree, 
Oll vous brillez pres de Newton. 
Recevez cette ode -J paree 
Dea palmettes de l'Helicon. 

Nous autres faiseurs de sornettes 
PretendoüS notre part aux Cieux, 
Et nous pensous qu'ctre poetes 
C'est parier la langue des Dieiix. 

Mais ime rivale celebre 

Insulte ä nos illusions 

Et dit que nous nous adjugeons 

Le patrimoine de l'algebre, 

Que son calcul parle ä Tesprit 

De rapports abstraits, de merveilles, 

Que tout notre art ne se reduit 

Qu'ä flatter les lourdes oreilles 

D'un peuple qui de nous se rit. 

Accordons ce plaisant litige, 
Puisque l'honneur des arts l'exige, 
A leurs interets concourons. 
Vous, disposez de la nature, 
Changez la forme et la figure 
Des poIes couverts de glagons; 
Tandis que sur nos violons 
D'un archet discordant qui jure 
En cadence, nous raclerons, 
Et melerons ä nos cbansons, 
Pour que leur frivolite dure, 
L'immortalite de vos noms. 

3Jac^ öer eigcnpnbigeti Urjdirift. 25erfäljc^t: fia 58eouniene 9ir. 5ü. 



SSermer!: »M. de Seneterre etait colonel ä dix-buit ans. A vingt, la petite vörole 
Uli fit perdre la vue.« ^n ben SSeräetd^niffen ber au^märtigen Sftitgtieber ber Sttabemie 
finbet \iä) ©enneterreg S'Zame m<i)t 

1) SSegen ber Satirung ügl. ©. 224 2lnm. 1. Dffenbar begleiteten bieje SSerje bie 
in bem nad^fte^enben S3riefc 3ir. 49 cxw'äljntt Die auf bie SBieberfierftetlung ber 
SHabemie. 

2) SSgl. Sln^ong B. 



224 5Briefwe(:^ieI Jlöniß ?fricbrid)§ mit SRaupertuiS. 

49. 

Ter itöuiij au ÜJJaupcvtuiä. 

[novembrc 1747.] i) 

Je V0U8 rcuvoie, cn vous remcrciant, l'dloge du pauvre Jourdan^), 
j'ai corriire quclque chose, commc vous le vcrrcz, mais A, vous dire 
le vrai, je suis plus attaclie a l'ouvragc que je travaille ä pr^seut et 
que je corrige encore^), sans en etre satisfait. 

Je vous abaudouue mon ode^), avee la seule condition que vous 
n'y ajoutiez poiut qu'ellc est de moi; jene sais si e'est par modestie 
ou par vanit^ ou peut-etre par Tun et par l'autre; je craius qu'elle 
ne seit pas capable de soutenir la eritique du Paruasse, et je crainsj 
qu'eu passaut pour poete ou me prit pour aussi fol qu'eux. 

Si vous veuez souper chez moi ce soir, vous rae ferez plaisir etj 
eela au cas que vous n'ayez rien de mieux ä faire. Adieu. 

Federie. 
StQc^ bcr cigcnljäubigen Uricl)vift. 3ScrfäIjd)t: üo 5ÖCQumeUc 9Jr. 103. 



1; 2cr ^liifa^ bc§ 2?atum^ crgicbt fic^ itntcr bcr ißorauäjel'iung, ba^ in bem ^aitb= 
jdjriftlid) nidjt öorlicgcnbcn '-öricfc üon 9Jiaupertiiig, "üZr. 102 ber ila ÜBcaumcQe fd)en 
5lulgabc, ias 'Saturn >iri nfiverabre 1747« autljcntijd) ift, \va§ bem 3»jflniment)ange 
itac^ angenommen werben barf. 'üt. 94 — 101, 105 — 108 bei ida. 33eaumeUe liegen gteidE)« 
faü^ ^anbic^riftlic^ nid)t üor. 

2) 3?9l. Dben <B. ISS. ®er Eloge de Jordan (CBuvres VII, 3—9) njurbe in bcr 
5Ifabemie am 24. Januar 174G burc^ 2;orget gelegen (ogl. ebenb. p. X) unb 1748 in 
ber Histoire de lAcad^mie fannee 1746; veröffentlicht. Um eine le^te S)urd)fid)t 
bei aJionufcript» für bie ^rucflegung l^anbeü eä \\d) in obigent ^-öriefe. S)er iiönig 
fanbte ben fertigen 93anb, ber auc^ bie >Meiiioires jjoiir servir ä riiistoiro de Braiide- 
bourjr« (big l'.40; ögl. ©. 220 2lnm. 4j entf)ielt, im gebruar 1748 an i)k 2Jiorfgräfin 
ton Saireut^; ügl. (Euvres XX VIT, a, 170, 176. 

3) SBo^I bie ^blianblung >Du militaire depuis son Institution jusqu'ä la fin du 
regne de Frederic Guillauiue« ((Euvres I, 170 ff.). 3?g(. bie einfd)Iägigen ©djreiben 
au^ bem S'ioüember 1747, SIKilceüaneen S. 470 ff. unb unten 6. 254 5tnm. 3. 

4) >Le Retablissenaent de TAcademie« (CEuvres X, 22—20); gelefen burd) 
Sorget in ber Slfabemie am 25. ^onuar 174S, ücröffcntlic^t unter bem Jitel >Le renou- 
vellement de TAcademie des sciences« juerft in ber Histoire de l'Acad^mie, ann^e 
1747, Berlin 1749, p. 5 — 8, Jobann in ben CEuvres du Pliilosophe de Sans-Souci, 
1750, t. II bgl. unten S. 254 2(nm. 1). 2)er fran^iöfifc^e ®efanbtc Sßalor^ beri^tete 
fc^on am 27. ^önuar 1748: »II y eut jeudi, 25, une assemblee publique ä l'Aca- 
d6mie; on y lut la Vie de Prüderie Guillaume, surnomrae le Grand-Elccteur, par 
le meme auteur qui donna, l'annee pasßöe, des Meraoires sur la maison de 
Brandebourg, et dont j'ai eu rhonneur de vous parier. Cet auteur est le roi 
de Prasse lui-meme. Ce dernier ouvrage est du raeme style que le premier. 
C'est une 6l6gance peu commune, pleine d'6clair8 .... La lecturo du memoire 
Bur Thistoire de Brandebourg a ete pr6cedee d'une ode du meme auteur. Je ferai 
mon possible pour l'avoir. II est bien singulier de voir un genie comme celui- 
Lä embrasser ta.ut de partics diff^rentes, qui toutes demandent eu particulier un 



1747, 5Roüember— 1748, 16. Sanuar. 2'>5 

50. 

2)er ^önig au 3)iaiipertui§. 

tBerlin, 16 janvier 174b.J 

Je regois votre lettre au Bortir d'uu atto di fe: mon fröre, ma 
belle-soeur et moi, nous avons fait uu eufuut cntre uuus trois, dont 
j'ai 6t6 le paiTain'). Vous voyez de qucls moyens Dieu hc Bert pour 
former son Eglise; qui l'eüt dit qu'un tr6s zele disciple d'Epicure 
eüt dövotement fait jeter de l'eau sur la tete d'uu eufaut, au uoiu de 
trois personnes qui n'en fönt qu'une, et que voili r6ellemeut uu Chrd- 
tien de ma fabrique. Je ne plaisante point sur le sujet de votre 
maladie, je vous röitöre la priöre que je vouß ai faite souvent, qui 
est Celle de vous söquestrer de la societe peudaut oe fruid violeut, 
de vous mönager excessivemeut, pour reparaitre ensuite plu.s saiu, 
plus vigoureux et plus brillant que jamais; je reuonce au plaisir de 
vous voir jusqu'au premier degel et je vous eonseille de vous pour- 
voir de bonne heure de quelque empirique qui ait rinspection sur 
votre poitrine. J'en viens enfin au sujet de votre lettre; je ferai 
examiner le cas du libraire^) pour voir ce qu'il y aura ä faire, mais 
je crois qu'il aura tort, car il n'y a pas trois semaiues que les quartiers 
de la ville de Stargard ont ete r6gl6s avec toute l'öquitd possible. 

En qualitö de votre Trissotin'^) je vous r6p6te ces beaux vers: 

Falles la sortir, quoi qu'on dit, 
De Bon snperbe appartement 
Oü cette ingrate insolemmeut 
Attaque votre belle vie! 

Trös sörieusement, menagez-vous, car il ne s'agit pas de badiner 
avec une poitrine delicate, il faut conserver la machiue dans ce monde- 
ci le plus longtemps qu'on peut, l'autre puurrait, ou pour mieux dire, 



homme tout entier. Ces sortes d'ouvrages et la musique servcnt de di^-lasseraent 
a ce grand prince.« SBgl. gorfd^ungen jur branbenburgiic^en unb preuBijcften öcidjic^te 
VI, 479 unb oben «S. 220. S)er STejl ber öon 58aIorQ am 3. gebruat 174s cingcjanblen 
Slbjc^rift im ?trd)io beä auSroärtigen 5Kini[terium^ m ^ai^i^ »i^b unten im ffln^ong B 
mügetlieilt. S8gl. auc^ (Euvres XXII, 179. 

1) Sie %avi\t beg am 30. ©eptember 1"47 geborenen grinsen Jriebrid) .^leinrid) 
Äotl, jttjeiten So^neä beg grinsen üon ^reufeen unb ber ^rinäefftn iiuijc ^2lmalic, fanb 
am 16. Januar 1748 ftott. 

2) Sodann E^riftopf) ^alcfe, Suc^brucfer ju Stargarb in ''ißommcrn, bat 3)laupertui8 
(tgl. "üoi^ ianbic^riftlicf) nid)t üorliegenbe (2d)reiben oom 16. Januar 1748, £a SScau» 
melle 9ir. 108) um §erabje^,ung ber 3al}t ber bei il)m cinquartirtcn Solbatcn. 

3) Möllere, Les femmes savantes. 

«oftr, SBtiefwedifel gviebncf)« be« ©togeit. lö 



226 ^ricfiDcc^jcI König griebric^ö mit SRaupertuig. 

noiis fcra banqueroute; aiusi nppelcz Lieberkübus '), Ellers 2) et tous 
vos cmpoisouiieurs de l'Acrtdemic pour vous douuer du coutre-poisou; 
ils feront de moi im devot en Eseulape, s'ils vous gudrissent, et je 
promets i\ Apollou le moius mauvais poeme que je pourrai eufanter, 
si sou art vous tire d'affaire, je lui offrirais bien des tendres göuisses 
et des libations de nectar de Hougrie; mais ce serait de quoi me 
faire brüler par la gent tbc'ologale, ainsi je rae r6serve a. faire des 
voeux de tout mou cocur pour votre reconvalesceuee. Fr. 

''ilaä) bcr eigcnljänbigen Uridjrift. !öei-fäljd)t: 2a 33eaumeüe 9ir. 109. 

51. 

2)er ^öntg qu 9JJaupertui§. 

[Potsdam] ce 18 [fevrier 1748.] 

Vous devez etre surpris de ce qu'uue com^die^) m'a empechö de 
travailler ä l'oiaison funöbre^) que vous me demandez '') ; cela n'en est 
pas moins vrai. Votre gros professeur est^) mis tout du long sur le 
trottoire^]; uous autres ignorants nous ne pouvons nous venger de 
raflfront que uous fout les savauts d'eu savoir plus que nous, que par 
la plaisanterie. J'ai fait une comedie prussieune, qui est la peinture 
de quelques -unes de nos moeurs, je crains fort que la comödie prus- 
sieune aura le sort de la trag^die grecque^). 

J'applaudis beaucoup ä Tacquisition que j'ai faite de La Mettrie^); 
il a tout l'esprit qu'on peut avoir et par-dessus tout il est bon m6- 



1) 3n bcr SSorlage: Librequins. 3SgI. oben S. 203. 

2) Dr. Sol)- X^eobor Gller, .^ofrat^, erster Seibmebicuä u. ®ecan be§ DBercoIIegii mebici. 

3) »L'ecole du rnonde« ((Euvrcs XIV, 303—358), am 16. unb 18. m.äxi 1748 
in ^Potsbam aufgeführt. 

4; ®ebäcf)tniBrebe auf ®eorg Soitrab ö. b. 0ol^ ((Euvres VII, 13—21) am 30. 3Rai 
174S in ber 5I!abcmic gelcjen. ^utx\t öeröffentlii^t 1749 in ber Histoire de l'Aca- 
demie, ann^e 1747, p. 9 ff. 

5) S8gl. ben unä nic^t üorliegenbcn 93rief S!Koupertui§' Dom 15. gebruar 1748, Sa 
Scaumelle 3lt. 116. Unter 9ir. 132 giebt 2a Seaumelle eine angeblii^e Slntföort auf 
obigen Srief beä Sönigg, mit bem unmöglichen 2)atum 19 octobre 1748. 58gl. auc^ 
ebenba 3lx. 130. 

6) 3?gr. oben @. 219. 

7) Sn ber gtoUe beä aJtonfieur 93orbu§. 

8j 5^er Stiof bes ftaifer^ Sluguftu^; ögt. Suctonius, Ani^ustus, cp. 85. 

9) 3ules CffraQ be 2a 2)iettrie, am 7. gebruar 1748 in 58erlin eingetroffen (5Ber» 
linijc^e S^ac^ric^ten 9cr. 17). 3(Igarotti, ber am 12. gebruar nad^ ^otlbam ging, ftcHtc 
i^n bort bem Äönige öor, nacf)bem 2Jtau^)ertui§ >mercredi« (alfo am 7.) on 3(Igarotti 
gejd)rieben ^atte (bei Desnoiresterres, Voltaire et la BOci6t6 du XVIII'"^ siecle, IV, 
47 Slnm.): >Voici M. de La Mettrie, mon eher aini, que je ne puls conduire moi- 
ineme ä Potsdauj, mais pour qui je vous demando vos bona Offices.* 



1748, 16. ganuar — 24. gRärj. 227 

decin; il a gagne ma faveur en m'assurant foi de medecin que vous 
vivriez longtemps, et qu'avec quelques m^nagemeuts il n'y avait rien 
ä craindre pour votre poitrine. M6nagez-vou8 done, je vous prie, et 
pour l'honneur de notre Acadömie qui est perdue sans vous, et pour 
ma satisfaction. Adieu. Je ferai le panögyrique dans quelques jours. 
Je souhaite de tout mon cceur de vous revoir ä Berlin en bonne 
sante. Federic. 

ytati) ber eigen'^änbigen Urfi^rift. S8erfäljd)t: 2a 93eaumelle 9^r. 131, mit erfun= 
bettem ®atiim >18 octobre 1748c. 



52. 
S)cr Äönig an 9Kaupertui§. 

Potsdam, 10 mars 1748. 

J'avais, ä votre requisition, aceorde ä l'Academie le privilege 
exclusif de la censure et des droits sur l'imprimerie et l'entree des 
livres etrangers dans mes Etats. J'ai reconnu depuis, sur les re- 
preseutations qui m'ont ete faites de toute part, que rexercice de ce 
privilege tirerait trop ä consequenee et attirerait aprös soi la ruine 
de plusieurs imprimeurs et libraires. Je Tai donc annule, et je remets, 
ä cet egard, les choses sur le pied qu'elles ont toujours 6t6. J'ai 
bien voulu vous apprendre ce demier arrangement; il ne change rien 
ä ma bonne volonte pour TAcademie, et je lui laisse les droits que 
je lui ai accordes sur l'impression et l'entröe des cartes geographiques, 
dans toute l'etendue du royaume, et la distribution exclusive des al- 
manachs en Ost-Frise, selon les ordres que j'ai dejä donn^s en con- 
sequenee, et que je viens de renouveler ä mon ministre d'Etat de 
Viereck 1). Sur ce etc. 

^ad) 2lbjc^rift ber ÄoBinetäfanätei. 

53. 

©er Äönig an 93?aupertui§. 

[Potsdam, 24 mars 1748.] 

II vient d'arriver une chose fort singuli^re. Je ne sais quelle 
moucte a piqu6 Algarotti ou quelle boutade l'a pris : il me demanda, 
il y a trois jours, assez brusquement son conge. Je ne m'attendais 
ä rien moins que cela, je voulus savoir de quoi il s'agissait, et je 



1) aSgl oben 6. 204. 

15* 



22S 23iiefiücc^jcl Äöntg g-nebric^S mit SJlaupevtuiiS. 

u'ai \m cutrcvoir daus toutes ses vaisous qiic des pr^textes tirös par 
les clievcux et des excuses aussi frivoles que ridicules, pour cacher 
le foud de sou iucoustauce. II in'a 6ciit depuis pour la secoude fois; 
je me suis assez possc^d6 pour ue lui pas r^poudre d'abord, mais 
aprCs avoir calmii nies premiers mouvemeuts, je vous charge de lui 
dire qu'il s'est eugagö l'auuc^e passee ä, mon Service ä couditious que, 
(juoique ses prcitentious 6taieut exorbitantes, j'avais passö sur bieu 
des cboses, et que j'avais rempli ces conditious, uubliaut entitirement 
lc8 mauvais diseours que toute TEuro^je se röunit de dire qu'il ait 
teuus sur le sujet de ce pays. Vous comprenez que je n'ai eu en 
vue eu l'engagcant que de me procurer la compagnie d'un homme 
d'esprit; au lieu de cela il a fait un eselandre terrible avec la Bar- 
barini ^), action toute flc^trissaute qu'elle 6tait pour lui, que j'ai bien 
voulu oublier cneore; mais quant ä la fa§on cavaliöre dont il me 
demaude suu conge, cela met le comble ä la mesure, et je lui fais 
siguitier qu'il peut quitter mon service quaud il voudra, cependant 
en me remettaut, avant que de partir, la clef du cbambellan et la croix 
du merite, qui est prostituöe ä son col. 

Vous aurez la bouti^ de vous charger de cette commission; c'est 
par votre recommaudation que je Tai pris, ainsi c'est ä vous de lui 
signifier ma volonte, depuis qu'il s'est rendu par tant d'ingratitudes in- 
digne de ma protection 2). 

Adieu. Je vous souhaite bonne messe et bonnes vepres. 

Federic. 

'ülai) einer 2(bic^ri[t öon 9Dioupcrtuiä' ^anh mit Praesentatum »re^u 24 mars 
1748c. Scrrälic^t: Üa 33caumeüe 3cr. 117. 



54. 

2)er Äbuig an 3JUupertui§. 

[Potsdam] ce 8 [avril 1748.] 3) 

Vous ferez de vos pensions vacantes la distribution que vous 
jugerez la plus convenable pour les progres de votre Academie, 
d'autant plus que je ne sache personne de plus capable que IVl. notre 



1) %k Xänjcrin ©ignora SSarborina. SSgl. „Stönig ^rriebri^ bcr ©rofee", I, 490. 
510. 634. 

2) SBgl. bie ^anbiti^nftlic^ ni^t üorliegcnbe 3littroort bom 24. SD^ära 1748, So 93eau* 
meUe 9?r. 118. 

a) »gl. bie ^onbjc^riftlic^ nic^t üorliegenben ©^reiben aßaupertuiö' öom ü. Slpril 
unb *». 'Slai l'-i'^, 2a S3eaumeUe 9ir. 119. 121, imb bie offenbor ööUig erfunbenen 
©(^reiben an manpcüuis, i)tr. 120. 122. 



1748, 24. 9JJärä — 20. 2J?oi. 229 

President pour en faire la röpartition. Quant anx medailles, je vous 
avoue naturellement que je ne connais que les modernes, dont je 
suis Obligo de faire usage pour les depeuses de l'Etat, et pour les- 
quelle s je suis importune souvent par l'aviditö insatiable de certaines 
personnes modestes qui sont n^es avec une Sympathie, ou si vous 
l'aimez mieux, avec une attraction singuli^re pour les especes; ainsi 
vous mettrez, s'il vous plalt, sur vos mödailles tout ce qui vous fera 
le plus de plaisir, füt-ce meme votre corbeau ou votre chat. Quant 
ä mes occupations, je vous dirai que je travaille ä präsent sur le 
guidon des finances, et que je fais un gros ouvrage') qui fera rire le 
public et jurer les financiers. Je vous souhaite la bonne fete^), facile 
confession et l^göre absolution, vous assurant qu'on ne saurait vous 
estimer plus que je ne fais. Federic. 

'Slaä} ber cigen:^änbigen Urfc^rift. 58erfä(j^t: Qa SeaumcHc 9ir. 53, irrig ju 
1746 eingereiht. 

55. 

S)er Äönig an 9Jiaupertui§. 

Potsdam, 20 mai 1748. 

J'ai d6jä fait expedier l'ordre pour qu'il seit enjoint au maitre 
de la monnaie de frapper les mödailles pour l'Academie^), et je le 
fais renouveler aujourd'bui pour qu'elle soit autoris6e ä en frapper 
autant qu'elle en aura besoin. Quant a la lecture de votre assemblee 
publique du 3 4) de ce mois, vous savez que j'approuve tout ce que 
vous jugez ä propos de döcider dans ce qui regarde l'Acadömie et 
en depend. Sur ce etc. 

maäj Slbfc^rtft ber ^aBtnetSfortälci. 



1) ®ie neue ^nftructton für bo§ ®eneraI=2)trectortum bom 20. Tlai 1748. SSgl. 
bte Don (5. grteblaenber mitget^etlten eigenf)änbigen Slttmerfungen be§ Sönigg ju ber 
Don grtebrid^ 3Sti:^eItn T. erlaffcnen ^nftruction, ^^i^fi^i^ift fü'^ ^reu^iji^e ©efc^ic^te XVIT, 
386 — 397, fotDte @. Sauer, ©in Slegierunggprogramm f^rtebric^g be§ ©ro^en (3ut @e« 
jcf)ic^te unb ©l^aracterifti! f^riebric^g be§ ©roBen, SSre^Iou 1883, ©. 129 ff.). 

2) Dftent fiel ouf ben 14. Stpril. 

3) ^n btefen 3uffln^wett'^o"9 gehören aucf) bte nt(f)t öorliegenben 93rtefc ?Jr. 114. 
115 ber ^rugqabe öon Sa SSeaumeHe. S)ie gur Krönung ber ^reiSoitfgaben befttmntte 
SKebatüe ton §ebünger auf bte 2BteberI)erftenung ber Stfabemie trägt bte Umjc^rift: 
»Fridericus Rex Academiae protector. MDCCXLVII«, unb ben 9teöer»: »Scien- 
tiarum et Litterarum incrementum«. 3)ie auf bie ^uftisrefornt bejüglic^e SJieboille 
mit bem ?Reöer§ »Emendato Jure< tourbe bem ©rofefangler ©antuel ö. Socceji am 
24. ^unt 1748 burc^ ben ^öntg überfanbt. 93erlini)c^e JJac^ri^ten 3lx. 77. ^ßreu^, 
i^riebrtdj ber ®ro§e T, 317. Histolre de rAcad6raie, ann6e 1747, p. 4. 

4) 58erf(^rieben für 30. 3?gl. 3lt. 56. 



230 ^vicfrocdijel X?öntn tvncbridi^ mit 5Kaupertui§. 

56. 

5)er ßönig an 2JiQUpertui§. 



[mai 1748.] 



Voici la Jl'e de Federte /«", u laquelle j'ai fait quelques corre- 
ctions. J'esp^re qu'elle en sera moins indigne de vos ra6moires>). 
Elle est bavdie, mais eile est vraie, et c'est, selon moi, le premier 
attribut de riiistoire. Je vous soumets le style; si vous y trouvez 
quelque chaugemeut ä faire, je suis pret ä y repasser la Urne. Quel 
mutier pour un göometre, que de v6tiller sur des mots! Mais vous 
etes tout iV la fois; aiusi la*) grammaire entre dans votre immensitö 
comme la göomctrie la plus sublime. Vous savez juger Newton et 
Leibniz, rire ä rintermesse ») et badiner ä table: il n'est aucun laurier 
qui ne ceigne votre tete. Federic. 

9Jad) ber eigeif^önbigen Urjc^rift. 58erföljd)t: So 93eaumeIIe 3lt. 78, irrig 3U 
1747 eingereü^t. 



57. 

2)er Äbnig an 2}^aupertut§. 

Berlin, 31 mai 1748. 

Vous recevrez ci-joint plusieurs papiers qu'un nommö Raymond 
du Mayne ma adresses de France. Comme je ne connais point cet 
homme-lä, je vous prie de lui renvoyer ses papiers et de m'en d6- 
barrasser d'une fa^on polie, afin que je n'en sois plus importune. 
Sur ce etc. 

3la6) Slbfd^rift ber tabinetSfansIei. 



l; »Vie de Frederic III, premier roi de Prusse« (CEuvres I, 96 — 124); gc« 
^t^rieben öor bent 24. 3(uguft 1747 (ögl. SJtigcellanecn ©. 283); gdejen in ber 5t!abemie 
am 30. Tlai 1748; (ögl. ©. 229 2lnm. 4); erjci)iencn 1750 in ber Histoire de l'Aca- 
d6mie, ann6e 1748, p. 367 ff. (bgt. unten 9Jr. 73). 

2) Sic. 

3) Sic. 5BgI. giRiäceaaneen 6. 252. 253. 9tm 8. SKärj 1748 j^reibt ber Slönig 
on bie SKarfgräfin Don Soireut^, bafs er >UDe troupe d'intermezzo« ertuartc für bie 
9luff Urning „Heiner Dperetten". (GEuvres XXVII, a, 176j. 2lm 16. unb 18. 3)Uth 
ipielte bie Xruppe ;58erlini)d)e Jca^ric^ten 3ir. 34), ebenfo am 15. unb 16. %px'ü, 28. Wai 
unb 2. 3um (ebcnb. 9Jt. 47. 65. 67. (Euvres XXVII, a, 178). ®oä »Intermezzo« 
tarn bamolg in SPlobe. 2a 93eaumeIIe f^reibt an SOlau^jertuig, ^arig 6. gebruor 1753 
(2e Sueut <B. 209): »L'Intenuczzo italien a porte de terribles conps ä l'Opera 
frangaiB«. 



1748, mai — 22. guli. 231 

58. 

S)er Äönig an äRaupertuiS. 

Potsdam, 4 jnillet 17481). 

Voici ime lettre du Domm6 Raymond de Mayne, personnage dont 
je ne me souviens pas d'avoir eutendu parier. Comme je voudrais 
cependant etre informö de quoi il s'agit dans son affaire, et qu'il 
all6gue une lettre de votre part, j'attends que vous m'en parliez ä la 
premiere occasion. Et sur ce etc. 

aiad) Slbfc^rift ber ^abinäätan^kl 

59. 
9Kaupertui§ on ben Ä'önig. 

Berlin, 22 juillet 1748. 

Sire. Pardon, si j'occupe quelques moments de Votre Majestö 
par des details academiques; un esprit universel trouve du temps pour 
tout, et nous attendons de Votre Majest6, qui orne nos recueils de ce 
qu'ils ont de plus pröcieux, qu'elle daigne encore nous diriger de la 
maniere de les faire paraltre. La mort du sieur Haude^) nous met 
ä portee de faire quelques changements avantageux dans la forme des 
volumes que nous donnerons desormais au public, et j'ose demander 
ä Votre Majeste sur cela ses lumieres et ses ordres. 

Nous avons certains memoires latins dont nous ne pouvons donner 
que des traductions fort imparfaites, soit parceque le frangais n'a point 
plusieurs termes Äquivalents ä ceux que les chimistes d'Allemagne 
ont latinises, soit parceque nos traducteurs les ignorent. D'autres 
memoires de Messieurs nos gens du College tirent une partie de leur 
merite de l'ölegance de leur style latin, que l'experience nous apprend 
qu'ils ne conservent pas dans notre langue. Les uns et les autres 
de ces auteurs se plaigneut des traductions, et peut-etre meme le 
public s'en plaindra-t-il aussi. J'ose donc demander ä Votre Majeste 
si eile approuverait que ceux de ces memoires qui ne peuvent etre 
traduits sans beaucoup perdre, demeurassent dans la langue oü ils 
ont et6 ecrits, et qu'on suppleät ä ce melange de frangais et de latin 
par une histoire frangaise qui contint l'extrait de tout, oü l'on tächerait 



1) 2)rei auf it)re @(^tf)eit ntcfit ju fontrolirenbe ©tütfe, angeBU(^ ou§ bem ^funi 1748, 
fie'^e 2a SeoumeEe yix. 123—125. 

2) S)er SSuc^pnbler 2Intbrofiu§ §oube. 



032 ^^riefroecbicl fiönig ^riebricfi? mit 9Rauoertin~. 

d'humaniser ces sublimes elegances romaines. les t^nebres de la chimie 

et les horreurs de Talgebre. 

.rartends les ordres de Votre Majeste pour savoir si nous devons 

nous proposer ce plan ou continuer notre troisieme volume, comme 

les deax volumes precedents. et suis avec le plus profond respect, 

Sire. de Votre Majeste les tres humble et tres obeissaDt serviteur 

Maupertuis. 

Xacf) tcm Ättnid in eigeirbönbism Uricbrift in bcn (Euvres XVII, 337. $igl. 
Sa ^Minnelle ?fT. 126. 

6ö. 

^er Sönig an 3Raupcrtui§. 

Potsdam. 24 juillet 1T4S. 

Votre lettre m'est bien parvenue. Vous savez que je vous ai 
laisse le maitre de regier tout ce qui regarde le bien et les aflaires 
de TAcademie; mais, pnisque vous Toulez saroir mon seutiment sur 
la maniere d'imprimer vos memoires, et que yous pensez que quelques- 
uns des ouTrages de tos academicieus perdent ä la traductioD, je ne 
m'oppose point que vous les laissiez subsister dans la langue dau? 
laquelle ils sont ecrits. La nation des U^ merite bien des conside- 
rations: mais je pense aussi qu'il conviendrait, pour lui en marqner 
darantage, qne vous fissiez un Tolume ä part de toutes les pieees 
latines. et que ce qui serait en frangais, fut imprime aussi separement. 
C'est. je crois. le seul parti ä prendre. et dont Tarrangement eontentera 
tont le monde. Snr ce etc. 

S^acfi HBicörift ber gatinet«!(nylci. &ne freie (Jrnnbung: 2a 33e<nnncnc ??t. 127. 

61. 

SJer Äönig an SD^aupertuil. 

Potsdam, 3 aoüt 174S. 

Pnisque l'interet de votre sant^ et de vos affaires Texige, je 
consens volontiers que vous alliez passer l'hiver en France'); mais, 
si j'avais un conseil ä vous donner, ce serait de ne point faire ce 
vovage par mer, ainsi que vous vous le proposez. Le temps oü vous 
Youlez vous embarquer, est le plus dangereux, pour les orages, et, 
outre les retards de la navigation, il v a encore tout ä eraindre des 



1 3?gL b3§ t: ~ niit torfiegenbe ScfirciSen pom 1. 2Iuguft 174S, Sa 

Ceamneüe 3iz. 12*. _ ... .ruis cerließ 35cr[in am 30. Hertemter 1748. 



174S, 22. SuTi— 15. 9toiientBec 233 

perils de la mer. Je crois que vous ferez bien de choisir une route 
plus sure et pln» commode; ceci n'est cependant qu'une Observation 
de ma part. et vous etes tout-ä-fait maitre de vous en tenir an parti 
qui vous conviendra le rnienx. Sur ce etc. 

Tiaii Etbfc^rift ber Stabinnstan^ln. 3?erfäli(l^t: S?a ^taamtUe 9tx. 129. 



62. 

2 er Äönig an DTcaupertuiS^). 

A PotEdam. ce 15 de novembre 1748. 

Vouo revoilä donc ä Paris. 
Parmi Messieurs les beaux esprits, 
An centre de la politesse, 
Des arts et de l'urbanite 
Que posseda jadii? la Grece, 
Caresse pai une duchesse. 
Couru et partout^ invite, 
Jouissant dans rotre patrie 
Et de restime et de Tenvie 
Qu'attire toujours apres sei 
Le merite dont leminence 
A la fasridieuse Ignorance 
Tacitement donne la loL 

Que de beautes seront jalouses^ 
QuTiyinen, par le choix d'une eponse, 
Ait fixe V08 vcBUx ä Berlin! 
>Ma chere, c'est un geometre«, 
Dira l'une d'un air malin; 
>Le monde pretend qu'il doit Itre 
D'un jugement net et certain«. 
Le feu lui montant au visage, 
Elle sent d'autant plus rontrage 
Que vous faites ä ses attraits; 
L'autre repond, pleine de rage: 
>C'est que c'eat un mauvais Francis«. 

Bientot un nouveau Aus de monde 
Vous entraine vers ce sejour 
Oü de la narure profonde 
Lart ä tatons suit le detour; 
Bans cet Areopage auguste 



1' Soron g^ in ber 9n§qabt bon Sa Scamndle oü 9^ 135 ein ongdßtBeS 
Schreiten Wtasxpattää' au* gontoincblcon, 3böemBer 174S. 

2; 3?ari(mte ht§ W)bmdi§ in ben (Euvres du pMlosophe de Sanssouci üon 
1750, T. LH {nriebct^olt in ben (Euvres XL, 47 ff.): Desire, partout. 

3 Variante öon 175ö: Que la France sera jalouse. 



234 5Brieftt)cd)jeI ^öntg fJriebnd^S mit 9Kaupertui§. 

On distingue ce vieux Nestor'), 

Reste cli^ri de Tage d'or, 

Dont l'esprit gai, profond et juste 

Semble triompher de la rnort. 

La sont, protegös d'Uranie, 

Et les Clairauts2) et les MairansS), 

Votre ^mule de Laponie 

Et tant d'autres, tous vrais savants. 

De hl A-^ous vous rendez au temple 
Qu' Armand 4) fonda tant pour son nom 
Que pour le culte d'Apollon, 
Oü Tetranger ravi contemple 
Tous les dieux de votre H61icon: 
Quarante bouches Eloquentes, 
Quarante plumes triomphantes 
Y portent des coups foudroyants 
Aux sol6cismes renaissants. 

Dans cette compagnie illustre 
L'un brille d'un plus vif 6clat, 
II en est l'ornement, le lustre, 
Du Finde il a le consulat; 
Comme un cedre qui se redresse, 
L6ve sur la foret epaisse 
Son front süperbe et sourcilleux, 
De meme ce moderne Homere 5) 
Au-dessus du savant vulgaire 
Semble porter son vol aux cieux. 

Plus loin, aux bords de l'Hippocr^ne, 
On voit l'amant de Melpomene^), 
Son Catilina dans les mains, 
Faisant haranguer sur la sc^ne 
Le Demosthene des Romains. 

La prenant une autre tonrnure, 
Chiche de mots, mais plein de sens, 
Usbec'') crayonne ä ses Persans 
De nos moeurs la folle peinture. 
Et plus loin sur un flageolet 
Un h^roique perroquet^) . . . 



1) gottteneHe. SSgl oben ©. 202 SCnnt. 1. 

2) aSgl. oben ©. 1S5 3(nm. 1. 

3) Sean ^acqueg Sortoug be 9Jlairan. 

4) Strmanb 2)uplejfig, Garbinal üon 9ltc^eUeu. 

5) SSoItaire. SSgl. ^ubltcartonen IV, 194. 

6) Sgl.^S. 238 2(nm. 3. 

7; 3[)fionte0quieu. SSgl. ^ubticationen IV, 196. 

8} gean SSaptifte £ouig ©reffet, ber ©testet beä Vert-vert. SSgl. (Euvres XX, p. IX. 



1748, 15. SJlotoember. 235 

Mais quels sont ces cris d'allegresae? 
Ces chants, ces acclamations? 
Le Franfais, plein de son ivresse, 
Semble vainquenr des nations? 
II Test; et voilä que s'avance 
La pompe du jeune Louis: 
L'Anglais a pei'du sa balance, 
L'Autrichien son insolence, 
Et le Batave, encore siirpris, 
En grondant benit la clemence 
De ce heros dout l'indulgence 
Pardonne, aprfes l'avoir sonmis, 

Ce prince ä son peuple qui Taime, 
Immole son ambition, 
Plus grand, ä mon opinion, 
De s'ßtre subjugue lui-m6me 
Que s'il eüt, moderne Cesar, 
Attache la Flandre ä son char. 
Les FranQais suspendent leurs armes, 
Les arts, les plaisirs et ramour 
Bannissent les froides alarmes; 
Mars r^gna: chacun a son tour. 
Ces cypres qu'un sang magnanime 
Arrosa pour punir la crime 
De vingt rois contre vous lies, 
Soudain se changent en lauriers. 
Les roses couronnent vos tetes, 
Tous les jours sont des jours de fetes, 
Quand Janus ferme son palais. 

Qu'il est beau de cueillir la paix 
Au sein brillant de la victoire! 
Louis, votre Immortelle gloire 
Va de pair avec vos bienfaits ! 

De cette charmante patrie 
Maupertuis, goütez les douceurs, 
Mais du centre de ses splendeurs 
Ecoutez du moins, je vous prie, 
Les tristes regrets qu'ä Berlin 
Exhale votre Academie: 
Ce sont des plaintes d'orphelins 
Revendiquant en vous leur pere; 
Leurs pleurs et leur douleur amere 
Flechirait des coeurs de marins: 
Toute leur gloire est eclipsee, 
Toute leur grandeur est passee! 

Teile qu'on voit, dans un jardin, 
La rose manquant de rosee 
Se fletrir des le lendemain: 



236 $8ncfrced)jd iföiüg g-rtebrid)^ mit SOianpcvtui^. 

Tel ce Corps, sana votre piesence, 
Dans les langueurs de rindolence 
S'achemine vers sou doclin. 

Lorsqu'un berger sage et fidele 
Sait quelques loups dans son cauton, 
Abandonne-t-il ses moutons 
A leur dent vorace et cruelle? 
Et vous, qui fites soulever 
Les argumenteurs, les sophistes, 
Tous les professeurs monadistes, 
Criant partout pour nous braver, 
Et que, dans Tobscuritö sombre, 
Ils ferraillent encor dans l'ombre, 
Qu'on entend partout disputer, 
Distinguer, prouver, refuter 
Et perorer des gens aust^res 
Du style aigre des harengferes; 
Dans racharnement du combat 
De tous ces cuistres ä rabat, 
Vous quittez ces champs de batailles 
Et fuyez en poste ä Versailles, 
Pour respirer votre air natal : 

Ainsi Eome de ses murailles 
Vit la retraite d'Hannibal, 
Et tandis que l'Africain loue 
Ce courage au Romaini) fatal, 
Le h6ros s'endort ä Capoue. 

Votre Capoue est dans Paris; 
Ces volupt^s chez nous proscrites, 
Ce peuple doux de Sybarites 
Et tant de commodes maris, 
Aux disputes m6taphysiques 
Sont de funestes pronostiques. 

A Paris il est des 61us 
Du dieu de la dölicatesse; 
Leur esprit est plein de finesse, 
D'eux partent des traits imprövus, 
Brillants de feu, de gentillesse, 
C'est lä que vous etes sans cesse; 
Mais de chez eux serait exclu 
Qui nommerait seulement l'espece^) 
De nos bons professeurs en us^). 



1) SSoriante bon 1750: aux Romains. 

2, SSariante öon 1750: Quiconque nommerait Tesp^ct 

3) aSfll. 9ir. 60. 



1748, 15. aiobembcr. 237 

Quittez ces divins sanctuaires 
Et d'Uranie et de Clio; 
Suivez mes avis salutaires, 
Allez retrouver vos corsaires 
Dans votre port de Saint-Malo. 

C'est lä que mon esprit Sans crainte 
Et Sans alarmes vous saura; 
Je n'apprebende point l'empreinte 
Que sur votre cerveau fera 
L'eloquence grossiere et plate 
Et Tatticisme d'un pirate, 
Füt-il le fils du Gay-Trouini), 
Demi-homme, demi-marsouin; 
Car mon amour- propre se flatte 
Que Saint-Malo devant Berlin 
Baisse le pavillon ä plein. 

Quand de la mer hyperboree 
L'astre etincelant des Saisons 
Aura fondu tous les glagons; 
Qu'ici la nature paree 
Et d'eclatants rayons doree 
Poussera feuilles et boutons; 
Que le printemps de sa livree 
D6corera tous ces cantons: 
Alors cet astre secourable, 
Dans une saison favorable, 
Protegera votre retour. 

L'Academie irreprochable 2), 
Des l'aurore de ce beau jour, 
Quittant ses noires elegies 
Celebrera par ses orgies 
L'empire de son president, 
Et dans ces jours tissus de soie 
Retentiront des cris de joie 
De l'Elbe jusqu'ä l'Eridan^), 



II ne faut pas que vous vous imagiuiez qu'ä Berlin Ton ne soit 
pas informe de ce qui se passe ä Paris; pour que vous n'en doutiez 



1) 3tene bu ©a^-Srouin au§ ©t. "SRaio, franäöftf^er .^Ibmiral. SSgl. (Euvres 
XI, 52 Stnm. Sa SSeaunteüe ©. 65. 465. 

2) SSariante öon 1750: inconsolable. 

3) SBoItatre jc^reibt an ben ^önig, Sonuar 1749: »Vous avez envoye ä M. de Mau- 
pertuis des vers charmants. Je vous assure qu'il n'y a aucun de uos ministres qui 
put röpondre en vers ä Votre Majeste, et que tous les conseils des rois de 
l'Europe, petris ensemble, ne pourraient pas seulement vous fournir une ode, 
ä moins que milord Chesterfield ne tut du conseil d'Angleterre.« (Euvres XXII, 
275; ögl. ebenb. 177. 178. 



23S S3rtefn)ed)jcl ßönig gticbric^S mit SKaupertuiS. 

plus desormais, vous pouvez vous en convaincre par cette gazette 
versitiee. Si les vers eu sont mauvais, les cboses en sont au moins 
veritables, et je ne doiite poiut que vous ne fassiez ä Paris comme ä 
Beriiu les delices de la bouue compagnie. Je crains seulement que 
Madame d'Aiguillon') ne vous gäte; eile aime les perroquets et les 
cbatS'^), cc qui sont de puissants attraits, n'eüt-elle pas meme tout 
l'esprit et les agrements que tout le moude loue en eile. Si vous 
voyez Cr6billon-Catilinaä), dites-lui, je vous prie, que je le remereie 
iniiniment de sa tragedie qu'il m'a envoyee. Ce n'est pas qu'il puisse 
etre Hatte de mes suflfrages, mais c'est que cela me fait un grand 
plaisir. Mandez-moi si Voltaire est ä ilome pour faire approuver sa 
Pucelle du Pape, ou s'il est ä Luneville pour faire approuver sa Se- 
mi?-atnis du roi Stanislas. Faites, je vous prie, une tentative sur rArt 
d'aimer^), et je vous promets en cas de röussite le plus beau bluet de 
toute la Pomerauie. Algarotti doit etre de retour dans deux ou trois 
jours de Bologne; il lui a fallu six mois pour faire les obsöques de 
son amour pour la Barbarini ^). 

Je me mettrai incessamment ä travailler ä l'annee 1746 et 47 6) 
et ensuite j'ai quelques idees pour faire de Morceaux academiques '). 
D'Argens a fini son apologie de l'empereur Julien^), mais il n'y a 
pas d'epitre dedieatoire qui la fit approuver du Pape'-*). Jariges^oj ggt 
de venu president de justice ä Berlin. Adieu. Point de rogomme, 
peu de vin, toute l'abstinence d'un philosopbe, et un prompt retour. 

Federie. 
3Zo^ htt eigen:^änbigen Urjc^rift. SSerfäljc^t: 2a 93eounieIIe 9Jr. 136. 



1) Slnna S^arlotte ^erjogin öon SliguiUott, ®emo^Un öon 2trmanb Souig be SSig^ 
nerob Supleiftg-Sfltc^eUeu, ^erjog üon 3(iguiIIon. 
2 S8gl. oben S. 219 2tnm. 5. 

3) ^ro^per ^oltiot be ßrebillon fber ölterc; i)atte ietnen „(Satitina" Joeben auf bie 
S3ü^ne gebracht. 23gl. (Euvres XI, 49; XIX, 23; XXII, 183. 209. ^ublicotionen 
XXII, 350. 

4) ^ierre Sofep^ 93emarb (®entil=58ernarb) olg SSerfaffer ber Art de Taimer. SSgt. 
Nouvelle Biographie Universelle V, 59ü. £a Söeaumelle 6. 410 5tnm. 1. 

5) SSgl. oben ©. 228 Stnm. 1. 

6) S8gl. S. @. 5)ro5ien, 3u ben ^iftorijc^en ©c^riften griebric^ä beg ®roBen; 3"t' 
ic^rift für ^reuBiid)e ©efc^ic^te XVIII, 1—13. 

7) >Di3sertation sur lea raisons d'6tablir ou d'abroger les loix« (CEuvres 
IX, 9 ff.); am 22. Januar 1749 burc^ Sarget in ber 2(fabemie gelefen. SSgl. „König 
griebrtc^ ber ©rofee" I, 624. 

b; 2!ie > Defense du paganisme par l'empereur Julien, en grec et en frangaie, 
avec des dissertations et des notes, par le marquis d'Argens« erf^ien erft 1764; 
ögl. Oeuvres VIII, 64; XIX, 3S6; XXIII, 93. 9) SSgl. unten ©. 291. 

10) «Philipp Sojep^ 0. Sarigc§, ^räfibent be§ äweiten (Senats beS Äammergerid^tä. 



1748, 15. iWoüember — 1749, 3. Sonuar. 239 

03. 
2)er Äöntg an 2Jlaupertui§. 

Berlin, 3 jauvicr 1749. 

Voti-e lettre*) m'est bien parvenue, et c'est ä Darget que vous 
devez vous en prendre, si je ne vous y reponds pas plus longuement; 
il en est exactement la cause. Voyez comme on doit daus ce monde 
compter sur ses amis. Ceei vous paraitra une enigme, et c'en est 
une, en effet, dont vous n'aurez l'explieation qu'ä votre retour ici^). 
Adieu; jouissez de tous les charmes de votre patrie, portez-vous bien, 
et comptez toujours sur mon estime. Federic. 

^aä) betn SlbbrwcE ber ctgent)änbtgen Urj^rift in ben (Euvres XVII, 338. SSer* 
fäljc^t: Sa SßeaumeEe Ux. 138. 



64. 
S)er Äbnig on Wanpnini^. 

[1749.] 

Je suis tout glorieux d'avoir propose une enigme qu'un geom^tre 
n'a pas pu deviner; he bien, ä quoi sert donc votre alg^bre, s'il ne 
peut pas resoudre un probleme que moi, ignorant, je vous propose? 
II semble que vous n'ayez de passiou que pour les courbes, et que 
tout ce qui n'a pas l'honneur d'etre convexe, echappe ä la geometrie. 
Mais treve de badinage, on dit que vous revenez ici par mer? Vous 
faites trembler femme, belle- soeur, cousine, niöce, il n'y a pas jusqu'ä 
vos chats qui n'en ressentent une grande inquietude. J'espere de vous 
revoir bientot^) et je suis avec estime etc. Federic. 

9Zo(f| ber eigenfjänbigen Urfc^rift. 93ei Sa SBeaumette 9?r. 140 unöeränbert*). 



1) Sa SSeountelle 9ir. 137 Hegt '^anbfd)riftltd) niäjt bor, ebcnjoroenig 9Jr. 139, bie 
angeblid)e Slntoort auf obigen 58rief. 

2) 2)er Äönig ttjar mit ber 5lbfaffung beä fomijc^en §elbengebid}tg »Le Palladion« 
((Euvres XI, 155—271) befd^öftigt, beffen Selben Sarget unb ber franjöfifc^e ©ejanbte 
SSalorQ finb. SSgt. ou^ (Euvres XXII, 184. 204. 243. gorjd^ungen §ur branben» 
burgijc^en unb ^jreufiifc^en ©ej^ii^te VI, 480. 

3) 3Dlau|)ertui§ tdjxk im 3Koi 1749 nad) SSerlin gurüd. 

4) Sa ^^eaumeüe 3ir. 141—143 loffen fic^ auf i^re ®c§tf)eit md)t prüfen. 



240 iöncf»Ded)jel Sfönig (Jriebrii^S mit SülauVcrtuiS. 

65. 

^er Völlig an aJiaupcrtuig. 

Potsdam, 14 aoüt 1749. 

Je veux bieu accepter Touvrage que Ic barou de Wangelin a 
desseiu de me dödier, et dont j'ai vu l'^pitre dödicatoiie a la suite 
de votre lettre du 13 de ce mois, et vous pouvez lui faire reponse 
eil cons6quenee '). Sur ce etc. 

9Jad) 'Jlbj^rijt bcr Äabinetgtanalei. 

66. 
SJJaupertuiS on ben ^önig. 

De Potsdam, ce 16 septembre 1749. 
Sire. Voici la lettre d'uu ministre de Berlin 2) qui s'applique ä 
des recherches sur les naissances, les morts et les mariages dans 
les Etats de Votre Majeste. II a meme lu sur cela daus nos assemblees 
de l'Academie quelques memoires, mais qui n'ont ete jug6s ni assez 
acadömiques ni devoir etre publi6s. II prdtend que, depuis un certain 
temps, le nombre des familles daus les Etats de Votre Majestö di- 
minue considörablement: qu'il y a teile contree oü il y avait auti'e- 
fois 5 et. 6 villages, et oü il n'y en a plus aujourd'hui que 3; que, 
dans nne autre province, il y a aujourd'hui 75 familles et inaisons 
de moins qu'en 1595 3), etc. II croit avoir des remödes ä tout cela et 
voudrait surtout qu'on fit plus de mariages, et qu'on donnät des terres 
aux epoux. Je demaude pardon k Votre Majeste, si je l'importune, 
mais je ne puis me dispenser de lui envoyer la lettre de M, Süss- 
milch qu'il me recommande de lui remettre en maiu propre, et sur 
laquelle il me demande de lui faire savoir l'accueil que Votre Majeste 
lui aura fait. Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre 
Majeste le tr6s humble et tr6s obeissant serviteur Maupertuis. 

'iRaäj ber eigenpnbigen Urf(^rift. 



1) S)urc^ S£abinetijc^rei6en öom 14. ^ebnior 1752 banft ber König bem »sieur de 
Wangelin« für bie Ueberjenbung gtneier »traites d'architectiire militaire« unb be= 
willigt i^m eine ^enfion üon lüO %f)aktn jäfirlic^, bei bcr Stobtfaffe ju Stönig^berg 
i. 5ßr. gu erl)eben. (®ef). Staatsarc^io.) 

2) ®er ^robft unb (Sonfiftoriakat:^ Soljann 5peter Süfimil^, 58erfaffer bei guer[t 
J741 erjc^ienenen SSerfel: „®ie göttlicf)e Drbnung auä bcr öeburt, bem 2;obe unb ber 
gortpflanjung erliefen." 

3] 3n bem Schreiben Sü^milc^ä [tel)t: 1593. 



1749, 14. ^luguft — ©eptembcr. 241 

67. 
®er Völlig an S)laupertui§. 

Potsdam, 18 septembre 1749. 

Je vous adresse ci-joint la reponsei) sur la tres humble repre- 
sentation du prevot Süssmilcli, dans laquelle je le remercie, a la v6- 
ritö, de la bonne Intention qu'il a bien voulu me temoigner, quoique 
je lui fasse connaitre qu'il serait mieux de renoncer ä des entreprises 
qui demandent une connaissance bien exaete de toutes les circonstances 
d'un pays, et dont les lumiöres qu'il s'en est acquises, ne sauraient 
point suffire. Sur ce etc. 

SRod) Slbfd^rift ber ^obinetlfonälei. 

68. 
SJloupertuiS an bcn ^önig. 

[septembre 1749.] 

Sire. Les bontes que Votre Majeste me temoigna hier pour son 
Aeademie, m'enhardissent ä lui faire connaitre notre etat et nos be- 
soins. Ce n'est pas assez, Sire, de nous avoir bäti un palais, il faut 
que nous soyons dignes de l'habiter. 

1*^ Nos cbimistes l'emportent sur tous les chimistes de l'Europe. 

20 Nos mathematiciens peuvent le disputer aux mathematiciens 
de toutes les autres Academies. Notre astronomie, munie aujourd'hui 
de bons instruments, va faire des progres ou plutot va naitre, mais 
le jeune Grischow^), sur lequel je compte, est un garQon dont le 
voyage a fort obere le pere ^), et ä qui il faudrait procurer les moyens 
de subsister et de se consacrer entierement ä l'etude. 

30 Nos deux classes de philosopbie speculative et de belles-lettres 
sont de la derniöre faiblesse et seraient peut-etre aneanties saus le 
secours le plus urgent et le plus puissant qu'elles ont trouve dans 
Votre Majeste elle-meme. Elles ont un pressant besoin de quelque 
nouvelle acquisition, et M. Bernouilli*), en qui j'ai toute confiance et 
qui est un excellent juge, me parle de M. Merian^) comme d'un 



1) SSotn glei(^en Saturn, ©ine in ollgenteinen 5IulbrücEen gel^altene 51ble:^nung be§ 
im Söriefe @ü§miIdE)'§ Dom 16. ©eptember entfjoltenen SSorjd^togl. SSgl „tönig griebrid^ 
ber ©rofee" I, 378. 627. 

2) 2Iugu^tin 3latt)amd ©ri^c^ott). 

3) 5ßrofeffor 5Iuguftin ©rifc^ott), orbentli^e? 9JZitglieb ber mat^entotif(i)en Klaffe. 

4) SoI}ann 93ernomIIi, ^rofeffor ber äJiottiematif in $öafel. 

5) ^o^nn 93ern^arb SiJieriün. 

Äofev, iSriefwe^fel Sttebri^s beS ©rogen. 16 



242 



iöricfiiicdjid Stöiiig (>-i"icbvid)>3 mit 9Jiait^cvtui§. 



homme capnble de leur faire le plus graud 
houneur, II possöde toutes las laugues de 
TEurope imcieuue et moderue, est historien, 
poete, pliilosopbe et fort homme d'esprit. II 
u"a que nngt-einq ans, et ou l'a d6jiY voulu 
faire professeur eu droit uaturel a BCüe. II 
voyage actuellement eu Hollaude, et, Hatte 
qu'il sera de l'honueur d'eutrer dans l'Aca- 
demie de Votre Majeste, ou pourra Tavoir pour 
quelques ceutaiues d'ecus; mais il faudrait da- 
vautage pour s'assurer de lui et le fixer ä Berliu, 
sa famille etant riebe et une des premiöres de 
la R(^publique. 

4"^ Pour ranatomie, l'Academie fait des 
depenses excessivcs et emploie une grande 
partie de ses fouds; cependant, je ue puis dissi- 
muler k Votre Majeste que rien n'en rösulte. 
Depuis le reuouvellement de TAcademie, dans 
lequel Messieurs les curateurs augmentörent 
encore les pensious des anatomistes, pas un 
d'eux n'a lu un seul memoire, et rarement 
paraissent-ils dans nos assemblöes. 

5" II se presente un jeune sujet excellent, 
fort connu par un traite des nerfs, disciple 
favori du celebre Haller de Göttingue. Son 
nom est Meckel'), et il pourrait relever cette 
classe, si röpuisement oü eile nous a mis, nous 
pourrait perraettre de l'acquerir. 

6" Afin, maintenant, que Votre Majeste voie 
que, si nos anatomistes ne fönt rien, ce n'est 
pas que TAcademie ne leur procure assez de 
seeours, permettez-moi, Sire, de mettre sous 
les yeux de Votre Majestö ce que lui coüte 
la seule anatomie. Outre les pensions ordi- 
naires des anatomistes liuddeus'^). Lieberkühn'*), 



Ce que je puis faire 
ä präsent pour l'A- 
cadömie, consiste k 
payer de ma cassette 
le nouveau membre, 
Selon ce que vous 
pouvez convenir avec 
lui. 



II faut faire une loi 
par laquelle un Aca- 
demicien qui , dans 
deux ans, n'aura pas 
lu de memoire, n'etant 
point empeche du tra- 
vail par la maladie, 
sera ray6. 

Ne pourrait-on pas 
avoir ce Haller raeme, 
qui vaudrait encore 
mieux que son 6- 
leve? En cas que 
le professeur mau- 
quät, on pourrait a- 
voir recours au dis- 
ciple 2). 



1, So^flttit i^xkbnäi Wlidd. 

2, 9?g{. ixx^ bemnäc^ft an 2II6re^t .^otter geri^tete ©d)rei6en Waiipertuil' öont 
30. September 1749 bei £e Sueur ©. 181. SSgl. and) (Euvres VII, 118; X, 138. 

3, 3Iuguft Subbäuä, ©ofrat^, erfter ^rofcffor ber Sluatomie unb ^I}^fif bei bem 
Sönigl. Collegium Chirurgo-Medicum. 

4) iBgl. oben e. 203. 



1749, (September. 



243 



Pallas^), MuzeP), et qui fönt 850 6cus, eile paie 
au sieur Bonness 3) 300 ecus, ä huit chirurgiens 
800 ecus, pour cadavres et autres frais 450 ecus, 
ce qui fait 2400 ecus, qui absorbeut trop 
de nos fonds pour laisser fleurir les autres 
classes. Sous le regne du feu Roi la soci6t6 
des Sciences n'a et6 proprement qu'une soci6t6 
de Chirurgie, et meme n'a jamais fait faire 
aucun progres ä cet art*). 

Aujourd'iiui rAcadömie de Votre Majeste 
comprend toutes les sciences et les belles-lettres, 
et puisque Votre Majeste a tant de bontös pour 
nous, eile pourrait nous procurer.les sujets 
nouveaux dont je viens de lui marquer le be- 
soin, soit en leur accordaut quelque pension, 
soit — ce que je croirais le plus utile ä l'Aca- 
demie, — en dechargeant nos depenses de 
quelques-unes des sommes precedeutes, etran- 
geres ä l'Academie, qu'il plairait ä Votre Ma- 
jeste d'assigner sur quelqu'une de ses caisses; 
car c'est un vrai tribut que l'Academie paie 
ä des gens qui lui sont inutiles, et qui, ne de- 
pendant point d'elle, ne sauraient etre obliges 
par nous ni ä la presence aux assemblees ni 
ä fournir des memoires. 

Je suis avec le plus profond respect, Sire, 
de Votre Majeste le plus humble et le plus 
obeissant de vos serviteurs 

Maupertuis. 



Quant ä vos ana- 
tomistes, donnez-moi 
du temps, et je verrai 
comment je pourrai 
vous en defaire. Dans 
ces temps critiques, au 
sortir d'une guerre, et 
que nous nous acquit- 
tons d' une grosse dette 
auxAnglais^), l'argent 
est plus rare qu'on ne 
pense; mais je verrai 
quaud et comment je 
pourrai vous donner 
les facultes de faire 

encore quelques 
bonnes acquisitions. 



yia6^ bem «Mbbrucf ber Ur^c^rift bei Se ©ueur 6. 85. 



1) ©tmon ^alla§, ^rofeffor ber S^irurgie. 

2) griebridi ^ermann fiubtoig mn^d, i^rofeffor ber P)t)fiologie unb ^ot^ologie. 

3) 3oI)ann §einri^ Sonncfe, @eneral-6;t)trurgu§ ber SIrntee. 

4) 3?gt. bie (Einleitung gu biefem 93anbe. 

5) $8gt. $reu|ijc^e 6taat§jd;riften auä ber SJegierunggsett griebric^ä IL, II, 439 ff. 



16* 



244 :övietroe^jel König griebric^ä mit 5!RQUpei1ui3. 

69. 
S)er iTüuig an 3)Zoupertui§. 

Potsdam, 27 septembre 1749. 

J'ai bieu re^u les calculs du professeur Euler') et lui sais bien 
bon gre de toutes les peiues qu'il s'est bieu voulu donner^). J'ai 
aussi donu6 mes ordres, afiu que les instruments astronomiques qua 
TAeademie a fait venir, et qui sont adresses au professeur Grischow, 
soient exempts des droits d'accise ä leur entröe. Sur ce etc. 

9Zocf) Slbjc^rift bet Äabinetäfoitälei. 

70. 

2)er ^öniQ an 9Jiaupertu{§. 

Potsdam, ler octobre 1749. 

J'ai bien regu votre lettre du 29 du mois de septembre dernier, 
avec lincluse^) de l'eveque de Waitzen^). Comme je n'ai point envie 
d'entrer en aueun commerce avec ce dernier, vous pouvez le remer- 
cier des oflfres qu'il me fait, quoique en termes polis et obligeants. 
Sur ce etc. 

9ioc^ Stbjc^rift ber ÄabinetSfanälei. 



1) 3Kitte([t Sab inet jc^reiben^ oom 15. ©cptember 1749 janbtc ber König an guter 
>le projet d'une loterie etablie dans la plupart des villes considerables de l'Italie 
et presente ä Sa Majeste par un certain Roccolini, pour examiner avec exacti- 
tude les calculs algebraiques qui entrent dans toutes les pieces de ce projet, 
mais surtout de bien approfondir par l'algebre tous les hasards que l'entre- 
preneur peut courir, et, de mgme, le profit qu'il y pourrait faire, et d'en faire 
Bon rapport, aussitöt qne faire se pourra, ä Sa Majestö.« ®er König föoKte 
njii'fen »s'il serait convenable d'en faire usage dans mes Etats«. Kabinetj(i)reiben 
an ben ©eneraUieutenant örof o. gtot^enburg üon bemjelben Saturn. (®e^. ©taatgarc^iü.) 

2 Xurcf) Äabinetjc^reiben Dom 27. ©eptembcr 1749 bauft ber König bem ^rofeffor 
@ulcr für 33erecf)nungen »au sujet de la muchine de Sanssouci«. (®e^. ©taat§* 
orc^io.) SIeufeerungen ^riebric^g übet Seon^arb ©ulet fie^e OEuvres XI, 158; XXI, 
174; XXII, 12. 174. »riefroec^jel ebenb. XX, 197—212. gSgl. ouc^ unten ©. 318. 

?/ Siegt niö)t bor. 

4 ©rat gjiic^ael Kart 0. Stlt^an, eräbijc^of üon SSßai^en. Sgl. «ßublicationen XIII, 202. 



1749, 27. September — 27. OctoBcr. 245 

71. 
S)cr ^önig an 9Kaupertui§. 

Potsdam, 22 octobre 17491). 

Ayant et6 informö du peu d'exactitiule que quelques accadömiciens 
apportent ä remplir leur devoir j'ai voulu vous faire cette lettre, afin que 
vous fassiez savoir de ma part k l'Acadömie que j'ai d^cidö irrevoca- 
blement que tous eeux de ce corps, tant pensionnaires qu'assocics, qui 
passeront un an, sans y produire aueun memoire, seront rang^s dans la 
classe des veterans^), et que leurs pensions, s'ils en ont, seront supprimees 
et rentreront dans les fonds de l'Academie, afin que je puisse en dis- 
poser en faveur de eeux qui, suivant le compte que vous m'en ren- 
drez, meriteront, par leurs travaux, des encouragements et des r^eom- 
penses. Je vous enjoins de veiller avec soin ä l'execution exacte de 
ce reglement. Et sur ce etc. 

9Zod^ Stbji^rift ber ^abinetüanälei. 

72. 

9J?oupertut§ an ben ^önig. 

27 octobre 1749. 

Sire. II y a quelque temps que Votre Majestö me parut soubaiter 
que je remisse sous ses yeux les pieces dont eile veut bien honorer 
nos volumes, avant qu'elles fussent donnöes ä l'imprimeur. Comme 
notre quatrieme tome avance fort, j'ai l'honneur d'envoyer ä Votre 
Majestö les deux pieces ci-jointes 3), et comme c'est d'elles que j'at- 
tends le principal succes de nos Memoires, je la supplie de nous 
permettre de les inserer dans le volume qu'on imprime. Ce sera 
une maniere bien glorieuse de suppleer ä ce qui manque ä notre 
classe de belles-lettres. 

J'ai envoyö ä l'Academie l'ordre que Votre Majest6 m'a adresse*), 
pour etre lu dans une assemblee convoquee expres, afin, Sire, que 
eeux qui ne sont pas encourages par de si grands exemples, obeissent 
du moins ä vos loix. 

Je suis assure de M. Merian, qui sera un excellent sujet pour 
nos classes de belles-lettres et de pbilosopbie. J'ai ecrit aussi ä 



1) *Bon bemfelben 2:agc ein auf bie a3erI)onbIung mit ^aUtt Besügli^el, m§ nicfit 

üorlicgcnbel 6d)reiben mauptxtuiS' bei fia SBeaumeüe 3lx. 144; ebenb. 9Zr. 145 eine 

angeblicfie 5Intmort bei Sijnigl. 2) Ißgt. oben ©. 242. 

3) ißgl. 3ir. 73. 4) ^t. 71. 



246 ^^riefnjecfjjcl Stöittg 5"riebvtd^3 mit Waupertui^. 

M. llaller*), et si uous pouvous l'avoir, j'espere qu'eufin notre Aca- 
demie seia digne du mouarque qui la piotege, qui la soutieut et 
rauime. 

t?i j'osais supplier Votre Majest6 de jeter un regard sur la liä- 
ponse que je fis^) a la pi6ce des M(Burs et Coutumes, et de me 
honorer de ses corrections, j'irais bien fier et bien sür rimprimer. 
5Iad} bcm Tcjt Don So ScaumeHc 5Rr. 146 3). 

73. 

S)er Äonig an 9}?aupertui§. 

[octobre 1749.] 

J'ai relu et corrigö la piöce sur les Moeurs 4); je repasserai cet apr^s- 
midi la Vie de Federte l^'''-"). Mon intention etait de ne donner cette 
ann^e que la vie de mon grand-pere, et rannte qui vient les Moeurs 
et la Religion^'), qui doivent u6cessairemeiit aller ensemble. II me 
semble que votre Reponse sur les Moeurs est trop flatteuse'), il vaut 
mieux de laisser paraitre l'ouvrage tout simplement^). 



1) ißgl. oben 6. 242 unb la^ ©diretben Dom 25. Dctober 1749 Bei Se ©ueur ©. 183. 

21 $^n ber ©i|;ung ber 9t!abetnie üom '6. ^uli 1749. 

3j SIusna^m^iDeife ift ein äußerlid) nicf)t beglaubigtes (3rf)reiben aufgenommen ttjorben, 
toeil bog Stüd gum 2?erftänbniß beS folgenben Stiefel nid)t iro^^l ent6et)rt ttjerben fann 
unb meil, bie ©enouigfeit ber %oxxn botjin gefteHt, ber 3nI)oIt fid^ oul bem 93ergteic^ 
mit bem borange'^enben unb bem folgenben ©tüde aU unjmeifell^aft ec!§t ergiebt. !Die 
3(nna!^me, baj5 üa ^Beaumeüe bog Sd^reiben ouf ®runb biefer beiben 8tüde gefölf(^t 
!^ätte, bleibt auSgef(^Ioffen, bo er S'Jr. 71 unfcrer 5(uggobe gor nid)t gefonnt, für 9Jr. 73 
bogegen ben ßufoiiiwen^ong mit bem ©(^reiben öom 27. Dctober 1749 nic^t burc^fc^aut 
^ot. ®te öier folgenben ©tücfe ber So Seoumeße'fc^en ©ammlung, ^x. 147 — 150, finb 
unfontrolirbar. 

4) »Des inoeurs, des contiimos, de l'industrie, des progres de l'esprit hiimain 
dans les arts et dans les sciences.« (CEuvres I, 213 — 240.) g« tx\izx ^offung ab' 
gefc^Ioffen am 11. fjebruor 1748, in §meiter om 6. Wäx^ 1748; tgl. (Euvres I, p. XLI; 
XVIII, 5S; gjligceUaneen ©. 283. 284; in ber 2(!abemie gelefen burc^ Sorget om 3. ^ulx 
1749; erf dienen 1750 in ber Histoire de rAcad^mie, annee 1748, p. 395 ff. 

5) $8gl. oben ©. 230 5tnm. 1. 

6) »De la supeistition et de la religion« (CEuvres I, 196 — 212); gelefen in ber 
Stfobemie om 23. ^onuor 1749, erfc^ienen 1750 in ber Histoire de rAcademie, annee 
174S, p. 425 ff. 

7) So 93eoumeIIe, ber ben ou§ 3(nm. 2 unb 8 erfic^tlidien 3ufomment)ong x\.x6)t !onnte, 
fälfc^te fic^, bomit bie „gu jd^meic^et^ofte Stntmort" 9JlaupertuiS' in feiner 2luSgobe nic^t 
fe^te, feine ^Ix. 82. 

8, 2)ie »Reponse de Maupertuis- ttiurbe g(eid)mot;I mitobgebrudt; o. o. D. ©. 423. 
3n ber ©efommtauiggobe ber Sranbenburgifc^en 9Jiemoiren ogl. unten ©. 251) ift bie 
Reponse fortgeblieben; fie finbct fid) bogegen in bem 9iod)brud »Suite des m^moires 
pour servir ä l'hi.stoire de Brandebourg. De main de maitre. Imprime pour la 
satisfaction du Public. 1750.« 80. (gKigoeßoneen ©. 22 9?r. 80.) 



1749, DctoBer. 247 

Je ne doute point que noh-e Academie ne fasse de grands pro- 
gres, taut que yous y pr6siderez ; au moyen des nouvelles acquisitions 
que uous faisons, eile surpassera tout ce qu'il y a en Europe, ä l'ex- 
ception de la France. Adieu. Au plaisir de vous revoir. 

Federic. 

3laä) ber etge^änbigen Urfd^rift. SBerföIjc^t: Sa SöeoumcHe 9Jr. 83, mit irrigem 
Sotumottjo^ »mars 1747«. 



74. 

S)er ^önig an 2)^au|3ertut§. 

[1749.] 

J'ai corrige quelques endroits du memoire que vous m'avez en- 
voye*); il y en a d'autres que j'ai laisses tels qu'ils etaient, ä cause 
que je n'ecris point pour flatter les opinions des hommes qui meu- 
rent, mais pour reudre temoiguage ä la v6rit6, qui ne mourera^) ja- 
mais. On sait d'ailleurs que je suis un maudit lieretique, et pis 
encore, un mecreant; c'est pourquoi un petit coup de patte de plus 
ou de moins que je donne, ne me mettra pas plus mal chez les de- 
vots, et quant au libraire, je lui promets de lui bonifier sa perte, en 
cas qu'il fasse banqueroute par cet ouvrage^). H se sauvera ä l'abri 
de ce que vous y mettrez , et ä l'ombre des x qu de M. Euler, ou ne 
s'apercevra pas seulement de Saint-Thomas *) ni du cliien orthodoxe. 
Je vous prie de leur faire gräce en faveur des sentiments d'estime et 
d'amitie que j'ai pour vous. Federic. 

9?oc^ ber eigenl^änbigen Urfc^rift. SSerföIfc^t: Sa 93eaumeIIe 3lt. 80, irrig gu 
1747 eingerei:^t. 



1) ©in tiic^t öorliegenber Sluffa^ bon SUJoupertuig mit Söemerfungen gu be§ SönigS 
3{6f)anblung : »De la superstition et de la religion« (bgl. oben ©. 246 5tnm. 6). SRa^ 
bem Sejrte bei Sa S3eaitmeIIe 3lt. 79 :^ätte aJJaupertui^ bem ^önig onfieimgegeben, oug 
politifd^en ©rünben bk @mpfinbli(^feit ber ©oiiöeräne me^r p jc^onen. 2Sie aul obigem 
©^reiben f)erüorge!)t, gölten ober 90'iou|)ertui§' 33eben!en oielmetir ber greil^eit, mit 
ttJeld^er ber ^onig über religiöje S)inge geschrieben f)otte; jomtt ift aud^ in btejem goUe 
ber So SSeoumelle'fd^e Sejt oll gäljcf)ung gu betroc^ten. 

2) Sic. 

3) Um bie im §erbft 1749 erfolgte ^fertigfteHung ber Strbeit für ben ®mcE l^onbelt 
e§ \id) in obigem 93riefe, nid^t, wie ^olner (50iilceIIoneen 6. 254, ftott beffen onnel^men 
tronte, um eine 33egutod^tung burd^ SKoupertuil bor ber om 23. ^onuor 1749 erfolgten 
SSerlefung in ber Slfabemie; benn im SBinter öon 1748 auf 1749 mor a)iaupertui§ in 
granfrei^ obmefenb. 3Sg(. ouc^ ©. 224 5lnm. 2. 

4; S8gl. (Euvres I, 200. 



75. 

93Zaupertui§ an bcn ^önig. 

[döcembre 1749.] 

Sire. J'ai pris la libertc d'envoyer des remarques grammaticales 
ä l'auteur, au pbilosophe, ä racadömicien; je m'adresse maintenant 
au legislateur et au roi. M'etant soigneusement mis au fait de la 
succession aead^mique de notre grand astrologue') et des prötentions 
d'uue douzaiue de geus qui aspireut a la recueillir, je trouve que c'est 
uu usage etabli dans l'Academie que Votre Majeste aecorde aux veu- 
ves lauuee des appoiutemeuts de leur mari. J'espere que la mienne 
en profitera, mais celle de Grischow en a le dernier besoin; il me 
semble, Sire, dignc de votre justice de la lui accorder. Grischow 
avait deux emplois dans TAcademie, [l'un] de [faiseur] d'almanachs, 
l'autre d'aller dans l'ampbitbeätre auatomique enseigner la göomötrie, 
qu'il ne savait point, k des medecins, qui n'en avaient point de 
besoin. 

II nous faudra remplir ä nos d6pens la premiere täche, la 
deuxieme, Votre Majest6 pourrait la supprimer pour son utilitö, ä 
moins qu'elle ue veuille que j'en charge le sieur Kies^), astronome 
et geometre, qui tire de l'Academie 500 ecus et un logement, sans 
nous etre de grande utilite. Un bon anatomiste nous serait bien plus 
necessaire. 

3la<i) bent 2tbbrucl ber Urjd)rift bei Sc ©ueur ©. 88. 

76. 

2JJaupertui§ on ben ßönig. 

ä Berlin, 13 d^cembre 1749. 

Sire. L'^quivoque des lettres de M. Haller 3) me tend^) encore 
dans l'attente d'une derniere reponse; je doute que nous Tayons. 
Mais, en cas qu'il nous manque, nous aurions ce Meckel qui assurß- 
ment est un excellent sujet. M. de Merian va arriver pour renforcer 
nos classes de belles-lettres et de philosopbie speculative. Je lui ai 



1) ©rij^ott) (ögt. oben ©. 241 2lnm. 3) gestorben 10. 3^ot)ember 1749. 

2) Sodann ftiei. 

3) S8gl. bte Stntroort 3Jlaupertui§' öom 10. ®eccmber ouf ^aUa§ ©c^reiben bom 
30. JRoöembcr; £c ©ueur S. 187—191. Sbenb. <B. 194—196 |)aller§ enbgültige 'üb- 
lebnung Bom 21. ^anwor 17.50, tt)e(c^e Wlanptxtuiä bem ftöntgc in bem Ijanbjf^riftlid^ 
nic^t oorliegeaben Schreiben Dom 26. Januar (Üa 58eaumeüe 3ir. 155j anjeigt. 

4) 3« ber SSorlage: mettent. 



1749, Secember — 1750, 19. Januar. 249 

fait esp6rer que Votre Majeste lui donnerait 400 ecus. Ce n'est pas 

trop pour un homme de son mörite. Je ue rends point compte ä 

Votre Majeste d'une lettre tragique que j'ai re^ue du marquis d'Argens, 

pareeque je ne crois pas que ce soit sa derniere resolutiou. Je suis 

avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majeste le plus humble 

et le plus obeissant de ses servitenrs Maupertuis. 

* * 

* 

Vous eu userez avec les veuves des Guio^) et des Grischow 

comme vous le voudrez. Faites nous avoir des sujets Labiles, et ne vous 

embarrassez pas des pensions. Si votre professeur poete nous man- 

que, vous pouvez prendre en sa place son premier 61eve, mais le 

maitre vaut mieux que le disciple, c'est une piece de cabinet pour 

une Acad^mie. Federic. 

9lac^ bem Stbbruc! bet Urfc^rift bei 2e ©ueur 6. 88. 89. 

77. 
SDer Zottig an Tlanpntn'i^. 

Berlin, 7 janvier 1750. 

Le docteur en medecine Meckler^) ayant juge ä propos de me 
presenter la requete ci-jointe pour demander la seconde place de 
professeur au theätre anatomique, ne le connaissant point, je vous 
renvoie sa requete pour examiner cet homme et me faire votre rap- 
port sur son savoir et s'il a la capacite necessaire pour remplir dig- 
nement cette chaire. Sur ce etc. 
^aäi Slbjc^rift ber ßabinetglaitälei. 

78. 
S)er ^önig an $Raupertnt§. 

Berlin, 19 janvier 17503). 

Quoique je serais bien cliarme que la geographie soit plus cul- 
tivee ici qu'elle ne l'a ete jusqu'ä present, je ne puis pourtant goüter 



1) Sic. 

2) Sic. ©cmetnt t[t SKecfel. SSgl. oben ©. 242 unb bte in'^altlid^ o'i^nc ^rage ed^te 
SCntoott SJiaupertuiig' Dom 8. Januar 1750, 2a 33eaumeIIe 3lt. 151. Stuf bie SBerufutig 
WedtlS bestellen ftd) anä) bte gleid)fallg un§ ni^t üorltegenben ©lüde ^Ix. 152. 156—158 
ber 2a 33caumelle'f(f)en Stuggabe. 

3) S8om 24. ^onuar 1750 botirt ein un§ nic^t öorliegenbeS ©c^reiben S!Kou^3ertui§' 
in ber Stuägabe üon So SSeoumene 9Zr. 153, bem aU 9fr. 154 eine unbotirte, njo^t er- 
funbene Stntoort folgt. 



250 Sncfwcd^jel Stönig griebri^S mit SUloupevtuiS. 

Ics propositious que le maröchal comte'de Scbmettau^) vicnt de faire 
ii cot oftet iY l'Acadt^mie. Outre que Je suis assez pourvu de cartes 
geograi)lnques ti'«}s exactes de toutes les contrees que le Mar(^clial a 
nommc^es, j'ai cueore d'autrcs raisons pour souliaiter que ce desseiu uc 
soit poiut mis en exöcutiou^), et en consöquence on fera fort bieu 
de laisser euti(^rement tomber cette proposition. Sur ce etc. 

3lQä) ?lljjc^rift bei- tabinetäfaiiälci. 

79. 
®er Völlig on 9}Joupettui§. 

Potsdam, 16 f^vrier 1750. 

Sur les reprösentations que vous m'avez faites toucbant le me- 
deciu Meckcl, je veux bien agreer ce dernier pour professeur au 
theätre anatomique ä la place du döfunt Cassebohm 3) , avec les memc^ 
appoiutemeuts et prerogatives dont celui-ci a joui, et j'ai actuellemeiit 
dejä charg6 le ministre d'Etat de Viereck de faire expedier au plus 
tot les ordres necessaires ä. ce sujet. Vous n'avez donc qu'ä instruire 
ledit Meckel de ma resolutiou et l'adresser audit ministre. Sur ce, 
je prie Dieu qu'il vous ait eu sa saiute et digue garde. Federic. 

Vous pouvez finir l'engagemeut avec Merian et avec l'anato- 
miste et m'en dire ensuite le rösultat. 

3laä) ber Ur^dirift öon 2)arget§ ^anb; ber S^\a^ eigenl)änbig. (Sine freie ©r» 
finbung: 2a 23eaumelle 3lt. 159. 

80. 
SÜJJoupertuiS an ben ^önig. 

De Potsdam, 23 fevrier 1750. 

Sire. Votre Majestö m'a ordonne de finir l'affaire de ses deux 
aeadömiciens et de lui*) en rendre compte. M. de Merian entrera k 
son Service pour 400 6cus^), et je supplie Votre Majestö de me mettre 



1) (Seneratfetbmarfc^aU Samuel $Reic^§graf ö. ©djmettau. 

2) SSgl. S(^Tiacfenburg, 3ur ©efc^idite ber Sanbe^öermeffung unb be§ Äartcntoejen^ 
in fribericianijcfter 3eit (S[Rärfifc^e t^orjdiuttgen XX, 43). SSüjc^ing, &)axaitex griebrid^S IL, 
©. 225 2. 5fu§gabe ©. 237). 

3) Sodann Gaiiebo^m, Gt)irurgu§ beim ßJencralftab unb au^erorbentücfieg SUiitglicb 
be§ Dber^GoUegium medicuiu. 

4) 3n ber 33orfage: leur. 5) SBgl. oben ©. 249. 



1750, 19. Januar — Ttät^. 251 

en etat de lui faire savoir sur quelle caisse il las recevra. J'ai engagö 
uiissi M. Meckel ä preferer ce que Votre Majestö lui donne, ä tout 
ce qu'on lui offrait ä Göttingue, et je suis charme d'avoir procure ä 
Votre Majeste deux aussi excellents sujets. Je suis etc. 

Maupertuis. 

* * 

* 

Je le paierai de ma bourse, tandis que les revenus de rAcaderoie 
s'augmentent . . . Federic. 

^aii} bent Slbbrurf ber Uri^rift Bei Sc ©ueur 6. 93. Wit formalen Stenberungen, 
oi)ne bie 9tanbBemerfung be§ ^önigl, Bei 2a SeaumeHe 9h. lüO. 

81. 
®cr ^ötttg on ajfaupcrtutg. 

Ce matin ä 10 heures [niars 1750^ '). 

Je travaille actuellement ä corriger l'liistoire de Braudebourg, 
pour la nouvelle edition^) que j'en fais faire. Voici la pröface^), dont 
je vous prie de me dire votre sentimeut et de me juger avec la s6- 
verite d'un geometre, qui, pour se reereer, a lu un chapitre d'Epict^te. 

J'ai fait beaueoup de correetions dans cette histoire; j'ai entiere- 
ment refondu la vie de George Guillaume *), et j'en suis actuellement 
ä Celle du Grand- Electeur. Je vous communiquerai les pieces ä, 
mesure qu'elles seront faites et copiees. Au revoir. Federic. 

Je vous aurais dejä donne un volume de poesie^); mais des fautes 
grossieres du correcteur m'obligent ä faire' r^imprimer les feuilles 
oü il y a des lacunes^). 

^aäi ber eigentjänbigen llrfc^rift. SBerföIfc^t: Sa SeaumeKe 5Rr. 161 mit erfuti* 
bencm 2)atum »1er mars 1750«. 



1) ®a§ 9!Konot§*®ahtm ergiebt fid) unter ber 9?orau§fefeung, bafj bie in ber 3{u§* 
gaBe üon 2a Seaumelle aU 3lv. 162 folgenbe Slntmort 9)loupertui§' üom 3. War?, 1750 
ecfit tft unb ein ec^te§ ®atum trögt. 

2) ©ommlung ber Bi§f)er einjeln in ben 5tBl^anbIungen ber Ifabemic erjd)ienenen ©tüde. 
SSgl. oBen ©. 224, Slnm. 2. 4; 230, 2(nm. 1; 246 5(nm. 4. 6 unb unten 6. 253 2(nm. 3. 

3) Discours pröliminaire (CEuvres I, p, XLIX — LVI). 

4) 3SgI. 2a SSeaumeHe 9?r. 76. 5) SSgl. unten ©. 254. 

6) S(n Sarget ftf)reiBt ber ^önig om 10. 9?otiemBer 1749: >Je vous envoie deux 
morceaux qui fönt, selon mon calcul, cinq pages d'impression; les autres cinq 
suivront dans peu; mais, en relisant mon poeme j'y ai trouve tant de fautes et 
de choses ä corriger, que je suis resolu de faire une edition chätiee de toutes 
les pieces du premier volume.« 2)oä in 9iebe ftei^enbe >poeme« ijt haä Palladion» 



252 '5rtef»üc4jcl Sönig gricbnc^S mit TDiaupertuüJ. 

82. 
SJiauvcrtuis au \)tM Äönig. 

de Potsdam, 20 avril 1750»). 
8ire. Lc sieur Passavaut^) de Bäle, qui depuis deux ans qu'il 
est dans rAcadcmie, noiis a donnOs les plus graudcs preuves de dissi- 
patiou et de paresse, vient de tinir par s'eugager precepteur ou gou- 
verucur cliez madame de Thulcmcier ^). Comrae cette place uon seule- 
mcnt le met encore plus hors d'6tat de travailler pour rAcademie, 
uKiis degrade et avilit raeadömicieu, je erois qu'il conviendrait d'en 
faire uu cxemple et de priver de sa pension le sieur Passavaut, que 
je pourrais remplacer par un bon sujet, professeur ä Leipzig, que je 
couuais. J'attends l'ordre de Votre Majest6 sur cela. Je suis etc. 

Maupertuis. 

* * 

* 

Cela dopend du bon plaisir et des lumieres supörieures de Mon- 
sieur le President. Quant ä moi, son fid61e acaddmicien, je l'assure 
que je n'ai jamais oui nommer mou confröre Passavant, et que, 
dans mou petit particulier, je suis tr6s humiliö de l'affrout qu'il a 
fait ä votre Acad^mie. Pour ne point möriter pareil traitement de 
votre part, je vous promets de travailler pour votre s^ance du mois de 
mai^) et de ne jamais me faire precepteur de quelque jeune homme que 
ce puisse etre. Federic. 

■>)laä) bem 2lbbrucf ber Urfd^rift bei Sc ©ueur ©. 93. 

83. 
aJJaupertuig an ben Äönig. 

de Potsdam, ce 30 avril 1750. 

Sire. Ayant ecrit ä l'Academie, conformement a vos ordres, que 
Votre Majeste avait juge la condition de gouverneur d'enfants incom- 

ögl. oben ®. 239 unb >La Palinodie ä Darget« bon bemfelben 10. 3lD'oembtx 1749 
(OEuvres XI, 54 — 57). S!er erfte 93anb ber »CEuvres du philosophe de Sans-Souci«, 
tüie [ie 175(i bte treffe üerliefien (bgl. unten <B. 254 9(nm. 1), ent:^ie(t nur boä >Palla- 
dion<; \omxt war anfängtidi eine anbere 3Ä^tun9 ^cr 33änbe beabfic^ttgt. ^n obigem 
S3riefe on 9[J?aupertui§ ift anid)einenb ber jnjeitc 33anb gemeint. 

i; Tit beiben Stücfe Dorn 11. unb 12. SDMr^ 1750, 2a SeaumeÜe 9?r. 163. 164, 
finb ßon zweifelhafter Gc^t^eit; ebenfo 9'Jr. 170—172. • 

2) Dr. Daniel ^affatant, ^rofeffor ber SKectionif in ber ^üfobemie ber fünfte unb 
mec^anifc^en SBiffenfcbaften. 

3) SSittroe bes om 6. ?(uguft 1740 berftorbenen Stot^» unb Sabinet^intnifterU SBil^elm 
^cinric^ ü. X^utemeier. 4) 9SgI. ©. 255 9{nm. 2. 



I 



1750, sqjtii. 253 

patible avec la fonction d'academicien, que remplissait d^jä assez mal 
le sieur Passavant, je regois une lettre singuliöre de madame de 
Thulemeier, qui, mettant eucore d'autres liommes ä mes trousses, 
prend rAcademie de Votre Majeste pour une pepiniöre de pröeepteurs et 
de gouverneurs et voudrait que le sieur Passavant coutiuuät de joindre 
la pension de l'Acadeinie avec les gages qu'elle lui donne. Si oes 
choses avaient Heu, 1", dös que nous aurious acquis quelque sujet, il 
entrerait gouverneur ou preeepteur dans quelque maison; 2" nous 
n'aurions plus d'esperance de voir des gens d'un certain 6tat flattös 
du titre d'academicien, si nous comptions parmi nous des domestiques. 
Je supplie Votre Majeste de m'ordouuer ce que je dois röpondre üi 
madame de Thulemeier. Je suis avec le plus profond etc. 

Maupertuis. 
* 

Que fait ä vous et ä moi madame de Thulemeier?*). 

Federic. 

m6i bcm Slbbrucf ber Urfc^rift bei Sc ©ueur ©. 89. SScrfäljc^t: Sa aSeaumeHe 
?Jr. 173, mit erfunbenem ®atuin: »2 mal 1750<. 



84. 
®er ßoittg an 9JJaupertui§. 

[avril 1750.] 

Je ferai ce qu il plaira ä Monsieur le President; inspection, place, 
bourse et materiaux seront ä son Service 2); mais je l'avertis que le 
froid se fait sentir, depuis qu'il ne preside plus au temps, et je 
crains que Thiver ne revienne 3), s'il ne daigne s'eu meler. Pour moi, 



1) ®ona^ !ennscid)net fid) ber angebüdic 58rief be§ ^öniö^ »om 3. Tlai 1750, So 
SeaumeEe 9^r. 174, all gälf^ung. ®ie beiben legten ©tüde ber 2a Seaumeüe'ic^cn 
Slulgabe, 9^r. 175. 176 loffen itcl) in SBejug auf bie (Scfitfjeit nic^t fontroUren. 

2) aSgt. $JZr. 86. ®er ongebüdje 93rief gj^au^jerhiiS' öom 8. 2{)3ril 1750, 2a 33eau* 
meüe Jlr. 165, bürfte ouf ®runb bei obigen SSriefel gefälfc^t jein. 

3) ^a<i) einem ©eiüitter am 27. 'äpxil fiel an ben legten brei Sagen bei ,9!Jionatl 
©i^nee. SSgt. ©ronau, SSerfurf) einiger SSeoboc^tungen über bie Sßittcrung ber Waxt 
aSranbenburg, befonberl in ber ©egenb im S3erlin (SSertin unb ©tralfunb 1794) ©.181. 
^ui) bom 10.— 16. ajlai trat nDd)maII fet)r fotte SBitterung ein, mit öagel imb ©c^nee 
om 15.; bod) bürfte biefe groeite Külteperiobe all Slbfaffunglgeit i)t§ 93riefel ni(f)t anju^ 
ne:^men fein, ba ber töntg in ber äföeiten |)älfte tt§ Wtai bereiti burc^ bie »efidjtigungen 
ber aSerltner unb ^ßotlbamer 9legimenter in Srnfpru^ genommen war unb fomtt „btersef)n» 
tägige" Mu^t für fc^riftfteEerifdje 2trbcit nid)t me^r finben fonnte. ®er König fc^reibt 
an aSoUaire, 25. 2lprit 1750, über bie in ben Slb^anblungen ber 2Wabemie erf^ienenen 
Slbf^nitte ber branbenburgifdien SKemoiren: »Je dois vous avertir que ce ne aoat 



254 33riefH)e^ieI Sönig fjnebti^ö mit SKoupertuiä. 

saus m'embarrasser du froid, je corrige moii histoire de Braudebourg 
au coiu de mou feu et je ciois que j'aurai tont aclievö en quinze jours 
au plus tard, en suite de quoi je me ferai faineant. 

Je vous souhaite mille bonlieurs pour le palais Maupertuis et, 
du reste, saut^, volupte et tranquillite. Federic. 

Je vous euvoie uii volume de poesie^) qui vient de sortir de 
l'iuipressiou, apres avoir ete recorrigö'). 

'^^ladj ber eigen!^änbtgen Urjc^rift. D^ne bic 9ta^jd)rift uub mit einer SSariante: 
Sa 33coumeIIc Jtr. lOti, mit bem erfunbencn Saturn »10 aviil 1750«. 

85. 
5Der Ä^önig an 2}ioupertui§. 

[mai 1750.] 

J'ai corrige mon ouvrage d'apr^s vos correetion8 ^). C'est ä vous 
ü choisir de vos caudidats celui que vous croirez le plus capable 



que des esquisses. J'ai employe, depuis, un temps considerable ä les corriger. 
On en fait actuellement une edition avec des aiiginentations et des corrections 
noiübreuses.« CEuvres XXII, 245. 

1) (Jrfte Sluögabe ber »CEuvres du philosophe de Sanssouci. Au donjon du 
chateau. Avec ptivilege d'Apollon. MDCCL.« ®er erfte 33aiib biefer Stuägabe 
entt)ielt ba§ Palladion (ögl. oben ©. 251 2inm. 5); ber stüeite 8 Dbcn unb 10 e^ifteln; 
ber britte öermii'i^te S)id)tungen, joroie bie ©ebö^tnifereben auf ^orbon unb ®oI^ (ögl. 
oben ©. 224. 226) unb bie »Dissertation sur les loix« (ügl. oben S. 2;j8 2(nm. 7). 

2) S8gl. oben ©. 251. 

3) ein Statt mit ben (£orrecturen 9JJau:pertuig' (üerfäli'i^t bei Sa 93eaumene ^t. 77) 
liegt bei; fie lauten: 

Pag. 10 lign. dem. Et les guerres se perpetuaient d'autant plus que les arm6es 
6taient petites, et que les genöraux qui conduisaient les 
troupes, trouvaient le moyen de s'enrichir en la prolongeant. 
Les guerres et la ne se rapportent pas. 
Pag. 12 1. 5. £!n fait de tactique de campagne. 

La tactique, etant l'art de ranger les arm^es en bataille, em- 
pörte avec soi le mot de campagne. 
Pag. 21 1. 12. La fureur des grands hommes ^larvint ä un point et que la 

posterite aura peine ä la croire. 
N'eat pas fran9aiB. 
Pag. 24 I. 6. Je ne sais pas si Ton peut appeler la cavalerie une arme. 

%\t öon 3!}iaupcrtutä beanftonbeten brei ©teilen finbcn ficf) n^ieber, unter 33erüd* 
fic^tigung ber 2(us[tellungen, in ber juerft in ber ®efammtauggabe ber »M^moires pour 
servir ä Thistoire de la maison du Braudebourg« tion 1751 (9Jii§ceIIaneen ©. 22 
Sir. 82) gebrudten Stb^anblung »Du militaire depuis son Institution jusqu'ä la fin 
du regne de Frederic Guillaume«. SSgl. CEuvres I, 184. 185. 193. 



1750, Slpril — 31. Wal 255 

d'etre honoraire; je crois que le jeune MarechaU) serait le meilleur, 
mais je soumets mon opinion ä votre jugement. Si vous me four- 
nissez un snjet pour votre assemblöe^), la pi^ce seva bientöt faite; 
je ne vous demande que le sujet. Fr. 

9iac^ ber etgenf)änbigen Urfd)rift. 

86. 
S)er ^öntg an 3J?aupertut§. 

Potsdam, 31 mai 1750. 

J'ai vu le memoire et le plan que vous m'avez envoye-s touchant 
la maisou que vous avez envie de bätir^). Je vous aeeorde pour cet 
effet le bois, la chaux et les pierres de fondement dont vous aurez 
besoin, et j'ai dejä donne mes ordres en consequence ä la chambre 
de Berlin 4] et j'ai ordonne en meme temps au general Linger de 
faire oter les pyramides de boulets, pour affranehir la place que vous 
avez choisie. Sur ce etc. 

9kdE) 5lb)(i)rift ber Sabinetlfonälei. 

87. 

©er ^önig an ben @eneral Singer^) unb ben (Generalmajor 

üon Seauör^e'^]. 

$ot§bam, 31. Wai 1750. 

SSeilen ScCj bem ^räftbenten öon 9}?oupertui§ gu ©rBouung eine§ 
neuen §aufe§ §u Berlin einen ^Ia| gunäcfjjt bem Stabtgrokn, in ber 
©egenb ber ©tütfgie^erei unb be§ batjinter liegenben, pm Xfjeil fdjon 
abgetrogenen 93aftion§ accorbiret t)abe, auf joldfiem ^ta| aber nod^ einige 



1) Segatiottgrat^ gnebrtd^ SBü^elm ö. SO'JarfdEiall (©olin be§ oBen ©. 22 9Inm. 1 
genannten, om 11. ®ecember 1749 aU (Stat^minifter geftorbenen Samuel b. SETcoiidjatl; 
bgl. au^ dorntet), Souvenirs II, 325) würbe am 11. ^uni 1750 oll ©IjrenmitgUeb in 
bie ?(fabemie gett)ät)It unb om 18. ^uni oufgenommen. ®a ber Sönig bom 2. big 
20. Suni ouf einer militöri^cfien $Reijc nacf) Sommern unb Cft^Dreu^en obwefenb war, 
tüirb ber 58rief in ben ÜJlai gu je^en fein. 

2) Sie öffentliche ©i^ung ber 2Hobemie om 18. ^uni. 3) SSgl. 92r. 84. 

4) 2)ie Drbre an bie ^urmärfifcf)e Kammer Dom 31. Wlai 1750 befiep, wegen 58e* 
f^offung ber öom Könige „bem ^räfibenten ö. 9Jioupertui§ gur ©rbauung eineg neuen 
§aufe§ in Berlin, in ber ©egenb beä bortigen 9(rfenoIg" gefcf)en!ten 33oumaterioIien bog 
Weitere p berfügen; jebod^ :^ot 9JJau^ertui§ bie Xronl^jortfoften, bog Sre(^er* unb 
©^neibeto^n §u trogen. 

5) e^riftion b. Singer. 6) SBern^arb b. SSeaubr^e. 



256 ^rtcftncc^tcl ^önig griebric^g mit 9Kouperhit8. 

•il^Dramiben non Stücffugeln fteljcn foflen, fo befel)le ^d) ^terburcf), ba^ Sf)r 
fottjane ^^i)ramibcn Älugcln auf ba§ forbcrfamfte öon bort tocgtrattSportiren 
iiiib juuädiit bcr Seite be§ 5li-jeiiat§, \o bie ^ace nad) gebad)tem ©raben 
iinb gegen bem ^^^aUiiö 9J?eiue§ 23rubcr§, be§ ^rinjen §einridj^j, machet, 
luieberumb auffc^jeu laffen fotlct. Sc^ bin u. f. tu. 
3{a(^ 9lbj^rift bei- KaDiiiet§fonäIei. 

88. 
®cr ßönig an 3)Zaupertui§. 

Potsdam, 27 juillet 1750. 

Comme vöritablement je u'approuve pas les projets du mar6cbal 

cornte de Schmettau, je serais fache que rAcad^mie s'en melät, et je viens 

de douner mes ordres eii cons6quenee ä TAcadömie, afin de ne point 

entrer daus les vues dudit mar^elial, ni meme de ne point lui four- 

nir aucun de ses Instruments matli6matiques pour cette entreprise. 

Sur ce etc. 

* * 

* 

Au Feld-Marecbal Comtö de Schmettau. 

Potsdam, 30 juin 1750. 

Vous votis souviendrez, sans doute, qu'en plusieurs reponses que je voua 
ai faites sur vos lettres au sujet du plau que vous möditiez alors, et que vous 
voulez executer ä preseut, je vous ai fait entendre bien clairement que je ne 
eouffrirais jamais qu'aucuue de mes proviuces ni que le moindre district de mes 
Etats soient leves par toutes sortes de gens ou d'ing^nieurs, et que vous vous 
en absteniez absolument. 

Nonobstant tout cela, je viens pourtant d'apprendre que vous avez fait lever 
par toutes sortes de gens des cartes et plans de diff^rents districts de mes pro- 
vinces, ainsi que je ne sauiais m'empecher de vous en temoigner mon mecon- 
tentement de [ce] que, de votre propre chef et contre mes declarations expresses, 
vous ayez entrepris de telles cboses. Je vous defends encore tres serieusement 
de ne plus entreprendre de lever, en quel endroit ou de quel district de mes 
provinces que ce soit, enlre lesquels je comprends la comte de Wernigerode, la 
moiadre carte ou plan, sans en avoir une permission par 6crit de ma part; sans 
quoi, vous vous brouillerez indubitablement avec moi et vous attirerez par de 
pareiiles uemarches intolerables des suites tres desagreables. 



An Marcchal Comte de Schmettau. 

Potsdam, 9 juillet 1750. 
.Sur la lettre que je viens de recevoir du 5 de ce mois, je veux bien vous 
dire que, des le comraencement que vous m'avez communiqu6 l'entreprise que 
vous ex6cutez vous-meme ä präsent, vous anriez pu remarquer par mes reponses 



1750, 31. SKai — 1. 'äruguft. 257 

que je ne veriais pas volontiers que vous vous meliez eu personne dans l'exe- 
cution de vos projets, et je vous avoue que je ne suis pas encore trop 6difie des 
demarches que vous faites ä cet eflfet, parcequ'il me semble que cela ne convient 
nullement ni ä votie qualite ni ä I'emploi dont vous etes revetu. Jugez donc 
vous-meme si vous ne feriez pas mieux d'abandonner l'execution ult^rieure de 
ce projet ä d'autres personnes. 



5(n bie Slfabemie ber SBijfenfcfia^ten ju 93erüti. 

^otgbam, 27. Suli 1750. 
^cadjbent @e. Köntgl. SJiajeftät in $reuBen pp. in ©tfa^rung gefommen, toie ia^ 
S)ero Slfabemic ber SCSiffenfcfiaften ju 93erlin bem @enera(felbmariii)all ©raf öon ©c^mettau 
bei einer öorgeftejenen Sntreprii'e, um eine getüiffe Karte öon Seutjdjlanb aufäune:^men 
unb publiciren ju laffen, t)er)cf)iebene ton i:^ren f)a6enbcn ^nfttumenten bargelie^en, aud) 
fonften babei in ein- unb anbern ©tücfen ajfiftiret i^at, ofineradjtet ^öc^ftbiejelbe §ur 
©enüge geäußert f)aben, ttjie fold^e ©ntrcprije ni(f)t allerbingeä S)ero Stpprobation I)abe, 
injjonber^eit aber 2)ieietbc nic^t jugeben fönnten noc^ tDodten, ha'^ in Sero iianben unb 
^roüinjien einige ©egenben unb Siftricte oufgenontmen unb in Sparten gebrad)t würben, 
jo jweifeln 6e. Äönigl. SJtajeftät §wor niefit, ta^ gebauter ©eneralfelbmari^all &xa\ 
Oon (Bäjxncttau §ufoIge ber if)nt bei:^alb getljanen gnäbigen Srijffnung »on folcfier jeiner 
tiorge^abten ©ntreljrife öon jelbfteu abftel^en werbe; injroijcfien unterjagen unb öerbieten 
Sie fraft biejeä obgebai^ter %cxo Stfabemie ber SBiffenji^aften t)ierburc^ jo gnäbig al§ 
emjtlicfi, §u nurüemtelbeter ©ntreprije in feine SSeije einige 3ljfiftance ju geben nocfi einige 
bei ber 2I!abemie befinblic^e Qnftrutttenta boju ju fourniren, tiuimü)x bie be^^atb etwa 
jd)on au^geliel)ene ^nftrumenta jofort §urücf§uJDbern unb an ge{)örigen Crt unb Stelle 
bringen gu laffen; geftalten bann I)infüro gu bergleicfien Unternet)men [fie feinen SBorjcfiub 
äu t^un tjat nocfi fic^ barin auf einige SBeije impliquiren laffen foll, beöor ,fie] ni^t 
be§^alb bei Sr. Königl. aJiajeftät angefraget unb 2)ero eEpreffeä 2Igrement bagu erfialten 
l^aben wirb. 



Au Feld-Marechal Comte de Schmettau. 

Potsdam, l^r aoüt 1750. 

J'ai ete bleu aise de voir par votre lettre du 29 du mois dernier que vous 
vous etes enfin desiste de votre desseiu, et je m'etonne seulement que vous 
n'ayez pas remarque plus tot que vos projets ne m'etaient point du tout agreables, 
comme je vous le dis encore ä present tout naturellement que je ne souflFrirai 
Jamals qu'on leve la moindre carte de mes Etats ii. 

Sömmtlicf)e Stücfe nad) 9tbjd)riften ber SJabinet^fanglei. 



1) 3la6i bem 5(bleben be§ ©eneralfelbmarjc^all» [i IS. Stuguft 1751) jc^reibt ber 
Äönig am 19. 3luguft 1751 on beffen trüber, ben ©eneralmajor Kart ©^riftopf) ®rafen 
Schmettau, unter StnWeifung einer '^enfion oon 2(i00 Sfialcrn für bie SBittme: „^m Ueb= 
rigen wirb e§ Wix fe^r ongene^m fein, wenn S^r Wlix be§ berftorbenen gelbmarfd^aßg 
Sorten unb iRiffe, fo er Mix :^interlaffen, mit näd^ftem felbft anI)ero nocf) ^otlbam 
bringen unb ^iräfentiren werbet." 5lm 12. aioüember beftätigt ber SiJnig bemfetben ben 
empfang einer Sifte ber kopiere beg 3Serftorbenen unb ben (Smpfang ber Sorten unb 
?ßläne. {^tij. Stoat^orAib.] 

Äo?et, SSrieftuet^fel Öriebrici)« ttS ©roBen. 17 



258 ©riefroc^jel S?önig griebric^g mit 9Jlau^ertuiS. 

89. 

9.lhiupcrtu{§ ati beit ^bntg. 

[octobre 1750.] 

Sire. Lc Grand-Directoirc uous ayant voulu faire remettre iine 

somme de 397 6cus pour uous charger d'uue fonderie de caracteres 

d'imprimerie, rAcndömie s'assembla pour en deliberer, et, ayant exa- 

mint^ la eliose, eile la trouva si eloignöe de scs occupations et si 

oucreiisc qu'elle prit lc purti de reniercier le Graud-Dircctoire. Au- 

jourd'hui Leurs Excellences prötendeut que c'est im don que nous 

sommcs forceps d'aeeepter, et m'oblig-ent de vous deraander sur cela 

TOS ordres. Si riuteiition de Votre Majestö est de nous imposer ce 

fardeau, uous u'avons d'autre parti ä prendre que d'oböir, en vous 

rcpresentant notre incapacitö pour une teile manufacture qui n'est que 

du ressoii; des imprimeurs, et le tort que des occupations aussi ötran- 

g^res fönt aux occupations acad^miques. Si j'avais le boubeur de pou- 

voir vous parier des affaires de votre Academie, j'aurais bien des choses 

a vous proposer que je croirais utiles ou nöcessaires. Je suis etc. 

Maupertuis. 

* * 

* 

Si vous voulez venir cet apr6s-midi ä cinq heures, j'aurai le 

temps de vous parier. Federic. 

9Ja(^ bem 'äbhxüd ber Urjd^rift Bei £e ©ueur ©. 9ü. 

90. 

©er Äönig ait 3J?au^ettut§. 

Potsdam, 10 octobre 1750. 

Sur la reprösentation que vous venez de me faire, je donnerai 
mes ordres au Grand- Directoire pour dispenser l'Acadömie du fouds 
pour l'entretien des caracteres d'imprimerie qu'il lui a offert d'ae- 
eepter. Je me ferai aussi donner un extrait des pensions extraordi- 
naires qui sont ä la charge de l'Academie, et celui des pensions que 
mes autres caisses paient aux Acad(imiciens, pour me döcider alors 
finalement lä-dessus; et je ferai expedier, comme vous le demandez, 
un ordre a tous les cbirurgiens de mes Etats de communiquer ä 
l'Academie tous les cas remarquables qui se pr6senteront ä eux, tant 
dans la theorie que dans la pratique de leur art. Sur ce etc. 

'Md) 'äb\(ijü\t ber Äabinetöfanälei. 



1750, Dctober — 9. Sfloüember. 259 

91. 

9Kaupertui§ an ben ^önig. 

Do Potsdam, 9 novembre 1750. 

Sire. Selon la lettre qne j'ai regne du professeur Euler, il pa- 
rait que le sienr Grischow i) , astronome de l'Academie, a contractu 
quelque engagement en Russie, oü 11 a dessein de passer incessam- 
ment avec ses eflfetB, qni sont dejä, partis. Quoique je ne croie pas 
que ce soit uu sujet fort regrettable , j'ai l'honneur d'en donner avis 
ä Votre Majeste; et s'il m'est permis de dire ce que je pense, je 
crois qu'il serait assez puni, si Votre Majeste le faisait conduire jus- 
qü'au vaisseau et lexilait lä oü il veut aller. 

Je suis avec un tres profond respect, Sire, de Votre Majeste le 
trös liumble et tres obeissant serviteur Maupertuis. 

?Joc^ ber eigen^önbigett Urji^rtft. 

92. 
^anptxinx§> on ben ßaöinetljecretär ®el^. ^riegSratl^ (Sichel. 

De Potsdam, 9 novembre 1750. 

Monsieur. Ayant parle au Roi de la maniere dont Messieurs du 
Grand-D irectoire ont executö ses ordres, et Sa Majeste m'ayant or- 
donne de lui en ecrire, j'ai l'honneur de vous envoyer la lettre 2) et de 
vous en recommander le contenu, persuadö, et en ayant dejä souvent 
regu des marques, de vos bonnes intentions pour l'Academie. J'y 
joins une instance pour obtenir des piquets pour notre plantation de 
müriers que Messieurs du Grand-Directoire nous fönt attendre depuis 
trop longtemps. J'ai l'honneur d'etre avec un respectueux atta- 
chement, Monsieur, votre tres humble et tres obeissant serviteur 

Maupertuis. 

SKod^ ber eigen!^änbigen Urjdirift. 

93. 
3JJaupertu{§ an ben ^öntg. 

[Potsdam, 9 novembre 1750.] 

Sire. Pour obeir ä l'ordre que Votre Majeste ma donne, j'aurai 
l'honneur de lui representer qu'apres qu'elle a bien voulu nous ac- 
corder le remplacement d'une somme de pensions que l'Academie 



1) SSgt. oben ©. 2J1. 2) SSgt. bie folgenbe 5JJumtner. 

17* 



•2C^() Sricfire^jcl itönig giicbric^ö mit SKauveituii'. 

paie ä des (^traugers, par une somme pareille qu'elle paiera ä ses 
membres, uous avous 6t6 siirpris de recevoir de messieurs du Grand- 
Directoire im arraugemeut tout difföreut, eucore plus contraire au bou 
ordre de rAcad(}mie et aux iuteutious de Votre Älajeste. Nous vous 
supplious douc, Sire, d'ordouuer qu'il soit chang6 et rendu contbrme 
ä ce que vous aviez ordouuc. Depuis longtemps aussi nous sollici- 
tüus messieurs du Graud-Directoire de uous faire douner des piquets 
pour 2000 müriers que uous faisons plauter ä Köpenik, dans un 
champ appartenant ä l'Acadömie, deuaeurö presque inculte depuis 
quaraute aus. Nous supplious Votre Majestö de nous les aceorder. 
Je suis etc. Maupertuis. 

^JJac^ bcm 5lbbrucf bei iic ©iicur 6. 91. 

94. 

2)er ^önig an a)iaupertut§. 

Potsdam, 10 novembre 1750. 

J'ai vu ce que vous avez juge a propos de represeuter par votre 
lettre du 9 de [ce] mois touchant le remplacement d'une somme que 
l'Academie paie ä des ^trangers, par une somme pareille qu'elle 
paiera ä ses membres, et de l'arrangemeut tout contraire qui a ete 
fait ä cet egard; comme ce n'a ete qu'un pur raalentendu de la part 
du Grand-Directoire , le tout est actuellement redressö et se r^glera 
Selon votre plan. 

Quant aux piquets que l'Academie demande pour son plantage 
de müriers, vous n'avez qu'ä faire faire uu denombrement exact du 
bois dont vous aurez besoin, et alors je dounerai les ordres n^ces- 
saires. Sur ce etc. 

?Jac^ ?(bjd)rift bcr Sabinetäfanslei. 

95. 

2)er Ä'önig an 2Jiaupertui§. 

Potadam, 18 novembre 1750. 

Ayant vu par votre lettre du 1 ü de ce mois le peu de cas que vous 
faites du sieur Grischow, je veux bleu le faire 61argir, et j'ai donne 
d6jä mes ordres en cons^quence. Sur ce etc. 



1750, 9.-28. 9?ot)em6er. 261 

2ln ben ©enerariteutenant ®raf §ade>). 

^ot§bam, 18. 5«oöember 1750. 

Scf) tiabe Qnd) auf (Suren 93ert^t »om 16. bieje^, ben bort arretirten «^Jrofeffor 
©rtfc^ow betreffenb, ^terburc^ in 'Unttooit ert^eilen inotten, bafe 3^r benfelben nunme^ro 
nur roieberumb lol* unb feinet Slrrefteö gänälic^ ertaffen joüet. ^d) bin u. \. m. 

Selbe ©tüde noc^ 2tbfc^riften ber Äabinetäfanslei. 

96. 
2)er Äönig on 3)?oupertui§. 

Potsdam, 27 novembre 1750. 
Ayant vu par votre lettre du 26 de ce mois la quantit6 de bois 
dont rAcademie a besoin pour son plantage de müriers ä Koepenik, 
je viens de donner mes ordres ä la chambre de guerre et des dü- 
maines afin que le bois specifie soit livre. Sur ce etc. 
3laä) 2(bjc^rift ber Sfobinet§!anäIei. 

97. 

2)er ^önig on 2Kaupertui§. 

Potsdam, 28 novembre 1750. 

Sur la lettre que vous venez de faire, je viens de faire mes 
ordres au lieutenaut-general comte de Hacke pour enjoindre au 
sieur Grischow de remplir ses engagements contractes avec l'Academie 
de Petersbourg et de partir au plus tot de Berlin, et, tout au plus, 
dans l'espace de peu de jours. Sur ce etc. 



3ln ben ©enerallieutenant @rof §acfe. 

^otlbam, 28. 9iobember 1750. 

SBeilen ic^ behjegenber Urfad^en :^alber gef^e!)en lafjen n)ill, ia^ ber üortjin arretirt 
geraefene ^rofeffor ®rif(^oro ha§ t^nt offerirte ©ngagemeut bei ber 2tfabemie ju '^tttxä' 
bürg annef)men unb auf bie barin entlialtene Qät bort bleiben möge, fo befel^fe ^c^ 
l^ierburc^, ba'Q ^i)x benfelben fogleic^ gu duä) fommen laffen unb itjm üorfte^enbel in 
SKeinem 92amen befonnt mad^en, il)m aber jugleic^ anbeuten unb baf)in fet)en follet, ba^ 
er feine SIbreife nac^ ^etergburg fonber ben geringften meitem Sjerjug unb pc^ften^ 
binnen fcl^r wenigen Sagen antreten ntüffe, o^ne fic^ lönger in 93erlin aufäu^alten. Qc^ 
bin u. f. ra. 

SBeibe ©tüde nod^ Slbfc^riften ber Kobinetäfanslei. 



1) 58gl. oben @. 10 2tnm. 2. 



Oßo 33riefn)ec^icl Jtönig g-riebri^g mit SDiaupertmä. 

98. 

2)er Äönig an 9Jiauperttti§. 

Potsdam, 11 d^cembre 1750. 

Je vous renvoie ä la suite de celle-oi la lettre que vous m'avez 
commuuiqu^e'), et comme je ue trouve pas de ma eonvenance d'entrer 
eu aucunc maui^re daus ses projets, vous u'avez qu'a remercier l'an- 
teur de cette lettre et lui donner ä counaitre qu'on n'a pas besoiu 
ici de sa personne. Sur ce etc. 

SJac^ Slbjdirijt ber ^obinet^fonälei. 

99. 

S)er ^bnig an 9Waupertui§. 

Potsdam, 17 d^cerabre 1750. 

Je VOUS envoie ä la suite de celle-ei la requete qu'un certain 
Wagner a fait parvenir ä moi^'. Comme le sujet est du ressort de 
l'Academie, vous pourrez faire ce que vous jugerez a propos et conve- 
nable ä l'Academie, et lui donner une resolution en consequence. Sur 
ce etc. 

9iac^ 2Ib}d)rift ber SJabinetälotiälei. 

100. 

®er Äönig on 2}?aupertut§. 

Berlin, 24 janvier 1751. 

J'ai bien regu votre lettre d'hier, et je vous suis tout-ä-fait oblig6 
des fruits que vous m'avez envoyes; ils sont en effet plus curieux 
qu'agreables ä la vue. L'histoire de ce palmier est fort singuli^re, 
et je vous remercie des details oii vous etes entre ä cet egard. 

Quant ä votre calculateur des tables de la lune, je vous laisse 
le maitre d'en decider, et j'approuve fort que vous l'ayez congedie, 
si vous avez trouve ä le remplacer avantageusement. Sur ce etc. 

^ad) Stbjc^rift ber Äabinetäfonälei. 



1) fiiegt nic^t Doi. 2) Siet^t iitrf)t bor. 



1750, li.Secember — 1751, 17. Februar. 263 

101. 

®er ^önig an äJJaupertuiS. 

Berlin, 29 janvier 1751. 

Le conseiller priv6 Kircheisen i) vient de me faire la proposition 
d'etablir une espece de College pour les sages-femines, dans lequel 
on les instruirait de tout ce [qui] est necessaire ä leur profession, et 
leur montrerait ä hiiis clos la dissection des cadavres et lirait les 
Colleges en conseqnence pour les habiliter et perfectionner, tout comme 
cela se pratique ä Paris; et comme j'approuve fort cette disposition, 
j'ai Charge mon ministre dEtat de Viereck de regier cette affaire, et 
j'ai voulu vous en avertir afin que vous puissiez conferer avec ledit 
ministre de Viereck et vous arranger en consequence, en tant que 
cela regardera l'Academie. Sur ce etc. 
3laäi 3lbfc^rift ber Sabinet^fonsrei. 

102. 
®er ^öitig an Tlanpextni^. 

Potsdam, 2 f6vrier 1751. 

Je suis tres content de ce que vous avez arrete avec mon ministre 
d'Etat de Viereck, de vous assembler conjointement avec le president 
Kircheisen, mercredi prochain^) pour conferer ensemble, au sujet de 
l'etablissement d'un College de sages-femmes. Vous me ferez plaisir 
de me rendre compte des arrangements que vous aurez pris a ce 
sujet, ä votre arrivee ici, que je verrai toujours avec plaisir. Sur 
ce etc. 

^ad) Slbjc^rift ber f abtttetgtanslet. 

103. 
S)er Äöntg on SD^oupertuiS. 

Potsdam, 17 fevrier 1751. 

Sur la lettre que vous m'avez faite le 15 de ce mois, j'agree 
bien volontiers le jeune Anisius^), ä la place de feu son pere*), 
comme secretaire de l'Academie des arts, avec les emoluments qui 
y sont attaches, et je viens de donner mes ordres en consequence au 
ministre d'Etat de Viereck. Sur ce etc. 
3fioc^ 9Ibjd)rtft ber ^abinet^fottslei. 

1) ^arl ®aöib Siri^eifen, ^oliseibtrector unb (2tabt|)räftbent. 

2) 3. f^ebruar. 3) E^riftopl) Soa^im Stntfiul. 

4) Soac£)im griebric^ Slnifiul, ©e^.gtotl^ u. ?ßrotonotariu§ beim Dbera^J^ellationggerid^t. 



101. 

De Berlin, 15 avril 1751. 

t^ire. (^11 ni"a fait savoir (|iic Votre Majestö n'^tait plus dans 
le dcsseiu de nie doiiner le lo{;cincnt qu'elle m'avait accorde dans 
le haut du pavillon de son chateau, qu'elle destinait pour les domes- 
tiques des princes ötrangers qui pourront etre logös dans le pavillon. Ou- 
tre que si Votre Majest6 voulait faire pr^parer le rez-de-cbauss6e pour ces 
doniestiques, il semble qu'ils scraient moins embarrassauts que dans le 
chateau et plus ä portöe de Icurs niaitres, je n'ai pas besoin, Sire, 
de vous reprdsenter que, dans tous les temps oü l'on aura besoin de 
l'appartement que Votre Majeste me donne, la moiudre chose que je 
puisse faire, cest de le edder et dalier pour ce temps loger ailleurs. 
Comme on m'assure que Tintention de Votre Majestö n'est que de nie 
procurer plus de commodites, et que, cependant, j'en trouverais beau- 
coup davantage dans le logement qu'elle ra'a fait la grace de m'ae- 
corder, j'ose la supplier de ne poiut retracter cette gräce pour me 
mettre ailleurs, et de vouloir bien laisser subsister la disposition 
qu'elle avait ordonnee. Je suis avec le plus profoud respect, Sire, 
de Votre Majeste le tres bunible et tres obdissant serviteur 

Maupertuis. 

Sa Majestd est tres humblenient suppliee de vouloir bien accor- 
der un brevet de conseiller de commerce pour Bernouilli, negociant 
ä Strasbourg. 

3ladi ber 2lui§fertigung. SKit Sluäno^mc bcr Einlage eigenl)änbiq. 

105, 

S)er Völlig an 3J?aupertui§. 

Potsdam, 17 avril 1751. 

J'ai bien regu votre lettre du 15. Je ne sais pas un mot de ce 
que vous marquez, et je ne connais pas comment des bruits aussi 
peu fondes peuvent se repandre et etre alles jusqu'ä vous. Quoi 
qu'il en Boit, tranquillisez-vous et comptez que je ne changerai rien 
ä ce que j'ai decidd pour votre logement au chateau, mais il faut que 
vous preniez patience jusqu'ä ce quil soit cn 6tat d'etre occupd. Sur 
ce etc. 

'^Q(b 91bi(irift ber Äabinetsfan^^Ici. 



1751, ir.. 9I^viI — 10. giiiguft. 265 

106. 
S)er 5?önig an SJZaupertuiS. 

Potsciani, 13 juillet 1751. 
Comme vos affaires et Celles de rAcadeiiiie vouh appellent ä 
Berlin, il dependra de vous d'y aller, quaud vous le jiigerez ü propos*). 
Sur ce etc. 

SRac^ Sl6jc^rift ber Äobinetäfanjlei. 

107. 
S)er Äönig an 9,1caupertui§. 

Potsdam, 27 juillet 1751. 

J'ai bien re^u la lettre que vous m'avez faite le 25 de ce mois, 
et le livre qui y etait Joint 2), et je sais tout le gr6 que vous vous 
pouvez attendre de ma part de l'attention que vous avez bien voulu 
me temoigner, en m'envoyant ce livre. Sur ce etc. 

3lai^ Stbfc^rift ber ^oBinet^fansret. 

108. 
®er Äönig an 9)?nupertut§. 

Potsdam, 10 aoüt 1751. 

Pour vous repondre a la lettre que vous m'avez faite du 9, je 
vous dirai que je suis bien fache que, malgre toute la bonne Inten- 
tion que j'ai pour le sieur de la Torres-^), je ne saurais point l'ac- 
commoder, vu que les occasions et les moyens me manquent de le 
placer ä mon service. 

Je vous sais bien du gr6 de l'attention que vous avez eue pour 
l'Academie, en contribuant ä ce qu'on enverra ä Berlin, pr^förable- 
ment ä d'autres lieux, de ces habiles astronomea que la France envoie 
pour faire des observations sur la lune. Pour lever aussi les incon- 
venients qui se trouvent, en cousequeuce de votre lettre, aupr6s de 
l'observatoire ä Berlin, j'ai dejä donnö mes ordres au ministre d'Etat 
de Viereck, afin qu'il emploie quelque architecte pour faire muver la 



1) Wtanptxtüiä befanb fii^ ol^ ®a[t be§ Ä'önigä in ^ot^bam. 

2) »Essai de philosophie morale.« 

3) ©Ott ^uoTT Wlamd be %oxxe§ eoftellanoS, SKitglieb ber Slfabemie ju SJiabrib 
unb au§tt)ärtigeg 3JlitgUeb ber 3IIabemie. 



206 5BncfniC(f)icI Jtönio i^rtebrid)'? mit !D?Qupcrtm3. 

oommnnication qu'il y a eutre l'observatoire et le tböätre anatomique, 
et de faire faire uii escalier sdparö, soit en dedaus de la cour ou 
daus riiiterieur des (^curies, qui eonduisc au thöatre anatomique s6- 
part^nieut de celui qui ni6nc ä la sallc de l'observatoire. Sur ce etc. 
5Jn(f) ?lbid)rift bcr Sabinct^fanalci. 

101). 
^cr ^Lhiii^ nu 9Jtaiipcrtiii§. 

Potsdam, 10 aofit 1751. 

J'ai iQc^u votre lettre du 13 de ce moia, avec celle du pr^sident 
Henault'). Je joins iei ma repouse, que je vous prie de lui faire 
passer. Vous savez le peu d'exemplaires que j'ai fait tirer des Memoi- 
res pour servir ä Thistoire de Brandehourg 2), et qu'il ne m'est pas pos- 
sible de lui envoyer celui qu'il me demande. Je vous ferai remettre 
pour lui Uli exemplaire de rddition de Hollande ^), qui est belle et 
complete. Vous me ferez plaisir de Ten prevenir et de lui confirmer, 
ii cette occasion, tous les sentiments que vous me connaissez pour 
Uli. Sur ce, je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte et digne garde. 

Federic. 

9k(^ bem Slbbrud ber Urid)tift in ben (Euvres XVII, 339. 

110. 
^cr ^öntg on 9}Zaupertui§. 

Potsdam, 1" octobre 1751. 

Je consens volontiers, sur votre lettre du 30 du mois passö, que 
vous puissiez aller ä Berlin pour etablir l'astronome frangais^) dans 
votre observatoire et concerter avec lui les observations ä, faire. Sur 
ce etc. 

$«oc^ 2tbi(^rift bcr Äobiitetgfonälei. 



1) %tx bei £e ©ucur S. 380 mttget^ciltc 93rief an aRoupertui^ bom 27.3ult 1751 mit 
^draultä Urtl)eil über bic Memoires de Brandebourg. (S^arle^ '^toxi granfoiä §enouIt, 
>presideiit lionoraire aux enquetes et surintendant des finances de la maison do la 
Reine« ^atte 1741 ben »Nouvel abrege chronologique de Thistoire de France« öeröffenl* 
lic^t, toelc^er in beä Söniq^ >Di8cour3 pr61iminaire« (ögt. oben 6. 251) ju ben M6moires de 
brandebourg bej^eic^net ttjirb al§ »un elixir des faits les plus reinarquables de cette 
bistoire; le judicieux auteur de cet ouvrage a eu l'art de donner des gräces ä la 
Chronologie meme: savoir ce que ce livre contient, c'est possöder parfaitement 
rhistoire de France«. CEuvres I, p. LV. 

1, Memoires pour servir ä Thlstoire de la maison de Brandebourg. Au donjon 
du chäteau. WDCCLI. 4^ SSgl. 2RigceIIaneen ©. 22, 9h. 82. 

3) %'\t ebenba unter iRr. 8;i aufgefüf)rte EnartauSgabe. 

4) 3ojc;)^ 3eromc £e grangais be £alanbe. SSgt. £e ©ucur 6. 210 Slnm. 5. 



1751, 10. Sluguft — 29. Dctober. 267 

111. 

^er ^önig an g}iaupertui§. 

Potsdam, 16 octobre 1751. 

J'ai regu votre lettre du 13 de ce mois. Je veux bien vous ac- 
corder la letti'e que vous me demandez pour le magistrat de Bernc, 
et j'ai donne ordre qu'elle füt expediee; je soubaite que Ics cclair- 
cissements qu'elle vous procurera, puissent vous satisfaire. J'ignorc 
absolument le fond de la dispute >), mais puit^qu'ellc importe, selon 
vous, ä l'bonneur de l'Acad^mie, je veux bien ue pas refuser de m'y 
interesser. Je vous remercie du memoire que vous m'avez envoye 
8ur les salines de Bretagne. Et sur ce etc. 



A Monsieur l'Avoyer Regent de Berne. 

Potsdam, 16 octobre 1751. 
Monsieur l'Avoyer. Le sieur de Maupertuis m'ayant repr<58ente que pour 
le bien d'une affaire qui interosse l'honneur de mon Academie des sciences et 
belles-lettres, dont il est president perpetuel, 11 serait important d'avoir une copie 
de lettres de Leibniz qui doivent se trouver daus les papiers de feu Henzi^), 
je vous prie de vouloir bien ordonner que la recherche exacte desdites lettres 
soit faite dans les papiers en question, tant dans ceux deposes au greffe criminel 
que dans ceux remis aux heritiers, et je vous demande aussi que, dans le cas 
oü il se trouve des lettres de Leibniz, il m'en soit envoye une copie fidele et 
legalisee dans la meilleure forme, et que, s'il ne s'en trouve point, vous ayez 
pour agreable d'en faire expedier un certificat autbeutique. Je me persuade que 
vous me donnerez avec plaisir ce t^moignage de votre attention, et j'y serai 
tout-ä-fait sensible. Je suis charm6, au reste, de trouver cette occasion de vous 
marquer les sentiments particuliers avec lesquels je suis, Monsieur l'Avoyer etc. 

SSeibe Stücfe naä) Stbfc^riften ber StabinetSfonälei. 

112. 
®er Äönig an 9Kaupettui§. 

Potsdam, 29 octobre 1751. 

J'ai bien recu votre lettre du 27 de ce mois. Puisque le mar- 
quis d'Argens^) desire de rentrer dans ses fonctions academiques et 



1) ^ßrofeffor ©antuet ^öntg beftritt im SKär^pd ber i^ei^jgtger Nova Acta Erudi- 
torum ta§ öon 9Kaupertuig enttricfelte „$rinctp ber ffetnften SIction", mit bem Qu^a^, 
ba§ ba^jenige, loaä an bem $rinci:p rtcf)ttg fei, fic^ bereite in einem 93riefe Seibnijen^ 
an ben 9}iatf)emati!er ^acob ^lermonn oon 1707 aulgejprodien finbe. 

2) ©amuel ^enji, aU SSerf^ttJörer entf)auptet am 17. ^uli 1749. 

3) ®'2lrgenl mar am 26. Stuguft 1751 nad) ^otgbam surüdgefe^rt. (Euvres XIX, 
35; XXII, 278. 



268 ^Briefroediicl JSönig ^ricbri^? mit SKaupertiii§. 

de meriter les avantages qu'il en retire, je ne m'oppose point ä ce 
que rAcad(^mie veut faire en sa faveur, et je vous laisse enti^rement 
le inaitre d'ananger cette affaire, ainsi que vous le trouverez con- 
vcnable. Sur ce etc. 

9Jad^ SIBjc^rift ber Sabtnctäfatijtei. 

113. 

S)er Äönig an äJJaupertuiS. 

Potsdam, 5 novembre 1751. 

Sur la lettre que vous m'avez faite le 3 de ce mois, j'ai donne 

mes ordres^) afin que les instrunients que TastroDome frauQais^) fait 

venir de Paris pour faire ses observatious, doivent entrer ä Berlin, 

Sans payer aucun droit d'aecisc ni autre, quel qu'il soit. Sur ce etc. 

^lad) Stbfc^rift ber tabinetsfanslei. 

114. 

^er Äönig an 3Jiaupertui§. 

Potsdam, 7 novembre 1751. 

J'ai bien regu votre lettre du 5 de ce mois. Vous devez etre 
assure que je ne veux que ce qui peut vous etre agreable et avan- 
tageux, et puisque le projet que vous aviez forme de bätir une mai- 
son^], pourrait vous etre onöreux, je trouve fort bon que vous l'aban- 
donniez, et que le terrain qui vous 6tait assignö, soit ced6 ä quelque 
autre, sur quoi j'ai donne mes ordres. Je serai charm6 qu'il se trouve 
quelque autre cireonstance oü je puisse vous remplacer le bien que 
je voulais vous faire dans cette occasion, et vous marquer toute la 
bonne volonte que j'ai pour vous et dont je vous renouvellerai tou- 
jours les t^moignages avec une satisfaction nouvelle. Sur ce etc. 
STcac^ 2tbjcf)rtft ber ^abinet^fanälei. 

115. 

2)er Äönig an ben ©djultf)ei^ ^vithviö) ©teigner öon Sern. 

Potsdam, 3 d6cembre 1751. 

Monsieur l'Avoyer. J'ai bien regu votre lettre du 19 du mois 
demier ^), avec le certificat qui y 6tait Joint et qui ne me laisse rien 



1) „'an i>a§ 93er(iniicf)e 2Icctie=2)irectorium", öom gleiten ^otum. 

2) aSflI. oben g. 266 2Inm. 4. 3) 18gl. oben ©. 253. 255. 
4) ?Inttt)ort auf 3ct. 1 1 1 Stniage. ®aä ©(^reiben liegt ni(^t öor. 



1751, 29. Cctober — lu. 3)ecember. 269 

ä desirer, ni pour la forme ni poiir les details que demandait TAcii- 
demie. Je vous remercio des soins que vous avez bien voulu vous 
donner a ce sujet, et c'est im tömoiguage de votre attention dont je 
vous sais veritablement gr6. Je vous prie d'en etre persuade, et que 
je suis avec des sentiments particuliers, Monsieur l'Avoyer, votre af- 
fectionne etc. 

3laä) Slbfc^rift ber Äobinetgfanälei. 

116. 
2)er ^önig an 9}iaupertut§. 

Potsdam, 3 d^cembre 1751. 
J'ai rcQU la medaille que vous m'avez renvoyee ä la suite 
de votre lettre du 2 de [ce] mois, et vous trouverez ci-joint le petit 
memoire que le sieur Pelloutier^) vous a envoye ä ce sujet. Sur 
ce etc. 

3la6) Stbfc^rift ber ^abinetüanslei. 

117. 

3JJaupertui§ an ben ^önig. 

De Berlin, 8 decembre 1751. 

Sire. Le jardinier de l'Academie etant mort, et l'Academie 
croyant ne pouvoir le mieux remplacer que par Ignace Müller, dont 
eile connalt Thabilete et la fidelite, eile supplie Votre Majeste de 
lui accorder son agreraent, afin qu'il puisse jouir des emoluments 
attaches ä sa Charge. 

Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majest6 le 
tres humble et tres obeissant serviteur Maupertuis. 

'üaä^ ber eigenfjänbigen Urfi^rtft. 

118. 

©er ^önig an 3JZu,'opertui§. 

Berlin, 10 decembre 1751. 

J'ai vu par votre lettre du 8 de ce mois la mort du jardinier de 
l'Academie et le sujet que vous proposez })0ur le remplacer. Comme 
cette place est purement du ressort de TAcademie, il ne depeudra 
que de vous de la conferer ä qui vous voudrez. Sur ce etc. 
9Jocf) Srbfdirift ber ^abinetäfanslei. 

1) SSgl oben @. 220 2lnm. 6. 



270 Srlcfroec^jcl J^öuifl g-riebvic^« mit 9Äaupertiii§. 

119. 
®cr Äüuig au 3)?aupcvtui§. 

[Potsdam, 18 fövricr 1752.] 1 

.lo vous suis fort obligö de la carte (jue vous avez eii la bout6 
de m'cu\o\Qv. Vous voyez toiis los arts prospercr soiis votre niain, 
il HC vous nuuuiuc que de la santö pour jouir de votre gloire; im pcu 
de rogomme de moins, uu pcu plus de diöte, et vous gu^rirez. Je 
vous suis fort ol)lig(^ du memoire pour les salines, je Tai envoyö en 
Frise *) pour voir si Ton pourra reussir a en faire. 

Je ferai ineessamment accommoder votre chambre et je conipte 
qu'elle sera faite bientöt. Federic. 

^lod) bcr cigcn^änbtgcn Uiid)rift. 



120. 
®cr Äöiiiij au bcu iöürgermcifter öon 93ajet. 

Potsdam, 28 fövrier 1752. 
Une affaire qui intöresse l'honneur de mon Acad6mie des sciences 
et bellcs-lettres , lui rendaut absolument nöcessaire le recouvrement 
et la communication de toutes les lettres que peut avoir ecrites le 
feu sieur de Leibniz, et ayant ete inform6 que le sieur Hermann, 
citoyen de votre ville, a trouve dans les papiers du feu professeur 
son fiere plusieurs lettres de ce savaut, je vous prie instamment de 
vouloir bleu m'envoyer une copie de toutes ces lettres exaete, ducmeiit 
l^galisee et revetue de toute l'authenticite possible, ou une attesta- 
tion par serment dudit sieur Hermann sur le sort de ces lettres et 
les mains dans lesquelles elles sont pass^es, si elles ne sont i)1hs 
dans les sieunes. L'importance dont il est pour rAcad6mie de con- 
naitre la destin^e de ces papiers, rendant ces pr6cautions absolument 
essentielles, je me persuade que vous vous porterez avec empresse- 
ment a rendre ce Service ä une compagnie cel6bre, et je vous en 
saurai tout le gr6 qu'exige de ma part la protection particuli6re que 
je lui accorde^). Sur ce etc. 



I 



1) Smmebiaterta^ an ben Slommerpräfibenten ilen^ ^u ^lurirf), ^ot^bom 18. gebtuor 
1752: „9Jat^bem TOir andi öon guter |)anb bic in Driginal onücgenben M^moires 
toegen guter Giniic^tung berer See=SaIinen pgefommen jc^nb, \o la[fe ^d) ©uc^ jolc^e 
bcrgeftalt, »ie ^sd) fte befommen, jujenben, um bortigcr Drten Guren ©ebraucf) babott 
ju machen." {&eij. Staatöardjiö.) 

2] SRoc^bem aui) in SSajcI wie üor^er in ^^ern (ögl. '')lt. 115) bie JJac^forjc^ungen jtt 
feinem ©rgebniß geführt Ratten, erflärte bie ^Ifabemie in ber ©i^ung öom 13. 2t<)rU 1752 



1752, 18. gebtuat - Sßärj. 271 

121. 
S)er ^önig an ajiaupcrtuig. 

[mars 1752.] 

Je vous envoie mon livre >), selon l'usage des poetes, et vous le 
donnerez a vos valets de ehambre pour les umiiser, selou l'usage des 
grands seigneurs. J'ai eompris quo la frivolite de cet ouvragc ütait 
autant au-dessous de vous que la terre est au-dessous du solcil; mais 
nous auti-es auteurs, nous ne nous embarrassons pas de si peu de 
ebose, et le graud mörite que nous trouvons pour la plupart de temps 
nous-memes dans nos ouvrages, nous oblige de les conimuniquei- ä 
nos amis, afin d'en recueillir les applaudissements. Ne manquez donc 
pas d'applaudir ä mes sornettes, vous etes trop bon courtisan pour 
en agir autrement, et je vous assure que je ferai tout le semblant de 
vous en croire sur votre parole. Adieu. Fr. 

'Md) ber eigenfiönbigen Urfdjrift. SJerfälfc^t: 2a a3eaumeae 9fr. 167, mit erfun» 
benem ®atum >20 avril 1750*2). 

122. 
®er ^önig on 9JJoupertui§. 

[mars 1752.] 

J'espere qu'avec milord TyrcounelP) finiront toutes les mortalitös; 
puisqu'il est mort, qu'il soit le bouc Hazazel'*), et que sa mort pro- 
longe votre vie. Mes sornettes ne möritent point d'amuser un g6o- 
metre, ils ne sont pas assez raisonnables pour faire trouver la poösie 



ben öon ©amuel Äönig angesogenen 93rief Seibnisenä für eine gälf^ung. 3SgI. Me- 
moires de l'Academie VI (annee 1750) p. 52 ff. 

1) Offenbar ift baSfelbe Sffierf gemeint, beffen S^IjaW ber folgenbe 93rief gleid)faU^ 
oll >sornettes< begeii^net unb tt)eld)eg ber Äönig am 26. Februar 1752 i^olit. ßorre= 
fponbenj IX, 51) ber SD'iarfgräfin Don Söatreutt) mit ben SBorten anfünbigt: >De3 que 
le relieur m'aura remis mes Visions folles, j'aurai l'honneur de vous l'envoyer« — 
b. % bie gmeite, unter SSoItatrel SKitrairfung umgearbeitete 21uflage ber »CEuvres du 
pbilosophe de Sanssouci«, bie oI§ neueS (gtüd u. 31. bie >Art de la Gaerre« 
(CEuvres X, 223 ff.) unb bie Epitre ä Maupertuis (»La Providence ne s'intöresse 
point ä rindividu, mais ä l'espece«; ebenb. 6. HO ff.) ent:^ält. 93gl. SJMlceüaneen 
S. 35 5ßr. 167. (Euvres SXII, 266. 269. 273. 281. 

2) 5)ie angeblii^e 5lnth)ort 9Jiau;3ertui§' Oom 24. unb bie erinibcrung beg ÄönigS 
bom 26. 3t^rit 1750 finb all freie (Srftnbungen 2q. ä5eaumelle'5 [^x. 168. 169) ju bc* 
trachten. 

3) ©eorg Xalbot, ©raf ti. S^rconnell, frangöfifdier ©efonbter in 58erlin, geftorben 
12. Wäxi 1752. 5ßgl. ^olit. (Sorrefponbens IX, 63. gorjc^ungen jur branbenburgifc^en 
unb preu^ifc^en @efc^icf)te VII, 71—96. 

4) Leviticus cap. 16. 



272 SdcfiDc^jcI König griebrid^ä mit SJiaupcrhtiS. 

boune, et la versificatiou n'est pas assez elögante pour faire glisser 
snr le toud des choses. Soignez-vous, giiörissez et couservez a l'Aca- 
demie im pr^sident dout eile tire sou plus graud eclat. Federic 

5tacl) bcr cigcntjanbigcn Urjdjrift. 

123. 

®er ßönig an SO^aupertui§. 

[Potsdam, 12 avril 1752.]') 

Algarotti m'a dit hier qiie roiis crachiez eneore le sang, sur quoi 
je me suis resolu ä vous envoyer le plus liabile charlatan de ma 
eouuaissanee; je soubaite que par un hasard beureux il vous guerisse 
ou du moius vous soulage. Ne vous exposez point ä l'air qu'ä bonnes 
euseigues; plus de rogomme, plus de cafe, et avee le temps et la 
sobri^te vous vous retablirez. C'est ce que je soubaite de tout mon 
coeur. Federic. 

ilaö) ber eigcntjänbigen Urjd^rift. 

124. 
2!)er Äönig an 9)Zaupertui§. 

[Potsdam] ce 2 de mai 1752. 

Mon pied goutteux salue votre poitrine delabröe; c'est cette goutte 
qui m'a empecbe de repondre plus tot ä votre lettre. Je vous ac- 
corde volontiers la permission d'aller en France, pourvu que vous 
n'en usiez que lorsque vos forces vous le permettront. Je vous prie 
de remercier Moncrif 2) de son livre, dont je [ne] me soucie guöre, le 
drole m'a friponne. Uhistoire des chats y manque, qui sans doute 
est le plus bei ouvrage sorti de sa plume et le seul par lequel il 



1) 2)er SInfag beä ®atumä bttüt)t auf aSermutt)ung. Stigarotti etl)ielt om 11. Stpril 
1752 in ^^ot^bam eine 9!Kitt^eiIung öon 5Kaupertuig, bie er an ben Stönig mit ben 
SGBorten ttjeitcrgiebt: >M. de Maupertuis me mande que, malgre )a belle saison, il 
n'y a aucun changement en bien toachant sa sante.« Slm 20. 'äpxxl berichtet 'äU 
garotti auä S3erlin: >M. de Maupertuis se met aux pieds de Votre Majest6, 11 est 
toujours dans le meme etat«, ttjorouf ber König am 25. anttoortet: »Si vous parlez 
ä Maupertuis, je vous prie de lui dire qu'il ne boive point de cafe, point de 
liqueurs, et qu'il s'assujettisse aux lois d'Hippocrate; car, apres tout, il faut guerir 
ou mourir dans les regles.« CEuvres XVIII, 83. 84; ügt. ebenb. 129. (Siner erneuten 
Grfranfung gebenfen ouc^ ^föei ungebrurfte 58riefe beä ^lirinjen öon ^reu^en unb bei 
^jJrinjien öeinric^ an aJlaupertuis bom 16. be^to. 9. Slpril 1 752 (@el). ©taotäarc^iö), foroie 
ber SBrief b'StlembertI oom 24. 3[Jiai 1752 bei Formey, Souvenirs II, 45. 

2) grancoil Sluguftin ^arabiä be aJioncrif. SSgl. gorme»), I, 252 ff.; II, 282 ff. 
(Eavres XX, 35. 



1752, SKörä — 8. Mal 273 

pouvait m^riter votie protection, ii la faveur du goüt que vous avec 
pour l'espece chatte '). 

Mais les cliats de Moncrif et tous ses aiitves luauvais ouvrages ne 
devraient pas m'empecher de vous parier de votre sante. II y a 
des remedes simples dont je crois que vous pourriez vous servir avec 
succ6s. Les voici: du petit-lait, que l'on prend avec la precaution 
d'eviter les diarrhöes, avec un grand regime; la graisse de chien cuite 
avec une bouillie de farine, sans sei; des herbes vulueraires dont on 
exprime le suc, et que l'on boit tout frais. 

C'est ä vous ä consulter les medccins pour savoir lequel de 
ces remedes pourrait vous convenir le mieux. Que ee soit par ces 
remedes-lä ou par d'autres que vous trouviez votre guörison, je fais 
egalement des voeux pour que votre sante se retablisse. 

Federic. 
3la(^ ber Urjc^rift öon ber §anb beg Slbbe be ^rabeg. 2)te Unterfcf)rtft eigenljänbtg. 

125. 

S)er ßönig an 3Jiaupertui§. 

[Potsdam] 8 mai 1752. 

Vous recriminez l'ami, vous me renvoyez la balle. Si je ne vous 
avais pas tant preche de remedes et de regime, vous n'auriez rien 
dit de ma goutte; mais vous en direz tout ce qu'il vous plaira, cela 
ne m'empechera pas d'insister fortement sur votre regime et sur 
l'usage des medecines. 

Votre devise est tres belle, mais comme le mot de terreur des 
ennemis pourrait choquer quelque oreille imperiale, ne voudrait-il pas 
mieux que l'Artillerie dise en latin: «Mes feux ne sont qu'un faible 
embleme de ceux que I'amour allume dans les co3urs de ces nouveaux 
maries» ? Assurement per sonne n'y trouverait ä redire, et je crois que 
ce serait peut-etre assez plaisant. 

Reflexion faite, je trouve que je ne saurais me passer de le- 
cteur^); connaissez-vous quelqu'un que je pourrais prendre? je souhai- 
terais d'avoir un bon gargon, surtout verse dans les belles-lettres et 
qui, sachant parfaitement la langue, eüt le talent de bien lire. Si vous 
pouvez me trouver un sujet comme je le desire, ä Paris, cela me fe- 



1) aSgl. oben ©. 219 Sinm. 5. 229. 238. 239. 

2) ©arget toat am 14. Wäx^ 1752 nac§ granfrei^ gereift unb erhielt am 26. gunt 
1753 feinen 3t5fc^ieb. SBgl. (Euvres XX, p. XII. 

Äofer, S9neftticd)fet griebri^S be§ ®ro§en. 18 



274 33vie{uicc^fti itüuio ^licbrtd)^ mit SDiaupertuiS. 

mit g:iauti plaisir, et j'a jouterais cette Obligation ä Celles que je vous 
ai iU^j:\. 

Je fais millc Vd'ux i)our votie poitrine. Fr. 

310(1) bcr ciöcnljänbifleii lhicf)rift. Sa'? ^atitm üoii "üJiaiipci-titiö' ^^aub. 

12G. 
2)cr Äönig an 3Jiaupcrtui§. 

[mai 1752.] 

Vous ne rae dites pas un mot de votre sant6, mandez-moi doue si 
le bcau temi)s ne vous fait pas du bien, si vous ne vous trouvez pas 
soulage, cc que disent les m^decius etc. Adieu, uion eher, je fais des 
vanix pour votre gu(5rison. Fr. 

J'ai envoyc j\ TArtillerie votre devise, eile ne choquera personue; 
qu'elle soit fausse ou vraie, c'est de quoi ui vous ni moi ne nous em- 
barrassons beaucoup.i). 

ytad) ber eigenljäubigcn lUid)vift. %a§ ®otum tion WauptttuW |)onb. 

127. 

2)er Äönig an SJJaupertutS. 

[Berlin] ii juin 1752. 

J'ai re^ii les pi^ces de votre Acad6mie, dont je vous remercie. 
Darget nie mande qu'il m'a trouv6 un lecteur, gai, doux et surtout 
raisonnable, moyennaut quoi cela vous 6pargnera la peine d'en cher- 
cher"^). Je me suis fuit un piaisir de vous pr6parer un appartement 
commode ä Potsdam, il u'est point achevö, il le sera bientöt; je fais 
des vceux pour que vous l'habitiez longtemps. 

La condition sera remplie de ma part, c'est a vous ä la remplir 
du 3) votre, et je crois que vous y parviendrez par un bon r6gime et 
par l'usage du lait. Si j'6tais votre m^decin, je vous mettrais ä la 

1) 2)ie Siononen oul ber 5Regierung§scit griebrtc^ä II. tragen tf)eil5 nur eine 35e* 
tijc (Dom, sroiidjcn S^ifb^apfen unb SJIünbung): >Pro gloria et patria«; ttjeilä, niib 
jtrar bie quI ben jpäteren ^atjreu burc^gängig, :^inten smijc^en Scf)ilb5apfen unb SSoben» 
ftüd noc^ bie ^recite 2)et)iie: »Ultima ratio regia«. S3gl. ö. aJJaliuonj^fi) unb b. 93ouin, 
@eic^icf)te ber branbeiiburgii(f)=preu^iid)en IMrtiüerie, 93b. Jl, 93er(in 1811, S. lö. 

2; 21uä bem SJriefwedijcI mit 2)arget erljcüt, bafj öerfd)iebene ^crjijulic^feiten in 
33ettac^t famcn (tjgl. (Euvres XX, 31. 'ib), tjon benen in ber gotge feine gercä^lt trurbe, 
ba auf Gmpfc^lung öon SSoItaire unb b'?(rgeng ber 2lbb6 be ^robeä als ^Bortejer eintrat. 

3) .Sic. 



1 



1752, 8. aRai — 8. ^uli. 275 

nourrice et je crois que cela voiis tirerait tout-ä-fait d'affaire. Adieu, 
mon eher president, je ])ars pour la Pomc^ranie *), en faisant mille 
vceux pour votre conservatiou. Fr. 

^ad) ber eigeul^änbtgen Ui1d)rift. S)og 3)otum bon 9Jiaupertut§' §anb. 



128. 

S)er Äönig an SJZoupertuiä. 

[Potsdam] ce 8 de juillet 1752. 

Je vous souhaite uu heureux voyage, mon eher Maupertuis, et 
j'espere que le mouvement du carrosse et l'air natal vous reudront la 
Santo que vos Hippocrates modernes n'ont pu vous procurer. 

Je ne pense point ä faire une autre Edition de mes rhapsodies, 
parcequ'en vörite elles n'en valent pas la peine; j'ai atteint au but 
que je m'ötais propose: c'etait de m'amuser. Mais ces frivolit^s, en- 
fants de mon loisir et de ma retraite, doivent suivre le goüt de leur 
auteur et demeurer ensevelies pour jamais dans le fond d'un cabinet. 

C'en est bien trop de deux editions 2) , et en voyant les estampes 
et les vers, on trouvera que le poete et le graveur^) n'ont pas de 
reproches ä se faire en fait de fautes. Je travaille ä präsent ä un 
ouvrage plus solide, mais qui par sa nature sera condamue au meme 
sort que celui de ses alnes*); on n'est heureux dans le monde qu'en 
s'oecupant. J'ai perdu presque tous mes amis et mes anciennes con- 
naissances et je ne trouve de consolation que dans l'ötude et dans 
le travail; il faut apprendre ä se suffire ä soi-meme et ä savoir se 
passer de tout l'univers. Cela est dur, mais c'est pour moi l'unique 
fagon de me rendre la vie douce. Adieu, mon eher Maupertuis, je 
devrais vous entretenir de matieres plus gaies et vous donner des con- 
solations; mais un philosophe apprenti, comme moi, n'a point de le- 
Qons ä donner ä ses maitres. Federic. 

3la6i ber eigenpnbigen Urf^rift. 



1) ©er mniQ öerlieB Serlin am 12. ^uni, früt) 4 Ufjr. S3erltmfd|e IßacEiri^ten 5Rr. 71. 

2) SSgl. oben ©. 254 5(nm. 1; 271 2lnm. 1. 

3) ©eorge griebric^ <Bä);nM, |)offupferfte(^er unb SlJittgUeb ber 3tfabemien ber Mn[tc 
üon Berlin unb ^Paril. 

4) ©emetnt ift bol am 27. Sluguft 1752 oBgefi^Ioffene ^olittj^e %t\tamtnt, bol 
au§ politif^en ©rünben ebenfo wenig roie bie „älteren @e{c^tt)ifter", b. i). bie 2Jiemoiren 
jur Beiigeit^ic^te gebrutft metben founte. SSgt. 3ir. loO. 

Ib-- 



276 iünefwei^jel Äönig griebrii^S mit 5D?oupertuiig. 

129. 
3)er ^buig an 9)Zaupertui§. 

[Potsdam] 10 [aoüt 1752.] i) 
J'ai (5t(S seusiblement toucli6 par la lettre que vous venez de 
m'ecrire. Je vois avcc regret le döhibrement de votre saiitö. II semble 
que je sois coiidamii6 ä pcrdre toutes les persounes que j'estime. 
S'il y a eiicore quelque voeu t\ faire pour votre reconvalescence, je 
le fais du fond de mon coeur; sinou, vous pouvez etre en repos au 
sujet de voti-e femme et avoir cette inquietude de moins. Je ne vous 
dis ni ce que je peuse, ni ce qui me passe par l'esprit dans ce mo- 
meut ici. Vous savez que mon pouvoir ne s'^tend pas sur les pou- 
mous; je ne peux pour mes amis qa'estimer leur m^rite, les recom- 
peuser et me plaiudre vaiuement, lorsque je suis condamne de les 
perdre. 

Quand je vieudrai a Berlin, je passerai l'apres-midi cliez vous. 
Je ne vous nie point que je me flatte eneore, et que j'espöre de vous 
revoir et de vivre avec vous. Adieu. Federic. 

3lad^ ber eigeni^önbtgen Urfd^rift. 

130. 
2)cr Äönig an 9JJaupertut§. 

[Potsdam] ce 20 aoüt 1752. 

Je suis bien fache de vous savoir toujours incommod^ de la poi- 
trine; j'avais espere dans la belle saison, je vous conseille de prendre 
une nourrice et de recommencer le regime de berceau, il y a beau- 
coup d'exemples que eette eure a rötabli des poitrines d61abr6es. 
Je suis bien oblige ä M. Duclos^) de sa lettre, je vous prie de lui r6- 
pondre par un compliment, je n'ai ici personne pour lui öcrire. Mes 
reveries sont si graves que j'en ai honte; je fais un testament poli- 
tique^) que je me häterai d'ensevelir dans la poudre des archives. 
C'est un ouvrage dout toutes les parties sont li6es les unes aux 
autres, öcrit Selon la möthode des geomötres, mais sans majeure, mi- 
neure, conclusion ni corollaire. Je n'ai point l'audace de marcher 



1) S)er Söntg jc^reiBt an 2;arget„ 31. ^uli 1752: >Le pauvre Maupertuis n'est pas 
bien, je souhaite'qu'il reprenne, mais je commence ä douter«. (Euvres XX, 34; 
bgl. ebenb. <B. 38. 

2) G^arleä ^incau 2)uc[ol, ©ecretär ber Academie fran9ai8e unb Stönigüd^er 
§iftoriograp{). SSgl. £e ©ueur ©. 382. 

3) SBgl. Ta. 128. 



1752, 10.— 28. grugitft. 277 

sur les traces de doctissimus Wolfiusi) et je ne me compte que pour 
im apprenti p^dant de la derniöre classe. 

Je n'ai pas bougö de mon jardiu, depuis que je pris les eaux; 
il fournit les plus beaux fruits du monde, je voudrais qu'ils fussent 
bons pour la poitrine, et vous seriez gueri bien vite. 

Adieu, mon clier Maupertuis, si des vceux raccommodeut des pou- 
mons, si l'interet qu'on prend k la eonservation d'honnetes gcns, pcut 
flechir ce hasard, cette Provideuce qui decide de la vie des hommes, 
soyez persuade que vous vivrez longtemps, que vous vous porterez 
bien et que vous serez beureux. Federic. 

SfJad) ber eigenpnbigen Urfc^rift. 9Jionat unb Sa'^r in ber ©otumscilc üon '^au' 
:pertuiä' §anb. 

131. 
S)er ^önig an 9}iaupertut§. 

[Potsdaml 2S aoüt 52. 

Je suis tres afflig6 de voir par votre lettre qu'au lieu de penser 
au voyage de France vous pensez k ce voyage dont on ne revient 
plus. On est toujours sür de le faire, et je crois qu'on doit employer 
et essayer de tout pour le difförer. J'en reviens ä la nourrice, et 
j'ai la superstition de croire que, s'il y a quelque chose capable de 
vous etre secourable, c'est le lait de femme ; on a beaucoup d'exemples 
du bien qu'il a fait, et vous pourriez devoir votre guerison ä un beau 
et joli medecin. II faut surtout avec cette eure s'abstenir de toute 
Sorte de viande, de cafe, de vin et de liqueurs. Vous devez vous 
conserver pour la societö: les personnes portees au bien sont rares, 
et plus vous vivez, plus vous en pourrez faire. 

Je demanderai apres Tbomme pour lequel vous vous inti^ressez, 
tout jusqu'ä son nom m'est inconnu. Je souhaite de tout mon coeur 
que cette lettre vous trouve en meilleure sante ; si vous voulez de mon 
fruit et s'il ne vous est pas contraire, je me ferai un veritable plai- 
sir de vous en envoyer, et, en attendant, je fais des voeux a la na- 
ture pour qu'elle daigne vous conserver, si ce n'est pour vous-meme, 
au moins pour vos amis, dont j'espere bien que vous me comptez 
du nombre. Federic. 

^a<i) ber eigen{)önbtgen Urjc^rift. ®aä Saturn bon Mauptxtmä' §onb. 



1) S8gl. oben ©. 125. 2)o^ gertngfd)ä^ige Urf^etl, in bo§ griebrid^g anfängtii^e 
SBeirunberung für Sßofff itmfc^hig, fommt Bereit? in ber 5(6l^anbhmg »Des moeurs et 
des coutumes« (ögl. oben ©. 246J gum SluSbrucf. __(Eiivre8 1, 231; aJlilceÖaneen <S. 293. 



278 93nefn)ed)iel Könifl ^ftiebri^S mit 9Jtawpcrtui§. 

132. 

S)er Äöntg an 9}?aupertui§. 

iioüt 175'2. 

Je suis fort fache d'apprendre que vous ne sentez point d'amen- 
demeut dans votic maladie; je vous prie et vous coiijure au nom 
de cette socidte dout vous faites roniement, de prendre le lait de 
fenime; il y a beaucoup d'exemples de ceux qui s'en sont bien trou- 
v^s. II eu est temps encore avaut l'automne. Ne n6gligez pas les 
couseils que vous donne lamitiö et non pas la pharmacie, et faites 
encore le sacrifice de ce dur regime ä la sant6, ä rAcadömie et ä. 
vos amis^). Federic. 

9iod^ bet eigenpnbtgen Uricf)rift. 2)a§ Saturn bon Tlaüptümä' §anb. 

133. 
2)er Völlig an SOf^aupertutS. 

[Potsdam] 78 odobre 7752. 

Ah! mon eher Maupertuis, oü en sont reduits les gens de lettres, 
si ils ne peuvent descendre traiiquillemeut dans leur fosse, sans essuyer, 
tout malades qu'ils sont, les cris de l'envie et de la baine? J'ai 6te 
indigne d'un nombre d'ecrits qui ont paru contra vous'-^), je ne sais 
qui en sont les auteurs, mais je ne les taxe pas moins de lachet^ et 
de la plus infame malice; il est honteux pour les sciences que les 
hommes qui s'y d^vouent et qui arborent le fastueux titre de philo- 



1 5tm 2. ©eptember 1752 trug i>n Tlatc\m§ b'Strgenä im 3(uftrage be^ Sönigä 
3ean ße JRonb b'2IIembert in ^ariä bie Stette be§ 3lfabemie=^räfibenten an, »qui 
va bientot vaquer par la mort de M. de Maupertuis, qui est dans un etat d6- 
plorable«. Sluf b'^llembertl Slblel^nung (16. ©eptember) roieber^olte b'2(rgeng ben 
Eintrag am 20. Dctober: >La santö de M. de Maupertuis, nialgre ce qu'on peut en 
avoir ecrit ä Paris, est toujours plus mauvai8e< etc. Sßgl. (Euvres XXV, 259 f\. 

2) ^m Sluguft 1752 üeröffentüc^te ©amuet Jtönig feinen >Appel au public« gegen 
bie (Jntjc^eibung bet Stfabemie üom 13. Stpril 1752 (oben ©. 27u Stnm. 2j, unb balb 
barauf big >J)('*fen8e de lAppel au public«. SSon ber erften ©c^rift bringen bie 93er= 
liniic^en ?lac^ric^ten ''fit. 113 toom 19. ©eptember 1752 eine burfipnblerijc^e 2Inäeige. 
SSoltaire trat für Stönig ein in ber anont)men »Rrponse d'un Acadciuicien de Berlin 
ä un Acadeuiicien de Paris« öom 18. ©eptember 1752. 2)ie 2;itel anberer gegen 
SRaupertuiä gerichteter ©c^riften nennt iia Seaumetle ®. 170, ber fie fämmtlic^ auf 
SSoltaire jurücffü^ren tniU. öegen Äönigä »Appel« erfc^ienen im October 1752 »Lettres 
concernant le jugemcDt de rAcad6mie«: brei 58riefe, öon ©uler on SKerian, 3RaU' 
pcrtuiei an Guter, SJierian on ©uler 'bgl. SSerlinifc^e ??acf)ricf)ten 9?r. 123, 12. Dctober). 
(Sine Sammlung ber ©treitjc^riften für unb miber SWaupertniä, mit einer fatirifc^en 
9?ignette '3Jl. alö Xon Cuijote gegen Sßinbmü^len fämpfenb; erfc^ien 1753 unter bem 
Xitel »Maupertuiaiana«. 



1752, ^Tugujt — 25. Dctobcr. 279 

sophes, laissent regner toutes les passions dans lenr äme, et qu'affolös 
d'amour propre et d'ime vanite revoltaute, ils soicDt plus oecupes ä 
detruire la reputation des grands bommes qu'atteiitifs k etablir soli- 
dernent la leiir propre. J'avais toujours cru que l'ötude de la sagesse 
devait rendre sage; j'avoue que je me suis trompe: en v6rit6, dans 
aucuu mctier, dans aucune profession, ou ue voit autant de querelles 
miserables, tant d'accusations ealonmieuses et tant d'iujurcs eloquentes 
prodiguees qu'entre les gens de lettres. La plupart des savants res- 
semblent aux comediens qui fönt parade de beaux sentiraents, quand 
sur le th^ätre ils represeutent des beros ou des beroines, et qui dans 
le foyer fönt de basses tracasseries et s'entre-dösbonorent. Si j'avais 
des enfants, je serais plus attentif ä leur donner de bonnes moeurs 
qu'ä leur cultiver l'esprit; il semble que la faculte de combiner, d'ima- 
giner et de r6flecbir ue soit donnee aux bommes que pour qu'ils s'entre- 
nuisent. Mais en voilä bien assez sur un sujet que vous regardez sans 
doute avec toute rindifference et le mepris qu'il merite. Quand vous 
m'ecrirez, dites-moi au moins un mot de votre sante, ä laquelle je prends 
l'interet le plus vif. Adieu. Fr. 

"iSlaä) ber eigenfjänbigen Urf(f)rtft. ®o§ ®otum bon SJloupertuiS' §anb. 



134. 
S)er ßönig an SJiou^ertuiä. 

[Potsdam] 25 octobre 1752. 

Je vous remercie, mon ober Maupertuis, de la r^ponse de l'Aca- 
demie que vous m'envoyez ; je voudrais que vous eussiez pu me don- 
ner en memc temps de bonnes nouvelles de votre sant6, cela aurait 
6t6 bien autrement interessant pour moi. Cependant je crois que vous 
avez pris le parti d'un bomme prudent, en remettant votre voyage; 
je vous avoue que l'id^e m'en a fait frömir, quand je me represen- 
tais ce que vous hasardiez, et combien de fois vous vous feriez re- 
pentir d'avoir tout risque. 

Notre ami Stille i) vient de passer le pas oü toutes mes connais- 
sances l'avaieut devance; je me verrai ä la flu tout seul babitant de 
cette contree, isole parmi les vivants et n'ayant d'babitudes et de 
connaissance qu'avec les morts. Je sais qu' k soixante ans la plu- 



1) ©eftorben 19. DctoBer 1752. %n bie äRarlgröfin Don SBaireut^ f^reibt berßönig 
am 4. 5Roöember 1752: »J'ai encore perdu un ami tris honncte homme, le g6n6ral 
Stille, qui a saus doute l'bonneur detre connu de vons; et le pauvre Maupertuis 
m'a bien la mine de le suivre dans peu«. GEuvres XXVII, a, 214. 



2§() S3ricf>ricd)ioI Stöiiiii {>-vtcbrid)ö mit Wniipcrtuil. 

part des houimes eu sout log6s lä, mais je crois qu'il est fort rare 
i\ quaiante de sc voiv privö de tous ses amis. Si tout riiomme n'est 
pas dcHiuit aprc^s cctte vie, il est sür quo, de quelque c6t6 que ce 
souft'le iinmoitel se touvne, apribs avoir quitte mon eorps, qu'il se trou- 
veia avee eelui de nies amis; mais il est bien probable qu'apr^s avoir 
ime bouiie fois pris cuugö de ce monde, que c'en sera fait pour tou- 
jours. Malgr6 cette opiuiou, la mort uc me paralt pas si aifreuse, 
pourvu que le geure en soit doux, ce u'est qu'une perte totale de 
römiuisccnce, et je ne crois pas que ce soit un si graud malbeur que 
d'oublier les folies et les mis^res liumaines: nous avous le loisir de 
uous plaindre de toutes les iufortuues qui uous arrivent, la mort a 
cet avautage que personne ne peut se plaindre apres l'avoir soufferte. 
Mais je craius que la coutagion de mon Imagination ne noircisse 
la vötre. Vivez, mon eher Maupertuis, si la nature bienfaisaute daigne 
y consentir, vivez et soyez utile ä l'Acadömie et au monde. Adieu. 



Fr. 



910^ ber eigen^änbigcn Urjc^tift. 2)oä 5)otum Don SKaupertuil' §anb. 



135. 

®er ^önig an Waupntni^- 

[Potsdam] 5 novemhre J752. 

Envoyez-moi toujours vos oeuvres posthumes et ne mourez jamais. 
J'ai lu vos lettres') qui, malgrd vos critiques, sont bienfaites et pro- 
fondes. Je vous r6p6te ce que je vous ai dit:^) mettez votre esprit 
en repos, mon eher Maupertuis, et ne vous souciez pas du bourdon- 
nemeut des insectes de l'air; votre röputation est trop bien 6tablie 
pour etre renversöe au premier vent, vous n'avez ä apprehender que 
la mauvaise sant6, la partie du caractöre est saine, robuste, a l'abri 
des envieux, des libcUes et du temps. Je fais mille voeux pour vous, 
veuille la nature qu'ils ne soient pas inutiles. Adieu. Fr. 

yiad) ber eigen^änbigen Urjc^rift. 3)o§ Saturn bon SKaupertui^' |)anb. Dl^ne 
bog Saturn: 2a S3eaumeIIe 6. 171, ■ 

1, Lettres de M. de Maupertuis. 1753. 12«. SSgt. bie 9tnal^je bei Sielä a. a. D. 
g. 68—70. gine buc^^änblcrijd^e Stujeige bringen bie 58erlinij(!^en 3lai^xid)ttn 3lt. 130 
Dorn 28. Cctober 17.52. 

2) aSgt. Serlimjc^e 3iac^ric^ten 5?r. 133 bom 4. 5Rot)ember 1752: „9Jad)mittag§ 
(2. 5RoDentber] begnabigten Se. JJiajeftät ben ^räfibenten bet Stcabemic ber äBi[fen= 
jc^aftcn, .^erru oon aRaupcrtuis, rcelc^er unpä^iic^ i[t, mit Xcco ^öc^i'tcm 33ejuc^ unb 
untenebcten fic^ mit bemjelben über eine Stunbe lang auf baä :^ulbreid)[te." 



1 



1752, 25. Cctobcr — II. 9?cPcmbcr. 281 

136. 

®er Äöuig an SD^aupertui§. 

[Potsdam] 7 nocemhre 175'J. 

J'ai attendu jusqu'ici dans le silence pour voir ce que ferait votre 
Academie, et s'il ne se trouverait personne qui röpoudrait anx libcUes 
qu'on a fait imprimer conti-e vous; mais commc tout le monde est 
demeure muet, j'ai eleve ma voix et je n'ai pas voulii (ju'il soit dit 
qu'un homme de merite fut affront6 impunement. Je croi8 qu'on au- 
rait pu repondre inieiix que je ne le fais, et qu'il y avait bcaucoup 
de choses ä dire qui me sont ^chapp6es; eependaut j'ai eru que les 
sentiments que je fais paraitre pour vous ne vous seraient peut-etre 
pas d^sagreables. Je vous envoie mou manuscrit'), on l'imprime ac- 
tuellement; si je suis impuissant ä vous rendre la sante, du moins 
ai-je assez de penetration pour connaitre votre merite et de le defendre 
au defaut de quelqu'un qui fit mieux que moi. Adieu. Federic. 

3laäi ber eigenpnbigen Urf^rift. ®fl§ ®atutn öon SJiou^jerhitS' §ottb. 

137. 

®er Äönig on Wauptxhü^. 

[Potsdam] 11 novemhre 1752. 

Je vous envoie cet ouvrage que vous me demandez, qui, je le 
souhaite, puisse etre une consolation pour vous 2). J'ai fait dire au 
libraire d'en envoyer des exemplaires en Hollande, en France, dans 



1) »Lettre d'un Academicien de Berlin ä un Acad6micien de Paris« (OEuvres 
XV, 57—64; über bie beiben Drigiitalbrucfe bgl. ebenb. p. XIV), bie Entgegnung auf 
S8oItoire§ »Reponse d'un Academicien de Berlin« (<B. 278 2(nm. 2). 2;ie »Lettre 
d'iin Academicien de Berlin« ernjö!^nt ber in ben Sfu^gaben jum 14. Cctober einge- 
reihte 93rief Sßoltoirel an SD'Jabome ®eni§, beffen Saturn ntrfjt jutreffenb fein fann. 
SEa'^rf^einticE) ift „14. S'Joöember" gu lefen; on biejem ilage wirb obige Schrift burc^ 
ben SSerleger (Jtienne iBourbeauj in ber SBerlint^c^en (SSoiftfc^en) Beitung 9cr. 137 an- 
gefünbigt. Sine ttolienii^e Ueberfe^ung öon f^ranjani fi^bet fic^ in ben S3erlini)(f)en 
9'Jac^ric^ten ^t. 146 üom 5. ©ecember 1752 angejeigt. 

2) ®er ^ring öon ?ßreu^en f^reibt on ben ^önig in einem unbatirtcn 93riefe: ,,Le 
pauvre Monsieur de Maupertuis est toujours dans le raeme etat, il a ressenti une 
joie sensible en lisant la defense qu'un illustre Academicien a faite ä la querelle 
litteraire et diffamatoire intentee par le professeur König et ses adherents; il 
dit que les expressions flatteuses dont l'auteur s'exprime sur son sujet fönt 
beaucoup plus d'effet sur son coeur, que toutes les medecines qu'il a prises n'en 
ont procure a son corps, et que, si le~contentement de l'esprit peut conserver 
la vie, il en est redevable au meme auteur; enfin, je puis vous assurer, mon tres 
eher frere, que cette lettre lui a restaure Tarne, qui souffrait, quoiqu'il ß'en cacLät, 



282 33rtcfn)ed)jcl Sönig g-riebrt^g mit ^DiaitpertuiS. 

rEmpire et partout, afin qu'ou ne croie pas qiie les gens veitueux 
attaques demeureut saus d^fenseurs. On pourra censurer mon ouvrage, 
cn l'attaquaut du cote du style, de la laugue et de l'ordre de choses; 
mais quaut aux prcuves, personne n'y pourra röpoudre. 

Vivez trauquille, mon eher Maupertuis, et tächez de vous faire 
peudant Tliiver un ete artificiel daus votre cliambre. Ne me donnez 
poiüt uu dt^menti et m^prisez ceux qui vous attaquent et vous atta- 
queront; c'est tout ec qu'ils meritcßt. Adieu. Federic. 

9cac^ ber eigen^äubigen Urfc^rift. S>a§ ®atum bon Waupntni§' .§anb. ^m 
STuläuge, öerfäljdjt : Sa Seaumelle 6. 172. 



138. 
2)er Gültig an 9JJoupertui§. 

[Potsdam] 14 novemhre 1752. 

A vous parier avcc la meme frauchise que j'ai parl6 au public, 
et le meme z61e dont je vous ai döfendu, je vous conseillerais de 
laisser enti6rement tomber l'affaire de König. Pourquoi ecrire ä la 
princesse d'Orange^), oü la prösence de votre ennemi ne contribuera 
pas peu ä le rendre le plus fort! II y a une grande diflförence de 
celui qui ecrit, pour accuser ou se justifier, et de celui qui parle, qui 
peut ä toute heure trouver un moment favorable pour dire dans un 
temps ce qu'il ne pouvait dire dans un autre. 

De plus, le mauvais succös de votre premiere lettre'^) doit vous 
faire juger de Teffet que produirait celle-ci. A vous parier en poli- 
tique, c"est-ä-dire en homme rom})U dans le manege des neguciations, 
je vous conseille d'agir par d'autres dans cette affaire et de n'y point 
paraitre vous-meme, et cela parcequ'il vous convient de vous mettre 
au-dessus de ces sortes de proc^s, et que vous ne devez pas vous 
comprometti-e avec König. Quant aux libraires hollandais, s'ils vous 
ont maltraitö, c'est qu'ils n'ont pas plus de menagements pour vous 
que pour le roi de France et pour moi. Lorsque les troupes fran- 
^•aises et prussiennes etaient en campagne, il n'est aucune Infamie 
qu'ils ne nous aieut dite: ä präsent que vous avez une guerre de 



des infamieB qu'on avait pul)li^e3.< ®er Äönig antoortct (glcid^foIlS ol^ne S)atum): 
»II n'est pas ctonnaut que Maupertuis trouve des defeuseurs, c'est un honnete 
homme et qui certainenient vaut mieux que le tas des faquins qui l'attaquent.« 
'©efe. <5taat»orc^iü.) 

1) 2Inna, geborene ^rinjejftn bon ©nglanb, SBittroe be^ (Jrbftattljaiterä SBil^elm IV. 
ton Cranien unb SSormünberin t(;re§ ©ot)nei, bcä ^rinjen 3Bil^etm V. 

2, 3ur Sac^c bgl. Sa 33eaumettc ©. 166, 



1752, 11.— 20. 5«obembct. 283 

plume avec König, ils regardent leur professeur comme ^tant leur 
Champion, et vous comme son ennemi dangereux, et ils vous diffa- 
ment ; mais vous, vous faites comme le Roi Tres Chrötien, qui battait les 
Hollandais, tandis que leurs miserables scribes ecrivaient contre lui. 
Je vous renvoie votre lettre, et vous en userez cependant comme vous 
le jugerez ä propos. Adieu. Federic. 

'Ülaäi bec eigenpnbtgen Urjc^rift. ®o§ Saturn tjon SOZaupertuil' §anb. 

139. 

S)er töitig an 9}?aupertui§. 

[Potsdam] 17 novemhre J752. 

Je ne regrette pas le conseil que je vous ai donne, mon eher 
Maupertuis, et je suis charm6 que vous l'avez suivi. Laissez tomber 
une affaire dont le deshonneur retombe sur ceux qui mettent tant 
d'acharnement ä vous persecuter, et que votre merite seul triomphe 
de leur envie. J'ai ete l'organe du public: ce que j'ai 6crit sur votre 
sujet, tout le monde le pensait, et tout le monde, en lisant cette pi^ce, 
y a reconnu les sentiments de son coeur. Votre modestie vous em- 
peche de voir clair dans votre reputation, mais vous etes plus estimö 
que vous ne le pensez, et en faisant abstraction de votre geometrie, 
qui est au-dessus de ma portöe et de celle de la plupart de nos ci- 
toyens, on fait plus de cas ici des moindres qualites du coeur que des 
plus grands talents de l'esprit. 

Vivez heureux et prenez de votre santö tous les soins qui d6- 
pendent de vous. Quand je viendrai ä Berlin, je tächerai de saisir 
un moment pour vous aller voir. Adieu. Fr. 

9la^ bcr etgetipnbigcn UrfdEirift. %a§ ®atmn bon ajJau^ertuiä' §anb. 

140. 

S5er ^önig an 9J?aupertutl. 

[Potsdam] 20 novemhre 1752. 

Je n'entends pas assez l'allemand pour vous dire si la piece que 
vous m'euvoyez est bien traduite ou non, je crois que vous la pouvez 
faire imprimer, si cela vous fait plaisir. Les memoires du general 
Stille sont si secs qu'il n'y a pas moyen d'en tirer le moindre parti; 
on n'y a pas seulement marque oü il a fait ses etudes, quand il a 
ete elu membre de l'Academie, avec qui il s'est marie, combien d'en- 
fants il a eu etc. J'espere que les parents voudront bien s'etendre 



284 Sricfiticdijcl Stönig gf'^icbrid^S mit SÜKou^ertuiS. 

sur CCS divers poiiits, pour qu'on jiuisse ensuite s'ßtendre davantage 
dessus*). Adieu, moii eher Maupertuis, portez-vous bien et soyez 
heureux. Fr. 

^lacfi bcr ciiiculuiiibincu lUid)rift. 2^o>o ®otum bou SWoiipcrtuig' §anb. 

141. 

®cr ilüntij au 9[J?onpertui§. 

[Potsdam] 22 novemhre 1752. 

Vous en upcrez comme vous voudrez de ma lettre, eile est öcrite 
pour vous; taillez, coupez, changez, refaites ce qu'il vous plaira, 
pourvu qu'ellc vous tranquillise, que vous voyez que vous ne manquez 
ni d'amis, ui de ddfenseur. Yoilä ce qu'il vous fallait prouver. Adieu, 
mon eher, le beau temps m'invite ä la promenade. Fr. 

Tiüii) ber cigenljönbigen llrjc^ri|t. ®aä ^otum öon 9Jlou:pertuii' §onb. 

142. 

®cr ^öntg an SO^oupertufg. 

[Potsdam] 29 novemhre 1752. 

Apr^s bien des perquisitions et un detail assez ennuyeux, je me 
suis empare du Kawka^), que j'ai brülö, et j'ai annonc^ ä l'auteur 
que sur le champ il fallait sortir de ma maison ou renoncer au mu- 
tier infame de faiseur de libelles^), de sorte que vous devez §tre 
tranquillisö de toutes les facons. II est dommage que cet homme, 
avec les grauds talents qu'il possede, ait le coeur le plus noir et le 
plus infame; cela venge l'humanite qui se r6volterait sans cela de 
la superiorit^ d'un seul sur tant d'autres, et cela prouve bien qu'en- 
tre le clioix de l'esprit ou du caractöre il n'y a pas un moment ä 
balancer. J'ai voulu aller chez vous, comme j'ai 6t6 ä Berlin *), mais 
j'ai eu des personnes auxquelles je devais tant d'ßgards que je fus 



1) 35te öon f^rtebric^ berfajste ®ebäd)titiBrebe auf Stille, am 23. Januar 1753 buxä) 
bcn 5(bbe be ^rabe^ in ber 5{tabemie geiejen, cntijält ben ©o^: > Apres l'expödition 
de Saxe, M. de Stille revint avec le Roi ä Berlin, oü il trouva M. de Mauper- 
tuis, devenu, depuis peu, president de rAcad6mie; ii participa ä la joie que tout 
notre corps ressentit d'avoir ä sa tete un savant aussi illustre.« (Euvres VII, 30. 

2, »Diatribe du docteur Akakia, mödecin du Pape.« 

3) Sgl. bie ton 9SoItotre unter bem 27. Jtoüembcr 1752 auggeftellte (Jrflärung, 
(Euvres XXII. 302. 

4; 27. SRooember. 



1752, 20. SRoöember — 21. Secember. 285 

Obligo de tenir pied k boule. Adieu. Je soubaite de tout mon coiur 
d'apprendre de bonnes nouvelles de votre sante. 

Federic. 

^a6) ber eigenf)änbigen Utjc^tift. S)aä Saturn öon TlauptttuW §anb. 



143. 
S)er ^önig an SJiaupertuiä. 

[Potsdam] 10 dccembre 1752. 

Ne vous embarrassez de lien, mou eher Maupertuis, l'aifaiie des 
libelles est fiiiie. J'ai parl6 si vrai ä rhomme, je lui ai si fort lav6 
la tete que je ne crois pas qu'il retourne, et je eonnais son äme lache, 
incapable de sentiments d'bonneur; je Tai intimide du c6t6 de la bourse, 
ce qui a fait tout Tefifet que j'en attendais, je lui ai declar^ enfin nette- 
ment que ma maison devait etre un sanctuaire et non une retraite de bri- 
gands, oü des scelerats distillent des poisons. Tout cela est fini, j'ai eu 
la com^die de voir manquer une peroraison et de detraquer une scene 
tragique qu'on avait etudiee d'avanee. A present, ne pensez qu'ä vos 
poumons et ne sortez pas de votre chambre par le froid präsent. Veuille 
la nature en votre faveur faire un effort secourable. Adieu. Fr. 

9i.aij ber etgenf)änbtgen Urjc^rift. ®a§ ®otunt öon WaupeünW §anb. 

144. 

®er Äbnig an 9JJaupertu{§. 

[Berlin] 21 deeembre 1752. 

J'apprends que votre sante a souffert une terrible seeousse lundi 
passe 1). Je soubaite de tout mon coeur que cela se remette et que 
ce soit la derniere. Mon eloge du pauvre Stille est tellement quelle- 
ment, je n'ai pas trop su comment m'en tirer. Si je n'avais eu ä 
parier que du caractere, j'aurais certainement eu plus de mati^re 
que de paroles pour faire son eloge; mais quand il faut traiter des 
points academiques, on j est quelquefois embarrass6, surtout quand 
on ne veut pas s'ecarter de la verite. Adieu, mon eher Maupertuis, 
je serai charme d'apprendre de meilleures nouvelles de votre sante. 

Fr. 
^ad) ber etgen^önbigen Urjc^rift. S)al ®atum öon mauptüniä' §onb. 



1) 18. S)ecember. 



286 93riefn)cd)iel Stönin Sriebric^S mit 2Raiipcrlm8. 

1 45. 

S)ci* ^üuiß au Ü)]iaupcrtui§. 

[Berlin] 24 deccmbre ITölK 

Je vous cnvoie, uiüii aiiii, une i)etite poudre rafraichissante^), 
qui, j'es})erc, ue vous fera pas de pciue a recevoir, et je vous prie 
de mt^priser, comme vous le devez, les infamies dout on s'efforce 
vaineuieut de vous calomuier. Fr. 

9iac^ ber cigcnljänbigcn Urjdjrift. 2)q3 ®otum bon 3)Zau^)Cctuti?' §oiib. 

146. 

S)er Völlig ou 3)Jau^ertui§. 

[Potsdam] ce ^ fevrier 1753. 

Mou eher Maupertuis. Vous savez ce que je vous ai promis 
pour votre femme; ainsi ayez l'esprit en repos de ce c6t6-lä, de 
meme pour ce qui legarde votre memoire. II est bleu fäclieux pour 
moi d'etre charg6 de ce triste office; je voudrais vous eu reudre tout 
autre. Que pouvez-vous craindre de vos eunemis? Si dans le 
fächeux etat oü vous vous trouvez, vous pouvez encore etre sensible 
ä l'estime qu'ou a pour vous, vous pouvez vous assurer que la mieuue 
V0U8 suivra au tombeau, et que, fondaut mes sentiments sur mon 
propre jugement, ce que vous pouvez apprehender de vos eunemis, 
ne me fera pas clianger de fa^on de penser. Soyez sür que je m'in- 
t^resse sincerement k votre sort, et que ce qui peut vous arriver de 
funeste, deviendra un deuil pour moi. Vous estimant et vous aimant 
sincerement Federic. 

'ülaij ber eigen^anbigen lUjdirift. SJioiiat unb ^aiix in ber ©atmuäeile üon 
SKau^Jcrtuis' ^anb. 

147. 
2)er Äönig an SQiaupertuiS. 

[Potsdam] // fevrier 1753. 

A VOUS parier avec franchise, mon eher Maupertuis, 11 me semble 
que vous vous affectez trop, et pour un malade et pour un philosophe, 



1) Sic „Scrliniic^en 9cacf)ricf)ten" Ter. 155 Dom 26. 2)ecember 1752 ctitf)aUen foI= 
genbe (ouf 23efe^I beg Äönigs eingerüctte, SJlitt^eilung : ,/JJad)mittag^ [24. 2)ecember] 
toarb auf ben oome^mften flößen biefer Ü^efibentsien eine jdjänbtic^e £äfter[d)rift, bie 
bcn Xitcl Diatribe fü^rt, öor beren S^erfaifer man ben $errn SSoItaire f)ält, unb mel(f)e 
ttibcr ben ^räfibenten ber Sicabemie ber 3Sifienjcf)aften, .§erm öon 2Raupertuiö gerichtet 
ift, burc^ bie .&änbe beg öenderg ötfentlic^ öerbronnt." gin etma^ ücränberter SBortlaut 
in ber „Serüniii^en 3«itung" dou bemjelben Xage. 



1752, 24. ©ecembet — 1753, 8. mäxi. 287 

d'une affaire que vous deviiez möpriser. Comment empccher im 
homme d'ecrire, et comment rein[)eclier de uier toutes les imperti- 
nences qu'il a döbitöes? Si j'ötais de vous, je ferais ce que je 
pourrais pour me bien porter, et ce sorait le tour le plus sauglaut 
que vous pourriez lui jouer. Faites done, je vous prie, ce qui dopend 
de vous, pour rapetasser votre sante d^labree, et soyez persuadc que 
j'y prends plus de part que personne. Federic. 

SJod^ bei- eigen'^ünbigen Uri^ri|t. ®ag ®otum tooii 5[)kiipcvtui§' §anb. 

148. 
®er ßöitig an 9JJou^ertui§. 

[Potsdam] "20 fevrier 1753. 

Je suis bien aise d'apprendre de bonnes nouvelles de votre 
santö. Je vous renvoie la lettre du sieur Tressani); et lui, je le 
renvoie ä la gazette, qui l'instruira de ce qu'il veut savoir. 11 ne 
vous reste ä present qu'ä teuir uu grand regime et a vous m^nager 
de Sorte ä donuer au poumon le moyen de se consolider. Adieu, je 
n'ai pas le teraps de vous en dire davantage; 11 faut expedier la 
poste. Fr. 

SRac^ ber eigeti'^änbigcn llrjd)rift. ®a§ ®atum boii SRau^jertuiä' ^aitb, 

149. 
2)er ^önig an 9JJau^crtui§. 

[Potsdam] 8 mars 1753. 

J'ai fait des perquisitions pour savoir s'il y avait quelques nou- 
velles satires vendues a Berlin, mais je n'en ai rien appris, ainsi que 
je crois que vous pouvez etre tres tranquille sur ce sujet. Quant a ce 
qui se vend ä Paris, vous comprenez bien que je ne suis pas Charge de 
la police de cette ville et que je ne suis pas le maitre. Voltaire vous 
traite plus doucement que ne me traitent les gazetiers de Cologne'^) 
et de Luyck^), et cependant je ne m'en embaiTasse aucunement. Croyez- 
moi, mon eher Maupertuis, ne vous livrez-pas ä toute votre sensibi- 
lite. Les satires et les medisances sont comme l'ivraie qui croit dans 

I 

1) SoutI be 2a SSergne, ©raf ü. Xreffan, ftan3öftjd)er ©eTtcratlteutenattt unb au§' 
trärtigeS aJMtglieb ber 2lfabentie. SSgl jetnen SriefttJec^jel mit 9[)iaupertiii§ bei 2e ©ueur 
©. 313 — 375. 58gl. oud) gormeQ, Souvenirs d'un citoyeu I, 203. 

2) fjrons ^gnas SRoberique. »gl. (Euvres X, 142. «ßreufeiic^e ©taotäjc^riften au§ 
ber aiegierungläeit griebric^ä IL, a3b. I, <B. XL. 3) Hüttic^. 



2<^S Üöricfwcdjjel S?öiüg g-ricbtic^ä mit 3Jlaupcrtui3. 

tons les cliam}>s: il y cn aura toujours dans le moude. Un satirique 
(jui lums approcbe, pcut nous eelabousser, mais blesser non. Adieu. 
Porto/.-vous bieii et ^^uörissez-vous; dcux i;'Outtcs de sang qiie vous 
crachoz, sout plus daugercuses que tous les libelles que de m^cban- 
tes geus peuveut faire contre vous. Federic. 

"JJad) bcr cigcnljänbigcn Urjdirift. '^aä Saturn tum ^JloupcctuiS' §anb. 

150. 
®er iiLiniij au 9Jh"iu|)ertui§. 

Potsdam, 19 niars 1753. 
J'ai bieu re^u, a la suite de votre lettre du 17, le premier vo- 
Inme du Mei'cure Hehetique, et je vous suis bien Obligo de l'atten- 
tiou que vous m'avez voulu t6moigner par lä, et vous me ferez plaisir 
d'eu marquer nia satisfaction ä l'auteur de ce Mercure. Sur ce etc. 
9ia^ 5lbid)rift ber ilabinetsfanälei. 

151. 
^er ^önig an Ü)iaupertui§. 

Potsdam, 5 avril 1753. 
Puisque, selon votie lettre du 3 de ce mois, l'etat de votre santö 
vous permet d'eutreprendre le voyage en France que vous souhaitez 
de faire, je serai bien aise de vous voir ici, et vous etes le maitre 
de venir, quand vous voudrez. Sur ce etc. 
^ai) %hS6)x\.\i ber S^abinetSlanjIei. 

152. 
be grobes an 9Kaupertui§. 

Potsdam, ce 14 avril 1753. 
Le Roi m'a ordonnö, Monsieur, de vous envoyer la copie d'une 
lettro qu'il ecrivit ä M. de Voltaire lors de l'affaire de \a, Diatribe^). 
Sa Majest6 laisse ä votre prudence le choix des instants oü il sera 
ä propos de la montrer. Elle a 6t6 inform^e que M. de Voltaire 
abusait des lettres remplies de bont6 dont 8a Majeste l'a honorö 
quelquefois, et eile u'a pas 6t6 peu surprise qu'il voulüt s'en servir 
pour justifier sa conduite. Vous savez, Monsieur, que le Roi, ama- 



1) aSgL oben ©. 284—286. 



1753, 8. Tlaxi — 19. «ttpril. 289 

teur comme il est des talents, n'a fait que sacrifier, poiir ainsi dire 
ä ceux de M. Voltaire dans ces sortes de lettres, ayant toujours et6 
oblige, quoiqu'4 regret, mais forc6 par les fröquents ecarts de M. de Vol- 
taire, de distinguer son eceur de son esprit. Ö'il fait parade des let- 
tres ecrites ä son esprit, vous montrerez celle-ci que le Roi 6crivait 
ä, son coeur. On pourra vous envoyer quelque autre dans ce goüt-la. 
Je suis charme de trouver cette occasion pour vous reit6rer que per- 
sonne n'est avec plus d'estime et de consideration , Monsieur, votre 
tr6s humble et trös obeissant serviteur. l'Abbö de Prades. 

Faites agreer, je vous prie, mes respects ä madame de Mauper- 
tuis et ä Mademoiselle '). 

Copie de la lettre du Roi ä M. de Voltaire^). 

Votre eflfronterie m'etonne; apres ee que vous veuez de faire et 
qui est clair comme le jour, vous persistez, au lieu de vous avouer 
coupable. Ne vous imaginez pas que [vous] ferez croire que le noir est 
blanc. Quand on ne voit pas, c'est qu'on ne veut pas tout voir. 
Mais si vous poussez l'affaire ä bout, je ferai tout imprimer, et l'on 
verra que, si vos ouvrag es möritent qu'on vous erige des statues, vo- 
tre couduite vous meriterait des chaines. (L. S.) 

L'editeur est interroge, il a tout declare. 

3laä) ber eigen{)änbigen lUi(^rift. ®ie SSeitoge nad) 9(6jc^nft ton ber .^anb 
bc§ mu be <ßrabeg. 



l 



153. 

®er Äönig an SBoItaire^) 



Copie de la lettre du Roi ecrite ä Voltaire le 19 avril 1753, 
donnöe ä M. de Maupertuis par ordre exprös du Roi. 

J'^tais inform^, comme vous arrivätes ä Potsdam, que votre des- 
sein etait d'aller ä Leipzig, pour faire imprimer de nouvelles in- 
jures contre le genre humain; mais comme je suis un grand admira- 



1) SRame itnleferltd). 2) (Euvres XXII, 301. 

3) 2)er Srief fef)tt in ben SIu^gaBen ber (Sorrejponbens SSoItaireg. S« ^er öon 
Söiolorb Besorgten ?Iu§gabe ber (Euvres completes de Voltaire, Paris 1881, XXXVIII, 
17 finbet ficf) nur ber 3lul§ug, ben ©elnoireäterreg (Voltaire et la Soci6t6 au XVIII™« 
si^cle, IV, 419) aug bem abgeänberten Xejt bei 2a 93eaumeae ©. 185 gegeben 'i)at. ßin 
onberer, gleii^faüä nitf)t genauer Sejt finbet ftc^ in ben Memoires du duc de Luynes, 
T. XII, Paris 1863, p. 466. 

Äofcv, SBriefWcc^fel griebti^ä befl ©rogen, 19 



290 95nefiücd^jel fönig griebri^g mit 5!Jfaupcrtui§. 

teiir de votre advesse, je voulus me donuer le si3ectaele de vos 
artifices et je m'amusai de vous voir döbiter avec gravite la neces- 
sit(5: de votre voyage fabuleux aux eaux de Plombi^res. En v6ritö, 
nos mödecins de Berlin counaissent Wen la vertu des eaux de Plom- 
biöres et ils se sout avis^s bien tard de les recommander k leur 
malade. Je plaius le Chirurgien du roi de France et votre niöce, qui 
vous atteudent vainement u ces bains fameux. Je ne doute pas que 
vous ue vous soyez rötabli ii Leipzig; il y a apparence que les im- 
primeurs de cette ville vous ont purge d'une surabondance de fiel. 

Puisse La Beaumelle etre le seul qui souflfre de votre colere. 
Je n'ai poiut fait alliance avec vous, pour que vous me defendiez, 
et je ue me soucie guerc de ce que La Beaumelle s'est avise de dire 
de moi ou de mon pays. Vous devez savoir mieux que personne 
que je ne sais poiut venger les offenses que l'on me fait. Je vois 
le mal et je plaius ceux qui sout assez mecbants pour le faire. Je 
sais qu'on a vendu ä Berlin la Defetise de Maupertuis^ Teloge de 
Jourdan et de La Mettrie, en y ajoutant un quatrain de mes vers 
parodiös; je sais ä n'en pas douter que le trait part de vous, mais 
je ris de votre colere impuissaute et je vous assure que l'ouvrage 
n'a point 6t6 brüle ici. Je ne sais si vous regrettez Potsdam ou si 
vous ne le regrettez pas: si j'en dois juger par l'impatience que vous 
avez marqu6e d'en partir, je devais croire que vous aviez de bonnes 
raisons pour vous en eloigner. Je ne veux point les examiner et j'en 
appelle ä votre conscience, si vous en avez une. 

J'ai vu la lettre que Maupertuis vous a 6crite, et je vous avoue 
que votre lettre m'a fait admirer la subtilitö et l'adresse de votre esprit. 
Ö rhomme Eloquent! Maupertuis vous dit qu'il saura vous trouver, si 
vous continuez ä publier des libelles contre lui, et vous, le Cicöron de 
notre si6cle, quoique vous ne soyez ni consul ni pere de la patrie, vous 
vous plaignez ä tout le monde que Maupertuis veut vous assassiner! 
Avouez-moi que vous 6tiez n6 pour devenir le premier ministre de C6sar 
Borgia! Vous faites dc^poser sa lettre ä Leipzig, tronquöe apparemment, 
devant les magistrats de la ville: que Machiavel aurait applaudi k ce 
stratageme ! Y avez-vous aussi d^pose les libelles que vous avez faits 
contre lui? Jusqu'ä present vous avez 6t6 brouill6 avec la justice, mais 
par une adresse singuliöre vous trouvez le moyen de vous la rendre utile: 
c'est ce qui s'appelle faire servir ses ennemis d'instruments ä ses desseins. 

Pour moi, qui ne suis qu'un bon AUemand, et qui ne rougis point 
de porter le caractere de candeur attache a cette nation, je ne vous 
ecris point moi-meme, parceque je n'ai pas assez de finesse pour com- 
poser une lettre dont on ne puisse pas faire mauvais usage. Vous 






1753, 19. 5IpiU. 291 

vous ressouviendrez de celle que je vous öcrivis sur le Catilina de 
Cr^billon^), dont la moitie faisait l'eloge de la piece et l'autre moitiö 
contenait la critique de quelques endroits qui ne m'avaient pas plu. 
En homme habile vous fites courir dans Paris la partie de cette let- 
tre qui contenait la critique et vous supprimätes les eloges. Vous 
avez l'art de corriger les dates et de transposer les evenements, comme 
11 vous plalt; vous avez, de plus, l'adresse de prendre une phrase 
d'un endroit et une pbrase d'un autre et de les joindre ensemble, pour 
en faire l'usage que vous jugez le plus utile a vos desseins. Tous 
ces grands talents, qui me sont si connus dans votre personne, m'o- 
bligent a quelque circonspection, et vous ne devez pas vous etonner, si 
par la main de mon secretaire je vous recommande a la sainte garde 
de Dieu, quand vous etes abandonnö des hommes. 

P. S. 
Vous pouvez faire r^imprimer cette lettre ä c6t6 de Celles du 
pape, des cardinaux de Fleury et Alberoni; mais ne soyez pas assez 
maladroit, pour y cbanger quelque cbose, parceque nous en avons 
ici une vidimee devant la justice. 

9iarf) ber Slbfdirift bon ber §onb be§ Slbbe bc ?ßrabe§. W\i formoten ?inbe* 
rungen bei £a S3eoumeEe ©. 185. 

154. 

S)er ßönig an aJfoupertui§. 

Berlin, 19 avril 1753. 
J'ai vu le memoire 2) que vous m'avez envoye pour me faire con- 
naltre dans le plus grand detail la fagon dont vous avez administrö 
les affaires de mon Acadömie, depuis le moment que je vous en ai 
nomme president. J'ai vu avec satisfaction que vous les avez ame- 
liorees, soit par l'ordre que vous avez mis dans ses finances, soit 
par la distribution que vous m'en avez fait faire, soit par d'autres cboses 
nöcessaires, utiles ou honorables ä mon Acadömie, qui ont ete executees 
par vos soins avec les fonds dont je vous ai confie l'administration. 
Lorsque je vous döclarai president de mon Academie, ce ne fut pas 
seulement vos talents littöraires qui m'y dötermin^rent ; je vous connais- 
sais outre cela desintöresse, equitable, et un esprit assez 6tendu, pour 
pouvoir se porter, malgre vos sublimes speculations , sur des details 
necessaires a cette place. J'ai toujours 6t6 tres satisfait de votre 
conduite; votre merite et votre probite qui m'est connue, me fönt 



1) SSgl. OEuvres XXII, 183 unb oben 6. 238. 2) Siegt nic^t öor. 

19* 



292 S3iicfiDed)jcl Ä'önig g-riebri^3 mit SJJau^jertuil. 

desirer ardcmmeiit le rtHablissemeut de votre sant6. Täcliez donc de 
vous remettre le plus tot que vous pourrez. Je vous reverrai tou- 
jours avec plaisir et je serai cluirmö de trouver des occasions ä 
vous donuer des marques de ma protection et de ma bieuveillance. 
Sur ce, je prie Dien qu'il vous ait en sa sainte garde. Federic. 

"Hai} bcv Ihidjriit Don ber §onb be^ Slbbe be $rabe^. ®ie Unter|(i)rift eigen^önbig. 



155. 

SOf^au^ertutg an bcn ^önig. 

Propositions ä Sa Majest6 sur quelques arrangements 
dans rAcad6mie. 

[avril 1753.] 
I. 
M. Marggraf') est un des premiers chimistes de l'Europe. A la 
mort de son pere^), il vient d'etre tourmentö par des sceurs et des 
beaux-freres qui, aprös lui avoir dispute son partage, l'ont mis bors 
de la inaison paternelle; il a mieux aime abandonner tout que d'avoir 
un proc6s. L'Acad6mie, ä laquelle il veut se donner entiörement, 
peut beaucoup profiter de sa retraite. Mais il faudrait qu'il eüt de 
quoi vivre et de quoi travailler. Sa pension n'est que de 400 6cus, 
eile pouiTait etre poitee ä 600, si Votre Majestö l'approuve. Les 
fonds de rAcadömie le permettent. 

Ils permettent aussi qu'on lui bätisse un laboratoire dans la 
maison qui appartient a l'Academie, si Votre Majeste veut bien ac- 
corder les materiaux qu'elle accorde d'ordinaire ^). 



1) Slnbreag ©igmunb aJiarggrof. SSgl. % 2B. «pDfmonn, ©in 3ot)rt)unbcrt d^emifd^er 
gotic^ung unter bem Schirme ber ^jofienjoEern, ^Berlin 1881, ©. 8 ff. 61. 

2, Henning G^riftian 9Jiarggraf, 2(:pot^eIer unb Stffeffor be^ Obercollegium me- 
dicnm. 

3j Slm 19. 3uni 1T53 erging folgenbe itabinet^orbre „an bie ©irectorel ber 3Icabemic 
ber SSiffenfc^aften": „<B. ^. W. lafjen benen S)irectoreu ber 2(cabemie ber SCßi [f enf djaften 
ju 93ertin auf i^re alleruntert£)ämgfte SSorftellung öom 10. biefe§ f)ierburc^ pr giefo» 
lution ert£)eilen, 't)a\i. ba |)DcI)ftbiefeIbe intentioniret finb, ju 3(nlegung eineS Laboratorii 
chymici üorgebac^ter SIcabemie bie erforberlicf)e gjiateriaücn an §0(5 unb ftalfftcinen 
ju jc^cnfen, Sie 2;ero G£)urmärfiid)e Äamnter unter bem t)eutigcn 3)ato aufgegeben, ben 
besfallö erforberlic^en Stnfc^tag §u fertigen unb jur aüergnäbigften Stpprobation einju» 
jenben." Gine ftabinet^orbre an bie Sturmärüfdie Kammer öon bemjelben 2;age meift 
bie 33au)telle an „in bem ^inter bem übservatoriu gelegenen ©arten ber 2lcabemie". 



1753, 19. 5t^)ril — 25. mal 293 

II. 

M. Meckel poiir l'anatomie est im sujet excellcnt. Votre Ma- 
jeste lui a accorde la place du professeur Buddeus ') au College de 
medecine; agree-t-elle que l'Acad^mie lui donne les 200 ecus de 
pension qu'elle donnait ä M. Buddeus? 

III. 

M. Gleditsch^), tres savant botaniste et tr^s utile ä rAcademie, 
supplie Votre Majestö de lui accorder le titre de second professeur 
en botanique, avec l'assurance de succeder a M. Ludolf^). II s'engage 
pour cela ä donner aux etudiants en medecine et en Chirurgie 
des le^ons gratuites, tant dans le jardin de l'Academie que dans la 
campagne, oü elles sont encore plus utiles. Je puis röpondre ä Votre 
Majeste du merite de M. Gleditsch, de la justice de sa demande 
et de l'avantage que le public en retirera, si Votre Majestö la lui 
accorde. 

IV. 

M. M. les curateurs et directeurs peuvent pendant l'absence du 
President^) regier toutes les affaires; mais je croirais necessaire que 
quelqu'un d'eux füt charge du detail de l'administration, et jejne crois 
pas que personne y soit plus propre que M. le professeur Euler, par 
sa probitö, par ses lumieres et par son zele pour TAcadömie-^). 

* * 

Bon. Fr. 

^a<i) ber eigenpnbigen Urjdfitift. ®ie SRanböcrfügung be§ Äönigl glet(f|fan§ 
eigenpnbig. 

156. 
3Jloupertut§ an be ^rabe§. 

De Paris, 25 mai 1753. 
Apres bien du temps, Mousieur, de la fatigue et de l'ennui, me 
voici arrive k Paris en meilleur etat que je ne pouvais l'esperer. Je 
comptais y trouver de vos nouvelles, je n'y en ai re§u d'autre que 
ce qu'Elöonore^) me marque, qu'elle vous a vu, et que vous m'aimez 
toujours; il est vrai que c'est lä une de Celles qui pouvait me faire 
le plus de plaisir. 



1) SBgl. oben ©. 242, 2) ^otiann ©ottlieb ©lebitjct). 

3) «ßrofeffor Wiäjad matt^ia^ Subolf. 

4) SD^au^jertutS' 2Ibretfe nac^ granfretc^ erfotgte am 29. Stprit 1753. 

5) S8gl. Se ©ueur ©. 146. 6) S8gl. oben ©. 190 3lnm. 2. 



294 S3riefttcd)?el Äöntg f^rtebrid^ä mit 9]fou;3ei;tut§. 

J'ai vn hier et avant-bier d'Alembert'), et comme le Roi me l'a 
ordonnö, et que je crois que ce serait la meilleure acquisition que 
Sa Majeste püt faire, je n'ai rien oublie de tout ce que j'ai cru de 
plus propre ä lui douuer Teuvie de venir a Berlin; mais c'est une 
terrible chose que d'avoir a teuter un pbilosophe de cette trempe qui 
fait des honneurs et des riebesses le cas qu'ils m6ritent. Je ne perds 
pourtant poiut absolument l'esp^rance, et comme il est bien plus sen- 
sible aux vertus et aux qualites personnelles qu'il peut trouver dans 
notre monarque, qu'aux autres avantages que Sa Majestö lui peut pro- 
curer, je me flatte que personne n'est plus capable que moi de lui 
faire sentir toute la force de ce niotif. Je crois l'avoir 6branl6, sans 
cependant oser encore rien me promettre. 

La Beaumelle^) est a la bastille depuis un mois: quelques-unes 
de ses Pensees^) et la note sur la mort de la famille de Louis XIV*) 
lui ont attire cette disgräce, selon ce qu'ou dit dans la ville; car je 
n'ai encore vu aucun ministre. Je me flattais de pouvoir rencontrer 
ici mou ami Voltaire, mais, selon ee qu'on dit, encore Paris lui est 
interdit. J'aurais peut-etre mauvaise gräce d'en parier, je laisse aux 
autres ä vous dire dans quel mepris il est ici. On dit que le Roi, 
lui laissant sa croix et sa clef, lui a fait redemander le brevet de 
sa Pension, et n'a pu le ravoir; on eüt trouve plus döcent ici que le 
Eoi eüt commence par les marques d'honneur. Je vous parle ici ä 
coeur ouvert, la gloire du Roi nous est ch6re ä Tun et ä l'autre; cela 
et tout ce qui s'est passe sur cela, etonne Paris, les amis de Voltaire 
en tirent avantage, et l'on tient sur cela bien des discours. Je n'oserais 
vous en dire davantage, mais je ne doute point que le Roi n'en seit 
informö d'ailleurs. 

II parait ici un portrait du Roi, de sa personne, de ses occupa- 
tions, des Princes ses freres, de sa cour et de son pays % dans lequel 
se trouvent certains d^tails qui paraissent d'un homme fort instruit, et 
d'autres cboses qui feraient croire que c'est de quelqu'un qui n'a ja- 
mais vu Berlin ni Potsdam. Le tout est tourne de la mani^re la 
plus indigne, avec autant d'art que de noirceur. Les amis de Voltaire 
l'attribuent ä La Beaumelle, les autres ä Voltaire. 

1) »gl. oben ©. 278 9tnm. 1. 

2) Saurent ^IngliDiel be 2a SBeaumelle, ber 93iogro|)^ MauptttniS' unb 58erfäljd)et 
be§ SrieftDec^jefä. SSgf. jc^on oben ©. 200. 

3) >Me3 pensees, ou qu'en dira-t-on?« 1751. 

4) 3n ben gegen SSoItaire geri(f)teten »Rr-marques sur le siecle de Louis XIV.< 

5) >Id6e de la perBonne, de la nianiere de vivre et de la cour du roi de 
PruBse.« 9Sgl. ijox\dinnQen jur branbenburgifc^en unb preu^ifd^en ®ejcf)id)te VI, 141 
bi§ 180. £e 6ueur ©. 208. 212. 214. 



1753, 25. gjloi — 23. Sluguft. 295 

Mettez-moi, je vous prie, aux pieds du Roi, et si, en revanehe, 
je puis vous etre bon ä quelque chose dans ce pays-ci, ehargez-m'en, 
ce me sera un grand plaisir. J'ai Thonneur d'etre avec le plus par- 
fait attachement, Monsieur, votre tres bumble et tres obeissant ser- 
viteur Maupertuis. 

P. S. 

M. des Landes^), rhistorien de la philosopbie, sort de chez moi, 
et m'a dit qu'il y a une bistoire du Roi qui est encore bien autre 
chose que ce que j'ai vu. 

Mon adresse est: chez M. Du Valaer, directeur de la Compagnie 
des Indes, rue Notre-Dame des victoires. 

9lac^ ber etgenpnbigett Urjc^rift. ^m Stu^äuge: (Euvres XXV, 270. 

157. 
S)er ^önig an 9}Joupertui§. 

[Potsdam] ce 17 [juin 1753]. 

Je suis bien aise de vous savoir heureusement arrivö ä Paris; 
j'espöre ä present que votre santc se remettra tout-ä-fait, apres qu'elle 
a resiste aux fatigues du chemin et aux incommodites dont une aussi 
grande traite est toujours sujette. 

Je ne suis pas ä present dans une Situation ä acheter une bi- 
bliotheque ; celle de Berlin est assez grande pour ceux qui veulent la 
lire, et eile Test trop pour ceux qui ne lisent pas. 

Le bailli de Froullay est amve ici^); c'est un homme tres aimable 
dont l'air et les manieres marquent la candeur. Ce sont des gens, 
comme il les faut pour le commerce de la vie. Je vous en souhaite 
de pareils ä Paris et ä Saint-Malo, et j'espere de vous revoir avec 
une poitrine de fer et une sante d'athlete. Adieu. Federic. 

SfJod^ ber eigenpnbigen Urfc^rift: >re9ue ä Paris 4 juilletc 

158. 

®er ^önig an SJJaupertutg. 

[Potsdam] ce 23 [aoüt 1753.] 
Je suis bien aise de vous savoir en meilleure santö qu'ä votre 
depart; je ne serai content que lorsque je vous verrai de retour et 



1) Stnbre f^rancot^ 58pureou ®e§Ionbe^. 

2) aSgl. $oIitifcf)e ©orreiponbenä IX, 445. 



296 Sriefnje^jel Röntg S-riebric^^' mit DJkupertuts. 

tout-A-fait rötabli. Voltaire est k Manheim cliez TElecteur palatin.') 
Je eiois qu'il eu est au repeutir, mais il est trop tard: quand ou agit, 
avaut que de penser, ou se repeut d'ordinaire de ses actious. Vous ne 
vous lepeutirez pas des vötres ui moi de vous estimer. Adieu. 

Federic. 
9Zac^ bcr eigen'^änbigen Urjc^rift: >re5ue ä Saint-Etier2) 8 septembre 1753«. 

159. 
'Der 5Jönig an 3JJaupertui§. 

[Potsdam] ce 15 [septembre 1753]. 
Vous en userez, niou eher Maupertuis, de votre histoire de Vol- 
taire, comme il vous plaira. Pour moi, je sais toutes les m^cbaucetös 
et les noirceurs qu'il vous a faites; il ne m'a pas 6pargne non plus. 
Les libelles qui ont couru a Paris, sont de lui. Pour d6guiser son 
style, il les a fait traduire en allemaud et de l'allemand retraduire en 
frangais; mais cela ne m'aflfecte point, car si les calomnies qu'il re- 
pand contre moi, sont fondöes, c'est ä moi de me corriger, et si ce 
sont des mensonges, la v6rit6 triomphe toujours ä la fin des impos- 
tures. Voilä ma fagon de penser et de conserver mon äme tranquille, 
malgre les secousses qu'on voudrait lui donner. C'est le sort des per- 
sonnes publiques de servir de plastron ä la calomnie. C'est contre 
elles que la maliguite des bomraes exerce ses traits. J'ai voulu arre- 
ter un cbeval fougueux qui blessait tout le monde dans sa course;je 
ne suis pas etonne d'avoir essuye en chemin quelques ^claboussures. 
Consolons-nous ensemble, mon eher President, et souvenez-vous de ce 
mot de Marc-Aur61e qui devrait etre grave en lettres d'or sur la porte 
de tous les philosophes: >C'est contre ceux qui t'offensent, et contre 
les bonnetes möcbants que tu dois exercer la clemence, et non pas 
contre les gens qui ne t'outragent pas.« Adieu, mon eher, quand 
Marc-Aur61e a parl6, il me convient de me taire. Je fais mille voeux 
pour votre reconvalescence. Federic. 

9iac^ ber eigen^änbißen Uri(j^rift: >reQue ä Saint-Etier 29 septembre 1753<, 
3m 2lu5äug £a 23eaumeIIe S. 19ü. 

160. 

2)er Äönig an 9Kaupertut§. 

[Potsdam] ce 23 [septembre 1753], 
Grand merci, pour Sanssouci et pour moi, des marques de Sou- 
venir que vous nous donnez. J'esp^re de vous rendre votre bien, 



1) ftarl X^eobor. 2) SSgl. oben ©. 215. 3) Sgl. oben ©. 294. 



1753, 23. 3Iugu[t — 1754, 14. 3aiiuar. 297 

quand vous serez de retour, en vous faisant manger des oranges de 
ces arbres que je viens de recevoir. Je vous crois ä präsent fort heu- 
reux aupres d'une soeur ^) que vous aimez, loin des' tracasseries et 
des Akakias. C'est un miracle que votre gu^rison, vu tous les cha- 
grins que vous avez essuyes pendant votre maladie; ce qui y fait un 
peu de tort, cest que vous ne la devez point aux mddecins. Votre 
femme et votre belle-soeur se portent fort bien. Nous vivons ä, pre- 
sent iei le plus tranquillement du monde. Qu'un fol peut faire de 
tapage dans une sociöte! Je regrette l'esprit du mien; mais son ca- 
ractere me console de sa perte. II est ä präsent pres de Kehl, oü 11 
a loue une maison de eampagne -) . On dit qu'il fait l'histoire de l'Al- 
lemagne^); Dieu nous garde du dix-huitieme siecle! Adieu, mon eher 
Maupertuis, je vous souhaite sante, contentement et un heuroux re- 
tour. Federic. 
3Za^ bet eigentiänbtgen Urjc^rift. 

161. 
S)er Äönig an 2Jiaupertuil. 

[Berlin] ce 14 janvier [1754.] 
Je VOUS suis tres oblige de votre lettre et des oranges rouges 
que vous avez eu la bonte de m'envoyer; voilä donc votre sant6 tout- 
ä-fait remise, malgre l'envie et malgre la faculte. Vous n'avez ici 
lien ä craindre de l'envie et vous devriez etre tranquille sur le sujet 
de la reputation. Les libelles ont le sort des insectes ephemeres, qui 
n'incommodent qu'un temps et qui perissent quelquefois meme, avant 
qu'on les ait oublies. Trop d'evenements se succedent dans le monde, 
pour qu'on pense longtemps ä la meme chose; le ridicule nouveau 
effaee l'ancien, la derniere sottise fait oublier la premi6re, et tant de 
diverses frivolites occupent le public qu'on se fait trop d'honneur en 
supposant qu'un individu soit longtemps le sujet des propos popu- 
laires et journaliers. Voilä ce qui me console de quelques libelles qu'on 
a publi^s contre moi^) en France et en Hollande; il n'y a qu'ä at- 
tendre et ces ouvrages se perdent. Adieu, mon eher Maupertuis, re- 
venez ici sain et sauf planter un jeune Maupertuis dans les jardins 
de l'Hymen, qui attendent depuis longtemps d'etre embellis par une 
aussi bonne plante. VaU. Federic. 

5Rac^ ber eigenl)änbtgen Urfi^rift. 



1) SRabame 9Jiagon. 

2) aSoItaire betuo^nte btefe >petite maisoDnette< üom 21. Slugu^t 6tg 2. Cctober. 
aSgl. (Euvres de Voltaire XXXYIII, 115 (3{u^gabe üom 1881). 

3) Annales de l'Empire. 4) 58gl. oben ©. 294. 296. 



298 aSriefroedjjel König g-tiebiic^g mit $!Kom)ertui§. 

162. 
S)er Äönig an 9Jtaupertui§. 

[Potsdam] ce 22 [fevrier 1754], 

Je vous suis fort oblige de votre Souvenir, mon clier President; 
les oranges rouges ue m'en seront que plus agreables venant de votre 
part. II regne une certaine anarchie dans votre Academie depuis 
votre absence, qui m'embarrasse beaucoup. Les chimistes et les me- 
decius fout uu bruit terrible; ils se sont disputes une place, chaeun y 
voulait placer un sujet Comme je n'ai pas le temps d'examiner les 
caudidats, et que quand meme, si je les examinais, je ne serais pas 
juge competent, je m'en suis rapporte au sieur Euler, qui a decide 
geometriquement de cette afifaire. De plus, votre secretaire ') fait des 
Eloges si pitoyables, il a la sottise encore plus pitoyable de les faire 
imprimer, de sorte que je crains pour la reputation de notre Aca- 
demie. Vous voyez que je n'ai pas eu tort de dire que vous la va- 
liez tout seul. 

Adieu, je compte de vous revoir dans la compagnie charmante 
du soleil, du printemps, des alouettes et des fleurs, et je fais bien des 
voeux, pour que ce soit en bonne sante. Fi'. 

9ia^ ber eigenl^önbigen Urjc^rift, mit ^ßröjentationäöermerl Don SOtaupettuiS' 
§Qnb >12 mars 54€. 

163. 
®er ^önig a\\ 9Jiaupertui§. 

[1754] 2). 

Je vous suis fort oblige, mon eher JVIaupertuis, de votre Souvenir 
et des helles döcouvertes que vous venez de me communiquer que 



1^ ©amuel f^orme^, ^rofeffor ber ^^ilo^optiie unb Secretarius perpetuus ber 2lfa« 
bemie. 3SgI. ben Srief be§ ftöntgö an 5(tgarotti, ^otsbom 9. gebruor 1754: >Forraey 
a hl ä rAcademie les Eloges de MM. d'Arnim et de Münchow, et rAcad^mie 
sest opposee ä leur Impression. J'ai 6t6 curieux de les lire. Jamals il n'y a 
eu bavardage plus inepte et plus plat. Formey a voulu avoir de l'esprit; il a 
fait assaut contre la nature, et certainement cela n'a pas tourn6 ä son avantage.« 
(Euvres XVIII, 93. 

2) 2)er S3rief folgt in ber gebunbenen ©ommlung ber Urjc^riften, beren SInorbnung 
inbefe nic^t auf SRaupertuiö felber 5urüdge:^t (Dgt. bie Einleitung), ouf 9Zr. 162 unferer 
Sluigobe. 2!a6 er bie 5tntmort auf ein ou§ granfreic^ eingegangenes Schreiben ift, 
jeigen bie ^Infangsmorte. 2)ie im Sejte ermähnten „(gntbecfungen" fönnten ouf ben 
Sn^alt bes Sa^rgangS 1752 ber Histoire de l'Acad^mie ße^en, ber im S!Koi 1754 



1754, 22. ^ebtnax — 26. Stuguft. 299 

Ton a faites ä votre Academie; avec un president comme vous on ne 
doit desesperer de rien, et il faut que les arts deviennent aussi utiles 
qu'ils sont agreables. Je souhaite surtout que quelqii'un de vos me- 
decins trouve l'art de rapetasser des poiimons delabres; c'est ce que 
je souhaite de tout mon cceur, pour ramour de vous, de 1' Academie 
et surtout de moi personnellement. Fr. 

'Slaä) ber eigen'^äiibigen Urjc^rift. 58erfätj(f)t: Sa 93cauntene 3lx. 111. 

164. 
^er Äönig an SJJaupertuiS. 

A Potsdam, 8 juillet 1754'). 

Sur la lettre que vous venez de me faire le 7 de ce mois, j'ai 
ordonne aux administrateurs des hopitaux de Berlin que, quand ils 
livrerout des cadavres au theätre anatomique, d'y joindre en meme 
temps une note des singularites qu'on pourrait avoir observees dans l'es- 
prit et dans les passions du sujet. Sur ce, je prie Dieu qu'il vous 
ait en sa sainte et digne garde. Federic. 

?Jad^ ber Urfdirift; nur bic Unterfd^rift eigen'^äitbig. 

165. 

S)er ^önig on ä)^aupertut§. 

Spandau, 26 aout 1754. 

J'ai re§u la lettre que vous avez voulu me faire, le 25 de ce 
mois, et je vous sais parfaitement gre des soins que vous employez 



erji^ten (bgl. 58erlimfc^e 9k^rid^ten 9^r. 60 öom 18. Wai 1754; unb ntefirere 5l5!^anb» 
lungen üon proftii'cfter Sragtreite, u. 21. §t)broftatijrf)e ^Beobachtungen bon 2eon:^arb 
Suler, tntij'dU. 2a 58eaumeIIe :^at ben S3rtef tt)itl!ürli(^ gum Januar 1 748 eingerci{)t unb 
if)n ttjinfürltd) in Bui^itniitett^ing mit brei onberen ©tücfen gebracf)!, beren @c^t:^eit fii^ 
nic^t controliren läfet; baiti werben bie „(Sntbec!ungen" auf eine SIrbeit öon aKaupertuig 
jjelber begogen, bie int ^ol^rgang 1746 ter Histoire de rAcademie entt)oItenen >Lois 
du mouvement et du repos deduites d'un principe de metaphysique«. 

1) Slnfönglic^ fi^on im Mai erttjortet (^Berlinifc^e SZadöric^ten 9^r. 45 öom 13. Slpril 
17541, mar 'SRanptxtuiä in ben legten STagen be§ ^uni in ^otsbom mieber eingetroffen 
(SSerlinifc^e gjac^ric^ten ^x. SO öom 4. guli 1754). 2Im 13. Tlai 1754 fc^reibt ber Siönig 
an Sarget (ffiu vre 3 XX, 47): »Vous rirez, malgre votre hypocondrie, en apprenant 
qu'au meme jour je recois des lettres de Maupertuis et de Voltaire, remplies d'in- 
jures qu'ils se disent. Ils me prennent pour un egout dans lequel ils fönt ecouler 
leurs immondices. J'ai fait faire une reponse laconique au poete, et je me suis 
contente de faire souvenir le geometre que son esprit sortait du centre de gra- 
vite au nom du poete.« 33eibe 33riefe liegen nic^t üor. 



300 S3rtcfwcd)jcl König g-vtebri^S mit 9)?nitpcrtui§. 

poiir nvoir im sujet de nitM-itc et de capacitö, pour remplacer l'astro- 
nome Kies*) ([ui vient de renoucer ;i son poste auprös de l'Acadömie. 
Je mc flatte du ])rotesseur Euler et de son attacliement pour moi 
qu'il voudra eiuployer tont sou savoir- faire pour persuader a quelque 
sujet, digne de notre Acadöinie, la pr6f6rence ä une (itrangöre au 
poste d'astronorac^), et je serai bien aise, si vous-meme vouliez encore 
en avoir soiu. Sur ce etc. 

'ilaä) Slbji^rift bcc itabinet^fonjlet. 

166. 
9Koupcrtui§ an ben ^öntg. 

de Potsdam, 19 octobre 1754. 

Sire. J'eus Thouneur, il y a deux mois, d'informer Votre Ma- 
jeste que, M. Kies, notre astronome, ayant demandö son cong6 pour 
aller occuper ime place qu'il trouvait ä Tubingue, sa patrie, nous 
coniptious le remplacer ])ar un professeur de Göttingue, nomm6 Mayer^), 
qui nous avait donne 8a parole. Votre Majestd, dans la röponse dont 
eile m'honora, approuva cet arraugement et je repondis ä Kies que 
Votre Majeste ne retenait point les gens malgrö eux ä son Service. 
Le ministere de Hanovre, toujours attentif ä nous traverser, et qui 
nous donne des preuves continuelles de son envie et de sa mauvaise 
volonte contre l'Academie, a retenu Mayer. Je crois que Votre Ma- 
jeste a ^t6 informde de tous ces faits par M. Euler, qui les avait di- 
rigds et qui en croyait le succ6s immanquable. 

Comme il semble par le renvoi que Votre Majestö m'a fait de la 
requete de Kies, qu'elle m'interroge sur ce que j'en pense: je pense 
que M. Kies est un sujet mediocre, ni assez mauvais pour etre ren- 
voy6, s'il u'avait demandö son cong6, ni assez bon pour etre regrettö, 
lorsqu'il le demande. Les astronomes m^diocres ne sont pas rares, les 
bons astronomes le sont. Et comme je voudrais en trouver un qui fit 
honneur ä l'Academie, j'ai 6crit en France, oü sont actuellement les 
meilleurs. En attendant M. Euler nous offre son fils*) pour vaquer 
aux affaires de l'observatoire, et ce fils en est fort capable. Sur 
tout cela, j'attends les ordres ultörieurs de Votre Majestö, et suis 
avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majestö le tr6s humble 
et tr^s ob^issant serviteur Maupertuis. 

Vlaä^ bcr eigcn^önbigen Urjc^rift. 



1) 93gl. oben ©. 24S. 2) Sic. 

3) Zobia§ 'SRatjex, jeit 1751 <}?rofeffor ber SKot^emotif in ©öttingen. 

4) Sodann Sllbrec^t (Julcr. 



1754, 26. ^Tuguft — 16. 5)eccmber. 301 

167. 

2)er Äöntg an äJJoupertuiS. 

Potsdam, 20 octobre 1754. 

Puisque l'astronome Kies insiste ä quitter son poste u l'Acad^- 
mie, vous n'avez qu'ä lui faire expedier un conge qu'il demande, par 
l'Acad(^mie, et avoir soin, afin que la place qui vaque par li'i, soit 
pourvue d'un bon et habile astronome. Sur ce etc. 
SRac^ Slbfc^rift ber KobinetÜanälei. 

168. 
9}Jaupertui§ an ben Äönig. 

De Berlin, 13 decembre 1754. 

Sire. Aussitot que la place de M. Kies a 6te vacante, diff^rents 
astronomes se sont presentds pour la remplir. Entre eux s'est trouv6 
M. Aepinus^), professeur ä Rostock, auquel nous avons cru devoir 
nous arreter. Cependant, pour etre plus sürs de n'y etre point trom- 
pes, nous l'avons engage a faire ici un voyage pröliminaire, et, aid6 
de M. Euler, je me suis appliqu6 depuis quinze jours ä le connaitre. 
Le resultat de notre examen a ete que M. Aepinus est un excellent 
sujet, aussi capable de remplir la place que flatte de l'obtenir. J'at- 
teuds donc, Sire, sur cela les ordres de Votre Majestö. 

Nous avons aussi engage M. Euler ä nous donner son fils, qui 

marche ä grands pas sur les traces du pere, et qui a deja remportö 

le prix de l'Academie de Göttingue, qu'on ne lui aurait assurement 

pas donnö, si on l'eüt connu, par la Jalousie qu'a cette Acad^mie 

contre la notre. Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre 

Majeste le tres humble et tres ob^issant serviteur 

Maupertuis. 
9Jac§ ber cigen^önbigen Urjc^nft. 

169. 

®er Äönig an SOJaupertuig. 

Potsdam, 16 döcembre 1754. 

Comme je ne doute nullement que le sujet que vous proposez, 
par votre lettre du 13 de ce mois, pour remplir la place vacante d'as- 
tronome de l'Academie, n'ait toute la cäpacite requise pour s'eu acquitter 



1] Srans 2;:^eobor Ulrid^ Stepinuä. 



3Q2 ©riefroec^lcl König griebrtc^S mit 9RaiH)ertui8. 

dignement, j'y donnc volontiers mou agr^ment, et vous u'avez qu'ä 
Tengager et arrangcr tout cc qui sera couvenable ä cet egard. Sur 
ee etc. 

9?od) 9lbjc^rift ber Sobiiiet^fanalei. 

170. 

®cr i^önig au 9}iaupei-tui§. 

Potsdam 3 mars 1755. 

Je suis bieu content qiie vous engagiez le jeune Huber ^), si la 
caisse de rAcad(^mie est assez opulente et a de l'argent de reste pour 
Tattaclier ä l'Academie. Je laisse ceci ä votre disposition. 

Je vous envoie, d'ailleurs, ci-joint quelques pieces eurieuses qui 
m'ont 6te envoyees immediatement de la Hollande. 

J'ai vu, du reste, avec bien de la peiue que l'etat de votre san- 
te coutinue toujours ä etre mauvais, et je souhaite de bien bon coeur 
que cela aille mieux et que j'apprenne bientöt votre entier retablis- 
semeut. Sur ce etc. 

9Jac^ 5tbjc^rift bct Sabinet^fonslei. 

171. 

S)er ^5nig on 2JJaupertui§. 

Potsdam, 28 mars 1755. 

Je vous sais beaucoup de gr6 de l'attention que vous avez vou- 
lu me temoigner par votre lettre du 26 de ce mois, mais j'aurais 
aussi souhaite que vous meussiez donne de meilleures nouvelles de 
votre sant6, ä laquelle je m'interesse beaucoup. Je me flatte qu'avec 
le beau temps votre Indisposition se dissipera, et que vous recouvre- 
rez une sante plus stable; je le souhaite de bon coeur. J'ai, au reste, 
donne un ordre au Directoire general, afin de renouveler en faveur 
de l'Academie l'edit qui enjoint ä chaque conseiller provincial, magi- 
strat, fermier etc. k se pourvoir ä ses frais d'un exemplaire de la 
collectiou des edits que l'Academie fait imprimer chaque ann^e^^. 
Sur ce etc. 

Vlaii Slbjc^rift ber Robinetäfanälci. 



1) ^o^flitn 3acob feuber. 

2) Novum corpus coDStitutionum, SBcrlin 1751 ff. fgortfe^ung beä Corpus Con- 
stitutionum Marchicarum üon SJi^Uug unb SSorläufer ber „2(Ilgemeinen ©ejeijiammlung")- 



1754, 16. 2)ecember — 1755, 5. ^uni. 303 

172. 
S)er ^iönig an äJiaupertui^. 

[Potsdam] 13 mai 1755. 

Je voiis suis tres oblig^, mon eher Maupertuis, du livre de votre 
Academie^); ce tome n'en vaudra que raieux, puisqu'il ne contient point 
de mon bavardage. Je voudrais fort que votre sant6 se remit; je 
soupconne qu'il y a un peu de votre faute, que vous ne faites aueun 
remede et que vous n'observez pas une di^te assez rigide. J'allais 
dejä m'enorgueillir sur la foi de Sydenham,^) et j'etais pret a croire 
que je pouvais etre une esp^ce de grand horarae, puisque j'avais la 
goutte. Tout-ä-coup je me suis trouve tant de coufreres que je me 
suis vu confondu dans la foule : uu cordonnier de ma rue, un apothicaire 
vis-ä-vis les Orphelins, un sommelier de la cave de la ville etc., se 
trouvent beaucoup plus grands hommes encore; ils ont le mal plus 
invötere, quelques-uns ont meme l'honneur d'en etre estropiös. Pour 
moi, je donuerais mon brevet de grand homme ä qui voudrait s'en 
charger, et je pr^fererais ä ce titre d'honneur le vulgaire avantage 
de me servir librement de mes deux jambes. Adieu. Puisse la na- 
ture faire un effort en faveur d'un homme qui en a tout fait pour la 
decouvrir. Je suis votre fidele ami Federic. 

SRacf) ber eigenl)änbigen Urfc^rift. 

173. 

®er Äönig an 3?iaupertnt§. 

[Potsdam, 5 juin 1755]3). 

Je eonsens avec beaucoup de plaisir ä la r6solution que vous 
avez prise de sejoumer quelque temps ä la campagne, et je souhaite 
bien volontiers que ce changement d'air et les eaux que vous voulez 
prendre, puissent produire le meilleur effet du monde sur votre sante. 

A l'egard de l'officier francais qui demande ä entrer ä mon Ser- 
vice, vous me ferez plaisir de lui repondre sur sa lettre ci-jointe et 
de le remercier de sa bonne volonte, ne pouvant le placer dans mes 
troupes, tant faute de place vacante pour Ten accommoder, que parce- 



1) 23anb IX ber Memoires de l'Academie. 

2) ®er englif^e 2lrst S^omog ©i)ben^am (1624—1689), SSerfaffer einer ©c^rift 
>De podagra et hydrope«. 

3) Sn bem 93flmütenbud^e be0 ÄabinetS ätuii^en ätuei ©lüden öom 5. ^uni 1755 
eingetragen. 



304 fiönefrocc^icl Söiiig griebric^S mit aKaupertutS. 

que je ue puis me servir d'officier qiii ue possöde parfaitement la 
laiigue frangaise '). 

9iad) 5lbjc^rift bcr S^abinet^fanslet. 

174. 

S)er i^iJnig an 9J2aupertui§. 

Wesel, 19 juin 1755. 

J'ai re5U avec votre lettre du 12 de ce mois celle du nomm6 
d'Oney^). Je suis bien persuadö que, si vous aviez pu pressentir ou 
soupconner la raoindre chose de son contenu, vous la lui auriez ren- 
voyöe avec indiguatiou et ue m'en auriez point fait part. Aussi ne 
r6pondi*ai-je Jamals ä des lettres aussi insens6es que celle-lä. Sur ce etc. 

9ia^ ?lbjc^nft bcr ^abinet^fonälet. 

175. 

S)er Sibnig an 9)?aupertui§. 

Pütadnm, 4 juillet 1755. 

Je suis fache de rembarras oii vous a mis ma deruiere lettre; 
je u'ai Jamals song6 ä vous imputer les ecarts d'autrui, mais je ver- 
rai bien volontiers que vous ne fassiez plus de r6ponse au persou- 
uag-e en question, suppose qu'il revint ä la Charge, et qu'il vous 6cri- 
visse. Quant au capitaine Lefevbre^ , comme il est d6jä pourvu de 
differents appointements, j'aimerais mieux que vous disposiez des 200 
ecus de pension en faveur de quelques autres des membres actuels 
de l'Acad^mie de Berlin, pourvus d'assez de merite pour en etre 
gratifies. Sur ce etc. 

^aä) ber 3lbjc^rift ber Äobinetlfonälet. 

176. 
2)er ^önig an 9)?oupertui§. 

Potsdam, 7 juillet 1755. 

Je suis fäch6 de voir par votre lettre du 5 de ce mois que votre 
Indisposition continue toujours. Je voudrais de hon cceur vous revoir 
delivre. et je souhaite volontiers que cela change bientöt ä votre sa- 

1) Sic. 2) Siegt nic^t Dor. 

3) ©imon Üefeöbre, ^ngenicur^Go^itäit. SSgl. Formey, Souvenirs II, 142 ff. 



1755, 5. $^um - 26. 3uU. 305 

tisfaction et ä la mienne. Quant ä la demande de Sauerbrey^), je 
serais bien aise que vous rögliez eela avec rAcademie, sans m'eu meler; 
trop oceupe, d'ailleurs, d'autres aflaires bien serieuses, je ue saurais y 
donner la moindre attention. A cette fiu je vous renvoie ci-clos tout 
ee que vous m'avez adresse a ce sujet. Sur ce etc. 
^a6) Slbfc^rift ber ^obinetlfanätet. 

177. 
S)er Äönig on ajJaupertuiS. 

Potsdam, 12 juillet 1755. 

Je suis bien content que, selon la lettre que vous m'avez faite 
le 10 de ce mois, vous engagiez le sieur Huber pour rAcademie, et 
j'ai accorde bien volontiers l'assuranee qu'il a demandee, qu'en cas 
de mort ses biens et effets retourneront ä ses heritiers sans d6du- 
ction quelconque. J'ajoute, en meme temps, ici un passe-port, qui le 
mettra ä l'abri d'etre jamais inquiet^ du militaire, et, quoiqu'il n'ait 
pas eu besoin de cette precaution, cependant, pour le trauquilliser de 
ce cote, j'ai bien voulu vous l'envoyer pour le lui remettre. Sur ce etc. 

^ad) Sibjc^rift ber Äobinetlfonälei. 

178. 

S)cr ^önig an SRaupertuiS. 

Potsdam, 26 juillet 1755, 

Je vous renvoie ci-joint la lettre que vous avez voulu me com- 
muniquer ä la suite de la votre du 24 de ce mois, et je vous prie 
de repondre ä Madame Belot 2) pour la remercier poliment de son offre 
et pour lui insinuer que, n'ayant point ou tres rarement des emplettes 
ä faire ä Paris, je n'etablirais plus de commissionaire. Sur ce etc. 
31cl6) Slbjc^rift ber ^abinetgfaitälei. 



1) Unter bem 27. ^uli 1755 irirb bem ©rabeur ((Sbel= unb 2Bappen-©teinjc^neibet) 
9HcoIaug f^riebric^ ©ouerbret) gu Serlin au» bem Siabinet gefi^rieben: „©c. Sönigl. 9Ka= 
jeftät loffen bem p. Sauerbreq auf fein tüieberfiolteä ©ejuc^ üom 19. biefeg t)ierburc^ 
ein* üor aKemal §ur JRejoIutton ertf)eilen, wie iCjm bie gebetene Sonceiiion gu gbirung 
ber gemelbeten Sanbfarten ni(f)t accorbiret raerben fönue, inbem bie '3Ifabemie ber SSi)'fen= 
f^aften befannter SJtafeen barüber privative pritilegiret ift, unb mu§ alfo ber 6uppU* 
cant auf anbere unb conöenablere 5ÖiitteI bebad)t fein, fic^ unb feine gamilie §u ernäi^ren, 
ouc^ ni^t ^jrätenbiren, ba§ nurerniä^nte 2(fabemie, bIo§ um i:^m bie nöt^ige Subfiftance 
äu öerfc{)offen, neue Störten ftecf)en laffen unb baburi^ bie Selber i{)rer taffe I)afarbiren 
foüe." (®et). Staotlarc^iö.) 

2) Dctaöie Söelot, geb. ®ui(f)arb. SSgl. Nouvelle Biographie universelle V, 299. 
Äofer, Sriefwec^fel griebti^S be8 ©rogen. 20 



306 "öricfiDcc^fcI itönig 5riebrid)l mit 3Kaupertui§. 

179. 
3)cr Äbnig a\\ 9Jiaupertui§. 

[1755.1 

Je vous suis fort oblige, mou eher Maupertnis, de la part qne 
vous preuez ;\ oia eliute'); eile a 6t6 assez plate et assez maladroite 
de ma part pour faire du bruit. Voilä, ce que e'est de ne poiut etre 
geometre. iSi j'avais gardö le centre de gravite, mon ceil ne serait 
point i)ocbe; mais il n'est pas donue i\ tout le monde d'aller ä Co- 
rintbe^ . Je soubaite que votre poitrine se remette aussi facilement 
que la mieune et que votre reconvalesceuce soit durable. Etant votre 
fidcle ami Federic. 

9tac^ bet eigenl^änbigen Urjd^rift. 

180. 

2JJaupertutg on ben ^önig. 

De Berlin, 1" octobre 1755, 

Sire. Je mets aux pieds de Votre Majeste uue carte que rAcadömie 
vient de faire graver pour joindre ä son atlas, et qui m'a sembl6 
digne de vos regards. Elle represente les quatre grandes Operations 
qu'on a faites en France, au Pcrou, en Laponie et au Cap de Bonne- 
Esperance, pour decouvrir la grandeur et la figure de la terre, et 
contient le resultat de ces Operations. 

Sire, pendant les magnifiques fetes que vous venez de donner^), 
je n'ai ose interrompre un moment Votre Majestö pour lui marquer 
la part que je prenais ä l'öv^nement qui les occasionnait ; permettez- 
moi aujourd'hui de vous parier de la joie que je ressens de cbaque 
chose que vous faites pour dlever ä son comble et perp^tuer la gloire 
de votre maison. 

Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majeste le 
tr^s humble et tres obeissant serviteur Maupertuis. 

9iac^ bcr etgenf)änbigen Ur|c!^rift. 



1) Sturj mit bem ^fetbe 2S. ^uli. 2ln ben ^rinjen ^änxxä) jc^reibt ber ^önig 
am 1. 9tuguft 1755: >Je suis fort obligd de la part que vous daignoz prendre ä 
ma maladresse. Je suis tomb6 de cheval, aussi mal 6cuyer que Saint Paul, mais je 
ne suis pas encore converti de meme<. (Euvres XXVI, 159. 160. SSgt. cbcnb. ©. 539, 

2) Horat. Epist. I, 17, 36. 

3) 2(m 27. September 1755 tüurbe ju Gfjarlottenburg bic öoc^seit bcä ^rinjett 
^btnanb öon ^reußen mit ber ^rin^eifin 2{nna lSIi)abetf) Suije, %oii)kx beä SJJarf* 
grafen isxiebxiäi SEil^elm Bon 33ranbenburg=Scf)rcebt, gefeiert. 



1755, 1.— 15. DctoBer. 3Q7 

181. 

S)er Äbnig an äliaupertuig. 

Potsdam, 4 octobre 1755. 
L'attention que vous avez voulu rae marquer par la carte jointe 
ä votre lettre du 1^' de ce mois, m'a fait plaisir, et je vous en re- 
mercie volontiers. Je suis aussi bien sensible au compliment que 
vous me faites ä roccasion du mariage de mon frere le prince Fer- 
dinand; rattaehement que je vous connais pour moi, me persuade 
de l'interet que vous prenez ä un eveuement que j'ai vu avec satis- 
faction. Je vous en sais beaueoup de gre, et sur ce etc. 
3la6) Stbic^rift ber ^abinetgfanslei. 

182. 
9JJaupertui§ an ben Äonig. 

De Berlin, 15 octobre 1755. 

Sire. L'ecrit que Votre Majeste a renvoye ä l'Academie, est d'un 
nomme Buchten, qui nous avait propose, il y a quelque temps, un 
mouvement perpetuel et des moyens pour augmenter ä l'infini dans 
les macbines la force, sans rien faire perdre ä la vitesse. Le seul 
enonce de ces propositions en demontre Timpossibilite. La quadrature 
du cercle, qu'il propose aujourd'hui, uest pas moins chimerique, et 
tout son ecrit est rempli des erreurs les plus grossieres. II demande 
ä Votre Majeste la permission de le publier, et il est certain qu'il 
ne contient rien qui Interesse l'Etat ni les bonnes moeurs qu'autant 
que les bonnes mceurs et l'Etat peuvent etre interesses dans ce qui 
blesse le sens commuu. 

Je profite de la meme occasion, Sire, pour parier ä Votre Ma- 
jeste d'un homme qui s'offre ä eile pour interprete des langues orien- 
tales qu'il pretend avoir apprises pendant un sejour de viügt ans 
dans les Etats du Grand-Seigneur. Ce M. de La Rocque^) m'est in- 
connu, et je prends la liberte de mettre la lettre sous vos yeux. 

Je crains toujours d'abuser par ces sortes de choses des moments 
de Votre Majeste; je craindrais de manquer en ne lui en rendant 
pas compte: je ne souhaite que de la convaincre de mon devouement 
et de mon exactitude pour son service. Je suis avec le plus pro- 
fond respect, Sire, de Votre Majeste le tres humble et tres obeissant 
serviteur Maupertuis. 

3laä) ber eigen^änbigen Urjc^rift. 



1) SSielleic^t 2a «Roc^e; ogl. 5ßoUt. eorrejponbeitä XXIII, 519; XXIV, 407. 

20* 



308 Srieftpcc^iet SJönig f5"«i>i;i^^ mit 9Kauperhii§. 

183. 
S)cr Älöuig an 9Jiaupevtui§. 

Potsdam, 17 octobre 1755. 
Je TOiis suis oblige de l'attention que vous avez voulu me mar- 
qiier par votre lettre du 15 de ce mois. Je ne röponds point au 
premicr article, laissaut cela ä votre disposition; mais, toucbant le 
second, vous pourrez marquer au sieur La Rocque que, ne pouvant 
faire usage de ses talents, je le remercie de sa bonne volonte, et vous 
de la peine que vous avez voulu preudre pour me communiquer sa 
lettre, Sur ce etc. 

Tiaäi 5lbf(^rift ber )Sabinet^!anäIei. 

184. 

SDUupertuig an bcn ^öntg. 

[piaes.: 19 octobre 1755.] 
L'almanacb d'adresse de Berlin que TAcademie public tous les 
aus, a ce defaut que la cour de Votre Majeste ni Celles de Leurs 
Majestes les Reines') et des Princes et Princesses ne s'y trouvent point, 
de Sorte qu'un grand nombre de personnes de qualit^ qui resident ä 
Berlin, ne sont pas marquees dans cet almanach. Ce qui est la cause 
que cet almanach tombe de plus en plus en decadence. L'Acadömie 
prend donc la liberte de supplier Votre Majeste de lui accorder la 
permission d'inserer dans l'almanacb d'adresse les personnes qui de- 
pendent de la cour de Votre Majeste et des cours de Leurs Majest6s 
les Reines et des Princes et Princesses, selon l'ordre alpbabetique. 
Comme on public ailleurs des livres oü tout l'^tat de la cour de 
Votre Majeste est rapporte, l'Acad^mie espere que Votre Majeste ne nous 
refusera pas cette permission, pour rendre lalmanach d'adresse plus 
agrc^able au public et plus profitable ii l'Academie. Maupertuis. 
92ac^ ber Uri'c^rift, geseic^net bon 9Kaupertuil. 

185. 

2)er 5t5nig an SJJaupertuiS. 

[Potsdam, 19 octobre 1755.] 
Sur les instances que vous venez de faire par la votre que vous 
m'avez fait parvenir, ä ce qu'il soit permis ä l'Academie de faire in- 



1) 25ie regicrenbe ftönigiti ©[tjabet^ (S^ripinc unb bte Stönigin^aJZutter ©op^ie 3)orot:^ce. 



1755, 17.— 25. OctoBer. 309 

serer dans l'almanach d'adresse de Berlin les personnes qui compo- 
sent la coiir et Celles des Reines, je veux bien laisser au gre de 
TAcademie de faire inserer aiidit almanach lesdites personnes et leurs 
qualites, autant quelles sont actuellement etablies ä Berlin et qii'elles 
y fönt leur demeure fixe. 

SRac^ Stbjc^rift ber Äobinetgfanälei »). 



186. 
S)er Äönig an SJJaupertuig. 

Potsdam, 24 octobre 1755. 

Comme le grand-chaneelier baron de Cocceji vient de mourir^) ä 
mon grand regret, et que, touche de ses rares merites, j'ai rösolu, 
pour perpetuer sa memoire, de faire elever un beau buste de marbre 
dudit grand-chaneelier, avec un piedestal, par le sculpteur Adam 3), 
auquel j'ai dejä donne mes ordres en consequence, et je souhaiterais 
de faire orner le piedestal d'une belle inscription ä la romaine, pour 
transmettre ä la posterite que feu le baron de Cocceji a röhabilitö 
les lois de la patrie et retabli la justice dans mes Etats, pour cet 
effet, je souhaiterais que vous vouliez bien vous charger de la com- 
position de cette inscription selon mon Intention. Sur ce etc. 

3la6) Slbfc^rift bet Eabinetglanslei. 

187. 
SKoupertutg an ben ^öntg. 

De Berlin, 25 octobre 1755. 

Sire. Votre Majeste me fait plus d'honneur que je ne merite, 
en s'adressant ä moi pour l'inscription du buste de M. le Chancelier. 
Je ne suis guere verse dans cette sorte de style, mais le desir d'ac- 
complir vos ordres rend peut-etre capable de tont. J'ose donc, Sire, 
mettre sous vos yeux l'esquisse de cette inscription, que je suppose 
par la letti*e de Votre Majeste devoir etre en latin: et, en effet, le 
latin est beaucoup plus propre pour ce genre que le fran^ais. Si 
Votre Majeste l'approuve et daigne me marquer les corrections qu'elle 
trouvera ä y faire, je la croirai digne de votre regne et de la 
post6rit6. 



1) S" feem Ttinüknhui) be§ f abittetl gtütj^en sroei (Stüden öom 19. Cctober 1755 
eingetragen. 2) 24. Dctober. 3) ^a§pax 23aIt^o)ar Stbam. 



310 



JBrieftre^jel Jlöntg 5-rtcbrt^§ mit 9Kau^)ertui§. 



Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majeste le 
tres humble et tr^s oböissant serviteur Maupertuis. 



Aeternae memoriae 

Samuelis Baiouis de Cocceji, 

Siimmi Regni Cancellarii, 

Aquilae Nigrae Ordinis Eqiiitis, 

Viri Juris peritissimi: 

Quem Fridericus Magnus, 

Post hüstes debellatos, 

Fclicitati Popiilorum providena, 

Patriis Legibus restituendis, 

Formulis resecandis, 

Juri emendando 

praefecit. 

Tanto munere functus Vir Illustrissimus 
Obiit die ...Octob. 1755. Aetatis suae... 



A la memoire 6ternelle 

De Samuel Baron de Cocceji, 

Grand-Chancelier du Royaume, 

Clievalier de l'Ordre de l'Aigle Noire, 

L'homme le plus consonime dans la 

Jurisprudeuce : 

Que Frederic le Grand, 

Apres avoir soumis les Enneinis, 

Entierement oceupe du bonheur de 

ses Peuples, 

Chargea 

De retablir les Loix de la Patrie, 

D'abr6ger les Procedures, 

De reformer la Justice. 



Cet homme illustre, aprfes s'etre acquitte 
d'une fonction si importante, mourut le 
... octob. 1755, dans la ... annee de son 

äge. 

SRod) ber cigenf)änbigen Urjd^rift; bie Stniage bon frember §anb. 



188. 

S)er ^önig an 9)?aupertui§. 

Potsdam, 27 octobre 1755. 

J'ai regu, avec votre lettre du 25 de ce mois, rinscription que 
vous avez pris la peine de composer, et je ne puis que vous remercier 
de rattention que vous m'avez voulu tömoigner par lä. Sur ce etc. 

^aä) Stbjc^rift ber ^abtnet§!onälci. 



189. 

SDJaupertuiS an ben Ä'önig. 

De Berlin, 16 novembre [1755]. 

Sire. J'implore votre justice et votre bonte. Avant le dernier 
voyage que j'ai fait en France, j'avais eu quelque commerce avec une 
fille qui promenait un enfant dont eile se pr^valait pour rangonner 
un gentilhomme de ce pays-ci ; eile se servit bientot par une nouvelle 
grossesse du meme prötexte avec moi, et quelques raisons que j'eusse 
de croire que je u'avais point de part ä l'enfant dont eile accoucha, 



1755, 25. Dctober— 19. 9Zoüember. 311 

j'en pris les meines soins qu'aurait pu prendre un veritable pere. 
Enhardie par ma faiblesse, eile m'arrachait tous les jours quelque 
somme; mais, pour tirer plus ä la fois, eile s'engagea a recounaitre 
par ecrit que je n'avais aucune part ä son fait, si je lui donnais 
10 frideiicsdor. A peine les eut-elle regus, qu'elle recommeuQa k me 
ran^onner. Je lui fis donner encore 60 ou 80 ecus, je ne sais pas 
bien lequel, et eile fit de uouvelles promcsses et un nouvel 6cnt de 
tout desistement. Y ayant encore bieutöt manque et renouvelant sans 
cesse ses brigandages, je ne connus plus que la justice et Tautoritö 
de Votre Majeste qui pussent m'eu mettre ä couvert: quelques amis 
porterent la cliose a vos pieds, et vous ordonnätes que la fille füt 
mise ä Spandau. J'ignorais si eile y etait encore, et ce qu'elle etait 
devenue, lorsque j'appreuds que quelques personnes songent ä l'en 
faire sortir. Je serai le preniier, Sire, ä demander ä Votre Majeste 
son elargissement , mais j'ose esp6rer de sa justice qu'en remettant 
cette fille en liberte, Votre Majeste veuille bien me continuer sa pro- 
tection et donner des ordres pour me mettre ä couvert de nouvelles 
persecutions. Votre Majeste aura vu par l'exact r6cit de ce qui s'est 
passe, le caractere de cette fille et combien peu je tiens ä, l'argent; 
je suis pret encore de donner toutes les sommes que Votre Majeste 
voudra me prescrire; je ne demande que la paix et la tranquillite, 
qui me sont si necessaires dans l'etat oü je suis, et de pouvoir joiudre 
cette marque de la justice et de la bonte de Votre Majeste ä toutes 
les autres que j'en ai regues. Je mets, dans cette occasion, mon coeur 
et ma Situation entre les mains de Votre Majeste, comme je les y ai 
toujours remis, et je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre 
Majeste le tres humble et tres obeissant serviteur Maupertuis. 

P. S. 
Si Votre Majeste avait le moindre doute sur les faits que je lui 
allegue, il me serait facile d'en fournir toutes les preuves. 

3la6i ber eigen^änbigen UrfcEirtft. 

190. 
S)er ^önig nn 2!}?aupertui§. 

Potsdam, 19 novembre 1755. 

J'ai re(;u votre lettre du 16 de ce mois. J'aime bien mieux vous 
voir en guerre avec de jeunes filles, et Celles- ci en droit de vous 
quereller, que d'apprendre la continuation de votre maladie. Je vou- 
drais pouvoir gu^rir votre poitrine aussi aisement que je puis vous 



3J2 93rtcfn.iccl)iel König j^riebrid)^ mit SOtaupertutg. 

ddlivrer des poursuites de votre antagoniste ; j'espeie qu'elle ne s'avi- 

sera plus de vous incommoder, car, quoique j'aie ordouue au com- 

maudaut de Spandau de la reläclier, c'est pourtaut sous la commina- 

tion tr^s s6rieuse de ue jamais se vanter d'avoir eu commerce avec 

vous, bleu moins de vous demander la moindre chose dans la suite 

ou d'entrer daus votre maison, sous quel prötexte que ce soit, sous 

peine d'etre enferm^e pour le reste de ses jours. Je suis assur6 que 

ces mesuies vous d^livreront pour toujours des poursuites de cette 

cr6ature, et sur ce etc. 

3la<i} 5lb)d^rift ber Jtabinctgfaitälei. ^Rod) ber ni6)t öorliegenben Slulfertigung 
gcbnicft in ben (Euvres XVII, 34ü., 

191. 

2)er Zottig on SRaupertuiS. 

Potsdam, 11 döcerabre 1755. 
Je vous fais communiquer ci-joint en copie la repr^sentation que 
le docteur Pott^) vient de me faire par demander que son gendre lui 
soit donn6 pour assistant dans ses Operations chimiques. Comme j'en 
serais assez content, si en eifet ce docteur Kurella 2), gendre de Pott, 
poss^de d6jä quelque capacite dans la chimie, et que ce soit un sujet 
duquel on puisse se promettre quelque liabilet6 dans cette science, 
mon intention est que vous devez faire examiner ledit Kurella, pour 
savoir s'il est digne de la gräce que son beau-pere demande pour lui. 
Sur ce etc. 

^a6) 5Ibi(^ri[t ber SobinctSfanälei. 

192. 
3Kaupertui§ on ben ^önig. 

De Berlin, 16 decembre 1755. 
Sire. Suivant l'ordre de Votre Majeste, ayant Charge MM. Marg- 
graf et Lehmann 3), membres tous deux de l'Acad^mie, que j'ai cru 
les plus capables, d'examiner M. le docteur Kurella sur sa capacite 
en chimie, et cet examen ayant 6te fait en r^gle, M. Eller, chef du 
College de m^decine, präsent, et M. Gleditsch faisant la fonction de 
secr^taire, j'ai l'honneur d'en envoyer le rösultat ä Votre Majeste. 



1) So^onti ^etnric^ ^ßott, ^rofeffor ber einernte. 

2) gmft ©ott^arb ÄureCa. 

3) 2)er SRaturforidier ^o^ann ©ottloB Seemann, Sönigt. Sergrat:^. 58gl. Serlinijc^c 
9?oc^ric^ten 1754, S«r. 95. 



1755, 19. 5Rot)ember — 25. ®ecemBer. 313 

J'ai cru, Sire, devoir y joindre la copie du protocole meme, aimant 
mieux risquer de faire quelque chose de superflu, que d'omettre la 
moindre circonstance dans ce qui regarde rexöcution de vos ordres. 
Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majeste le tres 
humble et tres oböissant serviteur Maupertuis. 

Sire. M. Kurella vient de m'apporter un memoire sur le charbon 
de terre, que je remettrai aux memes examinateurs, et dont je rendrai 
compte a Votre Majeste, si eile rordonne. 

3la^ ber eigenpttbigen Urjd^rift. 

193. 
S)er Äöttig an 3JZaupcrtut§. 

Potsdam, 18 decembre 1755. 
Comme je suis dejä extremement occupö, je vous prie de ne me 
point accabler par de si grands dötails comme vous venez de faire 
dans le cas du doeteur Kurella. Quand je vous renvoie des choses 
qui ne sont pas de grande consöqueuce, pour en avoir votre resultat, 
vous pourrez alors me marquer en peu de mots votre sentiment, sans 
y joindre des protocoles que je n'ai absolument pas le temps d'exa- 
miner. Sur ce etc. 

5«ac^ %b\<i)xx\t ber Sabinetlfonälei. 

194. 
SD^JaupertuiS an ben Äönig. 

De Berlin, 24 decembre 1755. 
Sire. Je ne sais si ceci est digne de votre attention, mais je ne 
puis laisser passer aucune occasion de vous marquer le devouement 
et le tres profond respect avec lesquels je suis, Sire, de Votre Majeste 
le trös humble et tres obeissant serviteur Maupertuis. 

9^ad^ ber etgenl)änbtgen Urfc^rift. 

195. 
^cr ^ötttg an 3)^aupertui§. 

Potsdam, 25 decembre 1755. 

J'ai rcQu avec votre lettre du 24 de ce mois ce que vous avez 
pris la peine de me präsenter, et je ne saurais que vous remercier 
de l'attention que vous me tömoignez en toute occasion, ce qui m'est 
veritablement agreable. Sur ce ete. 
^a6iJih\ä)xi\t ber ^abinetäfangtei. 



314 93vicfn)e^|cl Äönig fjricbridis mit SIKoiH)crtut§. 

196. 

®cr Äöuiij au 9JJoupcrtui§. 

[Berlin] 2/ janvier 1706. 

De quoi vous avisez-voiis, raon eher President? de demauder iin 
ouvraiTO acadömiquc ä iin liomine doiit la plunie et l'esprit sont rouil- 
k^s depuis longtemps? Je n'ai fait quo des sottises rimöes, dont j'ai 
si honte que je nie garderai bien de les montrer. Je sens d'ailleurs 
le peu de capacit6 que j'ai pour ces sortes d'ouvrages, que je mc 
rcpens des etourderies de ma jeunesse, qui m'en ont fait hasarder 
quelques-uns tres iuconsiderement. Les tremblements de terre^) sont 
ä präsent si fort a la mode que vous trouverez bien quelque trembleur 
qui eu indiquera la cause bonne ou mauvaise; pour moi qui ne suis 
qu'un triste politi(iueur, je ne pourrai faire de memoire que sur les 
meilleurs moyens de retablir un royaume bouleverse. Ce serait en- 
core de quoi se faire moquer: on dirait qu'il empeche le sien de 
l'etre, cela doit lui suffire. Enfin, mon eher President, si vous con- 
sidörez encore qu'il n'y a que trois jours d'ici a la s6ance de l'Aca- 
demie, vous m'avouerez que ce n'est que le temps donn6 pour faire 
un mauvais ouvrage; autant vaut-il n'en poiut faire. J'attendrai donc 
vos ordres pour l'annee prochaine ou pour le temps qu'il vous plaira 
de m'assigner, afiu de ne point deshonorer le lieu ni mes confr^res 
par un mauvais bavardage. Cependant, si je savais faire un me- 
moire qui contint le beau secret de raccommoder une mauvaise poi- 
trine, je n'aurais rien de plus pressö que de vous l'envoyer. Vous 
souhaitant meilleure sante et — si ce n'est pas contraire ä la nature 
des choses — une enticre reconvalescence, adieu. Federic. 

'^adj ber eigenpnbigen llrjd)rift. ®ol ®atum bon WauptttuiS' §anb. 

197. 

5Der ^bnig an 9}?oupertut§. 

[Potsdam] ce 12 tnars 1756. 
Vous ferez de votre Academic ce que vous voudrez, mon eher 
Maupertuis; mais je sais bien que, si j'cn avais une, ni prince ni 
moine n'y entrerait, j'en cxcepte le revörend Don Calmet^). Nous 



1) ßrbbeben Don Siffabon, 1. Jiobember 1755. 

2) 2)on Golmet 'äbbi öon Scnoneä, SSerfoffer cine§ Coinraentaire litt^ral de (ous 
les livres de rAncien et du Nouveau Testament. SSgl. O'^uvres XV, p. XII; 
XXV, 129. 



1756, 21. Sonwöi;— 12. ajlörs. 315 

autres princes sommes des animaiix pour l'ordinaire tr^s superficiels 
qui ne donnons aux corps oü nous entrons, que la longue kyriclle 
de DOS titres et rien de plus. Le prince polonais qui se prösente 
ä vous, rencherit encore sur notre espece pav un grain de folie qui 
lui est propre. Ce n'est pas ä dire que j'en exempte mes coufreres 
et moi, mais sa folie est plus saillante que la uötre. II me senible 
que pour agreger ä une academic des membres etrangers, il faut y 
mettre du choix; si on y place iudiflferemment toutes sortes de per- 
sonnes, c'est avilir ce qu'on devrait distiuguer, et alors il y a plus 
d'bonneur de ne point etre d'une societö que de se trouver dans son 
nombre. Souvenez-vous des francs-magons, dont l'ordre se serait 
maintenu avec eclat, s'il n'avait pas 6te prostituö par des röceptions 
peu judicieuses. Je crois qu'un corps qui compte des Maupertuis, 
des d'Alembert, des Montesquieu parmi ses membres, ne doit pas leur 
associer des Eadziwill et des Ansuldis ^). 

Vous avez repondu k Monsieur Pott 2) comme aurait fait defunt 
notre cbancelier 3). II ne saurait se plaindre. Je soubaiterais que 
dans la nombreuse classe de medecins et d'anatomiciens que vous 
avez dans votre Acadömie, il s'en trouvät un qui püt vous guörir 
ou de moins vous soulager, vu la part que je prends ä votre conser- 
vation, et l'estime que je conserverai toute ma vie pour vous. 

J'ai ici le duc de Nivernois*), qui me parait d'un caractere bien esti- 
mable; avec beaucoup d'esprit et de connaissances, il est sans pr6- 
tentions, la simplicite de ses moeurs annonce la candeur de son äme. 
Je suis bien malbeureux qu'il ne soit pas ne ä Berlin; je vous assure 
bien que je ne l'enverrais a aucune ambassade, et qu'il ne sortirait 
de chez moi. Vous croyez donc, mon eher President, que je politique 
toujours et que l'Europe cesserait d'aller, si je n'etais pas comme ces 
anges dont chacun fait tourner sa planete? Vous me faites trop 
d'honneur; je suis comme une mite attachee sur un petit grain de sable 
qu'elle täche de conserver, pendant qu'un tourbillon agite les sables 



1) 93et 9^ie[tecEt unb SSobroiricg, ^erbarj ^olsti, Zdp^iQ 1839 ff. wirb ein ©efc^Iec^t 
Stjifulbi nid)t oufgefüf)rt. 

2) SSgl. oben ©. 312. Slm 15. 2Ipnl 1756 erI)öIt^ott „auf fein mieberl^otteS ®efuc^ 
üom 8. biefeg" bte 9flefoIutton „trie (Sie [6e. ^önigl. Wal] feinem (Sd)tt)ie8erfoI)ne, bem 
Dr. XJurella, bte Survivance auf feine ©teEe unb ®ef)att ntd)t occorbireu fönnen, inbem 
tf)m ja befannt ift, bo§ fotd)e bereite bem Dr. [Sari ^^ili^^)] 33ronbeg conferiret niorben". 
(®e'^. <Btaat§axä)iü.) 

3) ©occeji. 3SgI. oben ©. 309. 

4) Souig Sulel 58arbon 5IRancini=aJlaäannt, ^er^og Don 'SliUtnoiS, om 13. ^amav 
J756 al§ beüollmöc^tigter SOHnifter beg S?önig§ bon f^ranfreti^ in Serlin eingetroffen. 
58gl. ^PoUt. eorref^Jonbeng XII, 34 ff.; Perey, Le duc de Nivernois, Paris 1S90. 



316 93ricfracc^jcl König g-riebric^S mit 9Rau<)ertui§. 

voisins; je ne nie mele que de mon petit grain, et voilä tout. Pensez 

a yos poumons, mon ober President, defaites-vous de toutes les liqueurs, 

qiii voiis tnent, et soyez persuade que personne ne prendra plus de 

part ä votre reeouvalescence que votre ancien ami 

Federic. 

9tQd) bcr etgcnljänbigcn Ihici^rift. SDionot unb Qaljr in ber ®atum§äeile bon 
aiiinipcrtnig' .'ponb. 

198. 
S)er Äönig an SO^aupertuiS. 

[Potsdam] ce 20 mars 1756. 

Je vois, mon eher President, que vous avez la plus grande envie 
du monde d'associer ä votre Acadömie certain prince polonais qui 
passe pour n'avoir pas le cerveau trop bien timbr^. J'aurais cru que 
vous vous souviendriez de ees vers: 

Un duc pour ses vassaux est un Dieu qu'on r(5vere, 
Pour Maupertuis, pour moi c'est un homme ordinaire; 

mais puisque des prejuges vulgaires de dignites et de naissance ont 
fait Impression sur votre tete pMlosopliique, je suis pret ä y souscrire. 
Prenez done votre prince, mais pour l'honneur de votre Academie, 
daignez d'avauce faire la supputation des fous associes ä l'academie 
de Londres et de Paris. Si ces aeademies en ont plus que la votre, 
surtout s'il s'agissait de rendre le nombre pair d'impair qu'il est, 
prenez votre prince, mais surtout gardez-vous bien de ne me point 
envoyer sa traduction de Milton en vers polonais, qu'il ne manquera 
pas de vous ofifrir. Je vois que le monde est le meme dans tous les 
Etats et que les fols se fourrent partout; ils servent de mouche ä 
ceux qui ne le sont pas autant qu'eux. Je me souviens d'avoir vu 
aupr^s de la reine de Pologue ^) une negresse qui etait un vrai monstre 
d'Afrique, et il est vrai qu'ä cote d'elle la Keine paraissait moins hi- 
deuse. Votre prince rendra le meme Service ä Monsieur Grischow^), 
ä Monsieur Sack 3) et encore beaucoup d'autres que je n'ai vus qu'en 
perspective. 

Ke me parlez plus du duc de Nivernois; je dirai de lui ce 
qu'on disait ä Rome ä la mort de Marcellus: »Les Dieux n'ont fait 



1) 3Raxia Qoiep^a, ©ematjün Siönig Stuguftg III. 

2) 3S9I. oben ©. 241. 

3) Sluguft grtebric^ SEiIf)etm Sod, eonfiftoriolratf) unb §otprebtger, orbentlid^eg 
aiiitgUeb ber p^^fifaUjc^en Älajfe. 



1756, 12.-31. 2Rätä. 317 

que le montrer ä la Terre<i); ce n'etait pas la peinc de faire sa 
connaissance , pour le perdre pour tonjours. J'ai tout plein d'affaires 
qui m'empechent de vous en dire davantage. Adieu, mon eher Pre- 
sident, pensez ä votre sante, car sans eile il n'y a point de bonbeur 
dans la vie, et 20 princes polonais associ6s ä votre Academic ne 
valent pas le quart d'uue lobe de poumon. Vale. Fed. 

^lai) ber eigent)änbigen Utjdjrift. Womt unb ^a\)t in ber Satumläeile öon 
2JlaiH3ertuiä' §onb. 

199. 

©er ^bnig an SJiaupertuiä. 

[Potsdam] ce 31 [mars 1756], 

Je souhaiterais fort, mon eher Maupertuis, que vous eussiez assez 
de forces, pour faire un voyage en France ; je regarderais votre depart 
comme un commenceinent de reeonvalescence qui me ferait esperer 
de vous revoir ici en meilleure sante. J'espere que vous consulterez 
vos forces, avant de vous mettre en chemin, et que vous ne hasar- 
derez pas votre poitrine felee aux risques d'une longue course et aux 
incommodites inseparables de nos maudits cliemins d'Allemagne. Je 
vous felicite du choix que vous avez fait pour notre Academie, notre 
eveque^) y pourra entrer en qualite de disciple de Petrone. II veut 
que je fasse son discours de reception; j'aurai le plaisir de lui faire 
dire ce que je pense de vous, et je tournerai le discours sur les 
avantages que les progres de l'esprit humain rapportent ä la foi. Je 
n'en suis pas trop convaincu dans mon particulier, mais il est bon 
de dire ces sortes de choses; il y a des pretres assez betes pour 
s'en payer, de moins cela fera-t-il rougir ces cuistres qui crient sans 
cesse contre les philosopbes. 

Le duc de Nivernois est sans doute plus academique, de toutes 
les manieres, que notre eveque, il a des talents qui feraient la for- 
tune d'un roturier. Vous devez bien croire que ce n'est pas un homme 
comme lui que je refuserai; fondez eusemble vingt princes sarmates 
et trente, si c'en n'est pas assez; tirez-en la quintessence, et vous 
n'en ferez pas un homme digne de delier les souliers de votre am- 
bassadeur. Ce duc a trop de sentiments pour manquer de retour 



1) »Ostendent terris hunc tantum fata neque ultra 
Esse sinent.< 

Aeneis VI, 870. 871. SSgl. CEuvres VII, 46. 

2) ^W^pp @ottf)orb ®rof b. ©c^offgotjc^, ^ürpifc^of öon S3re§Iau, bamolä in SSerlin. 
«gl. (Euvres XXVII, a, 284. 285. ^publicationen XIII, 613. 627. 635. 



318 Sriefiüec^iel stönig 3a-tebrid)g mit aJJaupcituijg. 

pour ceux qiii raiment, et qui l'estimeut; mais s'il admire mou esprit, 
ma gloii'c et ma puissaiice, je l'eu fölicite. Pour nioi, je n'ai pas 
riiomieur de couuaitre toutes ces belies cboses-lil; je suis uii polisson 
que la Fortune a plac6, et qui me trouve trßs döplace ou je suis. Je 
sais tr^s bien que tautot je fais des sottises et tautöt des choses uu 
peu luoius foUes; mais tout cela n'est guere admirable: un C6sar, un 
Trajan, uu Mare-Aur61e, un priuce Eugöne, un Turenne, un Isaac 
Newton, uu Bayle, un Virgilc, un Horace, un Cicöron, un Lycurge, 
un Montcscjulou, voilä des gens faits pour etre admir^s par leurs eou- 
temi)oraius et pour aller ä la posterite la plus reeulee^); mais notre 
siecle ue brillera pas par les bommes qu'il a portös^), bien par les 
ti'emblements de terre. Voilä la seule gloire qui nous reste. 

J'aecuse peut-etre avec injustice mon siöele et je lui attribue la 
störilite que je sens en moi; cela rae fait Souvenir d'un genöral qui 
trouvait son armöe trös mal campte, quand il avait un mauvais 
quartier. Soyons plus justes; tant que le si6cle oii nous vivons, pro- 
duit des d'Alembert^), des Belle-Isle^), des Nivernois, des Maupertuis, 
des Euler, des Metastasio ^), faisons-lui gräce et ne raccusons pas 
de nos propres d^fauts. 

Voilä un petit beut de morale, mon ober President, debit6 par 
un tres peu grave auteur; je vous en fais mes excuses, en vous 
assurant que personne dans ce siecle, tel qu'il est, prend plus de part 
ä votre eonservation que votre serviteur Federic. 

''Slaäj ber etgentjänbtgen Urfcfinft. 

200. 
S)er Völlig an 3)?aupertut§. 

[Potsdam] ce 8 avril 1756. 
Vous etes aussi flatteur qu'Ovide, mon ober President; vous me 
faites rougir jusqu'au bout des ongles, et si je ne me connaissais tres 
bien moi-meme, je me laisserai persuader que je suis un grand bomme, 
mais heureusement pour moi je n'cn crois rien et je mets tout ce que 
vous me dites d'obligeaut, sur le compte du style et d'un langage de 



1) fßQl (Euvres XXVII, a, 285. 

2) 58gl. oben <B. 164. .3) SSgl. oben ©. 278. 

4) Souiä et)arleg Stugufte ^ouquet te SBzlk'-^äU, ^erjog öon SSernon, 3!Jlai'fd)aII 
öon x^xar\tm6) unb Staatäminifter. SSgl. ^ublicationen IV, 167: »Belle-Isle peut 
etre compte parmi les grand-s horames de notre siecle« etc. 

5) ^ictro Sonoöcntura iOietaftafio weilte |eit 1730 alä poeta laureatus unb .^of* 
2:^eaterbic^ter in 22ien. 



1756, 31. 3Kärä — 3. SRai. 319 

politesse usite dans le monde. Le due de Nivernois est parti d'ici i), 
comme vous le saurez; je suis bien fache de ne l'avoir pas pu pos- 
seder plus lougtemps. Je lui ai escamotö deux soupers^), dans les- 
quels il a ete aussi aimable que l'liomme du plus d'esprit qui soupe 
toute sa vie. Me voici a pröseut seul et solitaire. L'6veque est alle 
clianter la messe dans sa cathedrale, chaeun a pris son eliemin, et 
je me trouve vis-ä-vis du Chevalier Masson^), qui ne me dedommage 
pas de mes pertes. Voilä comme va le monde: de l'abondance, ensuite 
la disette; des maladies et apres la santö; ce mölange nous fait 
aj outer un prix — qui nous resterait inconnu — aux biens dont nous 
jouissons. Adieu, mon eher Maupertuis; puissiez-vous connaitre les 
avantages de la sante, saus eprouver la torture des souifrances, et 
vous porter aussi bien que je vous le souhaite. Vale. 

Federic. 

'Slaä) ber eigentjänbigen Urf^rift. S)Zonat unb ^aijx in ber Satumlseile öon 
S!)iau:pertutg' §ant>. 



201. 

9}laupertui§ an ben ^önig. 

De Berlin, 3 mai 1756. 

Sire. Dans l'impuissance oü je suis de contribuer par moi-meme 
ä vos amusements, je me trouverais heureux, si mes amis y pouvaient 
suppleer. Voici quelques vers du comte de Tressan^) qu'il ne m'a 
permis de faire voir qu'ä Votre Majestö seule, et qui m'ont paru ca- 
pables de l'amuser un moment. J'y joins la lettre du comte oü 
Votre Majeste verra ce qui a donne lieu ä ses vers; Votre Majestö 
y verra aussi de sa prose sur nos embarquements : il aimerait mieux 
etre ä Minorque^) qu'ä TouP). C'est un homme qui reunit bien des 
talents aimables avec la plus grande valeur. II a toujours fort d6- 
sire d'etre connu de Votre Majeste, et je Ten crois digne. Je suis 



1) 5. 'äpül SSgl. ^oüt. eorref^jonbetiä XII, 241. 242. 

2) ®er Äönig an b'2lrgeng, 18. SOtoi 1762: >Je vous crois Grec comme D6mo- 
stliene, sur votre parole. Vous etiez d6)<ä un grand Grec pour moi, qui ne sais que 
le Pater hemön; aussi y parut-il bien ä ce souper oü se trouva le duc de Niver- 
nois, Oll vous soutintes la moitie de la conversation en grec, et oii je voiilais un 
dictionnaire pour pouvoir en quelque fa^on entendre quelques mots des savants 
propoB que vous tintes vous deux«. GEuvres XIX, 317, 

3) aSgl. „S^önig f^riebrtcf) ber ©rofee" T, 526. 635. Formey, Souvenirs II, 55 ff. 
4; 5ßgl. oben ©. 287. 5) trieg§fcf|au|3ta^ Oon 1756. 

6) ®arnifon be§ (Srafen Sreffan. 



320 Sriefroec^jet Stönig griebdc^S mit 9Jioupertui8. 

avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majest6 le tv^s humble 
et tr«^s obeissaiit serviteur Maupertuis. 

"iiac^ ber eigenljönbigen Urj^rift. ^luf bcr aiücffeitc öon ber §onb @id)cl§ ol§ 
"ülnwcijung für bic nid)t üovlici^cnbc 'ülnttuovt: »Compliment pour la coiumuuicatiou 
des pieces, quo le Roi lui renvojait ci-clos, et quo Sa Majcst6 le priait de vouloir 
bien remercier l'auteur de son attention pour le Roi.< 

202. 

De Berlin, 13 mai 1756. 

Sire. Les boiitös dout vous avez honor6 M. le duc de Nivernois 
pendaut son s^jour ici, me fönt croire que Votre Majest6 verra avec 
plaisir la reconnaissance qu'il en conserve, et combien il a et6 flatt6 
de son association ä rAcadömie. En effet, l'Academie de Votre Ma- 
jeste est tellemeut Tobjet des voeux de tous les gens de lettre» que, 
Sans la restriction que Votre Majestö j a mise, nous aurions pour 
associes 6trangers tous les membres des trois acad6mies de Paris. 

Vos bontes pour moi aussi, Sire, me fönt prendre la liberte de 
vous parier de ma sante. Je täebe de reprendre assez de forces 
pour pouvoir m'aller bientöt mettre aux pieds de Votre Majeste et 
profiter de la permission qu'elle m'a donn6 de faire le voyage de 
France. Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majestö 
le trös liumble et tres oböissant serviteur Maupertuis. 

9Jacf) ber eigenf)änbigen Uric^rift. 3Im 9{anbe üon ber |)anb QiäjtU ol^ raünb« 
Iid)e SSeifung be§ Slönigg für bie ni^t borliegenbe 5lntttiort: „Sanfe oor bie 33rtefe, lieb 
fein ttjenn er fic^ beffert". 

203. 

9Kaupertui§ an ben Äönig. 

De Berlin, 18 mai 1756. 

Sire. Vos bontes fönt que je ne dois me determiner ä rien que 
par vos ordres; vos lumieres me feraient vous consulter en tout, s'il 
m'^tait toujours permis de vous consulter; mes sentiments me fönt 
d^sirer que ma conduite et tous mes pas soient continuellement sous 
vos yeux. 

A l'occasion de M. Godin'), qui, ennuyö de l'Espagne, oü il a 
cependant une trös belle place, sollicite pour rentrer dans l'Acad6mie 



1) £oui§ ®obin, SKorinebirector in Eabij, X^cilne^mer on ber 3(equator'®jpebition 
öon 1735. 



1756, 3. Wlai — 0. DctoBer. 321 

des Sciences de Paris, on voudrait qiie j'y reutrasse aiissi, et le mi- 
nistre') a cliarge d'Alembert de m'en porter la parole. Comble d'ap- 
partenir ä Voti-e Majeste et peu touche de tous les autres titres, 
j'avais repondu ä d'Alembert que je ue souhaitais point de rentrer 
dans rAcademie, et que je ne ferais pas pour cela la moindre de- 
marche. Le ministre est revenu ä la Charge et demande seulenient 
ma parole que je ne refuserai point la place qu'on veut me donner, 
ou le secret: ä quoi je ne manque point, loisque je ue parle qu'ä 
Votre Majeste. 

Teile est, Sire, la Situation oü je me trouve. Mon premier voeu 
est d'etre ä vous sans partag-e, tant que mes Services vous serout 
agreables; une seconde volonte, c'est de ne pas deplaire au Prince 
dont je suis ne le sujet, et de qui je n'ai jamais regu que des bien- 
faits. Accordez-moi, Sire, celui de daigner me diriger dans la re- 
ponse que je dois faire soit ä d'Alembert soit a M. d'Argenson. Je 
joins ici les deux lettres que j'ai recues du premier, que je supplie 
Votre Majeste de me renvoyer. 

Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majeste le 
tres humble et tres obdssant serviteur Maupertuis. 

9la(^ ber eigen{)ätibtgen ltrfd)rift. Sluf ber 5Rüctfette öon ber §oiib ßtd^elg: 
>Compliment bien gracieux. Que le Eoi etait trea content qu'il l'acceptät et 
Ten felicitait.« 

204. 
SOZaupertuiS an ben Äönig. 

De Saint-Malo2), 6 octobre 1756. 

Sire. Les plus grandes choses ne vous fönt point perdre de vue 
les plus petites, parcequ'il n'en est point qui puissent remplir la ca- 
pacite de votre esprit. C'est persuade de cette verite que je prends 
la liberte de vous ecrire. Tandis que vous decidez du sort des em- 
pires, j'ose vous dire que sur les rochers de la Bretagne vous avez 
un homme que l'admiration, la reconnaissance et le devouement pour 
Votre Majeste suivent partout, et qui, quoiqu'un des derniers ä ap- 
prendre ce qui se passe en Allemagne, est un de eeux qui prennent 
le plus d'int^ret ä votre gloire. 

Puissiez-vous, Sire, apres avoir donne tant de preuves de votre 
puissance ä l'Europe, lui donner la paix! 



1) 3Raxc gierte ht SBo^er be ^outm^, ®raf b'5(rgenjon, Sruber bei oben ©. 215 
2Inm. 7 ©enonnten. 2) WlanpettniS ^atte Serltn am 7. ^uni öcriaffen. 

Äofer, »riefwec^fel griebrt(^8 be« ®to^cn. 21 



322 '©riefiDcctjjel Äönig griebrid^ä mit SRaupertuiä. 

Newtou, le Frederic des philosophes, parlant du repos dont peu- 
vent joiiir (juelcines partieuliers, l'appelait >la seule cbose substan- 
tielle«. Qu'elit-il dit de la paix des uatious! Pardon, Sire, sij'oseciter 
un philosoplie a uu monarque et ä un b^ros; c'est que je sais, et 
Votre Majeste me l'a appris, que ces caract^res ne sont point in- 
compatibles. 

Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majestö le 
tr^s bumble et trtis obeissaut serviteur Maupertuis. 

'Jiacf) bet eigcnljänbigen Urjd^rift. 

205. 

35er Stöiiig an äRaupertuiS. 

Au quartier g6n6ral de Struppen, le 19 d'octobre 1756. 

Je viens de recevoir la lettre que vous avez voulu me faire le 
6 de ce mois, et je vous reniercie de votre bou souveuir et des senti- 
ments que vous me marquez. Je serai toujours bien aise de recevoir 
de bonnes nouvelles de votre 6tat et je ne doute point qu'ä l'heure 
qu'il est, vous n'ayez aussi dejä entendu parier de moi. Sur ce, je 
prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte et digne garde. 

Nous avons battu les Autrichiens et pris toute l'armöe saxonne*). 
Si j'etais Gascon, je dirais — ce ne sont que nos essais! 

Federic. 

Mad) bet Urjd^rift. 2)ec Qu]a^ etgen'^önbig. 

206. 
®er Äönig an SD'JoupertuiS . 

A Dresde, ce 18 janvier 1757. 
Je vous remercie des souhaits que vous me faites. Je suis tr^s 
persuade qu'ils sont sincöres, et j'espere de les accomplir; du moins 
j'y ferai ce que je pourrai. Je voudrais bien ä mon tour que votre 
sant6 se retablit, et que j'eusse le plaisir de vous voir si bien guöri 
que vous eussiez meme oubiie que vous avez 6t6 malade. Sur ce, 
je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte garde. 

Je vous remercie, mon cber, de la part que vous prenez k ce 
qui me regarde. Vous etes peut-etrc le seul Fran^ais en France qui 
pense ä moi. Fr. 

3la6) bct Urjc^rift öon ber ^axib beä Stbbc be ^rabel. 2)er Buf^fe eigen!)önbig. 



1) Sc^Iac^t bei Sobofiß, 1. Cctober, unb Äopitulation bon ^ima, 15. Dctobec. 



1756, 6. Cctober — 1757, 29. Tlai. 323 

207. 
9Koupertui§ au ben itöiiig. 

De Saiut-Malo, 1*' mai 1757. 

Sire. Ayant passe tout l'hiver dans l'etat Ic plus deplorahle, 
tout ce que j'ai fait jusqu'ici pour retablir ma santö, n'ayant eu aucun 
succes, les medecins assurent qu'il n'y a plus que l'air d'Italie qui 
puisse me guerir. Je pris, il y a quelque tcmps, la liberte de de- 
mander ä Votre Majest6 la permission de tenter ce lemede; je nai 
point rcQu la repoiise dont je me flattais. Cependant, Sire, n'ayant 
point aussi recu d'ordre contraire, et le sejour ici m'etant devenu 
inutile et desagreable, je vais, malgre l'extreme 6puisement oü je 
suis, tenter d'entreprendre ce voyage. Comme je ne puis aller qu'ä 
tres petites journees, j'esp^re recevoir ä Lyon les ordres de Votre 
Majeste, si eile veut bien m'eu honorer. Selon ces ordres, Sire, ou 
je continuerai mon voyage vers l'Italie, ou, dans quelque etat que je 
sois, je reprendrai la route de Berlin. 

Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majeste le 
tres humble et tres obeissant serviteur Maupertuis. 

9iad^ ber eigenpnbigen Urjdirift. 



208. 
2)er ßöntg an SöJaupertuiS. 

Au camp devant Prague, ce 29 mai 1757, 

II y a plus de quatre mois que je n'avais recu de vos lettres; 
elles out ete saus doute interceptees en chemin. Je suis fache que 
votre air natal n'ait point contribue ä retablir votre sante ; je souhaite 
que le climat de l'Italie, oü je vous permets d'aller, vous soit plus 
favorable; mais prenez garde que la guerre ne vous y suive pas. Je 
vous reverrai toujours avec plaisir et je vous conserverai les memes 
sentiments que vous me connaissez pour vous. Sur ce, je prie Dieu 
qu'il vous ait en sa sainte et digne garde. Federic. 

Je n'ai pas regu de vous une pause d'a depuis six mois; appa- 
remment que les Pompadouristes auront trouve votre correspondance 
dangereuse. 

5Ko^ ber Urjc^rift bon ber $anb bei 'äbbe be ^rabeö. S)er Sujafe eigenpnbtg. 

21* 



324 5Brieftnctfijd König gfticbndö^ mit STlou^jertuiä. 

209. 
9)iaupertui§ an ben ÄHniig. 

De Toulouse, ce 27 d6cembre 1757. 

Sire. Quelque prdcieux qiie soient vos moments, j'en demande 
im ä Votre Majestö, pour lui marquer avec quelle joie j'apprends la 
nuiivelle de la victoire qu'elle vieut de lemportev^). Permettez encore, 
Sire, qu'au commeucemeut de lauuee je renouvelle a Votre Majest6 
riiommage de mon respect et de mon d^vouement et les vceux que je 
fais pour eile. Puissiez-vous, Sire, apres avoir rempli l'Europe de la 
glüire de vos armes, lui faire bieutot goüter les douceurs de la paix! 
Quelque eclatante que soit la victoire, 11 est, Sire, encore d'autres 
genres de gloire, et tous vous sont destin^s: vous serez aussi grand 
dans la paix que dans la guerre; le bonheur d'un peuple qui vous 
adore, l'admiration de tous les autres sont des objets aussi dignes de 
vous que le gain des batailles, et dont vous etes aussi sür. 

Si j'ose maintenant, Sire, parier de moi a Votre Majeste: j'etais 
parti de Saint-Malo Tete pass6 pour le voyage d'Italie. Le mauvais 
etat de ma sante m'a retenu trois mois k Bourdeaux, et, des que j ai 
pu supporter la route, je me suis avance jusqu'ici. Mais, la Saison 
(^tant devenue trop rüde pour continuer mon voyage, et l'air de Tou- 
louse m'ayaut fait beaucoup de bien, j'ai pris le parti — ä moins 
que Votre Majeste n'en ordoune autrement — de rester dans cette 
province jusqu'ä ce que le printemps me permette de m'aller mettre 
ä vos pieds. Je suis avec le plus profund respect, Sire, de Votre 
Majeste le tres humble et tres obeissant serviteur Maupertuis. 

* * 

* 

Compliraent. Fr. 

3laäf ber etgenl)äubigen Uvjc^rtft. ^ie SBeijuiig füi bie Stnttrort (auf ber 9lücf» 
eite) gleic^fallig eigenl^önbtg. 

210. 

SJJaupertuiS an ben ftönig^). 

De Toulouse, 9 mai 1758. 
Sire. Quoique ma santc ne soit pas encore trop bien retablie, 
des que je me crois en 6tat de supporter le voyage et que la saison 
le permet, je pars; mais^), Sire, comme je ne puis aller qu'ä petites 

1) 6c^Iad)t bei 2eut{)en, ■'). Xeccmber. 

2] 3?on bemjelben Schreiben liegt ein eigenfjänbigeä ^uplicat oov, mit einigen fti* 
Iiftiid)en ?ienberungen mtb bem Qn\a\} am Sc^Iuffe ber SJac^f d)rtft : »J'adresse celle-ci 
ä M. de Heilen« (preufeijc^er öejanbter im .öaagj. 

3) ©u^jlicot: le voyage, la saison me permettant d'entreprendre le voyage, 
je \ais partir. Mais . . . 



1757, 27. 5)ecentber — 1758, 12. Se^itembcr. 325 

journees, et que j'aurai besoin de me reposer quelques jours ä Bäle, 
j'ose supplier Votre Majeste de m'y donuer ses ordres sur la route 
que je dois prendre pour le reste de mon voyage; c'est avec la plus 
grande impatieuce *) que je reporte aux pieds de Votre Majestö le 
reste d'une vie que je lui ai consacree. 

J'apprends, daus ce moment, la reddition de Schweiduitz^); per- 
mettez-moi, Sire^), de marquer ä Votre Majeste la joie quejeressens 
de la voir maitre'*) de la derniere ville de la Silesie qui lui restait 
ä reconquerir. Tout le monde apprend^) avec adiniratiou le succes 
de vos armes; je joins ä*') radmiration bien d'autres sentiments et 
suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majeste le tres 
humble et tres obeissant serviteur Maupertuis. 

P. S. 
Je ne sais si la derniere lettre que j'eus rhonneur d'6crire ä 
Votre Majeste du mois de fevrier'), lui est parvenue. 
^ad) ber eigen^^änbigen Urjc^rift. 

211. 

©er ^önig an 9Jiaupertui§. 

Leutomischl, 7 juillet 1758. 
J'ai regu votre double lettre du 9 mai. C'est avec plaisir que 
j'apprends que votre sante commence ä se remettre et que vous vous 
disposez ä revenir. Comme vous devez connaitre mieux que personne 
ce que votre etat vous permet de faire, persoune ne peut mieux vous 
diriger que vous-meme sur la route que vous devez suivre, et que 
probablement vous trouverez partout süre par l'Allemagne. Votre 
sante doit etre lä-dessus bien consultee. Je vous suis oblige des 
voeux que vous faites pour la prosperite de mes armes. Sur quoi, 
je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte garde. 

9?ad) bem ©oncej)! bon ber §anb be§ $ßorIejerg Jpenri be 6att. 

212. 

Maupertui§ an ben ^önig. 

De Neuchätel, 12 septembre 1758. 
Sire. Permettez-moi de marquer ä Votre Majeste la joie que je 
ressens de la nouvelle que nous venons d'apprendre. Aprös tant 
de victoires remportees sur differentes nations, il vous etait reserv6 



1) ®upUcat: joie. 2) 17. Slpril 1758. 3) gcp im 2)u|)Iicat. 

4) ®u|»ticat: maitresse. 5) 5)upticat: voit. 

C) 2)upUcat: mais je joins encore ä. 7) Siegt nic^t bor. 



326 Sriefroec^jel ^önig gfriebrid^g mit 3Raupertui§. 

d'en remporter une sur le peuple le plus barbare *) et de jouir de 
cette gloire si rare de faire la guerre pour venger rbumanite. 
Puissent les nations se lasser d'etre vaiucues, et vous, Sire, aprös 
avoir et6 le vainqiieur de l'Europe, puissiez-vous en etre l'arbitre et 
le pacifieateur! Je suis toujours avec la meme admiration, le meme 
respect, le meme dövouement, Sire, de Votre Majestö le tr^s humble 
et tres ob^issant serviteur Maupertuis. 

R S. 
Ma santö, qui, au Heu de contiuuer ä se retablir, est devenue 
plus mauvaise depuis deux mois que je suis dans ce pays-ci, ne m'a 
poiut encore permis de eontinuer mon voyage. 

9io^ bei* eigeiipnbigen Utfd^rift. 2Iuf ber SRüdfeite tjon ber §anb beg Srieg§ratf)ä 
Söper aU münbli^e SOäcijung für bie nid^t öorliegenbe SIntWort: „%ijätt mir leib, ia% 
er noc^ haut wäre". 

213. 

^rau öon ÜJiaupertuiä an ben Äbnig. 

A Bäle, le 29 juillet 1759. 
Sire. Votre Majeste permettra que j'ose apporter ma douleur au 
pied de son trone, en lui annouQant la perte que je viens de faire 
dans la personne d'un mari tendre et d'un ami qui a fait le bonheur 
de ma vie. J'etais venu le cbercher dans cctte ville, dans l'intention 
de le soulager dans sa derniere majadie, et j'ai eu le malheur de le 
trouver mort^^ en arrivaut. J'ose me flatter, Sire, que vous daignerez 
prendre quelque part ä la perte d'un fidele serviteur, qui a toujours 
compte pour ses jours les plus glorieux ceux qu'il a eu le bonheur 
de passer au Service de Votre Majeste et qui n'aimait la vie que 
pour pouvoir la consacrer au plus graud des rois et au meilleur des 
maltres; ce sout les seutiments, Sire, qu'il a conserves jusqu'ä son 
dernier soupir. C'est ä moi ä temoigner ä Votre Majestö ma trös 
humble reconnaissance pour les bienfaits sans nombre qu'elle a daigne 
repandre sur sa vie; tous les raoments de la mienne seront employös 
ä faire des voeux pour la conservation de la personne sacree de Votre 
Majeste. Je suis avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majest6 
la tres obeissaute et trös soumise servante et sujette 

La veuve de Maupertuis, 

nee de Borck. 

3laäi ber eigen^änbigen Ucjc^rift. 



1) <Bö)lad)t bei gornborf, 25. 9luguft. 2) 27. ^uU. 



31 n I a n g A. 

aSgl. oben ©. 26. 



Epistre ä Monsieur le General Grumko*). 



EPITTRE. 

1 Afid6 Servitenr du Pays et du ßoi 
supos de l'oprese et memtien de la loy 
tu saix que voyajeur erent dens la province 
plustot eu vagabond. q'en qualit6 de Prinee 
5 je voix couler mes jours par voye et par chemeins 
sens pouvoir assurer oux fixser leurs desteins 
quand je pars de ceans je devence l'orore 
mais je resens un froit qui ronje et me devore 
apeine some nous sortis de ces faux bourgs 

10 q'un bourbier afreux interomp nostre cours 
Le cocher grosier jure gründe menace 
et foite les cheveux sens pouvoir faire grace 
ä foree de Travail de eris de mouvements 
nous sortons de ces trouxs non pas fort doucements 

15 c'est pour nous enfoncer dens des autres oruieres 
dons les fonds raboteuxs sont entasez de pieres 
et 11 faut de nouveaux que par force de bras 
de cecouses de chocs franehir ces ambaras 
je crois lors pour le coup de me metre ä mon aize 

20 mais ä vint pas de la je sens verser la cheize 



1) ®ie ©d^reibweije ber cigenl^änbigen Urj^rift ift bu^ftäBli^ ijeibetialten. 



328 5Int)ong A. 

Die trouveut engage parmi des Sac ä pieds 

je ue peux pas ci tot me truuv^r sur mes pieds 

le barnois ce dechire ausi bleu que les renes 

et DOS cbeveauxs seu frein vout parcourir les pleiues 

25 teudis que dens la cbeze ecraseut ses voisins 
pour sortir le premier lou fit jou6r les meins 
la . . . ce fönt de ees coups dont la plaisente bistoire 
merite d'estre mise aux Temple de memoire 
Ion soi't tens bien que mal atendent eu repos 

30 que Ion aile courir ratraper les cbevos 

de nouvaux le Cocbe les prens et les ratelies 
Noue le deehirö par des cordes nouvelles 
la voiture levee un cbaq un ci remet 
et Ion part ausi tot que le cocber est pret 

35 Tun jure l'autre groude et cbaqun en Colere 
Feste contre le sort qui leurs paroit coutraire 
Ion monte la cbosö pour evitör les eauxs 
et le chemein etroit cose de nouveaux meauxs 
uu cbaretier facbeux de sa vaste Voiture 

40 uous boucbe le chemein nostre cocbe en jure 
nous voila arete sens pouvoir reculer 
ni sens savoir non plus ci Ion peut avancer 
nous avencons pourteus et cbaqun s'enteraide 
mais nous voyons bientot que nostre cbeze Saide 

45 uue Koue acrocbee etent rompue en deuxs 
lors necesite fut d'atendre en ces lieuxs 
que des cbarons voisins en eusent fourni d'autres 
la fain comencoit fort ä s'amparer des nautres 
cbaqun fesoit des veuxs pour quelque plat cboisi 

50 quil esperoit menjer avec un plaiu loisi. 
apres trois beure et plus que je fus imobille 
la Koue vint eufein et nous entrame eu ville 
Ion s'enquerit dabort du meilleur cabaret 
Ion y va l'bote dit que le dine est pret 

55 la joye auroit suivie une teile uouvelle 

mais un moment apres on nous la bailla belle 
trois eux qui dens lecel etoit enceveli 
avec un vieux poulet pleins derbaje ceilli 
autoit entierement l'apeti aux convives 

60 c'est les premier m6z que ces fernes actives 
nous avuit prepare faisent de leurs mieux 



Hn^ong A. 329 

nous vimes quil faudroit sortir l'estomac creux 
le reste du diue ne valoit non plus gere 
un dindon qui uajet deiis la grece etranjere 

65 du bceuf dur qui etoit entoure de refort 
et doDt l'odeur faillit ä nous doner la mort 
nous pliames bagaje et sortent aux plus vite 
afein ci il ce put d'atraper nostre gite 
pour ce mauvez repas fut pey6 tel que bon 

70 et d'un signie de croix Ion quita la maison 
ensuite Ion poursuit sa route en diligence 
et les cheveaux trotens vont tous come en cadence 
les Tenebres pourtens couvioit deja les airs 
l'ours en un doux repos dormet dens les dezairs 

75 le fin ßenard jitoit aux fond de sa Taniere 
pour le lievre creintif reposoit peux oux gere 
les Troupos de brebis ne couvroit plus le chand 
leurs pasteur fatigö dors d'un somme pesend 
nous primes dens ce teims par des routes perdue 

80 ne pouvent poin du tout ce servir de la vue 
erents de tout cotez pour savoir le chemein 
le cherchant de la vue ainsi que de la main 
en fein nous retrouvons la veritable route 
arivent ä bon port que Ion ne voyoit goute 

85 tout le monde asoupi dens un profond someil 
dormet en atendent le retour du Soleil 
Ion ouvre et nous eutrons dens une botellerie 
on dem ende a menjer mais l'hote seu recrie 
disent pour s'exscuser quil n'avoit rien de pret 

90 ci non un peux de pein et un codinde fret 
dont le jour precedent lui et sa famille 
avoit menje beaucoup roti de sus le grille 
chaqun s'ala coucliör et chercha ,dens son lit 
remede ä tout ses meauxs fatige et apetit 

95 j'esperez tout aux moins de reposer sens trouble 
alors q'un bruit confus de toute pars redouble 
un chien par acsident dens la cave enferm^ 
qui etoit sens cela du maitre bien aime 
(maime jus qua ce point quil eut done sa feme 
100 qui carant an paces fut l'objet de sa flame 
pour conserver longteims chez lui cet animal 
comme un fusil rouile qui meuble un arsenal) 



330 Stn^ang A. 

le codeinde garde hü etoit uu amorce 

il aboye il eu gronde hurlent de bonne force 

105 les enfeus de leurs cris eguz et douloureuxs 
me fout comme en sursot entrouvrir les yeuxs 
de plus dens la cuisine un bruit de tournebroche 
ce joignit aux fracas fais d'uu fondeur de cloche 
qui aux leve du jour ä grauds coups de marteauxs 

HO dim laborieux travail veut soulajer ees meauxs 
tu ciois eher General que plaiu de lasitude 
le doux repos me fuit dont je fais mon etude 
tu iras vainement le chercher ä Rüstet i) 
cherche le dens toi sceul le reste est sens efet 

115 c'est la oux je le tvouve ä la cour oux campagnie 
la partout il me suit partout il m'aeompagnie 
le Sort qui ta lote tatachent ä la cour 
en plein repos tu peux y pacer chaque jour 
crois que tes enemis pour ne te point coguoitre 

120 ne t'estiment pas tens que cela devroit estre 

faix leur voir ton bon coeur et je repons dens peux 
de voir tout sueseder aux desir de tes veux 
pour veux q'en me gardent toujours en ton estime 
tu suive cet avis q'en deux mots je te rime 

125 ne te forme aucun plan de quiter tes emplois 
poursui plustot poursuis ä soutenir les lois. 
reprime l'imposteur mais soutiens les veuves 
et soix content et ferme en tonte les epreuves 
va Suivre ton chemein comme il est comence 

130 et ne dements james Gromko sur le pace. 

Fin. 



1) Oben @. 3 2Inm. 1. 



31 n f) a n g B. 

SSgl. oben ©. 223—225. 



Le Renouvellement 

de 

rAcademie des Sciences^). 



ODE. 
Que vois-je! Quel spectacle! ma chere patrie, 
Enfin voici l'epoque oii naitrout tes beaiix jours! 
L'ignorant prejuge, rerreur, la barbarie, 
Cbasses de tes palais, s'eclipsenf-) poiir toujours, 
Les beaux arts sont vainqueurs de leur sombre rivale^), 
Je vois de leurs beros la pompe triompbale*), 
Dans leurs mains les lauriers, les lyres, les compas^); 

La verite, la gloire 

Au temple de memoire 

Aecompagnent leurs pas. 

Sur le vieux monument d'un ruineux portique 
Abattu par le temps et la grossi^rete 6) , 



1) Sie oon bem franjöfifi^en (Sejanbten SSalort) am 3. gebruar 174S an jeinen ^of 
geJQTibte Slbjc^rift ber £)be im Slrc^iü be§ 5(u»tüärtigen 93iint[teriumg 3U $aril [timmt 
mit bem 1749 et)c^ienenen 2)rucf in ber Histoire de TAcademie (annee 1747) p. 5—8 
überein. ®er Jejt ber CEuvres du pbilosophe de Sanssouci Don 1750 roieberftoU in 
ben (Euvres de Fred^ric le Grand X, 22—26,' enthält bie hierunter teräeidjneten 
^lenberungen. 

2) sont bannis. 3) de l'absurde ignorance. 
4) la pompe qui s'avance. 5) la lyre, le compas. 

6) par les mains de la grossierete. 



332 ?In^otig B. 

S'el^ve 616gammeiit iin temple magnifique, 
Au culte cVApoUüii^) et de la veritö. 
2)Consacrous leurs autels, la modeste scieuce, 
Qui suit en tatonuant la sage exp6rience, 
Du butiu de Terreur ose les döcorer. 

L'iuvention bardie, 

L'adroite analogie 

Ach^vent de roiuer. 

Sous le regne honteux de l'aveugle iguorance, 

La terre 6tait en proie ä la stupid it6; 

Ses tyranuiques fers cbargaieut, i)leins d'insolence, 

Les membres engourdis de la simplieite. 

L'bomme ötait ombrageux, crödule, errant, timide. 

La v6rite parut et lui servit d'egide^), 

II seeoua le joug des paniques erreurs. 

Sa main brisa l'idole 

Dont le culte frivole 

Nourissait ses erreurs. 

Sur la profonde mer oü navigue le sage, 

De sa faible raison uniquement muni, 

Le ciel n'a point de borne, et l'eau point de rivage, 

II est environne par Timmense infini; 

Sans cesse retenu lorsqu'il pretend comprendre, 

Trop petit pour monter et trop grand pour descendre*), 

L'un^) offusque ses yeux, l'auti'e^) öebappe ä ses sens. 

Mais l'obstacle l'invite'), 

Et la gloire l'excite^) 

A des travaux eonstants. 



1; au dien de tous les arts. 

2) Statt be§ Sc^Iuffel ber ©tro^t)e: 

C'est lä que le savoir, la raison, le g6nie, 

Ayant vaincu l'erreur ä force reunie, 

Elevent un trophee aux dieux leurs protecteurs, 

Ainsi qu'au Capitole 

Se portait le symbole 

Du succes des vainqueurs. 

3) de guide. 

4) II le trouve partout, et ne peut le comprendre, 
II s'egare, il ne peut ni monter ni descendre. 

5) Tout. 6) tout. 7) l'excite. 8) l'invite. 



Stn^ang B. 333 

Par im dernier effort la raison fit paraitre 

Ces sublimes devins des mysteres des dieux; 

Ils sont nos pr^cepteurs, uos guides et nos maitres'), 

IIa eclairent la terra, ils lisent dans les cieux. 

Les astres sont suivis^) dans leur oblique course, 

Les torrents döcouverts dans leur subtile source, 

Ils devinent'') les vents, ils ont pese les airs, 

Ils domptent la nature, 

Et fixent la figure 

De ce vaste univers. 

L'un par un prisme adroit et d'une main savante 

Detache le brillant, l'azure, les rubis^) 

Qu'assemble des rayons la gerbe etincelante 

Dont Phebus de son trone eclaire le pourpris; 

L'autre, scalpel en main, d'un corps qu'il d^compose, 

D'un nerf ramifie suit et saisit la cause, 

Du sang en cent canaux indique le courant''); 

Et tel d'un bras magique 

Vous toucbe, et communique 

L'electrique Volcan ^) . 

^jEnfin, je t'apergois, auguste sauetuaire, 
Oü Minerve regelt les enfants d'Apollon, 
Les iilles de Memoire y sont avec leur pere, 
J'y vois Virgile, Horace, avec Anacreon, 



1) C'est par leurs soina que l'homme apprend ä le connaitre. 

2) decrits. 3) Ils ont suivi. 

4) Detache cet aziir, cet or et ces lubis, 

5) L'autre du corps humain que son art examine, 
Decompose avec soin la fragile machine 

Et les ressorts Caches ä l'ceil d'un Ignorant. 

6) torront. 

7) ©tott btejer ©tropfe: 

Je vois ma deite, la sublime eloquence, 
Des beaux jours des Romains nous ramener les temps, 
Eessusciter la voix du stupide silence, 
Des flammes du genie animer ses enfants; 
Ici coulent des vers, lä se dicte l'histoire, 
Le bon goüt reparait, les filles de Memoire 
Dispensent de ces lieux leurs faveurs aux mortels, 
N'ecrivent dans leurs fastes, 
De leurs malus toujours chastes, 
Que des noms immortels. 



orj I Slnl^ang B. 

L'iniaginatiou petillante et fleurie, 
Les i;'vaees, le bou goüt, la liuc flatterie 
Dispeuseut de ces lieux leuvs faveurs aux mortels, 
Ecriveut dans leurs fastes, 
De leurs mains toujours cliastes, 
Quelques uoms immortels. 

Tel, au faite brillant de la voüte azuree, 

Kous peiut-ou') de cent dieux rassemblage divers; 

La nature est soumise ä leur troupe'^) sacree, 

11s gouvernent^) les eieux, le moude*) et les enfers, 

Unis, mais divis6s^), chaeun a son partage, 

Aux flammest) de l'Etna Vulcain forge l'orage, 

Eole excite en l'air les aquilons mutins; 

Tandis que Polymuie 

Par sa douce harmonie 

Appaise les destins^). 

*)Tels brillent eu ces lieux ces oracles, ces sages, 
(Dans leur Celeste cour les dieux en sont jaloux) 
Agents des vörites, dans leurs aröopages, 
Les prejuges captifs ranapent ä leurs genoux. 
Leur esprit penetrant, leur vaste intelligence 
Asservit en detail cet univers immense, 
Tandis que Promethöe excite leurs talents: 

Muse, accordons la lyre 

Et chantous leur empire 

Par noB faibles accents. 



1) On nous peint. 2) ä cette ärae. 3) Qui gouverne. 

4) la terre. 5) Dans cette immensite. 6) autres. 

7) Enchante les humains. 

8) Statt btefer Btxopijt: 

Teile brille en ces lieux cette auguate assemblöe, 
Ces sages confidents, ces ministres des dieux, 
Les Celestes flambeaux de la terre aveuglee; 
Le prejuge lui-meme est eclaire par eux, 
Leurs soins ont partage l'empire des sciences, 
Leur s6nat reunit toutes les connaissances, 
Leur esprit a perce les sombres v6rites, 

Leurs jeux sont des miracles, 

Leurs livres, les oracles 

Par Apollon dictes. 



2InViig B. 335 

Fleurissez, arts charmants; que les eaux du Pactole 
Arrosent desormais vos immortels lauriers ^). 
C'est ä vous de regner au haut du Capitole^), 
C'est au monde enchante de tomber ä vos pieds^). 
J'entends de vos concerts la divine harmonie, 
Le chant de Melpomene et la voix d'üranie, 
La crainte fit les dieux, la force fit les rois^); 

Le charme qui m'enchante, 

M'entraine par sa perte^) 

Sous vos supremes lois! 



1) vos lauriers immortels. 

2) sur le monde frivole. 

3) C'est au peuple Ignorant d'honorer vos autels. 

4) "Vous celebrez les dieux, vous instruisez les rois. 

5) Une main souveraine, 

Un goüt puissant m'entraine. 



31 n (; a u g C. 

2?9t. einleitung S. LH 3(nm. 5. 



Äontrole bcr 3alfct)ungcn i>on Sa ^caunicllc. 



'^ie Qaijkn ber erften fReil^e bebeuten bie Shtmment bei* 3tu§gabe ton l'a 58caumene: 
»Lettres et billets inedits du roi de Prusse et de M. de Maupertui8<. ®ie 3al)Ien 
ber .iiüetten Steige üerroeijen ouf bie entjprei^enben 9Jummcrn bejtü. 2(nnierfungen ber 

üortiegenben Stusigabe']. 



1 5«r. 1 

2 3lt. 2 

3 5Rr. 3 

4 ©. 186 2(nm. 1 

5 ©.186 2tnm. 1 

6 ©. 186 3(nm. J 

7 3lt. 4 

8 ®. 188 2Itim. 1 



9 @. 190 2{nm. 2 

10 e. I90 2tnm. 2 

11 !JZr. 7 

12 9Jr. 8 

13 5Rr. 9 

lö mx. 11 

16 ©.192 9(itm. 1 

1" 3lv. 13 

IS 9ir. 10 

19 ©.193 9lnm. 4 

20 5Rr. 15 

21 ©. 193 2(nm. 4 



22 9Zr. 12 

23 ©.193 9lnm. 4 

24 «Rr. 16 

25 ©.194 5lnm. 1 

26 SRr. 17 

27 mt. 14 

28 ©.193 2lnm. 3 

2'J 5Rr. 18 

30 ©.196 Sinnt. 1 

31 ©. 199 Slnm. 1 

32 5ßr. 19 

33 . . ©.199 2tnm. 1 

34 !«r. 20 

35 9lr. 21 

36 5Rr. 23 

38 5Rr. 22 

40 $«r. 24 

41 5Rr. 25 

42 $Rr. 37 

43 5Rr. 26 



1; %it bafelbft ntc^t angebogenen 9Zummern 14. 37. 39. 44. 104 ber ©ammlung 
Sa 93eaumeUe gehören ju ben uncontroürboren ©tücfen. 



bon 



^nl^ang C. 



337 



46 «Rr. 27 

46 ©.204 Sinnt. 1 

47 ©,204 Sinnt. 1 

48 5Rr. 28 

49 ©.204 Sinnt. 1 

50 Sir. 48 

51 ©.205 Sinnt. 1 

52 ©.205 Slnm. I 

53 5ßr. 54 

54 ©.205 Sinnt. 1 

55 ©. LI Sinnt. 2 

56 (S. 205 Sinnt. 1 

57 ©.205 Sinnt. 1 

58 ?ßr. 31 

59 ©. LI Slnm. 8 

60 SRr. 32 

61 «Rt. 33 

62 3fJr. 34 

63 ©. 209 Sinnt. 2 

64 «Rr. 35 

65 SRr. 36 

66 3Jr. 38 

67 ©.214 

68 9?r. 38 

69 ©.214 

70 S. 214 Slnm. 2 

71 3lv. Z9 

72 ©.215 

73 «Rr. 40 

74 ©.217 Slnm. 5 

75 SRr. 42 

76 ©.251 Slnm. 4 

77 ©.254 Slnm. 3 

78 SRr. 56 

79 ©.247 Slnm. 1 

80 SRr. 74 

81 5Rr. 41 

.„ (©. 217 Slnm. 1 

i©. 246 Slnm. 7 

83 Sßr. 73 

84 ©.218 Slnm. 1 

85 3^r. 43 

86 ©.218 Slnm. 2 

87 SRr. 45 

88 ©.221 Slnm. 1 

90 ©.221 Slnm. 1 

91 ©.221 Slnm. l 

92 ©.222 Slnm. 1 

93 $ßr. 47 



94—102 ©. 224 Slnm. 1 

03 3Jr. 49 

05—107 ©.224 Slnm. 1 

08 ©. 225 Slnm. 2 

09 5Rr. 50 

10 S. 298 Slnm. 3 

11 5Rr. 163 

12. 113 ©, 298 Slnm. 3 

14. 115 ®. 229 Slnm. 3 

16 ©.220 Slnm, 5 

17 SRr. 53 

18 ©.228 Slnm. 2 

19-122 ©. 228 Slnm. 3 

23—125 ©.231 Slnm. 1 

26 $Rr. 59 

27 $Rr. 60 

28 ©.232 Slnm. 1 

29 SRr. 61 

30 ©. 226 Slnm. 5 

31 9Jr. 51 

32 ©. 226 Slnm. 5 

33 9?r. 44 

34 ©.220 Slnm. 1 

35 ©.233 5(nm. 1 

36 9Jr. 62 

37 (2. 239 Slnm. 1 

38 9ir. 63 

39 ©. LI Slnm. 8 

40 «Rt. 64 

41—143 ©. 239 Slnm. 4 

44, 145 ©. 245 Slnm. 1 

46 Ta. 72 

47—150 ©. 246 Slnm. 3 

51. 152 ©. 249 Slnm. 2 

53. 154 ©. 249 Slnm. 3 

55 ©.248 Slnm. 3 

56—158 ©. 249 Slnm. 2 

59 «ßr. 79 

60 SRt. 80 

61 SRt. 81 

62 ©.251 Stnm. 1 

f)3. 164 ©.252 Slnm. 1 

65 @. 253 Slnm. 2 

66 5Rr. 84 

67 9Zr. 121 

68. 169 <S>. 271 Slnm. 2 

70—172 ©. 252 Slnm. 1 

73 3^r. 83 

74—176 ©.253 Slnm. 1 



ftofet, SBtieftoe^fel t!rciebti^S beS ©togen. 



22 



|)erfo«ett-Derjet4)uißO- 



aitain 309. 

Qltcrcdü 18. 

*llcvinu<j 3(H. 

ili^uiüon 238. 

QUbcviMÜ 291. 

b'ülcmbm 272. 278. 294. 318. 321. 

iU^avotti 183. 205. 227. 228. 238. 272. 29S. 

«rntban 244. 

Qlmalic, '^viii^cfnn luni ön^laub 76. 85. 113. 

Qlmalic, '^Jrinjci'fm inni (ßrcu^cn 2Ü9. 

51nna, Sarin 14. 180. 

^nna, ^^Jvinjcfün tiMi öiiiilanb, fV'itct !Prin= 

5CiTm l^cii Cvauicn 76. 85. 282. 
Qlnna ßlifabcit) i'uifc, ©kvfijräfin luni 58tan= 

tcnbutA 306. 
«Jlutvie 209. 

■'Jlmfiui?, (£lniftci.''l} S^-'iitinm 263. 
Qlnifm?, JcadMiu JJricbtid; 263. 
<Un[ulti (?j 315. 
^lutLunctte Qlnialic, ^crjogin t)on Sraunfcbwciö» 

Scccin 29. 33. 36. 37. 44. 53. 54. 56. 94. 
fc'2lrcicnö 193—195. 208. 213. 220. 238. 249. 

267. 274. 278. 319. 
b'QU-^cnfün, @taf 321. 
b"3lväenfou, aiJarquie 209. 215. 217. 321. 
Slrni) 29. 
Qünim 298. 
QluAuft IL, Äöni^ Don (Uolcn, Äutfürp i>on 

Hadifon 78. 81. 84. 92. 94. 95. 
?luaufi III., Aöiüa üüu *l5olcn, Äurfütft von 

Sadn'en 113. 147. 159. 198. 217. 317. 
^u^uft aöilbclm, *tJvinj ton ^tcui3Cu 5. 107. 

135. 170. 190. 210. 219. 225. 272. 281. 
*UuniUcn 215. 



Satbatina 228 
SbaDle 318. 
SBcaui'obtc 163. 
iöeaurtpc 255. 
»cöuclm 203. 221 
!8eUc*3fU 318. 
53ilot 3(15. 
©ct^cn 20. 



238. 



<8cvnatb 238. 

QScvuiö 201. 

Ü3cvntnuüi, Kaufmann 264. 

ibctnouiUi, '.t^rofciTot 241. 

33cufl 24. 

ScuiUc 148. 

23icbetfcc 78. 

Sülancfcnfce 107. 

SocvbaDe 218. 

»inieau 95. 126. 

iöonncf; 243. 

iöotcf, Slbtian 33ctnf)avb 83. 84. 138. 139. 

!üotcf, ©eovg ^einvid} 93. 

ÖPtcf, '^bilivv ®cotö 2Bilbelm 60. 

iöotdc, (Saepar ffiöittjclm 60. 80. 

33orcfc, gticbtid) ÜJubiBi^ gdiy 84. 

33otde, Äat^avina ©leonüre, fte^e SDlauvcvtui«!. 

Söot^ia 290. 

iöoutbcaur 281. 

Söot)Ct 220. 

SBtanbeö 315. 

33tanbt 83. 135. 

Örcbon), (Xaöpat SubiDifi 97. 103. 104. 106. 

112. 167. 
Jötcbin», Cbctft 11. 
ötebüW, Lieutenant 93. 
iBud}tcn 307. 

!8ubbcnbvücf,3obann3übfl^einvid)2Bilt)elm70. 
iöubbcnbrocf, 2ßill)clm SDicttid; 43. 
23ubbäu.^ 242. 293. 
Sülow 55. 
'-butnct 153. 155. 
i3u[i>Dlabutin 117. 

Galmct 314. 

(£alüietc 222. 

ßamaö 141. 197. 

(£ama«i, ©cv^bic Äatüline, geb. t>. ißtanbt 197. 

(£a|Tebot)m 250. 

(£att 325. 

Sbambvict, ficbc ße ß^ambricr. 

dbailüttc ^inalie, ^rinjeffin iionSJäncmatf 79. 

e^aufi'ec, ftc^e ßa G^aufiec. 



1) SJlä^erc SJac^njcifc finbcn fid; in bct ötcgcl bei bct crfien (irttjä^nunfl ber einzelnen 
'iJcti'onen beigebracht. 



^erf onen -- SSerjeii^nife. 



339 



6!)auiHlin 150. 152. 

e{)cficrficlb 2;i7. 

S^etait^ic, ficl)c Sa (Ebetavbic. 

(S^riflian VI., Äönig t»L>n !E>änomavf 61. 7',». 

135. 
6t)tipiane SBilfjclminc, *Prinjcffin »?on ©a*fcn= 

(Sifenad) 29. 32. 34. 35. 40. 
S^rifiinc, JJinnläntovin 192. 
S^rijiinc Suifc, iictjo^i" ^^"^'^ 33taunfdnvciij= 

SBolfenbüttcl 28. 52. 54. 85. 94. 
Sldrant 234. 

(£lcmen<S Qlucjufi, turfürfl immi Äöln 152. 215. 
(Socccji 229. 309. 310. 
Soi^ntt 163. 
©olbcvt 137. 

Scnbaniine, fielic ßa Sonbaminc. 
6onbe 72. 

ßrebiüon 234. 238. 291. 
Srcqui 137. 
etcu^ 10. 43. 
Sromwcll 165. 

«Dargct 205—207. 209. 224. 238. 239. 24fi. 

251. 252. 273. 274. 276. 299. 
SDcgenfclb 17. 71. 76. 77. 82. 99. 
5Demcrabt 178. 
3)cmÖ, Ü)^ibame 281. 290. 
2)cv[^au 22. 43. 82. 
2)c^cavtei^ --'5. 218. 
2)eölanbc« 295. 
2)icmav 61. 

2)ietricl), »^ivinj \>m 9(nljaIt=2)ciTau 107. 
2)obvcfiBfl) (?) 30. 343. 
Dönbon 65. 
2)önboff, ®räfm 65. 
S)ucloiS 276. 
SDufai) 218. 
©u ®ai)=3;rpuin 237. 
2)uban De 3an^un 47. 50. 52. 56. 83. S8. 

197. 200. 201. 
3)u m<xm^ 230. 231. 
S)u Ütofft 113. 
2)uval 123. 
J)u 2Jalact 295. 

(Sgmotit 37. 

eid)cl 202. 259. 320. 321. 

(äinficbel 51. 

(JUfabetb, Äöni^in bon <Sv^tii>^n 141. 

eUl'abctb (Sbviftine, rönüfc^c Äaifevin 13. 19. 

78. 82. 83. 94. 
©Ufabctt) (&btiftinc, *Prinjefftn von 23vaun' 

[(^»cig'^eiiern, [yätcr Äron^nin^cffm bo^w. 

Königin t^cn *^rcuBcn 18. 19. 25. 27—29. 

32. 3H— 40. 44. 53. 54. 56. 57. 60. 66. 

76. 78. 81. 82. 85. 86. 92—94. 109. 308. 

309. 
eiifabet^ Äatbarina Sfirifiine, ^IStinjcffin tjon 

üiJectlenburg=@^werin 14. 
ßüct 226. 312. 
Sycrnon 124. 
öugen, ^rinj ijon ©attot)en 37. 38. 50. 56. 

60. 78. 83. 89. 163. 318. 



Cfulcr, Jobann <}Ubrfdit 300. 301. 

(fulcr, üoonbavb 183. 214. 244. 259. 278. 

293. 298—301. 318. 
GocwMnann 103. 

?5abcrt 124. 

,5alcfe 225. 

ivcvbinanb, 'IJrin^ tum 'Prcu[;cn 300. 

Jcvbinanb "KlbvodU, •'öcr^og i?on 'i?raunfcbwcuv 

'^cocrn 28. 33. 36. 44. 50. 56. 66. 76. 

83. 85. 86. 139. 
;\lanH 139. 

("^Icmininin, (Sraf ^ticbvid) 24. 
i^lcmmiuiv ©vaf '^<xi\>\! Jvi^iobvidi 165. 
,^lcun> 121. 124. 150. 180. 291. 
jontcncUc 2(i2. 234. 
Jovmci) 214. 298. 
»Jranc, ficbe Sc ^5ranc. 
ivrandjoiiiUc 214. 220. 
i^van^ @tcv^bi>n, •'pcrjog t*on Sotbringcn 14. 

15. 17—19. 22. 30. 35. 38. 43. 
ivvanjani 281. 
jyriebcrifc i'uifc, »Prinscffm ^»on *^}rcupcn, 

Wavtgväfin »on !öranbcnburi3=^(nobad) 6. 

34. 113. 
Jricbridi, ßrb'prinj, fpätcr SWatfgraf Won 93tan» 

t>cnburg='i3aireutt) 5. 6. 22. 73. 90. 91. 93. 

109, 
Jricbri^, Ätonyiinj \)on 2)äncmarf 79. 82. 
§iiebrid) L, Äönig oon *^rcufuMi 3. 140. 172. 

230. 246. 
("yricbrid}, Äönig von 'Sd)U'<cbcn Ol. 
^vicbrtd) Subnng, gihii von .^o()cn}oncrn= 

■§>ec^ingm 163. 
^yricbrid) Snbnng, ^\\\\\ Von 2Bate5 76. 77. 

81. 150—153. 158. 166. 
^vicbrid) JBilbclm, Äurfürft tocn QSranbcnbuvg 

177—180. 224. 251. 
JvicbridT SBilbclni, SJJavfgraf Von Sranbcnbntg« 

®d)>vcbt 172. 306. 
5riebv i) SBilbclm, ^crjog Von |>olflein«i8crf. 

115. 123. 
Jncbri* Söilbetm L, Äönig Von *PvcuBcn 

1 — 178 passim. 
^rouüav 295. 

©atj'Irouin, fiebc bu ®av Jrouin. 

(^corg II., Äönig von Snglanb, Äurfinft Von 

.fxinnover 61. 7ü. 78. 82. 85. IdO. 112. 

150. 151. 153. 158. 166. 
(?eorg gricbrid) ilarl, !BJarfgraf von 3?vanbcn' 

buvg=!8aircntb 73. 90, 
®eorg 2Bilbclm, ÄUTfiuft von Sranbcnbuvg 

25l. 
(Sintcl 80. 93, 
©IcMtf* 293, 312. 
(Sobin 320. 
Oornc 10. 
®olR 84. 226, 2.54. 
®ottcl- 54. 83. 103. 201. 
(Srammont 152. 
(Svavcfanbe 183. 
©reifet 234. 

22* 



340 



■ißcrjcnen = SJeräeic^nife. 



©tiid^cttJ, QIuAuftin 241. 244. 248. 249. 
(Svifvtpw, 'JUuiuftin Ülatbauacl 241. 259— 2G1. 

316. 
(?völ'cu 105. 
Ovuml'fpw, ©cvtnc Sbavlctte, a,d\ bc Ca 

(>hcvathnic 21. 54. 
(?ruiiil'fini>, \svictvid) itafuniv 130, 
®vumbfou>, gvicbiid) 2»3ilbclm einft 130. 133. 

175. 
©vumbfcw, Jvvicbiid^ IpiK^clm 130. 
tSvumbfinu, ßuifc *3llbcvtinc , iHH'ctjelidjtc v. 

'i^idbc 24. 53. 54. 77. 
^vumbfow, Gavolinc ^obauna, vcrctjcl. ©väfiu 

^•lcmmiiu3 24. lOS. 
©rumbfiMv/ .ycnvicttc ßbavtottc, i^evcbcl. l?. b. 

Sucicbcrf 29. 104. 108. 
@rurab£on\ Qlmalic öuife, »crct^cl. v. .^au^ 

145. 
©rumbfpiü, Sufiiuc. 

©nunbtoir», '^biliw Otto 17. 46. 47. 87. 
©vuinbion), (9ioffc bc^ ©cncvalc) 24. 26. 172. 
®vumbfo» iüliiijti tiii &c\ma\i), »cvcl)clid)tc 

U, öcuft 24. 
©ucricfc 218. 
©unbling 201. 
©u^ ^idtni 146. 



fc 10. 12. 49. S7. 100. 261. 
^aJe, (Spv()ic ^Ubcvtinc geb. ». 6rcu^ 10. 
^aüct 242. 245. 246. 248, 
^anff 26. 
|>artfocfcr 218. 
|>aubc 231. 
^aup (Raufen) 169. 
^autcinüc 211. 
^cbUngcr 229, 
|>cinTtch, (Jvicbrid) ?ubt»ig ^cinrid;), $viuj 

tocn qJrcuilcn 5. 25G. 272. 305. 
^cinvid) (gricbric^ -^cinrid) Äavl) iPiiuj toon 

qSrcuBcn 225. 
^peinrid), IRavfgraf toon 93ranbcnbur9=©^it)cbt 

100.' 169, 
^cUcn 324. 
i^cuauU 266, 
.^jcn^i 267. 
^ctmaun 267. 270. 
b'-^crouDiUc 209, 
5>crtcfclb 173, 
^crgber^ 210. 

.piUc 13. 15. 19, 35. 39. 69—71, 
^onVj 140. 
^pci)mb 128. 
4>ubct 301. 302. 305. 

;^ablDneti 201. 343. 

3ari9C3 238. 

3orban 187. 188. 190. 224. 254. 290, 

2»an, ^ax 14. 

Äaltftcin, Sophie SBUfjctminc 5tici"Ci-ifc 203. 

Äamccfe 153. 

Äamccfc, iMnna ^i^icberifc 153. 

Äarl VI., römi)d)cr Äaifct 12. 33. 38. 45. 



48. 50. 51. 59, 76—78, 81—83.89. 109. 

118. 121. 149. 154. 158. 159. 163. 174. 

176. 180. 
Äavl XII,, Äönig Bon ©d;lücbcu 49. 178. 
!)\\\x\, ü)Zavfi\raf Bon53vaubcnbuvö=<£d}Wcbt 109. 
Äavl, fövbvvüij IHMI iöraun|"d)\vcici'23c\Jcrn, 

luidibcv iunjpij inm 93vaunfd)»cii3 = 3[ÖDl[cn' 

büttcl 77. 82. 85. 86. 139. 141. 
Mail, -pcrjoi^ von Cott)viiu3cu 191. 
Äavl, Sufaut bon 6j.Huücu (3)ou (Savloö) 37. 
ilail Gilbert, ilmfüifi bon Sattem 152. 
itavl ßubnjig, ^crjog »on SDJcdIcnbuv9=©trcU^ 

153. 
Äatl (pt)iUvv\ Äurfürji bon bct «Pfatj 55. 

145, 149, 
Äarl 5;l)cobor, (Pfaljijvaf bon ©uljbad), [^)ätcr 

Äuvfürj|t bon bcv $falj 145. 296. 
Äavl 2öiU)c(m ^cvbinaub, 6vb).irinä bon 

SBvaun)'d)Wcii3«2öoIfcnbüttcl 125. 
ilarl aöilbclm gricbrtd;, SOJart^raf bon 93van» 

bcnbutg^ltnöbad) 5. 16. 34.^113. 
tattc, ^ani ^cimid; 114, 
Äattc, |>an^ ^ermann 114, 168. 
Äat[d) 23, 
Äauffnmnn 14, 

ilci)[cvUni3f, S5ietrid> 189, 190. 192. 
Äci)fcrlin9f, ^evmann Äavl 219. 
Äic^ 248, 300. 301. 
Äinöfl) 76, 
il1id)cifm 261. 
Älcift 95, 98. 
Äncfebccf 104, 
Äni}Vl)aufcn 201. 
ilönu3 267, 271, 278. 281—283. 
Äül)hücin 137. 
ituvcüa 312. 313, 315. 

Sa Scaumcüc 230. 290. 291. 

Sa 61}auffec 210. 

2a (Sljctarbic 87. 124, 137. 

Öa Sonbaminc 218. 

U Sanbc 266, 268. 

l'a mdtxk 226. 290, 

Sangc 125, 126. 

Sangloi^ 114. 

Sa atoquc (Öa SRod;c?) 307. 308, 

Sautcrbad) 11. 

Sc 6l)ambrici- 132, 215, 

Sccun3cn()oet 218. 

ßefebinc 304, 

Sc Svanc bc ^oml^ignan 122. 

Scbmann 312. 

Scibniä 201, 218. 230, 267, 270. 271. 

Scnj 270. 

Scopolb, ßüvp bon 5(nf)att=S)cnau 94, 101. 

107, 191, 198, 
Q(fdi 8, 
Scjfclufc 206, 

Scöjcjbnefi: fictjc ©taniötaug. 
Sc Scüicr 137. 

Sicbctfübn 203, 218. 226. 242. 
Singet 255. 
Socfe 197. 218. 



^etjoncn * SScräei^titfe. 



341 



ßöben 11. 

fiöwcnor 61. 

ßongue 155. 

ßouüoiä 137. 179. 

ßubolf 293. 

ßubwig XIV., Äönig m\ i^xmtxiid) 97. 137. 

151. 163. 177—180. 294. 
fiufcwig, S)auv^()in, 6ot)n iüubiviig« XIV 97. 

259. 315. 
ßubiüig XV., Äönig «on ?fvanfmd; 114. 121. 

150. 174. 235. 283. 321. 
ßubwig, 2iaiivt)iii, (Sot)n ßullvig^ XV. 209. 

210. 
ßubiüig iHubüIf, |>crjog »on Sraunfd^wcig^ 

aSolfcnbüttcI 28. 52. 54. 83. 85. 139. 
ßuiöciuö 80. 
Suifc iltmalic, ^rinscffin »on !Braunf(I)4Dcig, 

fVdtcv ^riusctiui »on *:prcu§en 32. 225. 
ßuifc lllrifc, '^JvinjCffin »on »Prcupcn, fpcitcv 

Äronvrinjcffui »on ©cl)»cbcn 75. 82. 107. 
ßurcmburg 137. 

9Jlacd)ia»cüi 290. 

2«agon 297. 

SDiatjmub I. 159. 

SDIaivan 234. 

aRantcuffel 154. 158. 161. 167. 168. 

SRarggvaf, Henning 6,t)rijiian 292. 

SWarggraf, 5lnbrcaei ©igmunb 292. 312. 

iRaiia 3tnna, (ärj|^erjogin »on Djlovvcid) 13. 

SOJavia 5o^'^''^ii, Königin »on *polcii, iluvfüvftin 

»on ®ad}[cn 316. 
SOkria Sbcrefta, (äväljcrjogin »on Dejletrcid), 

fpätcr Königin »on Ungarn unb tömifc^e 

Äaifcrin 13. 
Smarlborougt) 165. 
DJlarfc^aU, gvicbtid) S!Bitf)clm 255. 
9)iar[d)ctü. Samuel 22. 255. 
2Jlar[4aü, grau »., geb. ». ®<^TOerin (?) 

22. 24. 
imar[d}aü fi. Sicberjiein 83. 
anaffon 319. 
SDiaupertuiö, Äat^arinc Gleonore, geb. ». Sovel 

(93orcfc) 191, 194. 289. 326. 
SDlauvertui^, *pierre ßouiö SDJoreau bc 143. 

183 ff. 
SOiau^crtui^, 9tene SOtoreau be 208. 
«KaUf'ertui^, Qlbbe »on ©aint^dticr 215. 
SDiaurc^a^ 210. 
SOiaBcr 300. 

SWa^nc, fui)e 25u 5IRa»ne. 
Wasarin 124. 165. 180. 
SDkrfel 242. 248—251. 293. 
gWerian 241. 242. 245. 248. 
ORetajlafto 318. 
SOicttrie, fiet)e Sa SWettric. 
aWina 210. 343. 
moWAt 72. 
«Koncrtf 272. 273. 
OHontaignc 171. 172. 
SDbnteöciuieu 234. 318. 
imorrien 116. 
«Diüüer 269. 



S[Ründ)f)aufen 60. 78. 
ü^ün^o», (S^rijlian dinfl 19. 
5}tünd}o»v, ®raf ßubiüig 2BiU)clm 298. 
ü^ujel 243. 

9Zal}mcr, SDubi^^la» Oneomar 46. 47. 71. 172. 

9taumcr, |)cüuid) Grnft 171. 172. 

Dk'^mcv, Äarl ©ubielao 8. 46. 47. 55. 87. 171. 

«Jtcwton 217—219. 230. 318. 

9ii»ernoi^ 315-320. 

i)folteniu^ 8. 

JRoffig 70. 74. 

Dqinöti) 114. 
Ditoet 207. 
Onct) 304. 

^aUi 243. 

^annewi^ 173. 

»j^annewi^, Sobannc ÜJlarie ^ugujie, geb. 

». Sft^nmnb 173. 
qjdriö 110. 111. 
'^affaoant 252. 253. 
'^Jatin^o 141. 
*^aulml) 215—217. 
*4}eüouticr 214. 220. 269. 
':perarb 208. 
*4Jeöne 161. 

^IJ^iU^jp V., Äönig »on S^^anicn 142. 
*i3l)iliVV\ ^crjog »on DrleancS 151. 
*ji3[}ilivvinc ßtiarlotte, *Prinjeffin »on !PreuJ3en, 

nad)mal^ ^erjogin »on 23raunfd)nHng 36. 

77. 81. 82. 85. 86. 125. 139. 141. 
^leö (?) 46. 

*^leffen, ß^riftian Subwig 61. 
Ji-Ueffcn, Äarl molf 61. 
';5Iot{)o 24. 54. 

*^)lot^o, Souife QUbevtine 24. 53. 54. 87. 
'^obewtl^ 43. 82. 83. 216. 
>:^oIignac 218. 
»^^üUnil^ 113. 123. 
qSott 312. 315. 

«Prabet^ 274. 284. 288. 289. 291—295. 322. 323. 
$raetoriuö 78. 135. 136. 

Duabt ». 2BicEerabt 72. 
Duafi, Otugufic ©abinc ». 173. 

aiabäiwiH 315. 

9ftegnarb 144. 

Dieinbecf 125. 163. 

SReinf)arbt 9. 10. 

»tic^elieu 180. 234. 

Ülobinfon 76. 77. 

gftocquc: fxe^e Sa tJtocquc. 

Oloberiiiuc 287. 

SRöfeler 24. 

3iol)auIt 219. 

SRo^webeü 8. 30. 46. 71. 96. 111. 116. 

Oloüin 127. 132. 155. 170. 

iRofft, ftct)C 2)u Otoffi. 

giot^cnburg 188. 244. 



342 



"i^cvjonen -- S^er-^ei^mft. 



:KiniiTcau 154. 
'HpuncliM^S 209. 

<!.\S. 316. 

(Jaucrl'vc>> 305. 

«auriu 127. 

>5dMff;\in[* 31(5. 319. 

<2d'mcttau, C5kaf «\ivl C(>vi|1ovl' 257. 

^dMiicttau, t^Haf >5annui 250. 256. 257. 

iJdMuottau, l^täpii, t-flini 2lMtm^c 257. 

(EdMiiiM 275. 

vJdHMUlid) 11. 

ednilcnhuA, ®vaf <}lbclf ^richicf) 31. 33—35. 

44. 148. 
ednilcnlnucj, ®raf ^p^anu SOIatlnaö 165. 
6dniniadHn- 203. 
vidnrcvin 137. 145. 
eOlfcn^ort^ OHaf 12. 14. 16—18. 23. 24. 28. 

29. 37. 38. 45. 4«. 52. 53. 56. 58—62. 

71. 76—83. 83. 85. 86. 88. 89. 91. 10). 

103. 156. 172—174. 
©ccfcnbpvff, ivvcibcu 156. 
(äennctcrvc 222. 223. 
Sppbic (ihifiianc, ajiarfgriifin t?pn QSranbcri' 

bur3«93aircutb 79. 
Spybie ^protbca, Königin bon iPrcu^cn 5. 

12. 24. 28. 31. 37. 74. 88. 141. 172. 181. 

308. 309. 
ScVbic ÜDiaijtalena, Äöniiiin lUMt I)äncniavf 

79. 
8vinc;a 75. 
etabl 20. 
<£taniäilau-j (?i\\;|C^\)n^>fi), Äönig^l^pn *i^plcn, 

fpätct .pct^oi^ i>int l'ot^rinacn 113 — IIB. 

118. 121. 159. 238. 
gtat'J (■') 65. 
«etciöncr 267. 268. 
Stein (iMrabcn t»om «Stein) 109. 
StiUc 279. 2S3. 285. 
SÜFmild) 240. 241. 
Subm 174. 
Sulfpnjefi 179. 
SuUn 206. 207. 
Sul^er 222. 
Snberij SO. 84. 90. 
Sbbftbani 303. 
Si)t>onj 13!i. 

Xarlc, ®raf *31bam 115. 
larlc, OJraf Jobanneis 115. 
lellier, ftebe l*c Xellier. 
Ibieript 193. 198. 
Ibulemeict 83. 



Ibutemeier, ÜBittrc 252. 253. 

Ipvicelli 218. 

Jpvve.^ (SaftclUinpi^ 265. 

'Ipuvl^i^e 137. 

2vaii\ue 21^. 

'Ireniblei) 218. 

Iveffau 287. 319. 

Jvondiin 142. 

2:vudM"ef! V. aBalbburfl 98. 

lfdiivnbaui'cii 199. 

Ernenne 119. 137. 318. 

Im-cpnnetl 271. 

Ubl 8—10. 

Uifula *Jlnna, .^i^eväPijin bpn ■$>plftein'53ed' 115. 

2?alaev, ficbe %\\ iFalaev. 

i«alpr\) 215. 216. 224. 225. 239. 331. 

Iniucanfpn 183. 

Ü^ierect 116. 204. 205. 250. 263. 265. 

i^oltaite 49. 125. 130. 140—142. 118. 150. 

163. 183. 193. 198. 214. 216. 219. 234. 

237. 238. 271. 274. 278, 284—291. 294. 

296. 297. 299. 

2öav3ner 262. 
iBaUenfiein 165. 
iBaU 217. 221. 
aßangelin 240. 

aöartent(leben,(55ra[,'3ncranberC"»cnnotnn 23. 43. 
aüartenöleben, @raf SrieMi* 137. 
iÖartcnvMeben, ©raf ^eopolb <}Ueranber 153. 
Jßilbelm VIII. l^anbgraf bpn fjeffen 61. 
2öilbelm IV., '^rin^ vpn Dvanien 282. 
fflilbclm V., %xm\ bon Dvanien 282. 
2ßilf)elm ^lui^uft, •§>erjpg bon (iumberlanb 76. 
3[öilf)elminc, 'J3rinjeffin i^on 'Preußen, nad)bev 

Grbprinjcffm, be^w. D^Javfgräfin bon Svan= 

benburi^=33Qireutb 5—7. 12. 13. 15. 17. 22. 

24. 25. 30. 73. 84. 89—93. 103. 104. 

148. 174. 214. 219. 224. 230. 271. 279. 
ffiinterfelb 116. 
Jöolben 7. 8. 16. 18. 19. 25. 33-35. 39—43. 

46. 50. 60. 61. 68. 71. 76. 92. 94. 96. 

106. 
löolbcn, J^rau \\, geb. b. »Ptefc 60. 105. 
ÜBolff 125. 126. 129. 277. 
aBpüen[d}lä9er 93. 95. 
2öreed), *Mbolf ^riebridj 61. 
aBreec^, ßlcpnorc ßui[c, geb. b. Si^öning 25. 61. 
Sffit)lic^ 203. 

Sierptin 211. 



1 



jy 



3ufä^c unb Bectdittpngen. 



©. 23 5lnm. 1: 2)ic maison de Katsch iji nicl}t tacs ^cuti^e ÄommanbaiUuv= (nid)t 
®ouDcvncmcntö=) ©cbäubc, [onbcru iai fvdtevc 6tabtäcnd;t (^cutc 5lmteöertd;t) an bcr Gcfc 
bcr Äüniä2i= unb Jübenfira^c. 

®. 30 3- 6 ö- 0.: ißei bcm offenbar tjerf^ricbcnen » notre foUe Dobrefissky « ift 
incüeid)t an bie Söaronin (Sjl^cv ©ufannc l\ 2)obrjmöta ju bcnfcn; d^I. ffiuvresXVI, 132. 

®. 40 3. 20 ü. 0.: Statt belle Uco teile. 

6. 185. 186. 239 ift in bcn SBcrmcrtcn ju die. 1. 2 unb 63 baö „eiflcnl^änbig" ju 
jlrcid}en. Sgl. einlcitunij ©. XXXYIII. 

©. 193: 2)aö Driginal lum 9U\ 14 ttä^t au^cr bor SDativung üon 5!}iaupcrtui6' ^anb 
iai eigcn^dnbiöc SDatum beö Äüni^ö: >ce 13«. 

@. 201 5lnm. 5: 6tatt 3oI)ann 2:i)cobür S^bloncifi \Dirb üielmet): bcr iüngm örubct 
25anicl (Jrnfi 5. (+ 25. -Mai 1741) gemeint fein. 

@. 210: La Mina i^ bet fpanifc^e ©encral Jaeob Ü)Jid)aeI ®raf »^Jejuela be laö 
Soneö, Söiarque^ be laö Ü)^ina^. 3"^ <Sad)e »gl. ^. ». 5lrnet^, DJtariaS^ercfta^ etjle 9fleijievung<5= 
ia^re, III, 202. 203. 

®. 215 ifi in bem ißeimevt ju 91o. 40 flatt 9io. 72 ju lefen: Dfio. 73. 

©. 230 «Jtum. 2 ijl ju ftveid)en. 



£'ru(f öon 5Bteitfo)3f unb gärtet in Ceit)5ia. 



BINDING SECT. FEB 2 " 1965 



DD Prussia. Archiwerwaltung 
3 Publikationen aus den 

A3 Preussischen Staatsarchiven 
Bd. 72 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 



UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY 



i 
< 


















\H-ii 



^■--